Partagez
 

 Quicksand (vendredi s5, 11h)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
Quicksand (vendredi s5, 11h) Empty
MessageSujet: Quicksand (vendredi s5, 11h)   Quicksand (vendredi s5, 11h) EmptySam 1 Juin - 0:40

@malcolm
Kenza me signale, au passage, innocemment que Malcolm est posé au bord de la piscine. Je l'observe un instant déambuler en me donnant une information capitale pour mon plan d'action. J’hésite quelques secondes avant de statuer: je lui ai suffisamment laissé d’espace cette semaine, je l'ai évité pour lui laisser du temps, des moments tranquilles. J’enfile rapidement un joli deux pièces rouge parce que ma beauté objective et moi même, on va essayer de mettre toutes les chances de notre côté. J’attrape une serviette pour m’offrir un semblant de crédibilité, de nonchalance et ne pas me donner l’air de bondir sur ma proie trop rapidement. Je dérive jusqu’à la piscine, le repère rapidement et je m’approche de lui. Je lâche ma serviette qui tombe pas trop long. C'est la première fois qu'on se retrouve vraiment tous les deux depuis samedi soir, et étrangement, cette semaine on n'a vraiment pas le même rythme de sommeil. « Ça va ? » je glisse d’amorce, un peu futile, histoire de voir si je suis dans la bienvenue dans sa bulle ou si je suis définitivement exclue de son espace vital. « Je peux rester ? » je lui demande plus frontalement cette fois. Il peut pas me repousser toute une semaine quand même, c’est injuste. Finalement, je lui en laisse pas l’occasion. J’essaie de m’installer comme je peux, en me contorsionnant un peu pour coloniser un bout de son transat et me l’approprier afin d’initier une certaine proximité physique qui me manque. J’ai envie de lui dire que j’ai essayé de lui écrire une lettre, pour rétablir la vérité et parce que c’est plus facile de poser des mots sur des sensations, des émotions même contradictoires, à tête reposée dans l’avoir en face de moi, à me regarder. Je voulais la laisser sur son oreiller mais après je me suis dit, qu’il passait plus trop dans notre chambre cette semaine, ça ne servait pas à grand chose. Mes opales s'accrochent à ses traits. Je ne sais absolument pas par où commencer. « J’ai été assez nulle et indélicate, samedi soir » je lui souffle parce que j’ai quand même eu le temps d’y réfléchir. « et assez fataliste » je complète aussi parce que j'ai un peu tout rapidement condamné entre nous finalement. Y a quelques secondes de silence qui s'écoulent. « Est ce qu’on a atteint un point de non retour ou pas encore ? » je lui demande histoire de savoir où il en est vis à vis de moi. Tu ressens quoi Malcolm ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Malcolm
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11270-malcolmhttp://www.throwndice.com/t11214-malcolm 

MESSAGES : 970
AVATAR : abel tesfaye
ÂGE : 26
LOCALISATION : fresno, ca
MÉTIER : taximan


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 39K
AFFINITÉS:
Quicksand (vendredi s5, 11h) Empty
MessageSujet: Re: Quicksand (vendredi s5, 11h)   Quicksand (vendredi s5, 11h) EmptySam 1 Juin - 3:27

Cette semaine il s'est senti vraiment seul Malcolm, entre l'absence de Jhoan qui se ressent au quotidien depuis samedi et Lula à qui il a presque pas parlé depuis ce même soir. C'est comme s'il avait perdu deux repères d'un coup en fait, la française est toujours dans ce palace avec lui mais certains jours c'est à peine s'ils se sont adressé un mot. Lula il la connait, elle a voulu le laisser respirer en pensant qu'il avait besoin de se recentrer un peu sur lui-même pour faire le point et lui-même pensait avoir besoin de ça aussi, sauf que cette situation commence à devenir franchement invivable. C'est lui qui s'est barré et qui a fait naitre cette brèche entre eux, mais il est pas convaincu qu'en ayant eu une autre réaction ce soir-là il aurait passé une meilleure semaine car ce qu'elle lui a balancé l'aurait hanté de toute façon. Il arrive pas à passer au-dessus, ni à se rassurer. Son vrai regret est d'avoir avorté le dialogue qui était en cours en partant comme il l'a fait, y'a des points qui demeurent sans réponse et il vit depuis six jours avec cette frustration-là. Cette semaine il a quand même été capable d'adopter un rythme décalé pour être confronté le moins possible à Lula, c'est contradictoire avec le fait qu'elle lui manque mais c'est dans le but de se protéger en attendant la fin de cette colocation qui n'arrange vraiment rien. Il a mal quand elle se trouve à proximité, mal aussi quand elle fait sa vie à l'autre bout du palace sans lui, toute la semaine il a oscillé entre le besoin de l'avoir auprès de lui et celui de se détacher pour pas morfler davantage. Les bons conseils de Latoya l'aideraient tellement dans cette situation, sa sœur lui a jamais autant manqué que ces jours-ci. Elle aurait trouvé les mots qui soulagent, elle les trouve toujours. Malcolm a attendu que la piscine soit déserte pour occuper un transat, et il est pas là pour bronzer même s'il devait pas y avoir trop de doute vu l'épaisseur de la veste qu'il a sur le dos ce matin. Les yeux rivés sur la photo qu'il conserve de sa confidente de toujours il rentre dans sa bulle, avant que celle-ci soit finalement percée par un bruit qu'il associe à une serviette s'échouant près de là. Il a pour réflexe de ranger sa photo et ses pensées dans un même temps, et la dernière voix qu'il pensait entendre ce matin raisonne alors à côté de lui. « Tu sais très bien que non. » il formule sans chercher à sauver les apparences par fierté car c'est pas son genre, les traits marqués par la fatigue et tendus de son visage donnent un aperçu de la semaine qu'il vient de passer. Elle lui demande si elle peut rester. « Je suppose. » Ce retour qu'il a autant espéré que redouté réveille fois cent tout ce qu'il a tenté d'étouffer ces derniers jours, et ce serait mentir que de dire que Lula l'apaise par sa présence à ce moment-là. Elle envahit son transat et il se décale comme il peut pour lui faire de la place, il sent qu'elle veut lui dire quelque chose et que ça a du mal à sortir. Lui ne parlera pas, pas le premier, pas avant de savoir ce qui l'amène. Il est bien content de pouvoir se cacher derrière ses grosses lunettes de soleil Malcolm, il peut lancer des regards dans sa direction sans se faire cramer. Lula reconnait avoir manqué de délicatesse samedi, il comprend qu'elle a mis cette semaine à profit pour réfléchir à tout ça de son côté. Il se contente de hocher légèrement la tête pour confirmer tout ce qu'elle dit, jusqu'à cette question qui le contraint à sortir de son silence. « Je peux parler que pour moi. » il l'informe parce qu'il veut pas prendre la responsabilité de qualifier leur relation à ce stade sans la consulter d'abord, c'est à deux que se définissent ce genre de choses. « Au risque de m'accrocher à mes illusions et de bien morfler dans quelques temps, je sais à quoi je ne veux pas renoncer. T'as pas quitté ma tête depuis samedi. » C'est avoué sans peine car il sait depuis qu'il a quitté la chambre en trombe l'autre jour qu'il ne pourra pas se défaire de Lula, ce cadre le lui permet vraiment pas. Il tourne sa tête vers elle tandis que ses yeux camouflés par ses lunettes l'observent un instant, puis il se mord les lèvres. « Je flippe à l'idée de perdre ce qu'on a construit ici comme si ça n'avait pas compté. J'envisage tout et n'importe quoi depuis des jours pour que le problème de distance et de stabilité se pose pas dans quelques semaines, t'imagines pas les nœuds au cerveau que je me suis fait. » S'il voit aussi loin c'est parce que l'après commencera véritablement lorsque cette aventure aura pris fin pour tout le monde, si l'un des deux sort entre temps ça retardera juste le moment où les problèmes soulevés par Lula samedi se poseront réellement. « Tu sais, je peux changer de continent. J'ai plus d'attache avec ce pays. » il reprend la gorge serrée parce que ça lui fait mal de l'admettre, même sa famille il la voit presque plus alors franchement c'est à se demander ce qui le retient là-bas. Il en parle comme si ce pays n'était même plus le sien, comme s'il se sentait plus tellement américain. Ça fait un moment en fait que Malcolm se sent étranger dans son propre pays, il a tenté de repartir de zéro dans un autre état mais il constate qu'aujourd'hui encore il est pas à l'abri d'être rattrapé par certaines choses parce que ce pays n'oublie pas, il ne pardonne rien. Il pourrait même renoncer à son projet d'école à New York, dans l'état actuel des choses ça n'est plus vraiment sa priorité.

_________________
crucifié sur une caravelle, sous l’œil éternel d'une étoile filante

Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
Quicksand (vendredi s5, 11h) Empty
MessageSujet: Re: Quicksand (vendredi s5, 11h)   Quicksand (vendredi s5, 11h) EmptySam 1 Juin - 16:43

Malcolm ne pèse pas ses mots. Je sais très bien que non. J'ai envie de lui dire que je ne peux être que partiellement responsable de son état actuel, c'est lui qui se torture tout seul, pas moi. Je m'en veux déjà bien assez mais sur le moment je pensais ce que je disais et je ne peux pas m'excuser continuellement. Je n'ai pas de fierté lorsqu'il s'agit de personnes que j'apprécie mais là, j'ai bien envie qu'on efface tout et qu'on fasse comme si rien ne s'était passé, comme si j'avais rien dit. Au moins avant, rien n'était clair mais on était proche. Je lui ai laissé du temps pour accuser les remarques mais j'ai besoin de savoir ce qu'on fait, la ligne directrice. On doit continuer à s'éviter comme depuis le début de la semaine ? Il faut que je m'ampute de l'un de mes liens les plus importants ? Je trouve ça un peu ridicule au fond, qu'on en arrive là alors que je pense qu'en substance, on veut un peu la même chose.« Qu'est ce que je peux faire pour arranger ça ? » je lui demande très sérieusement en cherchant ses yeux. Aller, dis moi ce que je peux faire pour essayer d'adoucir cette situation et la rendre plus vivable à tes yeux. Parce qu'aussi difficile que cela puisse paraitre, son confort m'importe. Je finis par lui retirer moi même ses lunettes de soleil pour les poser sur le transat d'à côté. Je l'écoute d'une oreille attentive lorsqu'une vague de soulagement se propage doucement quand il balance qu'il a pensé à moi depuis samedi. J'ai l'impression que mes paroles ont fait aussi leur chemin. Il me parle de changer de continent, je ne comprends pas. Je ne sais pas, c'est trop concret pour que ça ne me fasse pas un peu flipper. « Pas de promesse hâtive» je lui demande. Il faut peut être qu'on fasse les choses dans l'ordre avant d'anticiper et de se prendre la tête. Je me sens hyper incohérente avec moi même en ce moment. « On cherchera des solutions lorsqu'on sera vraiment confronté aux problèmes » je lui demande avant de croiser ses opales noisettes. « En attendant, on peut profiter de nos certitudes actuelles » Je soumets l'idée parce qu'on est vraiment entrain de gâcher notre temps et nos journées. Je ne demande qu'à passer un peu plus de temps avec lui, pour l'instant. « Par exemple, depuis samedi je sais que je me sens seule quand tu ne me parles pas » J'illustre très sérieusement en croisant son regard. Ça, c'est une de mes certitudes. C'est super compliqué de se sentir ignorée par Malcolm et ne savoir comment attirer son attention pour qu'il daigne m'offrir quelques minutes de son temps. « et s'en créer des nouvelles » je lui propose en lui offrant un sourire. Je me penche légèrement vers lui afin de l'embrasser, parce que ça c'était juste une certitude à expérimenter, c'était une question de temps. Je le sens se détendre uniquement quelques secondes plus tard alors que je ne suis que douceur depuis le premier contact. L'une de mes mains glisse contre une de ses joues avant que je ne me recule pour reprendre ma place initiale.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Malcolm
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11270-malcolmhttp://www.throwndice.com/t11214-malcolm 

MESSAGES : 970
AVATAR : abel tesfaye
ÂGE : 26
LOCALISATION : fresno, ca
MÉTIER : taximan


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 39K
AFFINITÉS:
Quicksand (vendredi s5, 11h) Empty
MessageSujet: Re: Quicksand (vendredi s5, 11h)   Quicksand (vendredi s5, 11h) EmptySam 1 Juin - 20:26

Il peut pas faire semblant face à Lula, encore moins que face à quelqu'un d'autre. Ça va pas fort et il voit aucune raison valable de prétendre le contraire, il doute de toute façon de pouvoir faire illusion vu qu'il cherche absolument pas à avoir l'air heureux cette semaine. Y'a des gens qui portent un masque à longueur de temps et ne montrent rien de ce qu'ils ressentent, et bien lui ne sait pas faire ça. Elle voudrait arranger ça, il sourit légèrement parce qu'elle semble sincèrement s'en faire pour lui et, peut-être aussi, elle culpabilise un peu sans le dire. « On s'éloigne plus, d'accord ? » il demande simplement car s'il a été mal ces derniers jours, c'est parce qu'ils ont fait leur aventure chacun d'un côté et qu'il est maintenant trop dépendant de ce qui les lie pour pouvoir s'en passer. Il envisage des solutions Malcolm depuis plusieurs jours pour pouvoir s'adapter quand il sortira de là et ne pas la perdre, car il a compris que ça lui pendait clairement au nez. Mais il la suit plus trop, là. « Tu tiens pas le même discours que samedi. » il souligne en croisant son regard. Tous les problèmes qu'ils risquaient de rencontrer dès leur sortie et soulevés par Lula samedi ne semblent d'un coup plus être d'actualité, il est un peu déstabilisé Malcolm car c'est comme s'ils n'avaient à se soucier de rien maintenant. Elle qui avait insisté sur la distance, sur sa vie à lui trop mouvementée pour lui permettre de se poser, aujourd'hui rien de tout ça n'a l'air de l'inquiéter. « Et mon secret, c'est plus un obstacle ça non plus ? » C'en était un de son propre aveu il y a six jours alors il s'interroge, il veut savoir si ça la travaille toujours ou si elle préfère aussi traiter ce problème-là quand il se présentera et non avant. Elle propose de profiter des certitudes qu'ils ont pour le moment, histoire de se concentrer sur ce qu'ils vivent aujourd'hui et il est pas contre, il aime pas trop se projeter plus loin que le lendemain l'américain donc penser au présent lui va très bien. « Je peux dire la même chose. » Le fait de se sentir seul quand elle ne lui parle pas, il connait aussi. « Je pensais mieux vivre la situation en prenant mes distances, mais en fait pas du tout. » il finit par avouer. Il a pas été habitué à cette distance depuis le début, il fréquente Lula depuis le tout premier soir donc c'était compliqué à gérer et il a vraiment détesté l'expérience. La séparation en groupes c'était tout à fait vivable en comparaison parce que ça dépendait ni d'elle ni de lui, et parce qu'ils avaient l'assurance de renouer le contact une fois la semaine achevée alors que là, il savait pas quand il pourrait retrouver Lula finalement. Et avec quelles conséquences sur leur relation. « J'ai dû me faire violence cette semaine pour pas demander aux autres comment t'allais, je voulais pas les mêler à ça. » S'il l'a pas fait c'est surtout parce qu'il avait peur d'apprendre que pour elle ça roulait alors que lui passait une sale semaine, mais sa crainte est dissipée maintenant qu'il sait que leurs contacts lui manquent lorsqu'ils n'en ont pas. Il se laisse surprendre par Lula qui se penche pour l'embrasser, c'est assez bref mais ça suffit à lui retourner le ventre car ce moment il l'a beaucoup imaginé et idéalisé dans sa tête dernièrement. « Alors c'est ça que ressent l'outsider de la classe quand il embrasse la fille la plus convoitée de son bahut. Je vais me faire des ennemis à cinq semaines de jeu, merci. » il laisse entendre dans un petit rire nerveux, pendant que sa main glisse sur le transat pour aller à la rencontre de celle de Lula, qu'elle vient effleurer dans un geste un peu hésitant. Lula c'est quand même la plus belle fille de l'aventure et aussi la candidate qui plait à pas mal de mecs ici, même si elle aime pas être associée au fait d'avoir un harem, il le sait. « Ma certitude à moi c'est que les chiffres de Marco sont définitivement bidon parce que regarde, aucune compatibilité dixit les astres et pourtant.. » Malcolm c'est vraiment pas le gars le plus marrant qu'on puisse trouver dans ce palace mais on peut lui reconnaitre la volonté de vouloir faire sourire les autres quand même, ça le sauve un peu. Il a jamais accordé la moindre importance aux taux de compatibilités qui leur sont présentés chaque semaine, et la preuve que ça veut vraiment rien dire c'est qu'on lui a trouvé une compatibilité de malade avec April alors qu'il lui a presque jamais parlé et qu'il se retrouve pas du tout en elle. Lula c'est pas la même chanson, elle est différente de toutes les filles qu'il a croisé dans sa vie et c'est sûrement pour ça qu'il s'y est autant attaché. C'est une perle qu'il veut pas laisser filer Malcolm, et il sait qu'il a intérêt à réaliser sa chance parce que des tas de mecs rêveraient de lui piquer sa place là tout de suite et pas que dans ce jeu. « T'es belle. » il ajoute en la couvant du regard, avant de se rapprocher pour déposer un baiser sur son épaule. « Mais te voir comme ça me donne chaud, attends. » Ça tape fort à cette heure-ci et même s'il est toujours plus habillé que la totalité de ses camarades il est pas certain que la grosse veste soit bien nécessaire, là. Du coup il la retire, et la pose sur le transat voisin. « C'est mieux. » il note dans un fin sourire, maintenant y'a plus qu'une couche de vêtement d'écart entre eux, le contraste est un peu plus acceptable. Pour qu'il enlève une épaisseur Malcolm faut qu'il se sente vraiment à l'aise, il est vachement pudique mais c'est pas nouveau. « T'avais prévu de te baigner ? » il lui demande alors que ses yeux détaillent son maillot de bain rouge, notant que contrairement à lui elle est en tenue pour ça.

_________________
crucifié sur une caravelle, sous l’œil éternel d'une étoile filante

Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
Quicksand (vendredi s5, 11h) Empty
MessageSujet: Re: Quicksand (vendredi s5, 11h)   Quicksand (vendredi s5, 11h) EmptyDim 2 Juin - 22:13

J’écoute la question de Malcolm avant d’esquisser un sourire. Je n’ai pas l’impression que cette exigence soit de mon ressort, quand on y réfléchit. « C’est toi qui l’as décidé, initialement » Je lui rappelle calmement alors que mes opales délavés se braquent un moment. J’estime n’avoir fait que respecter son souhait du moment. « En lançant les hostilités en allant dormir sur un des canapés » J’annonce parce que ce n’est peut être pas ce qu’il a envie d’entendre mais je ressens le besoin de contextualiser. Ce n’est pas du tout mon genre la distance, je trouve ça contreproductif de laisser les choses se nécroser, que ça pourrisse dans le silence sous couvert de se laisser de l’espace pour réfléchir. Qui a déclaré qu’on ne pouvait pas penser cote à cote ? Mais je ne lui en veux pas à Malcolm de s’être barré en pleine nuit parce que ça lui plaisait pas, enfin, si, peut être un peu. C’est très désagréable de ne pas se sentir désirée à ce point. « C’est une habitude ? » je l’interroge sans juger, c’est juste une curiosité, j’espère découvrir son mode d’emploi. « D’ailleurs, tu comptais venir me voir à un moment ou un autre ? » je lui demande dans la foulée histoire de voir combien de temps cette situation tiède aurait pu durer si je ne m’étais pas bougée. Plus d’une semaine ? Jusqu’à ce que l’un de nous deux soit nominé ? Il me parle de mon discours de samedi soir. Je réponds pas, j'aime pas trop qu'on relève mes incohérences, aussi nombreuses soient elles. Je lui glisse un léger sourire en haussant avec légèreté des épaules genre oui, ça arrive. Malcolm fait référence à son secret, un point que j'avais évoqué la semaine dernière. « Ça restera toujours une zone d'incertitude Malcolm, ça » je glisse en le regardant. « Et ça m'empêchera pas de m'interroger sur ce que tu as fait » je lui réponds parce que c'est ma priorité, son secret qui me frustre. « Ou de me demander pourquoi ta vie est aussi instable et compliquée que tu l'as décrite sans que tu puisses honnêtement me répondre » parce que c'est un peu lié à son secret tout ça ? « Tant que tu te sers pas de moi pour le protéger » Je complète. Parce que chaque année, y a des candidats qui se rapprochent pour masquer leur secret en commun par exemple. « Ou que notre rapprochement ne soit qu'une conséquence de ton secret » Je balance, sincère. Y a toutes ces questions qui restent en suspens mais ça ne m'empêche pas de l'embrasser pour lui faire comprendre que ce n'est pas grave. Sa réaction m'arrache un léger sourire. « Oh si tu veux, je peux m’abstenir » Je glisse en le regardant avec une innocence feinte. « Et on en reparle en semaine 6 ou 7 si on est encore là tous les deux, cela te parait raisonnable ? » je le taquine. La meuf popu ne voudrait pas mettre en difficulté l'outsider. J’observe Malcolm qui est décidément trop sapé pour la météo actuelle, ça fait presque naître quelques interrogations dans mon esprit. Je me décale pour le laisser manoeuvrer. « Ah non » je réponds rapidement en jetant un coup d’oeil à mon deux pièces, par automatisme. « C’était pour toi, le maillot » je glisse sans gène sur un ton nonchalant, avant d’ajuster justement le haut. Ça relève juste d’un calcul féminin qui consistait à attirer son regard plus qu’à l’accoutumée. C’est complètement assumé. « Pour être certaine de capter toute ton attention » je complète, rieuse, voir un peu moqueuse avant de lui offrir un regard interrogateur du style « tu aimes bien ? ». Mais c’est vrai que le soleil tape et que mon épiderme chauffe, je ne préfère pas imaginer de son côté. « On peut y aller ? » je propose en désignant la piscine d’un geste vague. Je sais qu’il est tout habillé mais on s’en fout, c’est juste histoire de nous rafraichir. « Ça séchera » je le rassure en tirant vaguement sur le bas de son tee shirt pour statuer sur son épaisseur. Je me lève d’ailleurs et le bras tendu, j’ouvre ma main dans sa direction pour l’inciter à me suivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Malcolm
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11270-malcolmhttp://www.throwndice.com/t11214-malcolm 

MESSAGES : 970
AVATAR : abel tesfaye
ÂGE : 26
LOCALISATION : fresno, ca
MÉTIER : taximan


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 39K
AFFINITÉS:
Quicksand (vendredi s5, 11h) Empty
MessageSujet: Re: Quicksand (vendredi s5, 11h)   Quicksand (vendredi s5, 11h) EmptyLun 3 Juin - 3:08

La séparation avec Lula, bien qu'éprouvante, a quand même eu un effet positif assez inespéré sur son aventure. Malcolm a trouvé refuge dans la chasse aux secrets et s'est investi comme il ne l'avait jamais fait jusque là, du coup il peut peut-être espérer une place pas trop naze dans le prochain classement de points pour une fois. Mais pour le coup oui, il se doit de reconnaitre que cette distance instaurée entre eux est partie de lui et de sa fuite, qu'elle ne manque pas de lui rappeler. « Fallait que je sorte de cette chambre à l'intérieur de laquelle je me sentais juste étouffer sous tes yeux. » il laisse entendre, sans volonté de se chercher des excuses six jours après car il sait bien que Lula n'attend pas vraiment d'explications de sa part. Il livre quand même ce qu'il a ressenti même si c'est une version très simplifiée de l'ouragan émotionnel que les révélations de Lula couplées à la sortie de Jhoan ont causé chez lui. Il apparente ça à une claque depuis samedi mais en vérité c'est plus un uppercut qu'il s'est mangé Malcolm, c'est à peine s'il tenait debout après cette soirée et il avait pas une goutte d'alcool dans le sang. « C'était impulsif, je comprends pas trop ce qui m'a pris en fait. » Impulsif à la base il ne l'est pas, lui c'est le gars posé qui règle ses problèmes par le dialogue et ce soir-là, bizarrement, il a réagi comme celui qui préfère fuir plutôt qu'affronter les choses pour tenter de les arranger. « T'es censée savoir que normalement je réagis pas de cette façon. » il ajoute en croisant son regard lorsqu'elle lui demande si c'est une habitude qu'il a. Elle le connait à présent et doit savoir qu'une réaction comme celle-là n'est absolument pas habituelle chez lui, mais il comprend qu'elle soit amenée à douter après cet épisode. « Oui je serais venu, mais quand ça je peux pas te dire. » C'est une question à laquelle il n'a pas vraiment de réponse, même s'il sait au fond de lui qu'il aurait fini par ranger sa fierté et ses craintes à un moment donné pour mettre fin à tout ça et retrouver celle qui n'a pas cessé de lui manquer depuis samedi. « Peut-être demain. » il lance en l'observant du coin de l’œil. Histoire de revenir pile une semaine après leur embrouille dans le contexte des awards, bien fringué et avec un grand sourire, ça l'aurait peut-être fait. Ou pas. « J'ai eu la sensation qu'on était deux étrangers cette semaine dans la chambre, pour le peu qu'on s'est croisés. » C'était pas du tout agréable de cohabiter tous les deux dans ces conditions, quand il y repense c'est même une opportunité gâchée, lui qui comptait en plus beaucoup sur une seconde colocation avec Lula. Il veut pas lui avouer qu'il a déréglé tout son rythme pour se retrouver avec elle dans la chambre le moins possible, elle pourrait ne pas comprendre et un malentendu est bien le dernier truc dont ils aient besoin là. « Tu doutes beaucoup en fait. » il constate en l'écoutant s'exprimer au sujet de son secret, une zone d'incertitude persistante et source de pas mal d'interrogations chez Lula, il l'entend bien. « Je peux effectivement pas te dire pourquoi j'en suis là aujourd'hui sans enfreindre les règles de ce jeu. » Balancer son secret il sait pas ce que ça coûterait à ceux qui s'y risqueraient mais dans le doute il veut pas tenter, et puis sa cagnotte il y tient Malcolm, quitte à la perdre il préfère que ce soit parce que son secret a été découvert plutôt qu'en conséquence d'une sanction de la prod. « Ce secret, je crois qu'il faut le connaitre pour me connaitre vraiment. Il est très révélateur de ce que je suis, mais pour moi tout le monde ici ne pourra pas comprendre. » Son regard s'évade devant lui durant quelques secondes alors qu'il réfléchit à ce qu'il dit. Ça va, il arrive à exprimer ce qu'il a vraiment envie qu'elle entende sans pour autant laisser échapper quelque chose de compromettant. Ce secret, faut comprendre qu'il est pas du tout anecdotique dans sa vie, vu tout ce qu'il a engendré. « Ni l'un ni l'autre, mais j'imagine que tu garderas un doute raisonnable jusqu'à la révélation. » Ça le peine franchement que Lula s'imagine qu'il puisse se servir d'elle pour protéger son secret, c'est douter en quelque sorte de sa sincérité envers elle et c'est pas le genre de chose qui fait plaisir à entendre. « J'aimerais pouvoir te rassurer. » il souffle, conscient des limites qu'il ne peut contourner pour le moment. Lula il voudrait pas qu'elle prenne peur quand elle saura tout, sur le moment ça pourrait la surprendre mais faut qu'elle lui fasse confiance. Le fait qu'elle l'embrasse ça apaise momentanément les craintes qu'il commence à développer vis-à-vis de tout ça, Malcolm il s'était pas inquiété jusqu'ici des réactions par rapport à son secret mais d'un coup ça le travaille. Peut-être parce qu'il pensait pas pouvoir atteindre qui que ce soit et que là il comprend que Lula a besoin de réponses, que ce secret il importe à quelqu'un dans ce palace finalement. « T'abstiens surtout pas, non. » il répond dans un petit sourire, prêt à recommencer sans problème car il était trop court ce baiser, il en a pas assez profité. Il se débarrasse de sa veste sous le regard intrigué de Lula, qui a apparemment revêtu ce maillot de bain rien que pour lui et non pas dans l'optique de faire trempette. « Je déteste le rouge. » il l'informe avec sérieux, en parvenant à se contenir une dizaine de secondes avant d'éclater de rire. « Et le pire c'est que c'est vrai. » Elle pouvait pas savoir, difficile de le deviner étant donné que Malcolm porte énormément de vêtements noirs, identifier les couleurs qu'il affectionne ou non n'est pas simple du coup. « Mais t'es bien partie pour me réconcilier avec cette couleur. » il reprend tandis que sa main remonte le long du bras de Lula pour aller effleurer la ficelle de son haut au niveau de son épaule. « Je ne vois que toi de toute façon. » Le maillot, même s'il lui va très bien c'est indéniable, n'est pas ce qu'il a remarqué tout de suite quand elle est apparue. Il a d'abord été heurté par la beauté saisissante de Lula comme à chaque fois, à croire que celle-ci ne cessera jamais de le surprendre, malgré l'habitude. « Si tu veux, oui. » il formule d'un air sceptique car se baigner ne faisait pas non plus partie de ses projets pour ce matin. Il est pas du tout fringué pour ça mais Lula semble le proposer sans attendre de lui qu'il enfile un maillot, il apprécie d'ailleurs le fait qu'elle respecte et ne pose pas de questions. Malcolm préfère se foutre à l'eau tout habillé plutôt que retirer une épaisseur de plus, qu'on se le dise. Il accepte malgré tout et saisit sa main tendue, puis se laisse entrainer jusqu'au bord du bassin dans lequel ils entrent l'un après l'autre. Malcolm c'est pas adepte des entrées fracassantes par contre, lui il s'assoit et se laisse glisser dans l'eau. Il nage vers Lula qu'il emprisonne entre ses bras et ramène lentement contre le bord, puis il rapproche son visage du sien en gardant son regard ancré dans celui de la française. « Je suppose que tout ça n'a rien d'officiel et que notre relation ne vient pas de connaitre une update. » il demande sans tellement le formuler comme une question, car il pense connaitre la réponse déjà. Pour le coup c'est une certitude qu'il n'a pas, ce que le baiser de tout à l'heure signifiait vraiment pour elle et représente du point de vue de leur relation. Ça sous-entend qu'il se demande comment présenter leur relation aux autres si on lui demande, admettons que ce moment à la piscine vienne à fuiter d'une façon ou d'une autre. Il suffit qu'un camarade se trouve dans la régie au même moment et ce qui n'a pas forcément vocation a être ébruité le sera forcément. En fait il sait même pas si Lula serait prête à assumer au grand jour ce qu'il se passe entre eux là, mais ça reprend un peu le sens de sa question qui n'en est pas vraiment une, au final.

_________________
crucifié sur une caravelle, sous l’œil éternel d'une étoile filante

Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
Quicksand (vendredi s5, 11h) Empty
MessageSujet: Re: Quicksand (vendredi s5, 11h)   Quicksand (vendredi s5, 11h) EmptyLun 3 Juin - 22:55

Malcolm se justifie et mes opales inquisitrices se braquent sur lui histoire de mesurer la légalité de ses explications. Ça se tient. « J'apprends à te connaitre, je ne peux pas tout deviner » Je lui souffle quand il me parle de son état normal. Malcolm, c'est un grand chantier, un  tableau encore en cours sur lequel je n'ai pas de certitude. Je me contente d'observer les grandes lignes pour l'instant, parce qu'elles me plaisent, y a encore des nuances qui m'échappent et ça me rassure, de me dire que je ne sais pas tout non plus. Comme ça, je m'ennuie pas. « Et toi, t'es sensé savoir que je n'aime pas que l'on me laisse  » je rétorque aussi. Parce que c'est vrai, je lui ai toujours exprimé mes angoisses, aussi futiles soient elles, à Malcolm. J'écarquille presque les yeux quand il poursuit. « Tu aurais attendu une semaine ?  » Je répète histoire d'assimiler l'information. C'est tellement nul. Il nous aurait condamné à passer une semaine vraiment merdique. J'ai presque envie de m'offusquer. « Tu aurais attendu qu'on ne dorme plus ensemble, en gros » je résume en me permettant certains raccourcis. On aborde rapidement son secret et je lui fais partager l'intégralité de mes pensées sur le moment, dans un souci de transparence et d'honnêteté. « Je ne doute pas, je te préviens » Je glisse à Malcolm dans un sourire parce que je ne le dirai qu'une fois, ce que je viens de lui balancer, après, j'estime que c'est acquis, que c'est gravé à l'encre indélébile dans son esprit. Je lui offre une écoute presque religieuse par la suite. « J'ai envie que ce soit moi qui le trouves, ton secret » parce que c'est hyper important dans ma tête, ça, sans que je n'arrive à déterminer une raison rationnelle à ce but. Il se marre. Ravie d’être une source de distraction malgré moi en tout cas et qu'on balaie d'un revers mes petites attentions aussi minimes soient elles. « Je n’étais pas prête à voir mes efforts réduits à néant en une seule réplique  » j'articule en douceur quand il m’annonce détester le rouge, sans artifice, dans une remarque brute. Il en rajoute une couche, histoire que je comprenne que ce n’est pas une blague. Je lui offre un regard de biche un peu blessée et vexée sur le moment face à son indélicatesse. Il se rattrape en balançant qu'il ne regarde que moi, mais c'est trop tard, mauvais timing pour faire le loveur une fois le mal fait. « Pourtant, c’est la couleur de la passion » je commente juste, et défends, avant de me lever et de l’inciter à faire de même. Je saute dans l’eau sans pour autant que mon épiderme ne se fracasse contre le liquide. J’attends qu’il vienne me chercher. Ses bras se referment en même temps que mes jambes s’enroulent au niveau de son buste.  J’en profite de me sentir légère pour le coloniser dans l’eau.  Je le sens plein d’exigences Malcolm, à en vouloir beaucoup alors que je n’ai pas forcément les réponses qu’il souhaite. Je me sens équilibriste en ce moment. « Si c’est une question, il va falloir que tu sois plus précis » je lui demande sans trop savoir où il veut en venir. Je colle le bout de mon nez contre le sien. « ou alors tu me dises ce que tu imagines » je lui demande parce qu’il suppose donc je pense que c’est acté. « Tu dis ce que tu veux aux autres, bien que je doute qu’on te pose frontalement la question » Je lui réponds parce que c’est peut être ça le problème. Je ne régis par ses interactions avec les autres. Ne m’avait-il pas dit qu’on s’en foutait, plus ou moins, des autres. Moi, je suis juste incapable de poser des mots sur une évolution, sur une période de mouvement et ça m’emmerderait de devoir le faire. « Tu peux leur dire qu’on est amis » Je lui dis dans un sourire taquin. Ça lui apprendra à détruire la confiance que j’ai quand je porte mon mignon deux pièces. Dans un automatisme, je regarde la présence des caméras ainsi que leur angle. C’est bon, ils ne pourront avoir des images que de notre dos à moitié immergé déjà. Je dépose mes lèvres sur les siennes histoire de tester les limites de notre amitié très poussée pour lui offrir une attention plus constructive que la première. J’essaie de faire en sorte que le rythme cardiaque de Malcolm monte aussi haut que lorsque je cours. Ouais, amis c’est bien. Ça veut tout et rien dire à la fois tout en laissant quand même entrevoir un certain attachement peu importe sa nature. « ou coloc de chambre, comme tu préfères » je complète dans la même lignée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Malcolm
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11270-malcolmhttp://www.throwndice.com/t11214-malcolm 

MESSAGES : 970
AVATAR : abel tesfaye
ÂGE : 26
LOCALISATION : fresno, ca
MÉTIER : taximan


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 39K
AFFINITÉS:
Quicksand (vendredi s5, 11h) Empty
MessageSujet: Re: Quicksand (vendredi s5, 11h)   Quicksand (vendredi s5, 11h) EmptyMar 4 Juin - 4:20

Il est pas souvent à cran dans la vie de tous les jours Malcolm parce que son quotidien dehors connait pas de grosses montées en pression ou d'ascenseurs émotionnels comme celui qu'il a vécu samedi en général, c'est même un quotidien assez monotone quand il y pense même s'il aime dire qu'il sait jamais de quoi sera faite sa journée. Et puis le fait de pas avoir fréquenté de fille ces derniers mois lui a forcément épargné des sentiments comme la déception ou la frustration, tout ce qu'il était plus habitué à ressentir finalement quand il est arrivé ici. Il pensait pas être capable de claquer la porte comme il l'a fait, c'est une fuite en avant qui s'est terminée dans la fury room et il a du mal à l'assumer aujourd'hui, parce que c'est pas son genre de réagir comme ça et qu'on pense toujours qu'on aurait dû réagir différemment avec le recul. « Je le sais, oui. » il souffle quand elle lui rappelle qu'elle n'aime pas se sentir abandonnée. Il comprend qu'elle ait pu le ressentir ce soir-là et la semaine qui a suivi, il a quand même déserté leur chambre le premier soir puis pris ses distances ensuite, elle devait pas s'attendre à ce qu'ils en arrivent là à ce stade de leur relation et c'est compréhensible. « Je savais pas du tout comment revenir vers toi et si t'avais envie que je revienne aussi, donc ouais j'aurais été capable de retarder le truc au maximum je pense. » Il se justifie comme il peut mais bien sûr que revenir au bout d'une semaine aurait été un peu honteux, il dit pas le contraire. « J'étais vraiment mal quand je suis parti de la chambre. » il ajoute d'un air grave car même s'ils sont maintenant réunis ça n'est pas loin, y'a une heure encore il se demandait si Lula l'avait pas sorti de sa tête et si leur séparation n'avait pas été du pain bénit pour quelqu'un d'autre. C'est frustrant d'avoir été en dehors de son aventure pendant une semaine, forcément il se dit qu'il a raté des trucs et perdu plein d'occasions de passer du temps avec elle. Il aimerait parler de son secret en toute liberté avec Lula mais pour le moment elle doit se contenter de réponses évasives se voulant le plus claires possibles, mais ne l'étant sûrement pas. Non seulement elle accorde de l'importance à ce voile subsistant sur une partie de la vie de l'américain, mais en plus elle voudrait être celle qui le lèvera. « Trouve-le alors. » il déclare dans un sourire sur un ton laissant entendre qu'il la défie. « J'aimerais aussi que ce soit toi et pas quelqu'un d'autre. » Ce serait très symbolique, il sait que ce secret il intéresse vraiment Lula alors qu'il est pas du tout convaincu que les candidats les plus susceptibles de le trouver ici prêteraient un réel intérêt aux faits et aux détails. Genre l'italien, il a l'air décidé à enquêter sur lui mais il doit pas en avoir grand-chose à faire de tout le background derrière un intitulé, s'il parvient à le percer à jour il sera content de lui voler sa cagnotte et puis voilà. Lula, il doit quand même lui avouer que le rouge c'est vraiment pas sa couleur parce qu'il la sent toute confiante dans son maillot et il est pas contre la déstabiliser un peu. « Désolé, je suis incapable de mentir. » il glisse dans un sourire satisfait en voyant que mine de rien, sa petite révélation n'est pas sans effet sur la française. Mais qu'elle se rassure, le maillot il s'en fout c'est celle qui le porte qui capte toute son attention depuis qu'elle est apparue dans son champ de vision tout à l'heure. « Je comprends que tu aimes cette couleur, en tant que passionnée. » il commente en se remémorant l'une de leurs discussions durant laquelle elle avait décrit le genre d'amoureuse qu'elle était. Lula elle a besoin d'une histoire qui la retourne, il se rappelle très bien de tout ça. Une fois dans l'eau Malcolm agit comme un aimant sur du fer avec elle, il se sent tout de suite attiré vers Lula et concrétise très vite ce besoin qu'il ressent de la sentir contre lui, et avec lui. Quand ses jambes passent autour de lui il cherche à réduire encore plus une distance clairement inexistante entre leurs deux corps, parce qu'il se sent comme invité à le faire. Et puis il se demande ce que tout ça signifie pour leur relation, quand même. Il s'interroge un peu sur l'étiquette officielle à coller dessus même s'il le dit pas exactement comme ça. Malcolm à la base les étiquettes il aime pas trop se prendre la tête avec ça mais là il sait pas, ça le perturbe d'être passé de zéro communication pendant une semaine à ce genre de rapprochement dans l'eau. D'un rien à un tout. « J'imagine rien, j'ai compris qu'il fallait jamais trop espérer avec toi samedi. » il glisse en guise de petit tacle innocent. Elle va croire que leur conversation d'il y a six jours lui reste encore un peu en travers de la gorge et elle aura raison. Il peut dire ce qu'il veut aux autres apparemment, et lui il s'attend à écoper d'une question les concernant, au contraire. « Les sous-estime pas, on me parle assez souvent de toi dans ce palace. » C'est un peu normal, à force de parler lui-même de Lula quand on l'interroge sur ses liens ou ses crushs, comme en début d'aventure, faut pas s'étonner que ça finisse par rendre ses camarades un peu curieux. Il les comprend, Malcolm c'est tout à fait le genre aussi à gratter ce genre d'infos quand un nom sort dans une rubrique et qu'il sent qu'il se passe quelque chose. Il affiche un sourire forcé quand Lula propose d'adopter le terme amis pour qualifier leur relation, ça le pique un peu et il voit bien qu'elle en profite. Comme un peu plus tôt elle calme le truc en l'embrassant mais ce baiser est différent du premier, Malcolm le ressent pas de la même façon. Le premier avait ce côté inédit qui lui avait foutu des frissons et des papillons dans le ventre, celui-là est plus intense, il lui procure pas les mêmes sensations. Lorsque leurs lèvres se détachent, il reste accroché à son regard plusieurs secondes. « Amis et plus si affinités. » il corrige dans un sourire, c'est déjà bien plus représentatif de ce qu'il ressent de son côté. Ça sous-entend un attachement plus qu'amical, et il dirait pour sa part qu'il a effectivement dépassé ce stade. « Mes amis me font pas cet effet-là d'habitude. » il ajoute en allant chercher sa main dans l'eau pour la déposer au niveau de sa poitrine, par-dessus son t-shirt. Elle peut sentir que ça s'agite pas mal là-dedans, son cœur s'emballe et encore, si y'avait que ça. Il va pas lui détailler et encore moins lui faire sentir à quel point ce baiser ajouté à leur rapprochement physique commencent à le travailler, ailleurs - tant qu'il pourra s'en cacher, en tout cas. « C'est ce que tu dirais si demain on te demandait ce qu'on est ? » Amis ou colocs de chambre, ce qu'elle préfère. Il est curieux de savoir comment Lula se dépatouillerait de la situation si la question lui était réellement posée, si on lui demandait de but en blanc ce qu'ils sont tous les deux. Proches, elle pourrait s'en sortir comme ça mais ça veut un peu tout et rien dire dans un tel jeu. Malcolm dépose une série de baisers dans le cou de Lula et dans son élan, en remontant, il fond sur ses lèvres tandis que l'une de ses mains remonte depuis son dos pour se nicher dans ses cheveux. C'est un moment durant lequel il parvient à tout oublier, où les prises de tête et les interrogations n'ont plus lieu d'être car tout semble si pur, si vrai. « Si tu veux, pour toi, je l'enlève. » il reprend en capturant son regard. Il désigne le t-shirt plaqué contre sa peau qui n'a plus franchement l'effet couvrant que Malcolm cherchait en le mettant. Le retirer ne serait pas un geste totalement banal pour lui, s'il est entré dans l'eau tout habillé c'est pas pour paraitre original ou parce qu'il a oublié son maillot. C'est volontaire s'il ne l'a pas pris, et s'il se trimballe depuis le début de l'aventure avec des fringues beaucoup trop chaudes pour le climat des Émirats. Avec Lula dans ses bras il est comme dans un cocon où il ne craint plus aucun jugement car les regards extérieurs n'existent plus. Elle ne le jugera pas, il sait qu'il lira pas ça dans ses yeux alors d'un coup il arrive à envisager le fait de virer son t-shirt comme si ça pouvait le débarrasser des complexes qu'il croit avoir d'un claquement de doigts.

_________________
crucifié sur une caravelle, sous l’œil éternel d'une étoile filante



Dernière édition par Malcolm le Mer 5 Juin - 15:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
Quicksand (vendredi s5, 11h) Empty
MessageSujet: Re: Quicksand (vendredi s5, 11h)   Quicksand (vendredi s5, 11h) EmptyMer 5 Juin - 0:18

Je le regarde le temps de quelques secondes en assimilant ses maux suite à mes mots peut être trop spontanés en revenant du prime.  « J'aurai préféré que tu me balances tout ce que tu pensais ou ressentais sur le moment, on aurait fait le tri plus tard » plutôt que partir et jouer la montre. Le silence, ça m'attriste plus qu'autre chose parce que j'ai l'impression qu'on n'est pas suffisamment adulte pour se dire franchement les choses. En plus, c'est Malcolm qui est sensé être le plus mature des deux. Je ne mise pas une seule seconde sur moi. Parce que c'est comme ça que ça se résout une crise. « Enfin bref, ça me parait hyper loin de toute façon » Je glisse histoire de conclure sur le chambregate. Il se passe tellement de chose ici qu'on ne peut pas resté indéfiniment bloqué sur cet évènement. « C'est juste con, on n'a pas pu profiter de notre semaine ensemble surtout que je pense que c'est bien la dernière fois qu'on pourra dormir dans la même chambre » Je veux dire, deux chances, mais pas trois. C'est déjà improbable qu'on se trouve deux semaines à partager la même chambre. Il préfère nous emmener sur un sujet plus léger que ce qu'il s'est passé ou son secret, c'est ce dont on a besoin de toute façon. De mettre notre cerveau en off pour quelques banalités. « Essaie d'arranger la vérité alors, ça fait du bien parfois » Je lui conseille en roulant des billes, instinctivement. Il peut être piquant lors qu'il s'y met en faisant référence à samedi. Je me sens un peu démunie face à sa remarque, pour le coup même si je ne le montre pas forcément. Je ne m'attendais pas à une vérité aussi crue. « Je veux juste que tu ne sois pas déçu » je lui réponds en toute franchise en croisant ses prunelles. Moi aussi je suis incapable de lui mentir, pas sur ça. Les autres candidats parlent de moi à Malcolm, j'arque un sourcil, septique. « Ils osent moins avec moi » je lui glisse mais je crois c'est normal, je suis un peu plus tendue que Malcolm qui est la tranquillité incarnée. On s'embrasse pour tester la théorie de l'amitié évoluée. C'est aussi un moyen de détourner son attention, au passage. J'écoute en silence son nouveau rythme anarchique en esquissant un discret sourire. Malcolm me demande d'être un peu plus sérieuse alors je me calme. La vérité est que j'estime pouvoir être une très bonne amie mais lorsqu'il s'agit de donner plus, ça devient tout de suite plus compliqué. « Tout dépend de mon interlocuteur » je lui réponds en tout honnêteté parce que j'aurai tendance à être plus précise avec Kenza et Tonia, même voire totalement transparentes avec elles. Je pourrai leur faire une frise chronologique ultra détaillée avec plein de couleurs pour disséquer nos différentes étapes émotionnelles. Avec Bart, c'est différent, on ne parle jamais de ce genre de sujet. D'ailleurs j'ai beaucoup de mal à m'imaginer lui annoncer ça, parce qu'on est au stade du lycée tous les deux avec notre fragilité et fébrilité respectives, je ne peux pas lui dire que je suis passée au niveau fac avec Malcolm, d'un coup, sans diplôme reconnu. « Je dirai qu'on se rapproche » je souffle. C'est vrai et puis ça ne les regarde pas au fond surtout alors j'éprouve pas le besoin d'étayer plus que cela mes propos. « Ça te convient ? » Je lui demande parce que ce genre de question est rarement anodin, elle est généralement piège même. Je ne sais pas trop ce qu'il en pense Malcolm mais « C'est difficile de poser des mots » je lui explique, sans vouloir donner l'impression de me défiler, j'en ai juste aucune idée de ce qu'on est tous les deux pour l'instant. J'ai envie de lui dire qu'on a le temps pour se positionner -lorsqu'on sera obligé- mais ses lèvres colonisent mon cou alors forcément j'ai tendance à me laisser facilement déconcentrer, là. « J'essayais de produire une réponse sérieuse Malcolm là » je me plains (un peu). Il m'embrasse, j'y réponds et j'essaie de le provoquer plus que nos premiers essais à l'aide de mon implication la plus totale. Je suis en pleine phrase expérimentale, histoire de vérifier que ce n'est pas platonique. Mais bon, ce n'est pas le cas. Il dérive sur un autre sujet. Je lui offre un regard curieux. Je n'ai pas envie que ça soit que pour moi. « Non, juste dis moi pourquoi ? » je lui demande avant d'enrouler mes bras autour de sa nuque en attendant sa réponse. « Qu'est ce que tu te reproches ? » je compète, parce que c'est bien ça le problème au final ? Le regard des autres couplé à sa perception erronée de soi. Mais c'est vrai que je n'avais prêté réellement attention au fait qu'il était toujours trop trop habillé. Il est très bien comme ça Malcolm, je ne vois pas trop ce qu'il peut se trouver. Je sais que ce genre de chose relève de l'irrationnel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Malcolm
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11270-malcolmhttp://www.throwndice.com/t11214-malcolm 

MESSAGES : 970
AVATAR : abel tesfaye
ÂGE : 26
LOCALISATION : fresno, ca
MÉTIER : taximan


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 39K
AFFINITÉS:
Quicksand (vendredi s5, 11h) Empty
MessageSujet: Re: Quicksand (vendredi s5, 11h)   Quicksand (vendredi s5, 11h) EmptyMer 5 Juin - 16:48

Il a eu du mal à l'admettre toute la semaine mais là il comprend que partir comme il l'a fait était l'anti-solution au problème. La communication a été brusquement rompue entre eux sur un coup de sang de sa part alors que dialoguer leur aurait peut-être permis d'arranger les choses, contrairement à la fuite. S'exprimer comme Lula le dit c'est un peu ce qu'il a fait avant de se barrer quand même, il s'est pas contenté d'encaisser tout ce qu'il a pu entendre ce soir-là car une telle réaction n'aurait pas pu être accompagnée d'un silence de sa part, jamais. « Je crois que j'étais plus trop en capacité de réagir intelligemment. » il préfère conclure. Malcolm n'est plus vraiment Malcolm à partir du moment où il perd son calme et choisit de partir plutôt que d'affronter un problème en face, mais quand il y pense il se dit qu'il a pas moins le droit qu'un autre de péter un câble de temps à d'autres. On le voit depuis le début comme quelqu'un d'hyper chill mais ça fait pas pour autant de lui un mec incapable de s'énerver quand les circonstances l'encouragent, il a ses limites comme tout le monde et ce soir-là il les a atteintes. Fin de l'histoire. Non, Lula elle trouve quand même dommage qu'ils n'aient pas profité de cette semaine de colocation car pour elle l'occasion se représentera pas une troisième fois. Enfin, une quatrième plutôt. « La semaine où on a été séparés en deux groupes on était censés dormir ensemble aussi, t'y avais fait attention ? » Mine de rien en cinq semaines ils se sont souvent suivis dans les points et retrouvés dans la même chambre tous les deux. Depuis le début y'a qu'avec Icare et Judith qu'il a étroitement cohabité sinon, donc à partir de là il a du mal à dire qu'ils ne repasseront plus jamais par là. Arranger la vérité il sait pas trop faire Malcolm, quand il a un truc à dire ça sort franchement. Il a conscience de pas trop la ménager avec ses remarques sans ambiguïté au sujet de leur discussion de samedi, mais il a été blessé et n'est pas près de tout effacer au bout de six jours. Même si aujourd'hui le discours de Lula n'est pas le même il oublie pas qu'elle n'a pas saisi l'occasion de le ménager non plus lorsqu'il en a eu besoin. « Je compte sur toi pour ne pas me laisser espérer pour rien alors, si tu sens que c'est le cas. » il laisse entendre en allant chercher son regard pour s'assurer que le message est bien passé. Si y'a rien à espérer bien entendu. Il est obligé de demander à Lula d'intervenir si elle se rend compte qu'il s'emballe trop ou qu'ils n'aspirent pas à la même chose, même s'il espère qu'elle n'aura pas à le faire et qu'il ne se retrouvera pas seul comme un con avec des illusions et des attentes pas partagées. C'est aussi une façon de la prévenir car bon, il sait comment il peut être. « Ils doivent se dire qu'ils ont plus de chances de me faire parler que toi, enfin je suppose. » Malcolm c'est assez facile de le faire parler parce qu'il a rien à cacher à personne ici au sujet de ses relations avec les autres, Lula comprise. Il est disposé à répondre en toute honnêteté à un camarade qui lui poserait des questions sur eux deux mais avec quels mots, là par contre il sait pas. Avant de donner une version officielle à qui que ce soit il préfère s'accorder avec elle sur quoi dire, elle a un droit de regard sur comment qualifier leur relation même si clairement, là, elle semble pas vouloir se prendre la tête avec ça. « Et ce qui se passe là, tu pourrais l'assumer en dehors de ce bassin ? » il lui demande en caressant le bas son dos de ses deux mains. Ce qui se passe, c'est ce qui a commencé sur le transat et a continué dans cette piscine, il a pas besoin de lui faire un dessin. Y'a ce rapprochement que Lula ne nie pas bien au contraire, les caméras ont immortalisé le moment même s'ils leur tournent le dos mais les autres, à moins d'être cachés dans la régie ils en savent rien et n'en sauront rien si ça fuite pas d'une façon ou d'une autre. Il sait pas si Lula aurait intérêt à parler de ça autour d'elle, elle rechigne à nommer clairement les choses donc en parler ne l'arrangerait peut-être pas non plus. « C'est la vérité donc oui, je crois. » il répond dans un léger sourire, prêt à se contenter de ça aujourd'hui. Ils se rapprochent donc, ça laisse entendre que les choses évoluent entre eux au moins. Poser des mots n'a rien d'évident à ce stade il en convient et il trouve que Lula réfléchit quand même aux choses, elle balaie pas ses interrogations et il apprécie ça. Ils pourront en tout cas pas se convaincre d'une simple amitié entre les baisers qu'ils échangent et prolongent et les contacts physiques qui ont lieu depuis qu'ils sont entrés dans l'eau. Ça, c'est peut-être le seul truc clair pour l'instant, entre eux c'est pas tellement chaste. Il accueille les bras de la française qui s'enroulent autour de sa nuque en passant ses bras à lui autour de sa taille, pour la presser légèrement contre lui. Elle n'attend pas de lui qu'il enlève son t-shirt mais qu'il lui explique pourquoi ça a pas été automatique qu'il l'enlève avant de se baigner, pourquoi il a ce besoin de se couvrir quand le temps le préconise pas, ce qu'il se reproche comme elle dit. Sans le savoir, Lula vient d'opter pour un terme qui a son importance, le fait de se reprocher quelque chose ça lui parle à Malcolm. « Les complexes c'est l'excuse facile à entendre que je vais pas te sortir aujourd'hui. J'en ai hein, comme tout le monde, mais ce que je tente de gommer derrière plusieurs couches de fringues ça va chercher plus loin que ça. » Il a pas un corps de fou et il s'est en est foutu pendant longtemps, Malcolm il est du genre à penser que le physique ne fait pas tout et qu'il peut espérer compter sur d'autres atouts. « C'est tout ce que je représente que j'ai du mal à accepter, pas juste quelques zones de mon corps. » il explique car il refuse de se cacher plus longtemps derrière des complexes qui n'en sont pas réellement. « T'auras peut-être du mal à l'imaginer mais j'ai eu une période rasta/baba cool, quand je militais. Mes fringues c'était complètement autre chose, plus c'était coloré et plus j'aimais. J'étais limite un personnage avec mon sarouel, ma chemisette et mes dreadlocks. Tu peux voir que mon style aujourd'hui c'est pas le même délire. » Le changement a été radical à son arrivée en Californie, il a pas voulu s'adapter au décor, c'est la perception qu'il a lui-même qui a changé avec ses fringues. Elle lui a demandé ce qu'il se reprochait, pas quelle partie de son corps il aimait le moins donc la réponse est beaucoup plus large et englobe un côté psychologique qu'il a généralement du mal à admettre parce que quand il commence à trop y réfléchir Malcolm peut partir dans un truc où il fuira tous les miroirs qui l'entourent pendant des jours, juste pour ne pas y croiser sa gueule. « J'ai du mal à me regarder dans une glace aujourd'hui. » il ajoute simplement, parce que c'est vraiment le cas et c'est pas du tout anodin s'il tenait autant à changer de tête il y a deux semaines, ça faisait partie d'un processus visant à rayer une image qui lui déplaisait. Y'a des trucs qu'il a jamais réglé avec lui-même, une paix intérieure qu'il a pas trouvé et c'est pas un problème de confiance de soi mais d'acceptation de soi en ce qui le concerne. « Retirer ce t-shirt m'apportera rien, je sais pas ce que j'ai cru. » Ça les mettrait sur un même niveau d'égalité et il aurait plus à sentir le vêtement lui coller à la peau ce qui n'est pas très agréable, mais ce serait pas si symbolique finalement. « Je me demande si le Malcolm du Texas t'aurait plu. » il reprend en sondant son regard. Physiquement, déjà, c'est un peu deux extrêmes. Intérieurement il se considère inchangé, mais le Malcolm d'il y a deux ans avait une vie pépouze et forcément il était pas animé par les mêmes buts, il se souciait pas des mêmes choses.

_________________
crucifié sur une caravelle, sous l’œil éternel d'une étoile filante

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résumé de la partie du vendredi 14/09
» Nécromunda vendredi 13 20h ! (Faceoff)
» WWE LIVE - Vendredi 15 novembre au Dôme, à Marseille
» [Regional Sud- Ouest - Toulouse Ramonville] Vendredi 9 Mai par la Wowaga
» [Nantes] Tournoi le vendredi 16 mai - L'Antre d'Alto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: PISCINE-
Sauter vers: