Partagez
 

 guess we'll never know, 29/12 à tokyo + (phoebe)

Aller en bas 
AuteurMessage
Frantz
Voir le profil de l'utilisateur  http://dawnoftimes.tumblr.com 

MESSAGES : 1056
AVATAR : aaron tveit
ÂGE : 37
LOCALISATION : osaka (japan) & salzburg (austria)
MÉTIER : compositeur et pianiste classique


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 5.000 £
AFFINITÉS:
guess we'll never know, 29/12 à tokyo + (phoebe) Empty
MessageSujet: guess we'll never know, 29/12 à tokyo + (phoebe)   guess we'll never know, 29/12 à tokyo + (phoebe) EmptyVen 27 Déc - 0:04



if i lose myself tonight, it will be by your side

✼ ✼ ✼

29 décembre 2013 - Ambassade de Hongrie - Tokyo, Japon

Le temps filait à toute allure, vite, si vite que sans que je n'ai le temps d'en prendre conscience nous étions déjà à la fin de l'année. Et quelle année. Ce n'était pas vraiment ainsi que je l'avais envisagée lorsque j'avais bu à la santé de deux mille treize qui commençait en janvier dernier, attablé à l'aube dans un de ces vieux pub du centre de Vienne ouverts vingt quatre heure sur vingt quatre. Ou bien c'était il y a deux ans, et l'an dernier j'étais à Toronto ? Je ne savais plus, je m'y perdrais un peu ... Mais cela n'avait pas grande importance, de toute les façons. Cette année en tout cas ce serait Vienne à nouveau, parce qu'une invitation officielle au concert de nouvel an ne se refusait pas, et parce que pour une fois ça faisait aussi du bien d'être dans le public à écouter la musique plutôt que sur l'estrade à la jouer. Mais j'avais bien conscience au fil des semaines de ne pas m'être tenu à la résolution que j'avais pris durant ma participation à Thrown Dice : celle de lâcher un peu de leste et d'alléger un peu mon agenda, que j'avais jusqu'ici toujours connu surchargé. J'avais bien vite fait de reprendre mes vieilles habitudes ; Mauvaises habitudes sans doute, d'un certain point de vue. Et je savais que si Phoebe ne disait pour l'instant trop rien cela ne durerait pas. Pour ce soir en tout cas, elle avait accepté de m'accompagner à une soirée organisée par l'ambassade de Hongrie à Tokyo, soirée à laquelle j'étais à mon avis convié bien plus par politesse qu'autre chose ... Mais soit, un week-end à Tokyo, on avait quand même vu pire châtiment, vous en conviendrez. Et ce n'était pas un châtiment pour mes yeux également, tant ceux-ci avaient un mal fou à se détacher de la silhouette que faisait à Phoebe la robe qu'elle avait décidé de porter. Et je crois que ouais, au final j'avais l'esprit bien plus accaparé par elle que par la raison pour laquelle j'étais supposé être là. Si tenté qu'il y ait véritablement une raison, de toute façon. Je crois que je me contentais vraiment de ça en fait, attraper un verre de champagne plein quand le mien était vide, hocher de temps à autres la tête lorsque je croisais un visage qui ne m'étais pas totalement inconnu, voir échanger quelques brèves banalités, mais mes yeux quittant au final rarement Phoebe ; Je crois que c'était plus vraiment la peine de le nier, que j'étais légèrement accro. « Frantz ? » Tournant la tête en entendant mon prénom, j'avais senti mes doigts se resserrer automatiquement autour de mon verre en découvrant le visage de celle qui venait à ma rencontre. Pris au dépourvu, j'avais tout de même tenté de ne pas trop montrer ma surprise et mon trouble tandis que je murmurais sur le même ton « Lexie ? Qu'est-ce que tu fais là ... ? » Question passablement stupide à vrai dire, puisque si elle était là c'était sans doute tout bonnement qu'elle avait été invitée elle aussi. Ce qui n'aurait pas non plus du me surprendre, je savais bien que y'avait une chance que ce soit le cas, et pas uniquement parce que l'ambassade dans laquelle nous nous trouvions était celle de sa patrie ; Je crois que j'avais juste tout fait pour ne pas penser à cette éventualité. Remarquant alors le regard que Lexie vers Phoebe, puis le regard de cette dernière vers moi, je m'étais éclairci la gorge avant de reprendre « Oh, heu, pardon, hm. Phoebe, Aleksandra. Aleksandra, Phoebe. » Des présentations dont je me serais bien passé à vrai dire, et situation que j'aurais préféré éviter surtout. Parfois, il suffisait que je pose les yeux sur mon ex-femme pour me rappeler pour quelle raison j'étais plus que réticent à l'idée de me remarier un jour ; J'en avais juste tellement bavé au moment de mon divorce que je m'étais promis plus jamais. Et ce n'était définitivement pas quelque chose que j'aimais rappeler à mon souvenir en présence de Phoebe, c'était trop ... compliqué. Ouais. De toute façon je crois que je n'avais jamais parlé de Lexie à Phoebe, c'était pas le genre de conversation qu'on avait envie d'avoir généralement, forcément, et je crois qu'au final ce qu'elle savait se résumait au fait que j'avais été marié, que j'avais divorcé, et voilà c'était à peu près tout. Je ne m'étais pas vanté d'être celui qui s'était fait larguer, par exemple, même si ce n'était pas excessivement dur à deviner. Enfin bref, j'étais en train de me dire que j'avais envie de creuser un trou et de disparaitre quand un autre type à nœud papillon avait interpelé Lexie, me sauvant sans le savoir de je ne sais quel déluge que je craignais de voir tomber sur ma tête. « Je crois que le devoir m'appelle. A plus tard ? » Plus tard ? J'en doutais fortement, bien que je me sois gardé de le faire remarquer avant qu'elle ne s'éloigne ... Déjà si j'avais été seul, je doutais que l'idée aurait été judicieuse pour tout un tas de raisons que je ne tenais pas à déballer, mais avec Phoebe dans les parages y'avait encore moins de chance que ce soit une idée brillante, hm. Regardant un instant Lexie tandis qu'elle disparaissait derrière un autre groupe de personnes, j'avais avalé d'une traite ce qui restait de ma flûte de champagne, avant de commenter « C'était ... bizarre. » Pas qu'un peu, d'ailleurs. Surtout que je n'avais que ma bonne foi pour attester du fait que je ne savais pas que mon ex-femme serait là en proposant à Phoebe de venir ce soir ; En fait si je l'avais su je ne lui aurais pas proposé de venir, c'était tout vu. Je serais peut-être venu seul, ceci dit, histoire de faire acte de présence, parce qu'il suffisait de presque rien pour faire jaser par ici ... Mais ouais, ça non plus ce n'était pas forcément utile que je le précise, en fin de compte.

_________________

She walked into my life and my world was still, she reached into my soul and all my doubts were killed. That's when my loneliness subsided, she gave me the will, I could fight it, but nothing can erase the one thing that remains the same ⊹ She's
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe
Voir le profil de l'utilisateur  http://theuninvitedstrangerperson.tumblr.com/ 

MESSAGES : 349
AVATAR : ag.
ÂGE : 28
LOCALISATION : osaka [jap].


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 7 750€
AFFINITÉS:
guess we'll never know, 29/12 à tokyo + (phoebe) Empty
MessageSujet: Re: guess we'll never know, 29/12 à tokyo + (phoebe)   guess we'll never know, 29/12 à tokyo + (phoebe) EmptySam 22 Mar - 3:38

Pourquoi passe-t-on notre temps à tout analyser ? Tout le monde se veut méticuleux, concentré et avide d'un plus que l'on ne peut combler. Je n'échappais pas à cette règle, non, je n'étais qu'humaine après tout, et plus les jours avançaient et plus j'en désirais davantage. C'était le cycle de la vie. Il y avait de cela quelques mois, je n'étais qu'une succube, cette entité que l'on croit démoniaque, séduisant les hommes pour les réduire à néant. Je n'étais pas démoniaque, non, et beaucoup avaient eu vite fait de se tromper à mon sujet. J'avais passé deux mois dans une cage, où seuls quelques personnes avaient réussi à cerner mon caractère, avaient cherché à réellement apprendre à me connaitre. Je n'étais pas démoniaque, folle ou manipulatrice. J'étais une femme. Une femme avec des qualités, des défauts, un passé mais également un futur. On croit que la succube n'est que mal, alors qu'elle se contente de corriger les erreurs de la nature. Elle brise ce qui doit être brisé, elle rétablit la justice à l'aide de ses charmes, et d'une poigne d'acier. Elle est une Femme, avec une majuscule pour toutes celles qui ont été dénigrées par la gente masculine. Elle corrige les défauts, venge les tromperies, et rafistole des égos meurtris. J'avais porté l'image de la succube pendant quelques temps, mais cette vie était maintenant derrière moi. Je n'étais plus cette fille sans identité qui se contentait de vivre dans les ombres de mâles dominants. J'étais Phoebe, vingt deux ans, mais malgré tout, j'avais souhaité rester une Femme, pour honorer cette majuscule. Alors, au lieu de briser des coeurs, j'en étais venue à monter une association pour toutes les femmes ayant subi des maltraitance. Et croyez moi que beaucoup n'avaient pas tardé à partager leurs histoires avec moi. Je réunissais tous ces bouts de vie dans mes archives, récoltant les peines, mais également les joies. Oui, car toutes séparations n'amenaient pas forcément du malheur. Certaines femmes avaient même réussi à trouver une certaine rédemption dans le fait de repartir à zéro. C'était mon cas. Oui, j'avais laissé mon ancienne vie, avais démarré d'un nouveau pied. Ma famille n'avait pas réellement compris la profession que j'exerçais, et ma mère n'avait pas tardé à me traiter de tous les noms. Elle voulait probablement que je continue de mener ma vie d'enfant modèle, alors que tout le monde savait très bien que je n'en étais clairement pas une. Mon père, lui, s'était contenté de soupirer. Ça faisait un moment que l'on ne se parlait plus, alors au final, ça n'avait pas vraiment changé la donne. Embarquant mes clics et mes clacs, j'avais donc pris l'avion pour le Japon, où j'avais rejoint Frantz. Inutile de vous dire que je misais énormément sur notre relation, et j'en avais pleinement conscience. Mais aujourd'hui, là, après quelques mois s'étant écoulés, je ne regrettais absolument pas ma décision. Frantz était à peu près tout ce qui m'avait manqué jusqu'ici, et il était évident que je n'aurais jamais pu rencontrer quelqu'un comme lui dans d'autres situations. Nous ne fréquentions pas les mêmes milieux, et bien que je ne faisais étrangement pas tâche dans la magnifique robe rouge qui longeait ma silhouette, tombant jusqu'au sol, il était certain que je n'aurais jamais été invité à une telle soirée par le passé. Pas par mes propres moyens, tout du moins. A vrai dire, ça n'était pas tellement le genre de réveillon que j'avais envie de passer avec Frantz, mais puisque ça n'était que la veille, j'espérais avoir le droit à quelque chose d'un peu plus intime lors de la journée suivante. Peut-être m'étais-je trop habituée à notre petit nid douillet, et ce bien que je n'avais pas vraiment déballé toutes mes affaires. Je crois qu'une part de moi avait toujours peur d'être renvoyée chez elle. Vous savez, je n'étais pas la femme la plus facile au monde, et Frantz en avait probablement déjà bien conscience. Un grand brun des plus séduisants n'avait d'ailleurs pas tardé à m'accoster, alors que Frantz se tenait légèrement plus loin, lui même occupé à saluer quelques personnes. Autant vous dire que l'homme n'y allait pas de main morte, pour autant, je n'avais pas hésité à le recaler pour regagner le bras de mon partenaire. Portant ma flute de champagne à mes lèvres, mes prunelles détaillèrent de haut en bas une femme qui venait de s'adresser à mon conjoint. « Frantz ? » De toute évidence, elle semblait le connaitre. Mon regard jongla donc entre les deux protagonistes, alors que j'en concluais de par l'expression du beau blond qu'il ne s'agissait pas là d'une bonne rencontre. Ou du moins, je le connaissais assez pour en arriver à cette conclusion. « Lexie ? Qu'est-ce que tu fais là ... ? » Lexie ? Comme... « Oh, heu, pardon, hm. Phoebe, Aleksandra. Aleksandra, Phoebe. » Aleksandra, son ex-femme. Oh. Pourquoi avais-je soudainement envie de rire ? Mon regard détailla instinctivement une seconde fois la femme, qui semblait avoir plus de dix ans de moins que moi. Elle ne semblait pas vouloir me saluer pour autant, alors, je m'étais contenté d'un de mes sourires les plus hypocrites. Enfin, au moins, elle avait le droit à un sourire, elle. « Je crois que le devoir m'appelle. A plus tard ? » Hm, hm. « C'est ça, au revoir, c'était un plaisir. » soufflais-je en me mordant la lèvre inférieure pour dissimuler le mesquin sourire qui s'apprêtait à s'emparer de mon visage. Frantz semblait sacrément mal à l'aise, et il ne tarda pas à me le faire savoir. « C'était ... bizarre. » plissant légèrement les yeux, j'haussais finalement les épaules « Est ce que je devrais m'inquiéter ? » parce qu'au final, c'était un peu tout ce qui me préoccupait. Cette femme pouvait bien s'appeler Cunégonde que je n'en aurais rien à ciré. Mais si elle en avait après Frantz, sachez que là, la donne changerait totalement. Et comme beaucoup le savaient, je n'étais pas connue pour être particulièrement tendre, hm. « Enfin. » soupirais-je avant de reprendre « Soyons honnêtes, je suis tout de même bien plus belle qu'elle. Sa robe était vraiment affreuse. » Oui, bon, j'étais mauvaise, mais j'avais le droit non ? Elle ne m'avait pas salué après tout. « Comme quoi, tes goûts ont évolué avec le temps. » mais ça, je n'en avais jamais douté, hm. « Peut-être qu'un jour, tu tomberas sur un des hommes à qui j'ai brisé le coeur. Oh, et ne le prends pas personnellement si l'un d'entre eux en vient à t'agresser d'une quelconque manière. » grimaçant légèrement, j'ajoutais « Je crois que je ne leur ai pas laissé un très bon souvenir. » le tout souligner par une moue faussement angélique. Etrange, moi qui était si douce et agréable, hm.

_________________

I will go down with this ship
And I won't put my hands up and surrender
There will be no white flag above my door
I'm in love and always will be
Revenir en haut Aller en bas
Frantz
Voir le profil de l'utilisateur  http://dawnoftimes.tumblr.com 

MESSAGES : 1056
AVATAR : aaron tveit
ÂGE : 37
LOCALISATION : osaka (japan) & salzburg (austria)
MÉTIER : compositeur et pianiste classique


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 5.000 £
AFFINITÉS:
guess we'll never know, 29/12 à tokyo + (phoebe) Empty
MessageSujet: Re: guess we'll never know, 29/12 à tokyo + (phoebe)   guess we'll never know, 29/12 à tokyo + (phoebe) EmptySam 31 Mai - 1:38

C'était un peu à cela que se résumait ma vie, depuis pratiquement toujours. Ce genre de soirées, souvent d'un ennui mortel mais où il valait mieux se montrer quand on était invité, sous peine de se prendre plus tard le retour de flamme d'un type vexé que son invitation ait été ignorée. Je ne pouvais généralement pas me le permettre, parce que j'avais besoin de soigner mon carnet d'adresse presque autant que je devais soigner mon piano, pour continuer à faire mon métier comme je l'entendais. Et parce que j'avais appris depuis tout petit à ne pas faire de tort à mon nom, y'avait bien que ça qui comptait aux yeux de mon père, que le patronyme Ashenbach reste irréprochable en toute circonstance. Mon divorce était déjà un échec dont il se serait bien passé, à vrai dire, ironique quand on savait qu'il était contre ce mariage à la base. Vieux jeu, le paternel, du genre à penser qu'on ne pouvait décemment pas épouser une hongroise quand on était autrichien. Pour ce que ça m'avait apporté de toute façon, ramasser mon cœur et ma fierté par petits morceaux, merci bien. J'étais encore assez amer vis-à-vis de mon divorce, je me disais que cela finirait bien par passer et je savais que c'était simplement une question de temps, mais ce n'était pas encore un truc donc je parlais facilement. Et donc encore moins un truc que j'aimais me reprendre dans la gueule comme ça sans prévenir, particulièrement quand Phoebe était dans les parages. J'étais donc franchement soulagé de voir que Lexie n'avait pas l'intention de s'attarder, et pas uniquement pour moi « C'est ça, au revoir, c'était un plaisir. » Je n'avais même pas besoin de regarder Phoebe pour deviner le type d'expression qu'elle avait sur le visage, il suffisait d'écouter le ton de sa voix. Entrevue dont je me serais bien passée, donc, pour des raisons plus qu'évidentes. « Est ce que je devrais m'inquiéter ? » J'avais relevé les yeux vers elle, l'air interdit. S'inquiéter ? Le courant d'air glacial qui m'avait semblé accompagner mon court échange avec mon ex-femme parlait pourtant de lui-même je crois. « Qu'elle revienne un jour m'égorger dans mon sommeil ? Non, c'était quand même pas à ce point-là. » Je comprenais - ou du moins je faisais mine de comprendre - la question de Phoebe un peu comme j'en avais envie, mais au fond le principal restait qu'elle ne se méprenne pas sur la situation. « Enfin. » Elle soupirait. Et moi je respirais, je n'étais pas contre le fait de changer de sujet. « Soyons honnêtes, je suis tout de même bien plus belle qu'elle. Sa robe était vraiment affreuse. Comme quoi, tes goûts ont évolué avec le temps. » J'avais levé légèrement les yeux au ciel et secoué la tête tout en trempant mes lèvres dans mon verre. Je ne savais pas trop si mes goûts avaient évolué en fait, je n'y avais jamais trop réfléchi ... Ce n'était même pas comparable en fin de compte, d'ailleurs je n'avais pas pour habitude de comparer mes relations, qu'elles soient amicales ou sentimentales, et de la même façon je n'avais jamais avancé dans l'optique de chercher une "remplaçante" à Lexie tout comme je ne considérais pas Phoebe comme telle. « Pour un peu j'ai presque envie de croire que tu es jalouse. » J'avais esquissé un sourire narquois, mais les doigts qui ne tenaient pas mon verre étaient venus caresser son bras. Je ne savais pas trop si sa première question était sérieuse ou non à vrai dire, mais clairement non, y'avait pas de souci à se faire, pas plus venant de Lexie que de moi. Elle ne m'avait pas quitté pour rien, clairement, quant à moi je n'étais pas le genre à m'accrocher après m'être fait jeter comme elle m'avait jeté. « Peut-être qu'un jour, tu tomberas sur un des hommes à qui j'ai brisé le coeur. Oh, et ne le prends pas personnellement si l'un d'entre eux en vient à t'agresser d'une quelconque manière. Je crois que je ne leur ai pas laissé un très bon souvenir. » J'avais penché la tête sur le côté, pinçant mes lèvres d'un air dubitatif. Elle ne m'avait jamais vraiment parlé de son précédent "métier", et je n'avais jamais vraiment osé demander non plus, à vrai dire. Par peur de la froisser sans doute, je ne voulais pas qu'elle s'imagine que je la jugeais. « Si ça devait arriver et qu'un de ces types devait débarquer, c'est pas vraiment pour moi que je m'inquièterais. » avais-je finalement avoué. A certains il ne fallait parfois pas plus qu'un égo blessé pour mettre le feu aux poudres, et je n'étais pas non plus sans savoir qu'on pétait facilement les plombs quand on avait le cœur brisé. « Y'a de réelles chances que ça arrive un jour ? » Non parce que si oui je préférais le savoir, juste au cas où, hm. A vrai dire je ne savais même pas trop ce qu'elle entendait par leur briser le cœur, est-ce que c'était une expression ou bien est-ce qu'elles s'arrangeait pour que certains aient assez de raisons de vouloir éventuellement lui rendre la monnaie de sa pièce un jour. C'était peut-être pas un mal finalement, qu'elle ait changé de continent.

_________________

She walked into my life and my world was still, she reached into my soul and all my doubts were killed. That's when my loneliness subsided, she gave me the will, I could fight it, but nothing can erase the one thing that remains the same ⊹ She's
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] Trente secondes sur Tokyo [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: Autres continents-
Sauter vers: