just like a dream (e/v)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 598
AVATAR : SAOIRSE RONAN.
ÂGE : 26
LOCALISATION : GLASGOW.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 17 500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: just like a dream (e/v)   Jeu 29 Mai - 22:14




 
- just like a dream -
( PARIS, FRIDAY )

starring enid and virgile

Quand Enid descendit de l'avion et se retrouva en terre inconnue, elle éprouva à la fois de la crainte et de l'excitation de le revoir. Il lui avait promis de la chercher à l'aéroport. C'est ce qu'il fit. Il était ponctuel. Elle avait apporté peu d'affaires avec elle. Seulement une grande mallette que le jeune homme s'empressa d'acquérir avant de quitter la plateforme. Habitant dans la capitale, il n'était jamais aisé de circuler sur les routes. Ils arrivèrent chez lui plus vite qu'elle ne le pensait. Il la conduisit à l'intérieur de sa demeure. Elle n'eut pas le temps de prendre connaissance des lieux qu'ils se retrouvèrent sur le palier en vue d'une promenade à travers la ville. Elle connaissait très peu de Paris. Elle espérait qu'il la lui ferait découvrir à travers ses yeux. Ils passèrent leur journée d'endroit en endroit, visitant divers lieux phares de la métropole. Quand Enid lui fit part de son besoin de calme, ils rentrèrent en fin d'après-midi. Il lui fit le tour de la résidence. La blonde devait s'adapter à présent. Il le mena jusqu'au salon. Ils prirent place sur le canapé et discutèrent de tout de rien. Ensuite, elle décida de lire, Virgile à ses côtés. Il faisait de même. Il ne devrait pas être un féru de lecture car le livre lui échappa tout de suite des mains et atterrit sur le sol. Il somnola, puis s'abandonna dans les bras de Morphée. La tête du français vint se déposer lentement sur les genoux de son invité. Elle hoqueta de surprise. Elle referma son livre sans faire de bruit et le mit de côté. Elle ne bougea plus un instant, le souffle coupé. Hésitante, elle laissa ses doigts tracer des sillons imparfaits sur les traits du bellâtre. Elle s'imprégnait de la moindre parcelle de peau. Elle imaginait son visage dans son esprit. Un visage qu'elle trouvait charmant au fur et à mesure de son exploration. Elle se surprit à sourire béatement. Elle sentit sa paupière remuer qui s'ouvrit. « D-désolée. Je-je t'ai réveillé. », balbutia-t-elle, les joues rougissantes. Elle se confondit en excuse, se ravisa et retira immédiatement sa main, penaude. Elle s'écarta légèrement pour qu'il se redressât avec aise. Un fin sourire gagna peu à peu ses lèvres lorsqu'elle lui demanda, malicieuse : « Bien dormi ? » Elle rit légèrement. Il ne s'était assoupi que quelques minutes. Juste assez pour se reposer les yeux. Malgré elle, elle le dévisageait de son regard atone, replaçant une mèche derrière son oreille. Un tic nerveux. L'expression de ses traits trahissait un certain embarras. La présence du brun la rendait plus fébrile qu'à l'accoutumée. A cet instant, elle éprouvait des sentiments confus à son égard.

_________________
“You pushed on my heart every night and every day To keep me alive. And you kissed my mouth and I learnt to walk. And I learnt to try.”

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 624
AVATAR : pierre niney.
LOCALISATION : paris, france.
MÉTIER : fils à papa.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: just like a dream (e/v)   Ven 30 Mai - 18:39

Aujourd’hui, la journée était un peu spéciale. J’étais anxieux. Je sentais que j’avais les mains moites et ça ne m’arrivait presque jamais. Je suis rarement déstabilisé et, honnêtement, je déteste ça. Mais pour une fois, j’acceptais d’être déstabilisé. La jolie et douce créature qui allait me rendre visite le valait bien. Enid. Oui, j’ai les mains moites. Je ne l’ai pas revue depuis la fin de l’aventure. On a échangé quelques correspondances, sans plus. Et là, je m’apprêtais à aller la chercher à l’aéroport. Je me demande déjà comment je vais faire pour qu’elle me repère dans l’aéroport à la sortie de l’avion. Ouais, je sais c’est con. Mais avec son handicap - appelons un chat un chat - j’ai toujours peur de faire une bourde, de faire le con, de la choquer. Alors que c’est vraiment pas mon intention. J’essaie justement de pas en faire. Mais quand on s’appelle Virgile, c’est difficile. Ni une ni deux, j’arrive à l’aéroport - et à l’heure s’il vous plaît - et je la repère. Elle est là. J’ai un coup au coeur quand je vois sa petite frimousse au loin. Ca faisait longtemps. Bon, mon vieux, depuis quand t’es niais comme ça ? On se salue, petit câlin de retrouvailles de rigueur et puis on est partis pour le tour de Paris. Je me demande ce que c’est, quand même, de voyager sans pouvoir contempler les choses. J’imagine qu’elle ressent les choses différemment, du coup. En réalité, ça me fascine. Mais j’essaie d’agir en bon guide touristique, et je ne pose pas de questions. Je me contente de mon humour de débile. J’aime la voir rire. Après avoir visité quelques coins de Paris, elle me dit qu’elle est fatiguée. Vu que je vis encore dans la résidence de mes parents - friqués à mort, je vous rappelle, la bonne grosse baraque de riches - je suis un peu gêné, ça le fait pas trop d’être un fils à papa. Mais bon, depuis la sortie de l’émission, j’ai pas encore eu le temps de trouver mon propre pied-à-terre. Heureusement, mes parents ne sont pas là, on a la possibilité d’être seuls à la maison. Je lui fais visiter - enfin façon de parler, c’est surtout pour la formalité de la chose et aussi pour qu’elle sache s’y retrouver, un peu. C’est dingue comme j’ai toujours envie de la couver, de la prendre dans mes bras, de la protéger. Mais je me retiens, évidemment. Je ne sais pas si ce serait bien pris. Je ne me connaissais pas comme ça, si attentif, si bienveillant. Je lui dis de faire gaffe à la marche. On s’installe au salon et on commence à lire tous les deux, assis l’un à coté de l’autre. Bon, clairement, je lis pour faire bonne figure, histoire de m’y intéresser un peu moi aussi. Mais très vite, la flemme me gagne. Je pose ma nuque contre le divan bien rembourré et bien moelleux et je me sens partir. Je sens alors des caresses sur mon visage me sortir de mon léger sommeil. Je me surprends à sourire à cette délicate attention, puis ouvre les yeux. Elle dégage ses doigts fins de mon visage et devient toute rouge. Elle s’excuse mille fois, tandis que je souris à sa gêne tellement mignonne. « Être réveillé de cette façon, c’est agréable. » Même plus qu’agréable. Ses doigts sont si doux. Elle me taquine alors. « Quoi ? Non mais franchement t’as vu quelqu’un dormir ici ? » Je m’exclame, en forçant le trait, histoire de faire le clown. Je me mets alors à sourire et dans un automatisme sorti de nulle part, je me surprends à lui remettre une mèche de cheveux en place. « T’as changé quelque chose ? Tu es encore plus lumineuse que dans mes souvenirs. » Allo, Virgile, qu’est-ce qui t’arrive ? C’est quoi ces compliments dignes d’un film à l’eau de rose ? Je me ravise alors, secouant légèrement la tête, me redressant dans le divan. Et je la contemple à nouveau. Je me demande si elle le ressent, lorsque je passe mon temps à apprécier son visage.

_________________
    nothing's gonna hurt me with my eyes shut


Dernière édition par Virgile le Dim 10 Aoû - 14:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 598
AVATAR : SAOIRSE RONAN.
ÂGE : 26
LOCALISATION : GLASGOW.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 17 500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: just like a dream (e/v)   Mer 18 Juin - 10:06

C'était un après-midi des plus calmes qu'ils passaient tous les deux dans le salon, affalés sur le canapé. Elle en profita de la sieste momentanée de son hôte pour apprécier son visage qu'elle avait déjà eu l'occasion de toucher maintes fois. Cette fois-ci, c'était différent. Ce n'était pas par curiosité, mais par envie. Elle faisait preuve d'une certaine délicatesse qui sous-entendait un désir latent de rapprochement, de tendresse. Elle se laissait porter par ses envies à cet instant. Mais il se réveilla. Elle cessa tout de suite de le toucher par pudeur, mais surtout par embarras. Du côté de Virgile, le réveil fut agréable selon lui. Elle décida de prendre les choses avec humour en le taquinant. Chose à laquelle le jeune homme excellait. Elle étouffa un rire amusé. Elle eut un hoquet de surprise lorsque celui-ci s'approcha d'elle en lui touchant une mèche de cheveux qu'il lui remit derrière l'oreille en un geste des plus anodins. Ses joues prirent encore une teinte légèrement rosée, puis rougirent davantage quand il la complimenta. Elle ne sut quoi répondre. Elle se contenta de baisser la tête pour cacher sa gêne. Elle n'ouvrit la bouche que pour lui dire : « M-merci. » Les mots ne pouvaient décrire les sensations qui l'assaillaient à ce moment précis. « Pour tout. », s'empressa-t-elle de rajouter. L'invitation, la ballade, les visites. Elle appréciait particulièrement la bienveillance du brun à son égard. Elle se sentait choyée, privilégiée. Un sentiment qu'elle ne pensait jamais éprouvé - ou qu'elle avait ressenti en de rares occasions. Le parisien ne cessait de la surprendre. Il lui apparaissait sous un nouveau jour. Elle découvrait quelqu'un d'entier, de vrai. Un naturel qu'elle trouvait charmant et qui la charmait indéniablement. « Ça fait longtemps que je ne me suis pas autant amusée. », qu'elle lui révéla avec sincérité. Un sourire plaisant épousa ses lèvres, l’œil rieur. Elle lui avoua ensuite : « J'aime ta compagnie. » La bonhomie du jeune homme la touchait beaucoup. Elle se sentait bien à ses côtés. Pour lui faire comprendre toute l'affection qu'elle lui portait, elle caressa timidement la main du français. Elle la prit dans la sienne qu'elle serra fort.

_________________
“You pushed on my heart every night and every day To keep me alive. And you kissed my mouth and I learnt to walk. And I learnt to try.”

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 624
AVATAR : pierre niney.
LOCALISATION : paris, france.
MÉTIER : fils à papa.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: just like a dream (e/v)   Mer 6 Aoû - 16:47

Le sommeil m’avait gagné le temps de quelques minutes. Il fallait avouer que ce divan était foutrement confortable et entre une petite sieste et lire ce bouquin ennuyant, j’avais bien vite fait mon choix. Je m’étais senti m’endormir mais j’avais laissé les bras de Morphée me gagner. Je fus réveillé par de douces caresses sur mon visage. Les mains d’Enid étaient si délicates, si bienveillantes. Elle fut gênée, voire plus que gênée. J’avais l’impression qu’elle ne savait plus où se mettre. Ses mains partirent se cacher très loin comme si elles avaient fait quelque chose de mal, très mal. Cela me toucha, me fit rire aussi. Elle me demanda alors si j’avais bien dormi comme pour gentiment se foutre de ma poire. Je fis le con comme je savais si bien le faire et parce que j’aimais tellement l’entendre rire ou ne fut-ce que la voir sourire. Je remis alors une mèche en place sur son visage si harmonieux. Je balançai une phrase romantique à souhait sans vraiment savoir d’où cela sortait. Je me redressai alors dans le divan, ne sachant plus trop ce que j’étais en train de faire. Enid baissa la tête, visiblement timide et gênée de ce que je venais de dire. Ce n’était pas très malin de ma part, non plus. J’avais été trop direct, certainement. Je fis une moue déçue de mon comportement et me grattai la nuque comme pour réfléchir à la manière dont j’allais pouvoir corriger la situation et revenir à la normale. Je l’entendis alors me dire merci, pour tout. Sûrement pour l’invitation et la petite excursion à Paris. Je souris alors. « C’est un plaisir, mademoiselle ! » je chantonnai alors, pour essayer de la toucher et de la faire rire à nouveau, histoire de détendre l’atmosphère un peu trop romantique que j’avais installée avec ma phrase bidon. Elle confessa alors que cela faisait longtemps qu’elle ne s’était plus autant amusée. Cela me fit quelque chose au cœur, je ne savais pas trop quoi. Un genre de pincement, mais dans le bon sens. J’étais heureux d’avoir pu lui apporter quelque chose, moi, Virgile, le dandy parisien raté qui ne sait rien faire de sa vie et qui profite du blé de ses parents. Elle ajouta qu’elle aimait ma compagnie. « Je.. » je fus quelque peu désemparé par cette confession. Mais ce n’était pas pour autant qu’elle ne me faisait pas plaisir. Je me redressai à nouveau dans le divan, ramenai mon pied droit sur mon genou gauche et déposai mon bras sur le dossier du divan, derrière elle. J’étais gêné, à mon tour.  « J’aime ta compagnie aussi » je répondis alors, sans en faire trop. C’était sincère. Elle était rafraîchissante. Durant ce petit tour de Paris, je n’avais pensé à rien si ce n’est à elle, à ses pensées, son ressenti, comment elle se sentait, si tout allait bien pour elle. Tout naturellement, ma main alla chercher la sienne et nos doigts s’entrelacèrent, posés sur ma cuisse. « Cela me fait vraiment plaisir que tu sois venue, aujourd’hui » j’ajoutai, pour vraiment lui témoigner de mon intérêt pour cette journée quelque peu spéciale. Sa compagnie me sortait de mon quotidien ennuyant et pourtant si rythmé. C’était comme une bulle temporelle de nouveauté, de légèreté, dans tout ce brouhaha qu’était ma folle vie parisienne. Je me ressaisis alors. « Tu veux quelque chose à boire ? » je demandai alors, ayant presque oublié d’être gentleman. « Mademoiselle souhaiterait-elle du champâgne ? » je dis alors, en exagérant vraiment le trait sur l’accent bourgeois. Règle de la maison ; il y avait toujours une bouteille de champ au frais. Après, si elle préférait un jus de fruit à une coupe de champagne, cela m’allait tout autant. Je voulais simplement bien m’occuper de mon hôte. Une si jolie hôte d’ailleurs, il faudrait que j’arrête de la regarder d’une manière aussi émerveillée, ça n’allait vraiment pas en s’arrangeant.

_________________
    nothing's gonna hurt me with my eyes shut
Revenir en haut Aller en bas
 

just like a dream (e/v)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !
» Horse Dream RPG
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: L'Europe-
Sauter vers: