Partagez
 

 DMITRI, 28 ANS

Aller en bas 
AuteurMessage
William Quincy-Clifford
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 13727


DMITRI, 28 ANS Empty
MessageSujet: DMITRI, 28 ANS   DMITRI, 28 ANS EmptyDim 28 Déc - 4:53

DMITRI, 28 ANS 1419477421-dmitri-candidat

PRÉNOM ϟ Dmitri AGE ϟ 28 ans NATIONALITÉ ϟ Biélorusse HABITAT ϟ Londres PROFESSION ϟ Avocat de profession, prof d'anglais par défaut ORIENTATION SEXUELLE ϟ Hétéro STATUT SOCIAL ϟ Célibataire LIVRE DE CHEVET ϟ L'homme révolté, Albert Camus FILM FÉTICHE ϟ Le Procès, Orson Welles GENRE MUSICAL FAVORI ϟ Folk Rock IDOLE ϟ Frank La Rue ENDROIT PRÉFÉRÉ SUR TERRE ϟ Mon pieu DEVISE ϟ Au royaume des aveugles les borgnes sont les rois. QUALITÉ MAJEURE ϟ Lucide DÉFAUT MAJEUR ϟ Cynique.



~ MIEUX VAUT ÊTRE RICHE ET SEUL OU PAUVRE ET ENTOURÉ ? ϟ Pauvre et entouré. La solitude est un poison.
~ MIEUX VAUT AVOIR MAUVAISE RÉPUTATION OU PAS DE RÉPUTATION DU TOUT ? ϟ Mauvaise réputation parce que tout s'explique et se justifie. Tout.
~ MIEUX VAUT PERDRE UN BRAS OU PERDRE LA TÊTE ? ϟ Un bras.
~ MIEUX VAUT SAUVER UN ÊTRE CHER OU CENT INCONNUS ? ϟ Cent inconnus. C'est de la connerie d'égoïsme d'imaginer que la vie d'un proche a plus de valeur que celle de cent autres qui sont les êtres chers de quelqu'un.
~ MIEUX VAUT TROMPER UNE FOIS MILLE PERSONNES OU MILLE FOIS UNE PERSONNE ? ϟ Une fois mille personne.

pour les réponses ci-dessous, indiquez une valeur indépendante en %.

SENSIBLE A ... ϟ 40% ALTRUISTE A ... ϟ 65% STRATÈGE A ... ϟ 70% AMBITIEUX A ... ϟ 85% SOCIABLE A ... ϟ 30% INDÉPENDANT A ... ϟ 100% FANTASQUE A ... ϟ 1% BIENVEILLANT A ... ϟ 65% LEADER A ... ϟ 80% CURIEUX A ... ϟ 30% LOYAL A ... ϟ 80% RATIONNEL A ... ϟ 90% OPTIMISTE A ... ϟ 20% FAYOT A ... ϟ 10% RANCUNIER A ... ϟ 90%.





Et si, pour commencer, tu te présentais ? Parle-nous de toi, de ce qu'est ta vie à l'heure d'aujourd'hui, de ce qui la constitue en somme. Ne lésine pas sur les détails, nous souhaitons savoir à qui nous avons à faire.
Dmitri, vingt-huit piges bien tassées, peu loquace et fraîchement déraciné d'un pays aux allures de prison à ciel ouvert qui n'avait plus rien à m'offrir. Et pour lequel je peux pas grand chose non plus et c'est pas faute d'avoir essayé. Ma vie à l'heure actuelle ? Un gros bordel. Ou une nouvelle page si on veut voir les choses avec optimisme mais essayez un peu de l'être après toutes ces années à Minsk... Minsk, c'est ma vie, mes racines. C'est là que je suis né, que j'ai grandi et que j'ai très vite compris qu'il y avait une couille dans le système. Ou plusieurs en fait. En Biélorussie, on peut aisément reconnaître deux catégories de personnes : les moutons, les braves brebis aveugles, égarées et les autres. Au-dessus, c'est le pouvoir en place. Écrasant, autoritaire, omniscient. Moi, je siège fièrement dans la seconde catégorie la faute à ma famille façon classe moyenne cultivée, de ceux qu'on traite "d'intellectuels" avec tout le mépris qu'implique un tel terme, chez moi. Mes parents sont tous les deux profs d'université, de braves gens vraiment, assez intelligents pour voir plus loin que le bout de leur nez et comprendre tout ce qui fonctionne pas mais surtout assez malins pour fermer les yeux et pas s'attirer plus de problèmes qu'ils n'en ont déjà. Moi j'étais le gosse prodige, le petit génie qui devait accomplir de grandes choses et s'élever dans les strates d'un système qui broie ceux qui s'y opposent. Sauf que moi, j'ai préféré très jeune m'intéresser aux moutons plutôt qu'aux cieux du pouvoir. Ils m'emmerdaient à être aussi cons, aussi aveugles et en même temps j'y peux rien, les causes perdues c'est ma came. J'ai dévié de ma voie, comme dirait l'autre. J'ai fait des études de droit dans une université moyenne au lieu de l'école d’administration d'Etat à laquelle mon intelligence me destinait. Je suis avocat, de profession, j'ai eu l'examen haut la main mais j'ai été radié du barreau moins d'un an après parce que j'ai décidé de me consacrer à la défense de ceux qu'on défend pas, normalement. Les opposants politiques, les journalistes muselés, les chefs d'entreprise qu'on accuse d'être corrompus et emprisonne sans preuve tangible et tous les cas qui font de mon pays la honte de l'Europe occidentale. Je suis devenu prof d'anglais dans la même université médiocre que mes parents faute de mieux et je me suis presque résigné à mener la vie qu'on attendait de moi. Celle d'un pion de plus, content d'être à genoux et de fermer les yeux face à l’aberration de son gouvernement en continuant un vaudeville aussi débile que tragique. Sauf que j'ai pas réussi. Sur tous les plans. J'ai échoué à la révolte, à la liberté, à la prise de conscience de la majorité, à la disparition de la censure, à la démission de Loukachenko et à tous ces combats trop grands pour moi que j'avais décidé de remporter comme si j'étais une espèce de super-héros façon défenseur de la veuve et l'orphelin. Mais j'ai échoué aussi au silence, à la dissimulation et à une vie lâche, fade et factice. Alors j'ai décidé de me barrer même si je suis pas fier d'avoir baissé les bras. Je peux pas gagner, j'ai pas envie de tout perdre, c'était la seule option. Lâcher les "armes", abandonner le combat, partir sans regarder en arrière et laisser la Biélorussie crever dans son coin puisqu'elle ne veut pas de moi.


Mettons maintenant l'accent sur ce qui fait de toi ce que tu es. Comment te qualifierais-tu ? Estimes-tu posséder de nombreuses qualités de cœur ? Ou, d'après toi, tes atouts se situent-ils ailleurs ? N'hésite pas à nous confier ce qui se dit généralement sur ton compte, car c'est aussi à travers le regard des autres que l'on apprend à se connaitre soi-même.
J'ai peut-être des qualités de cœur et en fait je le sais, mais mes atouts se trouvent plutôt à l'intérieur de ma boîte crânienne. Parce que j'ai beau être altruiste, droite, intègre et tout ce que vous voulez, je suis surtout détaché et mon détachement c'est ce qui m'a empêché de devenir barge jusqu'à présent. Je m'implique rarement, émotionnellement parlant. Je suis un type investi, attention, je défends mes causes jusqu'à une obstination proche de la connerie et je crois que le terme pugnace me correspond bien mais je me préserve. J'ai le courage de me regarder le nombril et d'accepter ce que j'y vois, les qualités comme les défauts. Et moi, ce que je vois c'est mon égoïsme. Je me bats pour les autres mais je me bats aussi pour moi, pour la beauté du geste, la noblesse d'âme et la reconnaissance qu'on en tire. Et surtout, je combats sans me donner entièrement pour pas douter à chaque défaite. C'est ma force et ma faiblesse, je suis trop cynique et détaché, je sépare mon cerveau et mon cœur en deux entités distinctes et je laisse les rênes au premier, toujours. Les autres voient en moi une image de leader, un type qui a des couilles, qui parle peu mais bien, qui n'a pas peur de se salir les mains et qui suinte l'altruisme et la bienveillance par tous les pores. C'est bien, j'accepte. Mais ils voient aussi un mec insaisissable, qui connaît toujours mieux les autres qu'on le connaît lui-même. Une ombre intelligente, réfléchie mais aussi impulsive, exigeante, intransigeante même. Et c'est vrai aussi, j'épargne personne, je pardonne rien si on me déçoit, c'est le problème des gens comme moi, conscients de leur valeur. Je crois pas être quelqu'un de simple ou d'accessible et j'ai jamais cherché à l'être. Paradoxalement j'ai consacré mon existence aux autres mais je suis indépendant et je vis avant tout pour moi. Quand j'imagine un futur moins merdique à mon pays c'est pas des visages heureux ou des silhouettes amies que je distingue c'est juste des mots accrocheurs couchés sur le papier : démocratie, liberté de la presse, élections libres, jugement impartial... C'est ça mon problème, j'aime les gens mais je leur préfère la grandeur des idées parce que j'ai jamais été très sociable. Ça ne fait rien généralement les autres viennent à moi, ça a toujours été ma force.


Si tu es choisi pour intégrer le château Quincy-Clifford, quel sera le petit truc en plus qui, d'après toi, te démarquera des autres candidats ? Comment imagines-tu tes rapports avec le reste du groupe ? Es-tu suffisamment sociable pour t'intégrer facilement, ou te mettras-tu plutôt en retrait au début ?
J'ai une histoire, un passé, des aspirations qui diffèrent et c'est ce qui me démarquera. Je dis pas que vous aurez pas des tas de postulants qui vous feront chialer à coup de "je suis orpheline" ou "j'ai perdu mon petit ami, mon chien, mon frère et mon sac Vuitton en l'espace de trois mois" mais moi je suis pas là pour m'apitoyer sur mon sort. Mon passé m'a forgé, il m'a endurci mais il me définit en tant que personne et je pense qu'il me fera me démarquer des autres. Après je vais pas vous sortir les violons pour vous faire croire que ma maturité me différenciera ou que mon charisme fera de moi un candidat d'exception, je suis assez lucide pour savoir que vous en êtes pas à votre coup d'essai et que vous êtes bien assez grand pour vous faire une idée de ce que je dégage et de ce que je peux apporter au jeu. Quant à mes rapports avec les autres... Je saurai m'adapter. Je m'adapte, toujours. Je suis pas le plus sociable des candidats mais j'ai fait de l'humain le centre de ma vie et je crois que c'est assez révélateur de ma faculté à me fondre sans problème dans une communauté et à y évoluer sereinement. Si j'ai réussi à vivre avec des vendus au système que je détestais, si j'ai réussi à m'entendre avec des opposants de tous horizons infichus de s'accorder entre eux et si je suis parvenu à m'immiscer dans un grand nombre de réseaux de défense des droits de l'homme c'est parce que je sais m'en donner les moyens. Cohabiter avec des gens venus d'horizons différents c'est pas un problème pour moi, c'est juste une question d'habitude. Je suis peut-être pas le plus expansif mais je suis aventureux. Et j'aime les challenges tant qu'ils ne sont pas purement et simplement insolvables.


Et qu'en est-il de l'amour, à tes yeux ? Tout ne sera pas que stratégie, alors penses-tu pouvoir baisser ta garde et te laisser charmer au sein du jeu ? A ce propos, comment faut-il être pour te plaire ? Et quel tempérament, au contraire, aurait tendance à t'horripiler ?
L'amour c'est une grande idée, une belle idée mais qui n'a jamais été le centre de mon existence parce que j'ai toujours aspiré à plus. Je suis pas réfractaire à ce sentiment et maintenant qu'il y a un continent entre mon pays et moi je pourrais peut-être m'y consacrer pleinement sans viser plus loin, plus haut, plus noble... mais cela dit je crois pas trouver l'amour dans un jeu ni même le chercher. C'est pas la raison de ma participation et s'il arrive je l'accueillerais mais il est pas essentiel dans ce cadre. N'importe quelle femme peut me plaire tant qu'elle a des idées. Je supporterai pas une ravissante idiote juste bonne à hocher la tête à tout ce qu'on lui raconte, dépourvue de la plus petite étincelle de réflexion ou de la moindre once de jugeote. C'est trop facile de se complaire dans l'ignorance, de se noyer dans la société de consommation et de recracher les pensées préfabriquées qu'on lit partout. Ça m'intéresse pas, moi je veux une nana qui ait des choses à dire même si ça me déplaît, même si j'ai pas envie de les entendre. J'ai pas d'autre exigence. Douce, ombrageuse, blonde, brune, rousse, tant qu'elle a des opinions et l'aplomb suffisant pour les revendiquer, ça me va. Enfin... presque, faut pas qu'elle essaye de me changer c'est le genre de truc qui me fait fuir. Les femmes me voient toujours comme un prince charmant un poil plus profond et elles aiment ça. Elles m'idéalisent, me prêtent des qualités que j'ai mais qu'elles grossissent jusqu'à ne voir que ça et ignorer délibérément le reste. Le moins reluisant. Alors forcément après, elles tombent de haut en découvrant que je suis moins idéal qu'elles le pensaient, que c'est pas parce que je suis altruiste que je suis généreux, tout le temps, avec tout le monde. Et j'en passe. Alors idéalement, je veux quelqu'un qui ait passé l'âge de rêver aux relations stupides dépeintes dans les films en oubliant qu'une comédie romantique ça dure une heure trente contrairement à une vraie histoire.


Mais, plus généralement, qu'est-ce qui t'as poussé à vouloir participer à Thrown Dice ? L'argent ? La notoriété ? L'aventure ? Quelqu'un est-il intervenu auprès de toi pour te convaincre de tenter ta chance ? En soi, par qui ou par quoi t'es-tu laissé influencer ? Suivais-tu le programme les années précédentes ? Ou pour toi, tout ceci n'est-il qu'un vaste inconnu ?
Un peu tout ça à la fois. Disons que j'ai jamais eu de fric et que ça m'a pas empêché de mener une vie décente jusque là mais d'où je viens, l'argent c'est une notion un peu taboue. Les puissants le possèdent mais faut surtout pas le dire ou le montrer et nous autres et bien on doit pas en rêver parce que c'est qu'une connerie capitaliste et on est bien au-dessus de ça. Mais c'est de l'hypocrisie, tout le monde veut du fric. Suffit de voir les nanas naïves qui suivent des macs en pensant aller mener une carrière en Occident ou tous les pauvres ploucs qui finissent en taule pour trafic de stupéfiants parce qu'ils pensaient sortir un peu de leur misère en servant d'intermédiaire... L'argent mène le monde et si j'en avais pas plus besoin que ça en Biélorussie parce que j'avais d'autres moyens de mener une vie satisfaisante ici c'est différent et Londres sans thunes est invivable. Donc ouais, c'est moche mais l'argent est un moteur. C'est juste pas le premier parce que j'espère avoir un impact un peu plus important que ça. Je suis le premier à me marrer sous cape en voyant les adolescents prendre part à des causes de façon maladroite et... ouais, n'ayons pas peur des mots, pathétique. Un like facebook censé sauver des vies africaines, se renverser un seau d'eau glacée sur la gueule pour inciter aux dons ou implorer les méchants terroristes sur twitter à coups de #bringbackourgirls... c'est parfaitement inutile. C'est l'Occident qui se donner bonne conscience sans se bouger le cul. Moi j'ai essayé, autrement, mieux, plus fréquemment. J'ai essayé de faire gagner ma cause, de sortir mon pays de la merde dans laquelle il s'est embourbé. Sauf qu'il m'y a enfoncé avec lui et que j'ai du partir avant qu'il soit trop tard. Mais on n'abandonne jamais complètement quelque chose pour lequel on a beaucoup sacrifié. Alors ouais, Thrown Dice c'est un jeu mais c'est aussi un micro, un canal de diffusion, un public et une portée internationale. C'est la scène que j'ai choisie pour raconter mon histoire en espérant qu'elle se répercute et fasse comprendre aux ménagères de moins de cinquante ans et aux adolescents boutonneux qu'il y a une vie en dehors de la leur et des problèmes bien plus graves que le râteau qu'il s'est pris la veille. Alors la notoriété même si ça me débecte je la cherche aussi parce qu'en 2014, apparemment, la télé réalité et les réseaux sociaux c'est la seule façon de se faire entendre. Par contre j'ai jamais regardé le programme, le gouvernement a déjà résilié ma connexion internet à cause des prétendus sites "subversifs" sur lesquels je me rendais alors les chaînes de télé internationales... faut pas rêver. Ça coûte un bras de toute façon et j'ai toujours préféré utiliser mon fric intelligemment.


Concrètement, es-tu prêt à tout pour gagner le jeu ? Nous sommes de vrais sadiques, alors tu auras parfois des choix difficiles à faire. Penses-tu pouvoir assumer absolument tous tes actes une fois dans l'aventure ? Serais-tu capable de trahir tes propres amis pour aller le plus loin possible ? As-tu l'âme d'un redoutable compétiteur, ou risques-tu d'être dévoré dès que tu auras mis un pied dans l'arène ?
Je suis prêt à tout quand le jeu en vaut la chandelle et par tout j'entends vraiment tout parce que la fin justifie les moyens. Il y a des causes qui méritent qu'on sacrifie quelques agneaux pour elles si le résultat est meilleur que la situation de départ et remporter l'aventure me donnera un certain poids. Factice, de courte durée mais c'est toujours ça de pris. Et même si ça change rien j'aurais toujours l'argent pour m'installer et recommencer parce que c'est pas mon diplôme biélorusse qui me file un coup de pouce. Vous avez déjà lu Les Justes de Camus ? Ces mecs ne sont pas des terroristes, ce sont des putains de héros. Et pourtant ils ont été faibles parce que l'attentat qui les mènera à leur perte aurait pu être réussi s'ils avaient eu moins de scrupules. Il y a ce moment où l'un des protagonistes ne jette pas les bombes dans la calèche parce qu'il y a des gosses et où son ami balance avec justesse, je cite, : "parce que Yanek n'a pas tué ces deux-là, des milliers d'enfants russes mourront de faim pendant des années encore". Mon point de vue, c'est celui-là, alors trahir des gens que je connais presque pas dans le cadre d'un jeu télévisé ? Facile. Ca veut pas dire que je les apprécie pas, ça veut pas dire que je suis un connard, ça veut juste dire que les raisons pour lesquelles je suis ici seront toujours privilégiées si j'ai un choix à faire. Mais peut-être que j'en aurai pas et que je resterai ce type sympa qui s'intéresse aux autres parce que lui aussi, il existe. Mais je préfère prévenir : je suis altruiste, j'aime l'humain mais je suis ici pour une raison

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DMITRI & JAYCEE ♒ What's the matter with you ?
» ❝ a fake couple may seem so real. ❞ dmitri&perdita

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: Les candidats :: CANDIDATS SAISONS 6 A 10 :: CANDIDATS S.7-
Sauter vers: