Partagez
 

 get high (lun - 7h)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 682
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
get high (lun - 7h) Empty
MessageSujet: get high (lun - 7h)   get high (lun - 7h) EmptyLun 27 Mai - 0:30

@Kenza

Kenz' elle dort moins que moi d'habitude. C'est pas vraiment compliqué parce que je fais partie de ces gars qui une fois qu'ils s'écroulent peuvent avoir un sommeil léthargique de douze heures en continu. Je sais pas vraiment si c'est dû à mon taf qui est épuisant, ou à mon rythme de vie qui fait que je suis déphasé, mais c'est une réalité et les personnes qui me côtoient sont habituées à me voir difficilement émerger avant midi quand j'en ai la possibilité. Ceci dit, depuis le dernier prime je suis dans un mood étrange et j'ai beau mettre ça sur le dos de la semaine passée - un peu bizarre - je connais très bien les raisons au fond de moi. Ca m'effraie et ça m'empêche de dormir hyper relaxé. Alors quand au petit matin je vois les rayons d'aube se lever je décide d'abandonner le lit et de me préparer un plan de journée. Les plans en général c'est ce qui me permet de pas sombrer totalement. Je m'y accroche comme à une sangsue et je met le pilote automatique en marche pour m'éviter une quelconque rechute. Mon plan, au petit matin, c'est de passer un moment cool avec Kenz'. Là aussi j'ai du mal à distinguer une pseudo culpabilité qu'elle m'a fait peser l'autre soir d'une simple envie de grappiller des heures avec elle, comme on en avait l'occasion dans la loveroom. J'enfile un tshirt pour aller à la cuisine et je commence à préparer un thermos de café, du jus d'orange pressé, couper des fruits et les mélanger à du yaourt frais dans un saladier. J'aurais bien fait des crêpes ou un truc cool comme ça mais mes talents s'arrêtent à des pauvres pancakes protéinés en post-workout. De ce côté là j'abdique. Je fais griller du pain et je vole un pot de miel en ignorant volontairement le fait que d'autres puissent en avoir envie au réveil. Too bad, c'est la règle du premier levé qui prime. On est lundi matin et je sens qu'à moins de me foutre un coup de pied au cul cette semaine sera difficile pour moi. A défaut de savoir comment me faire du bien j'extrapole mes besoins et les concentre sur ceux de la marocaine. Je glisse mes préparations dans un sac à dos, j'y enfile aussi des paréos pour le sable, une enceinte bluetooth et de l'huile solaire. Vu que je me découvre un instinct control freak je décide aussi de me taper un aller-retour sur la plage pour préparer des planches de surf si on décide d'aller s'aventurer près des vagues. Ca me fait tambouriner le coeur et ça me fait du bien. Finalement, mon butin posé à la porte de notre chambre je me faufile à l'intérieur et me glisse dans la douche pour essayer d'effacer mes cernes. J'ai tout prévu, comme le parfait copain qui prépare une surprise pour sa zouz. Kenz' je sais pas vraiment comment on se considère, mais je me prends pas non plus la tête avec ces questions là parce que c'était dans le deal et que du moment qu'on est bien tous les deux il m'en faut pas plu. J'enfile rapidement mon short de bain après m'être séché et avoir ébouriffé mes cheveux pour en faire goutter l'eau chaude. Je me glisse dans le pieu et je pose ma main sur ses hanches en fermant les yeux un instant, sachant qu'elle va pas tarder à se réveiller. Je le sais, j'ai senti son souffle se faire moins régulier. Quand elle bouge je fais pareil pour lui signifier que je suis réveillé. Hello. Je souris en captant ses yeux noirs. Bien dormi ? Je freine cette excitation derrière des questions de circonstance, mais il me faut pas bien longtemps pour lui révéler mes plans. Prépare-toi, je t'emmène à la plage. En plus mon horoscope m'a indiqué que cette semaine je devais m'approcher de l'eau, alors j'ai pas d'autres excuses que de m'y plier. Et ça, au fond, je sais qu'elle le sait. J'ai envie qu'on soit les premiers à dominer l'espace, le palace, la mer, comme si pendant un petit moment tout nous appartenait et qu'on passait du stade occupant de locaux au stade propriétaires affirmés. Ou roi et reine du monde, dans un autre délire mégalo.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 772
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 012£
AFFINITÉS:
get high (lun - 7h) Empty
MessageSujet: Re: get high (lun - 7h)   get high (lun - 7h) EmptyLun 27 Mai - 17:43


Kenza, elle dort peut-être d’un sommeil profond, mais elle arrive sans mal à sentir le départ d’@Icare qui se lève pour quitter le pieu. Elle donne souvent l’impression de dormir, mais au fond, elle est juste là en état de semi-éveil, histoire de contrôler un peu son environnement même durant ses sommeils. Elle est comme ça, sur le vif et en alerte devant n’importe quel changement de température, d’ambiance, de perte de contact. Les types qui se réveillent avant elle pour se barrer avant qu’elle ne s’en rende compte, elle les crame direct. Alors Icare, quand il se lève à une heure peu habituelle, elle le ressent. C’est pas question de capteurs sensoriels, mais elle a un sens qui lui permet de ressentir cette connexion qui disparaît. Avec lui, elle en a l’habitude maintenant tellement elle arrive pas à comprendre son mode de fonctionnement. Il est trop instable, contrairement à elle, réglée comme une horloge qui pionce à minuit et se réveille à 7h. Lui, il vit en totale anarchie. Il est déphasé. Disparaît à deux heures du mat’ pour ne réapparaître que six heures plus tard et s’étaler jusqu’à midi. C’est pas bien pour sa santé, un rythme pareil, mais c’est pas comme si elle avait le pouvoir de changer quoique ce soit. Alors elle ne dit rien. Elle lui donne même l’impression qu’elle dort toujours, alors qu’elle a senti qu’il est parti. Pourquoi faire ? Cette idée l’obsède toujours à chaque fois qu’il se barre. Elle se dit toujours que c’est pas ses affaires, mais c’est un truc de gonzesse apparemment de s'en soucier. C’est plus fort qu’elle, elle peut pas s’empêcher d’y penser alors ça la travaille. Elle ne sait pas quelle heure il est, mais il doit lui rester encore une bonne heure avant son réveil officiel. Alors elle reste allongée en repensant une nouvelle fois à ce qu’il peut bien foutre à cette heure sachant que personne n’est encore debout. Elle se surprend à le retrouver une demi-heure plus tard. Il fait semblant de s’étaler à ses côtés comme s’il n’avait jamais quitté le lit, et elle aussi, elle fait semblant de commencer à peine à se réveiller. Alors que ce n’est que de la comédie. Elle se retourne en baillant histoire de parfaire sa théâtralisation remarquable de la douce gonzesse qui ouvre pour la première fois les yeux, alors que ça fait une heure qu’elle est en mode vigilance extrême « salut » qu’elle se contente de souffler en passant un bras au dessous de son oreiller. « un peu » normalement c’est comme ça que les gens répondent quand ils viennent de remonter à la surface d’un long sommeil compliqué. Il dépose ses mains sur ses hanches et elle s’en écarte légèrement pour la fuir et le faire chier « arrête j’ai pas envie » qu'elle marmonne avec sa petite voix. A vrai dire non, elle en a bien envie, et il a tout à fait raison de ne pas la prendre au mot et d’insister, parce-qu’au fond d’elle, elle est juste en constant conflit interne. Elle aime bien quand il dépose sa main comme ça sur elle, mais ce matin, elle doit lui faire signifier qu’elle est pas dans le mood. Alors va faire cohabiter ces deux sensations contradictoires dans une seule attitude de femme compliqué tout en trouvant l’équilibre idéal pour pas envoyer de faux messages, mais Kenza, ça va, elle est pas à sa première fois et sait parfaitement doser parce-que le but, c’est pas de le repousser non plus ou le refroidir. Elle se retourne alors pour lui faire face. C’est bon elle juge qu’elle en a assez fait de sa précieuse qui se fait désirée et dépose sa main naturellement sur l’intérieur de sa cuisse chaude dans un regard absent pour se refaire la proposition. Avec ce qu’elle raconte et ce qu’elle fait, elle est vachement contradictoire, mais elle est comme ça. Impossible de la comprendre ou en tenir un bout, mais faut  faire avec. Après, c’est sûr qu’intérieurement, elle aime bien le plan de la plage. C’est clair qu’elle dirait pas non à un truc pareil, surtout avec lui, mais faut pas qu’elle accepte facilement. Et puis faut qu’elle reste crédible avec sa mini rancune du prime, parce-que bon, elle a peut-être oublié tout ça en deux soirs tellement c’est négligeable, mais c’était quand même pas cool de sa part de citer Anaswara, surtout que c’est pas elle qui suce sa tebi ou lui masse le bâton quand il a envie de se vider au sens propre, comme au figuré. Non franchement c’était pas cool mais bon, elle a aussi envie de vivre une nouvelle belle expérience alors elle arrête de faire sa difficile et abdique. « d’accord » qu’elle souffle avec un meilleure enthousiasme, un large sourire sur les lèvres qui trahi un peu tout ce qu'elle a construit jusqu'ici. Elle aime pas se sentir faible face à ce genre de proposition, surtout face à lui, mais il a gagné. Elle se relève alors, file range ses affaires, ses produits, ses crèmes et tout ce dont elle en aura besoin là-bas dans son sac à main, part se doucher rapidement à la salle de bain, attache ses cheveux et enfile son maillot de bain sous son mini short. Elle a pas trop le temps de se maquiller alors elle visse ses grosses lunettes de soleil sur ses yeux, rentre ses pieds dans ses sandales et ressort pour faire signe à Icare qu’elle est ready. « voilà je suis prête » qu’elle annonce en se présentant enfin devant lui. Elle aime pas trop cette version bâclée d’elle ou elle a pas le temps de se préparer comme il le faut, mais elle y peut rien, c’est le gros problème des surprises à l’improviste d’Icare donc elle fait avec « c’est quoi le programme maintenant ? » qu’elle demande. Parce-que "prépare-toi je t'emmène à la plage" c'est bien romantique et mignon, mais c'est pas suffisant. Il lui faut des détails maintenant. Donc direction la salle à manger pour le petit déjeuner c’est ça, ou bien il avait d’autres plans en tête ?

+ TENUE

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 682
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
get high (lun - 7h) Empty
MessageSujet: Re: get high (lun - 7h)   get high (lun - 7h) EmptyMer 29 Mai - 0:14

Quand je suis fatigué comme ça je passe un peu en mode pilote automatique. Je sais que si ça continue tout au long de la semaine je risque de me taper un délire semi-autiste mais pour l'instant je préfère me dire que ça va passer, que je vais retrouver mes nuits d'une longueur habituelle et que mon instinct se trompe. C'est qu'une sale sensation qui me suit et de laquelle je dois me défaire. Alors mon premier réflexe pour oublier ce truc c'est de me concentrer sur Kenz'. D'une part parce que j'en ai envie et d'autre part parce que quand elle est en forme ça a aussi un effet positif sur moi. @Kenza j'ai envie de la faire voyager ce matin. C'est complexe et prétentieux dans un endroit comme celui-ci, où tout nous renvoie à l'évasion et au fait qu'on est loin de nos préoccupations quotidiennes. Mais j'ai envie de recréer un espèce de contexte d'escapade. Comme si je l'emmenais faire une virée sur une petite île de méditerranée et qu'on s'accordait un moment de kif rien que tous les deux. Mon côté maniaque des décors a un peu aidé dans la confection du total package. J'avais pas forcément full matos à disposition mais j'ai au moins tenté de nous inviter de l'autre côté de la mer l'espace d'une matinée. Alors quand elle fait sa difficile à mon contact je rentre pas dans son jeu et je me laisse pas avoir. Elle peut faire encore sa vexée mais je tergiverse pas et je compte bien mener mon plan jusqu'au bout. C'est bon j'ai capté que j'ai dit de la merde mais je suis aussi plein de bonne volonté pour lui montrer que je m'en bas pas les couilles de l'avoir blessée. Dans d'autres circonstances j'aurais pu lâcher le truc et dire un bon gros bye mais Kenz' je l'aime vraiment bien et j'ai pas envie de jouer au con. Alors ouais j'enterre mon égo et j'ignore ses plaintes de meuf difficile parce que si dans dix minutes elle se lève pas je passe au plan B. Heureusement elle finit par abdiquer et moi je m'amuse à faire glisser ma main sur son corps pour qu'elle regrette d'avoir joué à la diva. Allez. Je souffle presque contre ses lèvres et je tarde pas à obtenir gain de cause. Elle fait la star intouchable Kenz' mais au fond on est pareils tous les deux. A ce jeu on sait très bien comment s'allumer mutuellement et comment attiser la curiosité de l'autre. J'ai un peu peur qu'elle trouve ça débile cette idée d'escapade parce que bah... Ici on est entourés d'escapades. Mais j'essaye de pas perdre la face et de lui vendre le truc au mieux. A défaut de pouvoir lui offrir la lune j'y mets du mien pour la faire s'étonner. C'est pas évident de créer un truc méga innovant quand t'es limité par des ressources matérielles et de déplacement. Elle se prépare en un temps record par rapport à ce que j'ai connu et moi je me relève pour enfiler un tshirt histoire de pas trop faire le mec à l'aise chez lui. J'enfile mes espadrilles et j'entoure son épaule avec mon bras avant d'ouvrir la porte de la chambre et de la laisser sortir. En attendant je récupère le sac que j'avais laissé dehors et je glisse mes lunettes de soleil sur mon nez. Petit déj aux rayons naissants du soleil avant une bronzette sous le soleil de Formentera. Je lui dépeins le cadre. La mer turquoise, le ciel bleu, on abandonne le stress et nos boulots prenants et on casse notre rythme de vie sur un coup de tête. Concrètement j'essaye de l'emmener dans une dimension différente, comme si elle et moi on était autre chose qu'uniquement une entité au sein de Thrown Dice. Et on passe du temps ensemble. Sans tirer la gueule. Moi je me souviens que Kenz' elle avait aimé que je lui laisse la liberté de creuser un peu ma personnalité. Là je lui balance un peu de spectacle parce que les paillettes c'est toujours kiffant, mais au fond j'ai juste envie qu'on joue moins l'espace d'un instant. Quand on arrive sur la plage la surface de l'eau est encore lisse comme de la soie et c'est magnifique de voir les timides reflets colorés venir égayer la scène. Je pose mon butin sur le petit espace que je nous ai créé, en ramenant des transat aux pieds de l'eau, en y posant déjà des serviettes et des huiles solaires. Pour l'instant je dis rien et je me contente de dévoiler le petit déj peu à peu en sortant les coupelles pour le yaourt et les fruits, le jus d'oranges pressées, le café et les tartines. J'amorce un sourire en croisant le regard de Kenza et en haussant les épaules. Comme pour dire voilà, j'avais juste envie de faire un truc cool. Il est trop tôt pour le champagne mais ça viendra tout à l'heure avec la balade en voilier. J'enlève mon tshirt pour laisser ma peau absorber le soleil et je finis par m'installer face à elle. Je lui prépare son bol et son verre en essayant de décrypter ses mouvements et réactions pour comprendre si elle me suit dans le délire. La vérité, c'est que si elle est forte, très forte, elle comprendra que je veux lui donner un peu de moi aujourd'hui. Un peu d'Icare, l'Icare en-dehors du spectacle et de Thrown Dice. Tout ça, c'est juste une mise en scène qui permet d'une manière ou d'une autre d'effacer le palace et ses stratégies et de faire revivre nos nous d'ailleurs.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 772
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 012£
AFFINITÉS:
get high (lun - 7h) Empty
MessageSujet: Re: get high (lun - 7h)   get high (lun - 7h) EmptyMer 29 Mai - 19:28

Kenza, elle fait grave sa difficile, elle joue sa comédie dramatique à deux sous qui ferait refroidir n’importe qui ou tout ceux qui la connaissent pas assez pour comprendre qu’en fait, elle est juste compliquée, donc son comportement hyper complexe c’est juste un filtre anti-gueux qui l’aide plus au moins à faire le tri entre ceux qui sont assez futés pour voir au-delà des apparences, et les petit merdeux qui se découragent au moindre stop. @Icare, il est assez malin pour pas tomber dans le panneau et sait plus au moins décrypter ce qu’elle veut au fond d’elle. C’est pas la nana la plus facile, en vrai c’est un gros big challenge de dealer avec son mood interchangeable d’une minute à l’autre, et elle en est consciente, mais elle en vaut largement la peine donc ça compense. Alors Icare, il sait comment l’appâter le con pour pouvoir bénéficier pleinement d’elle juste après. Parce-qu’il sait que si elle est contente, lui il pourra en tirer ce qu’il veut et profiter de toutes les jolies promesses qu’elle renferme. En plus il fait pas grand-chose pour la mettre dans sa poche et ça prouve à quel point c’est con une nana, au juste. Il suffit juste de pas être trop lourd et c’est bon. Alors il lui jette son programme de la journée à la figure et la laisse se débattre toute seule avec ses contradictions qui la bouffent de l’intérieur. Elle se sent faible face à lui et ses pouvoirs de persuasions chelous qui la font chier, car elle arrive pas à lui dire non au sens propre, comme elle aurait aimé le faire pour imposer sa suprématie. Elle se laisse faire alors que niveau vigilance, elle s’était promise de pas flancher, mais bon, à ce qui parait ça lui pose plus trop de problèmes de s’avouer vaincue et sensible face à lui. C’est bizarre comment elle pourrait faire la dure avec n’importe qui, imposer son fort caractère, paraître inaccessible et faire ramer n’importe quel zguègue de ce palace si elle le désire, alors que lui il peut en tirer ce qu’il veut d'elle, quand il veut, même quand elle en a pas envie. Elle a pas trop comprit à quel moment elle est devenue soumise à ce point avec lui en fait, de façon plus général surtout, mais elle se pose pas plus de questions et se relève pour aller se doucher, se changer et se préparer pour cette petite escapade improvisée. Elle connait pas le programme, d’habitude elle aime bien savoir mais elle est partante pour naviguer à l’aveugle s’il veut lui en faire la surprise. Il enroule son bras autour de son cou et elle, elle a pas de mal à venir déposer sa petite tête sur son épaule, direction la plage donc puisque monsieur a songé à tout, déjeuner y compris. Elle savait pas qu’il était aussi porté sur les détails, et ça lui fait plaisir de voir qu’il s’est vraiment déployé pour lui offrir une excursion de qualité. Elle écoute son programme, bercée par ses mots et voyage avec lui pour s’imaginer le cadre. Et il sait très bien teaser car y’avait pas mieux comme bande annonce pour présenter en avant première ce qu’ils s’apprêtaient à vivre. Petit déj au soleil. Bronzage. Baignade dans l’eau turquoise de la mer. Ça s’annonçait bien. En plus lui il était immunisé, donc il n’avait rien à craindre durant cette semaine placée sous le signe des vacances, du calme et de la tranquillité. « Ouh j’adore » qu’elle glousse en papillonnant de joie. Les petites escapades sous un coup de tête pour déstresser et casser la routine, c’est trop ce qu’ils leur fallait.  Donc elle est contente. Vraiment, et ça serait injuste de dire ou penser qu’il s’en fout. Du moins il donne l’impression de pas s’en foutre et prend les choses avec un peu plus de sérieux que d’habitude, et c’est très plaisant. Alors quand il termine sa présentation ultra-aboutie elle détourne légèrement la tête dans un large sourire plus que satisfaite pour l’embrasser. Le plus important comme il l’a dit, c’est que ça allait leur permettre de passer du temps ensemble et c’était ce qui l’excitait le plus dans le plan. « tu me laisseras un peu plus te connaître ? » qu’elle glisse en reposant sa tête sur ses épaules. Elle sait pas trop s’il est enfin prêt à la laisser s’introduire dans son monde qui a l’air à moitié lumineux, à moitié sombre, parce-que mine de rien, jusqu’à maintenant elle s’est montrée plutôt cool et patiente, a pas trop forcer quoique ce soit. Et sachant qu’il s’est toujours montré assez fermé à ce sujet en la laissant pas trop creuser plus que ce qu’il acceptait de lui filer en guise de maigre consolation, ça serait sympa s’il en profitait aussi de cette escapade pour s’ouvrir un peu plus. De toute façon elle est déjà comblée par ce qu’il leur a préparé. Les transats au bord de la mer elle valide, comme son petit déj un peu primaire qu’il lui déballe sous ses yeux avec sa petite anxiété palpable du mec qui fait semblant d’être confiant mais pas trop, car au fond de lui il psychote tellement il est pas trop sûr de son coup. Icare, il aura beau se la jouer loveur hyper serein, ça se voit qu’il a peur de décevoir, de pas être à la hauteur de ses attentes à elle ou de pas être capable d’impressionner une nana du calibre de Kenza. Elle le ressent, mais elle ne dit rien et se contente de le dévorer avec son regard qui a l’air de lui dire t’as préparé tout ça pour moi ? Elle croise les jambes tout en le regardant silencieusement installer ses couvercles. Il est mignon. Très très mignon. « attends laisse moi t’aider » elle ne voit pas pourquoi elle resterait là à ne rien faire. Elle refuse de rester spectatrice en mode princesse qui se laisse servir et veut bien participer au truc, pour renforcer le côté ‘nous’ et envoyer un message qu’elle adhère clairement à l’idée. Alors elle se relève pour l’aider à mettre en place tout ce qu’il a ramené avec lui et elle vient s’installer comme d’habitude sur ses genoux pour s’accrocher à son cou car elle refuse aussi l’idée de rester assise en face de lui, sans contact physique. Elle déboutonne son minishort et vire son débardeur blanc pour se mettre un peu plus à l’aise, et pendant qu’il prépare les bols de fruits et de yaourt, elle se saisit d’une crème solaire qu’elle commence à appliquer et étaler soigneusement sur lui, ses bras, ses épaules, le haut de son dos et les zone qui lui sont plus au moins accessibles de là où elle est, toujours dans un délire d’attention réciproque et de partage équitables des tâches. S’occuper de lui est devenu presque une chose tout à fait naturelle à présent « t’as un peu exagéré quand même je ne mange pas tout ça » qu’elle note dans un sourire en passant en revue ce qu’il a ramené. Au fond c’est juste ce qu’il faut, mais il s’est largement emballé parce-qu’elle aurait pu se contenter d’un jus pressé et des fruits. Mais bon, elle apprécie vraiment toutes ses petites attentions et salue son chef d’œuvre, parce-que l’escapade qu’il a imaginé c’est tout à fait son trip aussi. « de ce que je savais déjà sur toi » c'est-à-dire les fêtes parisiennes, les after dans des appart après une bonne soirée et ses goûts musicaux qui sont aussi son délire à elle si tu rajoutes les festivals techno qu’elle écume chaque année dans sa terre natale « c’est le truc que j’aime le plus chez toi » qu’elle avoue à demi mot en souriant. Et par truc, elle veut dire tout ça. L’idée globale. Tout ce monde sans frontière réelle qu’il lui vend et l'invite à découvrir. Le package complet du type romantique malgré lui sans prise de tête et attentionné qui aime bien faire les choses, et qui les fait bien surtout. Donc pour l’instant, c’est ce qu’elle a découvert de mieux et c’est ce qu’elle aime le plus, en attendant peut-être d’en découvrir d’autres, des surprises agréables comme celle-ci.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 682
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
get high (lun - 7h) Empty
MessageSujet: Re: get high (lun - 7h)   get high (lun - 7h) EmptyDim 2 Juin - 14:17

Je réceptionne son baiser, plutôt satisfait qu'elle soit emballée du programme. La vérité c'est je me suis donné comme objectif de lui faire passer un bon moment. Et par bon moment je pense pas forcément à l'intimité qu'on se crée dans la loveroom, mais simplement quelques heures tous les deux, spontanées, sans forcément avoir mille arrières-pensées. Je pense qu'on arrive à un stade de l'aventure où je commence à avoir envie que les autres captent un peu mieux qui je suis. Et Kenz' je sais qu'elle en a envie, c'est l'une des premières choses qu'on s'est dits lors de notre premier date dans la loveroom. Sauf que moi tu me poses des questions sur ma life et je me ferme fissa comme une huître, c'est maladif et inhérent à qui je suis. J'y arrive pas. Alors quand elle me pose la question cette fois, ses yeux dans les miens, je serre pendant un moment mon étreinte autour de son bras et je me pince les lèvres avant de hocher la tête. C'est un peu le but. Je suis  immunisé cette semaine donc j'ai pas grand chose à craindre pour mes fesses, mais ça se resserre entre tout le monde et je pense que la semaine prochaine j'aurai pas d'autre perspective que le banc des nominés. Et j'ai pas envie de risquer de dégager sans avoir pu m'ouvrir plus à la personne qui compte le plus pour moi dans cette aventure. Parce que Kenz' au final elle est devenue mon principal point de repère. Ca fait bien trois semaines qu'on passe la plupart de notre temps ensemble, et à vitesse jeu et enfermement comme ici dans Thrown Dice, ça compte beaucoup. J'ai pas envie de sortir d'ici avec des regrets. Elle aussi, elle a encore plein de choses à me dire sur elle. Mais je suis pas aussi bon à poser des questions, moi. Je sais montrer que je m'intéresse aux gens, je sais maintenir une conversation, mais pour y aller de but en blanc j'ai besoin d'avoir un petit coup dans le nez. Et je pense pas que ce soit parce que je m'en fous, c'est juste que c'est quelque chose qu'on m'a jamais appris à faire. Mes parents étaient pas très curieux, par exemple. Pas très curieux du bonhomme que j'étais en train de devenir, de ce qui me plaisait et de qui étaient mes potes, mes copines. J'ai beau leur en vouloir pour plein de choses, j'ai l'impression que ça s'est un peu reproduit sur moi et que j'ai la même incapacité à faire ce premier pas là. Alors ma manière de me rattraper c'est de proposer des moments comme cette sortie improvisée. C'est de vendre du rêve sur une mise en scène construite de toute pièce. Mais parce que moi, ça, le spectacle, ça fait partie de ma vie. Les autres pensent que c'est que de la gueule et qu'un truc pour arriver à mes fins, mais c'est pas que ça. C'est un truc qui me fait franchement plaisir, franchement du bien, d'autant plus quand la personne avec qui je le partage est heureuse. Il m'en faut pas plus. Une fois qu'on est arrivés à destination je lorgne un peu le regard de @Kenza et son sourire me réconforte. Je commence à sortir mon petit pactole confectionné avec les moyens du bord et dans les temps impartis. C'est loin du gâteau à quatre étages qu'elle veut préparer pour Faith, mais c'est une simple manière de montrer que moi aussi je pense à tous ces petits trucs. Et que c'est pas parce que tous les deux on a un certain détachement dans la façon d'aborder notre relation que je vais pas pour autant chercher à la surprendre un minimum. Je pose mes lèvres sur son cou quand elle s'assoit sur mes genoux avant d'entourer son corps de mes bras et de la serrer un moment contre moi. Je sens un sourire inconscient se dessiner sur mes lèvres. J'aurais bien fait plus, mais je me suis pas levé assez tôt. Et je savais l'heure à laquelle toi t'allais te réveiller. Réglée comme une montre, contrairement à moi. Ca a déjà été suffisamment compliqué de dénicher des planches de surf pour le décors et pour un éventuel cours de ride dans la mer. Quoique, Kenz' elle pourrait bien me surprendre et me dire qu'elle sait déjà gérer les vagues. En tout cas j'ai l'impression que ça la touche sincèrement et moi il m'en faut pas plus. Je nous sers nos deux verres de jus et je fais claquer le mien contre le sien. Parce que ça aussi, c'est un truc que j'ai jamais trop su faire, accepter les compliments ou les remarques positives à mon égard. A mon tour je l'embrasse avant de reposer mon verre sur le transat d'en face, qui fait définitivement office de table. Je crois que pas mal des autres me prennent pour un cliché de parisien. Mais j'ai pas envie que toi tu te limites à ça. Et je sais que d'une certaine manière c'est déjà le cas, parce qu'on a un peu creusé sur nous, et que Kenz' c'est pas le genre à s'encombrer l'esprit d'un mec qu'elle estimerait pas un minimum. Mais en gros, ça veut dire ce que ça veut dire. Tu peux me poser les questions que tu veux. Ca veut dire ça, que pendant un laps de temps je lui offre un accès complet à qui je suis. Et d'autant plus que je me connais et que j'arrive un peu à bout, sur certains points, alors je préférerais qu'elle ait assez de cartes en main pour ne pas me juger, si ça arrivait.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Le Génie
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 61


get high (lun - 7h) Empty
MessageSujet: Re: get high (lun - 7h)   get high (lun - 7h) EmptyLun 3 Juin - 20:19


le génie apparait en personne.

Quel plaisir de vous rencontrer. On m'a dit que vous étiez deux joueurs déterminés, et j'aimerais justement vous lancer un défi. Que seriez-vous prêts à faire pour remporter 1000£ ? Quelque chose de suffisamment surprenant pour mériter cet argent, mais reste à savoir lequel d'entre vous aura le plus de suite dans les idées. Je vous place en effet en compétition l'un contre l'autre, et celui qui aura effectué l'action la plus étonnante, drôle ou spectaculaire remportera ma préférence, et donc cet argent.

Candidats, j'espère que vous êtes prêts à jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 772
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 012£
AFFINITÉS:
get high (lun - 7h) Empty
MessageSujet: Re: get high (lun - 7h)   get high (lun - 7h) EmptyMar 4 Juin - 9:58

Kenza, elle est un peu habituée à ce qu’on lui en mette plein la figure. Elle ne compte pas le nombre de prétendants qui lui ont sorti le grand jeu, l’ont fait voyager au sens propre comme au figuré, de différentes manières, dans des décors et des pays qui rivalisent entre eux de splendeur de diversité, mais pour la même finalité de disparaître après donc c’est bon, elle connait plus au moins la chanson par cœur au point qu’elle anticipe déjà le générique de fin. Mais elle se laisse toujours bercée par les douces promesses qu’on lui offre, pas parce-qu’elle est naïve ou qu’elle a encore envie d’y croire, mais parce-qu’au fond, elle n’a absolument rien à perdre tant qu’elle reste détachée. Elle sait que si du jour au lendemain il fini par l’abandonner comme une pauvre merde, elle en sera pas énormément impactée et passera à autre chose, comme d’habitude, puisque c’est ce à quoi ressemble son cycle de régénération continu. Un autre homme BG et d’une qualité supérieure à qui elle voudra donner sa chance pour faire ses preuves prendra sa place, lui fera vivre des merveilles, lui promettra la lune et puis quand ça deviendra un peu trop prenant pour lui, laissera sa place à un autre et ainsi de suite. Parce-que Kenza, vu son standing, c’est quand même pas facile de tenir sur le long terme avec elle. Niveau régularité, faut avoir un sacré souffle et elle a pas encore trouvé quelqu’un d’assez solide pour tenir assez longtemps la cadence d’une barrière psychologique placée trop haute, pas par elle mais plutôt par les autres, juste parce-qu’on se trompe sur sa gueule de michto et qu’on tape fort dès le début pour vouloir l’impressionner. Elle, elle est loin de demander tout ce qu’on lui offre souvent. Au début, elle dit jamais rien, car elle est gagnante dans l’affaire, et cette escapade avec @Icare, elle y adhère à 100% mais sait pas trop si ça sera le début de quelque chose car elle a un peu perdu cette confiance que place normalement les gens de manière presque automatique une fois qu’il se sente bien avec quelqu'un. Ce qui l’intéresse vraiment dans ce délire, c’est surtout la perspective de pouvoir en profiter pour le connaître et s’approfondir de plus en plus en lui. Connaître un peu ce qu’il a derrière la tête car mine de rien, il l’intéresse vraiment. Elle a bien envie de l’inclure dans son schéma de la relation solide basée non pas sur l’amour les feels ou les conneries de ce genre qu’elle ne ressent carrément jamais envers quelqu’un, mais plus sur le respect la confiance l’attachement et l’envie mutuelle de vouloir à chaque fois rester avec l’autre peut importe ce qui se produit comme couille. Ce schéma, classique et traditionnel, c’est un peu le seul auquel elle y croit mais pour cela, elle doit connaître un peu plus sur le type qu’elle fréquente déjà depuis des semaines maintenant, avec qui elle vit une relation assez libre et open sans trop se poser de questions sur l’espérance de vie du truc ou sa viabilité à l’extérieur. Alors quand elle se pose sur ses genoux pour l’envelopper de crème solaire histoire qu’il ne lui arrive rien de mal, elle creuse le terrain dans ce sens en le complimentant sur ses efforts et en lui avouant que pour l’instant, elle est vraiment contente et apprécie beaucoup la personne qu’elle découvre petit à petit. « qu’est ce que tu sais d’autre sur moi ? » elle est curieuse, pour le coup, de voir ce qu’il a apprit sur elle pendant tout ce temps là. Et elle ne parle pas des trucs obvious comme les choses que tout le monde connait sur elle, mais plutôt les petits détails comme celui de se réveiller à 7h tapante, loin d’être anodins et qui fabriquent une personne. Elle n’est pas entrain de le tester, ou lui faire passer une séance de révision pour voir s’il a été attentif pendant tout ce temps, elle est juste curieuse de voir ce qu’il a capté d’elle sans qu’elle ne fasse l’effort de lui montrer. Elle réceptionne son baiser avant de rouvrir ses yeux et le caresser du regard « je ne connais que le Icare parisien » qu’elle annonce avec son ton placide. Elle ne va pas se mentir et dire qu’elle connait autre chose que ce personnage qu’il leur a présenté dès le départ, mais comme lui, elle aurait aimé ne pas se limiter qu’à ça, quand bien même, c’est celui qui l’a charmé en premier. Parce-qu’en vrai, elle n’a rien avec l’idée qu’il le soit. C’est sa vie, c’est son identité qui ressort en premier alors c’est pas ça le problème. Le truc, c’est qu’elle aimerait bien creuser plus loin et découvrir autre chose. Passer au lvl suivant et accéder aux portes fermées qui renferme peut-être d’autres Icare aussi intéressants que celui en surface. Elle sourit et s’agrippe à son cou quand elle gagne le feu vert de lui poser les questions qu’elle veut. Mais c’est pas aussi simple que ça. Du moins c’est lui qui complique les choses « mais je sais pas trop si c’est une bonne idée de me donner carte blanche comme ça » qu’elle commence, en caressant ses trapèzes « parce-que je me dis que te connaître, c’est venir aborder les sujets sensibles que tu m’as black-listé la dernière fois. » elle accroche cette fois-ci son regard avant de se pencher légèrement sur lui « Tes rêves, ton avenir, ce que tu aimerais faire après etc » en gros, la liste noire des sujets casse gueules qui font resurgir le bad Icare alors elle sait pas trop si elle peut s’aventurer dans ce trou noir « donc je préfère que ce que tu as envie de partager avec moi vienne de toi, de ta propre initiative » elle préfère, histoire qu’elle ne se fasse pas à l’idée qu’elle l’oblige à répondre à des questions dont il a certainement pas envie de répondre. Elle est open à l’idée qu’il lui fasse plaisir, ça la touche, mais elle veut avant tout qu’il se fasse plaisir lui-même alors l’idéal serait qu’il soit à l’aise de sélectionner ce qu’il a envie de dévoiler « des fois je ne sais pas ce qui se trame dans ta tête. Et ça me perturbe » qu’elle avoue, un peu absente. Oui ça la frustre. Il est mystérieux, mais surtout imperméable et c’est quelque chose qui l’empêche de se connecter à lui. « impossible de connaître tes envies, ou ce que tu veux vraiment » tout ça, elle l’ignore mais elle marque une pause pour s’intéresser au génie qui fait son apparition et qui les dérange clairement dans leur petit moment intime, mais bon, il se ramène avec un défi qui la fait sourire au coin. Il les met au défi de produire une action drôle, spectaculaire et épatante et c’est clairement pas des trucs dans lesquelles elle excelle « je passe mon tour. » qu’elle glisse avant de tourner la tête vers Icare « je te laisse l’occasion de remporter de l’argent, tu en as plus besoin que moi alors surprend le » et elle aussi, cela va de soi.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 682
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
get high (lun - 7h) Empty
MessageSujet: Re: get high (lun - 7h)   get high (lun - 7h) EmptyMer 5 Juin - 7:18

Je suis pas le plus grand observateur du monde. Je scrute, mais je vais pas anticiper les choses comme pourrait le faire un Bart, ou tout simplement elle. J'ai pas cette capacité à aller au fond du cerveau humain. Certains diront que c'est parce que je suis un mec, qu'on est comme ça, qu'on n'a pas assez d'empathie. Je sais pas, à vrai dire je pense aussi que c'est une manière pour moi de me protéger des relations en m'en désinvestissant. Parce que plus tu t'appropries les petits trucs de la personne d'en face, plus le tout prend de l'importance. Et j'ai jamais été hyper bon à faire durer l'importance. Par contre, dans un contexte comme celui-ci c'est différent. Je suis loin de mes petites habitudes et de mes façons de processer les choses. Ici, deux semaines de vie commune c'est comme deux mois dehors. Tu zappes toute la phase où t'essayes de capter l'autre, ou t'organises un date, ou tu dois lui créer une place au sein de ton quotidien. Moi quand je me réveille la nuit je vois @Kenza. Et c'est quelque chose qui me va très bien, parce que j'y prends goût à ce truc là, le fait de partager le même lit, le fait de pouvoir essayer de la surprendre tôt le matin. Je suis déjà assez  loin de ce que je m'étais promis en entrant dans le jeu. Et je me rends pas vraiment compte de si elle le sait, que j'avais pas du tout envie d'en arriver là. Au fait de vouloir plaire, de vouloir m'ouvrir à elle. Je sais que tu vérifies trois fois que t'as bien fermé ta recharge de cigarette électronique avant de la remettre dans ton sac. Je souris en baissant un instant la tête parce qu'en vrai c'est complètement débile d'avoir remarqué ça. Mais ça fait partie des détails qui me font comprendre que ouais, le Icare qui se présente devant elle right now n'est pas forcément celui qui subsisterait à l'extérieur. Et que tu ne cornes pas les pages des romans, t'y places soigneusement un marque-page. Ca doit faire partie de ses habitudes à elle. Et je trouve ça mignon, parce que pour le coup moi je suis le genre à renverser mon café sur un bouquin sans faire exprès, et à me dire que c'est pas grave parce que c'est fait pour avoir vécu. Et j'ai bien enregistré comment tu classes tes vêtements. Je réfléchis encore un peu avant de relever la tête et de croiser son regard. Je hausse les épaules. Des petites habitudes. Qui rendent le tout réel. Parce que Kenz' tout le monde la fout sur un piédestal, et elle-même contribue à ça. Mais au fond, toutes ces petites choses, ça fait juste  d'elle quelqu'un comme moi. Moins détraquée, plus ordonnée, mais un être humain qui essaye juste de se montrer perfectionniste aux yeux du monde. Je comprends, on est tous là pour jouer quelque chose, mais du coup j'arrive pas vraiment à savoir comment elle est dehors, même si elle m'a déjà donné quelques réponses dans la loveroom. Quand elle est seule, elle contrôle moins, mais quand elle est face à quelqu'un, par exemple quelqu'un comme moi, dehors, dans le vrai monde, ça se passe comment? Je tais cette question pour l'instant parce qu'elle me répond à son tour. Et je sens un instant tout mes neurones partir en vrille. Je me suis fait une promesse interne que j'ai peur de relever. J'ai envie de lui dire plein de choses à Kenz', j'ai envie qu'elle me mâche le travail en me posant des questions frontalement. Parce que moi, parler sans guide, c'est quelque chose que j'ai jamais fait. C'est sans doute pour ça que les psy j'ai jamais su vraiment les encadrer. Je réfléchis, sans doute quelques secondes de trop, à comment attaquer. Je sais que je lui ai posé certains vétos, et d'une certaine manière ça me fait chier qu'elle s'y conforme. Alors qu'au fond, elle fait ça pour moi. Je rebondis par tout de suite et je la laisse aller au bout de ses pensées, en me concentrant sur chaque mot et chacun de ses gestes. Et y'a des trucs qui sont dits comme ça, naturellement, qui me font un certain effet. Qui me foutent dans le mal, parce qu'elle me balance en trois phrases des choses que j'ai jamais vraiment voulu me dire. Je sais pas ce qui se trame dans ma tête, je sais juste que y'a rien de bon qui est ressorti d'Icare, pendant ces dernières années. Depuis que je suis parti de chez mes parents je me suis laissé porter. Enfin, j'ai rencontré des personnes, j'en suis devenu proche et tout s'est goupillé sans forcément que je prenne de grandes décisions sur ma vie. Je commence, en me concentrant sur le contact de ses mains sur mon dos plutôt que sur son regard, parce que ça m'angoisse. Je savais juste que je voulais pas rester dans mon bled, que ça correspondait pas à mes ambitions. J'ai eu de la chance à certains moments, dans les personnes que j'ai rencontrées et qui m'ont permis de toucher à un monde qui m'était plutôt inconnu. Genre, un monde assez riche. Un monde où personne te prend trop la tête sur qui tu es, qui tu dois devenir. Et à l'époque c'était l'obsession de mes parents, que je devienne quelqu'un. Un grand ingénieur, quelle connerie. Sauf qu'au final c'était aussi un monde assez... Malsain. Explosif. Superficiel. Je sais pas trop comment dire. Mais globalement ça brassait beaucoup d'argent, d'abandon, de je-m'en-foutisme, de drogues. Je pose un instant mes yeux sur son visage avant de me mordiller la lèvre et de continuer. Enfin ça brasse toujours tout ça. Là, généralement c'est le moment où je me liquéfie et je passe mon tour. Mes bras tombent le long de mon corps et je pose mes mains sur le transat', parce que je sais pas vraiment comment elle pourrait réagir. Disons que ça fait bien huit ans qu'on est tombés dans ça. Et vu qu'à côté notre vie est pleine de paillettes, personne ne lutte vraiment pour s'en sortir. Et tu vois, à titre perso j'y arrive pas. C'est mon groupe, mes potes, ceux qui ont toujours été là depuis dix ans. Dix ans, c'est long. J'aime ma vie. Le cinéma. Mon taf. Paris. La fête. Le fait de ne pas penser au lendemain. Et réciproquement j'ai eu pas mal de problèmes de santé à cause de ça. Mais ça finit toujours par reprendre le dessus. Je pose mon regard sur elle. Là je suis clean. Ca me semble évident parce que Thrown Dice m'aurait pas permis de participer autrement, mais je préfère quand même lui indiquer ça. Parce qu'à mon sens c'est important, pour lui signifier qu'au moins le Icare qu'elle a connu est l'une des versions les plus nettes de lui-même. Kenz' je m'attends un peu à ce qu'elle se barre, parce qu'en guise de je te raconte ma life j'y suis allé un peu fort. Si elle prend bien le temps d'amortir ce que je lui ai dit elle comprendra aussi pourquoi j'ai du mal à parler du lendemain. Et pourquoi ça m'effraie autant que ça m'excite de retourner à ma vie. Il se trame rien dans ma tête, si ce n'est une conscience absolue que tout ça n'est qu'un interlude à durée déterminée. Parce que j'ai pas confiance en moi, sur la pérennité de cette phase clean. Ce que je veux vraiment c'est vivre l'instant présent. Je souffle en posant successivement mes yeux sur la surface de l'eau et sur son visage. Déso de t'avoir balancé ça de but en blanc. Mais c'est important. Pour comprendre qui je suis. Pour comprendre que je joue pas non plus un jeu absolu, que je suis pas faux avec elle. J'essaye juste d'étouffer toute une partie de moi qui mériterait sans doute d'être totalement écrasée, à terme. Ce qu'il se passe souvent c'est que les meufs que je rencontre sont soit dans ce délire, soit dans le rejet, soit prennent la mission à coeur pour "me sauver". Et ça marche jamais, alors ça a tendance à me faire tracer un trait sur les relations, aussi importantes soient-elles, j'arrive pas à rester avec quelqu'un qui pense qu'elle peut me guérir. Parce qu'au fond, je sais même pas si je me considère vraiment malade. Ca fait juste partie de qui je suis. Et Kenz' c'est le moment où je redoute un peu sa réaction. J'ai pas envie qu'elle me rejette, mais j'ai pas non plus envie qu'elle me dise ce que je suis censé faire. J'ai juste envie qu'on continue ce qu'on construit petit à petit, sans réfléchir au après. Le après, il viendra le moment venu. Mais je préfère être honnête, on arrive à un stade où j'ai besoin de pouvoir parler librement de ça, et j'ai pas envie qu'elle se fasse un portrait de moi idéal. J'effleure sa cuisse de mes mains avant de me laisser surprendre par l'arrivée du génie. Parfait timing de merde. J'écoute ses mots même si la tête n'est pas vraiment à ça. J'écoute aussi la réponse de Kenz' et je saisis que c'est à moi d'acter un truc, d'une manière ou d'une autre. Faut qu'il comprenne, le génie, qu'à l'instant précis mon imagination n'est pas au max. Mais je vois la mer qui s'agite un peu et je me souviens des planches de surf sur le côté, alors je finis par lui demander Tu sais surfer? sans doute dans un soucis de facilité. Mais aussi parce que je suis encore en train de psychoter sur ce à quoi elle pense, et que globalement je m'en bas les couilles de 1000£.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 772
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 012£
AFFINITÉS:
get high (lun - 7h) Empty
MessageSujet: Re: get high (lun - 7h)   get high (lun - 7h) EmptyVen 7 Juin - 22:12

Kenza, elle est bercée par le moment mais il lui arrive d’avoir quelques moments de lucidité flash. Comme celui-là, assise sur ses genoux à contempler de très près la trombine 4K d’Icare et ses moindres détails. Sa barbe, ses yeux, ses lèvres, ses gros sourcils et ses cheveux qui lui donnent un côté dark énigmatiques flippant mais très charmant aussi. Dans ses petits moments de lucidité aussi brefs que l’explosion d’une étoile, il lui arrive de se demander aussi ce qu’elle est entrain de foutre dans les genoux de ce type alors qu’elle est censée siéger sur son trône de queen imperturbable et qui ne dépend de aucune bite. Elle sait pas comment elle s’est retrouvée là, dans cette configuration de soumise à vouloir à tout prix s’occuper d’un type qui au fond s’en fout d’elle les ¾ du temps, produit des efforts de temps en temps en intervalle irrégulière, en pic seulement et qui met le paquet pour lui faire ressentir l’inverse en mode illusionniste expert en bricolage de feels et de moments qui te mettent les étoiles aux yeux comme celui-ci par exemple, excellent échantillon des nombreux tours de magie d’Icare ; tout ça pour garder une certaine emprise sur elle, parce-que bon, elle a comprit qu’il détestait perdre le contrôle aussi. Kenza elle est pas conne. Elle sait qu’elle est loin d’être sa priorité absolue, qu’il préfère aller boire et se mettre à l’aise avec ses autres potos de l’aventure, mais elle a pas le choix que d’accepter cette idée, car elle a pas trop le choix non plus. Comme lui, il aura beau faire le type qui a rien à perdre, c’est pas dans son intérêt non plus à ce qu’elle se braque et qu’elle arrête de le gâter d’attention comme elle le fait depuis déjà des semaines maintenant, alors ça accouche forcément ce genre de relation schizophrénique paradoxale ou chacun veut garder en mode prestation d’équilibriste sa vie, son autonomie et sa fierté intacte, mais en même temps sans perdre l’autre et l’avoir à portée de main et avec soi dans un excès d’égoïsme pur. Pour ne pas être seul et dormir le soir ensemble. Coucher ensemble. Sortir ensemble. Manger ensemble. Mais aussi se foutre sur la gueule, se déchirer, s’éloigner, jouer la comédie, faire semblant, revenir. @Icare, c’est vraiment pas le prince charmant, le chevalier dont rêve toutes les filles de son âge donc encore moins un type pour elle qui la mérite vraiment. De toutes ses autres copines candidates qui semblent s’être trouvées un mec dans cette aventure, elle en a hérité du plus difficile, du plus compliqué, du plus complexe et le plus incertain de tous. Malcolm et Bart sont de meilleurs tirages que lui. Clairement. Ils sont gentils, prêts à faire des efforts, dociles, fiables et 100% garantis sur le long terme. Mais au final, on attire que ce qu’on est. Lula, par sa pureté, pas étonnant qu’elle attire un gars bien prêt à se battre et se prendre la tête pour elle. Tonia, avec sa bonne spontanéité et son bon fond, elle attire un type qui ne fera jamais en sorte de lui faire du mal. Ou du moins il essayera. Icare, en apparence, c’est le jackpot mais sur le papier, c’est même le pire candidat possible qui, même s’il en aura pas envie ou ne le fera pas exprès un moment, ne lui apportera que malheur, rancœur et plein d’autres mots en eur, bonheur excepté. Car ça sera plus fort que lui. Mais Kenza, elle ne s’en plaint pas du tout. Elle sait à quoi s’en tenir. Elle est très lucide et sait exactement dans quoi elle s’embarque. Elle sait qu’elle va souffrir à un moment ou un autre, qu’elle va recevoir des claques dans la gueule mais c’est pas grave, elle a signé pour ça. Kenza, en plus de son réalisme très froid, elle a toujours fait preuve d’un sacré cynisme, parce-que de toutes ses autres copines aussi, c’est celle qui vit les meilleurs moments, à ne pas en douter. Les moments god like qu’elle a passé dans la loveroom, les sorties en mode escapades improvisées le matin ou les nuits torrides et bien chaudes qu’elle se tape chaque soir dans sa chambre, c’est pas un truc que tu risques de vivre avec des good boy ou des mecs vanilles et fraise comme Malcolm ou Bart, ou du moins jamais dans cette intensité ou dans ce délire, alors c’est pas elle qui va venir pleurer au final parce-qu’au fond, elle fait juste qu’échanger des moments de purs bonheur immédiat dans le présent contre un futur incertain et surement sombre. C’est la règle numéro une de l’univers. Tu étudies jeunes pour t’assurer un meilleur futur. Tu t’amuses jeune tu niques ton futur. C’est un choix à faire, et à assumer. Et elle, avec Icare, c’est un peu comme si elle signait un pacte avec le diable en personne, parce-qu’elle sera toujours dans l’incertitude et y’a rien de plus inconfortable que d’être dans le doute. Elle voit très bien venir les peines de cœur mais c’est toujours plaisant de savoir qu’en rentrant, il y’aura toujours ce quelqu’un de spécial et intime avec qui dormir, coucher et qui laissera ses mains chanceuses la tripoter et profiter de ce qu’elle se refuse aux autres à longueur de journée en mode princesse précieuse de qualité supérieure, alors elle fait l’autruche, car c’est bien plus simple comme ça et c’est plus facile pour elle de se mentir que de se confronter à la réalité qu’elle accepte tout de même. Mais elle comprend toujours pas trop ce qu’elle fout là, essaye de se trouver des excuses pour justifier un comportement de dominée qui ne lui ressemble pas, et qu’elle n’a qu’avec lui. Icare, c’est qu’un type qu’elle connait à peine depuis quelques semaines, avec qui elle couche, prend du plaisir à vivre un truc open sans prise de tête ok mais ce n’est pas la première fois, ni un truc spectaculaire –hormis le contexte télévisuel- donc c’est pas un argument pour expliquer pourquoi elle se retrouve sur ses genoux à lui appliquer sa crème anti-uv presque inconsciemment, sans qu’il ne lui ai rien demandé. Mais bon, ses moments de lucidité disparaissent aussi rapidement qu’ils n’arrivent car le cadre, la beauté du moment et le mood de l’escapade la berce et la happe dans un délire zéro prise de tête. Elle comprend rien à ce qui se trame mais elle se dit toujours que la vie, des fois, elle est faite pour être vécue sans qu’on essaye de tout comprendre, de tout savoir, de tout analyser. C’est une control freak de niveau Seigneur, mais elle n’a jamais laissé ses troubles obsessionnels compulsifs prendre le dessus dans sa relation avec Icare et c’est peut-être pour ça que ça marche à ce point. Elle sourit comme une conne quand il commence à énumérer ses habitudes. Elle est vraiment débile à sourire comme ça, à s’accrocher à son cou pour en ressentir le parfum mais elle comprend pourquoi. Elle a l’impression de se revoir, mais en lui, à travers ses mots. « je pensais pas que t’avais remarqué tout ça » non pas qu’elle le prend pour un type qui est loin dans l’analyse, mais plutôt … « je pensais que tu t’en foutais, en vrai » qu’elle articule en plongeant son regard dans le sien « de moi je veux dire » et au fond, c’est pas trop le cas s’il a remarqué tout ça. C’est des petits détails qui ne ressortent que si tu es vraiment à fond ou intéressé. Parce-que pour ceux qui cherchaient qu’à se la taper, presque tous le monde d’ailleurs, ils avaient jamais remarqué tout ça. Certains ont même jamais fait attention à sa cigarette électronique tellement ils avaient les yeux rivés ailleurs, sur son décolleté par exemple, ou un peu plus bas. On lui parle à chaque fois d’argent, de bijoux, de destinations de rêves alors que personne n’a remarqué qu’elle se trimbalait des livres psycho dans son sac à main aussi, et qu’elle aimait lire, contrairement aux apparences. Mais à chaque fois, elle doit faire semblant et se cantonne à ce rôle de nana peu profonde et superficielle qu’on lui attribue. Donc Icare, il doit pas s’en foutre. Ou du moins il doit pas être intéressé que par son cul. C’est le message qui lui arrive au cerveau en ce moment même et ça la réconforte un peu. Enfin, on peut pas trop savoir non plus. Comme l’a prévenu Tonia, c’est un beau parleur. Il sait très bien flirter et il peut te sortir un baratin auquel tu y crois sans faire attention, et c’est vrai. Parce-qu’elle a beau être sur ses gardes et ultra vigilante, elle tombe dans le panneau. Si panneau il y’a. Alors elle se laisse aller. Elle fait tomber les barrières et s’adonne à 100% à lui. Elle s’accroche à son regard et au fur et à mesure qu’il commence à parler de lui, elle écoute. Elle voit bien qu’il a du mal, qu’il est contrarié, qu’il se fait violence et qu’il est pas habitué à en parler. Il a zéro plan alors il fait ça sans planification préalable. Et c’est encore mieux. Car ça n’a rien d’un discours, ou d’une histoire. Juste des phrases qui s’enchaînent et qui commencent à imprimer leur sens petit à petit dans son crâne. Elle écoute, ne réagit pas, ne parle pas et le laisse finir. Elle pourra se refaire tout ça ce soir, en mode critique globale,  mais en attendant elle a déjà un embryon d’opinion. Elle comprend plus au moins l’idée principale. Elle visualise un peu l’univers qu’il lui peint et qui est le sien. Il est comme lui, très excitant, très lumineux et joyeux, mais très sombre aussi. C’est joyeux en façade, mais déprimant et triste en coulisse. Elle le voit se détacher d’elle au fur et à mesure, pour se déconnecter complètement en retirant sa main d’elle quand il lui parle de ses activités. Des drogues et tout ça. Et elle a pas trop aimé ça. Pas son milieu et tout le reste, non, mais plutôt la façon qu’il a eu de rapidement la lâcher du regard puis de briser le contact physique Quand il lui parle de son monde où l’argent coule à flot et essaye d’atténuer son mode de vie, elle comprend qu’il n’est pas très fier mais elle ne voit pas trop le rapport avec la main sur sa cuisse qui se barre lâchement pour atterrir sur le transat. Elle bug sur ça un moment avec son regard sérieux, avant de ramener sa tête contre sa poitrine et l’encercler encore plus en le serrant dans ses bras à elle, comme pour envoyer un message. Un signal. « oui je vois » ça lui fait un peu de peine pour lui, c’est pas facile, mais elle ne le juge pas. Elle a sa part d’ombre aussi. Ce n’est pas la femme idéale et parfaite que sa famille n’arrête pas de vendre aux autres. Elle a ses secrets aussi. Elle a son dark secret donc elle comprend. A vrai dire, il n’y’a que la partie sur ses potes, sa clique et ses mauvaises fréquentations qui la font grimacer légèrement, mais le reste, elle comprend le délire et ne voit pas pourquoi il s’inquiète. Elle lâche un bon soupir après avoir tout assimiler. Il a eu pas mal de problèmes de santé, ça l’attriste un peu mais là encore, elle essaye de s’en détacher pour ne pas tomber dans le triangle maléfique qui lui donnerait l’impression d’être le sauveur de l’histoire. Kenza, elle ne veut pas avoir ce genre de rôle même si elle arrête pas de s’occuper de lui. Elle le fait car c’est une responsabilité, un devoir. Elle se sent utile en faisant plaisir à son mec et en lui facilitant la vie. Mais elle comprend ses craintes. Et elle apprécie vraiment qu’il ait rassemblé tout ce courage pour lui partager tout ça. Mine de rien, elle en a apprit beaucoup sur lui. Voir même l’essentiel et ce qu’il y’avait à savoir, pour se faire réellement une idée. Elle le laisse terminer une bonne fois pour toute, et organise en parallèle ces idées dans sa tête pour structurer sa prochaine prise de parole. C’est comme ça qu’elle fonctionne. Contrairement à lui, elle a un plan. Alors quand il termine, elle lâche un soupir, prête à rebondir point par point. Ou plutôt sur l’essentiel. « bien sûr que c’est important. En tout cas merci d’avoir partagé tout ça avec moi » bon là c’était l’introduction la plus mignonne qui soit, parce-que le reste allait devenir très sérieux, d’où son visage qui perd de sa douceur pour retrouver sa fermeté habituelle. C’est la vraie Kenza qui parle cette fois, et pas la Kenza paumée qui sourit bêtement quand Icare lui tripote les hanches. « Tu n’as pas à avoir honte de qui tu es, ou de la vie que tu mènes. C’est comme ça. C’est toi. Ton passé, ton vécu, ton parcours. Tu devrais au contraire être fier d’en être arrivé jusqu’à là. » elle imagine qu’il a fourni des efforts pour ressortir de ce black hole de merde. Il est clean maintenant, alors pourquoi ne se concentre-il pas que sur cette idée ? Il dit vouloir vivre le moment présent mais au fond, il ne fait que se mentir à lui-même à chaque fois qu’il pète un câble en s’imaginant replonger dans un avenir proche, ou une fois qu’il ressortira de cette émission pour rejoindre ses potes. « je peux comprendre le fait que tu aimes ton monde, tes amis, tes habitudes, ton taf et tout le reste. Après tout, on aime ce qu’on aime même si on sait que c’est peut-être mauvais pour nous. Je suis comme toi » il y’a certaines similitudes oui. Pas trop mais elle arrive à faire quelques liens d’où le fait qu’elle arrive à comprendre pas mal de choses. Comprendre ne veut pas dire accepter par contre « ton monde se rapproche du mien, un peu » le côté strass et paillette, superficialité, luxe, argent, drogue etc « mais la différence est que le tien est plus destructeur. » c’est un constat. Kenza, elle va pas lui mentir ou lui dire ce qu’il a envie d’entendre juste pour le rassurer. C’est pas parce-qu’il s’est adonné à un racontage de vie précieux et inédit qu’elle va lui mettre un pansement sur ses petites peines. Elle est très direct, froide, et dit les choses comme elle le sent. Du coup oui, elle vit dans un milieu très similaire au sien, mais il est plus organisé et moins chaotique. Certes c’est le même délire, mais au moins, elle est clean et ne fait rien de mal « je ne sais pas trop ce que tu attends de moi » là on commence à rentrer dans la partie qui l’intéresse apparemment, celle ou il veut connaître son avis et son opinion de tout ça pour en ressortir avec une première idée sur eux. Le nous, sujet principal de tout ça. « que j’accepte ta situation oui, je n’ai aucun problème avec ça » Kenza, quand elle se met avec quelqu’un, elle rentre dans un délire à la bonnie et clyde où elle aurait aucun mal à plonger avec l’autre, car au fond, ça ferait partie du deal. Des risques. Des contreparties à accepter pour rendre un truc qu’elle veut ''viable''. Elle est prête à assumer. Même si c’est contre sa morale, quand elle est avec quelqu’un, elle est du genre à enterrer le corps avec lui sans paniquer ou se poser de question s’il le faut, car à la base c’est ça, un partenaire pour elle. Il ne t’abandonne jamais, même si t’as foutu les pires conneries de ta vie. « après tout je n’ai pas d’autres choix » elle est très pragmatique. C’est Icare, il est comme ça. Il a ses qualités mais aussi ses défauts et sa part d’ombre qui vient avec le personnage en entier, qu’il faut apprendre à accepter. « que je te sauve ou que je te promettes que tout ira bien pour tes problèmes par contre, ça je ne pourrais pas. C’est toi seul qui peut les gérer » elle, comme dans un mmorpg, ça serait qu’un personnage secondaire de soutien qui s’occupe des sorts de soins pour booster et healer le tank en première ligne. Au fond, c’est lui qui prend tous les coups du gros mob qu’il se tape. Il pourrait bien y arriver tout seul mais ça serait beaucoup plus facile pour lui s’il avait un soigneur fidèle qui sait bien jouer derrière pour lui faire retrouver toute sa jauge de vie quand il sera à terre. Et Kenza, elle est prête à ce rôle de pur soutien. Quand il sera down, elle pourrait lui être utile, le réconforter, le motiver, lui faire oublier ses problème et le vider, mais faut pas s’attendre à des miracles non plus de sa part, ou ce qu’elle fasse tout parce-que il n’y’a qu’une seule personne qui peut le ressortir de ce gros tourbillon noir, et c’est lui-même. « bien sûr je serais toujours là si t’as envie que je sois là à tes côtés. Je pourrais t’aider aussi, si tu me le demandes » voilà c’est la seule condition. Que ça vienne de lui. Parce-que elle, elle aimerait bien l’accompagner dans cette période très dure. C’est quelqu’un de très loyale, prête à souffrir avec quelqu’un qui en vaut la peine. Mais uniquement s’il en vaut la peine et c’est là où la volonté et le désir de l’inclure dans son univers à lui rentre en jeu. Elle n’a aucun problème avec ses problèmes de drogues et sa vie très compliqué à accepter pour une meuf ordinaire, mais voilà, elle n’est pas ordinaire non plus, mais n’irait jamais se proposer comme ça, sans qu’il n’ait rien demandé faut pas déconner non plus. « je suis prête à faire des efforts aussi » si ça peut le réconforter et lui donner un peu plus de confiance en lui. « et puis bon, qu’on vive le moment présent et qu’on profite du peu de temps qu’ils nous reste, on va le faire ne t’inquiète pas » et là dans un geste doux, elle vient caresser l’arrière de sa nuque puis de son crâne avec ses doigts vernis tout en essayant de retrouver son regard fuyant et lâche. « c’est important que tu saches tout ça, aussi » qu’elle termine en guise de conclusion. La balle est dans son camp. Elle n’a franchement rien à perdre, et rien à gagner non plus. Elle prendra ce qu’il y’a à prendre et puis c’est tout, sans rien regretter. « Maintenant on va oublier cette discussion et en reparler une autre fois, d’accord ? » elle arrête de le caresser façon petit doudou triste et se lève de ses genoux pour amorcer une transition et laisser tout ça derrière eux, comme si la parenthèse était close et on savait plus trop à quel moment elle allait s’ouvrir à nouveau « non, je sais à peine me tenir 15s sur une planche » qu’elle annonce en croisant les bras et en l’incitant à venir se lever « tu m’apprends ? » Kenza, elle lui offre même le moyen de s’occuper l’esprit pour oublier tout ce qui s’est dit, et d’arrêter de psychoter sur ce qu’elle peut penser, car maintenant, tous ses neurones et ses efforts devraient être concentrés sur un seul objectif : se transformer en un bon moniteur et lui apprendre comment on prend une vague.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 682
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
get high (lun - 7h) Empty
MessageSujet: Re: get high (lun - 7h)   get high (lun - 7h) EmptySam 8 Juin - 16:43

J'ai l'impression qu'il se passe un truc dans la tête de Kenza et que d'un coup elle est plus si contente d'être là. Comme si dans un moment d'absence elle se tendait à mon contact. Comme si j'avais fait quelque chose de mal. J'ai envie qu'elle reconnecte son regard au mien pour pouvoir y déceler quel est le problème, parce qu'avant tout moi ce que je voulais c'était vraiment qu'on passe quelques heures cool ensemble. C'était pouvoir lui parler un peu plus de moi et de ce qui m'empêche de me projeter au-delà de Thrown Dice. C'était comprendre ce qui l'attache à ce jeu, elle. Comprendre ce qui fait qu'elle a ce besoin de contrôle semi-permanent. Alors quand je la vois disparaître quelques secondes (quelques brèves secondes) derrière un hâle silencieux j'ai envie de la secouer et de lui dire que non, on est là, et qu'on va aller à bout de cette journée tous les deux ensemble. Parce qu'on l'a jamais fait, ça, de se prendre vraiment une journée off des autres candidats et de partir en exploration. Je me concentre et je lui énumère les quelques idées qui me reviennent spontanément. Mais c'est que des bêtises, des petits éléments de rien du tout parmi plein d'autres trucs que j'observe d'elle au quotidien. Sauf qu'on m'a jamais vraiment demandé de faire mes preuves, et souvent quand on me l'a demandé ça a juste mené à tirer un trait sur la relation, du coup je suis pas hyper bon pour dire certaines choses. Enfin, dire des choses auxquelles je crois vraiment. Je peux aussi lui dire que j'ai compris qu'elle change de gel douche au cours de la semaine, sans doute pour pas habituer sa peau à un même produit, et que moi celui que je préfère c'est celui qui a une très légère odeur de rose. Je peux lui dire que je vois les contours de son sourire se dessiner dans le noir le soir, quand je pose mes mains sur ses hanches. Et plein de choses encore, sur ses soupirs quand on fait l'amour, sur sa façon de regarder les étoiles le soir avant de venir au lit, sur sa manière de se tenir droite quand elle est assise. Bref, j'en ai plein des idées et je continue de lui en murmurer une ou deux, jusqu'à la voir sourire et se reconnecter à moi. Mais dans la foulée quand elle me balance qu'elle pensait que je m'en balançais d'elle je capte pas trop. Et ça me pique un peu à vif. J'ai donc autant une image de connard ? Pourquoi ? Parce que depuis le début je réponds comme un couillon aux questions de la Maslov ? Parce qu'on a décidé que les beaux gosses seraient forcément des enfoirés ? Parce que Lula m'aime pas ou parce que j'ai fait capter à Tonia que ouais, je pouvais être un beau parleur ? J'en vois pas mal des raisons, mais je pensais avoir été assez honnête avec @Kenza à certains moments pour qu'elle ne se limite plus à penser ça de moi. Ou du moins j'avais la sensation qu'on se soutenait, dans nos attitudes de personnes pseudo-désinvesties. Non. Je m'en fous pas. Et je sais pas où ça nous mène sachant que je tiens à mes idées et à mes intuitions comme quoi ce jeu ne changera pas ma vie. Mais ça veut pas dire que j'attache pas d'importance aux personnes qui m'entourent. Alors oui j'ai parfois des nuits d'insomnie, des nuits où après m'être endormi à ses côtés je m'éveille brutalement et certaines idées me rendent malade. Je me lève, je déambule et je cherche quelque chose que je ne trouve jamais. Mais ça veut pas dire que je prends notre chambre juste pour une espèce de loveroom 2.0 où on parle on nique et ciao. Et dans la lignée de tout ça je décide de lui expliquer un peu du pourquoi je suis comme ça. De ce qui m'a fait fuir chez moi jusqu'à ce qui m'a construit. Des mon attachement maladif à vouloir réussir jusqu'à mes gros problèmes d'addiction. De cette incapacité à surmonter l'addiction jusqu'à mon incapacité à garder auprès de moi les quelques personnes qui m'aient vraiment voulu du bien. Et je sais pas à quel point je nuance les mots, à quel point je mâche mes idées. Parce que moi j'ai l'impression de dire des trucs hyper clairs et hyper lourds mais je me rends pas compte de si Kenz' comprend vraiment tout ce que je lui dis. Quand je parle de problèmes de santé par exemple je comprends pas dans son regard si elle y voit le mot overdose. Pourtant c'est bien ça et c'était pas qu'une fois. Pour quelqu'un comme moi qui a du mal à plancher chez un psy dans le cadre de sa rehab, balancer ce genre d'histoires c'est un peu comme de me demander de me crucifier de mes propres mains. C'est douloureux et vite compliqué. Alors si je fuis son regard un moment et si je me décroche un peu de son corps c'est pas juste par lâcheté. C'est en grande partie parce que j'ai besoin moi aussi de faire le bilan sur ce que je lui dis. Parce que quitte à parler de ces choses là je préfère que ce soit fait jusqu'au bout et de la manière la plus honnête. Je lui laisse le temps de digérer et pendant ces quelques secondes c'est un énorme bordel dans ma tête. Y a tout qui se mélange, les histoires, les sensations, l'appréhension, le soulagement. Je me dis que pour une fois j'ai été sincère et que ça va me coûter sa présence. J'ai un peu les boules. Je me sens léger mais je m'en veux. Elle a pas à gérer  mes merdes. Elle a pas à se sentir obligée de me répondre. Moi je veux juste qu'elle soit la Kenza authentique, celle qui a pas de mal à dire ce qu'elle pense, celle qui va te balancer tes trois vérités sans se soucier de tes émotions. Je repose mes mains sur ses cuisses en captant son regard. Kenz' elle a un regard tout sauf transparent, et c'est terrible dans ce genre de moments parce que j'ai hyper envie d'y lire certaines choses. Finalement elle rompt le silence et c'est à mon tour de fermer un peu ma gueule et de faire reposer mes émotions. J'y entends des mots auxquels je m'attends. Parce que mine de rien Kenz' je la voyais pas se barrer aussi facilement derrière la moindre difficulté. Je hoche la tête, quand elle rapproche son monde au mien, parce que ça aussi je m'y attendais. C'est pas pour rien qu'elle ne m'a jamais vraiment jugé pour mes anecdotes de jet-setteur. Je sais, que ce que je lui ai raconté c'est une histoire de destruction. Et ça me fait strictement rien qu'elle balance ce mot sans le soupeser. Parce que moi, mon idée sur ma vie elle est assez claire. Je sais que je me fais du mal et j'ai une certaine certitude que c'est la manière dont évolueront toujours les choses. J'ai pas assez confiance en moi pour croire au fait que je puisse surmonter cette addiction. Oui, je suis clean, mais je sais qu'à la moindre proposition là-dehors ce sera fini. J'ai pas besoin de quelqu'un qui veuille me sauver. Je glisse ma main dans la sienne. Et ça je veux qu'elle le comprenne, parce que ça a été la principale cause d'échec de la plupart de mes relations les plus intenses. J'attends rien de toi Kenz', je veux juste que tu saches mieux qui je suis. Parce que ça me plait ce qu'il se passe entre nous mais que j'ai pas envie de me cacher simplement derrière une image. Et je suis pas de cette idée qu'il y a un devoir spécifique, un contrat précis qui se signe entre deux personnes à partir du moment où elles décident de se poser ensemble. Pour moi les choses se font et le reste vient naturellement. L'attachement, la compréhension, le soutien. Je pense que tu mérites plus que des belles paroles. Je glisse mes yeux sur son visage pour essayer d'y déceler ses dernières pensées. Puis je me décide à dire les derniers mots qui me pèsent. Et je sens que cette semaine va être difficile pour moi. Que je commence doucement à ressentir le manque. Et je voulais que tu puisses comprendre ça. Que c'est pas toi, ou les autres, ou n'importe. Parce que les symptômes je les connais par coeur. Des rehab j'en ai fait beaucoup trop. Et ça finit par retomber. Mais ce sera pas un signe de désintérêt. Ca sera pas une question de ras-le-bol. C'est juste un truc, de moi à moi, que je dois maîtriser. Je finis par sourire et poser mon front contre ses clavicules avant de déposer un baiser sur sa peau chaude et parfumée. Merci. Je murmure à son oreille avant de me relever pour aborder le défi demandé par le génie. Je sais pas si c'est un truc spectaculaire, mais ça reste quelque chose que les autres auront sans doute pas fait pendant leur aventure Thrown Dice. Et on voit difficilement une meuf comme Kenza aller surfer les vagues à Biarritz. Ok alors tu vas t'entraîner à faire ce mouvement. Je pose les planches par terre et m'allonge sur l'une d'entre elles avant de me relever en lui indiquant bien où concentrer mon équilibre. Je lui remontre une deuxième fois avant de la laisser m'imiter et de la guider initialement en plaçant mieux ses pieds et son corps avec mes mains. Quand j'estime qu'elle a compris le mouvement de base je traîne la planche et le paddle dans l'eau. L'idée aussi c'est qu'il faut jamais regarder tes pieds ou l'eau juste autour de toi. Regarde loin et oublie ton poids sur la planche. De toute façon on est sur du matos de débutants là. Il faut pas espérer réellement surfer des vagues. Mais moi si elle arrive à monter dessus malgré le courant et à bien poser son équilibre de façon à rester debout un petit moment ça me suffit.
(...) Ca fait une bonne heure qu'on se pousse dans l'eau. Qu'on nage, sur nos planches, pour prendre le courant. Que je me relève et parcours quelques mètres avant de me laisser retomber. Les vagues ne sont pas assez fortes pour espérer vraiment pratiquer des bottom turn ou snap back. Mais ça reste hyper plaisant de se laisser aller en équilibriste et de voir l'effort que Kenz' met dans ses fondamentaux. Je lève mon pouce en lui indiquant une vague qui se déclenche au loin et qui me semble bonne. Elle a de la patience, parce que pour quelqu'un dont c'est pas la passion ça devient vite relou de monter, tomber, se faire déséquilibrer et recommencer. La vérité, c'est que ça fait un moment qu'elle a réussi à tenir bien plus de 15 secondes sur sa planche, mais elle n'a pas encore réussi à prendre une vague jusqu'au bout. Alors là, quand je la vois prendre de l'élan et se relever pile au bon moment, penchée en avant avec les jambes justement pliées, je siffle un coup entre mes deux doigts et je lève le bras en l'air en souriant. Elle la prend du début à la fin, jusqu'à s'échouer au bord de la plage et quand je la vois descendre de la planche sur le sable je me mets à nager assez vite vers elle pour la rejoindre. Je suis pas un pro, mais ça reste un hobby de vacances qui me fait kiffer, et je suis hyper content d'avoir réussi à le transmettre à Kenz', qui aura rien lâché. Bravo championne. Je lui fais un clin d'oeil avant de la prendre dans mes bras.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» HAWKEYE ; danger, high voltage.
» Demetria ♥ Toi & moi = Soeurs
» Aiden ♦ Yo, ho, haul together, hoist the colors high. Heave ho, thieves and beggars, never shall we die.
» Slackeur dans le 29
» (En cours) High Moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: PLAGE-
Sauter vers: