Partagez
 

 I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Keegan
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : Tommy Kristiansen
ÂGE : 30
LOCALISATION : New-York à temps partiel depuis que je me suis engagé dans l'armée.
MÉTIER : M'entrainer pour conserver ma musculature, sortir en ville avec mes potes, commenter les derniers potins au café du coin...


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 37 240£
AFFINITÉS:
I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné   I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 EmptyLun 15 Sep - 20:47

Ce fut un énorme bordel, un parcours du combattant à réussir brillamment et que nous avons mis du temps à réellement maitriser. Il nous a fallu onze semaines pour nous rendre compte mutuellement de notre besoin d’être l’un avec l’autre. Il s’est passé beaucoup de choses, il y a eu les jours avec, les jours sans et beaucoup de flottements entre les deux grosses catégories d’émotions mais nous y sommes enfin et je ne peux juste pas me résoudre à être un figurant dans notre propre histoire. Il est juste inconcevable que je regarde ce qu’il va se passer ensuite sans tenter de nous trouver des solutions durables. Je suis un soldat, je dois constamment réfléchir à des solutions, je dois être en permanence capable d’improviser et de trouver les bonnes idées au bon moment, pourquoi n’y arriverais-je pas pour nous deux ? J’ai essayé, je balance tout ce qui me vient à l’esprit et c’est peut-être de là que vient le problème, contrairement à mon comportement sur le terrain je ne prends pas le temps de réfléchir, de trouver des solutions qu’il est impossible de remettre en questions. Je ne lui offre rien de bien certain mais c’est parce que je panique, la perdre ce n’est pas une option et je compte bien faire ce qu’il s’impose contre cette funeste idée. Je refuse de croire que notre relation est condamnée, nous sommes les outsiders mais ça ne veut rien dire, j’ai confiance en nous plus que jamais et surtout, je suis sûr de mes sentiments et on doit se battre pour ce genre de choses. Il se trouve justement que je suis fait pour me battre, c’est en quelque sorte ma profession. « Et si tu n’as pas de permissions, que vais-je faire hein ? » Je serre un peu plus fort sa main. « Lorsque nous ne sommes pas en missions nous avons des permissions quasiment toutes les semaines allant de 24 à 72H… A moins qu’un conflit n’éclate dans les prochains jours il semblerait que nous soyons majoritairement confinés à la base la plupart du temps en entrainement. » Les rares missions qui vont être lancées dans les prochaines heures ne concernent pas mon équipe, je suis donc censé être à la base, excepté en cas de mission urgente comme ce fut le cas lorsque je suis parti six mois en Afghanistan. « Ce n’est pas un feu de paille, j’en suis certaine. » Je suis rassuré de l’entendre me le confirmer, je n’ai pas envie d’un tel avenir pour nous, je veux être à ses côtés encore et encore. « Ce n’est pas que je refuse de me battre. Je ne peux pas tout quitter comme ça, comprends moi. » Je reste silencieux mais j’acquiesce pour qu’elle comprenne que je suis tout à fait d’accord avec ce qu’elle dit. « J’aime mon métier, le casino c’est presque toute ma vie. Et il y’a des gens en France que je ne peux pas quitter, pas maintenant. » Le pas maintenant m’interpelle énormément, me cacherait-elle quelque chose ? J’ai envie de lui poser la question mais je ne veux pas la couper, pas maintenant. « Je préfère venir à chacune de tes permissions. Tant pis pour le décalage horaire et les heures de vols… » Mon sourire s’étire légèrement, c’est rassurant et je me dis que c’est une bonne première solution, certes temporaire à mes yeux mais c’est l’idéal pour nous. Nous pourrons nous assurer de la solidité de notre histoire de cette manière sans avoir trop de pression. « Je pense que c’est la seule solution pour le moment, au moins le temps que nous soyons tous les deux sûrs de notre histoire. » Je suis toujours accroupi contre ses jambes, mon cœur bat toujours la mesure mais il a tendance à se calmer, mes pulsations sont plus régulières, je suis rassuré et nettement moins inquiet à présent. « Je t’aime ! » Je me penche en avant pour pouvoir chercher le contact de ses lèvres, je les taquine un temps en me contenant de les effleurer mais je ne suis pas patient, pas après tout ce temps, je m’élance et je l’embrasse tendrement, avec une certaine douceur, mes mains longent son corps pour rejoindre ses joues que je prends le temps de caresser du bout des doigts. Je crois que ces trois petits mots-là, je pourrais les lui dire en permanence, c'est tellement naturel et étrange... Je ne les ai jamais prononcé, pas même à ma famille !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Daphné
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 800
AVATAR : lindsay perry
LOCALISATION : monte carlo (monaco)
MÉTIER : le casino


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 31 025£
AFFINITÉS:
I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné   I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 EmptyLun 15 Sep - 21:21

Il m’explique le fonctionnement de l’armée, me disant que lorsqu’ils ne sont pas en mission les permissions sont beaucoup plus fréquentes et simples à obtenir. Effectivement, le pays n’est pas en guerre mais ça ne serait tardé, enfin je pense compte tenu de la situation actuelle et tout ce que l’on entend aux informations. Bon ok, je n’aime pas écouter ces conneries, mais pour autant je n’ai pas envie que cela arrive. Je préfère le savoir en entrainement à la base plutôt qu’au front. « Ça me rassure un peu. » Que j’avoue, d’une petite voix. Je suis encore maladroite dans mes propos, presque timide face à ces sentiments nouveaux qui s’offrent à moi. Mais malgré tout, j’ai envie d’y croire. J’ai envie d’aller de l’avant et de nous donner une chance. Qu’est-ce que je risque ? Une énième déception certes, mais j’ai connu pire. Je crois qu’après un divorce, il est difficile de se relever. Surtout dans des conditions comme les miennes. Mais si j’ai réussi, alors je peux laisser une chance à l’amour, une nouvelle fois. Tant pis pour les mauvaises langues, les vipères et les personnes qui se mettrons entre nous, je suis prête à affronter tout ça et à lui rendre visite à chacune de ses permissions. C’est la solution la plus simple à mes yeux et qui me permet de garder ma vie et ma liberté. Je comprends dans son regard qu’il aimerait en savoir plus sur mes dires, sur le fait que je ne puisse pas laisser certaine personne en ce moment. Je ne dis rien pour le moment, le laissant parler. « Voilà, c’est très bien comme ça. » Mieux vaut partager quelques moments avant de sauter le pas et d’accepter de m’installer ici, dans cette ville bien trop grande pour moi. J’avoue que mon cœur s’emballe lorsqu’il me dit qu’il m’aime, une nouvelle fois. J’en perds le nord, je ne sais quoi dire et j’ai envie de lui dire que moi aussi mais je suis encore perdue face à mes sentiments. Je ne suis pas une fille qui dis ce genre de chose, je ne l’ai jamais dis pour ainsi dire. Et j’ai envie d’attendre encore un peu, que le moment soit vraiment spécial pour le lui dire à mon tour. Je souris, l’embrassant à pleine bouche et le serrant fort contre moi. Je sais qu’il s’attend à ce que je lui réponde, mais je ne dis rien. Rien qui puisse tout gâcher. Je reprends ma respiration, inspirant profondément, prête à lui avouer une autre partie de ma vie. « Tu dois te demander qui sont ces gens que je peux quitter pour le moment n’est-ce pas ? » Je respire à nouveau, n’aimant pas vraiment parler de tout ça. Mais il a le droit de savoir. « Il y’a un peu plus de deux ans, ma grand mère est tombée gravement malade. Le genre de maladie qui ne guérie pas et qui requière beaucoup de soins… Et d’argent. La maladie ne cesse d’empirer, je sais que ses jours sont comptés et je ne veux pas la laisser. Je ne peux pas. » J’en ai les larmes aux yeux rien qu’en pensant au jour où elle m’abandonnera. Ma grand-mère est tellement importante à mes yeux, elle est comme ma mère et c’est grâce à elle que je suis devenue cette femme là. « C’est pour elle que j’ai gagné cette émission en France. Pour elle aussi que j’ai participé à Thrown Dice. » Tout s’explique désormais, toutes ces questions que les gens se sont posées quant à mon secret. Keegan est le seul à qui je me confie sur ce détail de ma vie. Ce petit détail si douloureux qui a pourtant une grande importance.

_________________
This is my kingdom come
Revenir en haut Aller en bas
Keegan
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : Tommy Kristiansen
ÂGE : 30
LOCALISATION : New-York à temps partiel depuis que je me suis engagé dans l'armée.
MÉTIER : M'entrainer pour conserver ma musculature, sortir en ville avec mes potes, commenter les derniers potins au café du coin...


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 37 240£
AFFINITÉS:
I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné   I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 EmptyMar 16 Sep - 22:43

Le monde est parfois très étrange, certains conflits sont toujours plus ou moins en cours mais il peut arriver que nous soyons tous réquisitionnés en urgence sans réellement savoir pourquoi comme ça a été le cas en Afghanistan. La plupart des troupes américaines sont pourtant revenues à la maison mais nous avons été soudainement appelés pour tempérer la situation, la faute à une montée inattendue d’un groupe extrémiste terroriste qui a fait pas mal de dégâts au sein même du pays pour faire entendre sa colère. Je suis parti en mission pour une semaine et nous sommes finalement restés six mois avec, à la clé, le décès de trois de mes camarades. C’est d’ailleurs là-bas où j’ai croisé pas mal d’horreurs, de massacres de population au nom d’une doctrine censée révolutionner la politique locale. Je reste donc sur mes gardes concernant une éventuelle prochaine mission mais pour le moment tout va bien, nous devrions avoir l’occasion de nous voir régulièrement elle et moi si je reste à la base avec mon équipe comme c’est prévu. « Ça me rassure un peu. » Sa petite voix me fait chavirer, j’ai envie de la prendre dans mes bras pour la serrer très fort et la couvrir de baisers, lui dire ô combien je l’aime et ne plus jamais me séparer d’elle. « Et puis, dis-toi que personne n’est jamais parvenu à bout de moi, ils ont pourtant essayé hein… Je te montre ! » Je me redresse comme un petit con, l’atmosphère est un peu trop sérieuse à mon goût, je décide donc de plaisanter de mes malheurs, de mes cicatrices de guerre même si elles ne furent pas une partie de plaisir à chaque mauvaise rencontre que j’ai pu faire et ayant résulté à la création de l’une d’entre elles. « Celle-ci par exemple, un coup de couteau qui aurait pu être mortel si je n’avais pas immédiatement abattu l’enfant soldat que je venais pourtant de désarmer. » Je tire sur la ceinture de mon pantalon pour le faire descendre légèrement ainsi que mon boxer, je lui laisse donc contempler cette grosse cicatrice qui se voit énormément puisque j’ai été recousu à l’arrache sur le terrain par un soldat pas forcément expérimenté en attendant de pouvoir trouver un médecin. Cette longue cicatrice, étendue sur plusieurs centimètres, est disposée en dessous de mon nombril au niveau du bas ventre. Je déboutonne mon pantalon pour m’afficher en caleçon, appuyant sur l’impact de balle que j’ai en cicatrice sur la cuisse droite. « Une balle de fusil, elle est passée à deux doigts de mon artère fémorale, j’y serais resté si cette balle l’avait perforée. » J’ai l’impression d’être un guide touristique qui présente les monuments d’une ville, sauf que la carte est bien plus naturelle et douloureuse. Je remonte mon pantalon, prêt à redevenir sérieux un temps, elle a quelque chose à m’avouer, je le sens et ça me panique légèrement. « Tu dois te demander qui sont ces gens que je peux quitter pour le moment n’est-ce pas ? » Je décide de m’asseoir à côté d’elle sur le canapé, il lui sera plus facile de se confier. « Ta famille je suppose, mais oui, je me pose la question ! » Elle a l’air d’avoir du mal à en parler, est-ce quelque chose de grave ? « Il y’a un peu plus de deux ans, ma grand mère est tombée gravement malade. Le genre de maladie qui ne guérie pas et qui requière beaucoup de soins… Et d’argent. La maladie ne cesse d’empirer, je sais que ses jours sont comptés et je ne veux pas la laisser. Je ne peux pas. » Les larmes lui montent aux yeux et je me sens terriblement mal pour elle, elle ne mérite pas de vivre quelque chose d’aussi difficile, la maladie est à mes yeux la plus grande épreuve qu’impose la vie. La plus douloureuse et la plus sadique. « C’est pour elle que j’ai gagné cette émission en France. Pour elle aussi que j’ai participé à Thrown Dice. » Je ne sais pas quoi dire, que pourrais-je dire d’intelligent dans cette situation ? Il n’y a rien à dire, rien à faire, juste à être là en attendant la fin. « Je suis désolé, j’aimerais tellement avoir des pouvoirs magiques pour lui venir en aide, pouvoir changer les choses… » Je me sens bête de dire des choses comme ça alors plutôt que de parler je la prends dans mes bras pour la serrer fort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Daphné
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 800
AVATAR : lindsay perry
LOCALISATION : monte carlo (monaco)
MÉTIER : le casino


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 31 025£
AFFINITÉS:
I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné   I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 EmptyMer 17 Sep - 20:49

Je suis rassurée de savoir que je ne risque pas de le perdre du jour au lendemain, pour je ne sais quelle raison. Je préfère le savoir en entrainement plutôt qu’ailleurs, bien qu’au final j’ai l’impression qu’il est loin de moi pour rien. Pourquoi entrainer des soldats à longueur de journée si rien ne se passe ? Ne peut-on pas leur laisser un peu de répits ? C’est un métier compliqué, je le sais parfaitement et je pense que je vais devoir apprendre à faire avec. Même si je n’en ai pas envie, je suis prête à faire cet effort pour lui. Keegan en profite pour se dévêtir – enfin pour mes beaux yeux – et me montre ses cicatrices, en m’expliquant d’où chacune provient. Et j’avoue que je suis étonnée de voir à quel point il a eut de la chance.  La première est loin d’être jolie à voir mais je trouve ça terriblement sexy. Cela lui donne un côté bad boy qui me fait craquer. J’ai presque envie de lui sauter dessus mais à nouveau je me retiens, résistant une énième fois à la tentation. « Charmant. » Que je commente, d’un air amusé. Le fait de rire un peu me fait le plus grand bien, et même si l’on rigole un peu de son malheur, il n’a pas l’air d’en être dérangé. La suivante est beaucoup plus simple mais aurait pu lui coûter la vie, ce qui me fait grimacer. C’est fou comme le corps humain regorge de piège. On croit que l’on ne risque rien tant que le cœur n’est pas touché mais c’est complètement faux. Flattée de ce pas qu’il vient de faire vers moi je décide de lui confier quelques détails à mon tour. Et je me confie sur un sujet difficile à aborder tant il est douloureux pour moi. Je lui explique les raisons de ma participation à Thrown Dice. Je lui avoue que ma grand-mère est gravement malade et que ses jours sont comptés, ce qui explique le fait que je ne peux quitter Monaco pour l’instant. J’ai de la peine, à un point qu’il n’imagine même pas et j’arrive à me contenir malgré tout. Fondre en larmes devant lui n’ai pas une chose que j’ai envie d’envisager. Je refuse qu’il me voie ainsi, j’ai bien trop de fierté de toute façon. Il me serre fort contre lui et se dit désolé. « Moi aussi je l’aimerais. Mais malheureusement on ne peut rien y faire si ce n’est profiter des derniers moments avec elle. » Et surtout ne pas penser au fait qu’elle peut s’en aller du jour au lendemain. Je l’embrasse à nouveau, calmant ainsi mes émotions en pagailles. C’est fou comme je me sens bien dans ses bras, un sentiment que je n’ai pas ressenti depuis un moment. « Et si on ouvrait cette bouteille finalement ? Et puis, tu pourrais me faire visiter ensuite… Enfin si tu veux. » Je souris, reprenant mon air amusé et malicieux.

_________________
This is my kingdom come
Revenir en haut Aller en bas
Keegan
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : Tommy Kristiansen
ÂGE : 30
LOCALISATION : New-York à temps partiel depuis que je me suis engagé dans l'armée.
MÉTIER : M'entrainer pour conserver ma musculature, sortir en ville avec mes potes, commenter les derniers potins au café du coin...


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 37 240£
AFFINITÉS:
I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné   I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 EmptyMer 17 Sep - 22:00

L’armée ce n’est pas une partie de plaisir, tout le monde a tendance à penser que nous sommes là uniquement pour protéger notre pays en cas d’attaque mais c’est loin d’être le cas. Nous agissons énormément à l’international, c’est le cas pour chaque pays mais leur implication est assez minime comparée à celle des Etats-Unis, être le pays le plus puissant du monde entraine des responsabilités vis-à-vis du reste du monde. Je n’ai jamais été amené à effectuer une mission dangereuse sur le sol américain, il faudrait vraiment un gros conflit pour que nous soyons appelés là-bas… Non, l’essentiel de mes missions se sont déroulées dans des régions orientales, là où les conflits sont les plus virulents ces dernières décennies. Lorsque je regarde ma peau, les cicatrices qui ornent mon corps je me dis que j’ai eu beaucoup de chance mais également la rage de vivre, je ne m’en serais probablement pas sorti si je ne m’étais pas montré aussi fougueux sur le terrain, c’est le mental qui prend le dessus sur le terrain et j’ai toujours pu compter sur mon mental. Je me sens obligé de détendre l’atmosphère et de rassurer ma petite-amie, bordel ce que ça me fait bizarre d’appeler quelqu’un comme ça, en lui montrant que j’ai survécu à pas mal de trucs et qu’elle peut donc dormir sur ses deux oreilles. Je ne peux rien lui promettre, ce serait un mensonge que de lui assurer qu’il ne m’arrivera rien mais je préfère en rire plutôt que de réellement craindre la menace. « Charmant. » Je ris, remontant mon pantalon en prenant soin de bien bomber le torse, comme si le fait d’avoir des cicatrices était une marque de fierté… C’est juste les traces d’aventures souvent tragiques, un potentiel sexy également, par expérience je sais que lorsque je me retrouve dans une position impliquant que nous soyons deux et dénudés j’ai du mal à ne pas craquer lorsque l’on s’attaque à cette cicatrice pas vraiment belle qui se trouve proche de ce qui fait de moi un homme et non une femme. Le ton change radicalement lorsqu’elle choisit de se livrer un peu plus à moi en m’expliquant ce qui la pousse à ne pas pouvoir abandonner sa vie, pas pour le moment en tout cas. Je suis touché par ses révélations, je me sens terriblement mal et j’aimerais dans ce genre de situations avoir des pouvoirs magiques, si seulement nous pouvions vaincre la mort, la maladie… « Moi aussi je l’aimerais. Mais malheureusement on ne peut rien y faire si ce n’est profiter des derniers moments avec elle. » Je la serre toujours très fort contre moi, je lui caresse le visage et mes lèvres viennent automatiquement déposer un baiser sur sa douce chevelure. « Tu sais, si tu veux repartir à Monaco demain pour aller passer du temps avec elle je ne t’en tiendrais pas rigueur, c’est tout à fait normal ! » Bon, égoïstement j’aimerais qu’elle reste jusqu’à mon départ à l’armée mais je ne peux pas lui demander cela, je me sentirais bien trop mal. « Et si on ouvrait cette bouteille finalement ? Et puis, tu pourrais me faire visiter ensuite… Enfin si tu veux. » Quel est cet air malicieux que je pense apercevoir dans son regard, elle a cette lueur qui me rend fou, elle sait très bien qu’ici il n’y aura rien pour m’empêcher de céder à mes pulsions, le jeu dangereux auquel nous nous sommes livrés pendant onze semaines prendra une nouvelle dimension. « Commençons par la visite, j’ai oublié mes bonnes manières lorsque tu es arrivée ! » Je me redresse et je l’entraine avec moi en cherchant le contact de sa main, nos doigts s’entremêlent et je me sens tout à coup tout bizarre, tellement bien à son contact, l’amour me rend meilleur je crois. « Voici la cuisine, très spacieuse pour concocter de bons petits plats et… Et un gros gâteau au chocolat que je viens de nous préparer ! » Je lui montre du doigt mon œuvre d’art, je ne garantit pas qu’il soit excellent puisque j’ai décidé de le faire au feeling mais bon, la pâte avait bon goût en tout cas. Je marche à ses côtés quelques mètres pour atteindre la porte des toilettes puis celle de la salle de bain. « La salle de bain, elle n’est pas spécialement grande mais j’ai une baignoire alors je ne vais pas m’en plaindre. » Je m’imagine déjà prendre un bain romantique à ses côtés avec des bougies, de la mousse et nos corps l’un contre l’autre, entrelacés, dans notre bulle. J’en frissonne d’avance. « Et le meilleur pour la fin, ma chambre… C’est ici que tu pourrais éventuellement me faire découvrir tes cicatrices. » Je souris malicieusement, il n’y a pas que ses cicatrices que j’ai envie de découvrir ici mais ça, elle le sait déjà.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Daphné
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 800
AVATAR : lindsay perry
LOCALISATION : monte carlo (monaco)
MÉTIER : le casino


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 31 025£
AFFINITÉS:
I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné   I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 EmptyJeu 18 Sep - 21:02

Le voir avec toutes ces cicatrices lui donne un petit côté bad-boy, le genre de truc qui me fait littéralement craquer. Certes, elles ne sont pas là par hasard et ont probablement été sources de souffrances diverses et variées mais tout de même, faut dire que c’est ultra craquant. Je sais qu’il ne peut pas me promettre que sa vie n’est pas en danger, je sais très bien que ce n’est pas vrai mais le voir aussi résistant me rassure. Je me dis qu’il a une bonne étoile, tout simplement. Je retrouve donc le sourire, charmée par son corps divinement bien sculpté. Il se la joue sexy et j’aime encore plus, s’il continue ainsi mon corps va rapidement atteindre la chaleur optimale, non loin de la fièvre. Je me livre à mon tour sur un sujet plus délicat mais ça me fait du bien malgré tout de me soulager de ce poids. Un secret difficile à porter, ou plutôt quelque chose dont je n’aime pas parler. Il se montre tendre, rassurant à nouveau et me propose même de rentrer si je le souhaite. « Non, ça va aller t’en fais pas. Je veux rester avec toi avant que tu ne repartes. » Que je dis, presque timidement. C’est peut être égoïste mais j’ai envie de profiter de lui avant qu’il ne me quitte pour X temps. Et je sais que ma grand-mère est stable en ce moment, les choses devraient aller. J’opte pour un air totalement différent, rempli de malice quand je lui propose d’ouvrir la bouteille. Autant aller de l’avant, ne pas penser aux dures choses de la vie. Nous commençons la visite et je suis comme une gosse, prête à découvrir l’univers de celui qui partage désormais mon quotidien. Ma main ne lâche pas la sienne, pas maintenant que nous sommes enfin réunis. « Miam, il a l’air délicieux. Et où est mon hamburger ? » Je souris, me souvenant de cette petite conversation que nous avions eut dans le château. Je suis gourmande, beaucoup trop d’ailleurs mais si sportive que mon corps n’a pas le temps de stocker les graisses. Je suis plutôt gâtée par la nature de ce côté là je l’avoue, et je ne vais pas m’en plaindre. Manger est mon petit péché mignon, j’adore ça. Et ce gâteau à l’air génialissime !  Nous continuons et je découvre la salle de bain, très spacieuse et qui possède une baignoire. Je ne suis pas fan des bains, mais à deux pourquoi pas. Je ne suis pas une grande romantique dans l’âme mais je peux peut être le devenir qui sait ? « Moi je la trouve grande. Tu verrais la mienne ! » Je ris rien qu’en y pensant. Mon appartement a une très belle vue mais les pièces sont loin d’être grandes. Et la salle de bain est vraiment toute petite, pas facile d’ailleurs quand on est une fille. Puis, nous arrivons dans la chambre et là encore, je meurs de chaud. D’autant plus qu’il me cherche un peu, en parlant de mes cicatrices à moi… J’aimerais lui dire que les miennes ne se voient pas, qu’elles sont présentes uniquement dans ma tête et mon cœur mais ce serait gâcher le moment. « Cicatrices je ne sais pas mais tatouages pourquoi pas… » Je crois que j’ai autant de tatouage sur le corps qu’il possède de cicatrices, et encore. Je m’approche du lit et m’assois, testant ainsi le confort de celui-ci. « Très confortable… » Finalement, ce serait pas mal de boire le champagne ici non ? J’ai pas mal d’idées en tête, que je me garde de lui donner. Qui sait, peut être a-t’il encore d’autres choses à me montrer.

_________________
This is my kingdom come
Revenir en haut Aller en bas
Keegan
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : Tommy Kristiansen
ÂGE : 30
LOCALISATION : New-York à temps partiel depuis que je me suis engagé dans l'armée.
MÉTIER : M'entrainer pour conserver ma musculature, sortir en ville avec mes potes, commenter les derniers potins au café du coin...


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 37 240£
AFFINITÉS:
I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné   I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 EmptyVen 19 Sep - 13:22

Je n’ai pas le corps le plus sexy au monde mais il correspond plutôt bien à qui je suis. Je ne suis pas un beau gosse, je n’ai pas une bouille qui fait son petit effet à une foule de personnes, ou je n’en ai pas du tout conscience dans le cas contraire. En matière de séduction je n’ai jamais réellement compté sur mon physique, je me suis toujours concentré sur la personnalité et c’est ce qui a fait ses preuves jusqu’à maintenant. Bon, ne soyons pas non plus trop pessimistes, je sais très bien que je ne suis pas non plus un thon, j’ai quelques atouts et connaissant Daphné je sais qu’elle va carrément avoir des bouffées de chaleur en découvrant mon corps de manière un peu plus intime. Je lui laisse découvrir une partie plus sombre de ma vie mais j’opte pour une approche plus hilarante qu’autre chose pour éviter le côté drame ou pathos, je n’ai pas besoin qu’elle s’inquiète, je n’ai pas non plus envie qu’elle me plaigne… J’ai choisi ma vie, j’en ai fait ce qu’elle est aujourd’hui et mes cicatrices sont là pour me rappeler que la vie ne tient qu’à un fil. Chaque petit moment délicat passé sur le terrain me permet d’apporter plus de poids encore à ma philosophie, vivre chaque moment comme si c’était le dernier pour ne jamais ô grand jamais avoir de regrets. Je me suis éloigné de cette philosophie pendant l’aventure, notamment avec Daphné, mais aujourd’hui il n’y a rien de plus important qui compte à mes yeux, il n’y a plus de temps à perdre. Cette affirmation ne s’applique pas uniquement à notre couple, je ne peux que l’encourager à profiter de sa grand-mère pendant qu’elle le peut, même si cela équivaut à me séparer d’elle plus tôt que prévu à la base cette semaine. N’est-ce pas cela être un petit-ami exemplaire, être prêt à se sacrifier pour la personne que l’on aime ? Ce sacrifice n’est pas non plus extrêmement déstabilisant, je survivrais si je ne la vois que deux jours au lieu de cinq. « Non, ça va aller t’en fais pas. Je veux rester avec toi avant que tu ne repartes. » Sa timidité me fait toujours autant craquer, mon sourire gagne en intensité et laisse entrevoir ô combien cette réponse me fait plaisir. « On t’a déjà dit que tu es parfaite ? » Je glisse mes lèvres contre les siennes avec douceur. Il est temps d’improviser une petite visite privée non ? Je commence par la cuisine où se trouve le gâteau au chocolat que je lui ai spécialement concocté. « Miam, il a l’air délicieux. Et où est mon hamburger ? » Le fameux hamburger que je n’ai jamais eu le temps de lui préparer au château pendant notre aventure. « Je le garde pour plus tard, en dernier recours. » Je me mordille la lèvre malicieusement, comme si un hamburger pouvait la faire céder à mes charmes. Je reprends ma visite là où je l’ai laissée et lui présente la salle de bain. « Moi je la trouve grande. Tu verrais la mienne ! » Je n’ai pas à me plaindre de ma salle de bain, je n’en possède pas une personnelle à l’armée. « Il faudra que tu m’invite un de ces jours, lorsque j’aurais une permission suffisamment longue. » C’est aussi un moyen de ne pas toujours la faire venir, de partager un peu les frais qui seront occasionnés par nos déplacements à répétition. Nous arrivons à ma chambre et je sens immédiatement la chaleur monter, je me sens bien et terriblement malmené à la fois, presque intimidé par la jeune femme. « Cicatrices je ne sais pas mais tatouages pourquoi pas… » Ses tatouages je les ai toujours trouvé très sexy, je n’ai pas pu tous les voir malheureusement alors… Ma patience a finalement d’énormes limites. « Et si tu le faisais maintenant ? » Je prends mon petit air de chien battu qui lui fait toujours son petit effet pour achever de la convaincre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Daphné
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 800
AVATAR : lindsay perry
LOCALISATION : monte carlo (monaco)
MÉTIER : le casino


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 31 025£
AFFINITÉS:
I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné   I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 EmptyDim 21 Sep - 19:12

Je ris lorsqu’il évoque l’adjectif parfaite. Non, je suis loin d’être parfaite malheureusement. J’ai mon caractère, ma façon de faire les choses et d’être. Je ne suis pas romantique ni même du genre à savoir m’y prendre lorsqu’il s’agit d’amour. Et surtout, je suis très indécise et maladroite, mais ça encore Keegan a eut l’occasion de le découvrir. « Arrêtes, je suis loin de l’être. » Que je dis, modeste. Il m’embrasse tendrement et je me sens bien. C’est fou comme ce sentiment peut vous changer. Je ne pensais pas vivre ça, encore moins avec un militaire de carrière et pourtant, j’ai envie de croire en notre histoire, en notre couple. Il décide de me faire visiter, commençant d’abord par la cuisine, où se trouve un merveilleux gâteau au chocolat. J’en profite pour le taquiner un peu, parlant de ce fameux hamburger qu’il devait me faire dans le château bien avant que notre relation ne se dégrade. Il me dit le garder en cas d’urgence – en gros – et son sourire malicieux me fait littéralement craquer. Je résiste à nouveau à la tentation de lui sauter dessus, là tout de suite dans la cuisine. J’arrive ensuite dans la salle de bain, qui est loin de ressembler à la mienne. D’ailleurs, je ne me garde pas de le lui dire et sa réponse me fait sourire. « Quand tu veux. J’aimerais beaucoup te faire découvrir ma petite vie. » Bien que cela aurait pu m’effrayer habituellement, les choses sont complètement différentes avec Keegan. J’ai envie de lui montrer de quoi est fait mon quotidien, renforçant ainsi notre relation naissante. Et j’espère qu’il aura le temps de venir, un jour. Nous arrivons dans la chambre et cette fois, la tentation semble prendre le dessus puisque je me montre de plus en plus charmeuse et malicieuse. Il veut voir mes tatouages ? Très bien. Je ne suis pas du genre à passer par quatre chemins, il le sait très bien. Je retire alors mon Tshirt, afin de lui faire découvrir la totalité de mes tatouages. « Approche. » Je tapote son lit afin qu’il me rejoigne tout en gardant ce même sourire qui habite mon visage depuis maintenant quelques minutes. Il m’a déjà vu en maillot, je suppose que mes tatouages n’ont plus de secret pour lui. « Tu connais déjà, tout ça. » Ou presque. Je ne me sens absolument pas gênée d’être devant lui dans cette tenue, loin d’être pudique. Et je présume qu’il ne doit pas l’être non plus…

_________________
This is my kingdom come
Revenir en haut Aller en bas
Keegan
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : Tommy Kristiansen
ÂGE : 30
LOCALISATION : New-York à temps partiel depuis que je me suis engagé dans l'armée.
MÉTIER : M'entrainer pour conserver ma musculature, sortir en ville avec mes potes, commenter les derniers potins au café du coin...


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 37 240£
AFFINITÉS:
I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné   I'LL BE THE ONE IF YOU WANT ME TO + Daphné - Page 2 EmptyVen 31 Oct - 12:00

Je me sens soulagé à ses côtés, apaisé. C’est étrange, vous ne trouvez pas ? Il y a plus de deux mois nous ne nous connaissions pas et à présent j’ai l’impression que son absence me serait impossible à endurer. Cette aventure a été magique, je me suis attaché à elle en très peu de temps et je sais très bien pourquoi. L’enfermement ça rapproche bien plus rapidement que lorsque vous vous côtoyez au quotidien, les sentiments peuvent se créer bien plus vite et s’intensifier à vitesse grand V. C’est en quelque sorte ce qui m’est tombé sur la tête sans que je n’ai eu le temps de voir tout cela venir, ça n’a pas été facile mais aujourd’hui le pire est derrière-nous. Pour la première fois je me sens prêt à considérer une vie séparée entre mon travail de militaire et une vie de couple, je suis ambitieux et je réussirais à concilier les deux. Oui j’ai confiance, foi en nous deux et c’est ce qui me permet d’être en aussi bonne forme. Je lui fais découvrir pièce après pièce mon petit chez moi, heureux de lui permettre de faire un pas dans ma vie, de se rendre compte de qui je suis vraiment à l’extérieur de Thrown Dice. Je profite de cette visite pour lui faire entendre que j’aimerais bien, à l’occasion, me rendre chez elle à mon tour. « Quand tu veux. J’aimerais beaucoup te faire découvrir ma petite vie. » Voilà qui me plairait énormément, en arrivant dans ma chambre l’ambiance change radicalement, je me sens bouleversé par cette beauté divine. Les caméras ne sont plus présentes, il n’y a plus personne pour nous empêcher de suivre nos instincts et lorsqu’elle retire son tee-shirt avec son petit sourire malicieux je peux vous assurer que mon corps tout entier se met à réagir. « Approche. » Elle tapote mon lit et je me sens soudain pris d’un élan de nervosité, ma gorge est terriblement sèche mais je ne me fais pas prier, je souris et je réduis la distance qui nous sépare en m’installant à côté d’elle sur mon lit. Daphné est tellement belle, désirable. « Tu connais déjà, tout ça. » Bien-sûr que je connais tout cela, combien de fois me suis-je perdu en la regardant, en la dévorant du regard ? Des centaines de fois sauf que cette fois je n’aurais pas à avoir honte, elle est mienne et j’ai envie de dépasser un nouveau stade. « J’ai envie de les découvrir sous un nouvel angle ! » Mes doigts longent son bras que j’approche de mes lèvres pour embrasser ses tatouages, ma langue glisse langoureusement le long de ce dernier et je me dis qu’il va être difficile, douloureux de ne pas lui sauter dessus, de faire durer le plaisir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Daphnée Astrann [Danseuse]
» Daphné [à corriger]
» Les choses vont changer à Wynwood ! (Daphné Johnson)
» APOLLON ET DAPHNE/ LE BERNIN
» Daphné P. Jarod

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: Autres continents-
Sauter vers: