Partagez
 

 still a little hard to say what's going on ft. Leslie

Aller en bas 
AuteurMessage
Frankie
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 810
AVATAR : brit marling.
ÂGE : 34
LOCALISATION : londres.
MÉTIER : policière d'enquête.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24 320£
AFFINITÉS:
still a little hard to say what's going on ft. Leslie Empty
MessageSujet: still a little hard to say what's going on ft. Leslie   still a little hard to say what's going on ft. Leslie EmptyLun 15 Déc - 4:15

La grande classe. La joue collée à une feuille de papier gribouillée, je cligne des paupières une dizaine de fois, le mélange d’un air embêté et frustré sur les traits de mon visage. J’arrive pas à croire que je me suis endormie. Je ne suis jamais le genre de fille qui s’endort sur les documents d’une enquête importante. Non, je refuse.  Oh et qu’est-ce qu’il fait là lui, à me regarder ainsi. Je vois bien le jugement dans son regard. «  Arrêtes toute suite… Je suis crevée, tu le sais bien… » Ouais, je travaille fort, je ne suis jamais à la maison. Ça doit être pour cette raison qu’il me regarde ainsi, il veut que je me sente coupable. « Monsieur Rogers, stop. T’auras pas d’os si tu continues comme ça. » Les grosses menaces. Le pire c’est qu’il se couche automatiquement à mes pieds lorsque je lui lance cette remarque. Je suis trop forte. Et aussi surement très folle d’un point de vue extérieur. Parler à son chien de cette façon n’est peut-être pas très sain d’esprit, mais je l’assume amplement. Je soupire, glissant ma main dans la fourrure de l’animal alors que je déplace quelques papiers, ayant perdu tout le courage du monde pour continuer à travailler. Le pire c’est qu’il n’est pas si tard. Mais comme à mon habitude, j’ai passé les trois derniers jours à dormir une poigné d’heures pour essayer d’avancer dans mes recherches. Abandonnant, je laisse tomber ma tête à l’arrière, sursautant à peine lorsque la sonnette résonne. Le pire c’est que je n’attends personne. Pourtant, je suis prête à mettre ma main au feu sur l’identité de l’homme qui se trouve derrière la porte. En fait, il y a deux possibilités. La première se trouve à être mon frère, qui se pointe souvent à n’importe qu’elle heure chez moi, comme si l’endroit lui appartenait aussi. Mais comme je sais que mon frère avait une soirée ce soir, l’autre option me semble plus probable. Quoique, ça pourrait toujours être Lukas. Mais non, puisque je connais aussi les plans de la soirée de ce dernier. Trainant le pas, me laissant presque désirer, je rejoins tout de même la grande porte d’entrée, neutre, essayant de calmer un Monsieur Rogers beaucoup trop enthousiaste. Et j’avais raison. Devant moi, nul autre que ce bon vieux Leslie. Sans un sourire, je le fixe un moment, pourtant satisfaite de l’avoir dans mon champ de vision. « Désolé, j’ai déjà acheté des cookies à la petite voisine hier… ce sera pour une prochaine fois ma belle. » une moue sarcastique sur les lèvres, je referme la porte aussi vite que je l’ai d’abord ouverte. C’est alors que je souris franchement, attendant que quelques secondes s’écroulent avant de l’ouvrir à nouveau. Ok, ma blague était nulle ? Moi je me suis trouvée hilarante. « Sérieux, t’es perdu ? » Ça c’est un accueil digne de ce nom. Le pire c’est que je sais très bien qu’il n’est pas perdu, puisque ce n’est certainement pas la première fois que cette situation se produit depuis les trois derniers mois. « Tu m’a apporté un cadeau ? Tu sais bien que t’as pas le droit d’entrer ici les mains vides… » Parce que je suis tellement ce genre de fille qui veut être couvert de cadeau et de bijoux… not. Je reste là, le fixant, ou le dévisageant plutôt, n’avouant certainement pas qu’il ma manqué. Non mais oh, faut pas exagérer. « Bon, allez viens, j’en connais un qui ne se tient plus tellement il a envie de te voir. » Je parle évidemment du chien, qui grouille à mes côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Leslie
Voir le profil de l'utilisateur  http://madebyumita.tumblr.com 

MESSAGES : 1131
AVATAR : taylor kinney
ÂGE : 38
LOCALISATION : glendive, montana, usa (& the atlantic ocean)
MÉTIER : chef barman sur le queen mary 2


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: -- (21,830£)
AFFINITÉS:
still a little hard to say what's going on ft. Leslie Empty
MessageSujet: Re: still a little hard to say what's going on ft. Leslie   still a little hard to say what's going on ft. Leslie EmptyMar 23 Déc - 22:41

Il n'essayait même plus de lutter, tandis que le visage à moitié caché dans la capuche de son sweat il sentait ses paupières se fermer, presque-marin que le décalage horaire n'épargnait jamais, et que le sommeil venait chatouiller tandis que le rythme du train sur ses rails le berçait, un peu. La campagne anglaise défilait par la vitre du train mais il n'y prêtait pas vraiment attention, pas cette fois-ci, préférant grappiller une heure et demi de sieste avant l'arrivée à la gare de Waterloo. Quelque part dans un coin de sa tête, le souvenir d'un château britannique dans lequel il avait passé presque trois mois subsistait surtout grâce à la destination qui était la sienne ce jour-là, un souvenir qui sans cela aurait sans doute déjà commencé à s'estomper. Leslie n'était pas un sentimental, ni un nostalgique, et il regardait vers l'avant beaucoup plus que vers l'arrière. Ce qui ne l'empêchait pas d'être un grincheux, grincheux comme il l'était justement lorsqu'il avait quitté Waterloo pour s'engouffrer dans le métro, maudissant le bruit, le monde et la cohue, la tête toujours bien cachée sous la capuche de son sweat et son sac de marin sur l'épaule. S'il y avait bien un endroit où Leslie ne se sentait pas à l'aise c'était le métro, la foule et l'enfermement ce n'était définitivement pas sa tasse de thé, mais le taxi était largement au-dessus de ses moyens. Voilà où on en était, quand après s'être assis sur trois mois de salaire pour participer à un jeu on en revenait en plus bredouille. Ressortant de la bouche de métro une fois arrivé à destination il s'était arrêté un instant, pour reprendre ses esprits, et repris sa route jusqu'à arriver à destination, profitant de ce qu'un autre habitant de l'immeuble sorte au même moment pour s'engouffrer dans le hall d'entrée sans avoir à sonner ou faire un quelconque code. Arrivé sur le bon palier il avait tout de même eu un instant d'hésitation, entre la porte de gauche et la porte de droite ... Mais non, y'avait bien des choses sur lesquelles la blonde avait un goût douteux, mais pas au point d'avoir un paillasson orange et bleu. Alors il avait sonné à l'autre porte, comptant les secondes dans sa tête en se disant qu'à quinze il ferait demi-tour parce que c'était de sa faute aussi, arriver ainsi sans prévenir. Un rictus satisfait pourtant s'était étiré sur ses lèvres lorsqu'il avait entendu le verrou tourner et vu la porte s'ouvrir sur une Frankie à l'air de mauvais poil ... c'est qu'il s'en embarrasserait presque, si ce n'était pas si récurrent. « Désolé, j’ai déjà acheté des cookies à la petite voisine hier … ce sera pour une prochaine fois ma belle. » Ahah. Non mais, elle venait vraiment de lui fermer la porte au nez ? A lui qui venait déjà de se farcir une traversée d'Atlantique en bateau, un train de banlieue chancelant et un métro bondé ? Elle n'avait aucune pitié. Et daignant finalement lui rouvrir la porte la voilà qui demandait « Sérieux, t’es perdu ? » Oui voilà, il était perdu, à plus de sept mille cinq cent kilomètres de chez lui, quoi de plus logique. Laissant finalement tomber son sac à ses pieds, il avait soupiré d'un air fataliste tout en secouant la tête « Frankie, Frankie, Frankie ... mais où est passé ton esprit de Noël ? » La bonne humeur, l'esprit de partage, le fait de ne pas laisser les pauvres gens sur le pas de sa porte, tout ça ... hm. « Tu te souviens comment se termine l'histoire de la petite fille aux allumettes ? Loin de moi l'idée de t'influencer, mais si tu me laisses sur le paillasson y'a des chances que je termine de la même façon. » Et elle n'avait assurément pas envie qu'il en arrive là, hm ? Le voilà qui penchait la tête sur le côté, l'air penaud, la lèvre en avant, le regard de chien battu ... une grande démonstration de ses talents - très relatifs - de comédien tandis qu'elle lui accordait enfin « Tu m’a apporté un cadeau ? Tu sais bien que t’as pas le droit d’entrer ici les mains vides … » Les. Femmes. Incorrigibles et prévisibles, même lorsqu'il s'agissait de faire de l'humour noir. Dodelinant la tête d'un air incertain il avait pris un air désolé « Mais, c'est que ... je pensais que ma présence serait un cadeau suffisant, alors j'ai pas vraiment pensé aux fleurs, je me suis dit que tu étais au-dessus de ça. » Bon allez, c'était pas bientôt fini ces âneries ? A moins qu'elle n'attende qu'il prenne racine sur le pas de sa porte, c'est qu'elle avait tendance à un peu trop aimer cela Frankie, se faire désirer. Lui qui songeait éventuellement à faire savoir qu'elle lui avait manqué, elle pouvait toujours se brosser finalement, non mais. « Bon, allez viens, j’en connais un qui ne se tient plus tellement il a envie de te voir. » Sourire franchement satisfait tandis qu'il attrapait de nouveau son sac et passait le pas de la porte maintenant qu'il y avait été invité, non sans préciser d'un ton qui se voulait parfaitement sérieux « Bah, pourquoi tu crois que je suis venu ? » Pour le chien uniquement, cela tombait sous le sens, non ? A sa décharge, Leslie avait, il est vrai, tendance à retrouver la même expression que celle du gamin qui venait de rencontrer le Père Noël, quand on lui filait un chien dans les pattes. Du coup on ne savait plus trop bien si c'était le chien qui lui avait sauté dessus en jappant joyeusement ou si c'était le contraire, le résultat n'était de toute façon pas bien différent, et après quelques instants tout de même Leslie avait cessé de jouer les imbéciles et relevé sa carcasse pour faire de nouveau face à Frankie « Allez boude pas, je suis venu pour toi aussi. Un peu. » D'accord, pas totalement fini de jouer les imbéciles, mais au fond s'arrêtait-il vraiment de temps en temps. « T'en es déjà à l'âge de la sieste ? Je vais commencer à t'appeler Mamie Frankie ... » Oh il aurait pu, faire sembler de ne pas remarquer la vague trace d'encre sur sa joue, à laquelle était collée une mèche de cheveux qui lui avait sans doute échappé. Il aurait pu, mais avouons que cela aurait été beaucoup moins drôle ainsi. Il plaisantait mais il se sentait presque fautif de l'avoir réveillée en débarquant à l'improviste, en fin de compte.

_________________
    Les marins sont bien plus marrants que tous les forains réunis, les marins font de mauvais maris mais les marins font de bons amants. Marins amis, amants ou maris, les marins sont toujours absents. ⊹ Marins, amis, amants ou maris
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nous sommes noirs et très beaux » Eloge de Anténor Firmin
» Haiti en Marche: Haiti et neo-liberalisme
» Leslie Manigat rejette l’appel à l’unité du président Préval
» Lesly Manigat se retire de la vie politique active
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: Le Royaume Uni :: LONDRES-
Sauter vers: