Partagez
 

 asgard ☾ jeudi vers 21h

Aller en bas 
AuteurMessage
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 748
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 2500£
AFFINITÉS:
asgard ☾ jeudi vers 21h Empty
MessageSujet: asgard ☾ jeudi vers 21h   asgard ☾ jeudi vers 21h EmptyLun 24 Juin - 11:47

ft. Anaswara

Kenza, c’est une grande épicurienne de base qui s’accorde à satisfaire le moindre de ses plaisirs dans la vie, alors ce soir, pour se relaxer et se détendre, elle se dirige au Spa et décide d’emmener avec elle @Anaswara, sa nouvelle disciple. C’est la première fois qu’elle coordonne l’une de ses sorties avec la népalaise, pas très connue pour être l’une de ses copines les plus proches du jeu. Normalement, c’est en compagnie de Lula qu’elle aurait dû se retrouver dans ce Spa, ce soir, mais bon, apparemment la brunette est soit dans les bras de Malcolm entrain de roucouler, soit à essayer de maintenir Bart en vie une semaine supplémentaire sans sa Tonia. Mais Anaswara, c’est même pas un choix de substitution, ou un lot de consolation. Loin de là car même si Lula était dispo, elle aurait choisi d’y aller avec sa nouvelle padawan dont elle est très fière, pour parler un peu et faire le check up de sa situation. Elle se dit aussi qu’elle a le droit à une sortie entre fille aussi, ça lui ferait du bien et lui changera les idées. Kenza, elle ne fait jamais rien au hasard. Elle a toujours des idées derrière la tête alors sa petite formation qu’elle lui fait subir depuis deux semaines maintenant, et le fait qu’elle l’ait pris en charge sous son aile n’a rien d’un élan de gentillesse, ou d’une faveur qu’elle lui fait. Kenza, c’est une opportuniste de première qui ne rate jamais des occasions alors quand elle a vu une Anaswara à la dérive, esseulée dans le palace, sans repères et fragile, elle a sauté sur l’opportunité pour un tas de raisons dont elle est la seule à connaître les réelles raisons. Une candidate à l’avis modulable, inexpérimentée, facile à mettre en poche, assez flexible, innocente et à qui elle peut inculquer tout un tas de nouvelles idées et de concepts dont elle serait gagnante aussi et ferait d’elle une femme plus forte qu’elle ne l’est et l’a été dans le palace, c’était ce qu’il lui fallait. Parce-que faut pas penser non plus que leur nouvelle relation est totalement parasitaire et qu’elle en profite sans recevoir rien en retour. Non. Kenza, elle a plus tendance à considérer leur lien comme un lien symbiotique ou chacune d’elles en tire un certain bénéfice. Anaswara apprend beaucoup à ses côtés et expérimente le privilège qu’ont les gens de la côtoyer. Quand elle arrive au spa munie de son maillot de bain, son peignoir par dessus et ses sandales, elle remarque que la népalaise a déjà envahi les lieux et ça lui fait plaisir de voir enfin quelqu’un de ponctuel, qui prend les rendez-vous très au sérieux. « Bonsoir Anaswara » elle s’approche d’elle avec son sourire sur mesure pour lui claquer la bise, un nouveau signe affectif qui la fait passer à un autre stade de privilégiée, et sachant qu’il y’a deux semaines elle avait encore du mal à faire des câlins à tout le monde, ce n’est pas un geste anodin. « Je suis très fière de toi, Anaswara » qu’elle souffle dans son sourire d’institutrice satisfaite de sa petite padawan. Elle a fait des efforts considérables depuis et elle voit qu’elle suit ses instructions à la lettre, et très au sérieux, ce qui fait plaisir à voir. « Tu as été resplendissante l’autre soir dans ta robe » elle la gave de compliments pour lui remonter le moral et la motiver encore plus. Elle fait référence à sa robe durant le prime, mais aussi à sa présence et sa nouvelle aura. Elle ne se dégonfle plus. Elle est plus Femme et ça commence à se ressentir. « Si tu veux mon avis, certains commencent déjà à regretter » clin d’œil au passage. Kenza, elle avait un grand intérêt personnelle que peu de gens pourraient comprendre à ce qu’elle oublie Niels et le vire complètement de sa tête. Il fallait absolument qu'elle arrête d’y penser, et elle est très fière de son élève pour cette raison aussi : elle est rapidement passée à autre chose, elle n'a pas cherché à lui parler et ça s’est vu. A travers les téléspectateurs qui commencent à relayer le changement d’attitude, les chroniques qui rapportent ses nouvelles initiatives, ses commentaires osés sur les réseaux sociaux, tout ça c’est une panoplie de bons signes et c'est exactement ce qu’elle espérait voir de la part de son poulain qui apprend vite, et très bien aussi… Elle resserre les pans de son peignoir blanc tout en continuant « ne fais pas attention à ce qui se dit sur les réseaux sociaux. Dis toi que maintenant, tu vas entendre tout un tas de choses désagréables qui ne doivent pas t’atteindre » c'est compris ? Ses oreilles et ses yeux vont saigner quand elle commencera à entendre et lire des tas de choses sur elle, mais c’est le prix à payer et c’est un signe qu’elle commence à se transformer. « Bébé Anaswara est mort. Place à la vraie femme, séductrice et qui sait ce qu’elle veut, prête à oser des choses pour obtenir ce qu’elle veut » c’était ça ce qu’elle devait retenir et rien d’autre. « comment ça se passe d’ailleurs, avec le blond. Raconte moi tout » c’est aussi le moment où elles commencent à parler de tout et de rien. C’est aussi un signe qu’elle lui envoie pour lui dire qu’elle n’est plus seule comme elle s'en est plaint l'autre soir, qu’elle a quelqu’un maintenant qui l’écoute et qui est prêt à partager des moments privilégiés avec elle. « j’espère que tu sais très bien masser les femmes aussi bien que les hommes » elle lance ça en faisant allusion aux images plutôt chaudes qu’ils ont vu l’autre soir à travers la chroniques d’Elena. Elle espère avoir plus au moins le même traitement, si ce n’est plus, en échange de sa formation qui vient de dépasser la semaine d’essai où normalement tout est gratuit. A présent, ça l’est plus. « d’ailleurs, tu n’as jamais songé à faire quelque chose avec une femme ? » elle a cru comprendre la semaine dernière qu’Anaswara était une newbie en matière d’interactions humaines et relations de tout genre, qu’avec Niels, c’était la première fois qu’elle s’y prenait (mal) mais qu’en est-il des femmes ? Est-ce qu'elle s'est déjà posé la question ? Anaswara a peut-être 30 ans mais elle a comprit qu'avec elle, il fallait tout redécouvrir à zéro tellement c'est une page blanche. Pour ne pas dire vierge.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1915
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
asgard ☾ jeudi vers 21h Empty
MessageSujet: Re: asgard ☾ jeudi vers 21h   asgard ☾ jeudi vers 21h EmptyLun 24 Juin - 16:37

Anaswara a été surprise de l’invitation de Kenza, quant à passer du temps avec elle pour une soirée entre filles. Elle n’est pas celle dont elle est la plus proche. Elle l’aurait imaginer le proposer à Lula, Faith ou encore April mais pas à elle. Passé la surprise, elle a accepté cette soirée entre filles. Elle a retenu l’heure et l’endroit dudit rendez-vous. La népalaise s’est préparée pour l’occasion, en revêtant un maillot de bain deux pièces qu’elle cache sous son peignoir blanc. Une fois prête, elle se rend vers le spa où @Kenza lui a donné rendez-vous. Elle pénètre dans l’endroit, où elle s’est déjà rendue la semaine passée, à la différence où elle avait les yeux bandés. Elle détaille l’endroit qu’elle avait découvert les yeux fermés, dans le noir, quelques jours auparavant, aux côtés d’Esaias. Elle s’imprègne des lieux et de l’ambiance. Elle se tourne vers la porte d’entrée quand celle-là s’ouvre et laisse apercevoir sa camarade qui entre à son tour. Elle lui adresse un léger sourire, en guise de salutation. « Salam, Kenza », elle expire en sa direction. Elle est quelque peu surprise de ce geste inattendu de la part de la brune. Elle vient l’embrasser. Elle n’aurait pas envisagé que la marocaine deviendrait familière avec elle. Elle pose son regard sur le visage de son interlocutrice qui lui explique être fière d’elle. Très fière d’elle. « De… ? Merci », elle souffle. Kenza continue de prendre la parole, argumentant qu’elle a été resplendissante dans sa robe. Elle évoque la tenue d’Anaswara, lors du dernier prime. Un discret sourire éclaire son beau visage. « Je pensais que personne ne la remarquerait... », elle confie, en croisant le regard de la jeune femme. Personne ne l’a complimenté sur sa tenue, l’autre soir. On la complimente rarement. Selon elle, certains commencent déjà regretter. Elle fronce légèrement les sourcils. Elle n’est pas certaine de comprendre à qui elle fait allusion. « Tu penses ? ». Elle est moins certaine que sa camarade à ce sujet. Elle n’est pas certaine que certains regrettent, ou commencent à regretter, comme elle le dit. Une chose dont elle est certaine est la réaction de certains téléspectateurs à son égard. Elle a eu le droit à un inconnu qui a insinué qu’elle était une « chaudasse ». Elle se souvient qu’Esa, qui lui tenait compagnie lorsqu’elle a dû affronter ce message, avait tempéré cela. Kenza l’intime de ne pas faire attention à ce qui se dit sur les réseaux sociaux. Elle hoche doucement la tête, elle se souvient que son camarade lui avait dit la même chose, l’autre soir. « ...D’accord », elle souffle. « Tu as déjà eu affaire à des commentaires aussi désagréables ? », elle lui demande. Est-ce que Kenza s’est déjà retrouvée à sa place ? A devoir essuyer des commentaires peu appréciables, à son égard. La brune continue de prendre la parole, scandant que Bébé Ana est morte, qui laisse place à la vraie femme, celle qui est séductrice. « Oui », qu’elle expire. « Celle qui ne doute plus d’elle et de qui est elle », elle reprend. Elle doit apprendre à ne plus douter d’elle et avoir confiance en elle et en son potentiel. Elle a probablement tout pour elle, il lui fait juste un électro-choc pour en avoir conscience. Il a peut-être été douloureux, cet électrochoc, mais possiblement nécessaire. La conversation dérive finalement sur sa relation avec le blond. Elle reste silencieuse, quelques instants, avant de reprendre la parole. « Ca se passe bien », elle ne sait pas ce qu’elle pourrait dire à ce sujet. Elle croise le regard de sa camarade : « tu penses vraiment qu’il n’est pas insensible ? ». C’est Kenza qui lui avait brodé ce joli discours, la semaine passée, comme quoi Esaias n’était pas insensible à elle. Pourtant Ana, elle sait que c’est faux. Elle sait qu’elle ne lui plait pas, que ça a toujours été comme cela. Elle a dû mal à considérer les choses autrement. Un discret rictus étire ses lèvres, alors que sa camarade commente sa façon de masser. « Installe-toi », elle expire doucement, en lançant un regard en direction de la table de massage. Mieux que des paroles pour lui prouver qu’elle sait très bien masser, il y a les gestes. « Même si je ne suis pas sûre que tu préfères mon massage à ceux d’Icare ». Elle commente d’un ton peu sérieux. Pendant que sa camarade prend place, elle observe les quelques flacons d’huile de massage qui sont à leur disposition. La semaine passée, elle avait laissé le choix au blond mais cette fois. Elle inspecte chacun des flacons, consultant les étiquettes, et sa tête se tourne vers la brune. Elle reste un instant silencieuse devant sa question. « Oh… je… non », elle articule, en se pinçant les lèvres. « Tu as déjà eu une relation avec une femme ? », elle lui demande en retour. Elle se concentre à nouveau sur les huiles de massage, finissant par s’arrêter sur son choix final. « Huile d’Ylang-Ylang, de bois de hô et d’orange douce », elle énumère de sa voix douce.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
L'hiver se déguise En amour, en printemps, En ivresse, en âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 748
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 2500£
AFFINITÉS:
asgard ☾ jeudi vers 21h Empty
MessageSujet: Re: asgard ☾ jeudi vers 21h   asgard ☾ jeudi vers 21h EmptyMer 26 Juin - 6:54

Kenza, en tant que très bonne formatrice, elle a un peu suivi de loin les mini aventures d’@Anaswara depuis qu’elle a subi son dépucelage Kenzien. Elle allait pas non plus la lâcher comme ça dans la nature avec quelques idées hardcores tout juste greffées car elle avait des doutes quant à sa faculté à adopter ses paroles aussi rapidement et suivre ses conseils, mais au final, elle s’en est plutôt bien sortie et tient à lui montrer à quel point elle est fière des efforts considérables qu’elle l’a vu faire la semaine dernière. Surtout, elle suit à la lettre ses préceptes qui feront d’elle une femme plus respectée, se montre très appliquée depuis qu’elle lui a délivré sa formation et pour ça, la népalaise mérite de le savoir. « ton évolution » qu’elle complète dans un sourire radieux. Elle est satisfaite du résultat et de la femme qu’elle est entrain de devenir. C’est pas encore ça, faut pas se la cacher y’a encore du chemin à faire et pas mal de boulot derrière ce ravalement de façade, mais elle va pas non plus morpher en une version similaire à la sienne en une semaine, faut pas déconner non plus. Kenza, c’est quelqu’un de raisonnable, qui sait attribuer les mérites aux gens mais elle espère qu’elle en fera plus et le lui fait savoir dans l’optique de la motiver à fournir encore plus d’efforts, car mine de rien, elle commence à retrouver des couleurs depuis la semaine dernière. La belle Anaswara qu’elle a devant elle, elle n’a rien à voir avec celle qui avait les yeux bandés et qui pleurait parce-qu’un type l’avait abandonné pour s’intéresser légitimement à une autre. C’était une meilleure version, qui nécessitait encore du travail, c’est vrai, mais c’était déjà pas mal pour un début. Elle ne pensait jamais le dire un jour, mais elle avait un sacré potentiel et il lui suffira juste de la côtoyer un peu plus pour parachever son apprentissage qui ne fait que commencer. « Mais voyons bien sûr que je l’ai remarqué, tu étais trop belle » qu’elle note dans un sourire. Bien évidement, un cran en dessous d’elle mais elle pouvait rivaliser pour une place de dauphine easy. En tout cas, elle est sur le bon chemin et il suffit juste qu’elle reste sur cette bonne dynamique, car elle est entrain de réussir son retour sur le devant de la scène. Mais Kenza, ce qui l’arrange très bien, c’est d’être la seule à l’avoir remarqué apparemment,  ce qui mine de rien la pousse à se démarquer et c’est exactement ce qu’elle cherche « Il y’a des regards qui ne trompent pas, crois moi » Niels, il l’a peut-être oublié définitivement, ne la regarde même plus et fait un total focus sur sa nouvelle meuf, mais elle n’a pas besoin de le savoir et lui faire gober le contraire est mieux pour sa confiance en soi précaire. Anaswara, elle a besoin de compliments, d’illusions et de vérités préfabriqués pour qu’elle retrouve sa confiance brisée, et Kenza est très douée pour booster les gens. D’ailleurs, elle s’est donnée comme mission de la prendre en charge depuis qu’elle a été abandonnée par l’allemand. Elle sait pas pourquoi elle le fait, du moins elle a une certaine idée derrière la tête, mais c’est en grande partie son gros instinct maternel et protecteur qui s’est activé quand elle l’a aperçu dans ce piteux état l’autre jour. Elle ne pouvait pas la laisser comme ça, sans rien faire alors elle a décidé qu’à partir de ce moment là, elle n’allait plus se sentir seule et allait l’aider à se reconstruire petit à petit. A coup de conseils bien sûr. Elle voit qu’elle assimile très bien, ce qui fait d’elle une étudiante très modèle, pour ne pas dire parfaite. « Mais bien sûr. Tout le temps. » Kenza, elle ne compte pas les fois où elle a reçu des critiques assassines, des commentaires rabaissants ou des tweets blessants. Juste dans cette émission, elle en a eu sa dose depuis le début mais c’est loin d’être quelque chose qui l’atteint. Loin de là. Et Anaswara devrait apprendre à en faire de même, à se détacher et prendre du recul sur tout ce qui pourra se dire sur elle, maintenant qu’elle est entrain de devenir quelqu’un d’autre. « tu vas t’y habituer, crois moi » Kenza, elle recevait des tas de messages sexistes, dégradants et haineux mais à force, elle en est devenue immunisée et c’est ce qu’elle espère dans l’évolution d’Ana. Et déjà, elle est dans le bon mindset car elle valide plus au moins tout ce qu’elle lui dit « Voilà » une femme qui ne doute plus d’elle, ça c’est le genre de chose qui fait plaisir à coach Kenza et qu’elle adore entendre, au nom de la solidarité féminine. Elle desserre un peu les pans de son peignoir blanc pour se préparer au massage qu’elle va recevoir, profitant de ce moment pour la questionner sur le blond. Mine de rien, ça aussi, ça l’intéresse et elle est curieuse d’entendre là où elle en est. Apparemment, ça se passe bien, mais elle connait trop bien Anaswara maintenant pour jauger un peu ce « ça se passe bien » qui n’a rien de rassurant. « alors dernièrement j’ai appris qu’il avait plus un faible pour les blondes » c’est un peu les échos qui lui sont parvenus. Apparemment, ce con se branle toujours sur l’image éphémère de Noemi alors qu’elle a à peine duré pour que tout le monde se souvienne de sa tronche, mais bon, si les fantômes c'était son délire, chacun son truc après tout « mais ça ne veut rien dire tu sais. Au pire, mets toi en tête que nous, les Femmes, nous n’avons pas besoin des hommes pour nous satisfaire » qu’elle annonce avec son autorité et son ton d’oratrice très convaincante. Elle plante ses opales dans ceux de la népalaise pour se montrer rassurante et attrape ses deux mains pour les serrer et accentuer la connexion qu’elle essaye de mettre en place progressivement « nous avons le dons de nous satisfaire nous même. Ou entre nous. » Kenza, elle lui bourre peut-être le crâne avec des idées néo-féministes très extrêmes, mais ça a toujours été ça, son discours et sa doctrine dont elle en a fait part à plusieurs de ses copines dans le jeu, quand elles venaient prendre conseil auprès d’elle. « il ne faut jamais penser qu’on est dépendantes naturellement d’eux, tu comprends ? » car c’est faux et elle devra se mettre cette idée en tête pour ne jamais paraître needy, et ainsi ne jamais être prise pour acquise par n’importe quelle bite, que ça soit ici dans le jeu ou dehors. Elle s’assure que le message est bien passé avant d’aller s’installer confortablement sur la table de massage. Sa remarque la fait rire un instant, même si elle se retient de laisser transparaître quoique ce soit. Si seulement elle savait à quel point elle préférait que ça soit une femme qui la masse, et non pas un homme, même s’il était question d’Icare dans l’équation mais bon, elle préférait taire cette information en se contentant d’une communication propre, maîtrisé, sans dérapage, comme elle sait très bien le faire « eh bien écoute, je n'aime pas comparer mais on verra » ce n’est pas pour lui mettre une pression supplémentaire, mais juste pour éviter toute comparaison qui pourrait donner naissance à une quelconque polémique. « si tu as envie d’en recevoir un en retour, n’hésite pas » Kenza, même si elle a reçu un award de ce genre, elle ne veut pas que le profit soit uniquement dans un sens et paraître égoïste, alors elle propose ses services en échange, au cas où elle avait dans l’idée d’en recevoir un aussi. Mine de rien, elle pouvait profiter pleinement de la gentillesse infinie d’Ana, mais c’était pas ce qu’elle voulait, au fond d’elle. Sa réponse à sa question personnelle était un peu prévisible, c’était pas non plus pour s’en assurer qu’elle l’avait posé, mais justement, à titre suggestif, voir un peu s'il lui avait déjà traversé l’esprit de tenter quelque chose avec une femme. Malheureusement, non, et quand elle lui retourna la question, qui n’était plus vraiment la même que celle qu’avait posé Kenza au départ, elle hésita, avant de répondre avec sa sincérité cinglante et habituelle « non, jamais. » bien évidement, même à ses yeux ce n’était pas suffisant comme réponse alors elle était forcée de rajouter « j’ai été tentée. Plusieurs fois. Mais je n’ai jamais osé franchir le pas » elle laisse couler ses longs bras le long de la table de massage pour se détendre. Kenza, elle a toujours été fascinée par la Femme. Elle avait même avoué à Tonia qu’elle préférait le corps féminin au corps masculin, et même si elle ne sait pas pourquoi elle n’a jamais osé franchir le pas, elle sait par contre que ce n’est pas totalement de sa faute « je n’arrive pas à trouver quelqu’un qui puisse vraiment me comprendre » qu’elle fini tout de même par avouer en fermant les yeux, ne donnant pas trop d’importance à l’huile de massage au nom noichi qu’elle lui introduit à haute voix. « tu vois ce que je veux dire ? » qu’elle souffle une dernière fois. Anaswara, mine de rien, elle a un peu  tort de croire qu’elle est la seule à se sentir seule, car c’est loin d’être le cas, et c’est peut-être pour ça que son speech axé sur sa solitude chronique et qui ne s’arrange pas année après année de la dernière fois a eu un certain effet sur Kenza, hm.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1915
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
asgard ☾ jeudi vers 21h Empty
MessageSujet: Re: asgard ☾ jeudi vers 21h   asgard ☾ jeudi vers 21h EmptyMer 26 Juin - 15:25

Elle est déjà sur les lieux, quand Kenza la rejoint. Elle a la fâcheuse habitude d’être à l’heure, d’être trop à l’heure. Elle n’aime pas faire attendre les autres. Elle remercie sa camarade quand elle dit être très fière d’elle, bien qu’elle ne comprenne pas ce qu’elle a pu faire pour mériter un tel traitement de la part de la brune. Elle est surprise, agréablement surprise. Un timide sourire alors que @Kenza lui dit être fière de son évolution. Pendant une semaine, elle a juste veillé à mettre en œuvre ce qu’elle lui avait inculqué, quelques jours auparavant, c’est-à-dire avancer et oublier cette relation morte-née. Elle s’était attachée alors il lui fallait se détacher. Cela peut paraître simple mais ce n’est pas si évident, en son for intérieur. Un timide sourire éclaire délicatement son beau visage, qui rayonne bien plus que lors de cette semaine plongée dans le noir. La marocaine continue de la complimenter, elle évoque sa tenue de la soirée. Anaswara, ce qu’elle a constaté, est que personne ne l’avait remarqué, ce soir-là. Elle s’était apprêtée et maquillée soigneusement. Elle pensait que personne ne l’avait remarqué, ni même posé son regard sur elle pour la complimenter. Elle est habituée de ce schéma. Elle est quelque peu touchée des mots de Kenza à son égard. Elle était belle, selon elle. Trop belle, même. Elle croise son regard, lui adressant un nouveau sourire. Elle la remercie de nouveau, verbalement, alors que sa camarade continue de prendre la parole. Elle lui explique que certains commencent à regretter. Certains ? Qui sont-ils ? Sont-ils dans le palace ? Elle essaie d’accoler un visage à ce « certains » mais l’image est flou et elle n’a pas envie de penser à lui. Elle lui assure qu’il y a des regards qui ne trompent pas. Elle hoche doucement la tête, ponctuant la réplique de la belle brune. « Je te crois », elle souffle. Elle a envie de la croire, Anaswara. Elle est peut-être naïve, trop naïve, de se laisser bercer à ces quelques paroles. Elle en a besoin, elle a envie d’entendre cela. Elle écoute ensuite d’une oreille attentive les quelques remarques de Kenza, quant au fait qu’elle lira et entendra des commentaires à son sujet, comme ceux dont elle a pu faire les frais lors du dernier prime. Elle se souvient qu’Esaias a voulu la protéger de ce qui avait pu être dit, en direct, sur le fil du réseau social. Elle ne sait pas si elle aura suffisamment d’armes pour affronter tous ces mots à son égard. Elle va devoir être forte, plus forte qu’elle ne pourrait l’être. Elle demande alors à celle qui se tient devant elle, qui est devenue sa tutrice. Kenza a déjà eu affaire à de tels commentaires, tout le temps, même. « Comment as-tu réagi la première fois ? », elle essaie de se raccrocher aux quelques branches qu’elle peut lui tendre. Elle a été blessée par ce qu’elle a pu lire. « C’était la première fois que l’on disait cela de moi... », elle confesse, en posant son doux regard sur le visage de la belle. Elle lui dit alors qu’elle va s’y habituer. Elle se pince les lèvres. Elle pousse un discret soupir. « Pourquoi… pourquoi on nous traite comme ça ? » Elle inclut Kenza, dans ce traitement particulier auquel elles ont le droit. Elle essaie de comprendre. Néanmoins, malgré ce qu’elle a pu lire à son sujet, ces derniers jours, elle a compris qu’elle ne devait plus douter d’elle. Elle doit avoir confiance en elle, en ce qu’elle est et en son potentiel. La conversation dérive par la suite sur la relation entre le blond et Anaswara. Elle ne sait pas ce que Kenza a envie d’entendre alors elle lui dit que ça se passe bien, entre eux. Après tout, elle n’a rien à noter d’anormal entre eux. Elle sourit devant la remarque de Kenza, concernant le fait qu’elle a appris qu’il avait plus un faible pour les blondes. « Ce n’est un secret pour personne », elle énonce calmement, dans un discret rictus. Il lui avait déjà fait part de son faible pour Noemi et les blondes. Elle n’est pas surprise de ce que la jeune femme lui rapporte. Elle pose l’ébène de son regard sur le visage de la marocaine, qui lui assure que cela ne veut rien dire. Elle sourcille légèrement. Elle écoute, sans l’interrompre, Kenza qui lui dit que les femmes n’ont pas besoin des hommes pour les satisfaire, elles possèdent le don de se satisfaire elle-même ou entre elles. Elle essaie de s’imprégner de ces quelques paroles qui viennent creuser un trou dans son esprit. Elle hoche doucement la tête. « Oui », elle souffle. Elle l’invite finalement à s’installer sur la table de massage, afin de lui montrer qu’elle sait faire des massages. Elle préfère les gestes aux paroles. Ils ont le mérite de ne pas mentir, de ne pas trahir. Malgré tout, elle se rend à l’évidence qu’elle sera critiquée par la brune qui s’installe, préférant ceux offerts par son bien aimé. Elle le sait mais elle ne lui en voudra pas. « Je... », elle reste silencieuse, quelques instants, devant l’invitation de la brune de lui en faire un en retour. « Je veux bien, oui, s’il te plait », qu’elle expire, dans un discret rictus. La conversation enchaîne et va de bon train, entre les deux jeunes femmes. Elle lui confie n’avoir jamais eu l’idée de tenter quelque chose avec une femme. Cela ne lui a jamais traversé l’esprit, peut-être parce qu’elle n’a pas rencontré la personne qui éveillerait ce genre de choses en elle, en son for intérieur. Quant à Kenza, elle confesse avoir été tentée mais n’a jamais osé franchir le pas. « Pourquoi n’as-tu jamais osé ? », elle lui demande, alors qu’elle s’affaire à choisir l’huile de massage qu’elle emploiera. Elle a le privilège de pouvoir choisir celle qu’elle veut et celle que la marocaine lui inspire. Cette dernière continue de s’expliquer, elle n’arrive pas à trouver quelqu’un qui puisse vraiment la comprendre, qu’elle dit. Ana reste silencieuse, cela fait écho à certaines choses en elle, cela fait partie de certaines choses qu’elle aurait pu dire, il y a quelques temps. Alors que son choix s’est arrêté sur l’une des huiles de massage, elle la pose sur la table, juste à côté d’elle. « Tu permets ? », elle souffle, comme si elle était en train de lancer une deuxième conversation en parallèle. Elle laisse ses doigts s’aventurer sur le dos de sa camarade, afin de détacher le haut de son maillot de bain. « Cela sera plus confortable », pour le massage. Pendant ce temps, elle glisse une noisette d’huile dans le creux de ses mains. « Oui, je vois ce que tu veux dire », elle lui répond. Elle dépose ensuite ses mains sur le dos nu de la jeune femme, afin de commencer son massage. Elle n’est pas hésitante et même à l’aise. Elle laisse ses doigts pratiquer et s’aventurer. Elle veut bien faire. « Tu penses que tu la trouveras, cette personne ? », elle lui demande, en continuant de s’appliquer dans ses gestes. « Celle qui te comprend ? ». Est-ce qu’elle trouvera cette personne ?

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
L'hiver se déguise En amour, en printemps, En ivresse, en âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 748
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 2500£
AFFINITÉS:
asgard ☾ jeudi vers 21h Empty
MessageSujet: Re: asgard ☾ jeudi vers 21h   asgard ☾ jeudi vers 21h EmptyLun 1 Juil - 18:34

Anaswara, il est un peu facile de lui faire croire tout et n’importe quoi tellement elle est naïve et gobe absolument tout. Ça en fait d’elle la candidate idéale à manipuler pour arriver à ses fins, mais Kenza, elle en profite pas des masses. Au fond d’elle, elle n’est pas aussi méchante que l’on pense, surtout pas avec quelqu’un qui ne lui a rien fait. Alors quand elle la complimente, la fait se sentir belle et lui boost sa confiance en soi, c’est surtout pour l’aider. Ça peut paraître bizarre, mais en plus d’être sincère dans ce qu’elle lui raconte, elle se fout pas d’elle. Elle ne se moque pas non plus de son innocence et sa petite tendresse à fleur de peau. Kenza, elle a quelques idées derrière la tête, oui, elle n’est pas du genre à faire des choses juste comme ça, dans un saint esprit de bénévolat ou de gentillesse car si elle n’est pas très méchante, elle n’est pas gentille non plus. Il y’a une raison à tout, un but et un objectif à atteindre qui émane de toutes les actions qu’elle entreprend, et c’est normal. Même les gens qui s’embarquent dans des associations ou des délires bénévoles se retrouvent à le faire dans un but bien précis. Kenza, elle voit aussi en @Anaswara une femme exploitable perdue, qui a un bon potentiel et qu’elle peut aider à devenir quelqu’un de plus fort, sur le plan émotionnel. Elle a décidé de la prendre sous son aile la semaine dernière et ne va pas la lâcher du jour au lendemain. Elle est sous sa protection maintenant, elle ne risque pas grand-chose et en plus de ça, elle apprend des tas de choses. Comme par exemple mieux réagir face à l’avis public. Kenza, elle reçoit des tas de remarques déplaisantes, des tas de commentaires souillant et insultants, qui pourraient faire déprimer n’importe quelle femme fragile. « la première fois on a envie de répondre et réagir car on trouve ça injuste. Au Maroc, tu n’imagines même pas les commentaires et les critiques qu’une femme reçoit quand elle décide de s’habiller comme elle veut. Sur les réseaux sociaux, c’est pire. Les hommes, c’est des animaux dégueulasses, mais j’ai compris que ça ne servait à rien de donner à ce genre de crétins de l’importance. Les gens vont parler de toute façon, alors autant faire en sorte de vivre ta vie comme tu le sens, fais ce que tu as à faire et puis c’est tout » Anaswara, elle est pas à s’en faire de ce petit commentaire qui l’a traité de chaudasse. Elle va s’en remettre, et s’y habituer surtout. « et ça ne sera pas la dernière » qu’elle tente de la prévenir. Il faut qu’elle comprenne que c’est comme ça. Dans certaines communautés, c’est un peu dure d’être une femme épanouie. Elle hausse les sourcils « parce-que c’est comme ça. Arrête de trop réfelchir » Kenza, elle ne veut pas se lancer dans un discours d’auto victimisation à l’encontre des femmes qui décrit un peu ce qu’elles endurent toutes depuis des siècles. Les années passent, et ça ne s’améliorent pas, alors elle, elle n’a plus cherché à se griller des neurones ou gaspiller de la salive à comprendre et expliquer pourquoi des bites se permettait de juger et critiquer sans réfléchir. C’est un sujet stérile et elle préfère rebondir sur Esaias et sa préférence pour les blondes. « tu peux décider de te teindre les cheveux en blond pour changer » et lui plaire, en même temps « mais si j’étais toi, je ne le ferais pas » qu’elle lui suggère quand même. C’est son point de vue. Une femme doit rester authentique et s’imposer. Si Esaias veut des blondes, il y’en a un paquet. « Si tu veux mon avis, lui aussi il ne te mérite pas » Elle ne doit pas perdre son temps avec lui. Elle vaut mieux que ça Anaswara. Elle en a pas conscience mais c’est vraiment quelqu’un qui ne mérite pas un vulgaire lot de consolation comme Esaias. Il lui faut quelqu’un qui la trouve belle comme elle est, avec sa naïveté, sa gentillesse, sa compassion, sa fragilité, sa couleur de peau, son charme, ses long cheveux noirs, sa lenteur d’esprit, son côté space et son inexpérience. Elle lui explique qu’elle n’a pas besoin d’un homme tout court car les femmes sont très bien toutes seules, ou entre elles. Si l’un d’eux débarque ça serait une option, pour certains un luxe mais loin d’être une priorité. Elle tient à ce qu’elle s’imprègne de cette idée car c’est très important. C’est la base de sa doctrine et apprécie qu’elle comprenne de plus en plus sa façon de penser. Elle lui propose un massage, et hoche la tête quand elle accepte aussi. C’est normal après tout. « Tu mérites aussi que quelqu’un prenne un peu soin de toi. Tu ne dois pas tout le temps donner et aussi apprendre à recevoir » Anaswara, elle est triste et c'est normal, parce-qu’à force de tout le temps donner, et ne rien recevoir en retour, elle se vide et ça se ressent. Même si c’est quelqu’un qui a beaucoup à donner, habituée à donner etc, elle faut qu’elle apprenne à recevoir. Elle s’installe sur la table de massage et laisse à la népalaise le soin de s’occuper d’elle en premier, tout en lançant une conversation un peu intime. Mais Kenza, elle a pas de mal à se confier. Au contraire, au fond d’elle, c’est quelque chose dont elle avait vraiment envie de discuter un jour avec quelqu’un. Pourquoi elle n’a jamais osé ? Excellente question. « Je ne veux pas le faire avec n’importe qui » qu’elle souffle, les yeux fermés et totalement relaxée sur sa table. Elle ne sait pas si la népalaise va la comprendre, mais voilà, c’est un peu ça l’idée. Kenza, elle veut pas tester tout court. Elle veut une personne avec qui elle pourrait être compatible pour vivre les délires qu’elle veut vivre et expérimenter, ressentir le plaisir et la jouissance de dominer une femme, hors c’est pas très courant et c’est ce qui l’a freiné. Elle la laisse dénouer son maillot de bain et elle trouve ça très agréable, de se faire masser par la jeune femme. C’est la première fois dans cette aventure qu’elle laisse une femme la toucher comme ça, et elle se laisse faire et se prélasse complètement pour ressentir de nouvelles sensations. En parallèle, elle a l’impression qu’Ana la comprend et c’est tout aussi agréable que de recevoir un massage relaxant. « Oui je pense » qu’elle souffle en se déconnectant légèrement « à vrai dire ce n’est pas une personne qu’on trouve. C’est quelque chose qu’on construit, si tu comprends ce que je veux dire » Kenza, si elle a beau cherché et qu’elle trouve pas, c’est peut-être parce-que ce qu’il faut faire, c’est plutôt construire cette personne et non pas attendre dans un coin qu’elle surgisse de nulle part, car ça ne se produira jamais.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1915
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
asgard ☾ jeudi vers 21h Empty
MessageSujet: Re: asgard ☾ jeudi vers 21h   asgard ☾ jeudi vers 21h EmptyMar 2 Juil - 12:02

Elle écoute avec une certaine attention les paroles de @Kenza, concernant le fait qu’elle recevra encore des commentaires à son égard. Sûrement pas les commentaires les plus appréciables, les plus plaisants à lire et à entendre. Elle devra être forte pour affronter ces mots. La marocaine a déjà fait les frais de ces commentaires et remarques, elle lui confie que la première fois que cela arrive, on a envie de répondre et de réagir car on trouve cela injuste. Elle hoche doucement la tête, parce que c’est la sensation qu’elle a eu quand a été diffusé ce commentaire à son sujet, au détour d’une chronique. « Tu crois que j’ai bien fait de ne pas chercher à répondre à cette personne ? » Elle essaie de savoir si elle a adopté la bonne habitude, ce soir-là. Comme elle n’a pas répondu à ce commentaire en direct d’un jeune homme qui lui était adressé, elle ne l’a lu que quelques heures plus tard, la pression du prime retombée. Elle n’ira jamais cherché à entrer en contact avec ce dénommé « hotaussie ». Elle pose son doux regard sur le visage de la belle, quand elle lui parle du Maroc, elle a l’impression qu’elle lui parle d’ici, de ce qu’elle pourrait subir si elle s’assumait à Dubaï. Elle l’écoute, en silence, ne voulant pas l’écouter. Elle se contente de boire ses paroles. C’est la seule chose qu’on lui a appris lorsqu’elle était enfant, savoir écouter les autres, recevoir leurs paroles. Anaswara lui confie que c’est la première fois qu’on la désigne de la sorte. Elle n’a jamais été la chaudasse dans le regard d’un homme ou d’une femme. D’après Kenza, ce ne sera pas la dernière fois. Une petite moue se dessine sur son visage, elle a un peu peur de ce qu’elle pourrait lire sur elle, la prochaine fois. Elle essaie de comprendre pourquoi on leur adresse de tels mots. D’ailleurs pourquoi elles et non pas les autres femmes de l’émission ? Elle essaie de comprendre et trouver une justification à ces remarques déplaisantes. « D’accord », qu’elle expire quand la brune l’intime d’arrêter de trop réfléchir. La conversation dérive alors sur Esaias. Kenza rebondit sur la préférence pour les femmes blondes du blond. Ce n’est un secret pour personne, au sein du palace, à moins d’avoir vécu dans un placard pendant toutes ces semaines. Elle sourcille légèrement quand elle lui suggère la possibilité de se teindre les cheveux en blond pour changer. Elle dodeline de la tête, peu convaincue par l’idée. « Je ne pense que cela soit une bonne idée… Puis je ne suis pas sûre que le blond m’aille au teint », elle souffle. Elle n’est même pas sûre que se teindre en blonde fera un effet. La belle brune lui confirme qu’elle ne le ferait pas, à sa place. Un discret rictus étire ses lèvres. C’est alors qu’elle reprend la parole. Elle parle d’Esaias et lui dit qu’il ne la mérite pas. Elle reste silencieuse, ne sachant que penser de cet avis. « Tu penses ? », elle essaie de comprendre. Elle ne sait pas qui la mérite et si cet être humain existe quelque part, sur la planète Terre. Son regard croise celui de la marocaine, qui lui confesse qu’une femme n’a pas besoin d’un homme pour la satisfaire, qu’elle n’a pas besoin de lui. Elle a compris ce qu’elle veut lui dire. Kenza lui propose en retour un massage, après celui qu’elle lui offrira. Un peu hésitante, elle finit par accepter. Ce n’est pas dans ses habitudes de recevoir quelque chose de la part de quelqu’un d’autre. Elle n’a jamais rien reçu, de la part de quelqu’un, depuis qu’elle a quitté le Népal. Elle n’est que celle qui donne et qui ne reçoit rien en retour. D’après sa camarade, elle mérite aussi que quelqu’un prenne un peu soin d’elle. Elle reste silencieuse, alors qu’elle lui dit qu’elle doit aussi apprendre à recevoir. « Oui », elle expire à demi-mot. Elle a raison, Kenza, et elle peut-être la seule à l’avoir perçu. Elle écoute, d’une oreille attentive, les paroles offertes par la marocaine, quant au fait qu’elle n’a jamais osé faire quoi que ce soit avec une femme. Anaswara la questionne à ce sujet. Elle lui répond ne pas vouloir le faire avec n’importe qui. « C’est compréhensible ». Elle comprend sa réponse. « C’est quelque chose que l’on fait avec une personne avec qui l’on s’accorde, l’on est en harmonie ». Elle projette sa réponse à sa propre situation. Elle se posera avec quelqu’un avec qui elle s’accorde et qu’elle est en harmonie. C’est comme cela qu’elle a une conception trop naïve, trop idéaliste. Anaswara prend l’initiative de dénouer son maillot de bain afin de commencer son massage. Reprenant le fil de leur conversation, elle laisse ses doigts toucher et caresser la peau nue de Kenza pour lui offrir un massage. Ses gestes sont appliqués et sûrs. Elle sait très bien ce qu’elle fait et elle le maîtrise très bien. Elle écoute la réponse de la jeune femme, tout en continuant de la masser. Elle pense qu’elle trouvera quelqu’un qui la comprenne. Elle se reprend, se corrigeant : ce n’est pas une personne qu’on trouve mais quelque chose qu’on construit. « Je crois, oui ». Ses mains descendent le bas de son dos, s’attardant quelques instants, avant de remonter le long de ses flancs. Elle enveloppe les formes élégantes et gracieuse de Kenza de ses mains. Elle se concentre sur la respiration apaisée de la brune. Ses doigts effleurent ses seins, continuant leur chemin. « Sur quelle base tu te poseras pour la construire ? », parce que pour la construire, cette personne, il faut des fondations.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
L'hiver se déguise En amour, en printemps, En ivresse, en âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Expédition vers le Harad.
» Et je m'envole vers d'autres cieux !
» Detroit: Je serai absent due mardi 25 octobre aux jeudi le 27 octobre
» Vers un multilinguisme intégral

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: SPA-
Sauter vers: