Partagez
 

 Doing it for the money. (lundi s4, 11h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Tonia
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 504
AVATAR : ashley smith
ÂGE : 26
LOCALISATION : flint, michigan.
MÉTIER : soudeuse.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 28 000£
AFFINITÉS:
Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) Empty
MessageSujet: Doing it for the money. (lundi s4, 11h30)   Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) EmptyDim 12 Mai - 23:30

@icare

Je traîne dans les endroits du palace auxquels on a encore accès puisque tout a été coupé en deux, cette semaine. En vrai, c'est hyper bizarre de savoir que d'autres que nous sont pas si loin sans qu'on puisse les approcher. J'ai quand même une bonne partie des gens que j'apprécie et avec qui je passe le plus clair de mon temps de l'autre côté mais c'est pas un problème Comme je le disais à Niels et Lula - tous les deux dans l'autre groupe, d'ailleurs - peu importe qui se serait retrouvé avec moi, j'aurais avisé. Et puis il y a quand même Barto, Aladdin, Faith ou Juju de mon côté. En parlant d'Aladdin, je suis posée sur le petit pallier entre le rez-de-chaussée et le premier étage, à l'écart sur la droite, lorsque je le vois grimper quatre à quatre les marches. Il fonce sans me calculer, mais je ne me vexe pas. Je crois qu'il m'a juste pas vu, donc je prends tout de même un malin plaisir à m'éclaircir bruyamment la gorge pour qu'il se rende compte qu'il vient quand même de me passer sous le nez sans un regard. « C’est bon, tu peux arrêter de m'éviter maintenant que la mission est finie » je plaisante d'un ton sarcastique mais aussi engageant, comme savent le faire les ricains, contrairement aux anglais qui ont toujours l'air fâchés et sérieux. Je me moque un peu parce que j'ai bien remarqué qu'il avait pas été hyper chaud dans l'exécution de la mission gros love donnée par la colonelle et que par facilité, il avait préféré tout simplement réduire au maximum les contacts. Ce que je peux comprendre. Tout le monde n'est pas prêt à tout pour le jeu et l'argent et c'est loin d'être une mauvaise chose. « T'inquiète, je serais pas allée jusqu'à te sauter dessus pour du fric, je sais me tenir. » Bon, pas sûre qu'ils me croient quand je prétends des trucs comme ça maintenant qu'ils savent que je me case par intérêt mais c'est vrai, pourtant. J'ai une éducation, je sais où sont les limites et je respecte celles des gens. Avec quelqu'un ayant joué le jeu à fond, j'aurais été beaucoup plus loin mais j'ai senti qu'il était pas hyper à l'aise, Icare, alors j'ai fait le strict minimum de mon côté et voilà. « Tout est clair entre nous ? » je demande tout de même, juste histoire de terminer pour de bon cette histoire chelou où on était supposés aller plus loin que du flirt gentillet et sans avenir. Parce qu'au delà de tout ça, je l'aime bien Aladdin, il est tranquille et bon délire et c'est hyper reposant de traîner avec lui. Peut-être pas pour tout le monde mais pour moi, en tout cas.

_________________
"i cared for eight seconds.
then i got distracted."
Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) Big_1409268352_1382460173_image
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 358
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10k
AFFINITÉS:
Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) Empty
MessageSujet: Re: Doing it for the money. (lundi s4, 11h30)   Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) EmptyLun 13 Mai - 7:58

Je sens une espèce de culpabilité du fait que j'ai accès à une chambre tout confort avec salle de bain privée et lit xxl alors que tous les autres se retrouvent à la rue. Et le pire c'est que j'ai pas fait grand chose pour la mériter si ce n'est tirer la gueule au prime, ce qui apparemment me réussit assez bien. C'est quand même fou comme situation, on a interdiction formelle de croiser l'autre groupe et la moitié du palace est fermée à clef mais avec Kenza on a tranquille le loisir de se voir tous les soirs dans notre petite suite privée en autarcie. J'irais pas me plaindre mais j'ai du mal à capter la manière de fonctionner de la prod. Et maintenant qu'on les côtoie depuis plusieurs semaines je peux pas m'empêcher de penser qu'autant de bienveillance ça présage des emmerdes pour la suite. A moins que leur plan soit simplement de créer une pseudo jalousie des autres envers nous et là ça serait encore plus perché parce que pour le coup ni Kenza ni moi on est des personnes difficiles à vivre ou hostiles au quotidien. Bref, je grimpe les étages 4 par 4 pour chercher les autres mais il semblerait que je passe devant @Tonia sans la voir. Et elle se fait pas prier pour me le rappeler, avec sa bouche en cœur. Au prime je m'étais dit qu'il fallait que je mette au clair la situation avec elle mais depuis j'ai lâchement considéré que de toute façon on était réglo et que tout finirait par se normaliser. Du coup quand Tonia fait allusion à notre mission et à ma manière de l'éviter moi ça me fout un peu dans une position de couillon. Et j'ai pas vraiment d'autres choix que de considérer la discussion. Putain moi qui pensais au moins valoir 5000 balles. Je me marre à son allusion à la somme qu'ont gagné les grands victorieux de la mission. Concrètement le fait de me planter à cette mission c'était aussi une manière de garantir une espèce de sauvegarde de notre relation. Parce que Tonia je l'aime énormément mais je suis pas non plus capable de lire dans la tête des autres et ça m'est déjà arrivé de me retrouver dans des situations de merde parce que j'avais mal calculé l'attachement de la personne d'en face. Je l'attrape par l'épaule et la serre contre moi le temps de lui ébouriffer sa crinière blonde et de déposer un baiser sur son crâne. Evidemment Blondie. Tonia elle rend tout assez simple. Même une discussion a deux balles qui moi me casse les couilles elle arrive à la faire passer tranquillement. Et j'ai pas de doutes sur les raisons qui m'ont fait l'apprécier dès le début. Flirt ou pas je me dis que ce serait con de gâcher ça.  Déso d'avoir eu la subtilité d'une saleté d'adolescent. Je souris avant de lui proposer une clope, même si c'est devenu un calvaire de fumer dans ce palace depuis qu'on n'a plus accès aux extérieurs proches. Alors c'est où que tu crèches ? Parce qu'à défaut de dormir dans le même camp de base qu'eux je m'intéresse quand même au quotidien de mon crew de la semaine.

_________________


j'veux voler comme un nuage,
comme un missile dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Tonia
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 504
AVATAR : ashley smith
ÂGE : 26
LOCALISATION : flint, michigan.
MÉTIER : soudeuse.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 28 000£
AFFINITÉS:
Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) Empty
MessageSujet: Re: Doing it for the money. (lundi s4, 11h30)   Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) EmptyMar 14 Mai - 8:03

Nous coller ensemble pour une mission gros love des familles, Icare et moi, je vois d’où ça sort mais en même temps, c’était compliqué de prévoir si ça allait passer ou casser. Parce qu’on est tous les deux bien cons. Le genre pas très sérieux et un peu imprévisible, je dirais même imprévisible chiant. On a nos échelles de valeurs persos et nourries par des principes bien particuliers, parfois c’est important et parfois ça l’est pas, sans qu’on puisse vraiment identifier pourquoi, sans qu’on puisse vraiment rattacher ça à l’importance normale. Du coup on est là, on évolue comme deux débiles, et on se retrouve à devoir faire une mission ensemble alors qu’on est probablement le binôme le plus incertain. Moi j’ai pris le parti de me marrer quand même, parce que je sais qu’il m’en aurait pas voulu après coup. Lui, c’est autre chose, je sais pas trop comment il a réfléchi ou ce qu’il s’est passé dans sa tête, mais il a préféré rien tenté. C’est peut-être vis-à-vis de Kenza, ou simplement parce que ça le gonfle de devoir faire semblant d’un point de vue sentimental. Peut-être même que c’est vis-à-vis de moi qu’il voulait pas être un connard. Si c’est ça il doit se sentir bien con maintenant haha. « Ta valeur marchande a baissé quand t’as perdu la garde d’Abu » je plaisante. En vrai il aurait bien valu 5000 balles, même plus s’il avait joué le jeu mais vu que je le sentais pas chaud, j’ai procédé de manière mesurée mais efficace : juste ce qu’il fallait pour réussir un minimum la mission de mon côté. Mais du coup, ça nous laisse une position chelou d’entre deux, de on est potes mais c’était chelou. Donc je fous les pieds dans le plat, comme d’habitude, parce que les non dits et les gênes à demi mot ça me fatigue et j’abandonne vite le truc. J’ai pas envie de devoir m’amuser à décrypter les gens et perdre mon temps quand ils y mettent pas du leur. Je suis pas demandeuse dans mes relations, je suis même franchement laxiste comme copine, donc le peu qui me paraît essentiel, j’aime bien quand c’est respecté. Simplement par envie de m’éviter des noeuds au cerveau. C’est oui, c’est non, je m’en fous au final, je veux juste une réponse. « c’était mignon, j’ai eu l’impression d’avoir 15 ans de nouveau » je me moque gentiment après avoir réceptionné son câlin avec un ronronnement d’aide. J’aime bien le contact physique. Je suis une tactile même si j’en ai pas toujours l’air. « Par contre, si c’est vraiment comme ça que tu dragues, va falloir qu’on ait une petite discussion toi et moi » et de nouveau, je me marre, avant de tirer sur la clope qu’il me tend. Je sais pas si on a vraiment le droit de fumer à l’intérieur mais bon, si on doit se taper jusqu’au quartier commerçant chaque fois, c’est vite relou. Je préfère me planquer près d’une fenêtre. « On s’est établi dans le lounge bar avec Bart, je sais pas ce que ça dit sur nous » ou en tout cas sur moi. Je sais pas si El Barto est autant porté sur la boisson que moi, c’est dans mes gênes faut dire. C’est pas pour rien que les gens à Flint, ils attendent le moment où je vais partir en vrille comme Bill et Shannon et vivre mon vice au grand jour. J’irai jamais jusque-là. C’est mon ambition dans la vie. Moi l’alcool je peux m’en passer, c’est juste que c’est plus drôle de pas s’en passer. « Tu sais que tu rates des pures soirées action ou vérité, je pourrais te dire des trucs sur Ana qui te ferait dresser les cheveux sur la tête. » je m’amuse alors que c’est totalement faux. Je suis sure que Ana n’a absolument aucune histoire du genre et que même son secret est un truc hyper vertueux qui attirera la sympathie de tous. Il y a des gens comme ça. « Tu sais comment ils se démerdent de l’autre côté ? » Je sais pas, il a peut-être des infos, des insides de la part de Kenza, vu qu’ils dorment ensemble dans la loveroom en général.

_________________
"i cared for eight seconds.
then i got distracted."
Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) Big_1409268352_1382460173_image
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 358
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10k
AFFINITÉS:
Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) Empty
MessageSujet: Re: Doing it for the money. (lundi s4, 11h30)   Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) EmptyMer 15 Mai - 8:20

L'avantage dans tout ça c'est que dans dix minutes on aura oublié la discussion, la mission et tout le toutim. Parce qu'on est pareils sur ce point là avec Tonia, on n'a pas l'ambition de se perdre mutuellement, ce serait con on s'entend trop bien. Et j'étais sincère quand j'ai dit à la Maslov que je la considérais comme une alliée, Tonia c'est l'une des premières personnes avec qui j'ai déconné assez spontanément en débarquant dans le jeu, elle a tout son rôle à jouer dans mon aventure. Alors ouais, le défi je l'ai pas pris du bon côté. J'aurais du donner son nom en potentiel crush histoire de rester dans la logique de la mission long terme. Mais ça m'a pris la tête et j'ai préféré me raccrocher à mes histoires passées pour calculer le truc. Les meufs avec qui je suis resté le plus longtemps c'était des femmes qui ressemblaient à Kenza, ou Lula. Le genre à me balancer un panneau rouge stop à la gueule dès la première interaction mais avec qui t'as tout à tenter pour construire un truc. Tonia c'est con mais autant je la kiffe, autant je pense qu'elle et moi ça marcherait pas du tout. On est trop nonchalants sur plein d'aspects et j'aurais pas l'impression d'être le Icare que je suis à Paris, en traînant H24 avec elle. Ici elle me permet de jouer au mec chill et cool qui se prend pas des masses la tête, qui porte des gros sweat et casquettes et écoute du Eminem. C'est agréable, mais je sais aussi que c'est temporaire. Du coup, quand il a fallu faire un choix j'ai préféré jouer la sécurité au lieu de trop me mouiller en entrant dans le jeu. Aujourd'hui ça nous pousse à crever l'abcès, mais je pense pas que ce soit pour le mal. La vérité c'est que j'aurais sans doute moins bien vécu un flirt concret ou une concrétisation avec elle. Je sais que le lendemain ça aurait été chelou. Je lève mon doigt d'honneur quand elle me parle d'Abu mais je bifurque assez vite en câlin. Elle se fout de ma gueule et c'est exactement ce que je voulais. Je garde mon bras sur son épaule alors qu'on est encore posés comme deux mongols contre le mur entre deux escaliers. En vrai au début je me suis dit cool, Tonia, on flirte déjà à moitié, c'est relax entre nous, ça va bien se passer. Je savais que tu m'en voudrais pas deux semaines plus tard. Je hausse les épaules avant de capter son regard. Sauf que ma tendance autodestructrice avec les relations a un peu pris le dessus. Et là je me marre même si c'est la vérité et que c'est complètement con. Puis dans tous les cas entre temps y a eu cette histoire avec Kenza. Et même si ça aussi c'était pas prévu, j'ai pas eu envie de me lancer dans un double jeu. Je me voyais mal quitter la LR et hop le lendemain matin aller chiner Tonia. T'es ouf attends moi quand je drague je chope la limo toit ouvrable de Neymar et c'est parti pour l'open bar sous les étoiles. J'y peux rien si on me donne pas tout le matos nécessaire. Quand je parle d'étoiles je pense aussi aux nuits qu'ils ont passé loin de leur pieu et je cherche à comprendre ce que j'ai raté. Apparemment les deux pochtrons se sont calés au lounge bar, choix légitime mais assez étonnant sachant qu'ils ont les canap' XXL du salon à disposition. C'est pour nourrir ta version somnambule de gin-to à trois heures du mat' ? Parce qu'à part l'ambiance néons et l'accès illimité aux boissons de la maison je vois pas trop d'intérêt à pioncer là. C'est cosy mais vite oppressant. Trop dég. Mais t'inquiètes je vous rejoins vite. On se pose face à une fenêtre pour pouvoir fumer tranquillement. Dis-moi un petit truc au moins pour me mettre en haleine histoire de vraiment me contraindre à quitter mon confort absolu pour pioncer sur les banquettes du cinoche. Il va m'en falloir plus que ses petites accroches que je sais bullshit sur Anaswara. Mais si elle joue le jeu y a moyen que ma venue se concrétise illico presto. Dans tous les cas c'était prévu, mais vu qu'on en parle je préfère gratter mes infos. Non pas vraiment. On n'en parle pas des masses avec Kenz' on sait pas trop si on a le droit. Ce serait bien idiot de se faire tej de là et du jeu juste parce qu'elle m'a raconté que Jhoan ne dormait plus ou qu'April avait entrepris de faire le tour du palace à cloche-pied. Ils sont comment tes potes là dehors ? Ca a pas forcément de lien avec tout ce qu'on se disait avant mais j'y pensais. J'ai bien envie de construire un peu plus que l'image de la Tonia débraillée que j'ai. Surtout qu'elle nous a balancé une sacré anecdote au prime alors forcément j'ai envie de comprendre un peu mieux comment elle est foutue, sa vie.

_________________


j'veux voler comme un nuage,
comme un missile dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Tonia
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 504
AVATAR : ashley smith
ÂGE : 26
LOCALISATION : flint, michigan.
MÉTIER : soudeuse.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 28 000£
AFFINITÉS:
Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) Empty
MessageSujet: Re: Doing it for the money. (lundi s4, 11h30)   Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) EmptySam 18 Mai - 20:05

Je me marre face à l'absence de répartie qu'implique son doigt d'honneur de gosse de quatre ans et je le pousse légèrement avant de réceptionner son câlin. Voilà pourquoi je l'adore Aladdin. C'est super facile avec lui. Il est tellement bête et moi je suis tellement bête que forcément, ça matche bien et ça me fait plaisir qu'il n'y ait pas de gêne chelou ou de malaise entre nous après cette mission foirée. Comme lui, je savais que ça n'arriverait pas, parce que tous les deux, on se casse pas la tête avec des significations mystiques à deux balles à tout ce qu'on fait. On sait que parfois, des choses arrivent simplement comme ça et qu'il faut pas toujours chercher midi à quatorze heures. Mais qui sait, tu connais jamais vraiment les gens et comment j'aurais pu savoir s'il n'allait pas être mal à l'aise, en définitive ? Du coup, je me contente de hocher la tête jusqu'à ce qu'il complète sa justification inutile à mes yeux. « C'est-à-dire ? » je relève en arquant un sourcil, curieuse. Autodestructeur dans les relations, d'accord, c'est à peine excessif ça, comme caractéristique. Forcément, j'ai envie de savoir ce qu'il entend par là parce que c'est typiquement le genre de formulation qui promet plein d'histoires drôles et improbables. Même si, en fait, ça m'étonne pas tant que ça qu'il ait un côté ultra pas net niveau relationnel. Il est canon, cool, il se prend pas le chou pour rien, y'a forcément une couille quelque part. Même quand il me raconte ses méthodes habituelles pour draguer et en foutre plein la vue des meufs, je peux pas m'empêcher de me marrer tellement c'est extra. « Nooon je rêve t'es un gros mytho loveur en fait » je m'exclame à moitié, les yeux grands ouverts et un sourire irrépressible contenant difficilement des gloussements de meuf débile. Je rêve, qu'est-ce qu'il faut pas entendre. Du coup, ce qu'on a entendu des extraits de la loveroom que j'ai tâché d'oublier par respect prennent tout leur sens, j'y crois pas, quel beau parleur.  J'espère que Kenza sait qu'il a mis les formes pour leur premier date mais que c'est fini, maintenant. C'est le cul sur le canapé, devant le foot, avec une bière et à grand coup de : femme, quand est-ce qu'on mange ? « Fais gaffe ça me fait pas mal d'infos à aller filer à Kenza, là » je me moque gentiment. Clairement, Kenza la survivante c'est ma pote donc si elle est en train de se lancer dans un truc avec un branleur, je vais pas me gêner pour aller le lui dire. Mais à côté de ça, je sais qu'Aladdin, c'est pas un branleur. Pas complètement en tout cas, parce que si c'était pas un minimum un branleur, on s'entendrait pas aussi bien. Et de toute manière, je m'en fous un peu de leurs histoires, pour être honnête. Les histoires de coeur, ça m'intéresse deux secondes au moment où on vient me balancer les potins puis après, je me lasse. « C'est pas moi qui ai choisi donc c'est plutôt lui qui veut me nourrir de gin to à 3h du mat, faut croire » je réplique sur un ton de l'évidence. On pige tous les deux le bail. Même si en ce moment, Bart il est plus branché sur Lula que moi, jusqu'à ce qu'il change à nouveau d'avis et flashe sur, j'sais pas, Ana, donc j'ai rien à craindre à priori. De toute façon, j'ai mes autres coéquipiers de la semaine qui veillent au grain, j'ai l'impression qu'au-delà du fait que le palace ait été coupé en deux, on est jamais vraiment très loin les uns des autres. On est tous plus ou moins dans le même esprit tranquille, dans notre groupe, même Greg qu'est pas trop mauvais délire quand tu caresses sa patte folle dans le bon sens. Du coup, c'est pas si improbable que ça qu'on passe de graves bonnes soirées sans lui, perché loin de nous dans sa pièce de roi. « Greg, Fresno et Bart ont profité que tu sois pas là pour faire un concours de celui qui a la plus grosse bite » je raconte pour me marrer. Encore une fois, c'est complètement faux, il n'y en a pas un dans les trois qui serait le genre à faire ce genre de concours à la con. « Devine qui a gagné » je souffle d'une voix mystérieuse et les yeux qui pétillent, en me retenant de pas rigoler pour de bon. Merde, faut tenir la blague au moins dix secondes. Puis il change radicalement de sujet et faut que je me m'accoude un instant à la fenêtre pour réfléchir à la réponse la plus vraie à lui donner. Mes potes. là, au dehors. Je tire sur la clope avec l'impression d'être une héroïne de film, brusquement, qui pense à quelque chose de douloureux, qui la fait regarder dans le vide pour un moment. « ça dépend un peu. Il y a ceux que je connais vraiment depuis longtemps qui sont comme moi. La plupart ont des jobs de merde, sous-payés voire pas de job du tout, de gros galériens pour la plupart. On a nos spots où on se retrouve toujours sans avoir besoin de s'appeler. On est un petit groupe, je sais pas, de six ou sept ? » je raconte en songeant à eux, j'suis sûre qu'ils se font une soirée connerie tous les samedis soirs pour mater les primes et se foutre de ma gueule comme jamais. Je vois souvent passer des messages de l'un ou l'autre sur le réseau social de l'émission, ça me fait toujours grave rire parce qu'ils sont trop cons. « Puis t'as les autres, ceux qui vont et viennent, ça peut être n'importe qui. Mais eux, ils ont pas d'importance, ils restent jamais longtemps. » je hausse les épaules. Ceux-là, ils sont des tas et ne changent pas grand chose à ma vie. La vérité, c'est que j'ai mon clan depuis toujours mais pour le reste, je suis pas très douée pour créer du lien sur le long terme. Je suis le genre de meuf qu'on adore les premiers jours mais qui est jamais première dans le coeur des gens non plus. J'imagine qu'on m'accorde une importance équivalente à celle que j'accorde moi-même aux autres. « Du coup, tu choisis quoi, le galérien ou le mec de passage ? » je le taquine. Clairement, j'attends pas de réponse. « Et toi, elle est comment ta vie ? A Pariiiis » je fais en insistant parce que ouais, Paris tout ça, on nous bassine tellement avec Paris que s'il me raconte pas une life strass et paillettes faite de glamour et de hautes façades blanches, je vais me sentir douillée.

_________________
"i cared for eight seconds.
then i got distracted."
Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) Big_1409268352_1382460173_image
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 358
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10k
AFFINITÉS:
Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) Empty
MessageSujet: Re: Doing it for the money. (lundi s4, 11h30)   Doing it for the money. (lundi s4, 11h30) EmptyMar 21 Mai - 0:38

J'ai pas trop de mal à lui raconter ma life à Tonia, parce que je sens qu'elle sera pas du genre à me juger ou à analyser mes comportements en mode psychologie inversée. Je pèse pas vraiment mes mots avec elle en fait. C'est différent des autres candidates. Faith je joue au petit con parce que ça me fait sourire d'adopter une attitude de mec hyper sûr de lui-même et provoc avec elle. Elle m'en veut jamais et elle se moque, ce qui me plait bien. Lula on s'embrouille et on se comprend pas vraiment, sauf au plein milieu de la nuit quand on se retrouve impuissants face à nos prises de tête, alors je dirais pas qu'on a un lien que d'autres ont voulu nous imaginer. Ana je la challenge, j'essaye de comprendre ce qui se cache derrière son masque, tout en sachant que je serai incapable de vraiment la comprendre. Kenz' on joue à un jeu ensemble et nos personnages s'allient hyper bien dans ce duo qui s'est créé le soir où on s'est parlés de coeur à coeur. Je tiens vraiment à notre relation, mais je sens aussi qu'elle s'articule autour d'un espèce de contrat tacite. Alors Tonia c'est encore un autre truc, c'est juste elle et moi dans nos manières d'être les plus simples. Et c'est sans doute pour ça que la mission a pas vraiment marché dans ma tête, j'avais la flemme de surjouer. Du coup, quand je lui balance un peu de moi j'anticipe pas forcément ce que je vais devoir lui dire après, mais ça me dérange pas des masses. C'est à dire que je sais pas vraiment gérer l'attachement des autres. Ca peut presque paraître prétentieux mais à mes yeux ça l'est pas. Je hausse les épaules en amorçant un sourire. Mais je pense que tu vois ce que je veux dire. Parce qu'elle m'a pas non plus l'air d'être le genre à rester posée trois ans dans une relation. Le seul truc c'est que Tonia elle doit avoir le bon sens de se libérer des liens avant que ça vire au drame, alors que moi je suis totalement du genre à me créer des emmerdes pour tout foutre en l'air. Et ça c'est aussi dû à mon attitude de beau parleur. Elle se fout de moi en me traitant de loveur mais en fait elle tape pas mal dans le mille. J'exagère un peu dans ma description mais au fond ça me fait kiffer d'en foutre plein la vue aux meufs pour le premier rencard. Surtout quand c'est quelqu'un qui m'impressionne, qui va jouer au jeu du chat et de la souris, qui va vouloir faire la désabusée pour me montrer qu'elle vaut mieux que moi. Trop pas mytho. Je me marre. P'tite conne va. C'est mon côté parisien artiste ça t'sais. La ville lumière, les paillettes, le romantisme, c'est du fluff mais c'est ancré dans l'ADN de mon espace de vie. Je hausse un peu les yeux histoire de faire genre c'est quelque chose qui me dépasse, alors que c'est clairement une manière d'être que j'ai construit au fil des années. En même temps c'est pas sexy de dire que tu viens d'un patelin Suisse, déjà qu'il m'a fallu des années pour me défaire de mon accent. Pas le choix, fallait bien apprendre à se comporter en société histoire de pas trop passer pour un branlos. Tu te rends compte que formulé comme ça on dirait les prémices d'un film glauque à néons ou le mec veut se faire sa pote contre la machine à glaçons. Et clairement je pense pas que ça soit l'intention de Bart, même si c'est toujours les mecs les plus sympas et plus tranquilles qui sont décrits comme les psychopathes des films indépendants. Enfin bon, filmographie à part elle me vend des super soirées limite incestueuses la Blondie. Et moi j'adore bitcher sur ce genre de conneries. Bah attends y'a un black dans l'affaire. C'est évident. Ils ont bon dos les clichés avec nous-deux. Ana et Jude aussi étaient dans le jury ? Autant Faith et Tonia je peux bien les voir jouer aux diva qui gloussent, autant Ana je l'imagine pas rentrer dans ces jeux là, même juste les mentionner. Et Jude bah si son keum la voit dans la salle aux caméras ça promet l'implosion dans le palace. Enfin bon, dit comme ça on dirait pas qu'on est deux adultes Tonia et moi parce que clairement notre conversation vole pas bien haut. J'essaye de nous ramener sur terre histoire qu'au-delà des conneries je puisse un peu mieux capter d'où elle vient. Depuis le début on n'a jamais trop parlé de nos vies en-dehors, elle et moi. J'pense que c'est en partie parce qu'on s'imagine qu'elles sont radicalement différentes et on se complait bien dans cette facilité de communication qu'on a. Mais ça n'empêche que j'ai bien envie de dépeindre Flint au-delà des vieilles images de no man's land ricain construit autour du dinner et du lycée du coin. Je sais même pas quelle taille ça a, sa ville. C'est quoi vos spots ? Le tableau se dessine et ça me fait kiffer. Déformation professionnelle, sans doute, mais je me prends facilement au jeu. On dirait un peu un On The Road inversé. Elle, c'est celle qui reste et qui accueille les voyageurs paumés. Elle s'en nourrit et s'en imprègne le temps de transformer sa petite vie. Puis ils repartent à leurs aventures et elle redevient la Tonia du coin. T'es la star de Flint avoue. Avec sa gueule d'ange qui se transforme en visage de diablotin quand elle cligne des yeux ou qu'elle sourit. J'sais pas, tu préfères ceux qui passent ou ceux qui restent ? Je souris pour répondre à moitié à sa question. C'est facile de rester ancrés à un groupe, j'en sais quelque chose. Mais c'est aussi ceux qui passent et qui te foutent en l'air qui te permettent de capter que y a un autre monde, une autre vie, d'autres façons de réfléchir. Ceux qui restent, les galériens, ils existeraient pas sans les autres. Je me prends quelques secondes pour réfléchir à sa question parce que y a plein de trucs à dire. Moi j'aime bien être concis dans mes mots, mais Paris c'est toute une histoire. Un cliché. Je souffle une dernière taffe avant d'éteindre ma clope et de croiser ses yeux. J'pense que comme toutes les grandes villes t'as des millions de manières de la percevoir. Moi je suis dans un milieu assez chelou, hyper ouvert en apparence mais au final tout le monde se ressemble. Après c'est cool, parce qu'une fois que t'as été accepté t'as un peu l'impression que le monde est à toi. On a une relation hyper désabusée à tout, l'argent en premier lieu, les choses matérielles. Et puis les relations, comme je lui disais avant. C'est une ville magnifique mais je pense pas que les personnes y soient hyper bien en fait. Parce que les parisiens c'est quand même du genre à pas mal ruminer sur le malheur, les angoisses, tout ça. Et c'est pas pour rien qu'on est la nation du cinéma, mais aussi des petits films indépendants à trois sous complètement axés sur des vies de familles privilégiées qui arrivent à se tailler les veines. Du coup on fait beaucoup la teuf. Je finis en me marrant histoire de pas rester sur une note trop négative. Le truc c'est que le parisien déteste sa ville. Et le mec comme moi qui s'est fait accepter il a pas intérêt à critiquer la chose. Paris moi je sais qu'elle m'épuise mais je m'en irai jamais.

_________________


j'veux voler comme un nuage,
comme un missile dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Money is the anthem of success, le 13/2/12 à 11h52
» N.E.W. Money In The Bank - 15 Juillet 2012 (Résultats)
» Raf & Kovu ₪ Money money money
» Mat'
» Scheldeprijs (HC) Lundi 18h

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: ESCALIERS-
Sauter vers: