Partagez
 

 shine a little light, sun. 20:45 (VIIII)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) Empty
MessageSujet: shine a little light, sun. 20:45 (VIIII)   shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) EmptyDim 7 Juil - 23:11

Elle n’a pas oublié la promesse faite à Esaias, il y a quelques jours, où elle lui disait qu’elle lui préparerait quelque chose pour le récompenser de sa place de demi-finaliste. Elle jouait avec la montre, essentiellement pour trouver et mettre en œuvre ce qu’elle pourrait lui offrir. Elle n’a pas envie de se foirer et de faire quelque chose qui ne pourrait plaire au jeune homme. Elle veut bien faire et faire plaisir. Pour l’occasion, Anaswara a privatisé un coin de la piscine. Interdiction de pénétrer dans le périmètre qu’elle a précieusement délimité. Elle a déplacé une table basse, qu’elle a disposé, non loin du bord de la piscine, et disposé deux coussins pour qu’ils puissent s’installer. Elle a réfléchi à la décoration, quelques fleurs. La décoration, elle l’a essentiellement faite pour elle. Elle aime quand les choses sont belles et épurées. Elle n’en fait pas trop pour autant. Après avoir tout installé, elle se rend à la cuisine où elle se saisit d’un bol et de quelques fruits. Elle ne les a pas choisi au hasard ses fruits. Elle découpe une banane, deux pèches et un quart de pastèque afin de composer un semblant de salade de fruit. Dans un autre bol, plus petit, elle le remplit de chocolat fondu. Elle dépose le tout sur un plateau, n’oubliant pas les cures-dent afin de piquer dans les fruits. Elle emporte avec elle aussi deux coupes vides, une bouteille de champagne et une autre de jus de fruit. Elle emmène toute sa préparation sur la table qu’elle a disposé, à la piscine. Maintenant que tout est prêt, il ne lui reste plus qu’à trouver Esaias. Le soleil commence à se coucher, doucement. Elle entre dans le palace et commence à partir à la recherche du blond. Elle se résout à lui envoyer un message privé via leur compte respectif sur le réseau social. Quelques minutes plus tard, il la rejoint. Elle saisit la main du jeune homme et l’entraîne avec elle jusqu’au bord de la piscine. Elle l’emmène jusqu’à son petit coin privatisé pour l’occasion, lui offrant un large sourire, en espérant que son attention sera appréciée. « Je crois que nous avons quelque chose à célébrer », elle expire, en posant son doux regard sur le visage de son camarade. La veille, Anaswara a été sauvée par les téléspectateurs et propulsée au rang de demi-finaliste, aux côtés d’@Esaias et des autres. « J’espère que tu sauras apprécier », elle reprend. « Installe-toi », énonce-t-elle tout en se saisissant de la bouteille de champagne qu’elle débouche et déverse dans l’une des coupes.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Esaias
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11250-esaiashttp://www.throwndice.com/t11278-esaias 

MESSAGES : 604
AVATAR : christopher mason


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 156 336£
AFFINITÉS:
shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) Empty
MessageSujet: Re: shine a little light, sun. 20:45 (VIIII)   shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) EmptyDim 7 Juil - 23:58

@Anaswara

Une nouvelle semaine démarre. Possiblement la dernière. Tu ne sais pas encore mais tu espères avoir ta place en finale. T’as déjà tout gagné en étant en demi-finale. Quoi que.. il te reste encore à valider ta cagnotte et pour ça, il ne faut pas que l’un de tes camarades te buzz et trouve ton secret. Tu te méfies en particulier d’Icare qui a droit à deux indices sur ton secret mais aussi Anaswara. D’ailleurs, tu retrouves cette dernière à la piscine. Elle t’a préparé une surprise. T’es simplement vêtu d’un tee-shirt blanc et d’un jean, ça contraste avec ta tenue du prime pour le coup. T’es plutôt impressionné par les efforts fournies par ta camarade. Elle aime bien te faire plaisir et te surprendre. Tu ne montres pas pour autant ta surprise. Tu te contentes juste de sourire et de t’installer confortablement contre les coussins à l’endroit voulu. – Ah bon ?! – Tu fais mine de ne pas savoir de quoi la candidate parle. Tu aimes bien la chambrer, surtout ces derniers temps. C’est ta passion ou presque. Ta complicité avec elle n’est plus à prouvée. Celle-ci te bouscule un peu comprenant ta plaisanterie et tu te rétractes alors. – Je plaisante. Félicitations pour ta place en demi-finale. – Ton regard se confronte au sien tandis qu’un nouveau sourire prends place sur ta frimousse. T’es hyper content qu’elle soit toujours dans la compétition et dans le palais. Elle est l’un de tes repères ici et t’as bien failli la perdre. Tu sais que ça n’est qu’un jeu mais t’as envie de le terminer à ses côtés. En tout cas, il ne fait nul doute que tu sauras apprécier la surprise. Ton expression sur ton visage en dit long. – Tu fais les choses en grand toi. Je peux prendre une brochette ou c’est pour la déco ? J’ai faim. – C’est que tu es un ventre sur patte un peu. Tu fais beaucoup de sport et te nourrit pas mal. Manger des fruits, c’est en plus très sain. Tu ne peux pas en dire autant du champagne mais il faut bien ça pour festoyer comme il se doit. Tu regardes attentivement la brune déverser le liquide dans des coupes. Tes lèvres se plisse et tu vacilles légèrement la tête de haut en bas. – Bien le service. On sent le métier derrière. – Ce n’est absolument pas ironique même si ton intonation peu prêter à confusion. T’as su remarquer via ton métier que le service d’Ana est parfait, comme il le faut. Tu te doutes qu’elle le doit à son métier d’hôtesse de l’air. – Racontes-moi des anecdotes de passagers un peu particuliers auquel t’as déjà eu affaire. – Tu lances un vrai sujet de conversation. Tu préfères la laisser parler tout en dégustant ce qu’il y a autour de la piscine.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) Empty
MessageSujet: Re: shine a little light, sun. 20:45 (VIIII)   shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) EmptyLun 8 Juil - 8:13

Elle est assez fière de ce petit coin privatisé qu’elle a préparé pour Esaias et elle. Ce sera l’occasion de célébrer leur place respective en demi-finale. Si pour le blond, tout était joué depuis la semaine passé, en ayant échappé au nomination, Anaswara a de nouveau connu la sensation d’être sur la sellette. Elle n’avait pour autant pas été surprise du choix de ses camarades ou plutôt de certains de ses camarades car au fil de son aventure, elle a compris qu’elle avait des alliés, des amis, à ses côtés, qui lui sont devenus précieux avec le temps. Elle sait que sans eux elle deviendrait bancale. Elle considère Esaias comme l’un d’eux. C’est le sourire au bord des lèvres qu’elle emmène avec elle avec le jeune homme jusqu’à leur spot privatisé. Elle a tout préparé, sans demander une once d’huile de coude à quelqu’un. Ana ne sait si cela lui fait plaisir, il ne laisse rien transparaître et n’émet aucun commentaire à ce sujet. Elle espère que cela lui fasse plaisir. Elle aime faire plaisir à ceux qu’elle apprécie. Il feint l’ignorance, quand elle évoque leur célébration. Elle lui donne un coup de coude. « Encore bravo à toi », elle souffle en retour, dans un rictus. Elle se penche pour venir glisser sa main sur l’une des joues de son camarade et approcher doucement son visage d’elle pour lui offrir un baiser sur la mâchoire. Elle ne se rend toujours pas compte que son statut dans ce jeu a basculé, a évolué. De simple candidate, elle vient d’entrer dans la caste des demi-finalistes. Par la suite, elle lui fait remarquer sa surprise, espérant qu’il saura l’apprécier. Elle pose son doux regard sur le visage d’@Esaias. Il commente le fait qu’elle a fait les choses en grand. Elle lui répond d’une petite moue fière. Elle est toujours appliquée et rigoureuse dans ce qu’elle exécute. Elle ne se permet aucun défaut dans ce qu’elle entreprend. « Tu peux », elle articule. « J’ai fait tout ça pour toi », alors qu’il se serve. Elle espère seulement avoir vu juste dans le choix des fruits. Pendant qu’il s’apprête à commencer sa dégustation, elle lui sert une coupe de champagne, qu’elle dépose juste devant lui. Un sourire amusé étire ses lèvres, quand il commente son service. « Il faut croire que l’on est complémentaire. Toi, au bar, moi au service », elle expire, croisant son regard. Elle fait référence à son activité qu’il exerce à l’extérieur du palace. Elle se sert ensuite de la boisson non-alcoolisée qu’elle a prise avec elle, afin de trinquer avec le beau blond pour l’occasion. Une fois son service fait, elle peut enfin prendre place sur le deuxième coussin, en face de lui. Pour une raison qui lui échappe, il s’intéresse à elle et à son quotidien à l’extérieur en tant qu’hôtesse de l’air. « Il faut savoir que dans un avion, il existe différentes catégories de personnes : ceux qui suivent les consignes, qui ne font pas de vague – on va les appeler le type A –, ceux qui sont inquiets par l’idée de prendre l’avion, qui nous presse de questions qui deviennent de plus en plus farfelues au fil de l’échange – le type B –, ceux qui estiment ne pas avoir à écouter, qui jugent connaître un avion mieux que qui compte et sort leur science à qui veut l’entendre dans l’avion – le type C –, ceux qui passent une partie du vol à attirer l’attention d’une hôtesse sur eux, à les séduire – le type D –, puis il y a les autres... », elle expire. « Tu estimes appartenir à quelle catégorie ? », elle plante l’ébène de son regard dans celui de son camarade. Elle sait déjà où elle situe Esaias, dans cette échelle. « Je me souviens de ce vol, en présence de ce jeune ado, autiste, qui ne s’exprimait qu’à travers la chanson, passant son temps le casque sur les oreilles et la musique dedans. Quand il ne chantait pas, il ne parlait pas. Je le trouvais beau avec sa différence », elle expire. Elle sait que ce n’était pas la question initiale posée par son camarade. Elle a envie de parler de ces belles personnes qu’on ne met pas en valeur.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Esaias
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11250-esaiashttp://www.throwndice.com/t11278-esaias 

MESSAGES : 604
AVATAR : christopher mason


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 156 336£
AFFINITÉS:
shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) Empty
MessageSujet: Re: shine a little light, sun. 20:45 (VIIII)   shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) EmptyMar 9 Juil - 20:13

@Anaswara

On peut dire que tu ne t’attendais pas à une telle surprise provenant d’Anaswara quand tu t’es rendu à la piscine. Elle a fait les choses en grand en privatisant presque les lieux, sortant des fruits frais et du champagne. Pour autant, tu ne te montres pas impressionné. Tu fais même mine de ne pas comprendre pourquoi tu es là ou du moins ce qu’il y a à célébrer. Elle te donne un coup de coude et ironise avant de t’offrir un baiser entre la joue et la bouche. Cette complicité que vous avez est assez particulière. Votre relation est amicale mais il y a tout de même un soupçon d’ambiguïté qui s’est immiscé petit à petit. Tu t’en rends compte même si tu préfères le nier. Tu as besoin de tendresse et en même temps, tu ne veux pas d’une relation amoureuse. C’est assez contradictoire. Mais tu penses qu’il serait plus sage de vous contenter de cette amitié plutôt que de tenter quoi que ce soit et le regretter par la suite puis briser votre complicité. T’as souvent commit cette erreur ce qui fait que tu n’as pas d’amie féminine aujourd’hui dans ta vie. – Tout ça pour moi ? J’en mérite pas tant. – Que tu déclares après l’avoir félicité pour sa place en demi-finale. Elle la mérite amplement. Tu t’empares d’une brochette de fruits que tu confectionnes à l’aide d’un pic tandis qu’elle déverse le champagne dans des flûtes. Tu constates qu’elle s’exécute comme il le faut. C’est sûrement dû à son métier. Elle relate votre complémentarité. – Voilà. Mais je fais le service au bar ceci dit. – Tu ne te contentes pas de confectionner des cocktails, tu les sers aussi. Cela paraît plutôt évident mais tu tiens à le préciser. Ce n’est pas le job de ta vie mais t’es plutôt à l’aise avec ce job alimentaire. T’as tout de même hâte de passer à autre chose après le jeu. Ana continuera probablement à exercer son métier d’hôtesse de l’air. Elle semble être plutôt passionnée. C’est ce qu’il faut. Tu lui demandes de te raconter des anecdotes de son boulot après que vous ayez trinqué ensemble. Tu l’écoutes attentivement tout en entamant ta dégustation de fruits. Elle te parle de catégories de passagers et tu trouves ça plutôt drôle. A laquelle tu t’associerais ? Tu hésites un peu avant de prendre la parole. – Je pense appartenir plutôt à la A. Mais je suis pas non plus rassuré à l’idée de prendre l’avion. Je l’ai pris qu’une seule fois dans ma vie à vrai dire et c’était plutôt un calvaire. Je déteste les turbulences. – Impossible de te reposer et de passer un voyage paisible. A la moindre secousse, t’étais en panique. Le fait de ne pas avoir les pieds à terre et de ne pas être maître de ton destin, ça te stresses beaucoup. Tu ne pourrais pas exercer ce métier. Ta camarade te parle ensuite d’un jeune autiste. Tu ne comprends pas bien le rapport. Mais c’est pas grave. Si c’est le souvenir qui l’a le plus marqué, soit. T’aurai quand même préféré qu’elle te raconte quelque chose de plus insolite et farfelue. – J’ai une anecdote moi. Mais c’est assez bizarre. – Tu déclares soudainement en grimaçant et en hésitant à la délivrer. La jeune femme s’accroche à tes lèvres et tu ne peux plus faire marche arrière. Tu avales ta salive puis raconte ton histoire un peu glauque. – Un jour, un vieil homme m’a proposé de taffer pour lui au black, que je me ferai beaucoup plus de thune. Je crois qu’il voulait que je devienne escort. J’ai vite mit court à la conversation. – Hors de question que tu vendes ton corps et ton âme. A ce rythme là, autant que tu fasses un porno sinon. Mais tu ne tiens pas à passer par là pour gagner plus d’argent. Tu préfères autant travailler avec acharnement quitte à l’avoir plus tard. – Tu ne prends pas de fruits ? – Tu lui demandes constatant que tu es le seul pour le moment à t’empiffrer. Tu sais que ta camarade n’a pas gros appétit mais là, il s’agit d’aliments sains. Elle peut t’accompagner pour le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) Empty
MessageSujet: Re: shine a little light, sun. 20:45 (VIIII)   shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) EmptyJeu 11 Juil - 9:25

Elle hoche doucement la tête, quand il lui demande si elle a fait cela pour lui, pour approuver. Elle se lance ensuite dans le service de sa coupe de champagne, s’appliquant dans son geste. Elle s’amuse à lui faire remarquer qu’ils sont complémentaires : lui au bar, elle au service. « Tu reprendras ton job à ton retour ? Ou tu envisages de te lancer dans ton projet ? », elle lui demande, s’intéressant à la façon dont il considère sa vie après Thrown Dice, sa vision de son avenir. Elle se souvient qu’il avait parlé d’une start-up. « Tu as déjà envisagé de te lancer à Dubaï ? Il faut savoir voir les choses en grand », et ne pas se cantonner à une localisation familière. Il faut savoir avoir de l’ambition et aller loin. Dubaï, c’est la ville de l’or, de la démesure, des choses en grand, en très grand mais là où l’on peut gagner une situation plus que confortable, là où les ambitions sont rassasiées. Elle ne regrette pas son choix. De son côté, Anaswara sait qu’il lui sera difficile de retrouver son quotidien au sein d’Emirates, après son passage télévisé à l’Occident. Son entourage professionnel a probablement eu vent des images diffusés sur elle, en Angleterre. Elle sait qu’elle ne pourra plus être considérée comme la simple hôtesse de l’air, mignonne et docile. Quand il lui demande des anecdotes de vol, elle ne peut commencer par exposer les différents archétypes qu’elle rencontre sur un vol. Elle le questionne rapidement sur le type de passage auquel il s’associerait. Elle a déjà une idée pour avoir cerné un peu le personnage. @Esaias estime faire partie du type A. Un fin sourire étire ses lèvres alors qu’il démonte son propre choix. Des propos qui ne l’étonnent, elle attendait à ce qu’il lui dise cela. Il lui confie ne pas être rassuré à l’idée de prendre l’avion. Le blond n’a jamais dépassé l’étape du baptême de l’air, de la première fois. « Tu n’as pas envie de retenter, après cette première fois ? », elle lui demande. Il ne peut pas se formaliser sur une seule et unique expérience qu’il a connu dans sa petite vie de spécimen XY. « Je pourrais être là, si tu veux, cette fois », qu’elle expire, en posant son doux regard sur le visage d’Esaias. Elle observe la moindre de ses réactions, détaille les traits de son visage qui se font et défont à la moindre variation de ses pensées. Elle peut être là, Anaswara, à ses côtés, pour l’accompagner, et dépasser l’expérience pénible de la première fois. La conversation dérive sur une anecdote racontée par le blond. Il la juge de bizarre. Elle arque un léger sourcil. Il lui raconte sa rencontre avec un vieil homme qui lui a proposé de travailler au noir, en lui vendant sa mission comme quelque chose qui lui rapporterait beaucoup. « Qu’est-ce qui t’a laissé penser ça ? ». Que derrière cette étiquette floue de « travail » était celle de travailleur du sexe. Quels indices il s’était basé pour que cette idée lui vienne à l’esprit ? Elle a besoin de comprendre le cheminement de son esprit. « Dis-moi encore quelque chose sur toi. Quelque chose que tu n’as jamais dit à personne, ici », elle expire. Elle a envie d’être l’unique destinataire de cette confidence. Quelque chose qu’il n’a jamais dit à personne, jusqu’ici. Elle tend sa main vers lui, venant effleurer ses doigts. Un petit sourire étire ses lèvres, alors qu’il lui demande si elle ne prend pas de fruits. « Tu ne prends pas de chocolat ? », elle réplique, en poussant légèrement le bol vers lui. « Attends ». Elle se lève pour venir s’installer aux côtés de son camarade, venant briser la distance qui les séparait. Elle lui lance un regard entendu, tirant le bol vers elle. Elle plonge son index dans le chocolat fondu et le dirige vers la bouche du blond afin de lui faire déguster. Un petit air mutin se peint sur le visage de la belle. Elle effleure de son doigt les lèvres du jeune homme, prêtes à le réceptionner. Elle fait durer l’instant, avant finalement de venir déposer son doigt sur le bout du nez de son camarade. Elle se mordille les lèvres, afin de réprimer un éclat de rire silencieux.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Esaias
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11250-esaiashttp://www.throwndice.com/t11278-esaias 

MESSAGES : 604
AVATAR : christopher mason


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 156 336£
AFFINITÉS:
shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) Empty
MessageSujet: Re: shine a little light, sun. 20:45 (VIIII)   shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) EmptyVen 12 Juil - 0:36

@Anaswara

Alors qu’Anaswara se met à servir le champagne en l’honneur de sa place en demi-finale, elle vient à parler de ton job de barman. C’est toi qui l’a lancé sur le sujet un peu. – Je suis pas sûr qu’ils me reprennent. Et puis, ça sera un bon prétexte pour me lancer. Au pire, si je me gamelle, je saurai rebondir. Puis je pense aussi me lancer dans la photo en parallèle. Peut-être faire du placement de produits et dans l’idéal de la publicité. Ça rapporte bien. – Il y a plusieurs candidats qui t’ont dit que tu pouvais facilement devenir model photo. C’est très flatteur et t’y penses beaucoup. T’avait pas vraiment l’habitude d’utiliser les réseaux sociaux mais maintenant tu commences à prendre le pli. Tu te dis qu’avec ce jeu, certaines portes vont sûrement s’ouvrir à toi. T’as pas envie de faire d’autres émissions de télé-réalité mais tu comptes tout de même bien abusé du système actuel. T’as clairement besoin de fric et tu cracheras pas sur ce qu’on te proposera. A moins que ce soit contraire à tes valeurs. Tu ne veux pas te prostituer non plus. – Non. Mais à vrai dire, je songe sérieusement à venir découvrir la ville dans un premier temps après le jeu. Voir si ça me plaît. Tu voudras bien être ma guide touristique ? Tu me dois déjà une ballade avec les dauphins. – Tu lui adresses un grand sourire en lui faisant comprendre que tu ne comptes pas rentrer à Londres tout de suite et que tu te verrais bien rester 1 mois ou deux dans les alentours. Vu qu’elle vit à Dubaï, tu te dis que tu pourrais peut-être squatter chez elle quelques jours. Sinon, t’iras à l’hôtel. Tu dois bien avoir assez pour te payer quelques nuits. Tu choisiras pas non plus un Raffles ou un Movenpick. Faut pas pousser. – Toi t’auras pas de souci à reprendre ton boulot ? – Tu n’espères pas pour elle. Elle semble tenir à son job d’hôtesse de l’air. Mais tu te dis qu’elle deviendrait vite une star et que sa renommée pourrait desservir sa compagnie aussi. Tu restes septique sur la question. Tu décides plutôt de lui demander des anecdotes sur son job. Même si tu ne pourrais pas l’exercer, il reste quand même intéressant à en parler. Elle te décrit plusieurs catégories de passagers et toi tu t’identifies dans la première. Tu ne sais pas si c’était l’idée qu’elle se faisait de toi. – Je l’ai pris deux fois à vrai dire. J’avais oublié de compter le Londres-Abu Dhabi payé par la production. Mais j’ai dormi quasi tout le trajet vu que c’était un vol de nuit. – C’est d’ailleurs pour ça que cela t’ait sorti de l’esprit. En plus de ça, la prod’ a fait en sorte à ce que tu ne découvres pas le lieu de l’aventure. Ce n’était pas un trajet mémorable pour le coup. – Abu Dhabi-Dubaï ça se fait plutôt en avion ou en voiture ? – Tu ne connais pas vraiment la distance entre ces deux villes mais il te semble qu’elle n’est pas si grande que ça. T’irais bien aussi à Mascate car on t’en a dit beaucoup de bien et tu t’es documenté dessus grâce à un bouquin de la bibliothèque il y a pas longtemps. – Grave ! – Cela serait top que vous puissiez faire un vol à deux. Tu serais plutôt rassuré et t’en oublierais probablement les éventuelles secousses. A ton tour de faire une confidence en ce qui concerne ton boulot. Mais celle-ci n’est clairement pas aussi sympa que celle d’Ana. Elle est un peu glauque quand t’y penses. La Népalaise semble un peu crédule face aux intentions du vieil homme que t’as rencontré. – Je l’avais déjà vu plusieurs fois dans ce bar. Il était souvent accompagné de jeunes hommes et avec moi, je sais pas, rien que son regard, je me suis pas senti à l’aise. – Pour toi, cela ne fait pas vraiment de doute. Le mec voulait que tu sois son escort ou que tu vendes ton corps à ses connaissances. T’en sais trop rien. Peu importe. Cela semble intriguer un peu Ana puisqu’elle te demande ensuite de lui faire une confidence. Quelque chose que personne ne sait. Tu réfléchis alors un bon moment. C’est difficile car ton secret prend beaucoup de place. Tu ne sais pas si t’as quelque chose d’intéressant à lui raconter sur ta vie. – A une période de ma vie, je n’ai pas prononcé un seul mot pendant près d’un mois. – Tu réponds fermement. A vrai dire, tu l’avais choisi comme anecdote pour un prime sauf que c’est la deuxième anecdote qui avait été retenue. A croire que celle-ci était moins intéressante. Tu retrouves quelques instants plus tard le sourire lorsque tu lui demandes pourquoi elle ne prend pas de fruit et qu’elle te rétorque que toi tu ne prends pas de chocolat. – Pas de fruit, pas de chocolat. – Tu ne sais pas si elle aura la référence. Il s’agit d’une célèbre publicité revisitée. Elle s’empare alors du bol de choco pour te le faire goûter presque de force. Tu ouvres grand la bouche lorsqu’elle te tend son index tout en fermant les yeux bêtement. Sauf que son doigt pleins de chocolat aterri sur le bout de son nez. Oh la vilaine ! Ça l’a fait rire en plus. – Franchement, c’est pas bien de jouer avec les aliments. – Tu reprends le bol en faisant mine de la réprimander et de le confisquer puis lui tourne le dos en instant. T’en profites pour tremper toute ta main dedans puis tu te retournes soudainement vers elle pour plaquer la paume de ta main contre sa joue et tes doigts contre son front. Un fin sourire naît sur tes lèvres. La vengeance est un plat qui se mange froid.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) Empty
MessageSujet: Re: shine a little light, sun. 20:45 (VIIII)   shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) EmptyVen 12 Juil - 15:51

Anaswara questionne son camarade quant à son devenir après qu’il sortira de Thrown Dice. Elle a envisagé deux perspectives pour lui : reprendre son job en tant que barman ou bien se lancer dans ce projet dont il parle depuis le début de son aventure. Elle ne sait s’il envisage toujours de monter cet start-up. Concernant la première perspective, il semblerait que ses patrons ne le reprendront pas, ce qui sera un bon prétexte pour se lancer, dixit l’intéressé. « Je serai là pour te rattraper dans ta chute », elle souffle, dans un léger rictus, quand il évoque le fait que si cela deviendra un échec, il rebondira. Il mentionne d’ailleurs d’autres projets à ce sujet : un projet de mannequinat. Il aura probablement été repéré par quelques agences, pendant son aventure. Il évoque aussi la possibilité de faire du place de produits et de la publicité. « Cela fait déjà quelques petits projets », elle remarque, dans un discret sourire. Il a déjà envisagé quelques possibilités de devenir : start-uper, mannequin, influenceur. A-t-il envisagé de faire naître ses projets ailleurs qu’en Occident, ailleurs qu’à Londres ? A-t-il envisagé de leur donner naissance, quelque part, proche d’ici, à Dubaï. D’ailleurs, @Esaias n’a jamais envisagé cette hypothèse et cet exil doré. Un fin sourire étire doucement les lèvres de la belle en l’écoutant. Il envisage de visiter la ville, dans un premier temps. Ce « dans un premier temps » suggère qu’il y aura un deuxième temps. « Ca te plaira et tu t’y plairas », qu’elle expire avec conviction. Il ne peut en être autrement. « Guide, hôte et tout ce que tu voudras », qu’elle reprend, en plantant l’ébène de son regard dans l’azur du sien. « Tu viendras à la maison », et elle ne lui laisse aucune autre possibilité. Elle lui trouvera une place toute trouvée dans son antre intime, où personne n’a pénétré jusqu’à maintenant. Il sera le privilégié, l’unique et il n’a probablement pas conscience de cela. Il s’installera chez-elle, le temps qu’il voudra. Elle pose doucement les paumes de sa main sur la table, comme pour prendre une grande décision. Pourtant Anaswara ne fait que de réfléchir. Elle n’a pas à réfléchir, elle sait déjà à quoi ressemblera sa sortie, ou en partie comment elle sera. Elle n’a même pas à feindre une once de réflexion pour répondre à la question du blond. « Ce sera compliqué... », elle le reconnaît. Elle sait qu’elle sera associée à certaines images de l’émission qui ne seront pas acceptés par son entourage professionnel, des images auxquelles elle n’a pas participé. Mais elle restera associée au nom de cette émission de téléréalité et aux scènes qui ont dû heurter l’oeil des Emiratis, si celles-là n’ont pas été censurées par les autorités. Elle sait que son secret et ce qu’elle a dénoncé par son biais aura eu un impact sur l’opinion publique. Elle n’a pas caché sa volonté de financer des actions pour améliorer les conditions féminines dans son pays. Sa voie commence à se dessiner peu à peu. Elle hausse doucement les épaules. Concernant l’expérience d’Esaias avec les avions, il semblerait qu’il ne soit qu’à son premier coup d’essai. La première fois. Celle pénible et qu’on refuse d’expérimenter une nouvelle fois, de peur qu’elle soit aussi foireuse que la première. Il se corrige. Il l’a pris une deuxième fois, c’était pour venir ici. Dans tous les cas, Esaias reste un novice en la matière, un petit noob qui a tout à apprendre. « Généralement, les gens y vont en voiture. Il faut compter une heure trente de route », elle lui répond. « Néanmoins, c’est possible de se rendre à Dubaï en avion. Le vol ne dure que trente minutes mais ces vols sont rares ». Quand elle est arrivée dans cette aventure, elle n’a connu qu’un trajet d’une demi heure. Elle a eu le privilège de ne connaître aucun jet-lag. Quand elle lui suggère de réitérer l’expérience du vol et qu’elle soit présente à ses côtés pour cette fois, il ne conteste pas et approuve le projet. Un sourire étire alors les lèvres de la népalaise, face à la réaction du beau blond. « Je serai là », elle souffle, en ne quittant pas du regard son beau visage. La conversation dérive au sujet d’une expérience que le blond a connu : un homme lui aurait proposé d’être travailleur du sexe. « C’était peut-être des rencontres Grindr ? ». Elle est peut-être un peu naïve. Il évoque ensuite son regard. « Il te regardait de façon libidineuse ? ». Elle essaie de comprendre. « Genre comme ça ? » elle croise les jambes, adoptant une posture guindée et tournant légèrement la tête vers lui. Elle s’amuse à singer la séductrice, lui lançant un regard aguicheuse,  jouant avec ses sourcils de façon exagérée. Elle prend la pause un très court instant, avant de reprendre sa posture plus naturelle. Elle réprime un éclat de rire entre ses mains. Elle reprend son sérieux et lui demande alors de lui dire quelque chose d’inédit, qu’il n’a confié à personne jusqu’à maintenant. Elle pose son doux regard sur lui et l’écoute. Il parle d’une période de sa vie où il n’a pas prononcé qu’un seul mot, pendant plusieurs jours. « Quel était ce mot ? ». Elle est désireuse d’en savoir plus. Elle tend sa main vers lui, lui offrant son empathie, ses doigts venant caressant sa main. « Tu peux me le dire à l’oreille, si tu préfères » pour qu’elle soit l’unique destinataire et que personne ne l’entende. Elle lui adresse un sourire et lance un regard entendu. Esaias déplore être le seul à manger. Elle lui fait alors remarquer qu’il n’a pas touché le chocolat fondu, qu’elle a préparé pour accompagner les fruits frais qu’elle a découpé avec soin. Elle arque un léger sourcil devant sa réplique, alors qu’elle prend les choses en main. Elle s’apprête à lui faire goûter le chocolat de qualité qu’elle lui a choisi avant que son doigt ne vient se déposer sur le bout de son nez. Elle s’amuse et trouve cela plutôt bon enfant. « C’est bon ce n’est rien », elle souffle, alors qu’il semble l’avoir mal pris. Elle ne pensait pas à mal de ce geste. Elle s’apprête à s’excuser, quand finalement il semble riposter en venant étaler sur son visage. Elle prend un air interdit, s’offusquant légèrement. « Héé », s’exclame-t-elle, alors qu’elle s’approche de lui et tend le bras. « Rends-moi ça », en parlant du bol qu’il tient dans sa main et brandit en haut de son long bras musclé. « Ou tu seras obligé de nettoyer ça toi-même », elle expire, en désignant avec son index son visage.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Esaias
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11250-esaiashttp://www.throwndice.com/t11278-esaias 

MESSAGES : 604
AVATAR : christopher mason


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 156 336£
AFFINITÉS:
shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) Empty
MessageSujet: Re: shine a little light, sun. 20:45 (VIIII)   shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) EmptyDim 14 Juil - 1:02

@Anaswara

Le fait que ton employeur actuel ne te reprenne pas après le jeu pour bosser serait un bon prétexte pour te lancer à ton compte. Mais tu anticipes un peu. Si ça se trouve, ils voudront te garder. Tu ferais venir à coup sûr du monde au bar. Mais peut-être un peu trop. Il se pourrait aussi que tu démissionnes de toi même. Tu ne prends pas trop la tête à ce sujet. Tu verras bien en temps voulu. Anaswara te confie qu’elle sera là si jamais tu fais face à un échec. C’est gentil mais tu n’en es pas encore à ce stade. – Si je chute. – Tu préfères autant partir optimiste car sinon ça sert à rien de se lancer. Tu sais que ça ne seras pas sans risque mais tu te donneras corps et âme et il n’y a pas de raison que tu échoues. Si c’est le cas, cela ne serait pas non plus un drame. Tu sauras rebondir. Tu as d’autres idées d’ailleurs. Tu n’as pour autant jamais penser à les réaliser ailleurs qu’à Londres. T’as pourtant pas tant d’attache que ça en cette capitale. Ana te parle de Dubaï et t’assures que tu adoreras quand tu t’y rendra pour visiter la ville. Elle t’informe aussi qu’elle assurera son rôle de guide mais pas seulement, elle souhaite t’héberger chez elle. – Entendu. Merci. – Tu acceptes l’invitation sans trop en faire. T’es pas du genre hyper expressif, ça n’a pas changé. Ça te gêne un peu d’ailleurs tout ce qu’elle a préparé pour toi ce soir. Tu n’en demandais pas tant. Tu apprécies beaucoup mais tu n’as rien d’autre à lui offrir en retour qu’une amitié. Tu ne sais pas si elle s’en rends compte ou si elle est dans le déni. T’as pourtant toujours été clair même si ces derniers temps vous avez été un peu tactiles. Tu espères ne pas lui avoir offert de faux espoirs. Ce n’était pas le but. Tu lui demandes ce qu’il en sera pour elle et son job actuel. Est-ce qu’elle pourra le reprendre comme si de rien n’était ? Pas sûr. Cela sera compliqué. – Tu as d’autres projets si jamais tu ne peux plus exercer dans ta compagnie aérienne ? – Elle ferait tout de même bien d’avoir un plan B et tu serais curieux de le connaître. Elle ne t’as jamais parlé d’autre chose que de son job d’hôtesse de l’air à vrai dire. D’ailleurs, tu te penches sur ce dernier en lui demandant des anecdotes puis la conversation dérive peu à peu sur Dubaï à nouveau. – Dans ce cas on prendra la voiture. Enfin.. on en louera une. – A moins qu’elle n’ait laissé la sienne à Abu Dhabi. Tu ne sais pas trop ce qu’il en est. Cela te semble en tout cas plus raisonnable de ne pas y aller en avion. Et puis, ça restera sûrement un meilleur rapport qualité/prix pour toi. Elle t’informe tout de même qu’elle sera là la prochaine fois que tu devras prendre l’avion. T’as l’impression qu’elle ne te lâchera plus dès que le jeu sera terminé. Tu ne sais pas tellement si c’est une bonne ou une mauvaise chose. En tout cas, l’anecdote que tu t’apprêtes à lui raconter en est une mauvaise. Elle te questionne un peu naïvement à ce sujet et ça te fait plutôt rire. – Grindr c’est quoi ? La version gay de Tinder ? – Ce qui est drôle parfois c’est que tu fais les questions et les réponses. – Libidineuse ? – Tu fronces les sourcils, ne comprenant pas la signification du mot. La candidate ne tarde pas à te l’expliquer ou plutôt de le montrer. Cela n’a toutefois pas tellement le résultat escompté. Tu n’apprécies guère la voir aguicheuse et ça te rend plutôt mal à l’aise. Puis t’apprécies pas tellement le fait qu’elle s’amuse de cette histoire qui t’as un peu marqué. – Ouais, sûrement. – Tu réponds un peu froidement et de manière détachée. Un léger froid s’installe et elle le brise pour te demander de lui raconter quelque chose que tu n’as encore dit à personne dans ce jeu. C’est un exercice assez difficile pour toi. Tu finis par lui avouer qu’à une période de ta vie, tu es devenu muet pendant un mois. Sauf qu’elle comprend de travers ce que tu lui dis. Tu hausses d’ailleurs les sourcils, un peu étonné et trouvant son attitude assez étrange ce soir. – Il n’y a pas de mot justement. Enfin je n’en disais plus. – Tu te détaches un peu d’elle ou du moins rompt le contact physique qu’elle a noué. Puis tu lui demandes ensuite pourquoi elle ne mange pas de fruit et puis elle pourquoi toi tu ne manges pas de chocolat. Cela te fait rire pour le coup et vous en plaisantez tous deux avant que celle-ci ne te fasse une farce et que cela parte en bataille de chocolat fondu. Ce n’est pas très bien de jouer avec les aliments mais là, c’est plutôt drôle pour le coup. Tu confisques le bol en le levant en l’air pour ne pas qu’elle attrape après qu’elle se soit un peu offusquée. Elle t’ordonne de le lui rendre ou sinon de la nettoyer. – Dans ce cas, j’opte pour la deuxième option. – Tu te lèves et poses le bol un peu plus loin pour ne pas qu’elle s’en empare mais forcément, elle te suit en te courant après. De là, tu l’interceptes et la soulèves. – Je connais un bon moyen de nettoyer ça. – Tu annonces avec un grand sourire aux lèvres avant de la balancer dans la piscine. Mais il se pourrait bien qu’elle n’ait pas dit son dernier mot.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) Empty
MessageSujet: Re: shine a little light, sun. 20:45 (VIIII)   shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) EmptyDim 14 Juil - 14:28

Elle reste silencieuse devant l’expression de son camarade. Il semblait plutôt enchanté quand il formulait son envie de visiter Dubaï afin de voir si l’endroit lui plaira. Elle se retrouve de voir faire face à un putain de poker face. «Je t’en prie », elle souffle brièvement. « J’inviterai Bart aussi », elle reprend, enchantée d’accueillir son camarade dans son antre. Bart est probablement le seul intéressé à découvrir la gueule de son logement et à s’y être intéressé. Il lui avait fait part de son envie de le visiter et de découvrir ce à quoi il ressemble, après qu’elle lui ait offert une description aussi simple qu’il soit. Ce n’est pas la première fois qu’elle en a discuté avec lui. Cela fait partie de la dynamique de leurs échanges. Pourtant personne ne capte sa symbolique du logement. Elle avait confié à B. n’y avoir fait entrer personne jusqu’à maintenant, n’avoir pas de cercle d’amis ou de connaissances. Maintenant qu’elle possède ce dernier, elle peut faire entrer des gens dans son logement. Quant à Anaswara, elle se rend à l’évidence que son retour sera compliqué. Elle ne peut envisager un retour tranquille, tapie dans l’ombre, sans être associée à certaines images diffusées par la production Anglaise et possiblement censurées par les autorités Emiraties mais aussi la révélation de son secret et les raisons implicites de sa participation dénonçant une pratique religieuse et culturelle, qui échappe à ses camarades. Elle avait déjà partagé quelques unes de ses perspectives avec Bart, la semaine passée. Tout se dessine doucement. « Ne t’en fais pas pour moi ! », elle expire. Elle doute que ça l’intéresse franchement ses plans. « Peu importe ce qu’il se passera pour moi, je m’engagerai pour le droit des femmes, dans mon pays, je mènerai des actions ». Elle s’est promise de reverser toute l’argent qu’elle remporterait, peu importe le montant, en faveur d’actions faites pour les femmes népalaises. Elle ne doute pas qu’une bite comme Esaias va être insensible à ses perspectives. Il ne peut pas comprendre et ne voudra probablement pas comprendre. Cet engagement lui tient à coeur. Il la touche directement et fait écho à son historique. Elle ne veut pas que des jeunes filles ne vivent dans les mêmes conditions qu’elle. Les Kumari ne sont pas les seules enfants à pâtir de ces conditions de vie. La conversation dérive sur la distance qui sépare Abu Dhabi à Dubaï et le meilleur moyen de locomotion pour se rendre d’une ville à l’autre. Il y a la voiture et très rarement l’avion. Esaias suggère alors de prendre une voiture ou plutôt d’en louer une. « Un Uber, c’est très bien aussi ». Elle l’affirme, en hochant doucement la tête pour donner du poids à ses mots. Il ne viendrait jamais à l’idée de la brune de louer un véhicule pour se déplacer d’un point à un autre. Elle est habituée à ce qu’on la conduise. Pour une raison qui lui échappe, elle ne comprend pas où le blond veut en venir avec son anecdote. Elle ne voit pas en quoi cette anecdote pourrait être problématique pour lui. Est-ce parce qu’il refuse de lui livrer des informations supplémentaires ? L’homme de l’anecdote aurait été accompagné de jeunes hommes. Rien d’alarmant, cela peut être des rencontres Grindr. « Tout à fait mais tu peux demander confirmation auprès de Jhoan », elle répond, dans un sourire. « Je suis sûre qu’il sera ravi de t’y initier », elle reprend sur un ton léger, cherchant à détendre l’atmosphère. Quand Esa parle du regard de l’homme qui semble l’avoir marqué, elle essaie de lui accoler un qualificatif. Elle regarde un instant son camarade qui semble ignorer la signification de l’adjectif libidineux. Elle savait que le jeune homme était peu brillant mais de là à méconnaître un tel mot. Libidineux ? Libido ? Il ne fait pas l’association dans son cerveau de XY? Ils sont construits sur la même racine. Elle ne s’attendrait pas à ce qu’il lui cite la racine indo-européenne, sel de toute civilisation en Europe, sur laquelle ces deux mots sont construits. Ainsi mieux que des mots, elle mime l’expression « regard libidineux », prenant la pose. Elle ne comprend pas sa réaction. Pourquoi il le prend aussi mal ? Comme vexé comme un pou par son imitation. Elle dépose alors la paume de sa main sur la sienne, lui donnant quelques petites tapes empathiques. « Je m’excuse si… tu l’as mal pris », parce que c’est bien cela. « Mais tu sais, Esaias, je pense qu’en sortant de là, tu te retrouveras peut-être avec des propositions aussi dérangeantes que celle que tu as vécu ». Elle préfère le mettre en garde mais il peut possiblement retrouver sur son chemin des hommes de cet acabit. « Tu penses qu’il pourra te retrouver, cet homme ? », elle plante son regard et observe les traits durs de son visage. Elle ne capte pas pourquoi ce refroidissement si soudain. Ce n’est pas comme si Anaswara était la personne la moins bienveillante de ce palace. Il y a un truc qui ne tourne pas rond chez lui. « Tu avais quel âge ? », elle lui demande, en ne le quittant pas du regard. Elle l’écoute. Elle se souvient de cet article qu’elle avait lu à ce sujet, quand elle s’était renseignée sur le trouble langagier de Jesse. Elle s’était longuement intéressé à ce dernier et elle avait tenu à l’aider à palier son trouble. Anaswara cherche à détendre cet atmosphère chelou qu’Esaias a mis dans sa soirée, qui devait être chill et sans prise de tête. Elle peut donc tirer un trait sur ces deux qualificatifs. Elle finit par avoir du chocolat sur tout le visage. Cela ne va pas décidément pas se passer comme cela. « Très bien », elle entonne, quand il lui annonce avoir choisi la deuxième option. Elle croise les bras, l’observe et guette chacun de ses mouvements. Elle n’a pas baissé les armes. Elle trottine alors derrière lui, dans l’espoir de venir lui chiper le bol en plein vol et de le récupérer de nouveau. Elle est arrêtée nette dans sa course par son camarade et qui vient la porter. Il annonce connaître un bon moyen de nettoyer ça. « Don’t do this », elle scande, en croisant son regard. Elle a très bien vu clair dans son jeu. D’ailleurs, elle se retrouve à l’eau. Elle se retrouve propulsée dans l’eau, elle fait quelques brasses sous l’eau et ressort quelques mètres plus loin. Elle passe ses mains sur son visage pour remettre ses cheveux en place. « Ok ! Tu veux jouer à ça, très bien », elle souffle, en restant dans l’eau, quelques instants. Elle observe sa proie, mettant en forme son plan. Elle sort de l’eau, ne prenant même pas la peine de remettre sa jupe bien en place en dessous de ses genoux. Elle s’approche du bord de la piscine. « Viens là, si tu es un homme », elle réplique, en lui indiquant de venir avec son index. Quand Esaias s’approche d’elle, elle se saisit de lui, en mode self-defense comme elle a pu l’apprendre pour se dégager de situations compliquées avec certains individus, le faisant par la même occasion dans l’eau. Néanmoins, c’était sans compter sur le fait qu’il se rattrape à elle et l’entraîne dans sa chute dans l’eau.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Esaias
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11250-esaiashttp://www.throwndice.com/t11278-esaias 

MESSAGES : 604
AVATAR : christopher mason


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 156 336£
AFFINITÉS:
shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) Empty
MessageSujet: Re: shine a little light, sun. 20:45 (VIIII)   shine a little light, sun. 20:45 (VIIII) EmptyMer 17 Juil - 23:08

@Anaswara

Tu n’as pas tellement conscience de ne pas délivrer la réponse qu’Anaswara attendait suite à son invitation à loger chez elle quelques jours après le jeu. C’est que tu n’es pas de nature expressive. Tu la remercies de manière assez neutre, presque comme si c’était normal alors qu’enfin de compte, non. Elle pourrait simplement se limiter à faire la guide à Dubaï. Disons que tu la remercieras davantage en temps et en heure, pour l’instant ce n’est pas encore concret pour toi. Ce ne sont que des projets, que tu souhaites tout de même mettre en œuvre. Tu fronces un instant les sourcils lorsqu’elle te dit qu’elle invitera Bart aussi. Non pas que tu ne l’apprécies pas mais tu n’es pas non plus proche du garçon. T’aurais préféré avoir l’exclusivité de l’invitation pour le coup. Mais tu ne montres rien et réponds de manière détachée. – Ça marche. – Tu ne captes pas tellement la symbolique du logement pour la jeune femme. Selon toi, ce n’est pas grand-chose enfin de compte. Presque un lieu comme un autre. Il doit s’agir d’une différence culturelle que tu ne perçois pas. T’es un peu jeune encore. En revanche, tu te questionnes sur le métier actuel de la candidate. Est-ce qu’elle pourra continuer à l’exercer normalement par la suite ? Cela risque de s’avérer compliqué. Elle te dit de pas t’en faire et qu’elle compte s’engager pour le droit des femmes dans son pays. – C’est bien. Tu seras une Rosa Parks népalaise. – Ou presque. Elle ne milite pas pour une couleur de peau mais pour des pratiques religieuses malaisantes et surtout pour que les femmes aient des droits similaires à ceux des hommes, ce qui semble ne pas être le cas dans son pays. Tu ne peux que saluer ces initiatives et son engagement. Tu la questionnes ensuite sur la distance entre deux villes du Moyen-Orient et quel transport est le plus simple. Elle te réponds un Uber. Tu fais de grands yeux, surpris, car t’imagine que la distance est assez longue et que ça doit coûter bobo. Visiblement, l’argent ne semble pas être un problème pour la candidate. – J’ai pas l’habitude de prendre un Uber pour une si longue distance mais pourquoi pas si ça se fait à Dubaï. – Si ça se trouve, le prix n’est pas si exorbitant que ça. Tu en doutes quand même un peu. De toute façon, vous n’y êtes pas encore. Mais tu n’as pas envie de dépenser toute ta tune en voyage et encore moins dépendre des autres financièrement. Il faudra trouver une autre solution si c’est trop onéreux. En attendant, c’est à ton tour de lui délivrer une anecdote sur ton emploi. Cette histoire de mac te revient. La candidate est un peu naïve à ce sujet et pense qu’il ne s’agissait peut-être que d’un mec qui voulait faire des rencontres gay via une application nommée Grindr. – J’y tiens pas trop, j’ai pas encore changé de bord. – Tu lui signales alors qu’elle s’en amuse. Toi, ça te fait rire moyennement. Mais ce qui t’agace vraiment, c’est cet adjectif que tu ne connais pas et surtout son attitude aguicheuse et ses mîmes qui ne lui ressemblent pas. Elle se moque de toi et de cette histoire qui t’as un peu marqué tant t’étais mal à l’aise avec ça. Du coup, tu te refermes et l’envoie presque balader. Elle s’en excuses en te tapotant sur la paume de ta main avant de te signaler que tu auras sûrement affaire à d’autres situations similaires après le jeu. Tu fronces les sourcils et fais grincer tes dents, pas franchement à l’aise face à cette hypothèse. – Je m’en contrefiche de me faire draguer par un mec, c’est pas ça. Mais par contre, qu’on me propose de vendre mon corps et des services sexuels, non merci. – Tu préfères mettre les choses au clair auprès d’Ana mais aussi du public qui vous regarde potentiellement. – Il pourra oui. Mais je le lui déconseille fortement. – Tu jettes un regard presque menaçant face à la caméra. Tu n’aimes pas du tout plaisanter avec ces choses-là. Ce n’est en aucun cas drôle. Cet agacement en toi ne s’améliore pas vraiment, surtout que tu délivres un souvenir un peu douloureux à la candidate. Tu n’as pas parlé pendant près d’un mois à une époque de ta vie. Mais la népalaise comprends ça de travers et tu tiens à rectifier cela. – Quinze-seize ans, je dirai. – Tu ne lui en diras pas plus. Elle se doute déjà probablement que cela puisse être lié à ton secret. Il faudra attendre la révélation pour mieux comprendre. En attendant, tu lui as délivré quelque chose d’intime et d’assez fort. La situation se détend assez vite lorsqu’Ana joue avec du chocolat et que cela part en bataille puis que tu la jettes dans la piscine. Toute tension se dissipe. Vous êtes tous deux amusés et un jeu s’est instauré entre vous. Pour l’instant, tu sembles remporter la partie sauf que la candidate a plus d’un tour dans son sac et t’ordonne de la rejoindre alors qu’elle vient tout juste de sortir de l’eau. – Je suis là. Tu vas faire quoi ? – Tu fais mine de l’intimider tout en plaçant tes mains devant toi pour te défendre. Elle s’agrippe à celles-ci et s’ensuit une petite bataille, tels deux bouquetins se battant. Finalement, elle réussi à te faire tomber à l’eau mais tu l’entraînes également dans ta chute. Tu sors ton visage de l’eau après avoir rompu le contact avec elle puis tu plonges tes prunelles dans les siennes. – On fait une trêve ? – Tu proposes, constatant qu’elle est un peu essouflée et que vous êtes suffisamment mouillés comme ça. – A ton tour de me raconter quelque chose que tu n’as jamais dis à personne ici. – Si elle pensait s’en tirer comme ça, c’est raté.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: PISCINE-
Sauter vers: