Partagez
 

 Evangelion. (jeudi à 9h55)

Aller en bas 
AuteurMessage
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart 

MESSAGES : 448
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
Evangelion. (jeudi à 9h55) Empty
MessageSujet: Evangelion. (jeudi à 9h55)   Evangelion. (jeudi à 9h55) EmptyLun 10 Juin - 15:46

@Anaswara

Bart, il vit sa petite life dans son coin depuis le début de la semaine. Il n’a pas l’impression d’intéresser grand monde. Il y a peut-être une ou deux fois par jour un candidat qui se dévoue pour s’occuper de lui et de ses névroses comme un môme encombrant qu’on se refile à tour de bras parce qu’on ne sait pas trop quoi faire de lui. En soit, ça lui va comme schéma. Les autres qui évoluent normalement d’un côté et lui qui se promène du sien comme une ombre silencieuse. Bart, il l’a déjà dit, mais s’il devait avoir un super-pouvoir, une vraie capacité paranormale, ce serait le don d’invisibilité vu comment il est doué pour se faire zapper. Limite, il se baladerait en calbut dans tout le palace que ça ne choquerait personne puisque -au choix- soit on ne le remarque pas, soit on s’attend avec indulgence à ce qu’il pique des crises post-trauma de séparation. Il sort de sa chambre pour descendre jusqu’à la cuisine pour choper des céréales, profitant de la compréhension générale qui règne au sujet de sa déprime de la semaine pour faire l’impasse sur le bol et de manger à même le paquet. Il y a Anaswara qui est installée sur une chaise toute seule donnant l’impression qu’elle ne pige pas pourquoi et qu’on l’a oubliée là. Elle est obligée de circuler accompagnée cette semaine, au risque sinon de se manger une porte ou de tomber dans la piscine du palace. Là où le léger handicape qu’on a imposé à Bart l’isole naturellement de ses congénères blasés de ne pas pouvoir échanger verbalement avec lui, Ana se retrouve complètement dépendante des autres candidats à ne même pas pouvoir descendre prendre son petit-déjeuner toute seule. Il se glisse sur la chaise voisine à la sienne pour venir doucement enserrer son poignet du bout des doigts. Bart, il ne peut pas juste s’annoncer en mode salut, c’est Bart. Il n’a pas le droit de parler, donc il doit trouver des nouvelles stratégies pour signifier sa présence à Anaswara, privée du sens de la vue. Ils ont vraiment l’air de deux gros bras cassés tous les deux cette semaine. Déjà, ils se sont fait douiller par la lampe magique et ses surprises de merde et en plus, ils n’ont pas vraiment été épargnés par le prime entre Bart qui a perdu sa Tonia et Ana qui se coltine la pire friendzone de toutes les saisons de Thrown Dice réunies, bien mise en exergue par les chroniques ou les actions/vérités. Il trace du bout de l’index des lettres à la surface de son épiderme. CC. Le mec est encore plus concis qu’un pré-ado sur WhatsApp pour ne pas mettre deux heures pour se faire comprendre. CC, c’est bien. Coucou Ana, intéresse-toi à moi. Lui, il a un peu vécu égoïstement sa peine dans son coin pendant les premiers jours, à galérer de son côté. Ça lui a pris du temps pour revenir vers elle, mais fallait que son cerveau retrouve une irrigation à peu près normale pour pouvoir se creuser un minimum afin de leur dégoter un nouveau mode de communication. Autant, avec les autres, c’est facile. Bart, il se ballade avec ses yeux super expressifs pour montrer son mood du moment du genre triste/frustré/pas content dans une thématique particulièrement orientée dépression avec sa tendance naturelle à la lamentation. Il peut aussi utiliser une petite ardoise pour écrire des mots simples ou dessiner ses émotions quand il ressent le besoin d’affiner le dialogue ou de se montrer plus équivoque. Avec Ana et son bandeau sur les yeux, ce n’est pas du tout possible. Il s’en veut un peu de l’avoir laissée en plan pendant qu’il dealait avec ses propres crises internes, mais maintenant il est là. Avec elle. A serrer son poignet à intervalles réguliers comme une boule en mousse anti-stress pour essayer de lui raconter des trucs. Tu ne connais pas le morse par hasard, Anaswara ?

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
Evangelion. (jeudi à 9h55) Empty
MessageSujet: Re: Evangelion. (jeudi à 9h55)   Evangelion. (jeudi à 9h55) EmptyLun 10 Juin - 17:53

Elle a réussi à descendre de son lit et à sortir de sa chambre, sans se prendre le pied dans le coin de quoi que ce soit. Elle progresse et semble maîtriser son espace intime de mieux en mieux, au fil des jours. Elle ne se plaint pas ce nouveau sort offert par la production. Après la nuit à la belle étoile, la chambre partagée à trois, l’interdiction de séjourner dans quelconque des chambres, elle doit évoluer et entrer en interaction avec les autres à l’aveugle. Son problème initial, c’est cela, les interactions avec les autres. Elle ne sait pas les gérer et avec les yeux bandés, tout cela ressemble à quelque chose encore plus foireux. Elle réussit une fois sur cinq de trouver un camarade pour l’aider à avancer dans le palace. Quatre fois sur cinq, elle se débrouille toute seule parce que c’est comme cela qu’elle a toujours fonctionné. Seule. Ce matin, l’un de ses camarades l’a aidé à préparer son premier repas de la journée. Sûrement l’a-t-il fait par pitié. Ana, c’est probablement ce qu’elle inspire à certains du palace, de la pitié, parce que le moindre des gestes devient une épreuve herculéenne pour la népalaise. Même manger est devenu compliqué. Faire son repas, choisir ses habits, entrer dans la baignoire et en sortir. Elle ne sait même pas ce qu’on lui a préparé. Le repas semble bien plus chargé que ce qu’elle mange d’habitude. En temps normal, elle se serait fait un café arabe et quelques dattes pour l’accompagner. Ce matin, elle se retrouve avec un repas dont elle ignore toute la composition. Elle s’est contenté de dire merci. Merci pour le repas. Elle fait pitié, même dans la façon dont elle s’adresse aux autres. Elle est installée sur cette chaise et commence son repas. Elle tâtonne sur la table, afin de trouver la tasse qu’on lui a préparé. Elle glisse ses doigts autour de la anse et la mène jusqu’à ses lèvres. Même boire est devenu une tâche complexe pour elle. Elle trompe ses lèvres dans le café, avant de dessiner une moue. Elle aimerait bien qu’on lui donne le nom de celui ou de celle qui a osé préparé un tel café. Anaswara sait qu’il y a une assiette devant elle et des couverts de part et d’autre de ladite assiette. Elle réussit à attraper la fourchette et la plonge dans l’assiette. Cela ressemble à des œufs brouillés. Elle a un peu l’impression que certains profitent de sa semaine pour l’occidentaliser un peu plus. Elle tend une oreille, quelqu’un vient là. Elle s’arrête et se concentre sur les pas. Elle est certaine qu’en analysant les déplacements de ses camarades, elle aurait pu réussir à mettre le nom sur chacune des démarches des candidats. Elle n’entend juste que des bruits de pas et des gestes mais pas de son. Elle arque un sourcil, par-dessus de son bandeau. Elle entend un souffle près d’elle. Quelqu’un respire. Quelqu’un est là. Mais qui ? Elle aimerait bien demander qui est là mais elle commence à croire que cela est devenu son gimmick de la semaine. Elle sent un main se poser sur son poignet. Elle tourne la tête vers cette personne. Elle reste silencieuse, analysant la situation. « Bart ? », elle souffle. Bart et Ana, ils doivent sûrement être le beau binôme de cas soc, cette semaine. Entre l’un qui ne peut pas parler et l’autre qui ne peut pas voir. La production a encore trouvé un excellent moyen de redorer leur égo et leur confiance. Ana, sa confiance, elle est partie loin d’ici. Elle s’est foutue le camp, en même temps qu’elle a compris certaines choses. « J’ai cru que tu me laisserais, toi aussi », elle expire, elle aimerait bien le regarder mais elle ne peut pas. Le bandeau fait obstacle à ses yeux. Depuis le prime, elle n’a pas croisé Bart. Elle ne sait pas si c’est volontaire de sa part ou si c’est juste un hasard. Ce n’est pas le seul. Elle repense à ce qu’elle lui a confié sur sa crainte du rejet mais aussi la semaine passée. « J’ai repensé à ce que tu m’avais dit, concernant le fait que certains sortaient de cette aventure plus heureux qu’ils ne sont entrés », c’est lui qui avait dit cela et elle avait eu l’innocence et la naïveté de le croire. « J’ai l’impression que ce ne sera pas pour moi, cette happy ending, qu’elle m’est interdite », c’est l’impression qu’elle a. « Je me dis que c’est de ma faute ». Qu’elle a merdé quelque part.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart 

MESSAGES : 448
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
Evangelion. (jeudi à 9h55) Empty
MessageSujet: Re: Evangelion. (jeudi à 9h55)   Evangelion. (jeudi à 9h55) EmptyMer 12 Juin - 20:31

Bart, il débarque et il tente des trucs un peu maladroitement pour signifier sa présence. Il attrape le poignet d’Anaswara, parce qu’il ne trouve rien de plus malin à faire, mais elle non plus, elle n’est pas super éveillée des neurones ce matin lorsqu’elle cherche à confirmer que c’est bien lui. Parce que franchement, qui d’autre que Bart et son interdiction de parler pour la saluer aussi bizarrement ? Il est forcé de faire avec les moyens du bord, mais ces moyens, ils sont vraiment ripou entre leurs handicapes respectifs qui nuisent à la communication. Il presse quand même doucement le poignet de la candidate, établissant un code secret dans sa tête qu’il est le seul à connaître. Une fois pour oui, deux fois pour non. Ils sont marrants tous les deux. On croirait des publicités vivantes pour des films post-apocalypses sortis cette année. Avec son bandeau sur les yeux, elle a tout des personnages de Bird Box qui se protègent de visions chelou donnant envie de s’immoler ou de se jeter par une fenêtre. Lui de son côté, il fait la promotion de Silence, où ouvrir sa gueule, ça signifie aussi risquer de se faire bouffer par des ptérosaures qui s’orientent dans le monde grâce au bruit. Bart, il ne sait pas trop quoi lui dire à Anaswara pour expliquer sa disparition momentanée de son quotidien. Ça tombe bien, parce que justement, il n’est pas censé lui parler. La surprise de la lampe magique, c’est autant une putain de plaie, qu’une bénédiction pour justifier ces nombreux moments de flottements ou de silences parce qu’il est un garçon un peu paumé et dénué de répartie. Bart, il n’a pas très bien vécu ce début de semaine et plutôt que vriller dans le côté passif-agressif de sa personnalité de môme boudeur et un peu soupe au lait qui a perdu le soleil de son aventure, il a préféré s’isoler des autres. Ce n’était pas forcément très juste envers Ana qui devait se coltiner une galère bien pire que la sienne au niveau de leurs bouts de sens disparus, d’autant plus qu’il n’est pas le seul à souffrir de ce qui a pu se passer sur le prime. Lui, il sait. Elle n’a pas besoin de continuer en lui expliquant que l’happy ending qu’il lui avait promise il y a plusieurs semaines, elle a l’impression de la voir lui échapper. Il se souvient de ce qu’elle a pu lui raconter à plusieurs reprises. Il n’oublie rien, Bart. PK ? il inscrit sur son épiderme en essayant de la faire parler. Thrown Dice, ça ressemble pas mal à une énorme thérapie de groupe, vu comment tous les candidats dans le palace donnent l’impression de lutter constamment avec leurs propres problèmes, leurs addictions ou leurs névroses en interne. Pourquoi est-ce que ça lui serait interdit ? Pourquoi surtout ce serait de sa faute ? Niels ? il poursuit, toujours aussi concis, pour qu’elle puise décrypter au mieux les lettres qui se dessinent au creux de son poignet. Mais Niels, ce n’est pas tout dans ce jeu. Il ne faut pas non plus trop l’écouter, Bart, avec ses divagations d’idéaliste. L’amour, ce n’est pas la seule chose à tirer de l’aventure, même s’il a clairement expliciter ses rêves en la matière plus tôt dans l’émission. Il lui avait surtout parlé d’amitié à ce moment-là. Il y a Esaias, Bart, toutes les autres personnes qu’elle a pu rencontrer dans le palace et qui aimeraient certainement garder le contact dans la mesure du possible. Elle a beaucoup de choses à gagner bien plus importantes qu’un mec.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
Evangelion. (jeudi à 9h55) Empty
MessageSujet: Re: Evangelion. (jeudi à 9h55)   Evangelion. (jeudi à 9h55) EmptyJeu 13 Juin - 9:23

Anaswara se retrouve seule, attablée, à prendre son petit déjeuner après que l’un de ses camarades s’est occupé de lui faire de quoi se mettre sous la dent. Elle commence à manger les œufs brouillés qu’on lui a préparé. Elle tend son oreille alors qu’elle entend la venue de quelqu’un dans la pièce. En temps normal, elle se serait tournée et aurait salué ce nouveau venu. Avant qu’on ne vienne la priver de l’un de ses sens. Elle ne comprend pas le délire de la production de lui avoir offert une telle surprise. Elle aurait préféré recevoir un goodies, comme certains se sont vus offerts les semaines auparavant. Cela ressemble plus d’un malus, d’une punition, comme pour la réprimander de quelque chose qu’elle aurait fait qui ne leur aurait pas convenu. Mais Ana, elle a beau se torturer l’esprit, elle ne trouve pas ce qu’elle aurait pu faire qui lui aurait valu de recevoir un tel gage. Ne pas entendre aurait été moins contraignant, cela l’aurait épargné des quelques commentaires et rires dont elle a pu faire les frais, à cause de ce handicap. Ne pas parler non plus, elle aurait trouvé des stratagèmes pour contourner le handicap. Mais ne pas voir, elle ne peut trouver pas le contourner. Elle envie Bart et sa pseudo-surprise. Elle est devenue dépendante des uns et des autres dans ses déplacements, l’obligeant à entrer en interaction avec les autres. Quelqu’un est là et elle comprend que Bart l’a rejoint. Elle sent une petite pression sur son poignet et un sourire naît sur ses lèvres dépourvues de tout artifice. Elle ne sait pourquoi elle ressent le besoin de se confier à lui. Possiblement parce qu’il est le seul qui sait et qu’il est le seul qui peut mieux la comprendre ici. Parfois elle a l’impression qu’il est le seul à avoir compris sa personnalité, son mode de fonctionnement. Son épiderme frémit au contact de son doigt qui vient tatouer éphémèrement quelques lettres sur son poignet. Pendant une fraction de seconde, elle a un « pourquoi » de jeune ado tatoué sur elle. Elle hausse légèrement les épaules, alors qu’elle expire un soupire. Elle laisse tomber sa fourchette au bord de son assiette, alors qu’elle essaie de mettre un peu d’ordre dans ses pensées, dans son esprit. Les mots s’emmêlent et parfois les mots se heurtent aux maux et c’est ce qui fait le plus mal. Elle fronce les sourcils, quand elle sent de nouvelles lettres se dessiner sur son poignet. Elle refuse celui-là. « Non », elle souffle. « Par rapport à ce qu’Alice a pu dire aussi. Comme quoi se serait difficile de garder contact, qu’à la fin de cette aventure, je devrais me montrer  forte ». Anaswara, tu lui balances des mots comme cela à la figure, elle peut s’inventer tout plein de scénarios toute seule, tant elle n’a aucune confiance en elle et en ce qu’elle représente pour certains de ses camarades. Elle reste silencieuse, cherchant sur la table, en face d’elle sa tasse de café et en boit une gorgée. « J’ai peur qu’on me tourne les talons », elle confie, elle tourne la tête en direction de Bart. Elle aimerait bien voir son visage, croiser son regard. « J’aimerais bien faire une place dans ma vie, même petite ou infime », elle en avait parlé avec Esaias, comme quoi elle était prête à faire une place dans sa vie à quelqu’un. Elle est prête à se construire un cercle d’amis, aussi petit soit-il. « A toi, par exemple ». Bart, il aurait sa place à lui, quelque part dans un coin. « A Esaias, aussi ». Lui aussi, elle mériterait de lui accorder une petite place. Elle leur laissera prendre la place qu’ils souhaitent, dans sa vie. Elle a toute la place qu’il faut pour accueillir des personnes à ses côtés. Elle a de la place pour un, pour deux, pour dix. « Vous m’avez apporté beaucoup, tous les deux », elle confesse, dans un discret rictus. « Puis il y a Faith aussi », elle ne l’oublie pas. Puis il y a Tasneem, peut-être Jesse mais aussi Gael. « Mais ce serait probablement difficile... ». Elle aimerait bien que ce soit plus simple que cela. Elle a bien compris que cela ne pouvait pas être unilatéral. Elle ne voudrait pas malmener son coeur une deuxième fois, ici. « Je me suis souvenu de ce que @Gael m’a dit, si je suis heureuse, ça lui va… Je crois que ça ne lui irait pas s’il me voyait comme cela », elle ne sait pas s’il les suit, de là où il est. « Chez nous, on nous enseigne le noble chemin, que l’on doit suivre afin de nous mener à la cessation de dukkha – qu’on pourrait traduire par souffrance, insatisfaction – et qui fait la quatrième des nobles vérités énoncés par Bouddha. Je suis prête à le prendre pour être heureuse ».

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart 

MESSAGES : 448
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
Evangelion. (jeudi à 9h55) Empty
MessageSujet: Re: Evangelion. (jeudi à 9h55)   Evangelion. (jeudi à 9h55) EmptySam 15 Juin - 0:21

Dans ce jeu, Anaswara, c’est vraiment l’alter-ego de Bart qui se prend la tête exactement avec les mêmes trucs qui l’embêtent de son côté. Elle lui parle de ce qui a été relevé lors du prime à propos de la difficulté qu’ils auront à l’extérieur pour garder contact. Pour eux en particulier, isolés dans leurs patries respectives, ça annonce le plan bien galère. C’est plus facile de se voir quand on zone dans la même ville tels qu’Icare ou Lula. A la rigueur, on peut encore gérer lorsqu’on se trouve dans des pays voisins. La Suisse, c’est juste à côté de l’Allemagne au cas où Niels souhaiterait se payer une visite chez Judith et PP. Bart et Ana, même s’ils habitent tous les deux sur le continent asiatique, il y a plusieurs milliers de kilomètres qui les séparent, tout comme des autres. Lui, il a un peu essayé de cuisiner April à propos du Japon la semaine dernière, mais même elle, elle n’y a jamais mis les pieds. C’est le premier à flipper à propos de l’extérieur et de l’idée de rentrer chez lui, où il n’y aura personne pour l’accueillir. Il a finit par s’habituer au fait d’être entouré. Bart, il est un peu comme ces personnages de sitcom du genre de Friends ou The Big Bang Theory. Il a besoin du collectif pour s’épanouir, parce que tout seul dans son coin, il ne sert pas à grand-chose. Joey, dans son spin-off autocentré, il s’est grave ramassé. Bart, dans la vie, c’est un peu pareil. Ici, il a un peu moins l’impression de ne rien glander par rapport à l’extérieur, ce qui est sûrement contradictoire compte tenu du vide intersidéral de son agenda . Il dragrouille Tonia sur le RS, il remonte le moral d’Anaswara… Les candidats, les chroniqueurs et les téléspectateurs, ils ne le zappent pas dans le palace. On s’intéresse à lui et on le mentionne. Ça le change de l’IRL où sa famille se souvient de son existence deux jours par an, pour noël et pour son anniversaire. D’après les investigations qu’a mené Bart ces dernières semaines, il y a deux grandes écoles de pensées qui s’affrontent au sein du palace. D’un côté, il y a Tonia qui considère que ça ne tient qu’à nous de faire en sorte de se bouger et de rendre les choses telles qu’on aimerait qu’elles soient. De l’autre il y a Lula, plus pragmatique, qui ne voit pas trop comment on pourrait faire coïncider des existences qui n’ont rien à voir les unes avec les autres. Bart, forcément avec son gros crush pour la blonde, il penche plutôt du côté de la première école, mais faut bien admettre qu’il n’a pas une vie assez remplie pour que ce soit si galère pour lui d’y incorporer les gens qu’il a rencontré dans l’émission. Parce que lui aussi il aimerait bien revoir Anaswara à l’extérieur. Il inscrit quelques mots clés sur son épiderme. VOL. JPN. Le machin c’est devenu un rébus. Mais Bart, ce qu’il essaye de lui demander, c’est si ça lui arrive de travailler dans des avions qui font la jonction entre Dubaï/Tokyo. Ou même jusqu’en Angleterre puisqu’elle parle de revoir Esaias et Faith, ce serait bien. Elle ne s’en sort pas si mal avec sa profession qui lui permet de poser ses valises deux/trois jours un peu partout dans le monde. Il ne sait pas trop comment recevoir ce qui suit. C’est compliqué d’aborder des sujets deep sans pouvoir se parler ou se regarder. Peut-être que dans le fond, c’est aussi pour ça qu’elle aborde le dukkha, Ana. C’est un peu comme quand t’es chez le psy et qu’il t’invite à monologuer dans ton coin sans jamais intervenir. Ça délie les langues. Bart, il déconne complètement avec les préceptes de Bouddha, lui qui est tout le temps insatisfait de tout et en souffrance. Il est souvent triste, à se plaindre et à se lamenter dans son coin de la mort de sa mère, de son père qui a refait sa vie, de son ex qui l’ignore… En fait, il se complait dans sa dépression, mais ça ne veut pas dire qu’avec un peu plus de volonté, ce serait pour autant facile d’emprunter le chemin zarbi qu’elle mentionne. NORMAL. TRISTE. Il écrit à l’intérieur de son poignet lentement. Le bonheur, ce n’est pas une injonction, c’est ça qu’il veut dire. Ce n’est pas grave de se trimballer avec la gueule d’un type en manque constant de sérotonine. Faut savoir prendre son temps pour faire les choses à son rythme. Il a des conseils un peu bizarres, Bart, par rapport à d’autres qu’elle a pu recevoir dans le palace. Si elle veut déprimer cette semaine à cause de Niels ou de l’avenir, elle a le droit. Ce n’est pas grave ce qu’en pensent Gael ou les autres. COMMENT ? il poursuit, toujours en mode mute. C’est quoi du coup son astuce pour être heureuse par rapport à tous les points compliqués qu’elle vient tout juste de relever ?

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
Evangelion. (jeudi à 9h55) Empty
MessageSujet: Re: Evangelion. (jeudi à 9h55)   Evangelion. (jeudi à 9h55) EmptySam 15 Juin - 21:55

Anaswara se pose peut-être trop des questions. Plus qu’une personne lambda, probablement. Quand tu lui dis que ça va être compliqué et dur la sortie, elle va le croire et va commencer à se monter tout un tas de scénarios plus douloureux et tristes à chacune de leurs réécritures. Elle sait qu’elle est prête à avoir un petit groupe d’amis, un petit cercle social aussi petit soit-il. Il est petit mais il est mignon, son cercle. Elle aimerait accorder une place à Bart, à Esaias, à Faith et à d’autres, dans sa vie. Une place aussi petite qu’ils la souhaiteraient. Elle ne se battra pas pour qu’ils prennent plus de place qu’ils ne souhaiteraient dans sa vie mais elle veut qu’ils restent à ses côtés, malgré tout. Elle sait qu’il y a la distance. Dubaï-Londres, ce n’est pas la porte d’à côté. Ce n’est pas dans un petit road trip dans lequel il vaudra s’engager. Comme Dubaï-Tokyo. D’ailleurs, elle sent sur son épiderme Bart former délicatement et soigneusement sur son poignet. « 9h45, sans escale », elle scande, comme si elle récitait une sorte de feuille de route. « J’ai failli me retrouver sur l’un de ces vols. J’avais tout préparé pour partir et m’envoler vers Tokyo mais au moment de l’inspection, on m’a demandé de rester parce que je n’étais pas suffisamment bien coiffée. C’était au début, quand j’avais vingt ans, que je venais d’à peine de quitter d’où je venais et qui j’étais... », elle confesse. Bart, il doit totalement s’en foutre de ses déambulations d’hôtesse de l’air. « Je pourrais demander qu’ils me mettent dessus, une fois ou deux, oui ». Elle reprend en tournant sa tête vers Bart. Il y a toujours son bandeau qui lui fait obstacle et qui l’empêche de voir le visage de son camarade. Il ne sait pas si cela lui ferait plaisir ou au contraire il en est indifférent. Elle ne peut même pas se fier au son de sa voix. Le seul élément qui pourrait trahir son émotion est la façon dont il appuie sur son bras pour lui transcrire un message. « Tu aimerais bien ? ». Que ça arrive ? Elle est toute seule à exprimer ce qu’elle aimerait bien mais elle aimerait bien avoir un retour de sa part, un signe, un geste. La conversation dérive finalement sur l’un des états d’âme de la jeune femme. Elle a conscience que nombreux sont ceux qui n’ont pas aimé la voir comme elle était dans le prime ou dans l’état qu’elle s’était trouvée avant d’échanger avec Kenza. Elle le sait. Gael voulait qu’elle soit heureuse. Elle fronce les sourcils quand elle croit lire les mots « normal » et « triste ». Elle dodeline de la tête. Non, ce n’est pas normal. Elle ne peut s’empêcher de rapprocher tout ce qui lui est tombé dessus ces derniers temps avec les préceptes bouddhiques qu’on lui a enseigné, enfant, mais aussi une fois qu’elle est devenue une personne lambda. « C’est un chemin spirituel », elle expire. « Il se compose de huit étapes successives ». Elle se souvient avoir instruit Tasneem à quelques conceptions bouddhiques, au début de leur aventure respective. Elle ne cherche pas à convaincre les autres de ses pensées et de ses pratiques. Elle les partage à qui veut bien les entendre. « Cela commence par la vision parfaite, puis la parole parfaite, et ensuite l’action… enfin je dois t’emmerder avec mes histoires ». Elle soupire discrètement avant de se ressaisir sa fourchette. « Je ferais sûrement mieux de terminer mon plat avant qu’il ne soit trop froid », elle énonce sur un ton léger.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Le Génie
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 61


Evangelion. (jeudi à 9h55) Empty
MessageSujet: Re: Evangelion. (jeudi à 9h55)   Evangelion. (jeudi à 9h55) EmptyLun 17 Juin - 20:50


le génie apparait en personne.

Quel plaisir de vous rencontrer. On m'a dit que vous étiez deux joueurs déterminés, et j'aimerais justement vous lancer un défi. Que seriez-vous prêts à faire pour remporter 1000 livres ? Quelque chose de suffisamment surprenant pour mériter cet argent, mais reste à savoir lequel d'entre vous aura le plus de suite dans les idées. Je vous place en effet en compétition l'un contre l'autre, et celui qui aura effectué l'action la plus étonnante, drôle ou spectaculaire remportera ma préférence, et donc cet argent. Je sais, dans vos situations, ça risque d'être désopilant...

Candidats, j'espère que vous êtes prêts à jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart 

MESSAGES : 448
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
Evangelion. (jeudi à 9h55) Empty
MessageSujet: Re: Evangelion. (jeudi à 9h55)   Evangelion. (jeudi à 9h55) EmptyMar 18 Juin - 3:05

Ils parlent de la distance entre Tokyo et Dubaï. Il y a même Anaswara qui lui fournit la fiche d’informations complète du vol, mais la vérité, c’est que Bart n’a absolument aucune idée d’où il sera le mois prochain. Il n’a pas une vision à long terme de son existence et dans sa petite tête, c’est comme si l’après Thrown Dice n’existait pas. Comme si ce qui fera suite à son élimination, c’est juste un gigantesque néant. Du coup, c’est facile pour lui de dire qu’il compte revoir Anaswara, skyper avec Lula ou vivre une histoire d’amour avec Tonia. Qu’est-ce qu’il en sait dans le fond ? Il n’arrive pas à se projeter. Son histoire dans le palace sera terminée et il n’est pas sûr de piger l’intérêt d’étirer son biopic, même si ça lui ferait plaisir que ce soit le cas. Dans le fond, son auto-fiction, elle est peut-être même déjà conclue vu le peu d’emprise qu’il lui reste sur son aventure et sur celles des autres depuis l’élimination de sa blonde. Bart, c’est comme une ombre. Il se déplace silencieusement, on ne le voit pas. C’est lui le fantôme du dernier film de Bong Joon-ho. Il est là, mais pas là en même temps. Il esquisse un sourire quand elle lui parle de la possibilité de demander à être mise de temps en temps sur les vols en direction du Japon. Bart, il a un peu du mal à visualiser, mais il n’est pas contre.OUI il inscrit dans le creux de son poignet. Ça lui plairait sans doute, même s’il n’est jamais sûr de rien avec toutes ses crises existentielles qui l’amènent à se dire qu’il n’existe que pour le palace et ses habitants. Dehors, il n’a rien du tout, si ce n’est un vague background censé donner de la profondeur à sa personnalité de geek/autiste, dont il peut se passer dans la vie de tous les jours. Bart, il n’a jamais ressenti le besoin de se barrer de l’émission pour voir ses potes ou sa famille. Il en a rien à carrer de son job ou de son quotidien. Il est remplaçable. Comme un petit module tout triste et inutile n’ayant plus goût à rien. Comme avec son père qui s’est dégoté une nouvelle femme, un nouvel enfant, une nouvelle famille, upgradant très nettement sa vie sur tous les plans depuis qu’il peut fonder ses rêves d’avenir sur autre chose qu’une épouse manio-dépressive et qu’un fils complètement chéper. Bart, c’est comme si en dehors des œuvres de pop-culture qu’il ingurgitait à longueur de journée, il n’y avait pas d’endroit pour lui dans le monde. Pour sa sensibilité, pour ses névroses, pour ce qu’il est, ce qu’il pense, ce qu’il a dans le bide. Il n’y a pas de lieu dans cet univers où il pourrait vivre. Bart, il s’est un peu paumé dans ses pensées. Il a lâché le fil de la discussion, re-débarquant juste pour préciser (se convaincre lui-même) que ce n’est pas si grave d’être triste. C’est un truc que lui a dit Tonia. Donc Bouddha, il est bien sympa, mais tout le monde ne ressent pas le besoin d’être heureux et d’effectuer une randonnée piste noire en huit étapes pour atteindre cette mystérieuse localisation nommée Nirvana.C QUOI ?. Elle est floue, Anaswara. Elle lui déballe un début de concept métaphysique en plusieurs points, avant de décider de reconcentrer son attention sur les œufs brouillés. Bart, il s’intéresse à beaucoup de sujets très différents et il aimerait bien en découvrir davantage. Sauf que c’est aussi le moment que le génie choisit pour venir squatter, interrompant les échanges déjà un brin laborieux avec leurs handicapes respectifs. Bart, il se retrouve avec cette injonction de devoir faire quelque chose d’incroyable méritant les 1000£ promis à l’issu du défi. Mais lui, il a vite pigé la semaine dernière qu’il ne fallait pas trop se prendre le chou vu comment April avait chourré l’argent juste en se mettant bêtement topless. Bart, il s’était sacrément investi en comparaison en faisant fonctionner ses neurones pour lui composer un poème personnalisé. Ça méritait bien un petit bonus. Limite, il se demande s’il ne va pas se mettre à poil pour checker si ses attributs ont la même valeur financière que ceux de la candidate. Bite versus nichons, l’éternelle question. Il retient un petit soupir de mec frustré, parce qu’ils font déjà beaucoup avec Anaswara cette semaine avec leurs surprises chelou de la lampe magique, avant de tirer le saladier de bonbons disposé sur la table. Il a vraiment zéro idée. Ce n’est pas le mec le plus impulsif ever, alors il ne trouve rien de mieux à faire que sde e caler des marshmallows dans la bouche, raccord avec sa grosse personnalité de guimauve. Un. Deux. Trois… Il faut bien s’organiser, ce n’est pas si évident. Il finit par dresser ses mains devant la caméra pour faire le nombre treize avec ses doigts au cas où le chargé du Guinness World Records de Thrown Dice aurait mal suivi sa performance. Bart, il a un peu une mâchoire extensible. Ça aurait presque pu l’aider dans la vie. Il y avait 50% de chances pour, mais finalement non. On s’en branle de la taille de toutes les choses qu’il peut mettre dans sa bouche.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
Evangelion. (jeudi à 9h55) Empty
MessageSujet: Re: Evangelion. (jeudi à 9h55)   Evangelion. (jeudi à 9h55) EmptySam 22 Juin - 10:03

Elle n’est pas certaine que Bart soit très réceptif à tout ce qu’elle peut lui raconter, sur ses pratiques bouddhistes. Elle ne peut pas voir son regard intéressé. Elle se retrouve face à ce bandeau qui la plonge dans le noir et un Bart silencieux, la faute à une production qui a cru drôle de les priver de leur sens. Elle s’interrompt, pensant l’ennuyer avec tout cela. Elle se concentre sur ce qu’il inscrit. « Ce que l’on appelle nirvana désigne, selon Bouddha, l’étape ultime où l’on comprend le monde et où l’on se détache de ses contraintes. On peut l’assimiler à une sorte d’éveil de l’homme. Dans le Sutta Nipata, on peut lire : là où il n’y a rien, où rien ne peut être saisi, c’est l’île ultime. Je l’appelle le Nirvana. L’extinction complète de la vieillesse et de la mort. Le nirvane est le but ultime de notre pratique pour aspirer à devenir sage », elle souffle. « Chez vous, en occident, le stoïcisme s’en approcherait avec sa conception du sage ». Elle essaie quelques analogismes pour lui faire comprendre. Elle ne sait pas s’il a compris. Elle fronce les sourcils alors qu’elle entend une nouvelle voix. « Qu’est-ce ? », elle articule, alors qu’elle comprend finalement qu’il s’agit du génie – et de la production bien entendu. Cette semaine, elle n’aura pas à improviser une cascade stupide dans la piscine, à vouloir sauter et glisser sur l’un des jeux gonflables de la piscine. Elle réfléchit quelques instants à ce qu’elle pourrait faire. Elle abandonne son assiette et se lève. Elle tend les bras pour analyser et prendre connaissance de son environnement et de ses obstacles, avant de s’exécuter. Elle a le handicap ultime cette semaine : l’absence de vue. Elle s’échauffe légèrement ses poignets et sa nuque. Elle prend une grande inspiration et se concentre. « Ne bouge pas, s’il te plait », elle intime à Bart. Parce que s’il venait à bouger d’un centimètre, il viendrait foutre en l’air son inspection et la composition de son environnement. Elle réalise alors l’une des postures de yoga qu’elle maîtrise, le salamba sirsana. Elle commence par poser sa tête sur le sol puis se redresse et pousse ses jambes vers le haut pour former une espèce de poirier. Elle se concentre sur chaque geste qu’elle réalise. Cela aurait été une tâche facile sans son bandeau. Mais là, tout devient complexe. Elle se maintient quelques secondes, les jambes tendues vers le haut. Puis elle redescend délicatement afin de ne pas chuter. Parce que des chutes, elle en connaîtra assez d’autres dans la semaine. Ses deux pieds retrouvent le sol ferme et elle se redresse, poussant un soupir de soulagement. « T’as fait quoi, toi ? ». Elle lui demande, parce qu’elle ne l’a vu rien faire, avec son bandeau.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Le Génie
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 61


Evangelion. (jeudi à 9h55) Empty
MessageSujet: Re: Evangelion. (jeudi à 9h55)   Evangelion. (jeudi à 9h55) EmptySam 22 Juin - 19:14


le génie apparait en personne.

Bravo à vous deux, vous avez relevé ce défi et prouvé que vous étiez joueurs. Vous n'étiez pas vraiment aidés avec vos handicaps de la semaine et je suis davantage sensible à l'initiative de @bart qui me fait un peu de peine, je dois l'avouer. Mais il a quand même du mérite, tout le monde ne pourrait pas mettre autant de choses dans sa bouche, il faut lui reconnaitre ça.

@bart, tu remportes donc 1000£. A bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Martelly : des solutions seront connues ce jeudi au plus tard
» L'Abyss :: 40K :: Mercredi (14) ou Jeudi (15)
» atelier conversation du jeudi 12 mars
» Paris - Roubaix (WT) => Jeudi 20h
» Pique-nique -jeudi 07 octobre - 21H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: SALLE A MANGER-
Sauter vers: