Partagez
 

 stronger than your pride (lundi, 19h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Malcolm
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11270-malcolmhttp://www.throwndice.com/t11214-malcolm 

MESSAGES : 970
AVATAR : abel tesfaye
ÂGE : 26
LOCALISATION : fresno, ca
MÉTIER : taximan


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 39K
AFFINITÉS:
stronger than your pride (lundi, 19h30) Empty
MessageSujet: stronger than your pride (lundi, 19h30)   stronger than your pride (lundi, 19h30) EmptyMar 9 Juil - 0:49


@icare
stronger than your pride


Il sait pas trop pourquoi il s'est posé dans le studio de musique en revenant du sous-sol, ça a jamais trop été son repère. C'est l'une des rares pièces qui peut encore le surprendre parce qu'il s'y est jamais longtemps attardé alors c'est peut-être pour ça qu'il s'y est rendu, mais il a surtout du mal à trouver un endroit où l'air est encore à peu près respirable dans ce palace et qui lui sorte pas par les yeux. Il en a tout simplement sa dose d'être ici Malcolm et de vivre au rythme de ce jeu, il sait pas comment il va tenir encore deux semaines sachant qu'il s'est promis de rester jusqu'au bout pour soutenir les finalistes. Il est un peu dans une phase de rejet où tout devient intolérable autour de lui, c'est son mood du jour et peut-être que demain il sera dans un autre état d'esprit, mais c'est pas du tout certain. Malcolm c'est vraiment pas un mec qui peut se forcer à endurer une situation qui lui convient pas donc depuis quelques jours c'est compliqué de rester dans ce palace, et ça surpasse largement ses histoires compliquées que tout le monde a arrêté de suivre, c'est un ras-le-bol général qui signifie que cette expérience doit vraiment s'arrêter pour lui. Il vient de faire un carnage dans la fury room et il a encore besoin de s'occuper les mains après ça alors il commence à farfouiller dans les vinyles, à la recherche de sa bonne vieille référence exposée sur sa page il y a une éternité. C'est à ce moment-là qu'Icare débarque en toute tranquillité dans la pièce, ça fait des heures qu'il a pas parlé à quelqu'un et le premier truc qu'il trouve à lui dire est en fait une annonce franche, sans détour. « Faut que je sorte de cette baraque mec. » Il est vachement calme quand il balance ça Malcolm, on dirait pas du tout qu'il était au bord du pétage de plombs y'a une heure à peine, parce qu'il se contient beaucoup cette semaine pour pas trop se déverser sur les autres. Il veut même se faire un peu oublier parce qu'il prend la tête à tout le monde avec ces histoires qui accaparent les rubriques et plombent l'ambiance pendant les primes. Mais quand il croise un mec aussi chill qu'Icare, auquel il avait tendance à s'identifier au début de l'aventure, il a du mal à garder ce genre de choses pour lui parce qu'il est peut-être l'un des seuls qui le jugent pas ici. Il pense sans doute comme tout le monde qu'il a merdé avec l'histoire de la photo, mais il a pas l'air de condamner les gens à la première connerie - contrairement à sa nana qui lui est tombée dessus à bras raccourcis samedi. « J'viens de passer une heure dans la fury room et ça m'a rien fait. » il déclare comme si c'était normal maintenant d'aller fracasser de vieux objets pour tenter de se sentir mieux. Peut-être que pour les autres ça l'est, mais pas pour lui. « On fait comment quand le défouloir numéro un devient inefficace ? » Deux mois plus tôt il sortait de grands discours comme quoi il aurait jamais besoin de cette pièce. Il se rappelle très bien s'être vendu comme un mec calme qui n'avait pas une once de violence en lui et qui ne pouvait pas résoudre les conflits autrement que par le dialogue, et c'est ce qu'il estime être encore aujourd'hui à la différence que le dialogue ne suffit plus, à ce stade. Et qu'il perd quand même plus facilement son calme, mais ses petites confessions devraient pas trop étonner Icare puisqu'il a déjà laissé entendre devant lui que cette aventure l'avait transformé. Enfin c'est pas tellement vrai, ça a juste fait ressortir la version angoissée de lui-même qui est loin de se manifester pour la première fois. Ses yeux détaillent les vinyles qui passent entre ses mains avant de se reposer sur le parisien, dont il admire vraiment la patience pour pas s'être barré en courant au début de cet échange. « T'as hâte de retrouver l'extérieur toi ou tu signerais sans problème pour un rallongement de la saison de deux mois de plus ? » C'est pas parce que lui devient cinglé à force de tourner en rond dans ce palace que ses camarades sont à deux doigts de vriller aussi, il espère même que ça se passe mieux pour eux et qu'ils abordent aussi beaucoup plus sereinement la fin de l'aventure. Malcolm il a autant de craintes à l'idée de rester ici que d'en sortir, il sait qu'il a des chances de quitter ce chaos pour un autre chaos mais là tout de suite il donnerait tout pour qu'on lui rende sa liberté. Cet environnement dans lequel il étouffe il l'a pas trop mal supporté pendant des semaines mais il arrive au bout de sa résistance car à la base c'est un monde dans lequel il a de faibles perspectives d'épanouissement. Deux mois enfermé dans un jeu où tout peut prendre une dimension incroyable comme les pires proportions, c'est long. C'est très long même quand t'as plus l'habitude de mener une vie dans un cadre aussi fermé et de devoir gérer la présence d'autant de personnes dans ton quotidien. Et c'est con, mais il en est au point où il a besoin de voir d'autres têtes, de retrouver les vrais gens parce que les quatre péquenots que la prod a foutu dans le souk il sait plus quoi leur dire. La vraie vie, sans autorité écrasante au-dessus de lui, c'est avec ça qu'il a besoin de renouer. L'enfermement il en peut plus, ça rend l'aventure d'autant plus intense car tout est concentré et amplifié mais ici tu peux pas fuir tes problèmes, tu peux jamais tellement souffler ni te ressourcer, tu reviens toujours sur tes pas. Ce manque de liberté et de mesure c'est ultra pesant, et s'il a pas du tout calculé tout ça en s'inscrivant c'est parce qu'il pensait vraiment pas durer ici plus de trois semaines. La porte sur l'extérieur ouverte par Tonia et Jhoan cette semaine ça lui rappelle que cette expérience elle aura une fin pour tout le monde et il comprend pas pourquoi la sienne est toujours pas arrivée. C'est évident, criant même qu'il a largement fait son temps ici Malcolm.

_________________
crucifié sur une caravelle, sous l’œil éternel d'une étoile filante

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 687
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
stronger than your pride (lundi, 19h30) Empty
MessageSujet: Re: stronger than your pride (lundi, 19h30)   stronger than your pride (lundi, 19h30) EmptyMar 9 Juil - 23:17

@Malcolm

J'ai laissé Barto et nos plans pour la rave party dans l'oasis histoire d'aller faire le tour du studio et voir quel matériel est facilement transportable et de combien j'ai besoin de bras pour bouger le reste. J'y crois dur comme fer à mon petit plan de teuf et j'ai vraiment envie d'organiser un truc stylé, une de ces soirées où chacun y retrouve son compte. On manque un peu de moments de cohésion tous ensemble, dernièrement. Y'a eu trop de petites embrouilles disséminées, de malus de la prod qui ont pourri les semaines de certains, et de périodes down qui ont niqué le moral d'autres (moi y compris). Maintenant que les demi-finales sont actées c'est l'occaz' de battre le fer tant qu'il est chaud et de profiter de l'arrivée des anciens pour égayer un peu nos soirées. Je débarque dans le studio une clope coincée sur mon oreille et les manches de mon sweat retroussées, façon déménageur du dimanche, avec mon bloc notes et mon stylo coincés dans la poche de mon short. Sauf qu'au lieu de la retrouver vide, comme la plupart du temps, c'est Malcolm que je croise. Et je capte à sa tronche que ça va pas fort, comme il tarde pas à me le dire. Ok poto explicite. J'abandonne ma mission système son et je m'appuie contre l'un des grands plans en bois où sont posés synthés et platines. Malcolm il passe une sale phase dans sa relation avec Lula. Il a un peu joué au con avec Bart la semaine dernière et il s'est pris un gros skeud de sa meuf. Jusqu'ici rien d'anormal. Bon, j'avoue que comme lui j'ai un peu du mal à capter la relation Lula - Barto, mais vu que ça a l'air de perturber personne je ferme un peu ma gueule histoire de pas envenimer la situation. Si tu veux tout savoir la semaine dernière j'ai essayé d'aller au-delà des limites géographiques qu'on nous a fixées dans le souk et je me suis fait salement ramener par deux gars pas commodes. Alors je te conseille plutôt d'extérioriser dans les alentours. Je balance un peu de conneries histoire de détendre l'atmosphère. Quoique à deux on pourrait être menaçants, mais pas sûr d'avoir envie de me faire niquer par la prod comme les deux crétins de l'ancienne saison qui s'étaient tapés entre eux. Je le sais parce que j'ai cherché ce genre de détails connaissant ma propension à être sanguin, surtout quand je suis rebs. En attendant je lâche mon sourire et je me reconcentre sur Malcolm qui a besoin de se vider un peu le coeur. Ca me fait vraiment chier pour lui Malcolm parce que ça se voit que c'est pas un sale gars. Y'a déjà eu l'effet boule de neige de l'histoire avec Faith, puis cette discussion cheloue pour une photo à deux balles. Moi je comprends l'opinion de Kenza qui défend ses copines, le fait que Faith ait pas à se coltiner un mec qui veut s'accrocher à elle alors qu'elle a besoin d'espace. Et Lula qui a besoin de liberté et pas d'un gars qui veut toujours être rassuré. Mais bon. Y'a ce pseudo instinct masculin de solidarité qui fait que j'ai pas envie de lâcher le ricain dans sa merde. On fume un énorme pétard, mais ici c'est interdit alors on abandonne l'idée. Vu qu'il a l'air de vouloir foutre un vinyle et de pas  savoir lequel mettre je m'approche et je lui indique le dernier Tyler the Creator, parce que perso ses sons et ses basses me permettent toujours de relâcher la pression. Et l'avantage c'est qu'ici y'a un sacré système pour faire péter les murs de la baraque. Mec en vrai elle vient d'où toute cette pression que tu te fous ? Parce que concrètement il vient de là le problème, et moi je préfère crever l'abcès plutôt que de tourner autour du pot avec 4000 métaphores sur le craquage. Malcolm s'il veut je le fous dans une baignoire remplie de glaçons histoire qu'il se crée un électrochoc et qu'il gueule un bon coup, mais je suis pas certain que ce soit la chose la plus saine pour lui. Je suis pas le meilleur exemple parce que j'ai fait niquer plein de relations, mais en vrai tu la kiffes, elle te kiffe, c'est réglé y'a pas à se prendre la tête plus que ça. Malcolm il réfléchit beaucoup trop. Et ouais je sais que ça le fait chier parce qu'il se voit faire des plans sur la comète pour une meuf qui a l'air de paniquer à l'idée même de continuer leur relation à l'extérieur, mais ça se travaille. Tu sors d'ici t'as de la tune tu gères tes plans initiaux et tu laisses le truc s'installer progressivement avec Lula. Si vous voulez pas de relation à distance laissez-vous au moins deux secondes le temps de régler vos life perso pour ensuite les synchroniser sur une même longueur d'onde. Je règle le son et je switche quelques boûtons pour ajuster les basses et les oscillations après que Malcolm ait mis le vinyle. J'ai pas de recette miracle. Moi en général quand je veux craquer je vrille complètement en faisant la teuf. Ici je peux juste te conseiller d'écouter du gros son, crier un coup et gueuler contre ton pote si ça te fait du bien. Je suis aussi un peu là pour ça. Jamais eu peur d'être pris pour un punching-ball. Finalement je rebondis sur sa dernière question en faisant craquer mes doigts et en m'installant sur un canap. Ni l'un ni l'autre, je crois que je me complais bien dans cette espèce d'autarcie. Mais c'est variable, la semaine dernière j'aurais tout donné pour être dehors. Pas pour les mêmes raisons que lui, mais ça joue aussi. Là ça va mieux, à tous les niveaux. J'ai eu un regain d'adrénaline et d'endorphines qui font que ma surstimulation dopaminergique elle s'est défocalisée. Grosso modo, je vis avec tant que ça va. Le seul truc qui me manque c'est le taf. M'épuiser autrement qu'en faisant du sport à la salle ou au pieu. J'ai besoin de me retrouver dans cette espèce d'excitation liée au fait d'organiser ma journée, courir après les uns et les autres, grimper dans ma camionnette pour tracer de la route, monter, m'éclater le dos, puis boire des binches en fin de journée avec les autres connards comme moi qui ont décidé de se lancer dans ce taf ingrat. On se fume une clope ? C'est pas cool pour le palace mais en vrai y'a pas de détecteurs et je crois être le seul clampin à zoner régulièrement dans ce studio, donc bon le savoir-vivre on peut bien l'envoyer se faire foutre le temps d'une fin d'après-midi.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Malcolm
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11270-malcolmhttp://www.throwndice.com/t11214-malcolm 

MESSAGES : 970
AVATAR : abel tesfaye
ÂGE : 26
LOCALISATION : fresno, ca
MÉTIER : taximan


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 39K
AFFINITÉS:
stronger than your pride (lundi, 19h30) Empty
MessageSujet: Re: stronger than your pride (lundi, 19h30)   stronger than your pride (lundi, 19h30) EmptyJeu 11 Juil - 19:34

Il peut pas faire semblant Malcolm, c'est imprimé sur sa tronche qu'il subit cette aventure depuis quelques temps et tout particulièrement cette semaine. Y'en a qui diront qu'il récolte ce qu'il a semé, mais ça avait commencé à déborder bien avant ce qui a explosé en plein prime samedi. À ce stade on peut parler de gouttes qui se rajoutent au vase déjà plein à ras-bord, et la dernière goutte en date a pas été l'élément déclencheur, l'histoire de la photo c'est une connerie dont tout le monde a fait un drame mais Malcolm s'il était pas sur les genoux par rapport à toute cette aventure il aurait à peine calculé la retombée du truc. Il a juste atteint le point décisif où il peut plus rien tolérer, deux semaines avant la fin, ce qui révèle mine de rien une résistance dans ce monde nettement supérieure à celle sur laquelle les gens qui le connaissent auraient parié pour lui. « J'arrive à saturation, genre vraiment. » il informe Icare qui lui offre tout de suite une oreille attentive, et il a du bol parce qu'il aurait très bien pu ne pas être dans un mood le rendant disposé à l'écouter parler de son pétage de plombs imminent. « Et je maronne pas juste pour toutes les histoires qui me concernent dans le palace, c'est un tout. J'ai besoin de m'éloigner de cette aventure en général. » Il a atteint ses limites à tous les niveaux, c'est ça qu'il veut dire. Malcolm il est encore en jeu à l'heure actuelle alors il prévoit pas de se barrer avant d'obtenir son statut de candidat hors compétition et donc officiellement libre de choisir entre rester et partir. C'est le genre à aller au bout des choses, mais le bout de cette aventure faut avouer qu'il est un peu trop loin pour lui là. « La liberté est proche mec dans quatorze jours on est dehors, mais j'suis pas sûr de tenir jusque là. Je réfléchis à me barrer dès samedi, après les résultats. » C'est pas ce qui était prévu, il devait faire la dernière semaine au côté de Lula, Faith et Esaias si jamais il se qualifient bien samedi comme il le pense, mais l'appel de la liberté est très fort. Et Malcolm il envisage pas une seule seconde que le public puisse l'envoyer en finale, il sait qu'il donne pas du tout envie de voter pour lui cette semaine et ça l'arrange bien. « J’ai besoin de me reconnecter au monde, ça me donne le tournis de penser qu’on est enfermés ici depuis huit semaines et que ça fait autant de temps qu’on est plus informés de rien. On sait pas comment vont nos proches, on sait pas ce qui s’est passé à l’échelle planétaire, on vit dans notre bulle en marge d’absolument tout et j’aime plus du tout vivre comme ça. » C'était vivable pendant le premier mois mais ça devait être le maximum de temps qu'il pouvait accepter de vivre de cette façon car ce cadre a commencé à vraiment l'oppresser à partir de la seconde moitié de l'aventure, et c'est aussi à ce moment-là que les choses ont commencé à se compliquer ici pour lui. « J'sais qu'on a tous signé pour être coupés du monde mais c'est trop là, je respire plus. » Il pensait que le retour de Jhoan lui permettrait de respirer justement, mais ce dont il a besoin avant tout c'est de sortir de là car à l'extérieur il a une place à reprendre, et ça urge assez. « Dehors y’a des combats qui se mènent sans moi depuis un bail, y'a ma nièce que je vois pas du tout grandir. Cette coupure dans ma vie elle remet vraiment les choses en perspective et elle me replace en tête des priorités que j’aurais jamais dû perdre. » À la base c’est une bonne expérience à faire mais il se rend compte que deux mois c’est vraiment trop long pour lui, c’est limite trop de temps investi ici et perdu ailleurs. Il se sent pas utile Malcolm parce qu’il trouve pas de secrets, il gagne du fric sans efforts et son plus grand exploit au final ça restera sa remontada dans le classement des points. Il peut pas tirer tellement de fierté de sa participation, en terme d’investissement personnel il s’en sort pas trop mal mais c’est chaud de penser qu’on se souviendra probablement plus de lui pour ses relations chaotiques et son triangle amoureux que pour autre chose. Quand il commence à tirer ce genre de bilan dans sa tête c’est que vraiment il a fait le tour de la question et le tour de cette aventure tout court en fait. « Ah ouais je me souviens d'eux, ça m'a marqué leur truc. » il lance dans un sourire quand Icare mentionne deux gars qui se sont tapé dessus dans une précédente saison. Eux aussi devaient en avoir plein le dos de l'enfermement, et comme à l'époque il y avait pas de fury room ils se sont démerdé autrement, franchement il peut pas trop juger parce qu'il est lui-même plus trop sûr de ses limites là. « La pression je me la mets autant que vous me la mettez. » C'est un truc qui échappe à Lula parce qu'elle est pas comme lui, elle peut passer outre ce qui se dit sur eux alors que Malcolm parfois ça l'écorche parce que ça vient heurter son côté idéaliste de mec qui a besoin de se rassurer et de savoir où il va. Quand il entend que leur relation est bancale, quand il apprend que ça pronostique carrément sur la durée de leur histoire, il fait genre ça l'atteint pas mais c'est le genre de choses qui lui donnent juste envie d'envoyer chier tout le monde et de se casser. La vie en communauté, sous cette forme, il la vomit. Si ça le touche c'est pas parce qu'il doute de son couple, mais bien parce qu'il supporte plus ces intrusions, ces avis donnés sans y avoir été invités, ces leçons qu'il reçoit alors qu'il doit rien à personne. « Et cette pression, tant que je serai ici, elle me fera faire n'importe quoi je crois bien. » Il veut juste qu'on lui foute la paix et qu'on arrête de décortiquer ce qu'il fait ou s'il dit à travers une rubrique et certaines conversations dans ce palace qui finissent toujours par lui revenir aux oreilles. Même s'il s'y prend mal il a pas besoin qu'on soit derrière pour lui faire savoir et le pointer du doigt. C'est aussi pour ça qu'il pense mieux gérer les choses dehors, parce qu'il vivra plus dans un environnement parasité où il contrôle presque rien. Mais ça veut pas dire que d'un coup tout sera hyper simple, faut voir comment les choses se présenteront et quelles décisions ils prendront. « Je sais pas si ce sera si simple. » il réplique quand Icare lui expose sa vision des choses pour Lula et lui, une fois sortis. « Faut espérer que ce temps qu'on va se laisser il nous sera vraiment bénéfique, et qu'on en profitera pas pour reprendre notre liberté chacun d'un côté sur le même schéma que celui sur lequel on vivait avant de venir ici. » Il se dit que ça pourrait surtout être tentant pour Lula, lui se voit pas trop reprendre sa vie où il l'a laissée même si là tout de suite elle lui manque beaucoup. Il aspire à une vie plus stable, à trouver de vraies attaches quelque part et c'est pas à Fresno qu'il aura tout ça qu'il reparte de là avec du fric ou non. « Elle est pas sûre d'être prête pour se poser, et moi je veux pas galérer comme dans ma dernière relation. Donc faudra qu'elle ait vraiment bien réfléchi avant de me demander de bouger, même si j'pense qu'elle me le demandera pas vraiment, elle me donnera son feu vert et ce sera à moi de décider si je plaque tout ou non pour elle. » Elle a bien dit qu'elle lui imposerait rien car ça nécessitera un changement pas négligeable dans son quotidien qu'elle serait incapable d'assumer de son côté, donc le choix il sait qu'il l'aura, et que pour le moment ça doit rester au stade de la réflexion car Lula doit savoir ce qu'elle veut vraiment. « Qu'est-ce qui était différent la semaine dernière ? » il l'interroge en revenant dans la discussion après quelques secondes d'égarement sur le son Earfquake. Ce fond sonore ça le détend un peu Malcolm, surtout que le parisien a pas foutu n'importe quel vinyle, c'est la deuxième fois dans l'aventure qu'il se retrouve dans les références d'un camarade. Icare il aurait voulu se barrer lui aussi la semaine dernière et ça l'intéresse de savoir pourquoi, et comment ça se fait qu'aujourd'hui ça va mieux. Il se demande par rapport à quoi ça varie, comme il dit, vu que ce cadre il le supporte bien et qu'il n'est pas rongé par un million de questions concernant la vie qui continue sans eux dehors comme l'américain. « Ça me manque aussi de faire vraiment quelque chose de mes journées. » Se lever le matin pour passer une journée de plus à glander dans le palace et au mieux chercher des secrets c'est la belle vie pour certains, mais il l'a jamais vu comme ça. Ses petits boulots mal payés lui manquent pas, mais le fait d'être utile à la société et de se tuer à la tâche pour mériter ensuite le fric qu'on lui donne si, complètement. « Ouais vas-y. » il balance au parisien qui lui propose une clope. Malcolm il a jamais fumé à l'intérieur du palace et il a même toujours veillé à pas enfumer les autres, même dehors, sauf que ce genre de préoccupations sont très loin là. Il va fumer une clope avec un pote et mettre de côté les convenances dont il a plus trop envie de se soucier aujourd'hui, et il en a vraiment rien à secouer que la prod ou qui que ce soit d'autre leur fasse une remarque pour ça. « Si Kenza va en finale et pas toi tu restes pour la dernière semaine ? » L'enjeu de cette semaine lui revient subitement en tête, avec ce genre de questions que tout le monde doit être un peu en train de se poser. Y'a tellement de configurations possibles qui pourraient ressortir samedi, jusque là ils peuvent juste imaginer ce qu'ils feront si tel ou tel scénario se produit et éventuellement se faire des promesses qu'ils tiendront pas forcément tous. « Et si toi t'y vas et elle non, tu crois qu'elle reste ? » Il y a aussi le troisième scénario possible et hautement envisageable selon lui qu'Icare et Kenza décrochent tous les deux leur place en finale, mais c'est pas intéressant de l'évoquer puisqu'ils auront pas à se demander s'ils restent l'un pour l'autre.


_________________
crucifié sur une caravelle, sous l’œil éternel d'une étoile filante

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 687
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64,1k
AFFINITÉS:
stronger than your pride (lundi, 19h30) Empty
MessageSujet: Re: stronger than your pride (lundi, 19h30)   stronger than your pride (lundi, 19h30) EmptyDim 14 Juil - 13:52

@Malcolm il a l'air d'en avoir vraiment gros dans le coeur. Ca mouline bien au-delà de cette histoire avec Lula. Je capte assez vite qu'en fait il commence à mal supporter l'immobilisme de l'aventure. Le fait de rester bloqués ici, dans un espèce de no man's land, couvés de tout et de la vie qui passe au-dehors. Sur le principe je peux comprendre, moi je me demande surtout ce que sont devenus mes potes depuis le temps, j'ai rarement été séparé d'eux plus d'une ou deux semaines. Mais j'essaye de le vivre comme si je m'étais barré faire un énorme voyage à l'autre bout du monde, en mode tour de l'Amérique Latine avec mon sac de rando, pendant quelques mois. Sans attaches et sans points de contact. Un message sur messenger et insta de temps à autres. Pour le reste, déconnexion totale. Je me dis qu'en revenant de ce genre d'excursions mes potes seraient toujours là et je doute que la vie aurait radicalement changé. Et puis si besoin on sait aussi que les mauvaises nouvelles sont capables de franchir les frontières assez rapidement. Le reste, ça m'intéresse moins. C'est pas que je me fous du monde qui m'entoure mais j'ai une vision assez détachée et fataliste sur les choses. Alors je me contente de mon petit égocentrisme de mec qui a sa vie parisienne bien taillée et je me pose pas de questions au-delà de ce qui impacte directement mes journées. Malcolm de ce qu'on a pu voir de ses indices et de ce qu'il me balance là, je crois qu'il est à un tout autre niveau d'activisme. Et quand il parle de combats j'imagine bien que c'est des vrais combats, des combats auxquels il prend toujours part. C'est ça qui te manque le plus de dehors ? Tes combats ? Je rebondis sur un ton assez calme pour lui montrer mon intérêt sur la question. Et je me dis aussi que ça lui fera peut-être du bien, d'en parler, de se lancer sur un sujet qu'il maîtrise et qui le transcende. Ca peut soit le calmer, soit lui procurer une immense frustration. Mais je fais le pari de la première option. Je me retiens de lui balancer l'évident dicton pas de nouvelles bonnes nouvelles, parce qu'à mon avis il serait mal perçu. J'imagine que c'est normal à ce stade de péter un peu un câble. Suffit de voir Barto ou April qui ont l'air limite soulagés de plus être dans la course et sous l'oeil des caméras. Pourquoi t'as voulu participer en fait ? Juste pour la tune ? Et ce serait un motif hyper légitime, comme Esaias qui voulait récolter un pactole pour amorcer une transition de vie. Mais dans ce cas c'est toujours la même idée, la tune il l'a, si vraiment il en peut plus il est aussi libre d'abréger son aventure. Ca te pèserait de signer obligatoirement pour une semaine de plus ? Elle est là aussi, la fameuse pression dont on parle. On est à deux pas de la finale et à moins de vouloir absolument être sous le feu des projecteurs pour la plupart d'entre nous l'histoire s'achève avec la révélation des secrets. Je me passe une main sur la nuque quand il me reproche la pression qu'on lui a foutu et sur le coup je me sens un peu coupable de mes brèves remarques à Kenza durant le prime. Ouais déso mec. Je prends pour tous les autres, mais j'accepte. Et vu la morale que lui a fait Kenza l'autre soir je me dis que je peux un peu compenser aussi pour elle. C'est compliqué de se construire vraiment à deux ici alors que t'as toujours plein de personnes autour. D'un point de vue interactions sociales ça paraît presque individualiste de penser qu'on peut tracer notre route sans se soucier des autres. Surtout quand dans le palace il reste plus que des couples, à quelques exceptions près. Mais là avec le retour de Jojo et Tone ça redonne une dynamique, faut en profiter et se sortir de l'espèce de schéma chelou dans lequel on baignait depuis quelques semaines. Le problème de Malcolm et Lula c'est qu'ils vivent dans des coins opposés, donc forcément la moindre décision quant à la suite de leur relation devient hyper impactante vis-à-vis de leur petite construction de vie perso. Nous on a la chance avec Kenz' de vivre dans deux villes qui sont pas loin en train et d'avoir des tafs qui nous permettent facilement de bouger d'une ville à l'autre. En plus Kenz' elle gère son propre cab' et moi je suis intermittent, donc globalement on est assez libres dans nos choix. Pour le coup je sais pas vraiment quelle solution lui proposer à Malcolm par rapport à sa relation. Je comprends qu'il ait pas envie de faire le grand saut, abandonner sa mif, sa nièce, pour une femme pas facile à cerner mais qui le hante à l'autre bout de l'Océan. Tout ce que je pense c'est qu'ils ont besoin de se poser chacun dans leur coin au moment de leur retour. Pour se retrouver, se recréer leur espace personnel, reprendre le train sur leur existence, et être capables de tendre définitivement la main à l'autre. Je le laisse faire le point sur ce qu'ils ont pu déjà se dire et puis je hoche la tête pour lui signifier que j'ai bien capté. Vous pouvez pas anticiper, de toute façon. Vous verrez une fois dehors, parce qu'avec la distance vous comprendrez assez facilement si vous êtes capables de faire ces efforts l'un pour l'autre. J'essaye d'adopter le regard le plus rationnel sur cette situation, même si j'ai jamais vraiment été du genre à donner des conseils sur les relations. Autour de moi y'a peu de couples réellement stables. T'as quelques rares exceptions qui se connaissent depuis une vie et qui ont appris à se construire ensemble. Les autres, c'est un peu des cas désespérés comme moi, qui ont jamais voulu laisser à quelqu'un d'autre la possibilité de porter un jugement sur leurs décisions. Je laisse un peu la question de Malcolm peser en l'air, en me focalisant sur la musique qui s'évade des basses. Je me sentais seul. J'avoue finalement au ricain. Je lâche un sourire avant de me reposer contre le dossier de mon fauteuil. Et depuis j'ai mis mon égo de côté et j'ai compris que ça valait le coup d'essayer vraiment, avec Kenz'. J'imagine que c'est la façon la plus simple de présenter les choses sans l'assommer avec mon histoire. Dans tous les cas il finira bien vite par comprendre ce que ça signifie, le besoin de solitude, pour un gars comme moi. On s'allume nos clopes et en parlant de taf j'ai une autre question qui me vient en tête. T'es prêt à la gérer ta nouvelle notoriété dehors ? Moi c'est un truc qui me fait pas flipper, mais lui il a l'air de pas trop aimer les caméras, à force. Et si tout le monde commence à lui poser des questions sur "quand est-ce que t'emménages à Paris ?", Malcolm il va assez vite finir par nous faire une syncope. Y'a eu pas mal de phrases qu'il a dit qui m'ont mis la puce à l'oreille quant à sa manière de dealer avec la pression. Malcolm ça a l'air d'être le mec incapable de faire du mal à une mouche, mais au fond je me demande s'il nous cache pas une certaine propension au pétage de câble, physique, et à mener des combats avec ses poings. Je me retiens d'insister et j'inspire une taffe avant de continuer. Moi je resterai oui. Et je pense qu'elle resterait aussi. Du moins, je vois pas trop pourquoi ça ne serait pas le cas. A moins qu'elle m'annonce avoir un truc hyper urgent à gérer à l'extérieur, mais à ce stade je vois pas trop ce qu'une semaine de plus changerait à la donne. Histoire de la vivre jusqu'au bout, cette aventure. Parce qu'on en parlait tout à l'heure avec Barto, c'est sans doute la dernière semaine qu'on passe vraiment tous ensemble. Et moi je suis conscient d'être une catastrophe par rapport au fait de maintenir des relations de mon plein gré. C'est plutôt les autres qui gèrent et moi qui réponds. Alors, mis à part Kenz', je vois ces moments comme des espèces d'au revoir définitifs, et je préfère les repousser au max avant de me confronter à ma nouvelle vie.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ≈ i've turned into a monster and it keeps getting stronger.
» L’insaisissable contre le Vent furieux ! (Pv Evy Evans +Pride+ Elyes Kelner) (Fini !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: STUDIO DE MUSIQUE-
Sauter vers: