Partagez
 

 Francis. (dimanche s5, 12h00)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 435
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
Francis. (dimanche s5, 12h00) Empty
MessageSujet: Francis. (dimanche s5, 12h00)   Francis. (dimanche s5, 12h00) EmptyDim 26 Mai - 23:46

@bart
Je suis un peu déçue, j’évolue, avec ma frustration qui ne tarde pas à cavaler dans mes veines pour irriguer l'intégralité de ce que je suis, dans le domaine à la recherche de Bart. Introuvable. Ce que je retiens, c'est qu'il ne doit pas essayer de me  trouver, lui. J’aurai aimé qu’il m’octroie un peu de son temps et de son attention, il m’a à peine calculé pendant le prime, trop occupé à se concentrer sur Tonia qu’il a vu pendant sept jours. Je sais rapidement me montrer injuste quand je suis fatiguée, ou déçue. Je n'aime pas me sentir facilement remplacée et j'ai un peu peur d'avoir été éjectée du tableau sans avoir pu donner mon avis. Alors j'essaie de rattraper le peintre pour négocier ou comprendre son choix artistique. Mon regard bute sur une silhouette familière. J’aperçois Bart, les pieds dans l’eau, encore sur le rivage, qui me fait dos. Façon faucon fondant sur sa proie, je me dirige vers lui sans trop d’hésitation afin d’arriver à sa hauteur. Salut. Je glisse une main dans la sienne, mes doigts m’assurant une (em)prise satisfaisante. Y a quelques secondes de silence qui s'écoulent trop rapidement. « Je me sens mieux quand tu es là » je glisse en croisant ses prunelles, parce que c’est vrai. Je n’ai jamais eu de fierté mal placée avec les gens que j’apprécie, je n’ai jamais compris le principe de s’autocensurer juste pour l’ego. Ce raisonnement est complètement stupide. Je n’attends pas que les gens devinent ou ressentent l’importance qu’ils peuvent avoir pour moi. J’ai toujours aimé faire partager mes constats, mes maux et mes vérités alors là, j’ai envie que Bart le sache. C’est une conséquence de la séparation qui nous a été imposée, qui m’a laissé du temps pour ressentir, analyser et tirer les conclusions correspondantes. Parfois pour m’occuper, j’essayais de m’imaginer son quotidien. Avec Bart, je me sens utile et écoutée, il arrive à me faire naturellement parler comme personne alors forcément, le manque se ressent rapidement au bout de quelques jours. Un lent sourire s’étire sur mes pulpeuses avant que mes opales ne se vrillent à nouveau sur la mer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 364
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
Francis. (dimanche s5, 12h00) Empty
MessageSujet: Re: Francis. (dimanche s5, 12h00)   Francis. (dimanche s5, 12h00) EmptyMar 28 Mai - 1:21

Bart, il se sent un peu triste aujourd’hui. Non pas que ça le change beaucoup émotionnellement, mais il est encore plus mou que d’habitude. C’est une de ces journées où il a juste envie de se rouler en boule dans son lit pour écouter des morceaux d’Adèle. Il se force quand même à sortir pour donner un minimum de gueule à sa mini crise existentielle où il a l’impression que personne ne l’aime, même si c’est complètement faux. Regarder l’horizon d’un air profondément concerné, c’est quand même plus classe que végéter dans sa suite luxueuse. Et surtout, il y a beaucoup moins d’interférences sur la plage qu’à l’intérieur du palace. Il n’a pas trop envie de parler aux autres, Bart. Il ressent le besoin de s’isoler donc il se traîne vers d’autres territoires vierges et inoccupés à cette heure de la journée par les autres candidats. Il se traîne sur l’étendue de sable avec sa dégaine de ramollo de service en pleine dépression. Après le prime de la veille, c’est comme si l’ego qu’il s’était difficilement construit en trouvant un secret et en apparaissant pour la toute première fois positivement dans le classement de popularité avait rétréci à la machine à laver. Ça l’a blessé de découvrir que de tous les candidats possibles et imaginables, c’est lui qu’on avait choisit de nominer à la place de noms un peu plus obvious comme Nicholas qui avait disparu de la circulation après la séparation en deux groupes. Faut savoir que Bart, il se fait violence dans l’émission. Faut parler aux autres, refréner ses névroses, faire genre que tout va bien même quand ce n’est pas le cas. Le contrôle continu, il ne le gère pas des masses, mais il essaye de s’accrocher pour au moins avoir la moyenne. Il laisse ses chaussures sur le sable pour foutre ses pieds dans l’eau. Le tableau doit être sympa. Ça fait toujours bizarre d’avoir la plage rien que pour soi, sans tout un tas de touristes équipés de leurs parasols et de leurs glacières pour foutre en l’air le paysage. Il y a Lula qui débarque un peu de nulle part. Il est tellement au ralenti, qu’il ne l’a pas vu arriver et que sa main, elle se retrouve déjà emprisonnée dans la sienne sans qu’il n’y ait rien capté. C’est pas grave, ce n’est pas désagréable. Il lui adresse un sourire. « Moi aussi. » il constate en direct, par rapport à ce qu’il ressent en la revoyant. Il ne sait même pas pourquoi il a cherché à s’isoler comme un débile, alors que c’est évident qu’il aurait dû aller la voir en se réveillant. Ça l’a fait chier de ne pas la voir pendant une semaine, Lula. « Je suis désolé pour hier. Je suis parti un peu précipitamment du prime, mais je n’avais pas envie qu’on vienne me dire qu’on était désolé pour moi. » Bart, déjà qu’il fait naturellement pitié avec sa dégaine de looser, mais avec la nomination en plus, son pathétisme atteint des sommets. Il n’a pas envie qu’on lui en rajoute, même s’il sait très bien le faire sans personne. « Alors comme ça toi aussi tu as peur de l’abandon ? » il note dans un sourire en se repassant la soirée de la veille dans sa tête. Le meeting entre les chefs d’équipe, c’est juste 5% du prime. Bart, il préfère se focus sur le reste. « Poissons et Cancers, même combat. » Ils ont vraiment des signes astro de fragiles quand on compare avec ce qui s’est dit sur les Lions lors de la chronique de Marco. « On t'a déjà abandonnée ? » Ce genre de peur, on l’a souvent parce qu’on l’a expérimentée à un moment de sa vie.

_________________


Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 435
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
Francis. (dimanche s5, 12h00) Empty
MessageSujet: Re: Francis. (dimanche s5, 12h00)   Francis. (dimanche s5, 12h00) EmptyJeu 30 Mai - 17:46

Je lui impose ma présence et l'arrache à son moment de solitude. Fe toute façon, c'est toujours mauvais signe de fixer l'horizon en étant immobile, ça témoigne d'un bordel interne trop important. Je l'écoute avec attention. Je peux comprendre qu'il ait eu besoin de digérer sa nomination d'office. Je froisse néanmoins mes sourcils quelques secondes. « Je ne t’aurai pas dit ça » je corrige en haussant cependant les épaules. Moi j'aurai pété un câble contre les chefs d'équipe et les adjointes parce qu'ils mettent sur la sellette quelqu'un qui s'investit dans ce jeu. Mais bon, une nuit de sommeil dans un vrai lit plus tard, je peux comprendre la difficulté de ce choix, chacun a essayé de défendre ses plus grandes affinités comme il le pouvait. Bart, c'est un dommage collatéral, dans cette histoire. « Je t'aurai d'abord dit que tu m'as vraiment manqué, après, on aurait pu éventuellement parler de ta nomination » Je lui souffle dans un sourire en refaisant la soirée d'hier. Il revient sur la rubrique de Marco. L'abandon. « Peut être » je glisse parce que c’est comme ça que Marco décrit les Cancers. Je n’ai pas l’impression que ce soit un point bloquant dans ma vie, en réalité. C'est exactement pour ça que je déteste intellectualiser. On se découvre toujours des nouvelles névroses alors qu'on vivait très bien depuis vingt ans avec parce qu'elles n'avaient aucun nom. Un fois que le mot est posé, c'est trop facile de chercher, de se rendre compte. « Je n’ai pas l’impression d’en avoir vécu un » je glisse. « Je n’aime surtout pas me sentir délaissée, je crois » je lui réponds avant de lâcher sa main, c'est finalement une certitude quand je me penche sur la question. Parce que je suis en recherche d’attention mais pas celle de n’importe qui. Je suis sélective dans ma demande. « Ça me fait mal, et quand c’est le cas, je fais n’importe quoi » Je lui explique d’une voix claire, parce que j’ai cette sensation qui me lacère le ventre et qui ne me rend absolument pas rationnelle dans mes actes et paroles. Je deviens souvent injuste et égoïste, je balance des envolées blessantes envers celui que j’estime fautif. Je donne l'impression d'être définitive dans mon jugement et ma déception. Je ne sais pas réellement d’où ça vient, je n’ai jamais chercher à analyser. « Et toi ? » je lui demande parce que je ne veux pas le coincer avec l’histoire de sa mère et je veux le laisser l’opportunité de m’offrir une autre réponse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 364
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
Francis. (dimanche s5, 12h00) Empty
MessageSujet: Re: Francis. (dimanche s5, 12h00)   Francis. (dimanche s5, 12h00) EmptyDim 2 Juin - 0:24

Bart, il a un petit côté autistique qui le rend un peu nul au niveau des relations humaines. Il y a plein de trucs qu’il ne supporte pas, comme lorsqu’on le mate en biais pour checker ses réactions. Ce genre de contact visuel non désiré, c’est hyper exigeant sur le plan sensoriel pour un type comme lui. Hier soir, on le regardait bizarrement après l’annonce de sa nomination et ça le chatouillait de partout, mais pas d'une manière agréable. Ce n’est pas juste parce qu’il n’avait pas envie qu’on lui dise qu’on était désolé pour lui qu’il s’est barré. Bart, il avait envie de vivre son petit coup de mou de son côté, même si c’était certainement égoïste et maladroit vis-à-vis de Lula. Il esquisse un sourire quand elle lui dit qu’il lui a manqué. « Tu vas toujours courir à la même heure. J’essayais de capter ton attention depuis la passerelle, mais tu me voyais pas vraiment... » il balance en mode anecdote pathétique et gênante pour le commun des mortels, sauf que lui, il n’est plus à ça près. Ça fait un peu stalker sur les bords, mais Bart, il s’en fout de passer pour un con avec Lula. Lui aussi il se sentait paumé sans elle au début et elle doit certainement s’en douter vu toutes les névroses qu’il se trimbale. La peur de se faire rejeter, c’est sûrement sa principale. L’idée de solitude lui génère une angoisse parfaitement entretenue par la société qui considère qu’être seul, c’est une tare. Au niveau de sa petite analyse astrologique, Marco ne s’est pas vraiment trompé en ce qui concerne Bart. Chez les Cancers, il y a aussi Anaswara qui ressent des craintes assez semblables à ce qu’il a raconté lors de sa rubrique. Lula, elle se montre plus dubitative alors qu’elle a l’air de ne pas vraiment savoir où se placer par rapport à la notion d'abandon. « Ça t’inquiètes qu’on reparte chacun de son côté après l’émission ? » Parce que lui, oui, beaucoup. Peut-être qu’elle s’en tape, Lula et qu’elle est beaucoup plus lucide que Bart qui trouve que se contenter d’un échange mensuel sur skype après tout ce qu’ils ont vécu dans le palace, c’est hyper déprimant. « C’est l’une des pires sensations d'être oublié par quelqu'un qu'on oubliera jamais. » il souffle, parce que c’est un peu comme ça qu’il perçoit sa peur de se sentir délaissée dont elle lui parle. Lula, elle lui retourne sa question et il y a un petit moment de flottement avant qu’il ne reprenne la parole. « Ma mère s’est jetée sous un métro. C’est comme ça qu’elle est morte. » Ce n’était pas dans un accident de voiture ou des suites d’une longue maladie. Dans un sens, elle a décidé d’elle-même de mourir, même si en interne c’est bien plus compliqué que cette vision binaire du suicide. Il n’en a jamais parlé dans l’émission, mais il ressent le besoin étrange d’informer Lula de la situation. C’est quelque chose d’important, sur lequel il a complètement forgé sa vie d’adulte. Il ne s’attarde pas. Il pourrait lui expliquer qu’elle était malade et que lui, il ne l’a pas tout de suite assimilé d’où son sentiment d’abandon. Elle s’en doute de tout ça. Bart, il lui file la pièce maîtresse du puzzle que constitue tous ses soucis mentaux et relationnels. Elle ne doit pas être si surprise que ça, il y a toujours eu des détails à son sujet qui allaient dans ce sens, comme sa tendance à vouloir sauver les autres ou sa peur de ne jamais être assez bien. Quand ta mère décide de se jeter sous un engin pesant plusieurs tonnes et arrivant à 50 km/h, égoïstement tu le prends pour toi. Tu te dis que si t’étais moins médiocre, peut-être que son amour à ton égard aurait pu être suffisant pour qu’elle s’accroche. « On marche un peu ? » il change brusquement de sujet en l’invitant à se mettre en mouvement. Il se sent un peu désolé d’avoir cassé l’ambiance avec son information déprimante dont personne ne doit avoir envie d’entendre parler. C’est gênant, comme à peu près tous les trucs qui sortent de sa bouche. Le silence qui suit doit l’être également d’une certaine manière, même si Bart lui a déjà dit que ça ne le gênait pas avec elle les blancs puisqu'il a confiance en la manière dont elle le perçoit dans sa tête. « T’as déjà fait ça quand tu étais petite ? » il demande en chopant un coquillage sur le sable pour le placer sur son oreille, puis ensuite sur celle de Lula. « Je pensais que j'avais découvert un truc de fou à l'époque, alors que non, tout le monde le faisait et l'a toujours fait. »

_________________


Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 435
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
Francis. (dimanche s5, 12h00) Empty
MessageSujet: Re: Francis. (dimanche s5, 12h00)   Francis. (dimanche s5, 12h00) EmptyLun 3 Juin - 20:34

Je ne peux m'empêcher de lui lâcher un léger sourire à Bart, il sait que je suis concentrée quand je cours et que plus rien ne compte si ce n'est les pulsations effrénées de mon coeur. On dérive sur autre chose. «  Ca, c'est une réalité à laquelle je me suis un peu faite » Je glisse lorsque Bart parle de l'après. Ca ne m'empêche pas pour autant de m'attacher aux candidats. C'est un peu paradoxale parce que je sais que je vais avoir mal (un peu) mais j'ai ma lucidité qui combat mon envie de m'emballer. «  Ça m'attriste plus que ça ne m'inquiète » Je lui glisse mais j'ai mon esprit pragmatique qui ne voit pas comment ça pourrait se dérouler autrement, je n'ai pas trop de doute sur la question. «  C'est plus une question de possibilité que de volonté » Je lui dis en espérant qu'il arrive à me comprendre. « Tu en penses quoi ? » parce que ça m'intéresse. Je pivote légèrement dans sa direction lorsqu'il continue sur sa lancée. Mes opales se braquent sur lui, parce que j’ai du mal à accueillir ce moment, cette confession. «  Tu avais quel âge ? » Je lui demande en tentant contre la vague de mauvais sentiment qui me submerge parce que je fais un transfert et je suis incapable de m’imaginer sans ma mère. Moi je veux toujours l’entendre dire «  tiens mais c’est ma fille » quand elle me croise, comme si j’étais une grande connaissance, dans le bus alors qu’on habite à deux immeubles l'une de l'autre. Quand j’étais petite, j’ai mis du temps à comprendre que ma mère n’était pas éternelle et que la nature voudrait qu’elle parte avant moi. J’ai tellement pleuré à ce moment là que mon corps ne devait plus contenir d’eau. Alors forcément ça m’impacte quand il me l’annonce. Je glisse un bras autour du sien. «  Tu sais pourquoi ? » Je souffle parce que y a toujours une raison, c’est bien de s’y accrocher quand on est ceux qui reste, ceux qui sont abandonnés. Je le suis Bart, j’ai pas trop le choix mais c’est vrai que deux loin, on doit avoir l’air de deux dépressifs prêts à se noyer dans la mer à n’importe quelle seconde. « On n’avait pas trop de tune pour aller souvent en vacances » je glisse à Bart lorsqu’il me colle le coquillage et je me fais plus attentive. C’était toujours une expédition les vacances en mode camping sauvage parce que ça la toujours fait chier, ma mère, de se parquer dans un mobile home à 800 balles la semaine. « Mais la plage fait partie de mes endroits préférés » Je lui souris avant de m’emparer du coquillage. « Je suis plus branchée océan par contre » je glisse parce que j'aime bien éviter les grands rouleaux qui menacent de m'emporter, ou les baines dangereuses. On s'ennuie pas. «  J'aurai bien aimé t'emmener dans mon petit bled paumé du sud ouest sans wifi ni réseau, avec Rainer et Betty qui tiennent leur petit cinéma indépendant depuis trop longtemps, on se serait souvent posé là bas, avec des paninis au nutella » Je lui souris, je suis sûre qu'il s'y plairait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 364
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
Francis. (dimanche s5, 12h00) Empty
MessageSujet: Re: Francis. (dimanche s5, 12h00)   Francis. (dimanche s5, 12h00) EmptyMer 5 Juin - 13:01

Bart, il n’arrête pas de faire chier tout le monde avec l’après. C’est vraiment un truc qu’il ne parvient pas à se sortir de la tête pour juste vivre dans l’instant présent. Du coup, il rebalance régulièrement des questions à ce sujet au cours de mini-crises existentielles. « Tu sais que Tonia m’a presque dit l’inverse ? » il fait remarquer dans un sourire. Ce n’est pas tout à fait ce qu’elle lui avait dit, mais c’est la manière dont il l’avait compris. Si tu veux changer les choses, tu le fais, c’est tout. Bart, il a toujours l’air un peu à côté de ses pompes, mais ça ne veut pas dire qu’il n’écoute pas ce qu’elle lui raconte. C’est sûrement plus facile pour eux et leurs existences décousues de paumés de considérer que tout est plus une question de volonté que de possibilité. Lula, elle a une carrière, une fille, un minimum de responsabilités qui l'obligent à se montrer lucide. Bart, s’il ne dit pas qu’il pourrait tout lâcher du jour au lendemain comme la blonde, c’est plus par crainte du changement que parce qu’il y a réellement quelque chose ou des personnes qui le retiennent dans sa vie actuelle. « Moi oui, ça m’inquiète. » il confirme sans gêne, mais ça ne doit pas être un scoop vu comment il s’angoisse pour que dalle. Sa nomination, elle est compliquée à encaisser pour cette raison. Il n’a jamais cru qu’il pourrait aller très loin dans le jeu, mais ça le rend nerveux de s’imaginer à l’extérieur, mettant fin à toutes les relations qu’il a naïvement commencé à construire dans le palace. « Je ne sais pas trop ce qui va se passer si je suis éliminé. » Bart, il visualise pas le truc alors que normalement, c’est sa méthode pour affronter son quotidien qui lui fout les jetons. Il a vraiment du mal avec tout ça. Il a peur de se retrouver encore une fois très isolé après avoir connu la sensation d’être encadré par des présences rassurantes comme Lula, Tonia ou Ansaswara. Bart, comme annoncé lors de son bilan astrologique, il a vraiment peur de la séparation. Tout comme du rejet ou de l’abandon dans un triptyque de l’angoisse. Il ne sait pas trop pourquoi il mentionne le suicide de sa mère maintenant. Il a juste envie de le dire à Lula. Qu’au moins une personne ici soit au courant, parce qu’il aurait sûrement dû en parler lors de sa révélation pour expliquer son besoin de sauver le monde, même s’il n’en a pas été capable le faire. « J’avais douze ans. » il expire en regardant l’horizon, les yeux plissés à cause de la luminosité. Il ne sait pas trop quoi répondre quand elle lui demande pourquoi. Il n’y a pas eu de notes ou d’événement traumatique précis pour fournir des explications. Ça a été un processus lent, pas si étonnant que ça puisque sa mère a toujours entretenu une fascination étrange pour la mort. « Elle était malade. Parfois, c’est difficile à comprendre. On se demande pourquoi cette personne est incapable de se reprendre en main ou de se forcer un minimum pour sortir ou voir des gens. La vérité, c’est que le problème n’est pas un manque de volonté, mais une sorte d’accablement mental et physique. » Bart, il ne s’est jamais trop posé de questions. C’était sa mère, point barre. Et même si elle était souvent fatiguée et que parfois elle était incapable de prendre une douche, peut-être que le lendemain elle serait de nouveau heureuse à se maquiller et prendre soin d’elle. Ça ne lui était jamais venu à l’esprit qu’elle pourrait commettre l'irréparable. Même son père, il n’avait pas l’air de piger. Parce qu’ils étaient censés être sa raison de vivre, mais ils ont sûrement été trop égoïstes pour prendre au sérieux son trouble qui s’est détecté trop tard. C’est difficile aussi pour Bart de faire certaines choses. On aimerait le pousser ou le secouer, mais il n’arrive tout simplement pas à modifier le mécanisme de son cerveau. Il faut lui accorder beaucoup plus de temps que d’autres personnes pour certaines choses. Ils se laissent entraîner sur la plage pour ne pas rester statique. Bart, il a aussi envie de parler d’un autre truc pour ne pas piéger encore plus qu’il ne l’a déjà fait Lula dans ses névroses. « J’aimais bien l’idée que quand tu écoutes à l’intérieur d’un coquillage, c’est le son des vagues et l’océan que tu entends. » il souffle pensivement. Alors que non, c’est beaucoup plus technique et moins romanesque, à base de fluides circulant dans nos vaisseaux sanguins perceptibles depuis l’oreille. Bart a eu une enfance plutôt confortable à aller en vacances à la plage l’été ou à la montagne pour faire du ski l’hiver, contrairement à Lula. Il a voyagé et il a vu beaucoup de choses, même s’il n’en a pas toujours pleinement profité avec sa manière chelou de considérer tout ce qui l’entoure avec mélancolie. Il l’écoute lui parler de son cinéma perdu au milieu du sud-ouest de la France et ça lui fait bizarre de les imaginer tous les deux à se faire chier dans un bled où il n’y a rien. Lui, c’est clair qu’il kifferait, parce que c’est tout à fait sa came les endroits comme ça. « C’est quoi ton film préféré ? » Bart, il aime bien poser ce genre de questions complètement cons pour découvrir les gens. Personne ne réfléchit à des trucs pareils à part lui, parce qu’on n’en a rien à carrer d’effectuer un classement interne des choses qu’on préfère. « Est-ce qu’il y en a un que t’as vu là-bas qui t’as particulièrement marquée ? » Lui, il a juste envie qu’elle lui raconte une petite histoire et à défaut de lui parler d’un synopsis de film, elle peut aussi lui raconter ce que ça fait une Lula avec des gens qui s’appellent Rainer et Betty.

_________________


Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: PLAGE-
Sauter vers: