Partagez
 

 call of the wild (jeudi, vers 14h)

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 687
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
call of the wild (jeudi, vers 14h) Empty
MessageSujet: call of the wild (jeudi, vers 14h)   call of the wild (jeudi, vers 14h) EmptyLun 10 Juin - 14:36

Tu crois au destin et à tous ces trucs là ? J’attaque @Niels en me posant face à lui sur un transat. C’est pas forcément le genre de discussions que les gens normaux ont sous un cagnard de 35 degrés à 14h de l’après-midi face à une piscine, mais bon. Je comprends pas pourquoi le type est là à cette heure-ci alors qu’il a pas forcément la peau la plus préparée au soleil alors j’estime que c’est un peu ma mission de le ramener à la vie. Il s’agirait pas qu’il s’endorme et qu’il se tape une insolation. Moi, réciproquement, j’ai jamais vraiment été effrayé des insolations parce que j’ai un peu une peau de marocain ou de mec qui a fait maître-nageur sur la Croisette toutes les saisons depuis ses 15 piges. Du coup, je décide assez abruptement de squatter son espace vital. Niels j’ai du mal à le cerner, parce qu’une semaine on va se taper la discute et ça va être cool, puis la semaine d’après on disparaît des radars l’un de l’autre. Mais le type est assez proche de personnes qui comptent pour moi, en tête de liste Kenz’ et April. Tonia aussi, avant. Alors je me dis qu’il y a un truc à faire. Peut-être que c’est moi le problème, parce que j’ai cette incapacité chronique à montrer aux autres le prétendu « vrai » Icare et qu’ils finissent par en avoir marre de mon attitude de couillon parigot qui se la joue VIP avec ses entrées dans le cinéma et dans les grosses soirées de la capitale. Je sais pas s’ils s’en rendent compte mais cette semaine je fais un sacré effort sur moi-même pour aller vers eux, alors que globalement je me traîne mes sales revers depuis dix jours. Je suis pas certain qu’ils sachent, pour la plupart, les effets du manque sur un mec comme moi qui a déjà fait plein de rehab. Quand ça commence à te monter à la tête ça devient aussi pulsant qu’un cœur qui bat quand tu baises. Sauf que ça s’arrête jamais, ça tape au niveau des tempes, ça pique la peau, ça assèche la gorge. Et y’a tout un tas de trucs qui se passent aussi. La culpabilité, parce qu’une fois de plus je me dis que la tune claquée dans ma rehab aura servi à rien si ce n’est à soulager mes potes du poids de ma dernière overdose. L’irritabilité, parce que je serai jamais vraiment capable de surmonter le truc, alors que j’en crève d’envie histoire de pouvoir sortir d’ici et de me tracer une vie normale. L’instabilité, parce que ça te fait faire des pics émotionnels hyper intenses cette sensation. Tu passes de l’insomnie malsaine à l’hyper-excitation que je me tape maintenant pour essayer de faire taire mon corps. Niels il paraît que c’est le mec le plus posé de la baraque, le mec aux meilleurs conseils, alors ça m’intéresse d’avoir son avis à ce sujet. Parce que s’il me dit que oui je me sens bien niqué. J’ai mon propre avis sur la question mais j’ai bien envie qu’on me dise que non, que c’est à moi de construire ce que je veux et tout ce blabla qui me permet de temps en temps d’espérer à des jours meilleurs. Ou tu penses que ce qu’on a construit à un certain âge est le reflet de ce qu’on sera après ? J’enlève mon tshirt et je visse ma casquette sur mon crâne avant de poser mes yeux sur son visage.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1402
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 41


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 40 923£
AFFINITÉS:
call of the wild (jeudi, vers 14h) Empty
MessageSujet: Re: call of the wild (jeudi, vers 14h)   call of the wild (jeudi, vers 14h) EmptyMar 11 Juin - 8:23

Niels s'était posé sur un transat à ce qui devait être la pire heure pour s'exposer au soleil, mais au bout d'un certain temps ça devenait plus ennuyant qu'autre chose d'éviter de mettre le nez dehors entre midi et seize heures pour éviter les pics de chaleur, et après cinq semaines c'était aussi l'occasion de voir si sa peau s'était suffisamment habituée au climat. A priori, assez pour que bouquiner à l'ombre d'un transat soit supportable, et en ayant emporté un tube de crème solaire au cas où. Niels avait vissé ses lunettes de soleil sur son nez et repris la lecture qu'il avait débuté la veille, sirotant de temps à autres un cocktail un peu expérimental qu'il s'était servi avant de venir. Lait de coco, fruits de la passion, feuilles de menthe et glaçons. C'était pas mauvais et ça avait le mérite de lui rafraîchir un peu les idées, et ce alors qu'au même moment Icare s'installa près de lui pour lui poser une question qui sur le coup le surprit un peu. Il remonta ses lunettes pour échanger avec lui un regard pensif, parce que ce n'était pas la discussion à laquelle il s'attendait mais qu'il mentirait s'il disait qu'il n'avait jamais réfléchi à la question et d'autant plus ici où on aimait bien leur parler d'astrologie, de prédictions, et de pas mal de trucs qui le dépassaient toujours un peu. « Pas vraiment, non. Je ne crois pas que les choses arrivent parce qu'elles sont censées arriver, mais plutôt qu'un ensemble d'influences comme l'éducation qu'on a reçu ou le milieu dans lequel on a grandi peuvent à long terme avoir un impact sur les chemins qu'on décidera de suivre. » Niels avait toujours eu du mal avec l'idée qui voulait que les choses soient écrites à l'avance, parce que ça voudrait dire n'avoir aucune vraie marge de manœuvre et que c'était pour lui le genre de choses derrière lesquelles certains se cachaient pour justifier que les choses échappent à leur contrôle ou qu'ils attendent que ça se passe. Il avait toujours respecté les croyances des autres, mais il avait pas mal de raisons de ne pas adhérer à ce genre de théories, et pas mal de choses auraient été différentes s'il avait du penser une seconde que la fatalité existait et que quoi qu'il fasse, sa vie ne prendrait jamais un autre chemin que celui qu'elle était censée suivre. « Je crois que le destin est une chose à laquelle certains se raccrochent parce que ça les rassure. » Et il pouvait le comprendre, c'était parfois plus simple de se dire que si quelque chose n'avait pas fonctionné, c'était parce que c'était censé se passer de cette façon. Mais ce n'était pas un discours qu'il pourrait tenir face à l'un de ses patients, parce que son boulot consistait précisément à leur donner les clés pour qu'ils changent ce qu'ils avaient besoin de changer pour se sentir mieux, pour guérir, pour avancer. Pour lui, rien n'était conditionné, tout reposait sur leurs épaules et c'était les efforts, les choix, les erreurs et les prises de risques qui influaient sur le court d'une vie. « Et je pense qu'on n'arrête jamais de construire, que c'est une question d'efforts et de prise en main de vivre la vie qu'on veut vivre, sans que ça veuille pour autant dire que ce sera facile ou que ça coulera de source. Je pense juste que lorsqu'on n'est pas heureux ou qu'on a l'impression de subir les choses, il faut décider de les changer. » Et cette question-là, Niels la connaissait bien. Il était passé par là et il n'y avait personne qui sache vraiment jusqu'où il lui avait d'abord fallu dégringoler avant de décider de reprendre les choses en main. Il disait souvent qu'il avait vu l'arbre arriver droit devant lui mais qu'il n'avait pas donné de coup de volant quand il aurait du et c'était un peu vrai. Et s'il s'était encastré dans l'arbre de toutes ses forces, il avait au moins récupéré à force d'efforts et de volonté. Il n'était pas encore tout à fait guéri, mais il avait cicatrisé. « Toi qui bosses dans le cinéma, tu penses pas qu'on est tous les acteurs de nos vies ? » Il lui retourna la question dans un demi-sourire curieux, et parce qu'il cherchait encore à comprendre la raison de ces questionnements, et si c'était une conversation comme on en avait parfois ou quelque chose qui le touchait un peu plus.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 687
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
call of the wild (jeudi, vers 14h) Empty
MessageSujet: Re: call of the wild (jeudi, vers 14h)   call of the wild (jeudi, vers 14h) EmptyMer 12 Juin - 19:11

J'étais sûr que @Niels il me sortirait une réponse argumentée, réfléchie, rationnelle. C'est exactement ce genre de mots auxquels je m'attendais, et d'une certaine manière ça me rassure, je me dis que la plupart des personnes doivent avoir raison. Pas de place au doute, on est une sacrée minorité à se laisser bouffer par le poids d'un pseudo-destin. Ou du moins, d'un truc plus fort qui détermine pas mal de trucs. C'est pas Dieu ou toutes ces conneries. J'ai eu une éducation religieuse mais moi j'y crois pas un mot aux serments des prêtres. Parfois ça m'a transcendé, l'église, la puissance de ses chants, l'odeur du froid, de l'encens, les rayons au travers des vitraux. Je me souviens surtout de la messe pour le décès de mes potes y'a quelques années, après leur accident de moto. C'était terrible. Terriblement triste et terriblement prenant. On s'est tous retrouvés à chialer comme des cons, puis à écouter de la grosse techno jusqu'au bout de la nuit, jusqu'à ce que nos corps lâchent d'une pression qu'on s'était gardés pendant les jours d'attente. Moi, à ce moment là, je m'étais dit que quelque part ils étaient là ces salauds, à nous mater et à causer avec nous. Et il doit avoir raison Niels, peut-être que c'était juste une manière de se cacher plein d'autres trucs, la culpabilité, la douleur. Mais ça fait aussi du bien parfois de ne pas se sentir maître de sa vie. Je lève mes yeux souriants qui jusqu'à maintenant étaient plantés sur mes mains croisées. Moi ça me va très bien en tout cas de pas me prendre la tête avec la volonté de changer les choses. J'en ai ni l'envie ni la possibilité. De toute façon y'a certaines choses qui sont trop ancrées en moi pour que je puisse y remédier. Certains diraient que c'est terrible d'être aussi accroché à cette pseudo-réalité, mais pour moi c'est juste une volonté de s'assumer. C'est facile de dire qu'on peut changer les choses. Je le connais par coeur le blabla des psy. La prise de conscience. Le "c'est pour ton bien". Comment t'expliques les  personnes qui sont vraiment malades ? Genre les maladies mentales. Les vraies dépressions. Les psychoses. Tout ça. Je dis ça de manière tout à fait calme, curieuse. C'est une question que je me pose souvent en fait. Je capte pas qu'on dise à un drogué que ça tient qu'à lui de prendre le dessus sur sa vie, alors qu'un psychopathe c'est assumé le fait qu'il n'y ait que les médocs pour le garder calme. Au fond, les sciences elles ont bien démontré que l'addiction ça te bouffait tes synapses, ça modifiait les connexions ou tout un tas d'autres bordels auxquels je comprends pas grand chose. Mais je sais qu'un truc a du changer au fil du temps. Et qu'à un moment ça marche plus le mental, la psychologie. C'est dépassé. C'est comme la soif, la faim, ça devient vital, t'en as envie, tu peux pas lutter, tu peux en crever. Certains sans doute oui. Des gens qui ont eu une certaine structure, qui ont toujours su ce à quoi ils se destinaient. Des gens forts. Un peu des mecs comme lui, qui a quarante piges relarguent encore une image hyper positive, rassurante, de mec qui sait réagir aux imprévus et sait se faire apprécier. Mais je pense qu'une grosse part de personnes subissent des facteurs extérieurs. Et ça va bien au-delà de mon petit cas pathétique. Y'a juste les gens qui ont pas de chance, pas la chance que j'ai eu moi en tout cas. Ceux qui crèvent vraiment la dalle, ou ceux qui auront jamais assez de fric et  qui devront toute leur life se lever à 4h du mat' pour prendre les premiers trains de banlieue et arriver aux sièges des grandes boîtes à l'aube, faire le ménage du capitalisme avant que les mecs en costard débarquent au taf en Merco. Ca me désole un peu de le plomber Niels, même si je le fais avec le sourire. Mais en même temps ça fait un moment que j'ai pas parlé à mon thérapeute et je me projette un peu sur lui histoire de reprendre le train de la réalité.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1402
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 41


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 40 923£
AFFINITÉS:
call of the wild (jeudi, vers 14h) Empty
MessageSujet: Re: call of the wild (jeudi, vers 14h)   call of the wild (jeudi, vers 14h) EmptyJeu 13 Juin - 21:04

Il y avait ces discussions qu'on avait volontiers entre deux et quatre, au bord de la piscine et quand le soleil tapait dangereusement, parce que c'était généralement les moments où la concentration était la moins optimale, et d'autant plus quand on lisait un livre tout en allemand et qu'on tenait à coté une discussion en anglais. Et puis il y avait Icare, qui débarquait avec ses questionnements inattendus, et ça faisait sourire Niels qui n'aurait pas pensé tenir ce genre d'échange dans ce contexte, mais c'était loin de le déranger. Après tout, Icare et lui n'étaient pas les deux candidats les plus proches, c'était sûrement plus logique qu'ils abordent ce genre de sujets ensemble. Icare semblait curieux d'avoir son point de vue sur la question du destin, et la vérité c'est que Niels y avait déjà réfléchi plusieurs fois, et pas seulement sur les primes quand Marco leur servait ses prédictions que les astres ou on ne sait trop qui lui avaient soufflé à l'oreille. Il y pensait parfois et pour pas mal de raisons son opinion avait pu évoluer avec le temps. Parce que lui aussi à une époque se demandait si tout ça, c'était vraiment à eux de l'écrire ou si quelque part ils ne faisaient pas que marcher sur un chemin qu'on avait tracé pour eux. Dans un sens, c'est ce que lui avait pu vivre à une époque, et c'est certainement pour ça que son impression de suivre une voie qui ne lui ressemblait pas complètement s'était à la longue confondue avec l'impression que tout le reste ne dépendait peut être pas beaucoup plus de lui, finalement. Ça avait ensuite commencé à changer, pendant et après son mariage, et plus encore les quelques années qui avaient suivi. Et il avait bataillé dur pour enfin avoir l'impression que c'était lui, et personne d'autre, qui tenait le volant. Tout le monde voyait de lui l'image du type qui faisait un boulot qui lui plaisait et qui avait atteint un certain degré de sérénité, et c'était vrai, mais à quel prix. Icare n'avait pas tort, quelques fois ça faisait du bien de ne pas avoir l'impression de contrôler tout ce qui se passait, ça Niels l'avait expérimenté pas plus tard que l'autre soir, avec April. Mais il commençait à peine à redécouvrir toutes ces choses, un peu comme s'il lui fallait progressivement défaire tous les fils qu'il avait cousus ces derniers temps. « Je ne dis pas que tout le monde le doit ou le peut, mais que parfois ça peut être vital. » Il souffla simplement lorsqu'Icare rebondit sur ses propos, et parce que c'est vrai, tout le monde ne pouvait pas changer ce qui n'allait pas mais qu'il ne pouvait pas complètement ignorer ce qui le rendait moins objectif sur la question, comme Icare semblait lui aussi avoir des raisons plus personnelles de se la poser. « J'ai pas ce genre de réponses, parce que c'est pas mon domaine et que j'ai pas envie que ce le soit. Je pense que ce qui fait que mon boulot me fait du bien, c'est que j'ai l'impression d'aider sans être confronté à des cas qui à la longue seraient sûrement trop durs, trop éprouvants à traiter. C'est déjà parfois difficile d'entendre certaines choses. » C'était la première fois qu'il l'admettait de cette façon, mais oui, son boulot était d'une certaine manière ce qui l'avait remis à flot à une époque, parce que ça avait eu énormément de sens de passer d'un boulot qui ne donnait pas vraiment l'impression d'être utile, à un boulot qui lui permettait d'aider les autres. Mais il savait que traiter des cas plus graves, des personnes plus fragiles et malades que celles qu'il côtoyait déjà tous les jours, ça finirait par le bouffer. Icare semblait partagé sur l'idée que chacun puisse d'une certaine façon être l'acteur de sa vie, et les facteurs extérieurs, c'est sûr qu'il y en avait souvent. « Ce sont lesquels, les tiens ? » Il demanda dans un demi-sourire qui cherchait à le mettre en confiance, puisque Niels avait aujourd'hui un peu l'impression de renfiler sa casquette de thérapeute, ce qui n'était pas déplaisant mais un peu étonnant quand on avait des lunettes de soleil sur la tête. Et la raison même pour laquelle cette discussion avait lieu l'intriguait. « Et qu'est-ce que tu venais faire par ici, à l'origine ? Ne me dis pas que tu me cherchais ou Kenza va être jalouse. » Il reprit en lui lançant un regard amusé, juste parce qu'Icare devait sûrement avoir plus intéressant à faire que de se mettre à sa recherche quand il avait plus de chances de tomber sur Kenza en s'approchant de la piscine. L'explication la plus probable restant qu'il avait peut être juste envie de piquer une tête, ce qui après ça leur ferait peut être du bien.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 687
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
call of the wild (jeudi, vers 14h) Empty
MessageSujet: Re: call of the wild (jeudi, vers 14h)   call of the wild (jeudi, vers 14h) EmptySam 15 Juin - 17:09

J'attends le moment où il m'enverra bouler parce qu'il en aura ras-le-bol que je l'emmerde avec ce genre de questions à une telle heure de l'aprèm. Mais en attendant je m'allume une clope et je m'appuie contre mes genoux, lui faisant toujours face et cherchant à capter au mieux son regard, malgré le soleil aveuglant. Il faut savoir que j'ai un sacré esprit de contradiction, c'est sans doute pour ça que les thérapies ont jamais vraiment marché sur moi. Le mec avait beau essayer de me faire aller dans une direction, je trouvais toujours le moyen de lui rabattre une autre vérité à la gueule. Et c'est sans doute pénible pour les thérapeutes mais pour moi c'est affreusement jouissif de jouer la provoc'. Je le fais pas spécialement par méchanceté mais simplement parce que j'y crois plus à leur blabla. J'ai passé le cap où ces trucs qui me tombent à la gueule sont acceptés, assimilés, intégrés. Ma certitude à moi c'est que je changerai jamais. C'est peut-être fataliste comme raisonnement, ça a été la cause de quelques ruptures, mais c'est un truc avec lequel je vis bien. Je comprends. Je glisse à Niels quand il me dit ne pas vouloir se laisser happer par des cas aussi compliqués que des maladies mentales sévères. Et c'est tout à son honneur de l'avouer. Ca m'arrache un sourire et j'aspire quelques taffes de ma cigarette avant de m'appuyer  sur mes paumes, en arrière, pour être moins envahissant. Je pensais que les thérapeutes avaient réponse à tout. Je me moque avant de lui claquer une main sur l'épaule et de m'adosser à mon transat. Le truc c'est que je reste sur ma faim. J'avais un peu l'impression que Niels pourrait m'apporter une autre vision des choses. Même si je finis par jamais croire les thérapeutes, leur avis compte. Ca rentre dans une espèce de check-list, un truc que je me note, de moi à moi, et dont je me souviens à certains moments. Parce que ça a toujours été comme ça. Ces mots là je m'en souviens en rehab ou quand je me réveille dans un lieu où je ne devrais pas être. Parfois j'ai des élans de conscience et j'essaye de faire un truc, me prendre en main. C'est inefficace au long terme mais ça m'a foutu de certaines mauvaises situations. Alors quand il me demande quels sont ces trucs qui m'empêchent de prendre en main ma vie je me mordille la lèvre. Et d'un coup la question me percute comme un coup droit dans la mâchoire. J'y pense, un petit moment, en retournant ma casquette et en inspirant quelques taffes. L'accoutumance. Je finis par lâcher, et je sais qu'il va capter, parce que c'est du vocabulaire médical et de psy. Mon cercle aussi sans doute. Je veux pas mettre ça sur le dos de mes potes, mais il faut être réaliste. T'as beau être clean quand tu vas à une teuf et que tous tes potes se tapent un rail t'as du mal à t'en tenir à tes principes. Surtout quand tu t'appelles Icare et que t'aimes bien te brûler les ailes. Sauf que je compte pas changer de taf, comme je compte pas changer de potes. C'est un espèce de cercle vicieux. Et un peu de réalisme. Comme quoi tout ne peut pas  être changé. Il suffit de savoir vivre avec. Qu'il en fasse ce qu'il veut de ces infos Niels. C'est pas le premier et ce sera sans doute pas le dernier à capter qu'un truc déconne chez moi. Ahah non je venais chiller. Mais t'avais l'air trop relax alors j'ai estimé qu'il fallait un peu te secouer. En réalité, pas vraiment. Je suis dans une semaine un peu chelou, j'essaye de me reprendre de ma chute de la semaine dernière, mais je sens que certaines choses ne tiennent qu'à un fil. Alors je tente de me distraire au max, et n'importe quelle rencontre devient sujet à débat. Oui, j'aurais été plus en confiance avec Kenz', mais c'est lui que j'ai capté ici et j'ai décidé qu'il aurait un avis assez intéressant sur ces questions. Et puis Niels il doit le savoir à force qu'il arrive assez facilement à attirer l'attention des autres.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1402
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 41


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 40 923£
AFFINITÉS:
call of the wild (jeudi, vers 14h) Empty
MessageSujet: Re: call of the wild (jeudi, vers 14h)   call of the wild (jeudi, vers 14h) EmptyLun 17 Juin - 2:32

Lorsque Niels avait changé de carrière et opéré ce changement à 360°, il était dans un moment de sa vie où il n'était pas question de choisir n'importe quel boulot pour n'importe quelle raison. Vulnérable, broyé par tout un ensemble de choses qui l'avaient précipité jusqu'à ce choix qu'il aurait sincèrement préféré faire avant, il ne savait pas vraiment ce qui l'attendait, mais il y avait une chose dont il était sûr : il voulait aider. Se sentir utile, après des années passées à faire un boulot qui au bout du compte l'avait laissé avec le sentiment qu'il lui avait toujours manqué quelque chose, comme un sens qu'il n'avait jamais vraiment trouvé. Du sens, c'est ce qu'il avait recherché quand il avait du reconstruire une partie de sa vie. Et c'est pour ça qu'il avait choisi une voie où il était certain de pouvoir aider tout en puisant dans sa propre expérience. Mais tout ça, ce serait autrement plus difficile s'il devait traiter des cas plus durs que ceux qu'il rencontrait déjà tous les jours et qui parfois le vidaient de toute son énergie. Il n'avait pas toutes les réponses, il aidait à son niveau et savait que ce ne serait jamais assez pour tendre la main à tout le monde, mais ça avait déjà beaucoup de sens. « Je peux t'adresser à mon service après vente si tu veux, on dit qu'il est top. » Il glissa dans un petit sourire lorsqu'Icare sembla presque déçu qu'il ne puisse pas lui apporter toutes les réponses qu'il recherchait. « Tu sais, y'a encore pas si longtemps je gagnais ma vie complètement différemment et j'ignorais que je pourrais autant m'épanouir dans un boulot comme celui-là. Il a fallu que je bosse dur pour que ça se fasse. Que je reparte de zéro, puis que j'apprenne. Et depuis je continue d'apprendre, tous les jours. » C'était aussi ce qui lui plaisait, le fait que ce soit un challenge permanent depuis le premier jour, et que chaque rendez-vous, chaque patient, chaque rencontre soit l'occasion d'en apprendre plus, d'élargir sa vision et d'acquérir de nouveaux outils. Il n'était pas né thérapeute, ce n'était pas la voie qu'il était censé suivre au départ et l'emprunter fut comme un immense défi, et pourtant ça avait sonné comme une sorte d'évidence lorsqu'il s'était lancé. Depuis, il était sûr. « Toi, t'avais déjà touché à d'autres choses avant de monter des décors ? » Il fit d'un ton curieux, se demandant si ça avait toujours été un milieu qui l'intéressait, ou s'il s'était un peu cherché. Lui, l'une des choses qu'il avait apprises, c'est à faire la différence entre quelqu'un qui le questionnait par intérêt, et quelqu'un qui était concerné par la question qu'il abordait. Alors la sienne n'était pas anodine, parce qu'Icare n'avait sûrement pas parlé de facteurs extérieurs par hasard. Niels écouta sa réponse avec attention, refermant son livre pour reporter son attention sur le candidat. Il comprenait, bien mieux sans doute qu'Icare ne pouvait le penser. Parce qu'il savait de quelle façon il devait continuer à le voir même après toutes ces semaines, peut être parce que c'était d'une certaine façon aussi rassurant de se raccrocher à son boulot. « Si demain ou dans trois semaines tu devais retrouver ton cercle, ce serait une bonne ou une mauvaise chose ? » Il demanda, intrigué de savoir quel regard il portait sur la question après ce qu'il venait de lui confier, et si tout en sachant que ses proches étaient susceptibles d'avoir une certaine influence sur lui, une influence qui ne l'aidait pas, il avait hâte de retrouver la vie qu'il avait laissé en partant. Icare semblait avoir plus d'attaches que certains d'entre eux, si bien qu'il l'imaginait facilement refermer cette parenthèse une fois l'aventure terminée et retomber dans un quotidien très différent. La suite lui tira un léger rictus amusé. « Tant pis, je saurai jamais qui est le tueur. » Il le taquina en plissant les yeux lorsque le soleil l'aveugla, remettant ses lunettes sur son nez. « Je plaisante. J'allais m'arrêter là parce que si je reste et que je chope un coup de soleil, je sais que ce soir je vais le regretter. » Parce qu'il avait beau avoir pris des précautions, ce soleil de plomb était fourbe et Niels parfois un peu trop concentré, alors l'arrivée d'Icare était l'occasion de se préparer à rentrer se mettre au frais. « T'es inquiet pour samedi ? » Il finit par demander, d'un ton plus sérieux et parce qu'il imaginait bien que les nominations étaient dans un coin de sa tête, comme elles étaient dans un coin de la sienne. A ce stade, ils avaient beau être tous préparés à ce que ça devienne de plus en plus difficile et le constater semaine après semaine, personne n'avait hâte d'être à samedi et Niels encore moins que s'il avait du risquer sa place.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 687
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
call of the wild (jeudi, vers 14h) Empty
MessageSujet: Re: call of the wild (jeudi, vers 14h)   call of the wild (jeudi, vers 14h) EmptyMer 19 Juin - 0:07

On peut croire que je suis le genre de mecs à qui on raconte des trucs et qui écoute que d'une oreille pour au final rester sur ses positions. Et c'est très souvent le cas, effectivement, parce que dans mon milieu personne s'écoute vraiment et tout le monde en fait qu'à sa tête. Trop de fortes personnalités, trop d'égos et pas assez de temps laissé aux consciences apaisées pour vraiment rationaliser les situations. Parce que quand t'es rebs ou défoncé t'as rarement moyen d'intégrer ce que disent les autres. Va débattre avec un mec complètement poudré et over-excité, c'est l'échec assuré. Et peut-être qu'en ce sens elle me fait du bien cette aventure, au moins depuis les deux dernières semaines. J'ai capté que les autres étaient vraiment prêts à écouter, pas simplement déconner mais aussi prendre du recul sur ce que tu leur dis. Parce qu'ici on vient tous d'univers totalement différents, et ça nous aide peut-être à délier certains comportements. C'est plus facile de parler à quelqu'un que tu reverras jamais, même si t'es filmé, même si t'as un peu honte de ce que tu racontes. Alors Niels quand il me dit qu'il est assez nouveau dans le boulot et qu'il a volontairement choisi de pas prendre en charge certains cas, je le crois. Et Je hoche la tête pour lui indiquer qu'il a pas besoin de se justifier avec moi, je blaguais. Pourquoi ce boulot ? Parce que toi aussi on t'a aidé à un moment donné ? C'était ta manière de boucler la boucle ? Son divorce et tout le toutim, j'imagine que ça a pas du être facile. Je me roule rapidement une clope que je pose sur le transat à côté de moi. Le ciné, ça intrigue toujours les gens. Surtout mon taf, parce qu'au final on pense jamais aux connards qui se sont farcis tout le montage quand on voit le résultat à l'écran. J'étais juste passionné par ça en fait, le ciné. Quand j'étais ado je voulais faire des dessins animés, puis en grandissant ça a surtout été la réal au sens large qui m'a plu. J'ai un peu tout fait en fait, en petits jobs payés au black. Mais tout le monde a pas les moyens d'attendre qu'on sélectionne son film dans tel ou tel festival. La déco c'était un bon compromis. Je coince la clope entre mes lèvres avant de l'allumer. T'es tout le temps sur le set, t'es indispensable, tu t'arrêtes jamais. C'est physique, ça demande pas quarante mille qualifications. Faut juste être malin, dégourdi, avoir plein de références et un peu de bon goût. Et ça m'a permis de vivre, au-delà des petits trafics de drogue que j'ai pu faire sur mes soirées en arrivant à Paname. On me demande jamais trop de trucs sur mon taf, pourtant ça me passionne et ça me fait plaisir d'en parler. Elle avait peut-être raison Tone en partant, je suis sans doute plus que c'que je montre aux gens. Mais on s'arrête facilement à l'Icare sympa, souriant, avenant, qui a des discussions légères et faciles. Sauf que moi aussi j'ai une vie là-dehors, et elle se limite pas à des teufs et de la drague. J'ai hâte de les retrouver. Je précise. Ca va au-delà du bon ou du mauvais. Je peux critiquer plein de trucs, sur la superficialité de certains liens, sur le fait qu'on s'entraîne tous dans des sales plans, mais y'a des individualités qui me manquent grave, et l'ensemble aussi, à vrai dire. La réponse censée serait de te dire que ça me fait flipper, qu'il faudrait que je prenne mes distances par rapport à tout un tas de situations. Mais non, parce qu'en fait la seule logique c'est d'y retourner. C'est ma mif, ma vie, mon quotidien. Avec tout ce que ça comporte. Et ouais, je flippe un peu, mais je saurais pas vraiment dire à propos de quoi. Peut-être que je flippe qu'ils m'aient zappé, qu'ils aient mal pris cette espèce de fuite à Thrown Dice, qu'au final tout ça me ferme des portes. J'ai pas envie de revenir et qu'on me dise "t'as changé, frère". Cette aventure je l'ai faite pour moi, pas pour m'éloigner d'eux. Finalement Niels détourne un peu mon attention de ces pensées et je me marre en tirant sur ma clope. T'as effectivement la gueule un peu rouge. Va piquer une tête ça te fera du bien. Histoire de se rafraîchir les idées, le pauvre gars je l'assomme avec mes pensées de tox en mal de thérapie. Risible pour un mec qui a passé sa vie à les fuir, les thérapeutes. Gavé, plus qu'inquiet. J'ai encore envie de prouver des choses. Et ça me fait chier d'être foutu au bûcher pour une semaine out. Mais tant pis, c'est le game. J'écrase ma clope avant de m'asseoir sur le rebord et de glisser mes jambes dans l'eau. Et je veux trouver un secret avant de me faire jarter d'ici. Question d'honneur, personnalité de joueur, j'imagine qu'il peut comprendre.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vers une future proie [PV Garret Worfken / Selantis Shya] /!\Hentaï/!\ [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: PISCINE-
Sauter vers: