Partagez
 

 killing morpheus // ft. Niels

Aller en bas 
AuteurMessage
Judith
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 466
AVATAR : margot robbie
ÂGE : 26
LOCALISATION : genève, suisse
MÉTIER : traductrice


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 15 500£
AFFINITÉS:
killing morpheus // ft. Niels Empty
MessageSujet: killing morpheus // ft. Niels   killing morpheus // ft. Niels EmptyLun 10 Juin - 16:35

Killing Morpheus
Dimanche, vers 6h
@Niels

Judith perd totalement la notion du temps. Minuit, 3 heures, 5 heures ou peut-être même 9, elle n’a aucune idée de l’heure qu’il peut bien être, du temps qu’il s’est écoulé depuis que les derniers candidats ont quitté le salon. Elle est là, assise en tailleur dans l’un des canapés, ses escarpins renversés au sol, la petite statuette de son unique award reposant lourdement entre ses doigts. Les yeux fixés sur l’objet, son maquillage a un peu coulé sur ses joues, et son chignon est tombé, libéré de ses pinces depuis belle lurette.
C’est peut être bête, mais le prime l’a démoralisée. Elle qui attendait ces prix avant tant d’impatience, tant d’enthousiasme, elle se retrouve finalement coiffée d’un bel échec, ne remportant que la palme de la plus sensible, faisant un drôle d’écho avec sa situation actuelle, totalement submergée par les émotions. Elle ne parvient pas à déterminer ce qui est pire : se retrouver face à autant de refus, se sentir aussi invisible et impuissante, ou figurer dans autant de podium sans jamais parvenir à en décrocher la première place. Remplaçable, inutile, transparente. Autant de mots qui colonisent son esprit et l’empêchent de penser à autre chose. Elle ne s’est même pas réjouie du retour de Pierpaolo, qu’elle peut garder près d’elle une semaine de plus. Non, elle broie du noir, et c’est tout.
La blonde n’avait pas particulièrement l’intention de passer toute la nuit dans ce fauteuil, éveillée comme une chouette, à se morfondre en silence, mais plus le temps passe et plus ses membres sont lourds, et moins l’envie de bouger ne semble proche. La chambre qu’elle partage avec Icare lui semble être à des années lumières de là où elle se trouve, et l’effort lui parait surhumain. Et il faut dire qu’elle n’a pas envie de passer à autre chose. Enlever sa robe, mi-parure, mi-armure, c’est abandonner son dernier rempart, sa dernière once de dignité. Enlever vêtements et bijoux, maquillage, chaussures, c’est tomber le masque, et craquer, assurément. Alors elle résiste, les dents serrés et les yeux tantôt embués, tantôt asséchés par la fatigue.
Face à elle, trônant sur la table comme une menace, un verre de gin qu’elle n’a pas entamé. Elle ne boit pas, elle le sait, elle y tient, alors pourquoi a-t-elle seulement servi ce cocktail, avant que le bar ne soit débarrassé ? Peut-être se donne-t-elle l’impression de garder une part de contrôle sur les choses de la sorte, se donnant le pouvoir de choisir de l’engloutir ou de continuer à le regarder. Et pour l’instant, alors que le soleil se lève sur les baies vitrées, elle tient.
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1171
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
killing morpheus // ft. Niels Empty
MessageSujet: Re: killing morpheus // ft. Niels   killing morpheus // ft. Niels EmptyMar 11 Juin - 19:00

Niels avait ouvert un œil aux alentours de cinq heures trente, et depuis impossible de se rendormir. La soirée de la veille avec April avait été émotionnellement chargée, pour tous les deux, mais surtout elle l'avait envahi de pas mal de choses qui mises ensemble n'était pas le meilleur cocktail pour espérer passer une nuit au calme. Ses pensées étaient sans dessus dessous comme si on les avait passées à la machine avant de les asperger de dopamine, et c'était à la fois profondément agréable et légèrement effrayant quand on se retrouvait debout au milieu de la nuit à chercher comment évacuer le trop plein d'énergie qui agitait notre corps au point qu'il soit incapable de se mettre au repos. Alors après une demi-heure à avoir fixé le plafond comme si ça allait faire une différence, Niels avait quitté son lit et enfilé un t-shirt et un pantalon histoire d'aller boire un verre d'eau et de voir si une courte promenade à travers le nid ne donnerait pas envie à ses membres de reprofiter ensuite d'une ou deux heures de sommeil. April était imperturbable de son coté, et Niels étira un sourire avant de remonter le drap sur elle et de sortir de la chambre pour prendre la direction du rez-de-chaussée. Sans surprise, pas l'ombre d'un rat dans les couloirs, à cette heure-ci il ne devait pas y avoir grand monde pour se balader en chaussons quand les plus matinaux attendaient huit heures pour émerger. Niels aussi, mais ce matin il avait l'impression d'avoir dormi quinze heures de suite alors qu'il n'était même pas certain d'avoir été au bout de la quatrième, c'était à n'y rien comprendre. Et maintenant qu'il était debout, il serait presque tenté d'aller s'enfermer dans la salle d'expression créative pour plonger dans ses notes sur les secrets et mettre ce temps à profit pour avancer dans ses recherches. Il y réfléchirait pendant qu'il se servirait à boire, dans l'immédiat il allait éviter le café au cas où il y aurait la moindre chance pour qu'il retrouve son lit. Sortant de l'ascenseur pour se diriger vers la cuisine, il fut coupé dans son élan lorsqu'il aperçut de la lumière au niveau du salon. Soit quelqu'un avait oublié d'éteindre en montant, soit il n'était pas le seul à être debout. Intrigué, il partit vérifier et fut décontenancé de tomber sur Judith, assise là toute seule, et encore dans sa tenue d'hier soir. « Judith ? » Il souffla en s'approchant, l'air inquiet parce que l'image étant aussi saisissante qu'elle faisait mal au cœur, et parce que pour la connaitre un peu il sentait bien que ce n'était pas normal et qu'il avait du se passer quelque chose pour qu'elle soit là à l'aube, presque dans le noir et l'air absent. « Qu'est-ce que tu fais ici, t'es pas allée te coucher ? » A la voir dans sa robe du prime, encore maquillée, c'était bien l'impression que ça donnait et Niels était perturbé à la simple idée qu'elle ait passé plusieurs heures dans le salon, sans bouger de là et alors que tout le monde était monté. « Ça va ? » Il demanda, accroupi face au fauteuil où elle était assise, une main posée sur la sienne qui ne semblait pas vraiment réagir, comme le reste. Elle lui faisait peur, Judith, quand elle était comme ça. Et ce verre posé à coté d'elle, il ne lui inspirait rien de bon. Niels resta une seconde à en observer le contenu, la gorge serrée devant ce qu'il représentait, et finit par le pousser un peu plus loin sur la table. Si elle avait voulu le boire, elle l'aurait déjà fait. « Tu veux que j'aille chercher Pierpaolo ? » Il y avait pensé dès qu'il l'avait trouvée comme ça, mais il songeait qu'il était peut être aussi la dernière personne qu'elle aimerait inquiéter à cette heure-ci, c'est pour ça qu'il lui laissait le choix et qu'il respecterait sa volonté quoi qu'elle décide.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Judith
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 466
AVATAR : margot robbie
ÂGE : 26
LOCALISATION : genève, suisse
MÉTIER : traductrice


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 15 500£
AFFINITÉS:
killing morpheus // ft. Niels Empty
MessageSujet: Re: killing morpheus // ft. Niels   killing morpheus // ft. Niels EmptyVen 14 Juin - 23:54

« Judith ? » En entendant son prénom, la blonde tourne la tête vers @Niels qui bouscule sa quiétude. Les articulations de son cou s’activent au ralenti, et elle a l’impression d’être un paresseux qui essaye de bouger, un membre après l’autre, en slow motion. Finissant par attraper le regard de l’allemand, elle ne décèle pas l’inquiétude qui est pourtant évidente dans ses prunelles. Elle a simplement réagi par réflexe, obéissant purement à l’instinct animal de répondre quand on l’appelle, ou au moins de montrer signe de vie. « Qu'est-ce que tu fais ici, t'es pas allée te coucher ? » Ses sourcils se froncent, assombrissant le bleu givré de ses iris, alors qu’elle essaye d’assembler les mots pour constituer une phrase sensée. Nerveusement, mais sans qu’elle n’en prenne conscience, elle frotte le dos du bout de son index droit, un mouvement répétitif et appuyé de son ongle contre le métal. « Il est quelle heure ? » Elle parle tout bas, et sa voix est éraillée et hésitante d’être restée silencieuse pendant si longtemps. Judith ne répond pas du tout à la question du candidat, et c’est le cadet de ses soucis, la dernière chose qu’elle remarquerait. Et, s’il faut être honnête, elle n’attend pas vraiment de réponse, et se fiche bien de l’heure qu’il peut être. A quoi bon ? Quel intérêt de savoir ? Mais il lui fallait bien dire quelque chose, non ? Essayer de sortir de cette torpeur. « Ça va ? » Si la question n’a aucun effet sur elle, la main qui se pose sur la sienne est beaucoup plus efficace. Le poids sur ses doigts, les faisant s’enfoncer un peu dans l’accoudoir du fauteuil, lancent un frisson qui parcourt son échine. Aussitôt, quelque chose semble s’activer en elle, et elle reprend conscience de son corps, de son environnement et de ses neurones qui ne veulent pas cesser de s’agiter. La différence, elle la sent immédiatement, mais elle est également visible très clairement dans ses yeux, jusqu’alors vides et immobiles.
Une fois de plus, elle ignore la question de Niels et se met à observer la pièce autour d’elle, comme si elle venait d’arriver dans le salon et qu’elle n’avait pas passé plus d’une dizaine d’heures dedans. A l’observer de l’extérieur, on pourrait presque croire qu’elle chercher quelque chose, ou quelqu’un, mais c’est elle sa quête. Ce sont des repères dont elle a besoin, des choses familières, rassurantes. « Tu veux que j'aille chercher Pierpaolo ? » La suissesse extirpe ses doigts de sous la poigne du thérapeute avant d’inverser la dynamique en serrant à son tour sa paume. C’est elle qui reprend le contrôle, mais elle ne veut pas abandonner ce contact. « Es ist in ordnung. » En temps normal elle n’aurait probablement pas hésité, et réclamé son mari immédiatement. Mais en temps normal, il serait à côté d’elle, dans leur lit, et elle n’aurait pas de raison d’être dans cet état. « Tu devrais pas être là… Retourne te coucher. T’es avec April, en plus, non ? » Pourquoi cette information lui est-elle restée alors que le prime entier, ou presque, est un trou noir ? Elle n’en a pas la moindre idée. Mensonge, balivernes. C’est qu’elle doit être, au fond, un peu jalouse, et que ça n’a pas aidé à améliorer son sentiment général post-awards. Elle voulait la lumière, l’attention, le spotlight. Et elle est reléguée au second plan. Toujours juste un pas derrière, toujours le deuxième choix.
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1171
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
killing morpheus // ft. Niels Empty
MessageSujet: Re: killing morpheus // ft. Niels   killing morpheus // ft. Niels EmptyHier à 6:54

Niels ne pensait pas que sa promenade matinale le conduirait droit dans le salon, et face à une Judith visiblement plongée en pleine torpeur, lorsqu'il avait quitté April et la chaleur de leur étreinte un peu plus tôt. La voir comme ça, encore vêtue de la robe qu'elle portait à l'occasion du prime et presque incapable de la moindre réaction même lorsqu'il s'approchait d'elle, ça lui serrait la gorge parce qu'il se rendait bien compte que quelque chose n'allait pas. Il n'aurait pas su dire depuis combien de temps elle était là s'il l'avait retrouvée au petit matin dans son pyjama avec l'air simplement absent, mais là ça paraissait très clair et il était désarçonné à la seule idée qu'elle n'ait probablement pas bougé de là depuis des heures, sans compagnie quand elle en aurait visiblement eu besoin. Son regard finit par accrocher le sien et ce qu'il y lut ne le rassura pas vraiment, et pas seulement parce qu'il pouvait y lire la fatigue qui s'y était installée. « L'heure pour Cendrillon de rentrer du bal. » Il souffla dans un léger sourire et d'un ton qui se voulait doux et soucieux, lorsqu'elle chercha à savoir l'heure qu'il était parce qu'elle ne devait plus avoir le moindre repère depuis déjà un petit moment. Niels n'avait jamais eu tellement de mal à se faire comprendre de Judith et elle faisait partie de ceux avec qui il s'était tout de suite bien entendu et qui connaissaient le plus de choses à son sujet dans cette aventure, alors il essayait d'adopter le ton qu'il aurait adopté avec elle si la situation avait été normale, mais ce matin, ça n'avait rien de comparable avec ce qu'ils avaient connu jusqu'ici. « Il est à peu près six heures. Le soleil commence à se lever. » Il reprit alors, en ayant bien du mal à cacher que c'était loin d'être une vision évidente pour lui et que la voir comme ça soulevait un ensemble de questions qui l'angoissaient un peu plus. Combien de temps Judith aurait-elle encore passé ici, toute seule, s'il ne s'était pas rendu compte qu'elle était restée là ? Sans doute un moment, jusqu'à ce que quelqu'un se lève et la trouve dans cet état. Sa question resta sans réponse lorsqu'il chercha à savoir comment elle se sentait, mais sa main posée sur la sienne sembla provoquer une réaction, ce qui ne le rassura qu'à moitié. Judith se mit alors à observer tout ce qui se trouvait autour d'eux comme si elle s'étonnait elle-même d'avoir passé la nuit-là, et Niels songea que prévenir Pierpaolo de ce qui se passait dans ce salon pourrait être une bonne idée, l'italien étant encore le mieux placé pour savoir comment s'y prendre quand Niels n'avait encore jamais été confronté à une Judith aussi perdue. Elle refusa et s'il fut presque rassuré qu'elle fasse usage de l'allemand pour le lui signifier, il s'en voulut d'envisager l'espace d'une seconde d'aller le chercher quand même, finissant par abandonner l'idée de peur que ça ne fasse qu'empirer la situation. Sa question le laissa silencieux une seconde lorsqu'elle mentionna April, et c'est dans un souffle qu'il reprit. « Oui, elle dormait quand je suis descendu. J'arrivais pas à me rendormir et je voulais pas qu'elle m'entende m'agiter. » Il ne lui précisa pas qu'April dormait en ce moment-même dans son lit et passa aussi sous silence tout ce que cette nuit avait vu naître et aussi bouleversé en lui et à quel point il se sentait bien jusqu'au moment où il était entré dans ce salon. Dans d'autres circonstances, Judith aurait sûrement compris rien qu'au sourire qu'il aurait affiché et à la lueur bien particulière qui devait briller dans ses yeux depuis qu'il les avait rouverts, mais aujourd'hui l'heure n'était pas vraiment à ce genre d'échanges. « Qu'est-ce qui s'est passé, Judith ? C'est le prime, c'est ça ? » Niels demanda tout bas en posant son regard sur la main qu'elle avait reposé sur la sienne, avant de retrouver le sien, comme pour y lire une réponse qu'il n'était pas sûr d'obtenir non plus. Il aimerait comprendre pour pouvoir faire quelque chose, tenter de l'apaiser et trouver les mots les plus justes. « Tu veux que je te raccompagne jusqu'à ta chambre ? On peut faire un détour par ta salle de bain pour que tu puisses te changer et te débarbouiller. » Il n'allait pas la laisser passer encore plusieurs heures dans cette tenue, et si Pierpaolo se levait pour la trouver comme ça, il savait qu'elle le regretterait aussi. « Sag mir was ich tun soll. Ich bin jetzt hier. » Il finit par souffler, s'essayant par terre près du canapé pour lui montrer qu'il n'allait pas repartir avant d'être sûr qu'elle allait bien, même si ça voulait dire se rasseoir sur l'idée de terminer sa nuit.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» My loneliness is killing me... [libre]
» Rien que du travail, purement professionnel ! (PV Niels)
» The Killing Joke
» KILLING THEM SOFTLY
» The Warrior's Code > Niels & Dean

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: SALON-
Sauter vers: