Partagez
 

 svartalfheim ☾ lundi vers 22h

Aller en bas 
AuteurMessage
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 772
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 012£
AFFINITÉS:
svartalfheim ☾ lundi vers 22h Empty
MessageSujet: svartalfheim ☾ lundi vers 22h   svartalfheim ☾ lundi vers 22h EmptyLun 24 Juin - 12:50

ft. Niels

Kenza, elle se retrouve dans ce bar lounge avec @Niels, comme durant leur première rencontre, a la seule différence qu’elle n’est pas prête à rester aussi raisonnable qu’elle ne l’a été durant leur toute première fois, où ils se sont rencontrés dans ce bar. « Tu sais, j’ai prévu de boire plus de trois verres » elle le prévient d'office et d'entrée, pour annoncer direct la couleur. C’est sa nouvelle copine avec qui il roucoule h24 qui connait l’histoire en détail du pourquoi et du comment de cette limite, mais lui, il a été le premier à qui elle avait informé qu’elle n’allait jamais au-delà de trois verres. Justement, c’est avec sa copine qu’elle a sauté le verrou et a replongé pour la première fois depuis des mois dans cette vieille (mauvaise) habitude. C’était assez ironique, comme parallélisme. Surtout que Niels, contrairement à sa nouvelle bien-aimée, il était toujours cantonné à son abstinence chiante et plus très drôle à ce stade de l’aventure où la prise de risque et l’esprit yolo commencent à régner dans les esprits « je compte sur toi pour me ramener chez moi » ça aussi, elle l’informe avant de vider son troisième et ultime verre, avant de basculer vers le royaume des elfes noires. Niels, ça sera son taxi pour le soir. Ou le type assez raisonnable, gentil, bon pote de boulot qui la ramène chez elle et prend soin d’elle alors que ses commandes motrices et cognitifs sont plus au moins altérées. C’est un rôle qu lui sied à merveille d’ailleurs. Et juste le fait de se l’imaginer jaune, en taxi new-yorkais commence à la faire rire bêtement « sans me violer s'il te plait » qu’elle précise alors que c’était obvious et loin d’être nécessaire. Elle ne compte pas les fois où les ploucs qui l’abordaient voulaient se la taper, pensant profiter de son faux état d’ébriété qu’elle simule des fois, juste pour pimenter les échanges. Mais elle adorait qu’on la prenne pour une petite poire, avant de les laisser comme des glands sur le pas de la porte « je tiens à ma virginité » qu’elle balance avec sa voix de petite colombe toute innocente en se réservant un autre verre. Elle commence déjà à rougir, mais elle a son Niels à coté, l’agence tout risque qui est là pour contrôler la situation et la ramener à la raison s’il le faut. « dis, tu penses vraiment qu’ils me proposeront une place dans leur équipe quand tout ça sera terminé ? » qu’elle lance avec son air de nana pseudo absente qui commence à décoller doucement sous l’effet de l’alcool. Elle fait allusion à ce qu’il lui avait dit l’autre fois, sans pour autant le prendre au sérieux. Maintenant que son taux d’alcoolémie plafonnait déjà à des valeurs qui lui faisaient tourner la tête, elle était enfin prédisposée à discuter de cette idée farfelue. Pour lui, elle incarnait très bien cette émission et ses aspects. Ça l’a un peu laissé songeuse, cette histoire « je pense que je refuserais leur offre » qu’elle souffle pour brusquer l’échange façon tadaa. Kenza, elle ne se voit pas trop finir chroniqueuse comme Elena & co. C’est peut-être un job pour elle, taillé sur mesure à son caractère et sa forte personnalité ; elle a même sa place dans ce monde et pourrait y surnager, mais pas juste en tant que figurante ou chroniqueuse qui bosse pour un milliardaire. C’est pas trop ce qu’elle s’imagine, dans son fertile cerveau d’ambitieuse mégalomaniaque qui ne s’arrête pas à si peu « Je pense que je vais me refaire une autre télé-réalité » elle a bien accroché le concept, et elle se voit bien faire un autre truc après pour surfer sur la vague de son buzz anglais. Elle est sûre de recevoir des touches en France ou en Italie, voir aux states, là où les TR commencent à émerger comme des champignons hallucinogène dans une forêt magique. « à moins que William ne me propose de faire un spin-off en mon nom » une télé-réalité en son nom, ça, c’est le genre d’idée qui pourrait lui plaire « un concept dans le genre : Kenza et les 20 millionnaires. » qu’elle lance en souriant bêtement. « J’aime beaucoup, pas toi ? » elle se voit très bien dans le rôle de la courtisane qui élimine chaque semaine deux BG juste parce-qu’ils auraient été un peu moins parfait au fur et à mesure que les semaines défilent. Et avec elle, et son image florissante, y’a moyen de se faire de l’argent alors si William est pas con, y'a de quoi se faire du pognon là-dedans. « Je vois les choses en grand, Niels. » qu’elle lance déjà après avoir lancé le quatrième verre, en mode panneau lumineux dans l’air.  Ça il l’aurait remarqué mais elle avait toujours des idées très ambitieuses. Surtout sous alcool où elle devenait plus bavarde. « Tu crois qu’il y’a moyen de séduire William ? » qu’elle lance dans un sourire espiègle au coin. Là aussi, niveau ambitions, elle vise très haut. Très très haut. Elle a déjà entendu que certaines candidates s’y sont déjà essayées mais elle est pas trop sûre qu’elles aient réussi. Normal, elles n'avaient certainement pas le même charme qu’elle et donc, zéro chance de réussir. William, il est peut-être le boss de ce jeu, mais ça reste une bite, et pour elle, une bite ça reste modulable, voir facile à faire tomber si elle s’y mettait cette idée et ce challenge dans la tête « Je pense que je serais son genre. » l’inverse n’est peut-être pas vrai pour pas mal de critères. Enfin il est vieux, il bande peut-être plus très bien mais il est assez riche et c’est assez suffisant pour gommer tous ses nombreux défauts. Icare est plus son genre mais William, ça reste une opportunité qui ne se présente pas tous les jours alors bon « tu valides ? » attention à ce qu'il va dire, toute réponse foirée pourrait lui valoir un changement d'humeur qu'il serait pas prêt de gérer « est-ce normal qu’on sache rien sur lui, depuis tout ce temps là ? » ça fait combien de saison maintenant qu’il est là, ce débile mental ? 12 saisons c’est ça ? Pourquoi on connait rien sur lui ? Est-ce qu’il est marié déjà ? C’est quoi son style de femmes ? Est-ce qu’il a comme projet de bâtir une famille un jour ? Ce qui est drôle dans l’affaire, c’est pas les questions bizarres qu’elle commencent à se poser dans sa tête, mais plutôt le fait de croire que Niels puisse lui apporter des réponses à ses questions, car à ce qu’elle sache, il n’en sait rien, lui aussi, hm.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1402
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 41


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 40 923£
AFFINITÉS:
svartalfheim ☾ lundi vers 22h Empty
MessageSujet: Re: svartalfheim ☾ lundi vers 22h   svartalfheim ☾ lundi vers 22h EmptyMar 25 Juin - 18:54

Niels s'était laissé convaincre d'accompagner Kenza au lounge bar, qui n'était pas sans lui rappeler l'un de leurs premiers échanges, deux mois plus tôt. C'était une rétrospective assez dingue, quand on savait combien les choses avaient pu changer en quelques semaines, et combien leur aventure respective avait pris des tournants qu'ils n'imaginaient sans doute pas en mettant les pieds ici pour la première fois. « On a quelque chose à fêter ? » Il demanda dans un demi-sourire intrigué, lorsque Kenza lui confia n'avoir aujourd'hui pas l'intention de se limiter à trois verres. Ca avait de quoi le surprendre un peu, s'agissant d'un principe qu'elle avait défendu bec et ongle la première fois, sans savoir qu'elle n'en avait pas besoin. Parce que du coté de Niels, rien n'avait vraiment changé à ce niveau-là, il avait accepté de l'accompagner parce qu'il pourrait toujours dire qu'il espérait que sa langue se délierait un peu, mais il participerait par la pensée, ce qui semblait bien tomber étant donné que Kenza comptait sur lui pour la raccompagner dans ses quartiers. L'idée tira à Niels un rire silencieux. « Tant que j'ai pas de problèmes avec Icare. » Il plaisanta, pas certain que le français aurait de quoi s'inquiéter même en le voyant porter une Kenza à moitié pompette, et pas seulement parce que plus personne n'ignorait plus ce qui se passait avec April et que c'est plutôt d'elle dont il aimait se rapprocher. Sa prochaine remarque lui arracha finalement un rire franc, qu'il réprima sur la fin parce que ça avait le mérite d'être du Kenza tout craché. « Je vais faire comme si tu me connaissais pas depuis deux mois et simplement mettre ça sur le compte de cette soirée. » Parce que ça ne l'étonnerait pas vraiment que Kenza ait déjà croisé toutes sortes de types plus ou moins louches dans des soirées et il n'avait aucun doute sur le fait que sa méfiance ait déjà pu être justifiée, mais il osait espérer qu'elle l'avait quand même cerné en sept semaines et savait à qui elle avait à faire. « Je sais que le bracelet électronique porte à confusion, mais quand même. » Il reprit avec un petit air amusé, et alors qu'il l'avait presque oublié, ce bracelet qui cette semaine le privait de tout l'extérieur du palace. Kenza enchaina pour revenir sur ce qu'il lui avait dit la semaine passée, quand au fait qu'il imaginait bien la production lui proposer une place dans leur équipe à la fin du jeu. « Je pense que ce serait loin d'être illogique, t'as le profil le plus adapté à ce genre d'offre, rien que ta page sur le réseau social doit compter plus d'abonnés que celles de tous les membres de la production réunis. » Il plaisantait, mais n'empêche que si la production devait approcher quelqu'un susceptible de trouver sa place durablement à la télévision et sous l'oeil des caméras, sans se laisser impressionner, c'était bien Kenza. Niels posa sur Kenza un regard intrigué lorsque celle-ci confia n'avoir de toute façon pas l'intention d'accepter leur offre, et projeter plutôt de refaire une télé-réalité. Et le fait qu'elle ait même été jusqu'à imaginer un spin-off où elle tiendrait le rôle principal, ça l'amusait. « C'est plutôt vendeur comme concept, c'est clair. Mais millionnaires, c'est impératif ? Parce qu'en trouver vingt ce sera sûrement pas simple, pour peu qu'ils doivent en plus remplir certains critères physiques. » Il releva, voyant d'ici la tronche que ça risquait d'avoir et quel genre de types seraient approchés pour bien présenter à la télévision sans pour autant voler la vedette à Kenza. « Ça m'étonne pas. » Il reprit dans un plus fin sourire, lorsqu'elle déclara voir les choses en grand et parce que l'inverse l'aurait un peu étonné de Kenza, qui prétendait toujours au meilleur et avait bien raison. Sa prochaine question lui fit prendre un air pensif et en même temps un peu amusé. « J'en sais trop rien. Je crois que je me le représente un peu comme une entité inaccessible, en me demandant presque parfois s'il existe vraiment ou si c'est juste une voix et un visage. » William avait beau être omniprésent depuis le début de leur aventure, ils ne l'avaient jamais vraiment vu autrement qu'à travers un écran et à force il y avait un petit coté mystique derrière chacune de ses interventions, un peu comme s'il était là sans vraiment l'être. « Mais si c'est bien un mec en chair et en os et qu'il aime les femmes, alors je vois pas comment tu pourrais ne pas être son genre. » Et il disait ça en voyant bien le petit regard que lui lançait Kenza au moment d'attendre sa validation, comme si elle s'apprêtait à le griffer à la gorge s'il ne lui donnait pas raison. Niels n'avait pas besoin de se forcer et il n'était de toute façon pas le genre à dire ce qu'il ne pensait pas ou à brosser les autres dans le sens du poil sans être sincère. Kenza était une belle femme, clairement le genre à faire des émules et un type comme William ne devrait pas rester indifférent. « Mais tu soulèves un point important : on sait rien de lui. Si ça se trouve il est marié, et il fait juste en sorte de protéger son jardin secret. » Ce n'est pas lui qui allait trouver ça curieux, depuis qu'il était ici il partageait au moins ça avec William, les mentions à sa famille étaient rares même s'il y avait des choses qu'il commençait à confier. Il y avait évidemment son secret, la principale raison de certains de ses silences, mais Niels était plus généralement du genre à garder pour lui certaines choses quand ça en valait la peine, comme quand il ne s'étendait pas sur ce qui les concernait April et lui. « Finalement tu préférerais quoi, résoudre en une seule fois l'énigme qu'est William ou avancer jusqu'aux révélations pour savoir ce que chacun de nous cache ? » Niels finit par demander dans un fin sourire joueur, parce que c'était un dilemme taillé pour Kenza et que ce qui l'intéressait c'était de jauger sa curiosité vis à vis des secrets, alors que la fin était un peu plus proche chaque jour et qu'ils le mesuraient.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 772
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 012£
AFFINITÉS:
svartalfheim ☾ lundi vers 22h Empty
MessageSujet: Re: svartalfheim ☾ lundi vers 22h   svartalfheim ☾ lundi vers 22h EmptyJeu 27 Juin - 21:48

S’il y’avait quelque chose à fêter ? Kenza, quand elle décolle à la vodka, elle a pas envie de bouger son cul sur une piste de danse et faire la teuf toute la soirée. Non, ça c’est plutôt l’effet de la tequila ou des liqueurs. Elle, quand elle dépasse sa limite de trois verres de V, elle commence soit à devenir sexuellement fertile et allumée dans son cône, soit partir dans un délire profond en compagnie de mecs plus posés et sobres style @Niels. Elle commence à avoir un genre particulier de pensées philosophiques façon "la vie est une fête continue où personne danse" par exemple, ou même ce qu’elle allait lui ressortir avec son regard de nana qui se donne un air deep, juste pour se donner les auto convictions de pas être qu’une énième gonzesse superficielle baisable qui finira dans le pieu du spermatozoïde le plus fort et le plus méritant de la soirée « Tu sais Niels, je n’aime pas trop la fête tant que ça » qu’elle commence, ayant cette soudaine impression de virer vers une version plus féminine de Bart. Une Bart du pauvre, une imitation, un truc un peu en dessous niveau qualité mais qui rempli la même fonction. « La vie est une fête bien plus intéressante que les pseudo-fêtes que l’on institue pour la faire oublier » et elle trouve que y’a rien de plus triste que fêter en fait. C’est limite déprimant mais, maintenant qu’elle y pense, y’a pas plus mélancolique qu’un bar, ou une boite de nuit. C’est de la fausse joie. De la fausse euphorie. On se dit qu’on y va pour s’amuser mais au fond, c’est pas possible car on décide de provoquer la chose et on fini par vaciller entre l’extrême fausse exaltation et l’extrême tristesse. La vie d'Icare par exemple, elle est trop triste. La sienne aussi. Elle arrête de déconner parce-qu’à force, elle va sombrer et avec tout ce qu’elle vit cette semaine, c’est pas bon pour sa santé. Que ça soit Icare qui commence à vriller, son secret en danger, la fin qui approche, c'est clair qu'elle commence à saturer et sans son self-control majestueux, c'est sûr que ça ferait des plombes qu'elle aurait fait une rupture d’anévrisme. « au contraire, il devrait te remercier » qu’elle souffle en glissant son verre un peu loin d’elle. Si c’était un vrai homme, ce petit con serait là entrain de la surveiller ou veiller à ce qu’elle ne déconne pas à ce point, ou limite voir ce qu’elle fout pour s’en assurer, faire semblant d’être là au pire ou même la ramener car c’est son rôle après tout. « de me ramener » Mais il est même pas là, comme toujours et elle se demande d’ailleurs ce qui lui arrive cette semaine à être absent comme ça. Le fait qu’il ramène Icare sur la table, ça la gonfle un peu mais heureusement qu’il y’a d’autres choses sur lesquelles elle peut rebondir pour pas se morfondre dans cette mini crise qui la parcourt cette semaine « je ne te connais pas tout court, Niels » elle lui a peut-être balancé ses quatre vérités à la figure, mais c’était que des impressions et des ressentis. Au final, et après deux mois, elle ne connait rien de lui, et il ne connait rien d’elle non plus. Preuve que ce jeu, c’est qu’une expérience en carton où à force de se voir chaque jour, on a l’impression de connaître les autres mais au fond, pas du tout. Elle sait pas pourquoi elle est dans un mood mélancolique pareil, c’est surement l’alcool mais aussi l’accumulation de plein de trucs, mais au moins elle peut virer vers son délire mégalomaniaque préférée : celui de s’imaginer une suite glorieuse après l’aventure. Dans sa tête, elle a déjà percé. Elle est déjà en haut, qu’elle gagne ou pas, à la sortie, les offres vont tomber du ciel comme une pluie torrentielle. C’est une évidence. C’est pas de la confiance en soi aveugle, ou stupide, c’est la vérité. Alors le contrat de chroniqueur pour venir animer une chronique et se barrer ensuite, non merci. Elle, elle voit les choses en grand. En super grand. Pendant que Niels lui songe à fonder une nouvelle petite famille avec April et faire grandir des bébés April vachement hideux, elle, elle se voit dans une île tropicale ou au sommet du monde. « J’aime bien quand tu me complimentes comme ça. April doit être aux anges » le fait qu’il lui boost son ego en lui parlant de sa page et en la comparant à celles des Elena, Marco, Reese, Crystal et compagnie, elle adore. Elle a l’impression d’écraser tout le monde avec son image et sa marque qui n’arrête pas de gagner en notoriété. Et l’idée du spin-off a l’air de l’amuser d’ailleurs. « Le physique c’est un plus. Mais l’argent, c’est quand même important » Elle insiste. Kenza, c’était pas un michto, ni une meuf vénale. Enfin si, un peu, même si elle détestait cet adjectif, car faut bien avouer que lorsqu’elle a apprit que Malcolm se tapait des petits boulots merdiques, elle l’a un peu blacklisté le pauvre, ou qu’Esaias était barman ça l’avait un peu réduit à un simple potentiel plan cul, mais faut aussi accepter son point de vue et la comprendre. Elle était déjà out of the league pour pas mal de mecs et dans sa tête, elle pouvait pas se permettre un gars inférieur. Faut aussi que les gars qui l’approchent restent lucides et pleurent pas sous les jupes de leurs mères quand ils finissent par comprendre qu’ils n’auront jamais un ticket avec elle. Car c’est ça, la vie. Fallait avoir des critères pour postuler au job qu’elle constituait et elle respectait les gens qui s’écartaient volontairement avant même de passer à l’entretien et se prendre un non, pas parce-que c'était un signe d’intelligence mais parce-que ça lui faisaient gagner du temps aussi. Icare, c’était le type parfait pour elle dans ce jeu, et même s’il avait sa part d’ombre, elle avait fini par accepter cette merde et cette relation destructrice dont le compte à rebours était à présent enclenché car elle avait l’impression d’être avec un mec qu’elle aurait pas eu honte de s’afficher avec. Et qui la comprenait surtout. William par exemple, ça serait le deal parfait aussi. Il est peut-être sadique avec son jeu, mais il a l’avantage d’être un gros milliardaire et avec un gars comme ça, elle, elle pouvait tout supporter. Machisme, domination, passivité, tout lui irait tant qu’elle allait pas passer le restant de sa vie à faire des économies pour survivre. « je vois, mais j’ai cru comprendre que c’était une vraie personnalité, avec une histoire et un vécu. » elle serait déçue si vers la fin, c’était juste un acteur à qui on avait enfilé tout un costume pour le délire de l’émission « tu as raison, mais je crois qu’il se retient en ce moment car ça ne ferait pas très professionnel de sa part s’il commençait à tomber pour une candidate » ça fait un peu le prof qui succombe pour son élève, c’était mal vu généralement « alors je comprends pourquoi il ne m’a toujours pas contacté » elle lâche ça en se moquant d’elle-même avec son petit air de princesse. Elle était pas sérieuse, ça suffisait juste à entretenir la conversation car elle n’avait aucune vue sur cet homme « tu as beaucoup de points commun avec lui. On dirait que t’es son petit frère » elle balance ça en feignant une illumination « je crois qu’il faut que j’aille buzzer ça » ça serait trop ridicule mais n’empêche, ça en jetait comme théorie. Il lui pose un dilemme et elle sait pas s’il se rend compte, mais elle est fortement alcoolisée et elle a pas trop le cerveau pour réfléchir pleinement, alors elle balance, yolo « Résoudre le mythe de William » clair, net et précis « vos petits secrets je m’en balance en vrai » genre Kenza à la base, elle participe activement à cette chasse au secret uniquement parce-que c’est un challenge et qu’il y’a un réel enjeu derrière, du coup lorsque toutes les cagnottes seront gelées, elle aura plus rien à foutre de savoir ce que Malcolm, Niels &co cachent derrière. Elle prévoient même de se gaver de boissons énergisantes pour tenir la soirée, avec toutes les révélations longues et chiantes qu’elle risque de supporter, hm.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1402
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 41


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 40 923£
AFFINITÉS:
svartalfheim ☾ lundi vers 22h Empty
MessageSujet: Re: svartalfheim ☾ lundi vers 22h   svartalfheim ☾ lundi vers 22h EmptyDim 30 Juin - 22:48

Visiblement, l'heure n'était pas tant à la fête que pouvait le laisser penser l'absence de limites dont faisait généralement preuve Kenza avec l'alcool, et ça convenait tout aussi bien à Niels, du moment que la soirée restait agréable et qu'ils pouvaient passer un peu de temps à bavarder histoire de lui faire oublier que cet endroit, au départ, ça n'était pas non plus tellement son repère privilégié. Il s'était laissé convaincre par Kenza parce qu'on ne pouvait rien lui refuser à moins d'avoir envie de se heurter à son tempérament bien trempé et que la plupart du temps Niels préférait éviter les conflits inutiles, et la vérité c'est qu'il n'était pas contre non plus de se vider un peu la tête à un stade où le jeu prenait une ampleur de plus en plus importante et où chacun était à la fois un peu lassé de vivre depuis aussi longtemps en communauté et avec autant de monde, et attaché à ce cadre, cette ambiance, cette dynamique. Niels ne boirait pas, mais il profiterait autrement et ça faisait longtemps que les cocktails sans alcool n'avaient dans le pire des cas plus aucun secret pour lui. « J'allais dire que je t'avais jamais connue aussi philosophe, mais en fait je sais. C'est l'alcool. » Il souffla dans un demi-sourire amusé, histoire de la taquiner un peu et aussi parce que quelque part, il ne savait pas tellement comment rebondir autrement sur ses paroles qui touchaient quelque chose en lui qu'il n'avait pas forcément envie de laisser parler maintenant. Et tant qu'il était certain que raccompagner Kenza jusqu'à sa chambre n'allait pas créer d'histoires avec Icare, plutôt chill dans son genre mais on n'était jamais trop prudent, il ne voyait aucun inconvénient à s'assurer que Kenza arriverait saine et sauve dans ses quartiers pour récupérer des verres qu'elle s'enfilait un peu trop rapidement à son goût, mais il attendrait un moment vraiment critique pour se permettre une remarque histoire de ne pas la braquer. « Tu pourras toujours faire semblant de boiter demain matin pour lui faire croire à une fin de soirée agitée, histoire de le faire un peu culpabiliser. » Il rit légèrement en lui soumettant l'idée, sans sérieux même si une femme comme Kenza trouverait sûrement amusant de jouer ce genre de jeu avec Icare histoire qu'il s'inquiète un peu. Pas très déontologique de la part d'un thérapeute de mettre ce genre d'idées dans la tête des autres, mais Niels aussi était en vacances, et Kenza était assez grande et réfléchie pour savoir si c'était le genre de trucs qui pourraient fonctionner pour rire ou si Icare risquait de mal le prendre. Visiblement, elle ne tenait pas à s'étendre sur le sujet et Niels resta silencieux une seconde à ses prochaines paroles, parce que ça rejoignait un peu ce qu'elle lui avait déjà dit un peu plus tôt dans l'aventure, au sujet de sa capacité à garder pour lui un certain nombre de choses, notamment sur sa vie. Il y avait des choses qu'il racontait, mais aussi des choses qu'il ne pouvait pas mentionner tout de suite, ou qui auraient plus de sens s'il le faisait le moment venu. « Qu'est-ce que tu veux savoir ? » Il demanda finalement, presque de but en blanc, un sourire un peu joueur au coin des lèvres et en soutenant son regard. « T'as le droit à une question, choisis-la bien. » D'accord, ce n'était pas avec ça qu'elle pourrait prétendre le connaître beaucoup mieux, mais c'était déjà une offre assez généreuse et Kenza le noterait peut être en se remémorant les réserves qu'il avait pu montrer par le passé. Niels réalisait qu'il y avait des choses qu'il ne pourrait pas dire quoi qu'il se passe et dans ces cas-là il s'en sortirait comme il pourrait parce qu'il n'était pas le genre à lancer ce genre de choses pour se défiler derrière, mais il avait confiance en Kenza pour taper là où c'était le plus intéressant. C'était aussi un bon moyen de savoir ce qui l'intriguait le plus à son sujet. Il ne lui dirait rien qu'il ne dirait pas à April et probablement aux autres si ça touchait à son secret, mais il se fiait suffisamment à elle pour penser qu'elle irait d'abord garder pour elle ce qu'il lui dirait. Cette histoire de télé-réalité dont elle serait l'héroïne lui irait il est vrai plutôt bien, parce que Kenza au milieu d'une bande de millionnaires qui ne reculeraient devant rien pour la séduire, c'était à la fois vendeur et prometteur rien qu'à voir combien de types à l'extérieur envahissaient sa page de messages avec l'envie de se démarquer. Sa remarque au sujet de ses compliments et d'April lui tira un petit sourire amusé. « Aux anges je sais pas, mais heureuse ça j'espère. » Il avoua doucement, toujours un peu pudique en ce qui concernait sa relation avec April en grande partie parce qu'il ne voulait pas qu'en en parlant il lui mette la pression pour définir ce que tout ça représentait pour elle, mais depuis que les choses devenaient concrètes et qu'ils s'étaient rapprochés, Niels espérait que la tournure que tout ça prenait et ce que ça impliquait pour eux l'épanouissait autant que lui. « Mais ne va quand même pas lui dire que je passe mon temps à te complimenter, là c'est avec elle que je pourrais avoir des problèmes. » Il s'amusa après un léger rire, n'imaginant ni Kenza grossir cette histoire alors qu'il la savait plutôt proche de l'américaine, ni April se sentir menacée pour quelques mots sur sa notoriété sur internet. Mais l'image avait de quoi faire sourire, avec celles qui devaient être les deux plus grandes joueuses et les deux caractères les plus affirmés des candidats encore en jeu. « Et Icare coche les deux cases, c'est ça ? » Il reprit en lui lançant un regard amusé. Icare était un peu l'équivalent masculin de Kenza dans l'aventure avec son physique avantageux et il lui semblait qu'il goûtait pas mal à tout ce qui était fêtes, people et monde de la nuit, le genre d'ambiance qui devait pas mal convenir à une femme comme Kenza qui même si elle avait déclaré ne pas aimer célébrer devait attirer tous les regards à ce genre d'occasions. « Comment ça va se passer si tu l'abandonnes pour te faire courtiser par une pléiade de millionnaires pendant plusieurs semaines ? » C'était encore un peu pour la plaisanterie, mais si vraiment elle avait envie de faire ce genre de télé-réalité à sa sortie, Niels savait qu'elle s'en donnerait les moyens et que là dehors, il y avait pas mal de productions prêtes à décrocher leur téléphone pour l'avoir sur leur antenne. Ce qui l'intéressait, c'était de savoir comment ça se passerait vis à vis d'Icare, quand Kenza semblait destinée à une vie sous l’œil des caméras qui peut être ne serait pas toujours compatible avec une histoire comme celle qu'ils prévoyaient peut être de vivre. Il ne le savait pas mais la question l'intriguait, ils en étaient tous à réfléchir à l'après et à la façon dont chacun voudrait poursuivre ce qu'il avait commencé à construire ici. Niels savait ce qu'il voulait avec April, il était sûr de ce qu'il ressentait et que peu importe que l'extérieur soit aussi une sorte d'inconnu, il ferait ce qu'il faut pour que ça marche parce qu'il ne voulait pas d'une romance d'un été, il ne se serait jamais livré comme il l'avait fait s'il n'était pas sincère et n'avait pas envie de se lancer pour de vrai, même si ça foutait toujours un peu la trouille quand on était resté seul aussi longtemps. Il savait qu'elle aussi et quelque part ça la rassurait et c'est ce qui faisait qu'il n'avait pas de mal à comprendre qu'elle ait besoin de temps pour avancer à son rythme. Quant à William, le fait qu'il puisse s'agir d'un type qui n'existait qu'au travers des écrans du palace ferait visiblement une déçue, mais que Kenza se rassure, du peu qu'ils avaient vu il semblait quand même plutôt réel. « C'est vrai que ça ferait un peu désordre qu'il t'invite à venir dormir dans ses appartements, niveau favoritisme et tout ça. » Niels plaisanta, sans savoir ce qu'il en était finalement réellement de sa vie personnelle. Franchement, autant ne pas savoir, ça contribuait aussi au mystère. Sa prochaine remarque lui tira un rire franc. « Vraiment ? » Pour le coup il ne savait pas trop comment prendre le fait qu'elle lui trouve des points communs avec William, mais c'était sûrement plus pour le coté secret qu'autre chose. Niels gagnait bien sa vie mais pas au point de se payer ce genre de palaces. « J'étais sûr que ces indices me trahiraient. » Il reprit en levant exagérément les yeux au ciel, s'affalant sur la banquette avant d'étirer un sourire amusé. Clairement, si elle était sûre de son coup il n'allait pas l'empêcher d'aller buzzer, ce serait beaucoup trop drôle de se faire du fric sur ce genre d'idée avec William qui viendrait confirmer qu'ils ne connaissaient pas personnellement. Son petit dilemme n'obtint pas la réponse qu'il aurait imaginé, mais c'était intéressant. « Le dis pas trop fort, t'as un award de la meilleure enquêtrice à honorer. » Quand même, et il était persuadé que derrière ses airs un peu détachés elle était quand même curieuse de savoir ce que les personnes avec qui elle avait vécu des mois cachaient. « Tu penses que certains vont te surprendre ? » Une intuition qui lui ferait dire que des candidats en particulier pourraient l'étonner au moment de leur révélation, surtout si elle ne s'attendait pas à grand chose. « Il doit bien y avoir des candidats dont t'es proche et dont les secrets auront de l'importance à tes yeux. » Qu'elle lui dise que connaître son secret ne changerait rien de particulier à sa vie, ça ne le vexerait pas, mais pour Icare, Lula ou même Faith, c'était sûrement différent et ils en étaient tous là. Lui était curieux vis à vis de chaque secret mais certains ne le toucheraient forcément pas de la même manière parce que l'affect, ou dans le cas d'April les sentiments qu'il avait développé, jouaient aussi pour beaucoup.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vers une future proie [PV Garret Worfken / Selantis Shya] /!\Hentaï/!\ [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: LOUNGE BAR-
Sauter vers: