Partagez
 

 titan II ☾ vendredi vers 18h

Aller en bas 
AuteurMessage
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 772
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 012£
AFFINITÉS:
titan II ☾ vendredi vers 18h Empty
MessageSujet: titan II ☾ vendredi vers 18h   titan II ☾ vendredi vers 18h EmptyLun 10 Juin - 8:53

ft. Icare

Vendredi soir, c’est Tea party. C’est connu maintenant, c’est devenu presque un rituel et une habitude au sein du palace puisque c’est une tradition marocaine chez Kenza qu’elle a gardé même en partant s’installer à Londres. Renouer avec les racines, c’est quelque chose de très important pour elle. Dans ses coutumes, on accueille des invités chez soi pour boire du thé, dans un beau salon marocain avec de la musique traditionnelle classique. On ne fête pas grand-chose, on se contente juste de créer de la joie à partir de rien du tout et on parle des heures et des heures sur plusieurs sujets divers et variés. C’est un signe d’hospitalité, mais aussi de bonne figure parce-que c’est important pour une famille de respecter et d’être capable d’inviter des gens à des Tea party pour bien se faire voir dans la communauté, créer des contacts et relier des familles entre elles, rapprocher des gens pour de futurs mariages, fêter et renforcer les liens sociaux etc. C’est une symbolique sociale, mais aussi financière et politique. Car la famille en question, ou l’hôte, a l’occasion une fois par semaine de frimer en quelque sorte et montrer à l’invité sa maison, son grand salon parfumé bien rangé, sa nourriture, sa belle tenue et sa famille. C’est aussi un peu primal, car en quelques sorte, c’est aux femmes de briller aussi et prouver aux autres, ce qu’elles valent et comment elles se débrouillent en cuisine comme futures potentielles épouses. Aussi, histoire de se démarquer et attirer l’intérêt des autres car c’est souvent l’occasion pour elles de se trouver un mari. Alors chaque vendredi, elle invite quelqu’un de spécifique pour sa tea party plus au moins dans le même schéma. Jusqu’à maintenant, elle invitait que ses copines à boire du thé en sa compagnie. Y’a eu Faith, Lula, Tonia et Bart, une semaine, mais lui c’était un peu une exception en vue des circonstances, alors quand elle décide d’inviter Icare ce soir, c’est très spécial pour elle, et plutôt particulier. C’est la première fois qu’elle invite quelqu’un dans ce contexte à ses posages traditionnels devenus cultes, parce-que se faire invité, c’est toujours pas rien et ça a une symbolique très importante. Mais un peu comme lui la semaine dernière, elle a envie de lui faire découvrir son monde à elle. Lui montrer une partie de ce qu’elle peut être, à l’extérieur, sans jouer ou faire semblant. Les Tea Party de Kenza, c’est une excellente occasion d’en apprendre plus sur elle, car elle s’ouvre plus facilement et a tendance à être plus authentique que d’habitude. C’est un parfait parallélisme aussi avec son escapade improvisée de l’autre fois et dans le fond, son invitation spéciale, elle est motivée par les mêmes raisons que lui, car elle tient tant à faire partager avec lui sa culture à elle et l’inclure encore plus dans son univers vaste et varié. Parce-qu’il n’y’a pas que ça. Il y’a ses soirées technos orientales très chill style Oasis ou Atlas, il y’a les fêtes religieuses, les pauses chichas les weekends et tout un tas d’autres aspects de sa life qu’elle aurait hâte de lui faire découvrir. Du coup elle joue de son influence au sein du palace pour privatiser le salon en cette fin d’après midi, se prépare pour le date et passe toute la matinée à la cuisine pour préparer les pâtisseries. Avant, elle était ultra courtisée et on se battait pour l’avoir justement à cause des petites merveilles qu’elle peut concocter derrière les fourneaux. Pour les hommes qui se bousculaient à sa porte, c’était même la perfection incarnée. Une déesse intouchable qui transformait tout ce qu’elle touchait en pure délice. Sans parler de sa beauté, ses manières, son aura. Ce soir, elle veut vraiment mettre le paquet. Kenza, elle aussi, elle a un côté perfectionniste qui ressort quand elle veut faire plaisir à quelqu’un ou l’impressionner, alors elle s’occupe vraiment de tout. Parce-que pour Icare, elle veut même que ça soit la meilleure Tea party de l’aventure. Elle se fait belle pour l’occasion, décide de ressortir ses plus beaux bijoux, l’une de ses djellabas de luxe et s’organise pour que tout soit parfaitement nickel. Elle met en fond une musique traditionelle mais légèrement customisée et remixée qui lui rappelle son cher Maroc avec ses ambiances chaleureuses, chaudes et conviviales. Au moment ou elle aperçoit @icare qui se pointe à l’heure comme convenu, un sourire se dessine sur son visage. Elle lui fait la bise et l’invite à s’installer sur le canapé à ses côtés. Elle croise les jambes, le dévore un instant du regard avant d’attirer son attention vers la table « je sais ça fait beaucoup, j’ai vu les choses en grand on pourra pas tout manger, mais je voulais tenir ma promesse de l’autre fois et t’inviter » Elle fait référence à son invitation dans la LR. « à ma façon » qu’elle précise. Oui, dans le Kenza style. Et pas qu’une simple invitation. Car qui sait, c’est peut-être leur dernière à eux deux, demain soir ils sauront si l’un d’eux sortira donc elle voulait marquer le coup, on sait jamais. « je sais que t’as un régime à respecter » à base de protéines machin chose et ses trucs de musculations/sport « mais un petit écart ce soir ça ne te fera pas de mal » qu’elle souffle dans un sourire. Y'avait de quoi provoquer un coma hyperosmolaire à un diabétique, mais ça lui ferait plaisir en tout cas de lui faire goûter tout ce qu’elle a préparé pour l’occasion. La table, elle est quasi full. Il y’a vraiment de tout. Du sucré comme du salé. Il y’a des gâteaux marocains, des donuts, des pancakes, des galettes, des cupcakes, des biscuits enrobés, des brownies, des macarons, des beignets mais surtout le thé, élément central de tout ça. Kenza, mine de rien, elle fait l’un des meilleurs thé à la menthe marocains alors il sera conquis, c’est sûr. Et dans la coutume, c’est toujours à l’hôte de servir du thé, avec une façon très particulière, ce qu’elle s’exécute de faire avec sa classe et sa grâce naturelle, avant de lui tendre un verre « attention c’est brûlant » elle est vraiment aux petits soins avec lui, cette semaine. Encore plus que la dernière fois car après le gros déballage intime d’Icare, elle a basculé dans un mode survie où le but ultime est limite de se transformer en une drogue de substitution pour lui faire éviter toute rechute. Elle pense vraiment à son bien être et fait tout son possible pour qu’il n’ait pas à penser à ses idées noires. « vas-y, sers-toi quelque chose » elle sait pas ce qu’il attend pour goûter, elle comprend pas trop, il l’a pas habitué à tant de timidité. « garanti sans chocolat à l’orange » au cas où, elle a pas oublié car elle oublie jamais rien et c’était mine de rien un détail loin d’être anodin « pour ma part mes préférés c’est les donuts au chocolat » c’est sa sucrerie préféré et elle s’en saisit d’un pour croquer délicatement dessus. Et s’il est pas con, il comprendra que cette semaine, elle lui donne l’occasion et le privilège de mieux la connaître. Elle souffle à l’intérieur de son verre avant de venir déposer sa main sur la sienne, plongeant ses prunelles dans son regard « sinon ça va ? » Question très vague qui inclut à peu près tout. Son mood, sa nomination, demain, le jeu, lui, ce qui a pu se dire sur eux durant le prime, les chroniques, les awards qu'ils ont reçu et tout ce qui le concerne de loin ou de près. Alors, il tient le coup ? Il se sent comment ?

+ TENUE

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 675
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
titan II ☾ vendredi vers 18h Empty
MessageSujet: Re: titan II ☾ vendredi vers 18h   titan II ☾ vendredi vers 18h EmptyMar 11 Juin - 0:30

@Kenza

J’ai rencard avec Kenz’ et je me doute un peu de ce qu’elle prépare, parce que ça fait depuis ce matin que l’accès de la cuisine m’est interdit. J’ai envie de lui dire que j’ai pas besoin de ça, de cette démesure, sachant que moi je lui ai offert rien que des bols de yaourt et fruits frais et quelques tartines. Mais je sais que c’est un truc important pour elle, une espèce de tradition dont j’ai déjà entendu parler, alors j’ai pas envie de la contrarier en lui donnant la fausse impression que ça m’intéresse pas. Parce que c’est faux, ça m’importe, ce temps qu’elle passe à essayer d’happer mon attention et de me faire me sentir bien. J’ai capté ses regards cette semaine, une manière d’analyser mes expressions qu’elle avait pas forcément avant. J’ai capté qu’elle se montrait hyper réactive quand je commençais à me laisser bouffer par une explosion de sales sensations. C’est typiquement le genre de trucs que le Icare de dehors, celui qui se shoote et qui fout tout en l’air, aurait détesté. Le genre d’attitude qui me mène à me braquer et à envoyer se faire foutre une chouette relation. Parce qu’on croit que ma manière de procéder c’est juste de dire des jolis mots aux meufs, de les foutre dans mon pieu et de m’en séparer quelques semaines après. C’est un peu trop simple vu comme ça. Faith je lui en ai rapidement parlé, j’ai été happé par plusieurs relations assez fortes. Le truc c’est que justement, quand ça devient fort c’est mauvais pour nous deux. Les seules fois où ça a vraiment duré c’est quand la meuf était aussi débraillée que moi, mais c’est aussi dans ces moments que ça s’est le plus mal fini. Ces relations passionnelles moi elles m’ont vraiment niqué, physiquement et mentalement. Parce qu’un jour tu te retrouves à dire adieu à quelqu’un pour des raisons inhérentes à tes sentiments. Et tu finis par te poser la question d’où les placer ces sentiments, tu te demandes s’ils étaient vrais ou simplement dictés par l’addiction mutuelle. C’est facile d’aimer fort et de manière explosive quand t’es jamais vraiment maître de tes émotions. Le radical opposé c’était les meufs qui décidaient de me sauver et là c’est l’échec assuré. Parce que, breaking news, personne n’a jamais vraiment réussi à me changer. Ca fait dix ans que ça dure et dix ans que je me traîne avec les yeux bandés sur ce qu’il se passera demain. C’est sans doute pas très positif de penser à tout ça tandis que je me sape pour la retrouver, Kenza, mais je peux pas m’empêcher de me laisser bouffer. Et j’imagine que le prime de demain y est pour quelque chose. Parce que demain, l’après, il est juste là. On part sur un 50% de chances de dégager et ça fait bien chier. Je ferme ma chemise et j’essaye tant bien que mal de coiffer ma tignasse avant de me brosser les dents et de filer dehors. Je peux pas m’empêcher de me griller une clope pour faire abstraction de toutes ces pensées de merde. C’est aussi une manière de compenser la diminution de ma conso de tize, que j’ai décidé d’amorcer après mon insomnie de samedi dernier (à une exception près). Si les autres ont pas capté que j’essaye de me bouger pour pas tomber dans des sales habitudes je sais pas quoi faire de plus. J’ai l’impression d’être dans un combat constant, non plus contre le manque, mais contre une version de moi qui en a ras le cul de cette situation. Je finis par débarquer dans le salon après avoir inspiré deux trois fois pour me détendre. Ca me fait kiffer de la retrouver Kenz, de passer ma (peut-être) dernière aprèm et soirée au palace avec elle. J’aimerais bien lui montrer que j’ai saisi ce qu’elle faisait cette semaine et que ça m’a fait du bien. T’es dingue. Je murmure en laissant tomber mes yeux sur la tablée de bouffe. Je sais même pas comment c’est physiquement possible de préparer autant de trucs en un temps limité. Je glisse ma main dans le creux de la sienne avant de me laisser guider vers le canap’. Je fais donc partie des rares privilégiés. Je souris en plantant mes yeux dans les siens. Ca aussi c’est un truc que j’ai remarqué. Que ses petites tea party private c’était plutôt un truc dédié à ses potes meufs (et Bart ?). Alors je sais pas vraiment si ça veut dire qu’elle a passé un cap de confiance avec moi, ou qu’en tout cas un truc a switché doucement mais ça me plait. Je la laisse servir le thé comme je l’ai déjà vu faire à Marrakech, mais ça reste plus stylé d’avoir quelqu’un de proche et pas un serveur lambda qui te fait le spectacle. La musique est très cool. Et pour quelqu’un comme Kenz’ j’imagine que c’est hyper calculé, qu’elle a bien réfléchi à l’enchevêtrement de tous les éléments. Elle sait plus ou moins les sons qui me font kiffer et ça la rend d’autant plus ouf à mes yeux. Parce qu’elle fait ça vraiment jusqu’au bout et avec tout son cœur. Merci. Ca arrive avec le fait qu’elle me serve le thé mais j’espère qu’elle capte que c’est un merci beaucoup plus général. A propos de tout, tout ça. Je comprends pas vraiment à quel moment je suis devenu aussi digne d’attention, parce que Kenz’ j’ai pas l’impression d’avoir été si exceptionnel avec elle. J’ai juste su dire et faire les bonnes choses au bon moment. Mais là ça va au-delà. Ca va au-delà de ce que j’ai partagé la semaine dernière. Ca, c’est vraiment elle. Enfin, une partie importante d’elle en tout cas. Je serre la main qu’elle pose sur la mienne et je me marre quand je me fais un peu engueuler à force de mater sans bouffer. Je vais goûter tes gâteaux préférés alors. Honnêtement la dernière fois que j'ai vu une aussi grosse quantité de sucres face à moi c'était en mégafonsdalle pendant une descente. Et c'est pas glorieux parce que le lendemain, ou des heures après, quand tu réalises ce que t'as ingurgité tu te sens vraiment mal. Là, n'empêche, c'est du donut's de première qualité, parce que le truc a le juste équilibre du chocolat qui te croque entre les dents et du beignet pas excessivement sucré qui fond sur la langue. C'est ultra bon. Je pose mes mains sur le verre et porte le thé à mes lèvres pour en prendre une petite gorgée qui m'emmène direct en voyage par chez elle. Je pense que ça doit se voir à ma gueule que je suis en kif, parce que je la vois sourire. Tu sous-estimes mon appétit, je vais tout goûter. Un mec d'1m90 qui porte des trucs toute la journée et fait la teuf jusqu'à ce que coma s'ensuive il en faut pour le nourrir. Ouais, mon régime c'est les prot', mais je dis pas non à des kebab et autres pizza quand il s'agit de nourrir vite et bien. C'est pas sa tablée de gâteaux qui m'effraie, surtout s'ils sont aussi bons. Je sens son regard se poser vers moi pour me glisser une question qui veut un peu tout et rien dire. Mais à mes yeux elle veut tout dire, parce que j'y vois un sens assez concret au vue de ce que je lui ai balancé la semaine dernière. A quel niveau ? Je tente quand même en accrochant ses yeux. Je pose le verre sur la table et pose ma main sur sa cuisse. Honnêtement, j'ai l'impression de m'être tué cette semaine, pour pas y penser. Mais là je flippe. Parce que si je me barre demain c'est tout le monde qui s'ouvre à mes addictions. Et ça m'emmerderait d'être catapulté d'un coup loin de toi. Y a ça, aussi. Je crois que c'est la première fois que je dis de près ou de loin que je m'attache à elle, mais c'est pas réfléchi et c'est instinctif. J'ai pas envie de fermer ma gueule parce que soit disant tous les deux on est hyper open et que les gens croient pas en notre relation. Je sais pas, si j'y crois, mais je crois au fait que ça marche pour l'instant. Après, Kenz', j'ai pas envie de l'écraser avec mes pensées noires alors je serre sa cuisse de ma main et je glisse mes doigts dans ses cheveux. Et toi ? Parce que moi si elle force j'ai quinze millions de trucs à dire, mais j'ai aussi envie de capter ce à quoi elle pense elle. J'ai pas envie que notre peut-être dernière soirée soit concentrée autour de ma petite personne et de mon drama perso. Ca a déjà cassé les couilles à suffisamment de personnes, mes problèmes. Kenz' elle a pas besoin de s'encombrer de ça, même si elle me l'a proposé, même si elle m'a dit qu'elle pourrait être là si je le souhaitais. C'est venu d'où cette tradition ? Je finis par demander en me resservant d'un gâteau marocain. Tu le fais aussi à Londres ? J'ai pas trop de mal à dessiner les contours de la Kenza orientale, mais j'ai plus de mal à imaginer sa vie anglaise. Même si elle m'a dit qu'elle ressemblait à la mienne et qu'on partageait des points communs. Moi j'ai un vrai point d'interrogation sur ça, parce qu'au final elle en parle très peu de son quotidien Kenz'.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 772
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 012£
AFFINITÉS:
titan II ☾ vendredi vers 18h Empty
MessageSujet: Re: titan II ☾ vendredi vers 18h   titan II ☾ vendredi vers 18h EmptyMer 12 Juin - 20:57

C’est dingue, oui, mais c’est pas grand-chose non plus car Kenza, pour devenir une figure parfaite qui ne connait pas l’échec, on l’habituait à ce que les exploits deviennent son travail quotidien. Alors elle a tout fait pour lui en mettre plein la tronche et qu’il en soit ainsi. Elle a travaillé cette Tea Party de la tête aux pieds pour que tout soit nickel. Histoire de ressembler le plus à la Jasmine copie conforme d’Aladdin comme l’aime si bien les décrire Tonia, paix à son âme, elle s’est sapée avec l’une de ses plus belles djellabas bleue ciel qui fait ressortir ses courbes et accentue sa féminité arabe. Elle s’est parfumée aussi pour l’occasion avec des senteurs orientales pour lui donner peut-être des idées pour après, au cas où il aimerait se faire aussi la version arabe si ça l’excite comme délire. Elle a préparé une table royale avec du thé et des gâteaux. Plein de gâteaux, juste pour lui. Elle en a pas souvenir d’en avoir préparé autant durant ses autres tea party, mais la quantité n’est jamais proportionnelle au nombre d’invités, ça l’est surtout et souvent liée à leur qualité. Icare, il mérite amplement qu’elle passe sa matinée à cuisiner des petites pâtisseries délicieuses à la cuisine. Elle le fait pour lui, mais aussi pour elle-même. Car ça lui permet de s’occuper à faire ce qu’elle aime, pour quelqu’un qu’elle apprécie vraiment. « j’ai un peu pris l’habitude » qu’elle souffle assez modestement en baissant les yeux pour fixer les pans de sa djellabas. « j’aime beaucoup cuisiner » surtout pour des occasions comme celle-ci, où elle a l’occasion de montrer un peu ce qu’elle sait faire de mieux. C’est une excellente pâtissière surtout, les sucreries et les gâteaux, c’est un peu sa spécialité et il n’y’a qu’à voir le magnifique gâteau d’anniversaire qu’elle a cuisiné pour Faith pour comprendre qu’elle est pas niveau 1 en terme de compétences et prouesses pâtissières. « C’est une passion » elle essaye de mettre des mots sur cette activité. Il risque de trouver cela débile, mais elle essaye de partager avec lui des échantillons de ce qu’elle aime faire. Elle sait pas trop si ça l’intéresse, mais en tout cas voilà, elle aime bien passer des heures à confectionner un gâteau et des sucreries pour l’effet création et conception de la chose, mais aussi parce-que ça la déstresse beaucoup et ça l’occupe d’une très belle manière. « On peut dire ça, oui » techniquement c’est pas le premier candidat de l’aventure qu’elle va inviter à l’une de ses fameuses Tea party élitistes, mais lui, il fait figure d’invité de choix. C’est vrai. Mais il faut pas qu’il s’enflamme non plus, d’où sa posture droite et ses mimiques très maîtrisées. Même si elle est contente de partager ce moment avec lui et décide de lui ouvrir les gigantesques portes métalliques de Kenza-land, elle reste dans le contrôle et la maîtrise de son aura. Sa remarque sur la musique la fait légèrement sourire car ça aussi, elle s’y attendait. Qu’il aime bien. Elle a plus au moins compris son style de musique, qui se rapproche limite du sien alors elle a sorti une playlist qui lui rappelle son pays, mais en même temps remixé qui définit plus au moins les contours de sa binationalité assumée et dont elle est fière. « Oui, j’aime beaucoup aussi. » qu’elle commente en élargissant un peu son sourire. « C’est une musique qu’on entend souvent dans les mariages et les fêtes traditionnelles. » le chaabi en général, c’est un condensé de notes orientales positives et happy qui te poussent à t’enjailler peu importe le débit d’alcool qui coule dans tes veines. Elle lui verse en même temps son thé et lui sert son verre. En apparence, elle fait peut-être la nana très sûre d’elle qui surnage et maîtrise la situation, mais en vrai, elle est pas très sereine alors les compliments qu’il lui balance et le Merci général, ça a tendance à la réconforter dans sa tête. Elle est vraiment contente que ses attentions et l’intérêt qu’elle lui porte ne passent pas inaperçus. Elle fait en tout cas de son mieux mais elle est touchée. Elle sirote son thé et croque dans son beignet enrobé de chocolat, là encore, sa sucrerie préférée. « ça me ferait très plaisir » qu’il goûte à tout. Vraiment, inconsciemment, il sait exactement quoi dire et quoi faire pour la faire craquer d’avantage alors qu’il ne s’en rend peut-être même pas compte. Elle dépose sa main dans la sienne et prend un peu de ses nouvelles. C’est un peu le but des Tea Party, papoter et essayer d’en apprendre plus sur les autres. Normalement, chacun raconte une histoire, ce qu’il a vécu dernièrement, sa dernière relation, se confie alors Icare, elle a un peu envie qu’il se mette dans le mood de tout partager avec elle. Ses névroses, ses pensées noires, ses idées, ses envies, ses désirs, ses peurs, ses remarques et ses sensations. C’est un peu de tout qu’elle cible alors elle se contente de souffler avec sa voix blanche mais qui se veut réconfortante « Tous les niveaux » ça rentre un peu dans la continuité de ce qu’elle lui avait dit l’autre fois. Elle serait là, s’il a envie qu’elle soit là. Elle l’aiderait, s’il a envie qu’elle l’aide donc au fond, ça ne tient qu’à lui. Il est arrivé au stade où il a qu’à demander, qu’à ordonner et elle s’exécute. Elle se sent pas à ce point soumise, mais c’est bon, elle veut plus trop se poser de question et s’investir s’il le faut. S’il le veut. « oui je comprends » elle resserre sa main contre la sienne presque inconsciemment. Ça la fait un peu chier d’entendre ça, car elle, de son côté, elle essaye de faire de son mieux pour rivaliser avec ses névroses, mais au fond, malgré tous ses efforts et son attention, elle se sent impuissante. « c’est un peu dur pour moi de l’admettre mais j’avoue que je ne sais pas trop comment m’y prendre avec toi » c’est une nouvelle situation à laquelle elle n’a jamais été confrontée par le passé. Gérer un cas social pareil ou une relation avec un toxico addict, c’est tout nouveau pour elle, et elle a même beau chercher le manuel d’emploi d’Icare, elle ne le trouve pas. Elle a comprit qu’il fallait pas chercher à le sauver. De toute façon, elle en est incapable. Mais aussi qu’il fallait pas le lâcher ou l’abandonner alors elle est un peu perdue et sait plus trop quoi faire. Elle ne s’attend pas non plus à ce qu’il lui dise quoi faire, ou comment se comporter, au fond ça se peut qu’il ne le sache même pas et qu’en ce moment, elle fait peut-être des choses inconsciemment qui l’aide à le garder en vie, mais elle aimerait tant lui transférer de sa force pour qu’il surmonte tout. Elle est pas contre l’idée de laisser les choses comme ça, mais c’est un problème qui vient forcément en tête et c’est plus fort qu’elle. Elle ouvre légèrement les yeux quand elle entend que ça l’emmerderait de se faire catapulté loin d’elle. Sur le moment, ça lui fait bizarre, car c’est la première fois qu’elle voit Icare mettre des mots sur ce qu’il ressent, des fois. Là, c’est plus des belles paroles ou du cinéma. C’est un peu réel, et profond alors ça la touche mais essaye de ne pas trop le montrer. « C’est vrai ? » Kenza, elle a peut-être une confiance en elle démesurée, mais avec Icare, elle est et restera toujours dans un doute constant qui ne lui permettra jamais de se sentir entièrement en sécurité. Et puis elle ne fait plus trop confiance à ce genre de paroles vu ses antécédents et ses principes alors elle a souvent la même attitude et le même raisonnement : il le pense peut-être maintenant, c’est beau, ça la fait tomber, mais après, c'est voué à changer. « Tu vas rester » qu’elle lâche avec son aplomb, comme pour le rassurer et se rassurer elle-même que ça ne sera pas un scénario dramatique bartonien. Il a toutes les cartes en mains pour survivre cette semaine et surtout « Je crois en toi » ça, c’est le genre de mot hyper fort que sa mère n’arrêtait pas de lui lâcher pour la maintenir à un haut niveau. Kenza, elle a cette faculté de pousser les gens à toujours la respecter, mais on a surtout jamais envie de la décevoir, ou ne pas se montrer digne de l’importance qu’elle nous donne. « Moi ça va » qu’elle répond en lâchant un soupir. Le sujet n’est vraiment pas de savoir si elle va mieux ou non, car contrairement à lui, elle pète la forme. Enfin pas vraiment. Elle est dans une position assez confortable mais son seul souci, ça reste lui donc y'aura toujours un mais. « Je ne veux pas non plus que tu t’éloignes de moi » qu’elle fini par lâcher car elle semble avoir comprit ce qu’il cherchait à lui faire dire. Elle n’est pas très à l’aise pour dire ça alors elle le fait vite fait et préfère rajouter pour sa propre sécurité « mais je comprendrais si ça venait à être le cas » qu’il soit éliminé, ou qu’il fasse le choix de disparaître parce-qu’il se serait lassé d'elle, ou de tout ça. Elle comprendrait et accepterait l’un ou l’autre, car quand bien même elle s’est attachée, elle reste quelqu’un de très pragmatique qui n’en est pas à sa première expérience ratée. De ce coté là, il n’a pas trop à s’inquiéter pour elle. C’est quelqu’un qui se gère très bien et pourrait composer avec son absence s’il venait à partir, contrairement à un Bart déboussolé de tous les côtés à la perte de sa dulcinée cette semaine. « C’est une tradition familiale qui date de très longtemps. » elle ne sait pas trop d’où ça vient exactement, car elle ne s’est jamais posée la question. Elle a vu le jour en étant musulmane par exemple, et elle a accepté ça, sans trop chercher à comprendre si dieu existait ou non. Pareil pour ces traditions qu’elle respecte et perdure car en somme, on lui a fait savoir que ça faisait partie de ce qu’elle était. « Ma mère organisait toujours des Tea Party pour inviter plein de monde et faire connaître ses filles » c’était un moyen en autre, pour arranger plein de mariages et d’alliances entre des familles nobles et proches dont les intérêts pouvaient se rejoindre. « Je le fais très souvent à Londres, aussi. » elle a gardé l’habitude car sa mère a beaucoup déteint sur elle. Mais pas pour créer des alliance ou gérer une agence matrimoniale, il l'aura comprit « Puisque je travaille et je voyage beaucoup en milieu de semaine, je me réserve les weekends pour me détendre. » qu’elle commence « Chaque vendredi, j’organise donc une Tea Party chez moi où j’invite des amis » couscous le matin, thé et sucrerie l’aprem. Bavardage le soir. « Les samedis je sors » elle a ses petits endroits qu’elle fréquente, même si la majorité des fois elle se fait invitée mais elle ne veut pas trop parler de ça, pas avec lui. « et les dimanches je reste chez moi car j'aime bien le passer toute seule, à ne rien faire » c’est un peu ça, sa routine hyper ordonnée. Alors bien sûr, il y’a des petits festivals à Londres ou au Maroc, et des pool party toutes mignonnes qui viennent lui niquer ses habitudes, mais ça va, c’est pas très souvent fréquent donc l’essentiel est là.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 675
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
titan II ☾ vendredi vers 18h Empty
MessageSujet: Re: titan II ☾ vendredi vers 18h   titan II ☾ vendredi vers 18h EmptyJeu 13 Juin - 23:21

J'ai jamais vraiment côtoyé de meufs qui avaient une passion comme ça, une passion saine, normale. Un truc qui te mène pas à prendre trois tonnes de coke ou d'acide pour être créatif. Moi je suis dans un putain de monde d'artistes et mes proches sont plutôt du genre déglingués. Y'a pas de contrôle, pas de demi-mesure, pas de rationnel. C'est tout le contraire de @Kenza en fait. On peut dire ce qu'on veut en estimant que nos mondes se rejoignent, que nos trains de vie peuvent s'assembler, mais elle et moi on est complètement différents sur un point crucial. Elle est dans l'ultra-contrôle, quand moi je suis dans l'ultra-je-m'en-fous. Et c'est marrant parce que ça me fait pas vraiment bizarre. Au fond, Kenz' avec moi elle s'est aussi vite laissée aller. Alors si ce soir elle essaye de m'impressionner en s'imprégnant totalement de son personnage principal je décide de jouer le jeu. J'ai envie qu'elle capte que ça m'importe et que je suis pas insensible à tout ça. Pas que le boulot, pas que la préparation, mais tout ce qu'elle essaye de me montrer. Sa tenue tradi, qui contraste assez sévèrement avec mon look urbain. Sa musique qui s'anime de teintes électro. Son calme calculé. Ses gestes précis. Ca te relaxe ? Je rebondis sur cette histoire de passion. J'ai l'impression que oui, parce que même quand on l'aidait avec Bart elle était pas dans l'affolement. Limite ce qui devait le plus la faire chier c'était de se traîner nos mains inexpérimentées, mais pas le timing serré. Tu me feras une playlist ? Moi je connais quelques grands classiques et puis les trucs que j'ai entendu en festoch au Maroc. L'année dernière j'étais au Gnaoua Festival à Essaouira. Je lui demande pas si elle connaît parce qu'il me semble que c'est un truc relativement connu là-bas. Des parigots qui se bougent jusqu'au Maroc pour écouter du son par contre y'en a pas des masses. Mais la musique chez nous c'est une passion, et c'est sans doute ce que je lui dirais à Kenz' si elle me demande c'est quoi qui me transcende moi. Oui, y'a le ciné, mais c'est différent. C'est devenu un taf, c'est un truc qui fait partie de moi et qui me permet aussi de redescendre quand j'ai passé une soirée agitée. La musique elle est toujours là, en fond, calme, et puis d'un coup elle s'accélère, ses beats commencent à me frapper le coeur, puis le ventre, les jambes, les tempes. Et tout explose. Comme une bonne baise, mais en continu. J'aime beaucoup le Maroc. Je souffle en attrapant un deuxième gâteau, puis un troisième que je pose dans mon assiette. Et j'me dis que ce serait sans doute une bonne manière de revenir à la vie, de retourner au Maroc, si je me fais tej demain. Surtout que le Gnaoua il est dans une semaine. Je m'empêche d'y penser plus longtemps et je dépose un baiser sur sa main posée contre la mienne. J'ai besoin de faire quelque chose pour réfléchir à ma prochaine réponse. Parce qu'au fond ça fait des semaines qu'on s'est jamais vraiment demandés ça va. Ou du moins, un ça va comme celui qu'elle entend, Kenz'. Un ça va de quelqu'un qui s'inquiète vraiment de quelque chose. Inconsciemment je regrette d'avoir plombé nos peut-être derniers moments ensemble avec ces conneries. Mais j'avais besoin qu'elle capte, la semaine dernière, que si j'étais distant ou tendu c'était pas par sa faute. Un peu comme maintenant, j'ai besoin de m'expliquer. Je me passe une main sur la nuque avant de me tourner plus vers elle. Je veux qu'elle me regarde. Alors ça va. Parce qu'à force je sais comment me gérer. C'est pas facile, mais ça va. J'ai pas envie de me faire niquer parce que j'ai été absent une semaine. Je hausse les épaules. Ca fait partie de moi, y'a rien qui m'effraie vraiment dans le fait de me faire une semaine de manque. Et pour le reste, j'ai l'impression que ça va entre nous, non ? Le truc c'est que chacun réagit différemment à ce genre de confessions. Y'en a qui se sentent pousser des ailes de sauveurs, d'autres qui se disent que ça vaut pas le coup de se prendre la tête avec un tox. Kenz' elle est là donc j'exclue la deuxième possibilité. Mais ses quelques mots me font bien capter que tout n'est pas aussi simple pour elle. Je me souviens de ses mots à la plage, je sais qu'elle m'a proposé d'être là en cas de besoin. Mais moi ça fait longtemps que j'ai appris à étouffer mes besoins. Et maintenant ils existent plus vraiment en fait, ces besoins d'aide. Ils font plus partie de l'équation qui nous lie, mon addiction et moi. Je veux pas que tu te comportes différemment d'avant Kenz'. Parce que pour l'instant la question se pose pas. J'ai accès à rien ici. Et si par hasard demain je dégage, ou si on se retrouve à un moment dehors tous les deux, et que ce tous les deux signifie encore un truc, la question se posera. Je vais pas péter un câble ici. Je souris. Je suis un grand garçon. Et si ça venait à se passer, je le ferais loin de tout le monde. De toute façon je sais que si je le voulais vraiment n'importe qui pourrait me filer un truc dehors, au souk. Mais je compte pas encore mettre en jeu ma place aussi facilement. Et encore moins si tu me prépares ce genre de surprises. Je glisse en déposant un baiser sur le coin de ses lèvres cette fois-ci. Et c'est peut-être une manière de lui dire que ouais, j'ai besoin d'elle d'une certaine manière. Parce qu'avoir quelqu'un qui te montre que t'es pas un extraterrestre, ou juste quelqu'un qui ne normalise pas vraiment ton état, c'est aussi agréable. Je sais qu'à terme ça pourrait me braquer, mais pour l'instant je le vis avec légèreté. Et c'est aussi ce qui me pousse à lui indiquer que ça me ferait chier de la perdre demain. Elle a pas l'air de vraiment y croire, même si je descelle surtout de la surprise dans son regard. Ouais, on connaît Icare déconneur, on connaît Icare qui calcule ses mots pour faire kiffer l'autre, on connaît Icare tendax, mais on connaît pas forcément Icare qui dit ce qu'il a sur le coeur. Pourtant ça existe, je suis pas non plus une bête sauvage. Moi aussi j'ai des sentiments, même si je fais en sorte de les gober  pour pas qu'ils m'écrasent. Oui. Et on a encore plein de trucs à faire ici toi et moi. Je conclue en un petit sourire. Déjà, finir ses cours de surf. Elle doit m'apprendre à gérer un peu mieux les plaques de cuisson. On doit s'échanger des histoires sur nos voyages et s'inventer des virées dans des destinations encore plus exotiques. Et puis pour le reste je laisse son imagination se faire des dessins. Ma main glisse sur sa cuisse et j'ai à peine le temps de dégommer le troisième gâteau qu'elle m'enchaîne avec ses petits mots tous mignons. J'exerce une légère pression sur sa jambe pour lui faire comprendre que ça me touche. Je veux pas non plus qu'elle se sente obligée de dire certains trucs parce que moi je le fais. Au fond, je parle aussi pour compenser mon incapacité à lui présenter des preuves aussi dingues que la tea party qu'elle nous a préparés. Moi, en étant catapulté ici dans son univers, le seul truc qu'il me reste c'est la parole. On profite et on n'anticipe rien. Je glisse quand elle me parle d'éloignement. La vérité c'est qu'elle et moi on sait qu'on n'est pas du genre à s'accrocher pour faire marcher un truc si on est loin de l'autre. Ici tout roule parce qu'on est H24 confrontés l'un à l'autre. On se plait, on s'entend bien, physiquement ça marche, on se soutient. Mais Kenz' je suis encore loin de pouvoir dire que je la connais, comme elle est loin de pouvoir dire qu'elle a capté comment je marche. C'est pas parce que je lui ai balancé mes quatre vérités qu'elle maîtrise forcément le bordel qu'implique tout ça sur ma caboche. Ca me soulage de pouvoir lui poser des questions à mon tour. De construire l'histoire de Kenz', son petit script cinématographique. D'affiner ma connaissance du personnage principal. Lui dessiner des contours, un environnement, un écosystème. Tu retournes souvent au Maroc ? J'attaque ma quatrième douceur, et je la sers aussi par la même occasion. Elles sont comment tes meilleures potes ? Kenz' elle est hyper discrète sur ça. A voir comment elle s'est liée à Tonia, Lula ou Faith, j'ai pas de mal à l'imaginer entourée. Mais j'arrive pas non plus à la voir se lâcher complètement auprès d'autres meufs. Parce qu'elle a ce besoin d'être toujours un peu au-dessus, et laisser la possibilité à quelqu'un de la connaître aussi bien c'est aussi lui laisser un accès direct à sa vulnérabilité. Et elle te plait ta vie londonienne comme ça ? Peut-être qu'elle a voulu participer à Thrown Dice pour casser un peu avec cet enchaînement. T'es pas en manque de soleil ? Je me moque, sur une note plus légère. C'est marrant de se raconter ce genre de trucs qu'à ce stade du jeu, alors qu'on se côtoie depuis un moment. Mais dans notre petite bulle de sincérité on n'a jamais eu besoin de se raconter nos vies dehors. Et j'me dis que si ça se fait maintenant c'est pour une raison. C'est parce que d'une certaine manière les choses évoluent entre nous.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 772
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 012£
AFFINITÉS:
titan II ☾ vendredi vers 18h Empty
MessageSujet: Re: titan II ☾ vendredi vers 18h   titan II ☾ vendredi vers 18h EmptySam 15 Juin - 8:21

Kenza, elle a préparé toute une table royale pour son dark prince ténébreux histoire de l’impressionner, ça c’est sûr, et elle s’est faite toute belle aussi mais pas juste pour coller au décor ou lui donner un aperçu de sa culture. Ça, c’était les raisons officielles, histoire de jouer le jeu et être dans la continuité de son image, mais les raisons officieuses étaient bien moins innocentes qu’elles n’y paraissaient en surface. Kenza, elle a ressorti sa djellaba pour l’occasion et s’est très bien apprêtée pour le date histoire de bien lui donner des idées, et se montre très suggestive depuis qu’ils se sont installés sur le canapé l’un enchevêtré dans l’autre comme des inséparables qui n’attendent qu’à fusionner. Alors quand il s’intéresse assez naïvement à son gâteau et lui parle de relaxation, elle son cerveau vrille vers quelque chose qui la relaxe bien plus que confectionner des tartes à la fraise. Et c’est clair que ce à quoi elle pense en ce moment n’a vraiment rien à voir avec sa passion pour la pâtisserie. « pas autant que ça » qu’elle insinue en désignant de loin avec son regard aguicheur son entrejambe. Elle sourit, mais au fond, elle sait pas si c’est la musique qui l’allume, si c’est les odeurs, le contexte, sa main sur sa cuisse ou la chemise légèrement entrouverte d’@Icare, mais en tout cas elle est vraiment activée dans son cône. Elle dissimule assez bien ses intentions derrière son mignon délire gâteau-thé musique du bled, mais au fond qu’est ce qu’elle a envie de lui en ce moment. Elle arrive néanmoins à se concentrer et équilibrer les deux modes à la fois. Elle est même très douée pour contrôler sa gestuelle, ses paroles et ses mimiques, même quand elle est hyper excitée. « Bien sûr » c’est même une évidence qu’elle lui fera une playlist avec pas mal de sons qu’il risque de kiffer, s’il est dans le délire chill techno mixé à du son local ou des classiques marocains/arabes revisités. Elle va le régaler, comme elle est toujours prête à le faire quand il s’agit de répondre aux besoins de son confort. Kenza, elle pourrait bien lui servir de parfait guide aussi pour lui faire découvrir un Maroc encore plus beau qu’il ne s’imagine et qu’il avoue aimer tellement elle connait de bons coins festifs, les meilleurs posages et les meilleurs adresses. Le gnaoua, c’est un classique et elle aime beaucoup aussi mais n’y va pas souvent tellement ça coïncide avec la période où elle se retrouve à Londres pour bosser « T’imagines, on aurait pu se rencontrer là-bas » elle sait pas si elle l’aurait remarqué et vis versa. D’ailleurs, elle sait même pas si sans cette émission, elle aurait autant matcher avec qu'ailleurs, mais bon, elle y réfléchie pas trop car elle se sent bien, actuellement. Et dans un élan d’inspiration et parce-que ça lui parle tellement comme sujet, elle se lance dans une visite guidée virtuelle des dates les plus importantes à ne pas rater cette année dans son bled, tout en s’accoudant contre son bras et l’entourant pour renforcer la promiscuité avec lui. « chaque année, il y’a l’Oasis à Marrakech, en septembre » elle commence par celui-là car c’est un peu ce qui se fait de mieux actuellement. « il est très bien » pour ne pas dire le meilleur. Que ça soit niveau musique, ambiance ou même reconnaissance internationale, c’est celui qui trône en ce moment. « après un peu avant, en août je crois, y’a l’Atlas, qui est pas mal aussi, dans un tout autre genre, avec une autre ambiance, plus cosy, plus authentique, plus deep et plus traditionnelle. C’est hyper sympa si on veut se retrouver dans une sorte de bulle anachronique coupée de la réalité et du monde extérieur. » elle sait pas trop s'il visualise, mais c’est très spécial. Y’a souvent moins de monde qu’à l’Oasis, mais c’est un peu dû au fait que c’est très intimiste et très spécial. « Sinon y’a le Bel’air qui est bien. Le Moga d’Essaouirra aussi tu t’y plairais » elle connait plus au moins le délire du type avec qui elle couche depuis des semaines alors elle peut facilement dire qu’il serait comme un petit poisson heureux dans l’eau à chacune de ses dates. « c’est vraiment à expérimenter ne serait-ce qu’une fois dans sa vie » chaque festival marocain a son charme, son ambiance, son histoire. C’est de bons rdv détentes et ça lui ferait plaisir un jour de l’emmener faire une tournée festive si ça l'enchante. Toujours dans l’optique de bien prendre soin de lui comme elle se l’est promise à elle-même. Elle abandonne son thé et ses donuts aux chocolats sucrées pour les bras d’Icare et s’accroche à ses paroles. C’est vraiment important pour elle de savoir comme il va. Il a vraiment eu un coup de moue la semaine dernière, elle l’avait remarqué et d’ailleurs, elle trouvait qu’il avait bien payé avec sa nomination d’office. Maintenant, elle était un peu plus sereine car mine de rien, c’est un peu comme s’il était revenu à la vie et intérieurement, voir secrètement, elle espère y avoir contribuer et en être pour quelque chose. « oui ça va très bien entre nous » qu’elle répète comme pour se rassurer et faire l’autruche sur tous les problèmes, les insécurités et les merdes qui les entourent. Elle sait pas trop si ça va vraiment mais ne s’est jamais sérieusement posée cette question non plus. Par contre, elle fronce légèrement les sourcils pour la suite. « Tu trouves que je me comporte différemment d’avant ? » y’a peut-être un changement notable depuis qu’il lui a vidé tout son sac à la plage, mais en vrai, elle fait des efforts monstres et essaye au maximum d’accepter la situation comme elle est. Il la rassure un peu mais c’était un peu prévisible. Elle se l’imagine très bien avoir signé un contrat avec la prod pour rester clean toute la saison. D’ailleurs, ils rigolent pas trop avec ses questions de drogues donc elle sait aussi que tant qu’Icare est pas out, il peut se gérer et surtout, elle peut le gérer et garder un œil sur lui. Elle relâche ses traits et la fait sourire comme une débile quand il parle de surprises et l’embrasse. Mine de rien, ça l’active et ça la motive encore plus à bien s’occuper de lui. Depuis des jours, elle est dans son délire à elle où elle cherche par tous les moyens à devenir sa nouvelle drogue de substitution qui lui ferait oublier tout le reste. « crois-moi, il y’en aura toujours » elle le tease car la boite à merveille Kenza, elle a pas encore accouché de tous ses plans du turfu. Quand il lui affirme qu’ils ont surement pas mal de trucs à vivre ensemble, il doit surement parler et s’imaginer des tas d’activités qu’ils leur reste à compléter pour valider leur stage de mignon petit couple qui se prend pas trop la tête, mais au fond d’elle et elle sait pas pourquoi, mais elle songe à autre chose. « par exemple ? » qu’elle souffle dans un sourire. Elle a une apparence de femme qui se fait désirée queen dans sa tête et ultra-précieuse à sauvegarder alors elle maîtrise sa communication et son ton. Elle est bien curieuse d’en savoir plus et s’approfondir dans la discussion, même si là, elle serait pas contre un petit coup vite fait bien fait sur le canap. « C’est ce qu’on fait, non ? » Kenza, elle aimerait bien se faire prendre dans sa djellaba toute propre et parfaitement taillée à ses courbes. Mais elle garde une certaine lucidité et plonge son regard dans le sien quand il entame sa rafale de questions. Elle a ses astuces pour garder son sang-froid et rester sérieuse dans ce genre de situation, même si elle commence à toucher à ses limites « Oui, j’y vais très souvent. Chaque trois mois je rends visite à ma famille » et pas que pour les réunions de famille « pourquoi tu demandes à connaître mes copines ? » c’est un peu bizarre, non ? Mais ça l’amuse comme question « J’en ai pas beaucoup » qu’elle fini par avouer. Elle n’en a pas vraiment, ça aurait été plus juste car au fond, elle a jamais été très douée pour se faire de vrais potes contrairement à lui. « ça va, on s’y habitue » Kenza, elle est jamais très bavarde sur sa vie. Même avec une bite comme Icare qui semble avoir atteint des lvl très poussés avec elle, il n’a droit qu’au strict minimum. Et c’est voulu et le restera pour un bon moment, avant qu’elle ne se décide un jour d’éclore totalement.  « C’est tout gris c’est vrai, mais je compense en voyageant beaucoup » Londres et son climat de merde, il faut apprendre à l’aimer. Mais elle a de la chance déjà de transiter entre Paris, Rome et Ibiza pour son taf’. Sans parler des voyages qu’on lui offre dans d’autres cadres moins professionnels, mais ça, c’était un autre sujet.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 675
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
titan II ☾ vendredi vers 18h Empty
MessageSujet: Re: titan II ☾ vendredi vers 18h   titan II ☾ vendredi vers 18h EmptySam 15 Juin - 21:22

Je suis pas con, je capte bien les petits mouvements corporels de Kenz' et son attitude qui se fait de plus en plus avenante. Même si elle fait en sorte de rester dans son pseudo-contrôle habituel. Je commence à la connaître, du moins à connaître certains aspects de sa personnalité. Et y'a des signes qui peuvent être cachés, comme certains de ses sourires, ou la manière qu'ont ses sourcils de se froncer, tout tout doucement, quand elle commence à se glisser dans son mood aguicheuse. Alors quand son regard se pose sur mon pantalon moi ça m'étonne pas et je sens un sourire se dessiner sur le coin de mes lèvres tandis que ma main remonte un peu plus haut et se glisse un peu plus à l'intérieur de sa cuisse. Et sur une échelle de 1 à 5 t'es tendue comment là ? Je murmure en captant son regard. Parce qu'apparemment je sais bien comment faire en sorte qu'elle se relaxe. Et moi c'est une tournure de soirée qui me plait bien, que j'avais dans tous les cas anticipée, mais ça me dérange pas du tout si elle arrive plus vite que prévu. Parce que ouais, @Kenza dans sa djellaba qui fait ressortir ses formes, la rondeur de ses seins, ses longues mains et la courbure de ses hanches, c'est pas un spectacle qui me laisse insensible. Et on peut continuer autant qu'on veut à parler de cuisine, parce que moi aussi je peux jouer au gentleman qui saute pas des étapes, mais je préfère largement quand on entre dans ce petit jeu de messages (pas si) subliminaux. En attendant je resserre ma pression sur sa cuisse, parce que c'est un peu la seule manière que j'ai pour l'instant de lui indiquer un truc, que j'ai envie d'elle, qu'elle est magnifique et qu'elle est encore à moi. Et je compte bien lui faire comprendre, tout à l'heure, que je peux m'occuper d'elle aussi bien qu'elle l'a fait avec moi. Parce que pour l'instant la conversation dévie sur la musique et je lui avoue comme ça à demi-mots que je suis pas si inculte sur son pays, sur sa culture et sur certaines références qu'elle peut avoir. C'est le genre de petits trucs que j'aime bien balancer petit à petit, pour qu'à chaque fois elle ait un nouvel élément de surprise auquel s'accrocher. Et pour qu'elle se dise que je suis pas qu'un flambeur qui sait manipuler les mots. La vérité c'est qu'elle me rend dingue à me parler  de festoch, Kenz', parce que ça c'est vraiment un univers qui me passionne. Et avoir une meuf qui m'en fout plein la vue à ce niveau là c'est quelque chose qui m'excite carrément. Alors je l'écoute attentivement, quand elle me déroule tous les highlight du Maroc, et je la laisse se rapprocher et s'accrocher à mon bras. Tu m'aurais pas calculé. T'aurais été avec tes potes jet-setteurs de là-bas et tu te serais dit 'putain c'est qui ces français qui se croient tout permis en venant nous envahir. Retournez à We Love Green'. Je me moque en tirant un peu les traits. La vérité c'est qu'au Gnaoua la dernière fois j'y étais avec mon ex, alors j'aurais surtout évité de me la foutre à dos en allant draguer la plus belle marocaine du festoch. T'irais auquel toi ? Dans toute la liste qu'elle m'a balancé. Y'en a que je connais de nom, d'autres sur lesquels j'ai déjà eu des retours, et un ou deux dont j'ai jamais entendu parler. Enfin, plutôt, t'iras auquel toi ? Je souffle en tournant mon visage vers le sien, pour lui indiquer subtilement que c'est ça qui m'intéresse, aussi. Ca me plait bien cette projection cachée sur un espèce de 'nous' post-TD. Je sais pas où ça nous mène, mais malgré tout s'il y a bien quelqu'un que je voudrais voir la prochaine fois que je vais au Maroc, c'est bien elle. Et quitte à les expérimenter une fois dans ma vie, j'aimerais bien qu'elle rentre dans l'équation, à un moment ou un autre. Parfois je me fais des flips en captant qu'on est passés à une situation où on parle de 'nous', comme dans ce 'ça va bien entre nous'. Je me souviens que je m'étais promis de pas tomber dans ces trucs là, parce que je suis déjà pas capable de gérer ma situation mentale, alors j'ai pas envie d'y impliquer quelqu'un d'autre. Mais au final dans ce nous à Kenz' et moi y'a pas vraiment de promesses inutiles. Et j'imagine que c'est rassurant de se dire que si demain je me barre et qu'elle reste, on marquera pas le truc comme une fin en soi. Moi, j'ai envie de garder que le meilleur de cette histoire, même si certains la limitent qu'au cul. Pour l'instant elle me juge pas vis-à-vis de ce que je lui ai balancé la semaine dernière, elle me fait pas culpabiliser de mes addictions, et c'est ce qui compte. Non. Mais je sens que tu fais plus attention. J'avoue en haussant les épaules. Je dis ça en souriant, parce qu'au fond ça me dérange pas. C'est aussi à ça qu'on s'attend, quand on balance à sa meuf qu'on est tox. Et ça me fait plaisir. Que tu l'aies pris comme ça. Parce que je pense que si elle m'avait lâché que j'étais un malade du jour au lendemain j'aurais sérieusement vrillé. Pas tout le monde veut s'encombrer d'un tox, c'est normal, c'est quelque chose auquel j'ai déjà fait face. Et ça a été un facteur déterminant dans le fait d'assumer ma condition et de mettre des barrières préventives à mes relations. Ca n'empêche que dans ce contexte d'isolement de mes potes et de manque qui se faisait grave sentir, si j'avais eu un putain de rejet radical du jour au lendemain j'aurais pété un câble. Et je pense qu'à ce stade j'aurais déjà été dégagé du jeu. En attendant je tente de me rassurer autant qu'elle me rassure sur cette potentielle élimination. Là aussi globalement si je dégage y'a pas mort d'homme. Ce serait juste une preuve de plus que la drogue ça te fout dans la merde à tous les niveaux. Ca t'isole et ça finit par te fermer des portes. Mais rien de nouveau dans mon univers. Je reste quand même assez optimiste, parce que j'ai fait pas mal d'efforts cette semaine et j'espère que le public s'en est rendu compte. En même temps j'ai été assez entouré, notamment par elle et par Faith. Alors je lui indique que ça m'a touché, que j'ai bien envie d'avoir d'autres surprises, même si elles sont pas de cette ampleur, et dans ce petit jeu de sous-entendus on retombe assez vite dans le registre de la tension sexuelle tous les deux. Par exemple y'a des conseils de l'horoscope de Marco qu'on n'a pas suivis. Je propose en haussant un sourcil. Parce que l'autre jour le putain de génie nous a freinés dans notre petite virée  pour me forcer à lui apprendre le surf. Mais il manque encore des trucs sur la check-list. Et on commence à y prendre goût à cet horoscope. Heureusement que c'est long 24 heures. Elle fait ce qu'elle veut de cette info mais moi j'irais bien squatter la LR  et ses environs pour la suite des festivités. Parce qu'ici ça me gave d'être filmé, même si ça me fait chier de mettre  fin à ce petit moment qui se construit en douceur. Et je m'amuse à la faire un peu vibrer, Kenz', en glissant ma main dans son dos et en lui disant tout ça très proche de ses lèvres. Puis quand je la sens pleine de tension je lui pose mes quelques questions sur sa vie, l'air de rien, parce que c'était ça aussi le but de la soirée, non? Moi je lui ai débalé plein d'infos la semaine dernière, c'est à mon tour d'en récupérer. Je suis juste curieux de capter comment s'imbrique ton monde. Elle s'étonne que je m'intéresse à ses potes, mais pour moi c'est quelque chose d'essentiel, surtout quand t'es loin de ta  famille. Et elle, contrairement à moi, elle a l'air d'y être hyper attachée. Parce que tous les trois mois en une année c'est sans doute plus que moi depuis dix ans. Tu viens souvent à Paris ? Ca, ça m'intéresse. Je croque dans une dernier gâteau avant de m'avouer vaincu pour le moment, et de me retourner vers elle. J'ai une dernière question. J'approche mes lèvres de son oreille parce que j'ai pas envie que tout soit diffusé. On porte quoi sous une djellaba? J'ai bien senti qu'elle avait pas forcément envie de m'en dire plus, pour l'instant, sur sa mif et tout ça. Mais ça pour le coup elle devrait pouvoir m'y répondre assez facilement. J'affiche mon parfait petit sourire de gentleman parisien pour l'occasion. Mais la connaissant, j'ai une certaine idée de la réponse.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 772
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 012£
AFFINITÉS:
titan II ☾ vendredi vers 18h Empty
MessageSujet: Re: titan II ☾ vendredi vers 18h   titan II ☾ vendredi vers 18h EmptyMar 18 Juin - 9:26

Sa main sur sa cuisse ne l’aide pas à se concentrer complètement. Elle ne peut pas réfléchir correctement avec un truc enchâssé comme ça entre ses jambes qui lui brouille l’esprit et l’allume de plus en plus. Elle essaye de garder le cap mais ça devient de plus en plus dur, surtout quand @Icare décide d’en jouer. Elle est pas très stable. Elle a beau avoir préparé toute une table pour une tea party bisounours comme elle en a l’habitude de faire ici avec ses potes filles ou Bart, mais là c’est un autre contexte. Y’a son bae qui la stimule juste en déposant un regard sur ses courbes alors elle peut pas s’empêcher de vriller aussi. Sur une échelle de 1 à 5, clairement elle plafonne au max tellement elle est tendue depuis des jours. Surtout avec un Pierpaolo ultra chiant qui stationne dans sa chambre cette semaine, et l’empêche de faire plein de trucs « Mm laisse moi réfléchir » elle se donne un petit moment de réflexion car elle aime bien le voir patienter comme un con devant une réponse qui semble carrément obvious « Je dirais 4,75 » qu’elle ronronne avec sa douce voix en se tortillant sur son canapé. Elle fusionne son regard et son souffle avec le sien avant de rajouter sur un ton d’auto flagellation « rester des heures dans la cuisine et dresser toute cette table, c’est fatigant quand même » elle tente de justifier sa réponse. Elle se plaint, ou plutôt elle fait semblant de se plaindre, car jouer la victime qui a mal au dos, qui a souffert toute la journée, qui est tendue et qui a besoin qu’on la chouchoute, ça lui plait bien comme nouveau rôle. C’est l’un de ses préférés, surtout quand Icare commence à se mettre dans la configuration du chevalier qui aime bien faire plaisir à sa meuf et lui montrer que c’est pas un plouc. C’est le mode qu’elle adore le plus chez lui. Alors elle surjoue tout en coulant un regard aguicheur sur lui pendant qu’elle s’occupe l’esprit à lui parler des festivals qui sont susceptibles de lui plaire. Elle fait avec les moyens du bord, même si c’est pas suffisant car son esprit est déjà assez projeté dans le court terme, celui où elle s’imagine l’after de cette Tea party plutôt mignonne. Elle soulève une question assez intéressante et se demande justement s’ils auraient pu autant matcher s’ils s’étaient rencontrés lors d’un festival. Peu probable. Connaissant Kenza, elle aurait pas tellement fait attention à un Icare, quoique très beau, entrain de teuffer avec sa clique d’étrangers. Il force un peu le trait mais c’est vrai ce qu’il raconte, alors elle est vraiment contente au fond d’avoir croisé sa route dans ce palace. Elle connait aussi les festivals auquel elle irait car ce genre de chose est toujours planifié des mois à l’avance. Tickets, logements et tout le package déjà assuré. Alors quand elle l’entend rectifier sa question, ça la fait sourire, car ça soulève des tas de suppositions qui lui plaise, et ça suggère un après Thrown Dice qu’il se refusait à ce jour d’en parler avec elle. C’est pas énorme comme projection, mais c’est déjà pas mal. Il fait des progrès et ça la fait sourire l’espace d’un instant. « Pourquoi ? » elle aussi, elle aime bien poser des questions débiles dont la réponse est assez prévisible et attendue, mais elle aime bien faire chier son monde et l’entendre « L’Atlas et l’Oasis c’est plus au moins sûr » qu’elle annonce en plantant son regard dans le sien, un sourire au coin. « Le Moga aussi, mais je serais pas seule » qu’elle avance, laissant planer un petit mystère stressant à deux balles qui laisse présager toutes les réponses inimaginables, que ça soit des plus désagréables aux plus rassurantes « je serais en compagnie de mes deux sœurs » elle lâche enfin l’info quand elle voit que c’est bon, elle a assez fait durer le suspens, qui n’en est pas un à vrai dire. « En soi tu peux toujours m’accompagner aussi » c’est la première fois qu’elle l’invite aussi explicitement à un événement en dehors du jeu, et le glisse assez discrètement aussi, de façon à ce que même si il la remballe, elle se trouve easy une porte de sortie pour garder sa fierté intacte. Elle ne sait pas si ça va lui donner l’idée de venir, mais en tout cas, elle l’espère secrètement. Car c’est clair qu’elle a envie de le revoir, même en dehors de ce palace. Elle cale sa tête contre son épaule en oubliant ses gâteaux un instant pour plonger encore plus dans une discussion qu’elle trouve agréable, malgré le contexte et la versatilité d’Icare qui peut vriller à tout moment quand il s’agit de parler de son addiction. Apparemment, lui aussi il a remarqué qu’elle faisait plus attention à lui. C’est dit sur un ton très léger mais elle relève la tête assez brusquement pour le fixer du regard. « qu’est ce que tu voulais que je fasse ? » elle sait pas trop ce qu’il attendait d’elle « c’est plus fort que moi » qu’elle réagisse ainsi. Elle pouvait pas en faire autrement. Elle aura beau dire qu’elle s’en fout, ce n’est pas quelque chose envers laquelle elle peut rester indifférente. Ça l’influence dans la moindre de ses initiatives et c’est normal. Et ce n’est que lorsqu’elle entend que ça lui fait plaisir qu’elle l’ait prise comme ça qu’elle repose sa tête sur lui. Au moins, il remarque les efforts qu’elle fait pour lui, ce qui est déjà pas mal et la rassure dans le fait qu’elle ne fait peut-être pas ça pour rien. Car au fond, elle veut vraiment qu’il se sente bien. Qu’il arrête de ruminer et qu’il vive la meilleure fin de saison possible. « commence par dresser une bucket list des trucs qu’on a raté et je te suivrais » Kenza, elle est toujours partante pour ce genre de délire et c’est sûr que l’horoscope regorge d’idées intéressantes à exploiter. D’ailleurs c’est son truc, de faire des listes, d’organiser, de ranger et bien schématiser ses prochaines actions. Même quand il s’agit de baise, elle organise sa vie sexuelle sous forme d’emploi du temps de la semaine. Surtout qu’Icare, il commence de son côté à lui suggérer sérieusement des tas de choses réalisables avec sa voix suave et pleine de sous entendus. Mais avant, elle tient quand même à clarifier certaines choses très importantes qui ne lui ont pas échappé « tu n’as pas à connaître mes copines, c’est compris ? » Elle déconne pas avec ce détail. Dehors, elle est pas amie avec des Lula, des Tonia ou des Faith. Elle connait un peu son cercle très spécial et elle tient quand même à protéger un gars qui lui appartient d’une certaine manière. Parce-que Icare, il serait vite la cible de pas mal de regards loin d’être anodin, et serait la proie parfaite vu son addiction. Il est curieux c’est bien mignon, mais elle ne veut pas le mêler à son monde, car il est très mauvais. Un peu moins destructeur que le sien, mais il n’en reste pas moins fatale sur d’autres aspects. « très souvent, oui » pour la travail seulement. Mais elle voit où il veut en venir et ça la fait sourire car ça renvoie pas mal de message d’espoirs qui la font légèrement planer et espérer ne pas couper contact avec lui à la sortie. Sa dernière question lui arrache un long sourire au coin. En plus d’être vilain, il est surtout très curieux mais ce n’est pas pour lui déplaire, au contraire c’est tout l’inverse et ça la met direct dans le mood « à toi de le découvrir » en vrai, ça dépend des femmes, et du contexte. Sous une djellaba, les femmes peuvent porter ce qu’elle veulent. Du pyjama léger à absolument rien, tout est possible et Icare, s’il venait à soulever légèrement les pans de l’habit en question, il tomberait sur une jolie vue et un string qui le ferait direct décoller. Car ça aussi, elle l'a déjà prévu en se préparant pour la tea party. Elle coule ses deux longs bras sous sa chemise entrouverte pour les enrouler autour de son cou et reprendre son confort de tout à l’heure. « tu sais quoi, j’en ai un peu marre de manger des gâteaux » qu’elle lâche assez innocemment. Boire du thé, ça ne lui dit plus rien tout d'un coup, et elle fait semblant de pas comprendre pourquoi. Oui, très crédible, hm « pas toi ? » En fait, ça fait un moment qu’elle a abandonné son donut, pourtant sa sucrerie favorite, pour penser au long pain suisse qu’il se garde depuis tout à l’heure sous son jean et qu'elle est prête à déballer dans la loveroom, hm.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 675
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
titan II ☾ vendredi vers 18h Empty
MessageSujet: Re: titan II ☾ vendredi vers 18h   titan II ☾ vendredi vers 18h EmptyMer 19 Juin - 20:03

Kenz' c'est le genre de personnalités à jamais vouloir montrer son impatience. Je le sais parce que je suis un peu pareil, et qu'à force de traîner avec elle depuis des semaines, jour et nuit, j'ai mon petit calepin de prises de notes mentales qui s'allonge à son propos. Sauf que c'est comme tout, quand tu commences à sentir ce qui fait vriller une personne, d'un point de vue purement tactile et comportemental, t'as plus trop de mal à prendre l'ascendant sur sa fausse retenue. Et moi je sais exactement ce qui lui plait et ce qui peut créer une certaine tension physique chez elle, alors j'en joue, histoire de capter où en est son niveau de résistance. Parce qu'après tout c'était un petit goûter mignon notre date au départ. Et j'ai pas envie d'aller contre sa volonté de me faire faire une immersion express dans ses plans de meuf qui calcule tout. Du coup son 4,75 il me fait sourire et je conclue d'un air assez décontracté que j'ai atteint ses limites. Ah j'ai encore un peu de marge alors. Je siffle quand même en appuyant ma pression sur sa cuisse. Moi aussi je sais très bien jouer au malin, à l'allumeur, au mec qui a extrêmement confiance en lui et en son potentiel de drague. Elle essaye quand même de me faire flancher en s’apitoyant sur son sort et moi je lui arrache un baiser qui a pour but de faire taire ses plaintes en lui donnant un certain aperçu de ce qui se dessine aussi très nettement dans ma tête, pour la suite. Je fais durer le plaisir, parce que son souffle tout près de ma bouche pour le coup c'est un truc qui moi aussi m'allume. Elle me happe dans son tourbillon, @Kenza. Tout entier. Et quand je suis avec elle j'ai un peu la sensation que le reste s'éteint. C'est sans doute sa manière d'être, sa personnalité imposante, son assurance exacerbée, en plus de tout le reste, le fait que c'est une bombe, parce que ouais Kenz' elle est magnifique et elle dégage assez de sensualité pour étouffer la terre entière. Je sais que j'ai de la chance d'avoir pu partager tout un pan de mon aventure avec elle. Et elle a de la chance, que cette aventure soit dictée par autre chose que la proximité de drogues, parce qu'elle a pu avoir accès à une version de moi auxquelles n'ont jamais pu vraiment avoir accès mes ex. J'imagine que c'est aussi pour ça que j'ai moins de mal ces derniers jours à parler d'un éventuel après, même si mon après à moi s'évalue sur du court terme, un mois tout au plus, le temps de me catapulter à des festoch au Maroc. La première fois qu'on s'est parlés j'avais du mal à penser au lendemain, et maintenant je lui fais une semi proposition pour qu'on se retrouve dans sa terre natale, à faire la teuf, à vivre un autre truc ensemble, sans anticiper une quelconque rechute et ses conséquences. Je sais pas combien de temps ça va durer, mais j'en profite et j'essaye de lui dévoiler un peu plus de ce moi que je prends du plaisir à recotoyer. Je laisse peser sa question en souriant et en haussant les épaules histoire de me donner un faux air désintéressé, moi aussi. Mais finalement je les ai, ses propositions. Et j'ai même une invitation indirecte à rencontrer sa mif, chose que j'avais pas vraiment anticipée. C'est un deal alors ? Moi aussi j'ai du mal à donner une réponse directe et officielle, je préfère qu'on se la joue sur le terrain de la question, de l'entente mutuelle, d'un pacte soufflé à voix haute les yeux dans les yeux. Je sais pas encore où et quand je la rejoindrai, mais à un moment je serai là. Et ça m'emballe grave, elle le sait peut-être pas mais je tiens quand même à le lui préciser. Je crois que c'est parmi les trucs qui me font le plus vibrer, les festivals. Ca me rend vraiment heureux. Et ouais y'a tout un contexte, le fait d'être avec des potes, le fait de s'en foutre complètement, d'être chéper', d'être éclaté, d'être excité, de descendre et de remonter en l'espace d'une seconde. C'est les souvenirs que j'en ai aussi, qui sont des souvenirs heureux. C'est la puissance de la musique qui parfois agit à elle-seule comme une drogue. C'est la liberté. La liberté dans son plus bel élément. Celle que j'écrabouille peu à peu à Paris, à force de me rendre dépendant d'un dealer, d'un boulot ou d'un groupe avec qui tout oublier. Je la serre contre moi quand elle pose sa tête sur mon épaule et je pense un instant à sa question. J'ai pas de réponse à ça, y'a rien à faire pour mon cas. Je sais que je suis malade et je sais que les personnes qui s'entichent de moi se sentent concernées. D'un côté ça me fait plaisir, d'un autre ça me fait flipper. Et y'a pas vraiment d'entre deux, même si j'essaye gentiment d'étouffer mes flips inutiles pour pas m'empêcher de profiter de ce qu'on a pour l'instant. C'est ça qui fait que c'est toi. J'ai de la chance. Vraiment. Parce que les autres ont beau croire qu'on a une relation purement basée sur le sexe, Kenz' et moi, mais y'a aussi des trucs qui se sont déliés avec le temps. Ils mettent juste tout sur le dos de nos gueules de beaux candidats propices à une relation bullshit de téléréalité. Et ouais, c'est sans doute vrai, et on n'en est pas à se faire des promesses sur les mois qui viennent, mais en attendant ça roule et j'accepte doucement ses manies de contrôle comme elle accepte mon caractère de merde. Je crois qu'il avait parlé d'eau. Mer, baignoire, ces trucs là. Mais je dis ça sans trop m'avancer, parce que pour le reste j'ai pas une mémoire aussi travaillée qu'elle sur les histoires d'horoscope. N'empêche que c'est un bon début, surtout la baignoire, parce qu'honnêtement j'ai un peu la flemme de me prendre un bain d'eau salée à cette heure-ci. On était tranquillement en train de vriller sur une conversation assez intéressante mais Kenz' revient sur l'histoire de ses potes. Avec un ton qui est tout sauf léger. Ok. Je me mouille pas trop, en vrai c'était de la pure curiosité. Mais j'imagine bien que tout ça a un lien avec son secret qui a été mis à l'épreuve par Esaias dans la semaine. On n'en a pas parlé et je compte pas le faire ce soir. Alors si ce sujet ça fait partie de la no go zone, comme les sujets que je lui avais proscrits, j'accepte. Et peut-être que si je reste à l'issue du prime de demain j'aurai envie de creuser un peu, mais pour l'instant c'est le cadet de mes préoccupations. Je reste sur son sourire à ma question sur Paris et je me reconcentre sur son corps. Moi aussi, je commence à être tendu sur ce canap, et moi aussi j'ai envie de bouger. Je fais le malin avec mes allusions équivoques en faisant glisser ma main sur sa hanche pour voir si je devine un quelconque tissu sous sa djellaba. Et c'est en croisant son regard que j'ai l'impression de sentir le très léger relief d'un string. Je la laisse un peu glisser ses mains sous ma chemise et le long de ma nuque avant de sourire et d'amorcer un mouvement pour qu'on se relève. On laisse tout en plan, c'est les autres qui seront contents de découvrir un buffet gratos mis à disposition pour une occasion qui leur est inconnue. En attendant moi je traîne ma go dans les couloirs, puis dans le jardin, ma main posée sur sa taille, ses fesses. Et quand on arrive à l'entrée de la LR je m'amuse un peu à la bloquer contre la porte, parce que ma tension interne aussi elle est grimpée en flèche à force de parler et de la provoquer. Je laisse à Kenz' l'honneur de récupérer la clé dans l'une des poches de mon pantalon et moi je l'embrasse, sans trop de retenue cette fois-ci. Il fait nuit, il fait chaud, on est aux portes de la pièce et j'ai hyper envie d'elle, mon bassin coinçant le sien contre la porte. On finit par rentrer et claquer la porte derrière nous et je met pas bien longtemps à la pousser vers le lit. A glisser ma main sous sa djellaba et à la remontrer au même titre que j'explore ses courbes, que je caresse sa peau et que je la libère du string pour caresser aussi ses lèvres dans l'idée de gagner ces 0,25 points qu'il me manquait tout à l'heure pour lui offrir la récompense à tous ses efforts.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Modeliste : Titan Warhound
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Expédition vers le Harad.
» Titan : GW Bristol
» Et je m'envole vers d'autres cieux !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: SALON-
Sauter vers: