Partagez
 

 dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1200
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) Empty
MessageSujet: dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20)   dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) EmptyLun 10 Juin 2019 - 2:34

DAWN ONLY COMES AT THE END OF THE NIGHT.
W / @april

Le prime s'était achevé sur une note un peu étrange, teintée d'un coté de l'ambiance parfois légèrement hostile qui avait régné sur une partie des awards et de l'autre des nombreux sentiments qui s'étaient confondus lors de l'annonce des éliminations. C'était vrai ce qu'on disait, plus les semaines passaient et moins les départs étaient évidents, et pour Niels c'était d'autant plus particulier qu'il ne réalisait pas complètement, à la vitesse à laquelle les choses s'étaient enchaînées. Il ne s'était pas éternisé outre mesure dans le salon après avoir dit au revoir à Tonia, à Jesse, parce qu'il avait surtout eu besoin de prendre un peu de recul sur cette soirée assez particulière pour pas mal de raisons. Il avait pas mal plaisanté avec April sur toute cette histoire autour de ce qu'Elena avait repris dans sa rubrique et qui rejoignait un certain nombre de choses dont elle se doutait sans doute déjà, mais quand il y avait eu cette action un peu surréaliste et qu'il s'était retrouvé à lui tendre une rose quand quelques minutes plus tôt il se disait qu'il arriverait à terminer le prime sans qu'on lui ait fait dire ce qu'il n'avait pas forcément envie de confier devant tout le monde, Niels avait été partagé entre l'envie de plonger à l'intérieur de son verre et la pensée qu'au moins de cette façon les choses étaient un peu plus claires que tout ce qui avait pu être insinué jusqu'à présent. Il n'était donc pas mécontent que la soirée se termine et qu'il puisse rejoindre sa chambre, parce qu'il avait forcément accueilli le fait de la partager avec April avec satisfaction, et pas seulement pour les raisons qui à force devenaient de plus en plus évidentes, même pour lui. Il était content que ce soit elle, aussi parce qu'elle avait sûrement besoin d'y voir un peu plus clair après tout ça et que c'était tout aussi bien qu'ils puissent se retrouver seuls et au calme. Niels entra le premier dans la chambre et retira rapidement sa veste qu'il ne supportait plus d'avoir sur le dos. Ces primes ne manquaient jamais d'animation, mais d'habitude il était moins habillé que ça et supportait un peu mieux la chaleur caractéristique d'Abu Dhabi. Accroupi face à sa valise pour en sortir de quoi se changer, il releva la tête lorsque la porte s'ouvrit à nouveau et étira un sourire en voyant apparaître April. Ils s'étaient quittés quelques instants plus tôt, et c'était agréable de la retrouver dans un environnement un peu plus apaisé. Sacrée soirée. « Il fallait absolument que j'enlève ce truc. » Il avoua d'un ton amusé après avoir vaguement désigné son lit, sur lequel il avait lancé sa veste dès qu'elle avait eu quitté son dos. Il était mieux avec juste sa chemise, déboutonnée en haut pour plus de confort, parce que s'il avait fait un effort pour cette soirée il ne fallait pas lui demander de jouer les prolongations pour le plaisir. Plus maintenant. « Je me suis laissé dire que je partageais ma chambre avec la fille la plus énigmatique... » Il se redressa et lui lança un regard en coin, entendu, et parce qu'avec l'award de la plus franche il trouvait que c'était vraiment un prix taillé pour elle. Avec celui de la plus troublante, à ce qu'il paraît, mais ça c'était surtout entre eux. « Je ne savais pas si t'aimais les fleurs. » Niels ajouta après quelques secondes, les lèvres étirées dans un sourire plus subtil, et évidemment en référence à cette rose qui s'était retrouvée mêlée à l'équation sans que personne sache vraiment comment. « C'était vraiment bizarre, hein ? » Un rictus amusé fendit finalement le coin de ses lèvres tandis qu'il s'assit sur son lit, les yeux toujours rivés vers elle, et relâcha les épaules d'un air un peu confus parce qu'il se rendait bien compte que ça commençait à faire beaucoup de choses qu'April devait avoir besoin d'assimiler entre cette soirée et le reste, et que cette action était venue en remettre une couche comme si elle n'avait pas déjà de quoi faire.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
April
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11235-aprilhttp://www.throwndice.com/t11236-april 

MESSAGES : 734
AVATAR : lauren tsai.
ÂGE : 27
LOCALISATION : cincinnati (oh)
MÉTIER : coach en gymnastique.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: £47,000
AFFINITÉS:
dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) Empty
MessageSujet: Re: dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20)   dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) EmptyLun 10 Juin 2019 - 10:13

Il a fallu un peu de temps à April avant de venir poser ses valises dans sa nouvelle chambre. Le prime s'est un peu transformé en pugilat entre les vexations et chamailleries du petit groupe en face d'eux, Lula au centre des discussions, n'en déplaise à Kenza et son armée de trophées. Elle a pris son temps quand Tonia et Jesse sont partis, alors que tout le monde accusait le choc en silence et partait chacun de son côté, pour aller respirer un coup dehors. Ça fait un peu chier parce que Tonia, c'était franchement un élément central de l'ambiance chill du casting malgré le jeu, mais c'est pas franchement son problème principal. Si au début, la chronique d'Elena était suffisante pour elle pour juste laisser couler à coups de traits d'humour, le challenge donné par la prod à Niels lors de son dilemme avait fait prendre une toute autre tournure. April est restée muette le reste de  la soirée à jouer avec la tige de cette rose blanche entre ses mains sans trop écouter la fin du prime. Franchement, elle l'admettra pas en l'état, mais elle a limite failli se barrer pour aller chialer un coup dehors - c'est con, comme réaction. Elle qui d'ordinaire s'efforce de garder la face et qui perd pas son sang-froid légendaire pour si peu. Y'a un peu de tout, mais surtout de sentir sa bulle se briser en mille morceaux, éclatée par la réverbération des ondes de Niels et ses tentatives répétées de faire péter sa carapace émotionnelle. Amplifiées par l'enfermement et l'intensité de l'expérience, dont April ne se rend compte que maintenant, alors qu'elle se sent atteinte et putain de vulnérable. Sa petite bulle, elle l'a forgée pendant des années. Sa bulle de gamine qui a jamais vraiment trouvé sa place nulle part, qui n'y a laissé entrer qu'une seule personne, dont la disparition a achevé de barricader tout ça. Y'a un paquet de trucs qui remontent, sa mère, Kate, son secret et ses implications, ces années dans un milieu impitoyable et destructeur, qui vous mâche et vous recrache comme un pauvre déchet. April a pris sur elle pour pas se barrer pour aller chialer comme une grosse merde, et elle s'est contentée de se fermer pour réfléchir. Une espèce d'isolation invisible. Une fois seule, elle a fini par prendre une inspiration, essuyer les coins de ses yeux et boire un verre d'eau pour dénouer sa gorge. Elle cale la rose derrière son oreille droite pour libérer ses mains et aller chercher sa valise et ses béquilles dans le couloir des chambres trois étoiles, et pousser la porte de la chambre de l'étage du dessus. Niels est déjà là, sa veste jetée sur un des lits. April lui adresse un sourire et boîte jusqu'au deuxième pour poser ses affaires et les béquilles sans se prendre les pieds dans sa robe. Putain vivement qu'elle se cale dans son vieux tee-shirt de pyjama. Elle avait peut-être un peu raison, Crystal, en qualifiant son style vestimentaire d'ado attardée, mais on est franchement plus confortable en short et en tee-shirt que saucissonnée dans des robes de cocktail. La remarque de Niels lui arrache un sourire amusé. On change pas de ton, visiblement. « J'ai entendu dire qu'elle était aussi franche et inaccessible, mais c'est peut-être juste des rumeurs. » Elle raille d'un air faussement innocent. Elle va pas cracher sur ces trophées, ou du moins pas leurs titres. La franchise c'est sans doute son plus gros credo alors c'est cool de voir que même si elle passe pour une connasse insensible la plupart du temps, au moins, les gens le reconnaissent. La rose est mise sur le tapis, évidemment. La discussion est inévitable mais c'est quand même mieux là et pas en plein milieu du prime entre les tirs de roquettes de Malcolm et Lula. Elle dit rien et se contente de l'attraper, jusque là coincée derrière son oreille, pour la déposer sur sa table de nuit avec un sourire. En fait elle sait même pas si elle aime ça, parce que à part les sponsors en fin de circuit on lui en a jamais vraiment offert. C'est plutôt le contexte qui fait couler l'encre. Quand il rigole presque pour soulever la bizarrerie de la situation, elle esquisse un sourire. « Un peu, » admet April d'un souffle. « Je sais pas quoi dire. » Elle a plutôt des questions, comme d'habitude, mais même là elle sait pas par où commencer. « Ça arrive pas souvent, » ajoute-t-elle avec un léger rire subtil en se passant les deux mais dans les cheveux, comme si ça allait l'aider à y voir plus clair. D'habitude, elle a aussi le dernier mot et toujours une pirouette pour se tirer de n'importe quelle situation avec brio, mais pas là. « Le seul truc que je sais c'est que ça me ferait vraiment chier qu'on se paie ma tête. » Y'a toujours cette idée rampante qu'on est dans un putain de jeu avec des putains de secrets, et si y'a un truc qu'elle supporterait pas, c'est qu'on lui pète sa bulle juste pour un challenge débile. Joueuse, mais pas complètement stupide. On s'est assez foutus de sa gueule pour une vie entière et elle a bien fait gaffe à ce que ça ne l'atteigne plus, jusqu'à ce soir. Elle a carrément pas prévu ça dans ses plans de sa petite aventure Thrown Dice du tout, mais voilà. Et ouais, maintenant qu'elle y pense, ça la ferait carrément chier d'en arriver là pour devoir recoller les morceaux toute seule, alors elle espère qu'il pense vraiment tout ce qui a été sous-entendu ou clairement entendu jusque là, et tout ce qu'il a pu dire sur elle depuis le début.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1200
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) Empty
MessageSujet: Re: dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20)   dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) EmptyLun 10 Juin 2019 - 20:02

Cette veste, c'était un peu un prétexte, parce que Niels savait que ce qui se bousculait dans sa tête depuis la fin du prime et lui donnait parfois l'impression de faire ployer son dos sous le poids d'une tonne de trucs incontrôlables, ça ne disparaîtrait pas juste comme ça. C'était plus qu'une impression d'étouffer sous un bout de tissu ou la pression d'une cravate qui elle non plus n'avait pas mis longtemps à rejoindre son lit. Il y avait tellement de choses qui se confondaient qu'il ne savait même plus quel sentiment prédominait sur les autres. Il y avait les départs, mais aussi le reste. Et là où d'ordinaire il aurait apprécié de se retrouver avec juste ses pensées pour lui tenir compagnie, Niels n'avait ce soir jamais eu aussi peu envie de rester seul. Parce que ça faisait plusieurs minutes qu'une partie de lui était comme bouffée par la trouille que toute cette histoire autour d'April lui donne juste envie de prendre ses jambes à son cou et de mettre entre eux une distance qu'il n'avait pas la moindre envie de voir s'installer. Il savait que ça devait faire beaucoup pour elle, que ce qui au départ était des sous-entendus qu'il confirmait à demi-mots en attendant le bon moment avait pris une autre dimension quand il y avait eu cette rose qui beaucoup plus clairement que le reste était venue appuyer tout ce qui avait été insinué jusqu'ici. Niels n'avait jamais envisagé de l'offrir à quelqu'un d'autre, ça n'aurait pas eu de sens et pas seulement parce qu'il était assez joueur pour respecter les consignes. Aussi pour ce qu'elle avait symbolisé, et parce qu'il avait préféré prendre le risque d'en remettre une couche plutôt que celui de fragiliser la confiance qu'April parvenait déjà difficilement à accorder pour éviter aux projecteurs de se braquer sur eux. C'était à elle qu'il voulait l'offrir, pour toutes les raisons qui avaient failli filtrer entre ses lèvres, et pour pas mal d'autres encore. Alors la voir passer la porte de leur chambre, ça soulageait une partie de lui quand l'autre était heureuse de la retrouver loin du salon, des chamailleries et des oreilles indiscrètes. « Maintenant que tu le dis, il me semble bien qu'elle n'est pas du genre à mâcher ses mots. Mais je suis aussi d'avis que c'est une qualité. » Il souffla dans un sourire légèrement amusé au sujet de ces awards qui pour deux d'entre eux correspondaient vraiment bien à April. Niels achetait juste un peu moins cette histoire de candidate inaccessible, mais il faut dire qu'il n'avait jamais tellement adhéré non plus à l'image qu'on lui associait et qu'on était sûrement en droit de douter un peu de son objectivité. Et si jusqu'ici le moment ne semblait pas très bien choisi pour parler de tout ce qui planait au dessus d'eux, Niels profita qu'ils soient enfin seuls pour remettre cette histoire de rose sur le tapis et amorcer tout le reste. Il esquissa un plus fin sourire lorsqu'April la tira de derrière son oreille pour la poser sur la table de nuit. Elle ne savait pas quoi dire, et lui non plus ne savait pas par où commencer. « A moi non plus, ça ne m'arrive pas souvent. » Il confessa dans un petit sourire ponctué d'un léger rire, forcé d'avouer que la dernière fois qu'il s'était retrouvé dans cette position remontait à un bout de temps. « Et pas seulement parce que le contexte en lui-même est plutôt inédit. » Un prime, une action, une rose qu'on lui présentait comme une déclaration à demi-mot, et April. April qui à elle seule était déjà un élément qu'il n'aurait pas pu prévoir à l'échelle de son aventure et du reste, et qui au fil des semaines avait pris de plus en plus de place jusqu'à ce que l'évidence lui éclate à la figure et que Niels réalise que pour la première fois depuis des années il avait baissé sa garde et laissé les choses lui arriver sans plus les en empêcher. Parce que si à l'extérieur c'était facile de mettre la bonne distance entre lui et les autres, de se noyer dans son boulot parce que c'était plus simple, ici c'était une autre histoire. Et April, elle l'avait atteint et touché d'une manière qu'il n'avait pas prévue et fait renaître ce qu'il pensait éteint. Et c'était peut être bien la chose la plus agréable et aussi déstabilisante qu'il ait éprouvé depuis longtemps. Alors quand il l'entendait dire qu'elle n'avait pas envie de découvrir qu'au bout du compte on s'était payé sa tête, Niels rêvait de pouvoir lui montrer ce qui se passait vraiment au fond de lui. « Tu doutes encore. » Il fit dans un demi-sourire plus doux, avant de se lever pour avancer jusqu'à elle et saisir doucement sa main. « Viens. » Il retourna jusqu'à son lit où il la fit asseoir et fit de même, libérant sa main après une seconde pour éviter que ça lui apparaisse plus étrange encore que ce qu'elle devait déjà penser de toute cette situation. Posant son regard sur elle, il reprit. « Je sais que c'est compliqué pour toi d'avoir confiance, surtout ici. Et je sais qu'il y aura toujours cette part de doute en toi tant que tu ne sauras pas exactement de quoi il retourne. » Ces histoires de secrets qui forcément étaient toujours là, dans un coin de leur tête. Mais aussi le reste, cet ensemble de choses qui les avaient conduits jusqu'à ce moment. « Je ne peux peut être pas encore complètement te rassurer sur ce que je cache, mais je peux te promettre que je ne t'ai pas menti lorsque tu m'a demandé si tu devais t'en méfier. Je le pensais. » Et sûrement qu'en lisant un instant dans ses yeux, April verrait qu'il n'aurait jamais pu lui raconter d'histoires, jamais pu la rassurer si ça n'avait pas été vrai. Pas alors qu'il en avait besoin aussi. « Mais je crois que ce que j'aurais du commencer par dire, c'est qu'Elena n'a rien inventé. » Et il échangea avec elle un regard qui voulait à peu près tout dire avant même qu'il n'ait rouvert la bouche. Parce que s'il l'avait sous-entendu quand ils étaient dans le salon et qu'au fond d'elle April devait aussi s'en douter, cette fois il ne comptait plus se contenter d'une demi-confession teintée d'un humour censé rendre ça plus facile. « Tu me plais, April. Pour tout ce que tu es. » Niels souffla dans la naissance d'un sourire subtil et plus intimidé, lancé sans parachute et prêt à ouvrir grand les bras peu importe ce qui l'attendait en bas. Ça demandait à sortir depuis assez longtemps pour que ce soit comme une libération. « Et peu importe les awards ou ce que certains peuvent penser, ça n'a jamais compté. Tu me plais telle que tu m'es toujours apparue, à moi, et telle que tu m'apparais maintenant. » Plus vulnérable, il le voyait, et sûrement en pleine confusion parce que les choses s'étaient accumulées et que lui débarquait avec son sac rempli de déclarations, bien décidé à tout lui dire maintenant que le moment était enfin mieux choisi et qu'il n'y avait qu'eux. « Je sais que ça fait beaucoup de choses et que tu n'y es pas préparée non plus, mais s'il y a bien un truc dont je suis sûr, c'est que la dernière chose dont j'ai envie c'est de te blesser. » Il laissa lentement sa main s'approcher de son visage pour remettre l'une de ses mèches de cheveux derrière son oreille, ses doigts effleurant doucement sa joue avant de retrouver leur place, et son sourire le bord de ses lèvres. « Et cette rose, je suis content que tu l'aies gardée. » Parce qu'elle était venue se rajouter au reste quand elle devait déjà se débattre avec pas mal de pensées, mais aussi parce qu'il fallait reconnaître que le sens derrière cette fleur n'était pas non plus des plus anodins et que la production devait savoir ce qu'elle faisait en la lui remettant.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
April
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11235-aprilhttp://www.throwndice.com/t11236-april 

MESSAGES : 734
AVATAR : lauren tsai.
ÂGE : 27
LOCALISATION : cincinnati (oh)
MÉTIER : coach en gymnastique.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: £47,000
AFFINITÉS:
dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) Empty
MessageSujet: Re: dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20)   dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) EmptyMar 11 Juin 2019 - 7:20

Quelle que soit la direction dans laquelle la discussion s'orienterait, April sait qu'elle est pas prête. Sa façade tient à un pauvre fil qu'elle essaie de retenir de toutes ses forces, et jusque là, elle s'en sort pas trop mal. L'humour, c'est facile pour faire passer la pilule, mais clairement, c'est aussi foutre un drap sur l'éléphant au milieu de la pièce. April, c'est peut-être ça qu'elle fait depuis des années - ignorer ce qui trône au milieu de sa tête pour blâmer un détail insignifiant pour tous ses problèmes. Forcément qu'elle remet le doute qui entoure tout ça sur le tapis. Rien à voir avec sa confiance en elle, c'est surtout sa confiance envers les autres qu'elle a jamais vraiment eue, que ce soit maintenant dans ce jeu ou dehors. Niels s'empare de sa main et elle laisse faire, un frisson parcourant son échine au contact. Elle a eu aucun problème à le laisser la porter quand elle s'est retrouvée coincée comme une débile sur la plage, mais là c'est pas pareil. On lui a allumé un projecteur sur un angle de vue qu'elle avait pas vraiment envisagé et tout prend un autre sens. Elle s'assoit à côté de Niels sur le rebord du lit, alors qu'il déballe ses confessions, tous ces mots dont elle avait commencé à discerner le sens sans jamais vraiment accepter. Elle hoche la tête silencieusement quand il réitère ce qui entoure ce qu'il cache ici.  Va falloir l'intégrer, April - bien qu'elle sait qu'elle sera pas 100% convaincue tant que ce ne sera pas révélé, mais elle y peut pas grand chose. Mais avec la suite, il tire sur la corde sensible qui maintenait sa carapace fendue de part en part, et ça se décroche d'un coup. Elle se retient quand même et attend qu'il finisse, prenant une inspiration, et quand il marque une pause après la mention de la rose, la façon dont il la regarde, le bout de ses doigts sur sa joue, y'a tout qui lâche, et elle se met à chialer comme une gosse assise sur ce lit. Sans trop bouger, toujours droite comme un i, mais les nerfs ils ont complètement foutu le camp au moment-même où Niels a prononcé ces mots d'acceptation en exprimant ses sentiments sur tout ça.   Entre deux sanglots, elle prend une respiration profonde pour se calmer et lève un index. « Une minute. » Juste une minute pour se reprendre. La méditation, elle en a parlé avec Tonia la semaine passée. Pas le genre zen et poses de yoga mais juste un boulot de respiration, qui range ses pensées dans leurs tiroirs à toute vitesse comme une gamine qui s'apprête à se faire gronder par sa mère. Finalement, ça se calme et elle réouvre les yeux. « Désolée. Maintenant ça va. » Il fallait que ça sorte - au final, ça fait des années qu'elle a pas pleuré ni laissé ses émotions envahir son esprit en échappant à son contrôle. Sans doute pas depuis qu'elle s'est réveillée à l'hôpital y'a six ans. April sait pas trop par où commencer, mais elle sait qu'il y a des tonnes de trucs à dire. « Je suis venue ici en étant persuadée que mon secret et sa révélation, ça règlerait tous mes problèmes, » commence-t-elle avec un sourire un peu embué, amusée par sa propre naïveté - ou la force de son déni. Pathétique. Comme si ça l'avait toujours définie, ce truc finalement anecdotique qui ne s'est ajouté au mix que très tard. « J'ai passé ma vie à chercher à appartenir à quelque chose sans jamais trouver à quoi. Je croyais que j'avais trouvé la source de tout ça. » Grandir le cul entre deux cultures. Pas assez blanche, pas assez asiatique. Pas assez Américaine ni vraiment Japonaise non plus. Assez douée pour passer pro, mais pas assez pour être acceptée chez les champions. Pas vraiment méchante ni vraiment gentille non plus. « Entendre tout ce que tu me dis, ça me fait flipper. Mais c'est aussi une sorte de soulagement que je saurais pas décrire. » C'est même pas une question de confiance en elle. Elle sait qui elle est, mais elle sait pas où elle est sensée aller. Alors entendre ça, qu'un gars qui coche autant de cases aille jusqu'à lui filer cette rose en acceptant exactement qui elle est sans la remettre en question, ça tape dans le mille. Et franchement c'était pas dans ses plans du tout. Elle était même pas partie pour se faire des potes, à la base. « J'étais tellement sûre de moi et de ma façade en béton à la con en venant ici. » Elle souffle un léger rire en venant essuyer le coin de ses yeux. Pathétique en effet. Sa petite carapace, va falloir qu'elle se la reconstruise, peut-être juste un peu différemment. « Ça va sans dire que je me suis bien plantée, sur toute la ligne. » Sur sa capacité à s'isoler des autres comme elle le fait toujours à l'extérieur - parce que c'est complètement différent. Elle va pas changer de personnalité maintenant que tout a volé en éclats, c'est pas ça, sa façade. C'était juste une espèce de cage de verre pour s'assumer comme elle est sans faire attention à ce que peuvent bien dire les autres. Au final, c'est même pas un conflit ou une critique qui a tout fait péter, c'est l'inverse complet. April prend une inspiration. Sa main retourne chercher celle de Niels, parce que malgré le frisson, c'était agréable. Comme si une fois son isolation ayant volé en éclats, elle ressentait tout puissance mille. Putain elle a même le coeur qui bat la chamade, c'est presque épuisant - ou elle est juste fatiguée, allez savoir. « Et je te fais chier avec mes questions à me méfier mais tu m'as jamais rien demandé sur mon secret. C'est pas très juste. » C'est vrai, ça. Peut-être qu'il s'en fout, ou qu'il sait déjà que c'est pas un problème. Mais dans son besoin éternel de justice et d'honneur, elle se doit de répondre, alors que ses doigts viennent naturellement s'entrelacer avec ceux du candidat. « Mais il n'a rien à voir avec aucun d'entre vous. C'est juste entre moi et... » Ah. Ouais, non, arrêtons-nous là avant qu'elle regrette ce qu'elle va dire. Elle est encore en jeu, c'est pas le moment de tout péter sur un moment de faiblesse. « ...bref. » Son regard fuit avec un sourire subtil, ses épaules légèrement plus décontractées, quand elle croise les yeux de son propre reflet dans un miroir mural en face d'eux. Son maquillage a dégouliné en sillons noirs le long de ses joues et elle a l'air vraiment con, là. « Oh merde cette tête, » lâche-t-elle avec un regard légèrement surpris, sa main libre venant se poser sur sa bouche comme pour étouffer un rire imperceptible, avant de hausser les épaules. Ouais, en fait, on s'en fout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1200
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) Empty
MessageSujet: Re: dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20)   dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) EmptyMer 12 Juin 2019 - 7:50

A cet instant, Niels se sentait un peu comme un équilibriste qui avancerait sur son fil sans rien pour le retenir si un pas de travers le faisait dégringoler en bas. Assis à coté d'April, sa main ayant quitté la sienne après quelques secondes, il ne savait pas vraiment par où commencer quand il y avait paradoxalement beaucoup de choses qu'il aimerait lui dire. Après toutes ces insinuations dans les rubriques, après cette action qui était venue s'ajouter au reste, Niels voulait laisser tomber l'humour derrière lequel il avait pu se cacher pour leur éviter d'avoir cette discussion dans un moment plutôt mal choisi entre les chamailleries des uns et les plaintes des autres. Mais c'était tout sauf évident de mettre des mots sur ce qu'il n'avait jusqu'ici formulé qu'à travers des sous-entendus, et pas seulement parce qu'il savait qu'April gardait toujours cette part de méfiance qui au fond d'elle l'empêchait depuis le début de vraiment croire que tout ce qu'il y avait eu jusqu'ici pouvait trouver son explication dans la façon qu'il avait de la voir. Aussi parce que pour Niels, c'était loin d'être une exercice évident quand ces derniers temps il n'avait plus vraiment été confronté à ce genre de choses et était facilement déstabilisé par ce que ça éveillait en lui. Et pourtant à cet instant précis il en oubliait presque où il était, et les autres. C'était comme si ce qui existait en dehors de cette chambre s'était évaporé, tandis qu'il prenait son courage à deux mains pour s'ouvrir. Il savait combien c'était difficile pour April de se laisser convaincre que ces histoires de secrets n'avaient rien à voir avec tout ça, et ce qui allait suivre. Il aimerait pouvoir la rassurer pleinement, lui expliquer en détails, mais il ne pouvait pour l'instant pas faire plus et ça rendait la suite de ses déclarations d'autant plus fébriles, et tandis que pour la première fois Niels pouvait formuler clairement pourquoi Elena n'avait rien eu à inventer. April devait sûrement déjà s'en douter, mais c'était aussi la première fois qu'elle entendait qu'elle lui plaisait et il savait que ça devait être déroutant même après que tout ait semblé pointer dans ce sens. C'était au-delà d'une attraction qui rendait leur proximité troublante autant qu'agréable. Au-delà d'un coup au cœur qui mettait un beau bazar dans ses pensées. Et maintenant qu'elle savait, ce qui l'inquiétait c'était que ce soit peut être trop pour une seule soirée. Ses doigts venaient d'effleurer sa joue dans un geste qu'il n'avait pas prémédité, et alors que son regard ne quittait plus le sien, il la vit tout à coup éclater en sanglots et resta interdit, l'estomac retourné et la gorge serrée. Elle pleurait, et il se retrouvait complètement pris de court, écrasé sous un double sentiment d'incompréhension et de culpabilité. « April, je... » Il souffla comme la seule chose qu'il soit capable d'articuler au milieu de tout ce qui se bousculait dans sa tête. Elle disait avoir besoin d'une minute, et il passa sans s'en rendre compte une main contre son dos avec l'envie de soulager quelque chose, même trois fois rien. April reprit contenance avant même qu'il aille au bout de ses pensées et Niels prit une inspiration, beaucoup moins imperméable à tout ça qu'il pouvait en donner l'impression, et surtout ce soir. « T'es sûre que ça va aller ? » Il étira un léger sourire encore un peu inquiet, le cœur un peu moins lourd mais pas encore léger. Elle reprit la parole, presque comme s'il n'y avait rien eu, et Niels but ses mots avec une attention d'autant plus grande, touché par son discours et ce qu'elle y exprimait. Son secret, le reste. Entendre qu'elle avait longtemps cherché à quoi elle pourrait bien appartenir, ça lui faisait quelque chose. Tout comme le fait qu'elle se dise soulagée qu'il ait dit qu'elle lui plaisait pour qui elle était, toute entière. « Quand je t'entends, j'ai vraiment l'impression qu'on ne t'a pas suffisamment dit que t'es une fille super, April. Même avec ce que tu n'as pas encore réglé, parce que ça ne te rend pas moins forte. » Niels souffla avec un sourire plus doux, le genre qui reste accroché même quand on n'y pense plus. Il le savait, qu'April n'avait sûrement pas assez entendu ces choses-là et qu'on lui avait plus souvent laissé penser qu'elle n'était pas à sa place que le contraire. Et ça le touchait autant que ça lui donnait envie d'être celui qui s'embourbe dans ce qu'il ressent juste pour qu'elle puisse enfin l'entendre. « Et je suis arrivé avec mes gros sabots et mes grands discours pour mettre le bazar à l'intérieur. » Il reprit dans un petit rire ponctué d'une moue exagérée, lorsqu'elle évoqua sa façade contre laquelle il s'était acharné sans vraiment le vouloir quand il y avait eu tous ces sous-entendus, entretenus jusqu'au moment où il était passé aux aveux. « Je crois que je me suis planté aussi, en pensant que personne ne s’infiltrerait plus là où j'avais dressé des murs que je pensais indestructibles, même par moi. » Il admit cette fois à demi-mot et en lui lançant un regard qui voulait tout dire ou presque, parce qu'il se retrouvait dans ce qu'elle disait, même si les raisons pour lesquelles il avait cru avoir fermé cette partie de lui étaient différentes. « Mais c'est bien parfois de se planter. » Et il le pensait, peu importe que ce soit peut être aussi sous le coup de cette soirée. Niels avait longtemps eu peur de se tromper, comme il avait longtemps eu peur de l'échec, mais pas mal de choses avaient changé quand il avait compris que ça lui avait causé plus de tort que le reste. « Si je ne m'étais pas déjà trompé dans ma vie, je n'aurais sûrement jamais atterri ici. » Et c'était peut être terriblement cliché, mais voilà, le petit sourire qu'il lui adressa à ce moment-là signifiait qu'il ne regrettait pas que certaines de ses erreurs aient précipité sa venue dans cette émission et tout ce qui avait suivi. Cette soirée. Elle. Niels en avait assez bavé pour vouloir en retenir aussi le meilleur, et ça en faisait partie. Il sentit ses lèvres s'étirer encore un peu plus au moment où la main d'April retourna chercher la sienne, renouant ce contact qu'il aurait éternisé tout à l'heure s'il n'avait pas pensé qu'elle trouverait ça bizarre ou maladroit. Son cœur rata un battement, adoptant un rythme plus décousu, alors qu'une chaleur déroutante lui monta aux joues. C'était troublant dans une toute autre dimension, profondément agréable. « Dis pas ça. » Il secoua la tête, parce que sa méfiance à l'égard de ce qu'il cachait, il la comprenait et qu'il ne lui en voudrait jamais d'avoir des doutes et des craintes. Et elle avait raison, jusqu'ici il avait gardé pour lui ses questions concernant son secret, pourtant il y pensait souvent. « Et à vrai dire j'ai pensé mettre le sujet sur la table, l'autre fois lorsqu'il a été question de mon secret. Et puis je me suis retrouvé avec la tête en bas... » Niels rit doucement, marquant la plaisanterie en appuyant un regard en coin, et parce que ça faisait aussi du bien de faire un peu éclater ce trop-plein d'émotions qui depuis tout à l'heure s'accumulaient. « Je savais en venant ici que dans l'hypothèse où je m'attacherais suffisamment à quelqu'un pour que son secret finisse par me toucher personnellement, il y avait peu de choses que je ne serais pas capable de comprendre ou d'accepter. Et j'en ai été d'autant plus sûr quand j'ai commencé à te voir autrement et à me dire que quoi que tu caches, ça ne pourrait jamais suffire à changer tout le reste. » Ce qu'elle était, ce qu'elle dégageait et qu'il trouvait troublant, épatant, séduisant aussi parce que c'est bien sûr aussi de ça dont il voulait parler. Quand il avait commencé à ressentir ce qu'il avait d'abord eu du mal à nommer, il avait su qu'il serait capable de voir au-delà d'une infinité de choses, parce qu'il était comme ça. Déjà compréhensif de nature, mais dans une dimension encore différente quand on y mêlait l'affect et plus encore. « Mais malgré tout, j'avais aussi cette peur plus ou moins consciente que ça vienne tout remettre en question et me happer au pire moment. Alors je crois que c'est ce que j'avais besoin d'entendre sans vraiment oser le demander. » Il retrouva un sourire et laissa ses doigts jouer avec les siens, profitant de leur chaleur. Son regard fut plus intrigué lorsqu'April ne put aller au bout de sa confession, mais il n'irait rien réclamer parce qu'il ne voudrait pas qu'elle en dise trop juste parce qu'elle aurait baissé sa garde. Savoir ça, déjà, le rassurait beaucoup. Elle s'amusa ensuite de son reflet dans le miroir et Niels rit à son tour, imprimant cette image dans son esprit. « Sur toi c'est plutôt joli. » Il sourit de manière amusée, aussi un peu pour la taquiner, sortant finalement un mouchoir qu'il vint doucement rapprocher de son visage et de ces longues traces de maquillage. « Je peux ? C'est un peu de ma faute tout ça après tout. » Niels demanda dans un léger rire, seulement dans l'hypothèse où elle voudrait les faire disparaître, avant de redevenir un instant silencieux. Il l'observa, elle, dans sa robe qui l'éclipsait déjà tout à l'heure sur le prime mais qui maintenant qu'il n'avait plus qu'une chemise sur le dos le ridiculiserait facilement. « T'as pas chaud là-dedans ? » Et il prit un petit air amusé, parce que forcément, après s'être déclaré, avoir admis qu'elle lui plaisait et maintenant qu'il lui tenait la main, c'est sûr qu'on allait penser que c'était loin d'être un truc à dire. Mais franchement, après tout ça, ce qu'on pourrait penser lui importait peu.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
April
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11235-aprilhttp://www.throwndice.com/t11236-april 

MESSAGES : 734
AVATAR : lauren tsai.
ÂGE : 27
LOCALISATION : cincinnati (oh)
MÉTIER : coach en gymnastique.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: £47,000
AFFINITÉS:
dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) Empty
MessageSujet: Re: dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20)   dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) EmptyMer 12 Juin 2019 - 14:53

C'est débile de pleurer. Elle est même pas triste, en plus, au contraire. Même si elle sait pas mettre de mots sur ce qu'elle ressent, elle a pas non plus l'intention de se barrer en courant ou de lui foutre un stop monumental. Limite ça la stresse encore plus que Niels puisse se faire une fausse idée en voyant ces larmes, alors elle s'efforce de respirer pour se reprendre, alors qu'elle croise le regard inquiet de l'Allemand. « Ça va. Ça va. Il fallait juste que ça sorte, » fait-elle pour dissiper tout potentiel malentendu. C'est stupide, mais c'est les nerfs, la fatigue, tous les trucs que ça fait remonter, et pas du tout à cause de lui. Enfin, un peu, mais difficile de lui en vouloir. Elle essaie de s'exprimer mais son habituel sarcasme s'est envolé et elle sait même pas si ce qu'elle raconte a du sens. C'est même pas une histoire de confiance en elle. Elle sait qui elle est, elle sait que son caractère est comme il est et changera jamais, et elle se fout du regard des autres sur tout ces trucs, mais à force de se voir rejetée à droite et à gauche sans jamais se sentir valide au sens figuré, ça fout la rage au ventre. Elle a le coeur qui va exploser à entendre tout ça, alors qu'elle sait même pas ce qu'elle ressent elle-même, n'ayant jamais vraiment eu un moment pour voir les choses sous cet angle-là. Sa main vient chercher celle de Niels instinctivement, alors que sa posture témoigne un peu plus de non seulement le poids qui vient de s'envoler de ses épaules, mais aussi de sa fatigue avancée. La plaisanterie de Niels quant à cet entraînement de gymnastique improvisé lui arrache cependant un rire. Elle savait pas vraiment si c'était parce qu'il s'en fichait ou si parce qu'il osait pas poser la question, alors qu'elle venait en faire des tonnes avec les indices et sa chasse aux secrets évidente. April est encore un peu plus soulagée de remettre les compteurs à zéro, dans un souci de justice et d'équilibre. Et quand il affirme qu'il s'en fiche et que ça changera rien, même si elle sait que ce qu'elle cache n'a rien de menaçant pour ce qu'il se passe ce soir, ça lui arrache un léger sourire. C'est con qu'elle puisse pas en parler, mais là, maintenant, franchement, c'est pas important. Son reflet lui renvoie l'image d'une pauvre meuf façon Cendrillon qui connaît pas le mascara waterproof dans sa robe de soirée, c'est si ridicule qu'elle en rigole un peu. Pourtant, elle a pas le skill de Anaswara ou Kenza en maquillage, alors à part son eyeliner et ses cils, y'a rien, mais ça laisse de sacrées traces. Que Niels se propose d'essuyer en prenant le blâme. « T'es mignon. » Elle laisse échapper avec un sourire amusé. Elle se fiche pas mal de son maquillage, surtout qu'il est l'heure d'aller se laver le visage pour dormir, en fait. Elle relève à peine la question de Niels qui, avec du recul, pourrait faire hausser les sourcils, et se contente de répondre comme à son habitude. « Chaud, non, mais si je la garde plus longtemps je vais asphyxier. » Pour poursuivre sur la blague qu'elle a balancée à Esaias au prime, bien qu'elle plaisante qu'à moitié. Les émotions lui ont épuisé la poitrine et tout ce qu'elle veut là c'est aller enfiler un vieux tee-shirt oversized. April finit par se lever. Elle voudrait en dire plus mais les mots lui échappent et ses pensées sont embrumées, elle sait plus quoi ajouter, elle a juste besoin d'intégrer ces informations. Passer sous la douche et aller se changer pour quelque chose de plus confortable contribuerait à éclaircir ses idées. Sa main glisse de celle de Niels et elle se retourne. « Je vais aller me changer. Je reviens. » Comme sans réfléchir, elle se penche pour venir déposer ses lèvres sur la joue de Niels avant d'attraper ses affaires de toilette et ses vêtements pour se glisser hors de la chambre vers la salle de bains.
C'est avec des gestes absents que April troque sa robe pour son tee-shirt et son short de pyjama - rien à voir avec les fringues de nuit dans lesquelles Kenza se réveille chaque matin dans la maison, clairement. Le visage propre et les cheveux humides, elle revient dans la chambre et s'assoit sur son propre lit. Niels dit quelque chose à propos de la salle de bains lui aussi, mais à peine April a-t-elle frôlé le matelas en s'asseyant que son corps abandonne pour la soirée. Allongée sur le ventre, elle a même pas le temps d'entendre la porte se fermer que le sommeil l'emporte, malgré la lumière, malgré sa prothèse, sans même se glisser sous la couverture.


Quand elle ouvre les yeux, elle a pas bougé d'un centimètre. Recouverte d'un drap, emportée par l'épuisement avant même de pouvoir voir Niels revenir de la salle de bains et éteindre la lumière, sans même avoir retiré sa prothèse. La nuit noire et un regard vers sa tablette l'informent qu'il est trois heures du matin, et April se retourne pour s'allonger sur le dos et scruter le plafond. À peine réveillée, les idées s'entrechoquent déjà, comme un replay en accéléré de la soirée, sans vraiment arriver à se persuader complètement que oui, c'est comme ça que les choses ont évolué dans cette expérience de jeu. Elle laisse échapper un soupir avant de tourner la tête. Niels dort bel et bien à quelques mètres. April laisse son regard se perdre sur son expression paisible, comme pour essayer de faire le tri dans ce qu'il reste à organiser dans sa tête. Finalement, presque machinalement, elle se redresse, se lève et fait les quelques pas qui la séparent de l'Allemand pour venir se glisser à côté de lui en silence. La chaleur de sa présence et sa respiration régulière ont quelque chose d'apaisant. April reste quelques minutes à observer les moindres détails de son visage, remerciant quand même intérieurement la prod pour les tailles queen size des chambres quatre étoiles - c'est pas comme si elle était très épaisse elle-même, et elle est allongée sur le flanc assez confortablement sans risquer de se prendre une gamelle douloureuse. Sa présence ou le poids de son corps sur le matelas semblent interrompre le sommeil de Niels, et April croise son regard alors que son coeur fait un bond dans sa poitrine. « Je voulais pas te réveiller. » Elle glisse en chuchotant, comme si y'avait quelqu'un à déranger pas loin. Elle voulait juste rester là et retrouver le sommeil à côté de lui, maintenant que ses nerfs se sont calmés d'eux-mêmes.

Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1200
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) Empty
MessageSujet: Re: dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20)   dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) EmptyJeu 13 Juin 2019 - 2:54

Niels craignait déjà tellement que tout ce qu'il venait de lui dire représente trop de choses en une seule soirée pour April après les sous-entendus des chroniqueurs et cette histoire de rose, que la voir pleurer le faisait se sentir coupable et bouleversait encore davantage de choses en lui. Elle n'avait même pas l'air d'aller mal et se montrait même rassurante, mais la voir tout lâcher était spectaculaire et peut être d'autant plus parce que Niels ne l'avait toujours connu que dans le parfait contrôle de ses émotions. Il l'observait reprendre une respiration plus calme et la première chose à laquelle il pensa, sur le coup, c'est que la April plus vulnérable capable d'ouvrir les vannes pour évacuer le trop plein d'émotions qui la submergeait, elle était particulièrement touchante et donnait envie de la serrer contre soi. Il ne le ferait pas, pas tant parce qu'il craignait un peu sa réaction que parce qu'il ne voulait pas rajouter à ce qui était en train de se passer et préférait la laisser reprendre ses esprits à son rythme, et parce qu'il en avait sûrement déjà assez fait avec ses déclarations. Niels hocha alors doucement la tête et lui sourit quand elle lui assura que ça allait, parce que de toutes les choses qu'il aurait pu vouloir entendre quand il s'était ouvert à elle, c'était finalement celle-ci qui lui faisait le plus de bien. Le reste, ça pouvait rester pour l'instant en suspend, ou dans un coin de la tête d'April pour lorsqu'elle aurait envie d'y penser, lui il voulait surtout qu'elle sache, qu'elle comprenne ce qu'il voulait dire les fois où il avait insinué les choses sans lever complètement le voile sur ce qu'il ressentait, et qu'elle entende ce qu'on ne lui avait pas suffisamment dit par le passé. C'est vrai qu'il débarquait de nulle part avec tout ça, et c'est vrai aussi que ça devait être déstabilisant pour elle à plus d'un titre. April n'avait pas imaginé se retrouver dans cette situation en venant ici et si quelqu'un pouvait comprendre ça, c'était Niels. Niels et ses remparts contre l'extérieur, construits peu de temps après son divorce et parce que pour tout un tas de raisons c'était loin d'être évident de laisser de nouveau entrer des gens dans sa vie. Lui aussi il était venu ici pour une raison bien précise et il n'aurait jamais pensé qu'il se passerait toutes ces choses à l'intérieur de lui, toutes ces choses qui rendaient ça à la fois effrayant et exaltant, comme lorsque sa main retrouvait la sienne et secouait son cœur comme s'il attendait ça depuis l'instant où elles s'étaient quittées. Niels plaisantait comme un peu plus tôt sur le prime, et ce qui était agréable avec April c'est qu'elle était toujours réceptive, même quand ça semblait être le moment le plus étrange pour faire de l'esprit. Et s'il n'avait jusqu'ici jamais posé de question sur son secret, ça n'était non pas parce qu'il n'en avait pas ou parce qu'il n'avait pas besoin d'entendre que ça ne changerait rien, ni à ce qui se passait ce soir, ni au reste. Bien sûr que ça lui faisait du bien qu'elle le lui dise, et c'était aussi important pour lui qu'elle sache que quoi qu'elle cache, ça ne devrait rien changer à ses yeux à lui. Peut être autant parce qu'il avait vu, entendu et vécu assez de choses pour pouvoir à peu près tout comprendre et accepter, que parce que ce qu'elle représentait, ça ne changerait pas à cause d'un secret. Elle était drôle, April, quand elle s'observait à travers le miroir, ses deux sillons sous les yeux comme si elle revenait d'une projection de La vie est belle, et si Niels ne résistait pas à l'envie de la taquiner c'est parce qu'il était bien content que le plus lourd, émotionnellement parlant, soit passé. Pour elle, pour lui aussi qui se sentait maintenant un peu plus léger. Il se proposa d'essuyer ses traces de maquillage et sa réaction lui provoqua un petit sourire amusé. D'accord, c'est vrai, elle n'avait pas besoin de lui et ce n'est pas ça qui allait le faire se sentir un peu moins coupable de l'avoir faite pleurer, de toute façon. Il s'amusa du fait qu'elle n'ait pas quitté sa robe et eut un léger rire, l'imaginant très bien retenir sa respiration depuis tout à l'heure. « Je ne sais déjà pas comment tu as pu tenir aussi longtemps, si tu n'avais pas gagné d'award tu aurais pu demander à te faire rembourser. » Il s'amusa, forcément bluffé quand lui s'était déjà senti oppressé sous une veste un peu trop épaisse et une cravate qu'il aurait définitivement mieux fait de laisser dans sa valise. April sépara finalement le contact de leur mains au moment de se lever pour aller se changer, et Niels hocha la tête avant d'étirer un sourire plus troublé lorsqu'elle se pencha pour déposer ses lèvres sur sa joue. Oh. « D'accord. » Il l'observa s'éloigner en direction de la salle de bain comme si l'espace d'une seconde il ne pensait plus à rien, se laissant tomber en arrière sur le matelas pour souffler physiquement et émotionnellement après tout ce que cette soirée avait soulevé et remué. Niels passa ses mains sur son visage et ferma les yeux, profitant non pas du calme de la chambre parce qu'à choisir il aurait préféré qu'April reste plus longtemps, mais de la tournure plutôt rassurante qu'avaient prises les choses. Les minutes passèrent et il en profita pour se changer, troquant sa chemise contre un t-shirt et son pantalon contre un jogging. Il irait se rafraîchir une fois qu'elle serait sortie, mais déjà il se sentait plus à l'aise. April réapparut et il attendit qu'elle s'installe sur son lit pour lui dire qu'il allait faire lui aussi un détour par la salle de bain où il emporta ses affaires. A son retour, April était toujours là, mais déjà endormie comme si elle avait brusquement été vidée de toute son énergie. Niels s'approcha en souriant, remontant le drap pour la couvrir et décollant délicatement ses cheveux de son front avant d'éteindre la lumière près de son lit. Il rejoignit ensuite le sien pour se coucher, la guettant qui dormait déjà avant de tomber de sommeil à son tour.

La nuit était déjà bien entamée et l'étage complètement silencieux, et Niels avait simplement retiré son t-shirt lorsqu'il avait eu chaud et s'était aussitôt rendormi, le drap remonté jusqu'à ses cotes et la respiration paisible, comme si à force de faire tous ces exercices de relaxation il en gardait les bons réflexes même assoupi. Soudain, pourtant, il sentit quelque chose d'assez inhabituel et ne mit pas longtemps à identifier une présence à ses cotés, ce qui aurait pu le faire bondir d'un coup s'il n'avait pas aussitôt reconnu la respiration d'April, son odeur, et toutes ces petites choses qu'on retenait facilement après cinq semaines à vivre ensemble, et peut être plus particulièrement encore dans ce cas précis. Niels étira un sourire avant même d'avoir ouvert les yeux, et croisa à ce moment-là le regard d'April qu'il resta quelques secondes à observer en silence, comme s'il attendait d'être sûr que c'était bien elle, et pas un de ces rêves bizarres qu'on faisait quand nos pensées étaient tournées vers une personne et qui nous faisaient passer certains messages. Non, elle était bien là, et ce qu'il éprouvait à la voir couchée près de lui n'était pas tant de la surprise que quelque chose de beaucoup plus agréable, de très troublant aussi. « C'est pas grave. » Il souffla lorsqu'un petit sourire étira de nouveau le coin de ses lèvres, regardant une seconde autour d'eux pour se rendre compte qu'il faisait encore nuit noire dehors. « Je suis content que tu sois là. » Il reprit, sincèrement, son visage dessinant une expression un peu plus malicieuse. « Et j'ai déjà eu des visions bien moins agréables en ouvrant les yeux. » Autant dire qu'être réveillé par April, c'était loin de compter dans la catégorie des mauvaises surprises, Niels dirait plutôt que ça donnait instantanément le sourire. Le sien n'avait toujours pas disparu, malgré l'heure, et pas seulement parce qu'il lui servait aussi un peu à cacher qu'à l'intérieur, son cœur battait à tout rompre depuis qu'elle s'était glissée près de lui et qu'il avait planté son regard dans le sien, seule chose qu'il parvienne réellement à distinguer dans la pénombre de la pièce. « Tu comptes rester ? » Il demanda après quelques secondes, sans avoir en réalité la moindre idée de l'heure qu'il était mais en sachant une chose, qu'il se rendorme ou pas il n'avait pas envie de la voir regagner son lit. « Reste. » C'était finalement sorti comme ça, parce que mieux que de lui poser la question comme pour sous-entendre que ça ne le dérangerait pas, il aimait mieux le lui demander directement. Et comme pour qu'elle n'ait pas le moindre de doute sur le fait que ce soit ce qu'il voulait, Niels glissa doucement une main le long du matelas pour venir ensuite la déposer contre le dos d'April et la rapprocher légèrement de lui, toujours en l'observant. « Tu penses toujours que je veux te sauver ? » Il demanda dans un sourire plus doux, comme si la connexion s'était faite dans un coin de son cerveau alors que cette discussion, elle remontait à assez longtemps pour qu'April n'en ait peut être aucun souvenir. Lui, il n'avait pas oublié. Déjà parce qu'ils avaient passé un moment agréable ce jour-là, et ensuite parce qu'à l'époque elle semblait toujours le voir comme l'archétype du psy qui voulait utiliser ses super-pouvoirs pour secourir ceux qui ne lui avaient rien demandé. Ce n'était pas du tout le cas et une partie de lui espérait qu'elle avait compris depuis longtemps qu'elle n'avait jamais été à ses yeux ni un substitut de patiente, ni une personne en détresse qu'il voulait sauver d'elle-même ou des autres. S'il lui avait dit plusieurs fois qu'elle lui plaisait telle qu'elle était, s'il s'était permis de lui avouer toutes ces choses tout à l'heure, c'est bien parce qu'il n'avait jamais été question de ça. Qu'il soit thérapeute, prof ou garagiste, il aurait toujours la même façon de la voir, et la même façon d'être attaché à elle. Son autre main se posa distraitement sur son bras et y apposa des caresses, comme pour l'encourager encore un peu plus à s'éterniser près de lui.

Spoiler:
 

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
April
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11235-aprilhttp://www.throwndice.com/t11236-april 

MESSAGES : 734
AVATAR : lauren tsai.
ÂGE : 27
LOCALISATION : cincinnati (oh)
MÉTIER : coach en gymnastique.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: £47,000
AFFINITÉS:
dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) Empty
MessageSujet: Re: dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20)   dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) EmptyJeu 13 Juin 2019 - 18:22

Elle sait pas trop pourquoi elle se lève pour aller se glisser près de Niels, ni quelles motivations font bouger ses bras et ses jambes dans cette direction. Réveillée et reposée de quelques heures, c'est le terrain libre à toutes ses pensées qui reviennent s'entrechoquer dans un brouhaha indescriptible. April réfléchit tellement trop que rien de concret n'en sort et elle a l'impression de passer en pilote automatique, mais au final, c'est pas plus mal. Depuis qu'elle sait ce que Niels avait et a encore sur le coeur, c'est comme si elle redécouvrait ces six dernières semaines sous un nouvel angle qui la fascine et qui la touche. Elle s'entend dire à Malcolm exactement ce que Niels lui a dit quelques heures plus tôt, le fait qu'il ne se soit jamais adressé à elle comme une paria, ni comme si elle avait un truc de pété dans son système, parce qu'une meuf comme elle, ça a forcément des problèmes. Jamais il s'est adressé à elle comme les autres, pas une seule seconde, depuis qu'il a foutu un pied dans la salle d'expression créative alors qu'elle griffonnait ses schémas avec du rap dans les oreilles. Allongée là à, observant Niels d'un air pas vraiment absent mais complètement perdu dans ses pensées, elle se rend compte que tout était déjà là depuis longtemps, en fait. Elle s'est juste jamais permise de s'aventurer dans cette partie de son esprit, parce qu'elle était à l'origine venue là dans l'idée de faire son aventure toute seule sans s'encombrer des autres. Alors qu'elle réorganise tout ça, plongée dans ses flash-backs, Niels ouvre alors les yeux. April sursaute presque légèrement, parce qu'elle n'avait pas vraiment l'intention de le déranger à une heure pareille. Ou peut-être un peu. Aucune idée. Mais il est pas fâché, au contraire. April a quand même un peu l'impression d'être prise la main dans le sac, interrompue dans sa réflexion solitaire. Il demande alors si elle va rester longtemps ici, et elle sait pas quoi dire. « Je... » commence April, avant que Niels ne modifie finalement sa question pour la transformer en requête. April a pas bougé d'un millimètre, de toutes façons. Elle discerne le sourire encore un peu assoupi de Niels grâce aux quelques rayons de lune qui percent à travers les rideaux, et se laisse faire quand son bras vient l'entourer pour la faire glisser un peu plus près de lui. Sa question lui renvoie à plusieurs semaines en arrière, et elle s'entend elle-même dire tout ça. Le syndrome du sauveur, la patiente par procuration, toutes des raisons probables pour son intérêt envers elle quand elle voyait pas vraiment ce qu'ils pourraient avoir en commun pour justifier un tel rapprochement. L'ancienne gymnaste déchue et ses grands airs d'ado attardée asociale et ses émotions enfermées dans un coffre fort fermé à double tour, et puis le psy divorcé et son bagage d'une vie normale, raisonnable et rangée. April accueille la question avec un léger sourire amusé. « Peut-être juste encore un peu. » Tout ce qu'il a dit, ça aide à gommer un peu ces excuses en bois qu'elle avait trouvées pour expliquer leur dynamique depuis le début de ce jeu, même si une petite part d'elle gardera toujours cette légère méfiance, surtout dans un jeu. Elle l'admet et elle répond toujours franchement, comme d'habitude. Même avec ce qu'elle ajoute. « Mais je crois que je m'en fous, en fait. » Si c'est lui, alors elle veut bien qu'on la sauve, peu importe de quoi. Elle peut passer outre parce que sa méfiance naturelle a été assez atténuée pour qu'elle puisse la ranger dans un coin sans qu'elle gêne. April frissonne légèrement lorsque ses doigts frôlent la peau de son bras, laissant un léger silence qu'elle assume moyennement. « J'ai jamais été très douée avec les mots. » Elle souffle en guise d'excuses. Lui, il a réussi à dire tout ça, mais elle, que dalle. Elle sait même pas exprimer ce qu'elle ressent pour elle-même. Ça a aussi toujours été comme ça. « Tout ça, je sais pas ce que c'est mais... » commence-t-elle toujours à voix basse, même si c'est inutile. C'est tellement à des millénaires de ce qu'elle attendait ou ce qu'elle avait prévu de ce jeu, et même de sa vie et de ses émotions qu'elle sait pas quoi en dire, ni rien définir. Mais y'a une chose qu'elle sait, parce que c'est au final le résumé de la situation actuelle. « Je suis bien, là. » C'est pas bizarre. Enfin, un peu, mais par la nouveauté et l'inconnu, pas par inconfort. Elle sait pas mettre des mots dans ce quoi elle bondit à pieds joints mais elle sait que ça lui va. April reste, pas juste parce qu'on le lui a demandé, mais parce qu'elle a pas envie de rompre le contact non plus. Elle vient se glisser un peu plus près encore, pour venir se lover contre le torse de l'Allemand, alors que les battements de son coeur résonnent de plus en plus au centre de leur étreinte. Elle est bien, là. Comme si rien ne pourrait lui arriver et rien ne pouvait la blesser, ni ces secrets, ni le jeu, ni le monde entier.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1200
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) Empty
MessageSujet: Re: dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20)   dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) EmptyVen 14 Juin 2019 - 6:14

Niels mit quelques secondes à réaliser qu'il n'était plus seul et que la présence qu'il sentait à ses cotés dans le lit était très vraisemblablement le corps d'April, une idée qui aurait difficilement pu l'effrayer et qui à la place étira aussitôt ses lèvres dans un sourire. Il n'avait pas la moindre idée de l'heure qu'il pouvait bien être ni du temps qui s'était écoulé depuis la fin de leur conversation d'hier soir, mais c'était uniquement des détails qui lui passaient par la tête maintenant qu'il émergeait et remettait un peu d'ordre dans ses pensées, car en réalité ça ne présentait pas beaucoup d'importance. Il ignorait même les raisons pour lesquelles April s'était couchée là, à ses cotés, mais qu'elle l'ait fait lui procurait plus de joie que d'interrogations, parce qu'il n'aurait pas pensé découvrir son visage en ouvrant les yeux il y a encore quelques minutes, et que c'était loin d'être une vision déplaisante. Niels croisa son regard et s'y réfugia un instant, parvenant presque à lire sa surprise et son embarras de l'avoir réveillé, quand en réalité il s'en moquait pas mal. Il ne devait pas avoir dormi plus de quatre heures, peut être même un peu moins, mais ça paraissait futile. Maintenant qu'April était là, maintenant qu'il la sentait si proche, il n'avait pas vraiment envie d'écourter ce moment et la première chose qu'il veilla à lui dire une fois qu'il fut suffisamment réveillé pour articuler quelques mots, c'est qu'il n'était pas contrarié du tout. Il y avait pas mal de choses qui se mélangeaient dans sa tête et la soirée d'hier qui y repassait en boucle, et c'est maintenant que sa nuit prenait un tournant un peu inattendu que Niels réalisait que dormir à coté d'April, c'était probablement une envie qu'il avait eu lui-même sans lui avoir accordé plus de place que ça après une soirée déjà riche en émotions. Alors il aimerait qu'elle reste, peu importe qu'ils aient encore à passer trois ou six heures dans ce lit, ou qu'il soit juste assez grand pour les accueillir tous les deux. Sa main avait glissé contre son dos pour la rapprocher non pas par souci de place, mais parce qu'il avait tout simplement envie de la sentir un peu plus proche. Et c'était un sentiment encore autrement plus troublant que lorsque leurs mains s'étaient liées. Cette proximité, April et lui y gouttaient véritablement pour la première fois et ça expliquait en grande partie pourquoi son sourire était resté accroché à ses lèvres depuis que Niels avait ouvert les yeux. Il ne savait pas vraiment pourquoi il lui reparlait de cette histoire de sauveur, mais ça lui avait traversé l'esprit tandis qu'il l'observait à la lumière de la lune, et c'était aussi comme un moyen pour lui de s'assurer qu'April ne gardait pas pour elle plus de doutes que ceux qu'elle avait pu exprimer. Elle admit qu'elle y pensait encore un peu, mais la suite le fit sourire un peu plus. « Sache simplement que mon boulot, tout ça, ce n'est pas ce qui m'a mené ici. » Il souffla tout bas tandis que ses doigts caressaient son dos, et pas tant parce qu'il risquait de réveiller quelqu'un que parce que c'était agréable, cette impression de partager avec elle une bulle dans laquelle le reste du monde ne pouvait pas entrer. Une bulle finalement bien assez grande pour deux. Niels ne savait pas si ça faisait partie des choses auxquelles April avait pu penser concernant son secret, mais il préférait qu'elle le sache, même après qu'elle ait dit se moquer de tout ça. Ça n'avait pas non plus d'importance pour lui si ça n'en avait pas pour elle, et tant qu'elle se sentait bien avec lui et le savait sincère, mais au moins elle savait. Ses doigts caressèrent la peau de son bras et son regard retrouva le sien tandis qu'elle admettait être à court de mots pour définir tout ça. « Ça n'a aucune importance, t'es pas obligée de dire quoi que ce soit. » Il reprit pour la rassurer, et parce que ce n'était pas grave si elle était plus à l'aise en ne disant rien ou si tout était mieux à l'intérieur. Niels pouvait s'exprimer pour deux, ou il pouvait se taire aussi, du moment qu'elle disait être bien, ici et comme ça. Ça lui faisait plaisir et du bien de l'entendre, et ça voulait surtout déjà dire énormément à ses yeux. « Moi aussi, je me sens bien. » Ses lèvres étirèrent un sourire un peu plus grand, plus doux aussi, lorsqu'April se rapprocha encore un peu plus et se lova contre lui dans une étreinte qui lui aurait presque coupé la respiration si son cœur ne s'était pas au contraire précipité contre sa poitrine pour y tambouriner de toutes ses forces. Niels mit quelques secondes à calmer tout ce que ce contact propagea à l'intérieur de lui, de sa tête, et de cette espèce de boule d'énergie qui lui servait de cœur, puis enroula ses deux bras autour d'April pour la serrer un peu plus fort tandis qu'une de ses mains remonta simplement le drap de façon à ce qu'elle se sente encore un peu plus à l'abri, avec lui. « J'ai pas la moindre idée de l'heure qu'il est, mais j'ai pas plus envie de voir le soleil se lever que de me rendormir. » Il admit dans un petit sourire, comme si le dire tout haut allait faire une grande différence, mais surtout pour qu'elle sache que ce moment, il avait envie de le voir s'éterniser encore un peu. Il redevint ensuite silencieux quelques secondes, profitant de la chaleur de cette étreinte et de son odeur qui semblait embaumer toute la chambre. Elle sentait bon, April. « Et si je m'écoutais, je crois... » Niels s'arrêta avant d'aller au bout de ce qu'il allait dire, laissa échapper un rire silencieux sans trop savoir si c'était l'heure ou bien tout le reste qui agissait malgré lui sur ses nerfs, puis prit une inspiration et l'observa, à nouveau en silence. April n'était pas très douée pour trouver les mots et lui n'était pas certain que ceux qui s'étaient heurtés in extremis à la barrière de ses lèvres auraient été accueillis comme il l'espérait, ou seraient simplement bien tombés. Il ne savait plus, Niels, mais maintenant qu'il la serrait contre lui il se sentirait vraiment nul de tout gâcher dans un moment qui pourrait difficilement être plus agréable. « …Enfin, bref. » Il rit une seconde avant de détourner le regard, un sourire finalement plus discret au coin des lèvres. Sentant les battements de son cœur s’accélérer un peu plus, Niels laissa l'une de ses mains caresser les pointes de ses cheveux, l'air ailleurs et des pensées dans chaque coin de sa tête. Ses yeux retrouvèrent finalement les siens au moment où un détail le frappa. « Je peux remettre mon t-shirt, si tu veux. » Simplement dans l'hypothèse où elle serait plus à l'aise pour rester dans cette position. Il faisait chaud dans la chambre, même à cette heure, mais entre son confort et ce moment qu'ils partageaient tous les deux, Niels avait fait son choix avant même que ces mots aient eu le temps de sortir.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
April
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11235-aprilhttp://www.throwndice.com/t11236-april 

MESSAGES : 734
AVATAR : lauren tsai.
ÂGE : 27
LOCALISATION : cincinnati (oh)
MÉTIER : coach en gymnastique.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: £47,000
AFFINITÉS:
dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) Empty
MessageSujet: Re: dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20)   dawn only comes at the end of the night (dimanche, 00h20) EmptyVen 14 Juin 2019 - 14:41

Tout est si silencieux dans le palace, dans cette chambre plongée dans le noir que April se sent obligée de baisser la voix, comme si elle allait déranger quelque chose. Ou comme si elle avait peur de parler trop fort de peur que les choses deviennent trop réelles trop vite. De toutes façons, elle sait pas quoi dire. Elle se donne des airs de quelqu'un de fort et d'affirmé, mais poussée dans ses derniers retranchements des émotions qui la terrorisent et qu'elle a mises sous clef, c'est autre chose. Moins impulsive et moins déterminée de peur de faire un faux pas et de mettre le pied sur quelque chose qu'elle regrettera, parce que si y'a une seule chose en laquelle elle a pas confiance chez elle, c'est ses émotions. Elle qui a toujours une idée et un objectif clairs et précis, là, elle sait pas où elle va, parce que c'est nouveau, et imprévu, et tout le reste. Elle avance à l'aveugle en essayant de décoder ce qu'il se passe dans sa tête et dans son coeur, qui avait fini par presque fossiliser dans sa cage thoracique depuis des années et après les déceptions. Mais ça a quelque chose de rassurant. De se rendre compte que l'anesthésie n'est que temporaire.  April sait pas si y'a quelque chose dont elle doit être sauvée, peut-être, peut-être pas. Mais en fait, elle se rend compte qu'elle s'en fout. Son naturel méfiant se retrouve désarçonné par les mots de Niels parce qu'elle a l'impression qu'elle peut y croire, et peut-être aussi parce qu'elle veut y croire aussi. Peut-être qu'il y a une infime part de mission sauvetage là-dedans, mais là, maintenant, c'est que dalle. April avance à l'aveugle mais jusque là, tout ce qu'elle arrive à décoder c'est que les mots de Niels, sa présence, la manière qu'il a de la regarder droit dans les yeux avec cet éternel sourire, tout ça l'apaise. Alors elle vient chercher toujours plus de contact, comme quand on s'apprête à se jeter à l'eau d'une piscine en testant la température de l'eau avant. Savoir si c'est une bonne décision ou non. Et quand elle se retrouve enveloppée par ses bras, le coeur battant la chamade en écho au sien, elle retrouve presque ses repères alors que la brume s'estompe petit à petit. April reste silencieuse un instant mais esquisse un sourire de derrière ses mains, les bras pliés entre sa poitrine et celle de Niels, quand il mentionne ne pas vouloir bouger d'ici ni même se rendormir. Puis il commence une phrase sans la finir, il faut croire qu'elle est plus la seule à perdre le sens des mots, à ce stade. « Si tu t'écoutais alors quoi ? » fait-elle en détaillant son visage des yeux. Non, elle veut savoir. Sauf si le jeu veut que cette phrase ne trouve pas de fin avant les révélations, évidemment. Le silence retombe, paisible et rassurant. Un peu plus et elle en oublierait les autres, les caméras, le jeu, tout. Y'a juste cette pièce, et puis Niels, et elle, et rien d'autre. Comme si l'heure tardive les avait projetés dans une espèce de dimension parallèle par la force des rayons de lune. En fait, elle avait même pas remarqué qu'il était torse nu, probablement parce que c'est pas particulièrement choquant pour un mec de dormir comme ça, ou parce qu'elle avait d'autres trucs à trier avant de pouvoir être consciente de ce genre de détails. Mais à sa question, elle se contente de secouer la tête. Elle s'en fout, en fait. Voire même, sans ça, elle aurait pas pu entendre les battements de son coeur lorsqu'elle s'est approchée, et ça aurait pas été pareil. April remet petit à petit de l'ordre dans ses idées au fil des minutes, longues et paisibles. La mention de son tee-shirt, ça lui rappelle un truc complètement stupide et hors-sujet. Elle finit par se retourner légèrement pour se mettre sur le ventre, appuyée sur ses coudes, la tête relevée. « Je crois que c'est le bon moment pour te dire que... » Autant mettre la forme. Sinon c'est pas drôle. « ...j'ai fini topless pour le défi débile du Génie la semaine dernière. » Elle peut voir son expression qui passe par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel avec cette révélation on ne peut plus ridicule, surtout quand April elle-même a du mal à réprimer un sourire amusé en repensant à la scène. « Pour mille balles. » Ouais, juste mille balles, c'est tout. Mais c'est pas fini. « Devant Bart. » Elle marque un silence avant de laisser échapper un rire spontané, l'étouffant d'une de ses mains. Bart, avec sa tronche de mec paumé qui perd les pédales dès qu'une meuf lui adresse la parole et sa dégaine de nounours un peu autiste. Y'avait pas meilleur public pour rendre la situation encore plus ridicule qu'elle ne l'était déjà. « Le pire, c'est que ça a marché. » Voilà, fin de l'histoire. Elle l'aurait bien passée sous silence mais elle préfère jouer franc jeu, avant que la prod n'ait de bonne idée de récupérer les images et les truquer pour foutre la merde, encore. C'était vraiment débile comme défi, mais entre les mille balles et la tronche déconfite de Bart, ça valait le détour. Et encore, Niels a pas entendu ce poème complètement pété que Bart a sorti pour essayer de gagner le fric mis en jeu. Et puis tout ça c'était que dalle pour April et sa pudeur un peu à deux vitesses - émotionnelle oui, mais physique, des années en vestiaire commun ont fait qu'elle s'en fout pas mal. « Un point partout, » elle taquine en plantant son index sur les côtes de Niels avec un sourire amusé. Pour finalement s'allonger à nouveau, et entourer à son tour le torse de Niels de ses bras pour caler sa tête sous son menton, la joue contre sa poitrine et ce battement de coeur qui la rassure et lui rappelle qu'elle est bien dans la vraie vie et pas dans une espèce de rêve chelou. Elle lève finalement la tête pour planter son regard dans celui de Niels avant de repartir sur une question sérieuse. « À quel moment tu t'es rendu compte que je te plaisais ? » souffle-t-elle de son visage atone. Parce qu'elle est curieuse, elle a besoin de retracer tout ça et ce qu'il a bien pu se passer, essayer de capter les signes qu'elle a manqués en passant pour avoir toutes les pièces du puzzle, alors qu'il commence à prendre forme de manière plutôt satisfaisante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Dragon Ball Dawn Chorus
» Space marine
» Dawn M. Jones | Natalia Tena
» Edward Dawn
» The Underground 10 - It's a new dawn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: CHAMBRES 4 ÉTOILES-
Sauter vers: