Partagez
 

 Gravity. (jeudi s6, 3h00)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
Gravity. (jeudi s6, 3h00) Empty
MessageSujet: Gravity. (jeudi s6, 3h00)   Gravity. (jeudi s6, 3h00) EmptyDim 9 Juin - 23:54

semaine 6, jeudi, 3h00 - heures csa

@Malcolm

Cette semaine ne ressemble en rien à la précédente avec Malcolm. Je me demande si c’est parce qu’on évite les sujets minés qui menacent souvent de nous éclater à la gueule ou si c’est simplement parce qu’on a eu le temps de s’apaiser. On passe beaucoup plus de temps ensemble, je l’avais prévenu, je suis comme ça avec celui qui m’intéresse, je ne lui laisse pas tellement d’indépendance. J’essaie quand même. Maintenant je m’en fous si ma main enserre la sienne ou est posée sur sa nuque lorsqu’on est avec d’autres. J’ai arrêté de calculer et de faire en fonction de ceux qui nous entoure. J’ai l’impression qu’on a passe sans trop souffrir tous les paliers de pression obligatoires alors forcément ça nous détend plus, on arrive presque à respirer normalement. Mais ce soir, ce n'est pas ce qui est prévu. La porte de la chambre claque déjà et mes mains attrapent rapidement le bas de son tee-shirt, dans un mouvement, je l’oblige à lever les bras pour le lui retirer dans un sourire entendu qui est calqué sur celui qu’il arbore actuellement. Si Malcolm est emprunt de romantisme et de symbolique, ce n’est pas mon cas, je ne suis animée que par mes pulsions désordonnées, trop intenses et parfois peu cohérentes ou primaires. Je vis à travers elles. On a passé une journée toute mignonne, à discuter de tout et de rien, à se croiser parfois et ce soir, je l’allume un peu sur le chemin pour rejoindre la chambre. Simplement parce que j’en ai envie, pas besoin de loveroom pour ça. Pour le coup, on s’est mis d’accord sur l’idée de ne pas y mettre un pied, en tout cas pour l’instant quand on a déjà la possibilité de dormir ensemble. Je ne suis pas en demande de la prestation intégrale qui ne m’intéresse absolument pas ce soir parce que je veux juste me concentrer sur Malcolm et son souffle que mon oreille veut entendre buter. Il va falloir qu’il me laisse faire, mais je ne pense pas qu’il soit difficile à convaincre, parce qu’elle est bien ficelée et attractive mon offre implicite, surtout qu’elle n’appelle rien en retour. Faut juste qu'il se laisse aller. C’est hyper important pour moi et mon raisonnement de névrosée du contrôle de lui faire plaisir maintenant genre tout de suite et de lui partager un échantillon représentatif de ce que je peux lui faire. Peut être parce que ça m’octroie la fausse impression de prendre le dessus et c’est ce dont j’ai besoin, d’un semblant maitrise sur lui. Dans tous les cas, j’ai envie de balayer ce qu’il connait déjà pour m’imposer. « Elles étaient comment tes dernières histoires ? » je lui demande en croisant son regard avant que mes mains s’occupent de faire trépasser la ceinture de son jean avant de s’attaquer délicatement aux boutons de ce dernier. « Qui est ce que tu as aimé  » je lui soumets de mon doux soprano, les prunelles inquisitrices parce que j’ai besoin de savoir que je suis en capacité d’écraser cette concurrence fictive qui me fait un peu froncer les sourcils parce qu’elle travaille mon imagination d’une façon désagréable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Malcolm
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11270-malcolmhttp://www.throwndice.com/t11214-malcolm 

MESSAGES : 970
AVATAR : abel tesfaye
ÂGE : 26
LOCALISATION : fresno, ca
MÉTIER : taximan


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 39K
AFFINITÉS:
Gravity. (jeudi s6, 3h00) Empty
MessageSujet: Re: Gravity. (jeudi s6, 3h00)   Gravity. (jeudi s6, 3h00) EmptyLun 10 Juin - 3:57

Dormir dans une chambre grand luxe ça change pas du tout sa vie à Malcolm, pas plus que ses habitudes ne sont chamboulées au sein d'une colocation avec Lula qui n'est jamais que la troisième, déjà, depuis le début. Le changement de décor le perturbe pas et le met pas en joie non plus, le changement d'ambiance par contre est très perceptible cette semaine par rapport à la dernière, ils avancent vers quelque chose de beaucoup plus exclusif d'un coup. Ils ne savaient pas comment qualifier ce qui évoluait entre eux l'autre jour et à présent ils l'assument au grand jour sans étiquette, même Malcolm qui avait du mal à se contenter d'une relation non définie s'y retrouve car Lula est toute à lui cette semaine et il n'en demande pas plus. Les récents départs leur ont encore prouvé que tout pouvait s'envoler en l'espace de quelques minutes alors il profite autant qu'il peut de sa française pour élargir sa collection de moments avec elle. Lula, c'est clairement la seule personne dans ce monde qui peut tenir Malcolm éveillé à trois heures du matin, pour elle il alignerait les nuits blanches sans problème. Y'a pas de notion de temps de toute façon quand ils sont tous les deux, il voit pas les heures défiler et les compte encore moins. Ce soir Lula est entreprenante, plus que d'habitude. Elle le presse à l'intérieur de la chambre et le défait très vite d'un premier vêtement, il comprend le message en croisant son regard et se laisse faire sans résistance. Un frisson parcourt sa nuque lorsque ses mains frôlent son torse après lui avoir retiré son t-shirt, c'est une première barrière qui saute et quand on connait Malcolm, on sait qu'elle peut pas sauter pour n'importe qui. Avec Lula il se sent bien, pas jugé ni regardé de travers, c'est pas du tout ce qu'il peut voir dans ses yeux. Y'a un profond respect entre eux, même ce soir alors que ses gestes lui signifient très clairement ses intentions envers lui. Elle veut prendre le contrôle de la situation et il est prêt à lui donner, à s'abandonner entièrement car il pourrait pas être entre de meilleures mains que les siennes. Elle le sait pas mais elle dispose d'une totale liberté sur sa personne. Malcolm est loin des mille questions qu'il a pu se poser la semaine dernière pendant sa fuite, il a pas du tout la tête là-dedans ce soir et vaut mieux pas que les pensées qui occupent son esprit là tout de suite en sortent. Son regard qui étudie les gestes de Lula avec concupiscence est sûrement assez parlant. La question qu'elle lui pose la sort momentanément du truc mais ça dure pas, car ses mains prennent rapidement le chemin jusqu'à sa ceinture. « Tu veux vraiment parler de ça maintenant ? » il l'interroge puis comprend à son regard que c'est important pour elle, et que c'est pas juste de la curiosité. « Très bien. » il reprend en passant une main dans ses longs cheveux bruns, avant de se replonger quelques temps en arrière pour faire remonter les souvenirs de ses relations passées. Ça n'a rien de douloureux ou déplaisant pour lui d'en parler, il se trouve qu'il a pris suffisamment de recul sur les choses pour pouvoir les évoquer sans éprouver de nostalgie particulière. « J'ai eu deux filles dans ma vie, que j'ai pas aimé de la même façon. » il annonce histoire de planter un chiffre tout de suite pour qu'elle puisse retirer de sa tête l'idée éventuelle qu'il aurait pu connaitre plein de nanas au cours de sa vie. Malcolm, il a toujours voulu du sérieux, les trucs sans lendemain ça n'a jamais été pour lui. « La première au Texas avec laquelle je suis resté six ans, rencontrée à la fin du lycée. C'était surtout une amie de ma sœur, je me retrouvais beaucoup en cette fille - peut-être même trop, avec le recul. Notre histoire a débuté un peu comme celle de mes parents qui s'étaient connus pendant leurs études supérieures sauf que là personne s'est barré, on a décidé de se séparer un peu avant que je parte. » Il n'en précise pas les raisons, si Lula veut les connaitre elle les lui demandera. « Et la seconde en Californie peu après mon arrivée, qui m'a quitté au bout de quatre mois. On se voyait que le week-end, je courrais après les boulots et le fric pendant qu'elle courrait après d'autres mecs mais ça je l'ai su plus tard. Y'a pas grand-chose à raconter sur cette histoire, pour moi c'était sérieux et pour elle non. » Ça le fait sourire quand il y repense parce que cette deuxième relation a commencé n'importe comment et a fini de la même façon, c'était clairement pas un truc voué à durer et pourtant il y a cru, il a tout fait pour que ça marche. Il en a pas l'air Malcolm mais c'est un vrai con romantique, elle devrait faire attention Lula car quand il s'accroche il fait pas semblant. « Deux relations représentatives des deux vies que j'ai eues, la première vachement stable, la seconde complètement bancale. Il s'est pas écoulé beaucoup de temps entre la fin de la première et le début de la seconde, je crois que j'étais pas prêt pour me remettre avec quelqu'un. Les premiers mois à Fresno je gérais vraiment rien, ma vie perso a morflé et depuis je la néglige. » Sachant que Malcolm est arrivé à Fresno il y a deux ans, il lui laisse faire le calcul. Il a pas cherché à replonger dans une histoire depuis, si on met de côté cette fille à qui il a parlé quelques temps sur internet mais qu'il n'a jamais rencontrée. Rien de concrétisé depuis un bail, donc. « Pourquoi tu me demandes ça ? » il souffle alors que sa main monte et descend dans ses cheveux et qu'il sonde son regard dans l'attente d'une réaction à ses confessions. Il a envie de connaitre ses histoires aussi, celles qui l'ont retournée, de faire connaissance avec les hommes qui ont partagé sa vie mais il a peur de la couper dans son élan parce qu'il se dit que ses histoires à elle ne feront rien remonter de très agréable. Et c'est égoïste, mais il veut pas que Lula se referme à lui ce soir.

_________________
crucifié sur une caravelle, sous l’œil éternel d'une étoile filante

Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
Gravity. (jeudi s6, 3h00) Empty
MessageSujet: Re: Gravity. (jeudi s6, 3h00)   Gravity. (jeudi s6, 3h00) EmptyLun 10 Juin - 10:22

Je me demande si Malcolm arrive parfois à reconnaitre les signes avant coureurs de mes envies et de mes ambitions nocturnes. Je retire les couches de vêtements qui lui pèsent le plus avant de l’interroger sur un point précis. Il a l’air de sous entendre que ce n’est pas le moment d’en parler. Je lui offre un sourcil arqué pour lui faire comprendre que y aura jamais de bon moment pour ça. « Ça ne m’empêchera pas de continuer sur ma lancée, si c’est ça qui t’inquiètes » Je glisse, moqueuse, en vrillant mes prunelles aux siennes. Je ne suis pas suffisamment conne pour le laisser dans cet état, en plan, si les réponses qui vont suivre ne me plaisent pas. Je l’écoute avec une certaine attention et la pression redescend lorsque j’entends le chiffre deux. Il est quand même resté six ans avec la première, ça force presque l’admiration surtout à notre époque. « Pourquoi vous vous êtes séparés ? » je l’interroge avant qu’on ne passe à la deuxième. « Elle t’a laissé penser que ça pouvait être sérieux ? » ou c’est lui qui s’est emballé ? Mes opales se sont interrogatrices et cherchent les siennes. « Tu n’as rencontré personne depuis ? » Je lui demande en croisant son regard parce que j’ai quand même du mal à le croire là, sur le moment. Je plisse légèrement les yeux face à cette idée qui me parait bien improbable et impossible. « Ta vie a l’air si compliquée » je commente, parce que je ne sais pas s’il s’en rend compte, mais il me conforte un peu dans mes idées, Malcolm à me démontrer que y a rien de durable qui s’est inscrit depuis longtemps dans son quotidien. « Je veux savoir si tu pourras m’appartenir sans le fantôme de tes relations passées » je glisse en l’embrassant, pour éviter qu’il réponde à cela à l’aide de sa douceur habituelle ou de son romantisme chronique qui cherchera à me rassurer. Parfois je l’aime bien quand il est aussi plus septique Malcolm et qu’il s’évertue à me repousser mentalement parce que ça me force à lui prouver que j’ai raison ou à détruire son raisonnement interne et à ébranler ses certitudes. Là, il serait juste bien capable de m’assurer que c’est déjà le cas juste pour pas me contrarier alors que je sais que ce n’est pas vrai. Je préfère simplement qu’il entende et garde dans un coin cette déclaration de future colonisation. Je sais que c’est hyper égoïste et contradictoire d’annoncer que je souhaite qu’il soit ma possession pleine et entière tout en balayant régulièrement d’un revers de la main ses envies concernant l’avenir que j’ai décrété incertain. Je baisse légèrement son jean afin de faciliter l’accès à ce qui importe ce soir, ça fait un peu le mec qui n’a pas le temps et veut juste envie de tirer rapidement son coup comme ça, mais c’est aux frais de la princesse de soir, dans tous les cas. Une main se glisse dans son boxer pour flatter sa queue et en découvrir les points sensibles. Il arbore un air agréablement surpris alors que pour moi, cela relève de l’évidence depuis tout à l’heure. J’imprime un mouvement lent et lascif au début, je m’arrête de temps en temps simplement pour constater que ça lui plait, en changeant parfois de rythme à la reprise, parce que je veux arriver à déceler ses préférences comme ça avant d’éventuellement passer à la phase suivante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Malcolm
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11270-malcolmhttp://www.throwndice.com/t11214-malcolm 

MESSAGES : 970
AVATAR : abel tesfaye
ÂGE : 26
LOCALISATION : fresno, ca
MÉTIER : taximan


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 39K
AFFINITÉS:
Gravity. (jeudi s6, 3h00) Empty
MessageSujet: Re: Gravity. (jeudi s6, 3h00)   Gravity. (jeudi s6, 3h00) EmptyLun 10 Juin - 20:07

Ça le rassure d'entendre qu'il peut aborder le sujet de ses relations passées sans craindre que ça détermine la suite des évènements, car si elle continue de le chauffer comme ça c'est sûr qu'il pourra pas redescendre tout seul après. Lula c'est pas une fille coincée mais il s'attendait pas à ce qu'elle se montre aussi directe entre les quatre murs de leur chambre ce soir, déjà en chemin elle lui a annoncé la couleur à Malcolm et il aimerait vraiment pas que ça s'arrête pour une réponse qui lui conviendrait pas. Il réfléchit pas pour autant à ce qu'il dit car c'est pas le genre à formuler les choses pour aller dans le sens de quelqu'un, ça sort comme ça doit sortir et il donne les infos qu'il estime nécessaires pour cerner sa vie amoureuse dans les grandes lignes - et tout court, vu qu'elle se limite aux deux relations qu'il vient d'évoquer. Elle lui demande de lui parler des filles qu'il a aimé alors c'est ce qu'il fait, simplement, sans donner de nom car il se dit que Lula n'a pas besoin de données aussi précises et qu'à partir d'un nom elle pourrait se mettre à beaucoup trop réfléchir. C'est mieux qu'elle ne puisse pas visualiser les filles en question non plus, elles appartiennent de toute façon à deux époques de sa vie passée et Malcolm ne les visualise pas lui non plus quand il en parle. Elle demande à connaitre la raison de sa séparation avec la première fille, une question vouée à tomber il le savait, il l'attendait. « Parce que les choses ont assez mal tourné pour moi et ça lui a fait peur. Je voulais pas l'entrainer dans un truc qui pouvait lui faire du mal alors je lui ai rendu sa liberté et elle, au moins, j'ai pu la préserver. » Ça lui rappellera peut-être quelque chose, le coup de vouloir protéger quelqu'un ou de pas pouvoir, justement. Ça rejoint ce sur quoi on lui a posé beaucoup de questions il y a deux semaines, la fameuse anecdote. C'est la même histoire, il a juste eu avec elle la bonne réaction qu'il a pas su avoir envers son pote car Malcolm, quand il aime, il fait passer ses potes après sa meuf c'est comme ça que ça marche avec lui. Quant à la seconde fille, faut avouer qu'elle l'a beaucoup moins marqué. « Je crois que je me suis mis en tête que ça l'était, dans mes souvenirs on s'est jamais dit qu'on était ensemble. » Il s'est sûrement un peu trop pris au truc, encore une fois le recul lui permet de voir qu'ils allaient pas dans le sens et qu'il s'est accroché au presque rien qu'elle voulait bien lui donner. Se voir deux ou trois heures le week-end, il a tenu quatre mois comme ça et il sait aujourd'hui qu'une relation comme ça il n'en veut plus. Lula, elle a pas l'air de gober que la dernière fille qu'il a fréquenté c'était à son arrivée sur le sol californien. Il la sent pas franchement convaincue. « Physiquement non, personne. J'ai été en contact avec une fille cette année, on a discuté sur une appli pendant quelques semaines et je suis parti faire cette émission sans prévenir alors qu'on parlait de se rencontrer. » Il l'observe pour voir si ça lui fait quelque chose ou non, avant de sourire parce que cette histoire-là lui en rappelle une autre. La discussion dans la régie avec le roumain la première semaine, c'est le seul qu'il avait mis au courant ici alors qu'il savait pas trop quoi attendre de cette relation virtuelle après s'être barré de cette façon. Aujourd'hui il en est sûr, ça compte pas et ça n'a jamais compté. « On s'est rien promis, elle m'attend pas dehors. » il ajoute en la regardant dans les yeux pour s'assurer qu'elle imprime bien l'info. Lula, plus ça va et puis elle semble douter. Il sait plus comment la rassurer, et peut-être qu'il l'a jamais vraiment fait en fait. « J'ai pas choisi cette vie. » il l'informe car tout ce qu'il vit aujourd'hui il le doit au fait d'avoir merdé il y a deux ans. D'avoir été trop aveuglé par un combat qu'il pouvait pas mener tout seul, et surtout pas de cette façon. « Mais quand tout est simple on s'ennuie vite. » il réplique dans un fin sourire pour trouver quand même un bon côté à la chose. Si c'est pas un minimum compliqué alors y'a aucun challenge, et au moins il peut se dire en se levant tous les jours qu'il va affronter les obstacles de cette vie et que tout ce qu'il aura gagné durant sa journée il se sera battu pour l'obtenir. Il la regarde longuement lorsqu'elle parle de lui appartenir, et il a pas l'occasion de répondre à ça étant donné qu'elle gagne ses lèvres pour le faire taire. À partir de là il répond plus de rien Malcolm car elle enclenche le processus visant à le rendre fou ce soir, ça s'engage fortement dans ce sens quand elle part à la conquête de son entrejambe qui palpite déjà d'excitation à l'intérieur de son jean. Difficile de rater la forme qui se dessine entre ses cuisses à travers le vêtement dont elle le débarrasse partiellement, ensuite. Il pousse un long soupire lorsque sa main s'infiltre dans son dernier rempart et colonise enfin sa virilité dressée. Il est déjà en train de s'avouer vaincu pour lui offrir toute la liberté qu'elle voudra prendre sur lui, la façon dont il se cambre pour accueillir ses caresses, son regard qui la dévore et la supplie à la fois, et ses mains passant de ses cheveux à son cou, tout son être invite Lula à poursuivre sur la route du plaisir. Ses gestes enflamment la zone et sont tout sauf hésitants, elle sait ce qu'elle fait et elle le fait bien. Elle doit pouvoir lire dans ses yeux ce qu'elle lui procure et ce qu'elle fait monter en lui, ça fait des lustres qu'on l'a pas touché comme ça, elle le retourne complètement. « Tu me rends dingue. » il souffle entre deux soupirs. C'est sa manière de lui signifier qu'elle s'apprête à franchir le point de non retour, et qu'elle pourrait déclencher un truc dont elle soupçonne peut-être pas l'ampleur. Leur première réunion purement intime s'inscrit pas dans une notion de partage et il n'a pas une once de contrôle sur ce qui se passe, pourtant il s'offre à elle entièrement Malcolm, il la laisse faire ce qu'elle veut de lui. Tout ce que Lula aura à lui offrir ce soir il le prendra, même si ça doit complètement envoyer valser le romantisme dont il a aussi besoin pour sentir qu'elle cherche pas juste à assouvir une pulsion passagère avec lui. Ça lui ferait mal de n'être qu'une queue sur pattes et en même temps il peut pas se plaindre du moment qu'il passe. Pour rien au monde il ne voudrait se trouver ailleurs qu'ici, là, tout de suite.

_________________
crucifié sur une caravelle, sous l’œil éternel d'une étoile filante

Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
Gravity. (jeudi s6, 3h00) Empty
MessageSujet: Re: Gravity. (jeudi s6, 3h00)   Gravity. (jeudi s6, 3h00) EmptyMer 12 Juin - 0:01

Je comprends juste que la séparation était rationnelle, presque nécessaire et pas forcément initiée parce que les sentiments n’étaient plus présent. Je croise son regard que je soutiens quelques secondes parce que j'enregistre l'info et ma matière grise dysfonctionnelle essaie de l'analyser comme elle le peut. « Vous vous aimiez encore quand vous vous êtes quitté ?» je lui demande parce que c’est ça dont il est question. « Par exemple si tu la croisais à la sortie du jeu...» J’émets une hypothèse histoire qu’il complète la suite. Je peux pas m’empêcher d’insister parce que j’ai du mal à l’imaginer sans même pas une relation pendant deux ans et il m’assure que non. C’est bien vrai. J’apprends qu’il était en contact avec une fille juste avant de rentrer dans l’émission et forcément, ça me rend un peu perplexe parce que j’ai l’impression que tout m’échappe. Pardon ? Par automatisme je recule mon visage, ça sort d’où tout ça ? Ça l’amuse alors j’arque un sourcil. « Pourquoi tu souris ? » je lui demande en souriant aussi comme une conne par sa faute, mon petit coup de pression sonnait carrément mieux dans ma tête, je ne sais pas pourquoi. Bref je préfère qu’on passe le stade où je suis sensée m’agacer de cette nouvelle et râler un peu, pour la forme. Je l’écoute plutôt quand il mentionne sa vie parce un sujet qui m’intéresse et ne risque pas de me tendre comme le précédent. « Ça fait très fataliste, quand tu en parles » Je lui réponds. Il donne l’impression de pas forcément avoir le choix et je n'arrive pas à comprendre pourquoi. «Parce que t’as déjà goûté à l’ennui toi ? On ne dirait pas» je commente de mon doux soprano. Malcolm, il a une vie mouvementé quand on l’écoute, un rythme hyper dense et difficile à suivre. Il n'empêche que je finis enfin par me concentrer sur l'essentiel. Lui, enfin surtout sa queue à ce moment là. Je ne réponds pas à Malcolm, parce que je n’aime pas trop parler dans ce genre de moment, ça m’encourage pas à poursuivre, au contraire, je me contente de le regarder quelques secondes. C’est pas très difficile de décrypter son langage corporel de toute façon. Y a ses soupirs et son ventre qui se contracte qui en disent déjà bien long. Je comprends néanmoins avec ce qu’il m’a balancé juste avant que ça ne durera pas longtemps, le temps l’a rendu beaucoup plus sensible et réceptif, à vif. On n’est pas dans la performance ce soir, juste dans la découverte. Je cale mes cheveux sur l’une de mes épaules avant de descendre plus bas. J’embrasse l’extrémité de sa queue pour tester ma patience. Ma bouche ne tarde pas à s’occuper de ce qui lui sert de cerveau actuellement. C’est pas ma came de base, mais ça doit être la sienne, c’est ça qui est important, et il ne me faut quelques mouvements pour confirmer mon hypothèse. Je le fais pour lui ou pour me complaire à constater l’effet que je lui fais, un peu des deux. C’est peut être pas visible dans mes opales trop bleues ou affiché sur ma gueule mais ça a toujours été important le sexe sous toutes ses formes comme moyen de communication, d’expression, tant qu’il n’est pas idéalisé.  Y a rien de parfait, même la dedans. Je ne le gratifie pas de ce fameux regard d’en dessous hyper cliché. Je sens que ses doigts se crispent un peu sur le sommet de mon crâne tout comme j’accepte les mouvements de son bassin qui vient instinctivement à ma rencontre pour m’en demander un peu plus. Ce que je fais au départ. Mais pas longtemps non plus parce que ça me lasse et que c’est pas le but de la manoeuvre, parce que la position est pas non plus agréable. Je remonte et c’est ma main qui prend le relais jusqu’à ce qu’il exulte dans un plaisir significatif qui ne tarde pas vu le traitement. J’écoute son souffle en vrac. « Deux ans à rattraper » je glisse, placide, si mes calculs sont bons.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Malcolm
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11270-malcolmhttp://www.throwndice.com/t11214-malcolm 

MESSAGES : 970
AVATAR : abel tesfaye
ÂGE : 26
LOCALISATION : fresno, ca
MÉTIER : taximan


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 39K
AFFINITÉS:
Gravity. (jeudi s6, 3h00) Empty
MessageSujet: Re: Gravity. (jeudi s6, 3h00)   Gravity. (jeudi s6, 3h00) EmptyMer 12 Juin - 19:26

Il garde un profond respect pour cette fille avec laquelle il est resté six ans, c'est sa plus longue relation et aussi la seule qui était certainement sincère des deux côtés. Malcolm il est devenu un homme avec elle et il a jamais rien regretté de ce qu'ils ont vécu et partagé ensemble, même si la fin de leur histoire était pas prévue et encore moins voulue. « On s'aimait oui. » il balance comme une évidence car c'est pas pour une histoire de sentiments disparus qu'ils se sont quittés, c'est une décision commune qui n'aurait pas été prise dans un contexte différent de celui de l'époque. « C'était dur, mais nécessaire. » il précise. Nécessaire de la libérer de cette histoire, pas pour lui permettre de partir loin car elle est restée dans la même ville et y vit certainement toujours, mais bien parce qu'elle pouvait plus être associée à lui vu les circonstances. « C'est loin derrière moi, ça fait longtemps que la page est tournée tu sais. » il lui assure en capturant son regard pour qu'elle puisse y croire, et sorte de sa tête d'éventuelles idées absurdes. Il retombera pas dans les bras de son ex en sortant du jeu car il ressent plus rien, assurément qu'elle non plus, et ils risquent pas de se croiser en plus de ça. « Toute sa vie est là-bas et la mienne n'y est plus. Je peux pas y retourner, et j'en ai pas envie. » Le Texas il y refoutra jamais les pieds et encore moins dans son ancien bled, personne a envie de revoir sa gueule là-bas et y'a des trucs qui ont pas du tout intérêt à ressurgir dans sa vie. Il a galéré durant les deux dernières années et faut que ça serve à quelque chose, et puis ce serait stupide de croire que les gens peuvent oublier. Pendant les quelques secondes du silence qui s'installe il plonge un peu plus dans ses yeux dont l'intensité le saisit à chaque fois. « Tu penses que j'aurais pu avoir des relations d'un soir ? » il lui demande avec une pointe de provocation dans le regard. Il ment pas quand il dit qu’il a rencontré personne depuis sa dernière relation mais Lula elle est pas dans sa tête. Il pourrait ne pas compter des passades et faire le mec sérieux qui n’a jamais trempé dans des trucs sans lendemain pour se donner bonne image. Il est tout sauf de ce genre là Malcolm mais elle a l’air de pouvoir douter à partir de pas grand-chose Lula, le coup de la fille sur internet il voit bien que ça l’intrigue pas vraiment dans le bon sens déjà. Elle comprend pas pourquoi il sourit, et c'est vrai que le moment s'y prête pas trop. « Je revois la tête de Salomon, je lui avais parlé de ça au début du jeu. » C'est l'une des seules discussions qu'il a eues avec le bonhomme mais elle l'a marqué. Malcolm il se posait des questions à l'époque, il débarquait tout juste de sa vie de galère et il se doutait pas que cette aventure allait tout bouleverser pour lui. Ses convictions, son grand projet, il est arrivé avec plein de certitudes et aujourd'hui il a l'impression que tous les trucs auxquels il se raccrochait il y a six semaines sont plus si importants que ça. C'est comme si il avait encore moins d'attaches qu'en arrivant, et que ce jeu lui offrait des perspectives inédites. « Elle te rassure pas trop ma vie, hein. » il souligne car elle s'en cache pas. Et il peut la comprendre, ça ressemble à rien à la façon dont il en parle et en vrai aussi. Sa vie aujourd'hui c'est pas la vie qu'il veut mener pour le restant de son existence, c'est un challenge de tous les jours et il a oublié ce que c'était de vivre sereinement, pas forcément sans manquer de fric mais au moins dans une configuration un peu plus stable au niveau du boulot et du reste. « Depuis deux ans j'ai pas le temps de m'ennuyer, non, c'est sûr. » C'est un peu l'avantage de sa nouvelle vie, il a pas le temps de s'emmerder dans son miteux deux pièces parce qu'il court continuellement après ce qui lui permettra de bouffer. Voire de payer son loyer, mais ça c'est du bonus car c'est rare. Depuis que Lula a commencé à s'occuper de lui il est atrocement fébrile, ce que ça lui procure doit autant se voir que s'entendre et la française a visiblement prévu de l'emmener jusqu'au bout ce soir. Elle le prend en bouche et c'est comme s'il embarquait dans un manège à sensations avec lancement catapulté. La montée s'annonce surpuissante et elle travaille à y donner de l'élan. Sa main presse légèrement le haut de son crâne pour guider les choses en douceur tandis qu'il bouge le bas de son corps en même temps pour varier les sensations, et retrouve un semblant de contrôle. Malcolm il sent qu'il va pas tenir longtemps après sa longue abstinence et ça rate pas, très vite il est pris de spasmes intenses et ses muscles se contractent de façon incontrôlable. Ça le prend dans tout le corps, il tremble, se tend et se crispe, il se sent complètement partir. Son rythme cardiaque et sa respiration s’accélèrent alors qu'elle passe le relais à sa main, il tente de tout retenir pour faire durer la montée et en profiter un max sauf qu'il en peut déjà plus là. Il va exploser, c'est trop d'un coup pour lui. Il est trop excité car ça fait trop longtemps qu’on s’est pas occupé de lui comme ça et parce que Lula sait vraiment trop bien y faire. Alors il s’avoue vaincu après un court combat interne avec lui-même, lâchant ce qu’il peut vraiment pas contenir davantage. Il évacue dans un long râle qu’il a pas le réflexe d'étouffer, en redécorant un peu la moquette au passage. Lula souligne les deux années de temps mort balayées ce soir et il caresse sa joue dans un sourire en lui glissant un merci silencieux à travers son regard. Il reste l'engin à l'air et le souffle court plusieurs secondes le temps de redescendre, puis il attrape un mouchoir pour se nettoyer et un second pour frotter la moquette et récupérer ce qu'il vient de cracher histoire qu'ils ne marchent pas dedans. Malcolm se rhabille complètement et saisit la main de sa française pour la conduire à s'assoir sur le bord d'un lit avec lui. Il l'observe, lui sourit et l'observe encore. « Pourquoi il est question que de mon plaisir ce soir ? » il demande finalement car si dans l'affaire quelqu'un risque de rester sur sa faim, c'est clairement pas lui. Il a eu son compte Malcolm mais c'est pas parce qu'il a pris son pied que c'est bon, il est content. Y'a Lula aussi dans l'histoire et même s'il lui est très reconnaissant de s'être préoccupée de son plaisir ce soir, il oublie pas qu'il est le seul à avoir réellement grimpé au rideau. « Et toi ? » Il est pas en train de lui proposer une nouvelle partie car il se sentirait évidemment pas de redécoller tout de suite, après un si long break il a besoin d'un petit temps de récupération. Mais il sait que Lula a pas vécu le truc comme lui, et il aime pas le principe que ça aille que dans un sens. Il se plaint pas du traitement qu’il vient de recevoir mais il a pas l’impression qu’elle ait considéré les choses autrement que sous cette forme entre eux depuis qu’elle a allumé la mèche dans le couloir tout à l’heure.

_________________
crucifié sur une caravelle, sous l’œil éternel d'une étoile filante

Revenir en haut Aller en bas
Faith
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 518
AVATAR : danielle brooks
LOCALISATION : chelsea
MÉTIER : coiffeuse


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 46987£
AFFINITÉS:
Gravity. (jeudi s6, 3h00) Empty
MessageSujet: Re: Gravity. (jeudi s6, 3h00)   Gravity. (jeudi s6, 3h00) EmptyMer 12 Juin - 23:55

Une porte qui claque. Mes yeux s'ouvrent. Bordel il est quelle heure ? Tout le monde n'est pas encore couché ? Ou alors c'est encore un coup du génie qui rode dans les couloirs ? Quoi qu'il en soit, les coupables font chier, j'avais mit du temps à m'endormir. J'espère que je vais pouvoir retourner dans les bras de Morphée très rapidement. Je pousse un soupire, referme les yeux, et me met sur le côté. Je n'entends pas de bruit du côté d'Ana, j'imagine qu'elle dort toujours. Ou alors elle n'a pas réagit. Quelques secondes, minutes passent, et là c'est le drame. Non. Non non non non. Non non, ce n'est pas possible, je refuse. Les bruits que j'entends c'est pas...Non non. Y'a pas moyen. Hors de question. C'est le fruit de mon imagination, c'est le vent. C'est...DES PUTAINS D’ENFOIRÉS. Je suis mortifiée. Un mélange de colère, de dégoût, de déception, de gêne s'emparent de moi. Je suis en train de vivre un enfer. A quelques mètres de moi, derrière ces cloisons, y'a Malcolm qui est en train de prendre tranquillement son pied avec Lula. ALORS QUE VOUS AVEZ UNE PUTAIN DE LOVEROOM. Non mais là ils se foutent de ma gueule. Autant je pouvais m'attendre à ce qu'ils passent la vitesse supérieure, autant, je pensais que j'allais devoir subir cette épreuve durant le prime, avec quelques sons ou paroles innocentes comme pour Icare et Kenza. Pas vivre le moment en direct live. Pourquoi ? MAIS POURQUOI ? Qu'ais je fait au bon dieu pour mériter pareil traitement hein ? Et là y'a une parole qui me revient en tête. J'espère que tu ne penses pas que je me fou de ce que tu ressens. Ah ouais Malcolm, vraiment ? Tu crois que je vais me sentir comment en t'entendant jouir à deux pas de moi ? Tu t'es dis que j'allais apprécier ? Que je vais kiffer de profiter de la petite séance gratuite de porno en fond sonore ? Peut être que c'est censé m'exciter et il faut que j'aille vous rejoindre ? Non mais putain c'est une grosse blague. J'espère vraiment pour lui que c'est le coup de sa vie, que ça en vaut la peine. Cela serait dommage de foutre en l'air toute notre relation pour une prestation médiocre n'est ce pas. Parce que oui, il vient juste de tout gâcher là. Dire que j'ai pu craquer pour un minable pareil. Bordel, il faut que je sorte immédiatement de cette pièce, et me barre, très très loin d'eux. Il est hors de question que j'en entende plus je ne pourrais pas le supporter. J'ai besoin d'air. Je ne fais même pas attention à Ana, si elle est réveillée ou non, si elle entendu les mêmes chose, je me lève et sort de la chambre. Sauf que dans la pénombre, je me prends le pied dans un objet non identifié qui traînait sur le passage. Je me casse la gueule. Bruyamment. " P'TAIN DE MERDE!" que je ne peux m'empêcher de gueuler sous le coup de la douleur - et de l'état d'énervement dans lequel je suis. Est-ce qu'ils m'ont entendu à côté ? J'en sais rien, et j'en ai absolument rien à foutre. Mais alors vraiment. Tout ce qui m'importe c'est sortir au plus vite. J'ai l'orteil en feu, je claudique jusqu'à la porte et l'ouvre brutalement. Je la referme de manière toute aussi violente. Et quand bien même je réveillerais tout l'étage, soit. Le respect est mort ce soir de toute façon. Je disparais alors au bout du couloir.

Spoiler:
 

_________________

Think like a queen. A queen is not afraid to fail. Failure is another stepping stone to greatness (c) frimelda

Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
Gravity. (jeudi s6, 3h00) Empty
MessageSujet: Re: Gravity. (jeudi s6, 3h00)   Gravity. (jeudi s6, 3h00) EmptyJeu 13 Juin - 22:39

Je redresse la tête à l'entente de sa question. « Ce n'est pas péjoratif » je lui dis lorsqu'il demande comment je pourrais le positionner lorsqu'il s'agit d'avoir des coups d'un soir. « Je trouve ça sain d'assumer qu'on peut avoir des besoins physiques » sans hypocrisie en étant assez clair avec la personne, sans rien se promettre. Je balise surtout un peu le terrain parce que ça m'est déjà arrivé, plutôt jeune en plus, autant le préparer mentalement si un jour il venait à me poser la question. « Tu en as eu ?» Je lui demande histoire de revenir au principal. En attendant, ce sont ses besoins physiques que j'ai envie de combler et ça pourrait presque me motiver encore plus de me dire que je suis la première depuis longtemps. Je lui offre des perspectives à Malcolm. De ce qui l'attend prochainement, de ce que je veux lui faire. J'ai besoin de sentir que j'ai une emprise sur lui, et c'est comme ça qu'elle se matérialise ce soir. Je le trouve beau dans sa dépendance physique à mes mouvements même si elle ne dure pas longtemps, à se débattre avec ses soupirs qui m'incitent à continuer jusqu'au dernier. C'est une satisfaction à part entière de le voir comme ça. Mes opales suivent curieusement son évolution dans la pièce.  « Pourquoi tu te rhabilles ? » Je lui demande, perplexe, parce qu'on va probablement dormir vu l'heure avancée et dans tous les cas, on est que tous les deux. Je pense avoir tout observé de Malcolm ce soir, en plus, ça sert pas à grand chose de se cacher sous ses vêtements. Je bascule en arrière sur le lit afin de m'étirer avec lascivité.  La question de Malcolm me fait presque froncer les sourcils d'incompréhension. « Parce que j'avais envie de prendre du temps juste pour toi » je glisse sur le temps de l'évidence en croisant ses opales. Lui offrir mon entière attention. « C'était ton moment » je continue. Ça ne me semble pas délirant comme explication. Je n'ai pas l'impression de m'être sacrifiée, je voulais juste lui faire plaisir. Je ne suis pas foncièrement attachée à la réciprocité, il s'en rendra compte Malcolm, ça dépend de mes humeurs et des moments. Et qu'il se rassure, cela ne fait pas de lui un égoïste pour autant. C'est ce que je m'apprêtais à lui dire. Je sursaute face un hurlement inattendu accompagné d'un claquement de porte plus brutal. Je me hisse sur les coudes et je reconnais sans mal la voix de Faith qui s'époumone et je me contente de couler un regard vers Malcolm. Il était si bruyant que cela ? Je n'ai pas eu cette impression. C'est quoi cette oreille bionique. Franchement je dois avouer que je m'en tape que Faith ait pu éventuellement découvrir que Malcolm pouvait avoir une vie sexuelle nocturne, mais je sais que ce n'est pas à son cas. Je l'observe. « Ça arrive » Je glisse avec flegme en haussant les épaules, je ne pouvais pas savoir qu'à plus de trois heures du matin, Madame était réveillée et avait l'oreille collée au mur, parce que ce n'est pas possible autrement. Faith, elle commence clairement à trop interférer partout là alors j'essaie de faire en sorte que ça me passe au dessus. Le seul point sombre à l'horizon, c'est qu'elle va surement en parler alors qu'on a attendu une heure csa pour être tranquille. « Tu devrais peut être la rattraper » je glisse parce que je le connais Malcolm, il va se sentir mal, il va culpabiliser, il est trop gentil. Je suis sûre que c'est déjà le cas, parce que ça reste sa pote. « Y a pas de problème » J'ajoute parce que je devance ses déchirements internes, il peut me laisser dans la chambre. Je caresse distraitement le bas de son dos. « Par contre, ne t'excuse pas non plus, je le prendrai mal » je complète de mon doux soprano en croisent ses prunelles noisettes le temps de quelques secondes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Malcolm
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11270-malcolmhttp://www.throwndice.com/t11214-malcolm 

MESSAGES : 970
AVATAR : abel tesfaye
ÂGE : 26
LOCALISATION : fresno, ca
MÉTIER : taximan


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 39K
AFFINITÉS:
Gravity. (jeudi s6, 3h00) Empty
MessageSujet: Re: Gravity. (jeudi s6, 3h00)   Gravity. (jeudi s6, 3h00) EmptyVen 14 Juin - 1:18

Il trouve pas non plus que ce soit une mauvaise chose d'avoir des aventures sans lendemain, il a simplement jamais été le coup d'un soir de quelqu'un car ça l'intéresse pas de se laisser charmer pour une nuit, c'est pas le genre de relation qui peut lui convenir. Ça veut pas dire qu'il a jamais eu de besoins à combler pendant son long célibat, faut juste imaginer qu'il a pas fait des rencontres de ce type quand il aurait pu. Malcolm il s'est quand même inscrit sur une appli y'a quelques mois, y'avait une chance qu'il tombe là-dedans comme beaucoup de gens et au final ça s'est pas fait parce qu'il s'est barré pour faire cette émission. « Non jamais. » il informe Lula qui au final ne réagit pas trop à ce qui était au départ une petite provocation pour tester sa réaction vis-à-vis du sujet. Il lui demande pas, mais vu ce qu'elle en pense il devine un peu qu'elle a dû en avoir, elle. Comme elle dit tant que c'est assumé c'est pas un problème, et si ça appartient à son passé il peut juste rien à dire. Le sexe, pour un mec comme Malcolm, ça signifie toujours quelque chose donc ça peut pas se faire avec n'importe qui. Mais vu qu'il a fréquenté personne pendant deux ans et qu'il a même du mal à s'adonner aux plaisirs solitaires, ça n'a rien d'étonnant. Il a pris du temps pour exorciser sa dernière rupture et le recul qu'il fallait pour avancer, c'était pas censé virer à l'abstinence totale et pourtant c'est comme ça que ça a tourné. Il a deux ans à rattraper comme Lula le dit si bien et dernièrement ça l'a pas mal démangé c'est vrai, la proximité de plus en plus acquise avec elle ça a fini par le travailler en-dessous de la ceinture et elle lui fait pas seulement un bien fou ce soir, elle le réconcilie aussi avec une vie sexuelle au quasi point mort depuis des lustres. Il renoue avec des sensations bien différentes de celles qu'il peut se procurer tout seul et encore, sa main gauche fait vraiment pas le job souvent. Ce qui explique qu'il se retrouve très vite au bord de l'explosion et qu'en quelques minutes l'affaire soit finalement pliée. « Je sais même pas. » il répond d'un air légèrement confus à Lula qui lui demande pourquoi il se rhabille, c'est un réflexe qu'il a sur le moment et qu'il s'explique pas vraiment. Vu l'heure ce serait pas plus con d'enfiler un truc pour dormir car c'est ce qui est logiquement prévu après ça. Malcolm troque donc ses vêtements contre ce qui lui sert habituellement de pyjama, un short et un t-shirt. Il fait remarquer dans la foulée à Lula que son plaisir à elle a été oublié ce soir et elle le justifie par le fait d'avoir eu envie de prendre du temps pour lui, il parait que c'était son moment. « Tu auras le tien aussi, si tu veux. » il glisse dans un sourire en la couvant du regard pendant quelques secondes. C'est pas sa meilleure réplique à Malcolm mais il a cette préoccupation à ce moment-là d'être dans le partage et pas seulement de recevoir, il voudrait que Lula y trouve son compte elle aussi. Faut pas que ça devienne calculé non plus entre eux et c'est pas ce qu'il veut, à vrai dire ça lui plait quand ça arrive de cette façon et qu'il a limite pas le temps de comprendre ce qui lui arrive. En parlant d'imprévu, ils ont le même sursaut lorsqu'un cri se fait entendre de l'autre côté du mur, précédant un puissant classement de porte. Son cerveau traite directement l'info, il peut pas se tromper sur la propriétaire de cette voix qui s'impose tout de suite comme une évidence : Faith. Lula le regarde, il la regarde en retour, et tous les deux doivent se demander si cette réaction a un rapport avec ce qu'il vient de se passer dans cette chambre. Il comprend pas ce que Faith fait debout aussi tard, il a aussi du mal à concevoir qu'elle ait pu les entendre mais il croit pas du tout à une coïncidence car le timing est trop parfait pour que ça puisse être autre chose. Lula elle capte aussi très vite que ça les concerne et que Faith a probablement entendu un truc qui lui a pas plu du tout, en l'occurrence les dernières instants du fameux moment de Malcolm durant lesquels il a manifesté comme il se doit son plaisir. Plus fort qu'il le pensait visiblement, pour que ça ait été audible dans la chambre voisine. « Merde. » C'est tout ce qu'il trouve à dire, il a une réaction à la hauteur de l'évènement étant donné qu'il est largué et sait pas du tout comment gérer la situation. Car c'est évident qu'il va pas laisser Faith dans cet état surtout si elle l'est à cause de lui, mais y'a aussi Lula qu'il a pas envie d'abandonner même pour quelques minutes, par principe. Elle avorte finalement le dilemme face auquel il allait inévitablement se trouver en lui conseillant de la rattraper, ajoutant même qu'il n'y a pas de problème. « T'es sûre ? » il demande quand même parce qu'il a pas bonne conscience en s'apprêtant à la laisser toute seule dans cette chambre, c'est beaucoup plus son problème à lui qu'à Lula et sa réaction le surprend dans le bon sens. Elle lui demande néanmoins de ne pas s'excuser car elle pourrait mal le prendre, ce qui se comprend tout à fait et ce qu'il ne fera pas. Malcolm, là, il est soucieux de l'état de Faith mais il va pas culpabiliser pour un truc qui lui est absolument pas reprochable compte tenu de l'évolution plus qu'évidente de leur relation. C'était simplement censé rester dans le cadre intime de cette chambre, et pour le coup c'est complètement raté. « Promis. Je reviens vite. » il lui assure dans un sourire avant de déposer un baiser sur son front. Il quitte la pièce à la hâte et se met à la poursuite de Faith en espérant qu'elle est encore dans le coin et qu'il pourra surtout lui parler.

sujet clos.

_________________
crucifié sur une caravelle, sous l’œil éternel d'une étoile filante

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Martelly : des solutions seront connues ce jeudi au plus tard
» L'Abyss :: 40K :: Mercredi (14) ou Jeudi (15)
» atelier conversation du jeudi 12 mars
» Paris - Roubaix (WT) => Jeudi 20h
» Pique-nique -jeudi 07 octobre - 21H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: CHAMBRES 5 ÉTOILES-
Sauter vers: