Partagez
 

 (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara)

Aller en bas 
AuteurMessage
April
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11853-aprilcoleman#291442http://www.throwndice.com/t11236-april En ligne

MESSAGES : 936
AVATAR : lauren tsai.
ÂGE : 28
LOCALISATION : cincinnati (oh)
MÉTIER : coach en gymnastique.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: --
AFFINITÉS:
(week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) Empty
MessageSujet: (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara)   (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) EmptyLun 27 Mai - 9:05

clearing the fog
week 5, thursday - 8:12pm
+ @anaswara

April elle fait un peu pitié quand elle essaie de se caler dans le hammam. Mais après une séance de sport, c’est parfait pour détendre les muscles. Elle est passée vite fait sous la douche avant, et c’est en maillot les cheveux mouillés qu’elle décroche sa prothèse dans le vestiaire du spa, pour claudiquer en béquilles dans le hammam, veillant à ne pas glisser et se rétamer comme une grosse merde. C’est tout un processus qui fait un boucan d’enfer, mais elle peut pas transpirer tranquille avec un truc accroché à sa cuisse, c’est la porte ouverte aux irritations les plus insupportables. April a pas encore remarqué Anaswara qui est déjà là dans le brouillard, et c’est qu’une fois assise qu’elle la voit sur le banc en face d’elle. April adresse juste un hochement de tête en guise de salut, avec un soupir d’effort maintenant qu’elle a le cul sur son siège et que ses béquilles sont posées à côté d’elle. Gros silence dans le hammam. Anaswara, elle sait pas trop comment lui parler. C’est le genre de meuf trop lowkey trop polie trop tout pour qu’April s’intéresse vraiment ou n’ait envie de faire des efforts. Même avec ce gros lourd de Jhoan, elle hésitait jamais une seconde avant de lui dire de la fermer. Les gens comme Anaswara, c’est pas la même chose. Mais y’a des trucs qui ont été révélé la semaine passée qui font qu’elle tente le coup quand même. « Ça s’est passé comment ton éducation après ta destitution ? » Elle a jamais de filtre, quand il s’agit de commencer les conversations. C’est le truc qui l’a marquée sur la révélation de la Népalaise, à laquelle ils ont assisté derrière un écran. Peut-être parce que l’éducation, c’est un sujet un peu sensible pour elle aussi, à un niveau complètement différent. April a une relation cheloue avec le système scolaire et l’apprentissage, alors ces trucs là, elle s’y intéresse. « Tu parles deux langues couramment et t’es assez cultivée pour faire ce job. Et t’as commencé à seize piges. Respect. » Elle préfère préciser. Son ton sobre et inexpressif prête souvent à confusion - des fois, elle sort des trucs qui sonnent complètement incisifs et que certains prennent pas forcément dans le meilleur sens. Mais faut qu’elle précise que ce que Anaswara a dû subir pour en arriver là, ça inspire le respect, qu’elle la connaisse personnellement ou pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1972
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
(week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) Empty
MessageSujet: Re: (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara)   (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) EmptyLun 27 Mai - 17:40

La semaine passée, elle avait mentionné, au détour d’une conversation avec Faith, le spa. Elle devait reconnaître que jusqu’à aujourd’hui, elle n’avait pas pris le temps de s’y rendre. Elle a décidé de corriger cela. Après y avoir fait un rapide tour de la propriété, la jeune femme est remontée à son étage afin de troquer sa robe pour un maillot de bain. Anaswara, depuis le début de son aventure, c’est la première fois qu’elle s’autorise une telle tenue. Elle cache les parcelles de sa peau sous un grand peignoir blanc. Elle n’est pas de celles qui entrapercevoir facilement un peu de sa chair. Elle enfile des tongs. Fin prête pour son exploration en solitaire, elle prend l’ascenseur afin de prendre le moins de risque possible de croiser un camarade dans un tel accoutrement. Une fois retrouvée devant la porte où se cache son nouveau terrain d’exploration, elle l’ouvre et la referme derrière elle, une fois entrée. Elle fait quelques pas et inspecte une nouvelle fois l’endroit, comme si elle le découvrait pour la première fois. La vérité est qu’elle y mettait les pieds pour la deuxième fois, en moins d’une heure. Elle regarde tout autour d’elle. Personne n’est venu dans l’endroit pendant son absence. Elle s’engouffre un peu plus, dans l’endroit jusqu’à arriver au hammam. Elle fait rapidement demi-tour afin de laisser au sol ses tongs et son peignoir sur le dossier d’une chaise. Elle défile ensuite jusqu’au hammam dans son bikini, qui laisse dessiner ses formes féminines et élégantes. Le temps d’un instant, elle en oublie la présence des caméras qui sonde chacun de ses gestes, qui épie chacune de ses courbes sensuelles. Elle lève la tête, captant rapidement une caméra tournée vers elle. Elle arque un sourcil, avant de finalement décider de s’asseoir. Elle profite du silence et de la solitude apparents pour fermer les yeux. Quelques minutes plus tard, elle rouvre les yeux, entendant un vacarme venu de l’autre côté du mur. Elle se redresse et reste interdite. Elle guette l’entrée, en se penchant discrètement comme pour ne pas être remarquée. C’est alors qu’elle voit @April entrer dans son champ de vision. Elle lui adresse un sourire en guise de salutation. Anaswara, les seuls moments, qu’elle a connu avec April, c’est lorsqu’elles ont partagé la même chambre, avec Jhoan. Elle a gardé en mémoire les disputes entre le garçon et la fille, et les « ferme ta gueule » continuelles de la candidate qui venaient donner un semblant d’animation dans leur chambre. Elle n’a jamais eu d’autres occasions de se retrouver avec elle. Elle redresse les yeux quand sa camarade lui adresse la parole. Elle est quelque peu surprise de cette attention. Elle aurait plutôt eu l’impression qu’elle l’ignorerait mais… enfin de compte April ne l’ignore pas tant que cela puisque, selon les chiffres dévoilées par la production, elle est celle qui lui offre des poivrons dans la côte de popularité. Elle ne sait pas ce que la jeune femme peut lui reprocher : le fait qu’elles ne se sont jamais parlées jusqu’à maintenant ou le fait qu’il y ait un tout autre facteur ? Elle reste silencieuse et s’imprègne de la question d’April. « Ca a été compliqué », elle souffle, quand elle lui demande comment son éducation était après sa destitution. « Je me rappelle de mon premier jour à l’école », elle essaie de se remémorer avec une certaine justesse. Elle ne voudrait pas froisser son souvenir. « Au bout de trente minutes, installée à ma table, j’avais refusé d’être assise, je me déplaçais où bon me semblait… Je ne comprenais pas les règles de vie de classe. Je crois que s’ils n’avaient pas su qui j’étais, ils m’auraient tous détestée d’être cette camarade de classe », qu’elle confesse. Retrouver la vie d’une enfant normale n’a pas été simple pour elle, ça a été compliqué, rude même. « Je me souviens de cette fille qui m’avait prise sous son aile, pour m’aider en classe. Elle me considérait comme son « amie » mais, moi, j’en étais incapable. La dernière fois que je suis retournée au Népal, mes parents m’ont raconté qu’elle avait pris de mes nouvelles. Des fois, j’ai envie de trouver la force de reprendre contact avec elle pour m’excuser d’avoir été cette fille là ». Elle ne sait pas pourquoi elle raconte tout cela. Anaswara, quand elle confiait en début d’aventure, ne pas savoir y faire avec les rapports humains, elle se foutait pas de leur gueule. Elle a appris trop tardivement à gérer ses relations humaines. Elle pose son doux regard sur le visage de sa coéquipière. « Je vous envie tous d’avoir un parcours normal ». Elle sait qu’elle a un parcours scolaire particulier, et ne parlons même pas de son parcours de vie tout aussi atypique. April reprend la parole, elle lui fait remarquer qu’elle maîtrise deux langues et qu’elle est assez cultivée comme personne, tout en ayant commencé à seize ans. « Mais j’ai une écriture d’une enfant de dix ans », qu’elle reprend, dans un ton peu sérieux. Elle en plaisante mais son écriture, c’est l’un de ses complexes. Elle est soulagée quand on ne lui demande pas d’écrire quoique ce soit ou elle trouve toujours un stratagème pour y échapper.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
April
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11853-aprilcoleman#291442http://www.throwndice.com/t11236-april En ligne

MESSAGES : 936
AVATAR : lauren tsai.
ÂGE : 28
LOCALISATION : cincinnati (oh)
MÉTIER : coach en gymnastique.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: --
AFFINITÉS:
(week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) Empty
MessageSujet: Re: (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara)   (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) EmptyMer 29 Mai - 7:12

April se démerde tant bien que mal pour se poser dans le hammam, et elle a à peine calculé Anaswara, le temps de se concentrer surtout sur son installation. Pas une mince affaire. Quand elle entreprend des trucs comme ça, elle sait que ça peut se finir en chute et traumatisme crânien, alors elle prend son temps. Mais une fois assise, croisant le regard avec la candidate, elle finit par poser ses questions. Secrets, révélations, enfance singulière, elle a beau ne pas avoir masse d’atomes crochus avec Anaswara, ça lui parle. Ou du moins, ça l’intéresse d’en savoir plus histoire de aussi se faire une idée de la candidate. Elles se sont jamais trop parlé, des caractères sans doute trop différents, puis les chroniques d’Elena qui ont pas aidé - entendre que quelqu’un qui vous a jamais causé veut vous voir dehors, c’est pas un début de relation très prometteur. C’est de bonne guerre, vu son caractère de merde et ses airs pas très avenants, mais ça conditionne. April écoute les réponses d’Anaswara le dos bien droit sur son siège, scruant ses expressions d’un air neutre et tout aussi intimidant qu’à son habitude. Sacrée histoire qu’elle a là, April doit l’avouer. Elle revient de loin et s’en sort franchement pas mal pour ce qu’on lui a fait subir en étant gosse. Entendre qualifier son parcours de normal, cela dit, arrache un haussement de sourcils à April. « Normal, tout est relatif. » Déscolarisée à dix ans pour se faire éduquer par les profs du centre avec ses "copines" gymnastes, c’est pas les deux heures de cours par jour contre huit de gym qu’elle qualifierait de normal. Le truc qui a jamais changé c’est bien qu’elle a jamais trouvé sa place où qu’elle ait été. « Mais c’est clairement pas comparable, » ajoute April en hochant légèrement la tête avec une moue approbatrice. Pas de délire religieux, une vie en communauté atypique et foireuse mais pas complètement surprenante. De toutes façons, comparer les handicaps, ça a jamais été sa came. La remarque d’Anaswara sur son complexe lié à son écriture fait hausser les épaules à April « Y’a des gars avec dix ans d’études de médecine qui sont pas foutu de tracer une lettre correctement, » fait-elle d’un ton détaché. Franchement, on s’en fout pas mal tant qu’elle se fait comprendre. C’est déjà pas donné à tout le monde, études supérieures ou pas. À l’ère des emails, elle doit sans doute se démerder assez facilement. April marque une pause, les yeux glissant vers le plafond, avant de reprendre. « Tes parents ils ont géré tout ça comment ? » Voir leur gamine portée aux nues de la sorte si tôt, ne pas pouvoir l’éduquer comme n’importe quelle petite fille, ça doit faire un truc. Quand elle pense à sa mère qui a soulevé des montagnes pour lui permettre de vivre relativement normalement malgré les circonstances, elle se dit que les parents d’Anaswara, ils avaient sans doute une opinion à ce sujet. Religion ou pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1972
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
(week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) Empty
MessageSujet: Re: (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara)   (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) EmptyJeu 30 Mai - 9:25

Anaswara est quelque peu prise au dépourvue devant l’intérêt de sa coéquipière pour son secret. Il y a bien une personne qu’elle imaginait ne pas avoir suivi la révélation à travers un écran, en direct de l’autre côté du mur. April la questionne sur son rapport avec l’école et tout particulièrement sur son éducation. Pendant plus d’une dizaine d’années, elle a vécu et grandi isolée, loin des enfants de son âge. Tout a été compliqué, pour elle, dès le début de sa nouvelle vie. Elle a dû apprendre à s’habiller, à porter des chaussures, à marcher, à faire son repas, à écrire, à compter, et toutes ces autres compétences qui semblent si faciles pour une jeune personne de seize ans. Elle a encore des lacunes, elle en a conscience. Ce n’est pas pour rien qu’elle évoque le fait d’apprendre des aspects de la vie qu’elle ne connaît pas. Ce sont presque toutes les facettes d’une vie qu’elle ignore. Elle est sincère quand elle dit envier ses camarades qui eux ont une scolarité normale, une vie sociale normale. Au milieu du palace, elle est atypique, Anaswara. Par son histoire, par son rapport aux autres. April estime que la qualificatif « normal » est relatif mais estime que ce n’est pas comparable. « A quoi ressemblait ton enfance ? ». Elle lui demande. Elle est curieuse de l’écouter, parce qu’elle ignore à quoi ressemble une enfance. Elle n’a connu que les quatre murs du palais, les prêtres l’entourant et les badauds venant lui adresser des offrandes à qui il lui était interdit d’adresser la parole. Elle ne parlait à personne, elle ne devait éprouver aucune émotion. Sa coéquipière dit respecter son respect. Elle sait parler deux langues et est intelligente. Néanmoins, elle déplore son écriture, semblable à celle d’une enfant de dix ans. Il lui est difficile de tenir un stylo entre ses mains. D’après April, il existe des « gars », comme elle dit, qui ont fait des années d’étude et qui ne parviennent pas à tracer une lettre correctement. Elle hausse légèrement les épaules. Elle ne sait comment comprendre cette information, alors qu’elle la questionne sur la façon dont ses parents ont vécu et géré tout ça. Ca, elle doit parler de ces années de séparation. « Je ne suis pas certaine », elle commence à articuler, « mais je crois qu’au début, ils étaient honorés de savoir que leur enfant a été l’élue », elle souffle. « Ils venaient le nécessaire pour essayer de me rendre visite le plus possible, tous les jours, puis un jour sur deux, une fois par semaine puis toutes les deux semaines, au fil des années... », elle souffle. « Ils étaient heureux quand ils m’ont accueilli à la maison », elle s’interrompt. « mais je n’ai jamais réussi à les considérer comme mes parents », elle confesse. Elle a dit à Faith qu’elle n’était pas proche d’eux. Ce n’était pas anodin ce qu’elle avait confié à l’anglaise. « Comment tu définirais ta relation avec ta mère ? ».

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
April
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11853-aprilcoleman#291442http://www.throwndice.com/t11236-april En ligne

MESSAGES : 936
AVATAR : lauren tsai.
ÂGE : 28
LOCALISATION : cincinnati (oh)
MÉTIER : coach en gymnastique.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: --
AFFINITÉS:
(week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) Empty
MessageSujet: Re: (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara)   (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) EmptyDim 2 Juin - 7:00

April, elle a jamais trop parlé avec Anaswara. C'est même pas forcément le genre de candidate qui résonne trop avec son caractère ou ce qu'elle cherche chez les gens - honnêtement, elle cherche pas grand chose. Mais le côté mesuré, calme, politiquement correct et innocent, c'est pas son délire. Mais son histoire, ça l'intéresse. Sa relation avec ses parents, le fait de ne pas avoir grandi comme une gamine normale. April aussi, elle a des dynamiques un peu cheloues là-dessus, qui ont forgé son caractère et sa personnalité, et qui font aussi qu'elle s'intéresse plus facilement à ceux qui font écho à ces trucs. Quand Anaswara lui retourne la question, elle lève les yeux vers le plafond d'un air pensif. « Beaucoup d’entraînements. De pression. Un besoin perpétuel d’appartenir à quelque chose sans jamais pouvoir trouver à quoi. » Le gros du résumé. Comme elle l'a précisé, c'est pas comparable à l'histoire de Anaswara. Ça doit rester relativement normal aux yeux de la Népalaise. Mais chacun son histoire et sa sensibilité, ses traumatismes. Elle laisse une seconde de silence avant de préciser. « J’ai commencé le sport à cinq ans. J’ai arrêté d’aller à l’école à dix, quand j’ai passé la barre des cinq heures d’entraînement quotidiennes. J’étais scolarisée à domicile avec les autres gamines de mon club qui passaient les mêmes sélections. Quand j’ai eu quatorze ans, on m’a envoyée au centre d’entraînement national en Californie pour préparer Beijing 2008. » Deux ans à Los Angeles, deux ans de retour à Cincinatti, et rebelote pour Londres 2012. Et puis l'accident. Bref, passé ça, elle était plus vraiment une enfant, alors elle s'arrête là. Pour être honnête, elle a pas grand chose à dire de plus. « Je me rappelle pas de grand chose d’autre que le sport. Et ma mère. » Pour le peu de souvenirs qu'elle avait. Son temps était accaparé par le sport et la compétition, et ses seuls souvenirs de famille sont liés à sa mère, puisqu'il n'y a jamais eu personne d'autre. Quand Anaswara avoue ne jamais avoir vraiment considéré ses parents comme des parents, April laisse échapper un rire subtil et étouffé. « Tu m’étonnes. » Elle a clairement pas grandi avec eux, ils se sont pas opposés à la laisser aux mains de la religion. Normal que le lien ne se soit pas construit. Ils sont restés simples géniteurs au lieu de bâtir une relation parentale digne de ce nom comme avec tous les gamins normaux. La question d'Anaswara sur sa mère fait écho à cette réflexion. « Je sais pas. » C'est difficile à étiqueter, difficile pour les gens de comprendre, comme beaucoup ont dû juger Anaswara pour ne pas considérer ses géniteurs comme parents. « Ça a toujours été juste elle et moi. Elle a fait des trucs dingues pour nous deux et pouvoir nous offrir une vie décente malgré tout. Mais c’est aussi sans doute la femme la moins expressive que je connaisse. Sans parler de notre communication déglinguée. » Quand elle était gosse, c'était troublant. Ado, rageant et incompréhensible. Conflictuel sans être dans la confrontation, jamais. « J’ai mis du temps à comprendre son fonctionnement. Avant de comprendre et d’éprouver le respect que j’ai pour elle aujourd’hui. » Adulte, elle a enfin réussi à l'accepter. Presque comme les différents stades du deuil, sans vraiment en être un. Le deuil d'une relation mère-fille conforme aux idées de la société, peut-être. Ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose. April est en paix avec la personne qu'elle est devenue grâce à ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1972
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
(week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) Empty
MessageSujet: Re: (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara)   (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) EmptyDim 2 Juin - 11:39

Elle a conscience d’avoir un parcours de vie atypique à côté de tous ses camarades. Elle ne l’a jamais caché. Elle a conscience de ne pas être fait comme tout le monde. Elle a un mode de fonctionnement délicat, Anaswara. Son rapport avec l’école et l’éducation est particulier, presque inexistant. Elle n’a franchi la porte d’une salle de classe qu’à l’âge de seize ans. Avant cela, elle a été tenu loin de tout instruction. La seule activité qui lui était autorisée était la lecture. Elle a appris la lecture, au sein du palais. Mais elle n’avait pas le droit de lire n’importe quel genre de littérature. Comme elle avait confié à Bart, elle passait son temps à lire des contes, quand elle était enfant. Elle interroge finalement April sur son enfance. Elle évoque le fait que son enfance a été composé de beaucoup d’entraînements, mais aussi de pression. Elle hoche doucement la tête, comme pour prendre note de ses informations. Elle reste silencieuse, alors que sa coéquipière reprend. Elle a commencé le sport à cinq ans et a arrêté l’école cinq ans plus tard. Elle lui explique alors avoir été scolarisée à domicile avec d’autres jeunes filles. April a toujours été entourée, même en ayant eu cette scolarité un peu particulière. Elle a toujours eu quelqu’un à ses côtés. « Avec le recul, comment as-tu vécu cette enfance ? », elle lui demande. « Tu regrettes d’avoir pris cette trajectoire ? », elle n’a pas vraiment eu le choix de faire que ce qu’on avait voulu pour elle. Anaswara n’a pas eu le choix aussi. On ne lui avait jamais demandé ce qu’elle pensait de tout cela. Elle devait se taire et ne rien laisser paraître. April confesse ne pas se rappeler de grand-chose, si ce n’est du sport et de sa mère. « Ta mère a toujours été présente pour toi ? », elle pose son doux regard sur le visage dur de sa camarade. Anaswara confie à son tour ne pas être proche de ses parents, ni même de sa jeune sœur qu’elle considère comme une inconnue. La vérité est que ce n’est pas sa sœur l’inconnue dans la famille mais c’est elle. Elle est la pièce rapportée. Elle n’a jamais réussi à passer ce cap. Cela ne manque pas de faire réagir April. Elle observe en silence cet éclat de rire. « Je me souviens de la réaction de Faith quand je lui avais dit ne pas être proche de mes parents, qu’ils ne manquaient pas. Elle avait été choquée », elle articule. Elle se remémore cette scène et la conversation qu’elle avait eu avec l’anglaise, quelques jours avant la révélation de son secret. Faith n’a probablement pas été la seule à être choquée du sentiment d’Anaswara par rapport à ses parents. Finalement, la népalaise questionne April sur son rapport avec sa mère. Elle n’a jamais connu de relation mère-fille. Elle serait incapable de décrire ce que cela peut être. Elle écoute alors sa camarade lui parler de sa relation avec sa mère. Elle ne l’interrompt pas. « Tu la considérerais comme un modèle pour toi ? », qu’elle finit par lui demander alors.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
April
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11853-aprilcoleman#291442http://www.throwndice.com/t11236-april En ligne

MESSAGES : 936
AVATAR : lauren tsai.
ÂGE : 28
LOCALISATION : cincinnati (oh)
MÉTIER : coach en gymnastique.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: --
AFFINITÉS:
(week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) Empty
MessageSujet: Re: (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara)   (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) EmptyLun 3 Juin - 16:05

C'est chelou cette conversation. Elles se sont jamais parlé, elles se connaissent pas, mais les questions fusent dans les deux sens et il semblerait que leurs histoires bien que totalement différentes semblent se faire un peu écho entre elles. Comme si en écoutant l'expérience de l'autre, y'avait un nouvel angle à gagner. Comment voit-elle sa carrière. « Je sais pas. » Franchement, même avec le recul, avec les années et l'expérience, elle sait toujours pas quoi en penser. Elle a jamais vécu autre chose, et elle peut se demander ce qu'il se serait passé si elle avait pris une autre voie autant qu'elle veut, jamais elle me pourra effleurer l'idée. « Quand on m’a proposé de signer, j’avais dix ans. J’avais passé mon enfance à entendre que j’étais douée et je connaissais rien d’autre que la gymnastique. On m’a vendu du rêve et des paillettes à moi, gamine impressionnable au besoin désespéré de reconnaissance. J’ai cru que je signais par passion. » Au final, cette passion, elle était construite de toutes pièces. Était-elle réelle ? Ou est-ce que ce n'était que de la simple poudre aux yeux ? Elle le sait toujours pas. « Mais j’ai jamais eu vraiment le choix, je crois. » On l'a conditionnée pour signer, qu'elle le veuille ou non. Peut-être que c'était la meilleure chose à faire. Peut-être pas. Sa mère, elle a toujours été là malgré tout. « Oui. » Heureusement. «  On est que toutes les deux depuis toujours. J’ai personne d’autre. » C'est une grosse différence avec l'histoire d'Anaswara, dans un sens. Elle est pas étonnée d'entendre que Faith avait eu une réaction assez étonnée à ses propos. Faith, elle a l'air d'avoir grandi dans un environnement certes singulier, mais sain. « Chacun son histoire. » April hausse les épaules, avant devenir masser légèrement sa cuisse écourtée, assise sur son siège. Quant à si sa mère est son modèle, elle lui pose encore une colle. April, son histoire, c'est un tas de noeuds à démêler qu'elle essaie encore de défaire tant bien que mal. Le pire de tous, c'est bien sa mère et leur relation. « Je sais pas. Sans doute. » Peut-être ? « Elle fait de son mieux et elle a beaucoup sacrifié pour moi. J’imagine que c’est un bon modèle à suivre. Mais on est aussi deux personnes différentes nées à deux époques et dans des cultures qui n’ont rien à voir. » Difficile de comparer. April prend une pause, à moitié dissimulée derrière la brume du hammam, dans un silence un peu lourd mais paisible en même temps. Avant de rompre ce blanc. « Tu le vois comment, ton futur ? Genre, d’ici dix ans. » Elle pose pas une question au hasard. Anaswara semble avoir un bagage à gérer plus lourd que le sien. April a du mal à se projeter elle-même, alors elle se demande juste comment la Népalaise se positionne personnellement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1972
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
(week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) Empty
MessageSujet: Re: (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara)   (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) EmptyLun 3 Juin - 20:31

Anaswara, elle écoute d’une oreille attentive les confidences de sa camarade. Certains de ses mots, certaines de ses phrases, certaines bribes de ses réponses font écho à ce qu’elle a pu vivre, étrangement. Etrangement, oui. Parce que rien ne prédestine les deux jeunes femmes à avoir un terrain d’entente, tout les oppose. Elle la questionne sur la façon dont elle a vécu son enfance, un peu particulière. Peut-être qu’avec le recul, elle regrette d’avoir pris cette trajectoire. Anaswara, si elle avait été en âge de choisir et surtout de comprendre, elle n’aurait jamais accepté que les choses se dessinent de cette façon pour elle. Elle aurait tout fait pour ne pas devenir celle qu’il voulait qu’elle soit, quitte à se blesser volontairement pour laisser couler une goutte de sang qui lui permettait de redevenir ce qu’elle était réellement. Si elle avait eu cette conscience, elle l’aurait fait dès le départ mais elle n’avait que vingt-quatre mois quand tout a été chamboulé pour elle. Vingt-quatre mois. Deux ans. April n’avait pas deux ans, mais dix ans. Elle écoute, en silence, ne lui coupant la parole. « Toi non plus », elle souffle, quand April lui dit qu’on ne lui avait jamais laissé le choix. « J’avais deux ans », elle commente pour s’expliquer, en posant son regard sur le visage de son interlocutrice. « Je ne crois qu’ils n’ont même pas eu besoin de me vendre quoi que ce soit, je ne comprenais pas ce qu’il se passait autour de moi. » On lui avait sûrement expliqué mais elle n’était pas en âge de comprendre tout ce que cela signifiait. Elle n’était qu’une enfant. Anaswara remarque dans le discours d’April que la présence d’une personne revient souvent. Sa mère. Sa camarade lui explique qu’elles ne sont que toutes les deux depuis toujours et qu’elle n’a personne d’autre. « Tu ne connais pas ton père ? »Elle parle de sa mère mais son père, il est où ? Dans le schéma traditionnel d’une famille, il y a un père et une mère. April ne parle d’une de ces deux entités. « Pas d’amis ? », elle lui demande. Elle ne la jugera pas. Anaswara s’est toujours présentée comme ne sachant pas gérer ses relations sociales. Il lui a fallu du temps pour parvenir à avoir une conversation avec une personne. Pour eux, cela est quelque chose d’anodin. Pour elle, c’était quelque chose qui sortait de l’ordinaire. Elle hoche doucement la tête quand April lui dit que chacun son histoire. Et personne ne devrait avoir le droit de juger l’histoire de chacun. La brune revient finalement sur la relation entre April et sa mère. Une relation mère-fille dont tout le concept est étranger à Anaswara. Elle ne connaît pas cela. Elle essaie de comprendre, de se dessiner un semblant de relation dans son esprit à travers les bribes de mots de sa camarade. Selon April, elle est un bon modèle à suivre. « Tu ne lui en veux pas de t'avoir poussé dans cette trajectoire ? ». Elle essaie de comprendre cette relation qui lie les deux femmes. Elle prend un air songeur, devant la nouvelle question d’April. Comment se voit-elle dans le futur, dans… dix ans. « Hum, difficile à dire... », elle embraye, prenant le temps de réfléchir. « Dans dix ans, je crois que mon corps commencera à me dire d’arrêter les vols, que rester plus de quarante-huit heures est devenu douloureux pour lui et que je devrais l’écouter. Je crois que je finirais par me résigner. J’aurais probablement de nouveaux projets – apparemment le milieu du cosmétique m’irait bien –», elle commence. Elle sera différente sa vie dans dix ans, elle le sait, parce que son corps ne pourra plus récupérer aussi facilement qu’aujourd’hui. Il aura besoin de repos, de beaucoup de repos. « Mon futur sera probablement différent de mon présent. Je crois qu’avec cette aventure, j’ai commencé à prendre conscience de certaines choses et j’ai aussi appris à accepter certaines choses me concernant, comme… mon secret. Je serai probablement entourée, de quelques personnes parce que j’aurais appris que les croyances et légendes qui m’entourent ne sont que des croyances et des légendes justement » et que rien de tout ce qui se dise ne se produit. Elle réfléchit encore un peu. « Et toi ? ».

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
April
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11853-aprilcoleman#291442http://www.throwndice.com/t11236-april En ligne

MESSAGES : 936
AVATAR : lauren tsai.
ÂGE : 28
LOCALISATION : cincinnati (oh)
MÉTIER : coach en gymnastique.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: --
AFFINITÉS:
(week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) Empty
MessageSujet: Re: (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara)   (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) EmptyMer 5 Juin - 11:38

Deux histoires distinctes et deux cas de circonstances bien différentes, mais au final, deux candidates qui ont l'impression de ne jamais avoir pu contrôler leur enfance. April, c'est clairement moins radical. C'est aussi venu plus tard comme réalisation, quand elle a été en âge de comprendre certaines choses et de prendre du recul sur ces étapes de sa vie dans le sport. Y'a pas de comparaison à faire - ou plutôt, si. Au moins, elle a vécu en plein air avec un embryon de vie sociale, aussi inadaptée fût-elle. Et sa mère a toujours été là avec elle, quelle que soit leur relation et sa complexité. Elle se demandait aussi quand la question sur son père viendrait, et la voilà. Mais y'a rien à en dire. « Non. » Pas connu, pas envie de le connaître, c'est tout. Quelque chose que vous n'avez jamais connu, ça vous manque pas. Elle a grandi avec sa mère et c'est très bien comme ça. Elle a fait tout ce qu'elle a pu pour lui octroyer une éducation digne de ce nom malgré les difficultés et April estime qu'elle s'en sort pas mal, alors à quoi bon. Mais si y'a un truc que sa mère a jamais fait, c'est la forcer à faire quoi que ce soit. « Elle m'a pas poussée, elle m'a suivie. Je crois qu'elle a jamais trop compris ce qui se passait. » Elle a commencé le sport parce que gamine, elle avait demandé. Elle a signé parce qu'à ce moment là, elle en avait envie. Sa mère a jamais osé porter de jugement sur quoi que ce soit et s'est contentée de rester près d'elle au cas où. Elle aurait pas pu comprendre, et April est persuadée qu'elle en était consciente, et que c'est pour ça qu'elle a jamais cherché à s'imposer là-dedans. Le seul truc qu'on lui a appris, c'est d'aller au bout des choses avec honneur et droiture, quoi qu'elle choisisse. Sa question sur le futur, elle vient pas par hasard, elle est surtout là parce que April est même pas sûre d'avoir la réponse à sa propre interrogation. Anaswara semble avoir quelques traits de sa vision et c'est assez impressionnant. « T'en avais déjà parlé à quelqu'un avant ? » fait alors April pour briser le silence qui s'installe. Son passé, son enfance, tout ça. Elle se demande juste si avant de venir ici, Anaswara en avait déjà discuté avec quelqu'un dehors. Des amis, des collègues de confiance. Forcément, quand Anaswara lui renvoie sa question, elle s'est déjà préparée à y répondre. « J'en sais rien. » De but en blanc. C'est pas très intéressant mais ça a le mérite d'être honnête. On lui aurait demandé ça y'a sept ans, elle aurait sans doute répondu un truc. Mais là, chou blanc. « J'espère au moins trouver ce que je cherche. » Elle sait même pas vraiment ce qu'elle cherche si ce n'est une place quelque part. Elle sait pas si le sport c'est ce qu'elle est destinée à faire toute sa vie. April, depuis sa rémission, c'est un peu comme si elle vivait dans un entre-deux qui n'est qu'une contrefaçon cheap de ce que sa vie était avant, et elle est pas sûre de savoir si c'est définitif ou juste une transition. Thrown Dice est sensé l'aider sur un point particulier, mais possible que ça soulève un paquet d'autres trucs non-résolus sans qu'elle ne contrôle rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1972
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
(week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) Empty
MessageSujet: Re: (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara)   (week 5, thu) clearing the fog (+ anaswara) EmptyJeu 6 Juin - 12:09

Anaswara écoute sa camarade. Dans son discours, elle note l’absence d’un protagoniste. Elle parle du sport, de son enfance, de cette enfance partagée avec sa mère. La jeune femme lui répond que non. Elle ne connaît pas son père. Il y a tout un tas de questions qui se chamboulent dans son esprit mais elle ne s’autorise pas à les poser à la jeune femme, probablement parce qu’elle n’est pas proche d’elle et qu’elle ne lui a pas parlé avant aujourd’hui. Concernant sa mère, sa coéquipière juge que celle-là ne l’a pas poussée mais elle l’a suivie au contraire. Elle hoche doucement la tête. D’après elle, sa mère n’a jamais trop compris ce qui se passait. « Elle n’a pas cherché à comprendre ? ». Par exemple, les parents d’Anaswara savaient très bien tout ce qui allait se tramer une fois que leur fille aînée a été élue par les prêtres. Ils avaient connaissance de tout ce qui se passerait et ils les ont laissé faire. Elle leur en veut, comme elle en veut à tout ce qui ont participé à tout cela. Elle ne sait pas très bien pourquoi April la questionne sur son avenir. Ce n’est pas comme si celui-ci était tout tracé. Jusqu’à ses seize ans, son avenir avait été tracé. Après elle avait découvert la réalité du monde. Elle avait vécu protégé de toutes les facettes du monde. Elle a entré dans un pseudo-cercle social étant vierge de toutes interactions, quand elle a poussé la porte de l’école ou de celle de la maison familiale. Elle était pure de toutes les corruptions, de tous les maux. Il est difficile de dire pour elle ce que sera sa vie dans dix ans. Elle sait ce que cela induira dans son quotidien professionnel. Probablement que Faith a raison et qu’Anaswara se tournera vers sa cosmétique, elle se lancera dans des nouveaux projets. Des collaborations avec des marques. Mais une chose dont elle est certaine est que son future sera différent de son présent, comme son présent commence à se détacher de son passé et à prendre une toute nouvelle forme malgré elle. Ici, elle a commencé à prendre conscience de certaines choses la concernant mais elle a aussi appris à les accepter. Ce n’est pas par hasard si elle avait répondu à Tasneem que l’homme idéal sera celui qui acceptera son héritage culturel. Il est là, sous leurs yeux, à présent, son héritage culturel, avec tout ce que cela implique. Les croyances et légendes. Il n’y a peut-être qu’un seul dans ce palace qui comprenne les implicites de sa réponse. « Pas vraiment, pas avec autant de détails », elle souffle, quand sa camarade lui demande si elle en avait déjà parlé à quelqu’un avant. Quant à cette dernière, elle ne semble pas avoir d’idée de ce à quoi pourrait ressembler son futur. « Et que cherches-tu, April ? », elle lui demande, plantant son regard ébène dans le sien.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Invitations au week-end final de bêta-test
» c est le week end ...des amoureux ..........................
» ola c est le week end yes....................
» J'ai passé un excellent week-end ! Merci à tous c'était génial !
» [25-26-27 mars] CIIL 2011 : la fauCIIL et le marteau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: SPA :: HAMMAM-
Sauter vers: