Partagez
 

 Gundam seed. (mercredi à 17h20)

Aller en bas 
AuteurMessage
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 440
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
Gundam seed. (mercredi à 17h20) Empty
MessageSujet: Gundam seed. (mercredi à 17h20)   Gundam seed. (mercredi à 17h20) EmptyMar 9 Juil - 14:23

@Kenza

Au début, il hésite un peu, Bart. Il n’a pas envie de venir déranger Kenza, mais ça le ronge de l’intérieur toutes ces questions qui tournent en orbite dans sa boîte crânienne. Il a beau être celui qui a trouvé son secret, il n’arrive toujours pas à imprimer dans son cerveau que la marocaine a participé à une mission du genre Apollo 69. Ça le fascine. Elle a toujours laissé entendre que sa révélation aurait l’effet d’un buzz et lui, clairement, c’est ce qu’il vit en interne. Il s’en fout légèrement de l’aspect pornstar par intérim qui focalise l’attention de la plupart de leurs camarades. Bart, il veut vraiment qu’elle le rencarde sur les voyages interstellaires, parce que ça le fait rêver avec sa personnalité d’OVNI sur pattes. Il se pointe dans son environnement, en essayant de faire le mec qui a parfaitement sa place à ses côtés alors qu’elle a littéralement détruit l’échelle sociale des relations humaines où il n’était déjà pas super bien placé par rapport à elle. Kenza, c’est devenu une figure au même niveau que Galilée ou Neil Armstrong dans sa tête de passionné par les étoiles et les planètes. Il ne peut même plus se mettre au level à ce stade-là. « En fait, t’es du genre tout terrain comme nana. » il lâche en posant ses fesses sur les coussins de la tente Lotus. Spatial, aquatique etc. « Au risque de passer pour un type un peu ringard, je ne connais que le milieu terrestre. » il souffle dans un petit sourire en cherchant à la faire rire, même si avec Kenza, c’est mission impossible de ce côté-là. La meuf, en général elle réagit à que dalle avec ses petites sorties orales hypers cliniques et dénuées d’émotion. Bart, on dirait un peu un puceau parfois avec sa libido foireuse, mais dans le fond il sait que peu importe ce qu’essayent de vendre les films, il n’y a rien de plus efficace qu’un lit sur la terre ferme. Ça ne l’empêche pas pour autant de se poser tout un tas de questions sur ce qu’elle a vécu. Il y a beaucoup d'aspects de la vie dans l'espace qui ont besoin d'être attentivement étudiés et le sexe en fait partie. « J’imagine que tout le monde a déjà dû te le demander, mais… Qu’est-ce que ça fait ? » Ou peut-être qu’il n’y a que Bart qui s’intéresse à tout ça en bon gros weirdo qu’il est. Si ça se trouve, les autres ils en ont rien à branler de cet intitulé complètement hallucinant. « Est-ce que les cellules qui composent le sperme se comportent de la même manière que dans l’atmosphère terrestre ? Comment est-ce qu’on gère la baisse de la pression sanguine pour maintenir une érection ? Et c’est quoi l’astuce pour éviter de flotter chacun de son côté en apesanteur ? » Les positions, elles ne doivent pas du tout être les mêmes. Il y a de quoi innover en mode kamasutra cosmique et lui, ça l’intrigue tout ça. C’est un peu bizarre de parler de cul avec Bart. Quoi que lui, il ne se dit pas qu’ils parlent de cul, mais plutôt de science, d’innovation technique et sociale. Déjà pendant la confrontation, il s’emballait dans son coin en lui présentant sa propre vision de la pornographie et des travailleurs du sexe entant que vecteurs essentiels pour l’évolution de l’espèce ou des consciences. Les rapports sexuels en absence de gravité demeurent un mystère et il n’y a qu’elle et les autres acteurs ayant participés à l’expédition qui peuvent expliquer clairement à Bart tout ce que ça implique biologiquement. « T’es restée longtemps dans l’espace ? Vous avez fait des tests génétiques pour déterminer les changements physiologiques que tu as pu subir en comparaison de tes sœurs ? » il poursuit, parce qu’il n’y a pas que l’aspect cul qui l’intéresse dans son secret. Bart, il sait pas mal de choses au sujet de Kenza. C’est même un peu flippant, parce qu’elle ne lui raconte jamais rien quand il essaye de se renseigner sur sa vie. Ses infos, il est allé les chercher ailleurs au cours de ses très longues investigations sur son secret. Il y a déjà eu des tests sur le génome de frères jumeaux dont un est resté sur Terre et l’autre s’est rendu dans l’espace. Kenza, elle est issue d’une naissance multiple. Des meufs premium avec sa dégaine de reine des abeilles, il y en a trois dans l’univers, ce qui est assez dingue quand on y réfléchit. Bien sûr, son image doit beaucoup à sa personnalité hors-norme en mode mix entre Kim K et Elon Musk qui fait tout, mais ça n’en reste pas moins qu’il y a une zone géographique quelque part, qui concentre une duplication de la plus belle femme qu’il a été amené à côtoyer dans sa vie. Bart, il se tait pendant une seconde, avant de baisser la tête dans un sourire gêné. « Je suis désolé, je dois t’emmerder avec toutes mes questions. C’est parce que ça me fascine, mais tu n’es pas obligée de répondre à tout. » Il est chiant et légèrement encombrant avec la fixette qu’il a développé à son contact au sujet des voyages interstellaires. Depuis tout à l’heure, c’est à peine s’il lui laisse le temps d’en placer une pour ne pas zapper des lignes dans la liste mentale d’interrogations qu’il s’est constitué. « Tu sais, t’as un peu tout gâché pour moi. » il lâche soudainement, d’un ton léger. « Je crève d’envie de voir ce film. » Il n’a pas honte de le dire. C’est surement le cas de tout le monde dans le palace, même si les autres candidats n’assumeront pas forcément. Bart, il s’intéresse de ouf au projet qui avait été co-financé à la base par la NASA et par un site de cul. Limite, c’est comme la réunion quasi-parfaite de deux choses qui lui parlent pas mal dans sa life de néo-puceau passionné par l’astronomie. « Mais c’est bizarre de savoir que t’es dedans. Ça me bloque. » Kenza, normalement, elle devrait piger ce qu’il ressent, parce qu’il sait que c’était tout le but de la manœuvre de traumatiser une certaine personne en se vengeant de la sorte. Bart, il est super chill à l’idée qu’elle ait pu tourner dans un film X, mais ce n’est pas pour autant qu’il a envie d’assister à l’image de Kenza se faisant prendre par devant et par derrière par un mec à la bite hors-norme.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza 

MESSAGES : 748
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 2500£
AFFINITÉS:
Gundam seed. (mercredi à 17h20) Empty
MessageSujet: Re: Gundam seed. (mercredi à 17h20)   Gundam seed. (mercredi à 17h20) EmptyJeu 11 Juil - 16:34

Kenza, elle fait sa médiation habituelle en mode yoga relaxation dans la tente lotus parce-qu’elle apprécie la quiétude de ce lieu. Elle est dans sa position de la déesse shiva, à fond dans son délire sauf que bon, y’a @Bart qui débarque de nul part pour niquer toute sa concentration et brouiller l’énergie qu’elle venait d’accumuler en nœuds au milieu de son hypogastre. Il s’en rend pas compte mais il vient de tout faire foirer. Elle rouvre les yeux pour le fixer du regard, comprenant pas trop ce qu’il est entrain de foutre à ses côtés. Normalement, c’est bon, il a pété son secret (pour rien on va dire) il a eu droit à sa confrontation dans laquelle elle a répondu à toutes ses questions, alors qu’est ce qu’il lui veut encore ? Elle sait pas pourquoi mais elle a un mauvais pressentiment tout d’un coup. Comme si la révélation de son secret n’allait en fait qu’être que le commencement d’une série d’interrogation. Bart, il la regarde bizarrement depuis quelques secondes et elle comprend rapidement qu’il vient de basculer dans la case du môme de trois ans qui est fasciné par un monde qu’il rêve d’explorer un jour. Elle sait pas trop pour qui elle le prend, mais à travers ces yeux globuleux du mec ultra intrigué, elle s’imagine être une figure très importante. Elle arque un sourcil devant sa remarque. C’était censé la faire rire, ça ? « je crois que même le milieu terrestre tu ne le connais pas vraiment » pour un type aussi inexpérimenté que lui, il peut pas trop parler. Bart, c’est loin d’être une fusée, on le sait tous, mais même pour un véhicule terrestre il est mal embarqué dans la chaîne alimentaire. Elle va pas non plus dire que c’est un âne de transport, mais il est dans la catégorie bolide à deux roue sans moteur. En fait Bart, en terme d’engin terrestre, c’est une trottinette et c’est pas le genre de truc qui la font rire d’habitude, alors elle ne réagit pas trop, mais elle voit venir la fameuse question que tout le monde lui pose une fois qu’ils apprennent qu’elle a fait un petit séjour sexuel dans l’espace. La célébrissime qu’est ce que ça fait« Qu’est ce que ça fait quoi ? » Kenza, elle trouve ça un peu bizarre de partager ce genre de conversations avec un type catégorie nerd lvl 85 avec qui elle a jamais sexualisé la conversation. C’est pas non plus le genre de tête de gland avec qui elle le fait et y’a qu’à voir comment elle a recalé Esaias dans la bibliothèque au début de l’aventure pour comprendre qu’elle est vraiment sélective de ce côté-là. Kenza, c’est peut-être la plus grosse salope sexuellement parlant de l’univers, doublé d’une chienne et d’une pétasse qui est à l’aise avec son corps, ses fantasmes, ses pulsions et ses désirs, mais en vrai elle en parle pas avec n’importe qui. Alors Bart qui débarque et commence à s’intéresser à ce qui s’est passé sur Cooper Station en compagnie de plusieurs autres acteurs, elle veut vite s’en débarrasser alors elle calme progressivement son ardeur avec ses réponses de nanas précieuses out of your league qui te donne l’impression de parler à un bot qui en a rien à cirer de ta gueule. « J’en sais rien, Bart » Le type, il débarque d’absolument nul part, pose ses fesses tranquillement avec une confiance absolue et la mitraille de questions bizarres. Kenza, c’est pas une teubée ok, mais c’est pas non plus une lumière de ce monde qui a fait bac +18 à la NASA option biophysique pour pouvoir comprendre les changements physiologiques du corps humain dans l’espace. Si le sperme se comporte de la même manière dans une autre atmosphère, elle en sait foutrement rien. Elle, on lui a juste demandé de l’avaler et pas de se le prendre en plein visage ou sur ses seins pour éviter qu’il ne gravite et finisse par se disperser partout. S’il y’a eu un scientifique qui a étudié la viscosité du liquide séminal elle est pas au courant. « Ce que je sais, c’est qu’on a été entraîné pendant six mois pour réaliser certaines positions. En vrai, c’est vraiment pas agréable. » le sexe terrestre, c’est mille fois mieux, et plus facile « pour maintenir l’érection les gars se prenaient des tas de vasodilatateurs, certains utilisaient des anneaux péniens mais en gros, pour nous, il fallait surtout être irréprochable et très précis pour pas se louper » car au moindre faux pas, avec un geste en trop ou en moins, une prise trop serré, un coup de langue en retard ou le contact des dents avec la bite ça pouvait être fatal tellement les mécanismes érectiles étaient précaires et nécessitaient une concentration maximale. La tension peut s’effondrer d’un coup dans cette région, si le gars est désexcité avec un faux mouvement, encore plus dans une atmosphère pareille et c'est pas bon dans un tournage où le temps est compté. Elle essaye d’apporter un peu de réponses à ses questions wtf pour qu’il arrête de la faire chier, mais c’est l’effet inverse qui se produit et il continue à s’enfoncer dans son délire du type ultra curieux qui veut savoir des trucs que elle-même, elle ignore. Non mais c’est quoi ce délire. Ça par contre, ça la fait rire un quart de seconde tellement ça lui parait stupide. Des changements physio en comparé avec ses sœurs ? Non mais il est parti très loin là  « Pas longtemps Bart. Juste le temps de filmer ma scène et revenir » faut prendre ça comme un shooting pro. Juste à la place de le faire dans une piscine ou une villa privatisée, elle, elle l’a faite dans l’espace.  « C’est pas grave Bart. Moi aussi ça me fascine, mais il faut se résoudre à l’idée qu’on aura jamais une réponse à tout » fallait le prendre dans un sens plus général. Elle avait l'impression d'être un Niels hyper soporifique à sortir ce genre de phrase préfabriquée, mais e’était ce qu’elle avait principalement appris de toute cette expérience. Mine de rien, son film, il va grave faire avancer la science, malgré elle, mais elle, c’est juste un hamster à qui on a injecté une substance X pour étudier sa cinétique dans le corps. Et c’est pas elle, le scientifique qui détient les données donc il a surement confondu, le petit Bart. Elle détourne légèrement l’attention vers lui quand il lui annonce qu’il crève envie de voir le film. « Tu sais, le porno c’est pas bien » elle va pas non plus lui sortir tous les arguments qui pullulent sur les forum et les vidéos de la grosse communauté NoFap, mais ça a été prouvé que ça niquait le cerveau et la sexualité des gens, comme connerie. « Pourquoi ça te bloque ? » et là elle se retourne complètement pour le dévisager longuement du regard.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 440
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
Gundam seed. (mercredi à 17h20) Empty
MessageSujet: Re: Gundam seed. (mercredi à 17h20)   Gundam seed. (mercredi à 17h20) EmptySam 13 Juil - 9:22

Bart, il adore papoter, ce qui n’est pas le cas de son interlocutrice tout particulièrement récalcitrante quand il s’agit de lui. Kenza, elle ne fait plus le moindre effort avec le cas cliniquement désespéré qu’il représente. Il y a encore deux semaines, elle allait peut-être faire un peu genre que ce qu’il racontait pouvait l’intéresser ou que ses compliments la faisaient voyager, mais maintenant, elle ne lui cède plus rien. Il se pose pas loin dans la tente et elle le mate bizarrement, l’air de se demander ce qu’il fout là. Bart, il n’est pas assez con pour ne pas le piger. Il joue au grand naïf depuis le début de l’aventure, mais c’est peut-être juste parce que c’est plus facile à vivre que de se manger en pleine tronche des doses de lucidités qui couperaient court à toutes ses tentatives de sociabilisation. Lui, il se doute quand même un petit peu qu’il est zarbi comme garçon et un peu fou sur les bords. Les adjectifs qu’on a balancé à son sujet pendant le prime du genre qu’il était perché, ce sont surtout des euphémismes pour ne pas le qualifier de déglingué du bulbe à côté de ses pompes avec ses médocs. Elle se fout un peu de sa gueule et il ne dit trop rien. Bart, ça ne le dérange pas, il lui tend même des perches pour lui permettre de se moquer de ses névroses d’anxieux de la life dans une générosité sans égale. « Je sais pas… » il commence dans un sourire quand elle cherche à le faire préciser sa question. Ce n’est pas évident ? « De poser tes fesses dans une navette et de décoller pour l’espace, d’apercevoir la Terre depuis ton hublot, de participer à un gros projet qui va faire avancer nos connaissances sur ce qui se passe là-haut… » C’est vraiment un rêve de gosse. Enfin. Si on retire tout ce qui touche au léchage de glands en orbite. On rêve tous d’être le premier homme à réaliser quelque chose ou d’être le seul à pouvoir faire un truc qui tombe dans un domaine de compétence que personne d’autre ne maîtrise. Kenza, avec ses petits potes de son film X, ils dominent le game du sexe interstellaire et c’est grave impressionnant. Bart, c’est un grand fan de science-fiction, donc un projet qui consiste à aller coloniser les étoiles même si ça passe par le cul, ça lui parle bien, oui. Dans le fond, le porno, c’est juste un détail. Une justification. Kenza, elle est allée dans l’espace et c’est énorme, putain. Tout le monde a l’air de s’en branler, alors qu’elle fait quand même partie des plus ou moins cinq cents êtres humains à avoir connu le privilège de pouvoir se balader en fusée par-delà la stratosphère. Il a plein de questions à lui poser. Vraiment tout un tas qui englobent des thématiques très différentes et qui pourraient être publiées dans une revue scientifique tellement elles sont primordiales pour la survie de l’humanité. L’intérêt de Bart pour son expérience dans l’espace, c’est un peu comme une bite qui entre en érection. Il y a une sorte d’afflux de questionnements qui débarquent dans les corps caverneux de sa psyché depuis le tout premier stimulus intellectuel qu’il s’est créé en abordant le sujet. Et ça gonfle. Ça gagne en solidité alors que ses interrogations se veulent de plus en plus profondes comme quand il parle triplettes et espace-temps. Bart, il est au max, prêt à entamer une pénétration totale dans le cerveau de Kenza, mais elle le fait débander direct avec son air de meuf qui se prend grave au sérieux en ne voulant pas délirer avec lui et ses questions de gros nerd. Elle est grave distante et il a l’impression de la gonfler. Elle n’arrête pas de répéter son nom dans chacune de ses réponses, comme si elle avait affaire à un gamin super lourd avec ses questions, limite attardé, qui demanderait toutes les deux secondes au cours d’un voyage en voiture quand est-ce qu’on arrive. « Ok. » il expire un peu déçu quand elle lui dit qu’il faut se résoudre à ne pas pouvoir répondre à toutes les questions, manifestement pas chaude pour développer des théories interstellaires en sa compagnie. Il ferme sa gueule pendant quelques secondes, avant de revenir avec une toute nouvelle gaule cérébrale/révélation qu’il ressent le besoin de partager. « Mais ça peut avoir son utilité. » il glisse doucement quand elle lui sort que le porno ce n’est pas bien. Genre ça va, Barto, ce n’est pas non plus un branleur compulsif qui entretient une relation malsaine avec les films X, incapable de se décoller de son ordinateur. Le porno, c’est surtout un moyen de faciliter ses orgasmes en alimentant ses désirs et en augmentant son excitation sexuelle. Ce n’est pas lui et sa personnalité de guimauve qui va essayer de reproduire ce qu’il a vu en format pixel avec sa partenaire en lui crachant dans la bouche ou en l’objetisant au pieux. Ce n’est pas son truc les machins un peu hard avec du gonzo où la meuf finit décalquée, du mascara plein la tronche. Bart, il veut rêver, même quand il se branle. Il veut fantasmer sur des figures irréelles et supérieure à son état de type médiocre, certainement comme dans la vidéo de Kenza hyper particulière dans le marché du X actuel. « Ça serait un peu étrange… » il laisse entendre, ne pigeant même pas pourquoi il doit fournir des explications tellement c’est évident. Regarder le film de Kenza, ce serait malsain. En soit, mater du porno, c’est toujours un peu malsain, mais encore plus quand tu connais l’une des protagonistes de la vidéo. Ce serait trop au niveau émotionnel avec des étapes chelou du genre 1. choc, 2. excitation et 3. culpabilité. « Je sais que rien n’est réel. » Le porno, c’est complètement monté. Ce qui s’y passe, c’est un peu comme un combat de catch avec une chorégraphie millimétrée comme elle l’a déjà laissé entendre en parlant d’entraînement de six mois. « Mais le sexe, scénarisé ou non, ça reste tout de même l’un des actes les plus intimes qui soit. Si je regarde ton film, ce serait comme si j’espionnais ta vie sexuelle et c’est perturbant dans la mesure où je te connais. Coucher avec fille, ça donne le sentiment de savoir quelque chose d’elle qu’on est le seul à connaître, comme la façon dont elle crie ou l'expression de son visage pendant l'acte. Ce ne sont pas des infos de toi qui m’intéressent. » Non, Bart dans le fond il veut juste savoir ce que ça fait de se sentir en apesanteur d’un point vu neurologique et physiologique. « Et peut-être que ça me perturbe un peu de connaître le sous-texte de cette histoire. » il reprend en croisant son regard. Et là pour le coup, il est sûrement le seul à avoir compris tout ce que ce film impliquait au niveau de ses motivations internes, parce qu’elle s’est bien gardée de les expliciter lors de la révélation. Même Icare il est dans le flou complet à propos d’une part plus sombre de la personnalité de sa meuf. Kenza, elle ne déconne pas du tout. « Tu te souviens quand je t’avais dit que c’était toujours bizarre de te voir faire des trucs sans faire gaffe ? » La première fois, il parlait de son sourire quand il lui avait fourni son tout premier compliment de la saison. A vrai dire, c’est même la seule fois où il a assisté à ce phénomène de lâchage momentané, du moins jusqu’à la semaine dernière. « C’était un peu étrange justement dans le confess’… » il laisse entendre en analysant son visage pour jauger ce qu’elle en pense. Kenza, elle avait un peu craqué vers la fin avec son smile de meuf flippante au possible. « Tu vas faire quoi de ton gars maintenant ? » il demande en parlant en code pour toute personne n’ayant pas pu assister à leur échange autour de son secret. Elle compte le laisser tranquille ou continuer à le tourmenter à distance ?

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mobile Suit Gundam AGE
» La FMB à Westerlo ce mercredi 23 juillet 08
» L'Abyss :: 40K :: Mercredi (14) ou Jeudi (15)
» Exécution d'au moins 20 haïtiens depuis Mercredi en Dominicanie
» Tour de Catalogne (PT) => Mercredi 18h00

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: TENTE LOTUS-
Sauter vers: