liar and the lighter w/vinicius (04/01, 1h58).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : lightwoods.
PRÉNOM : jordane.
COMPTES : jules.
MESSAGES : 1140
AVATAR : bb.
ÂGE : 27
LOCALISATION : paris, france.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 45 800 £
ASPIRATION:
AFFINITÉS:
MessageSujet: liar and the lighter w/vinicius (04/01, 1h58).   Dim 4 Jan - 11:31

J'aurais sans doute pu attendre une soirée plus propice pour bénéficier de mon accès à la Suite de Luxe dont j'ai gagné mon ticket d'entrée au prime, mais pour ça il aurait fallu que 1) je sois patiente, 2) je ne sois pas curieuse. Les deux conditions n'étant définitivement pas réunies, je n'ai pas eu d'autre choix que de vouloir m'y précipiter à peine le prime terminé. Première étape : retrouver Vinicius pour lui dire que ça se passe ce soir. Deuxième étape, choper quelques fringues, de nuit et de jour, dans mon dressing. Troisième étape, trouver ladite Suite, ce qui s'avère ne pas être une mince affaire. J'aurais sans doute du prêter plus d'attention à cette porte close, et ne pas la considérer comme un débarras verrouillé pour notre sécurité, ça m'aurait permis d'épargner quelques précieuses minutes. Lorsqu'enfin je comprends que c'est bien de cette porte-là, dont il s'agit, j'affiche un grand sourire victorieux. Soirée à marquer d'une croix blanche : je suis la première candidate de l'aventure à l'intégrer pour la nuit. Fierté. Mon regard commence à se perdre ici et là sur ce que la Suite a à nous offrir. Beaucoup de choses, visiblement. Tout est grand, beau, luxueux, soigneusement décoré, et regorge de choses dont je peux profiter. Evidemment, je suis attirée par le mini-bar, comme le papillon à la lumière. Après tout, je n'ai bu que deux coupes de champagne ce soir et avec les activités de rapidité, je crois que j'ai eu le temps de tout éliminer. Et puis... le mini-bar est là pour ça, pas vrai ? Je n'y trouve aucune bouteille de champagne, à mon grand désarroi. Bon. Je vais devoir me contenter d'une vodka-quelque chose, je suppose. Pas ma spécialité, en vérité. Je ne bois pas tant que ça, mais lorsque je bois, j'aime que ce soit quelque chose de pétillant contre ma langue, quelque chose comme du... oui, c'est bien ça, du champagne. Et j'ai un palais trop fin pour me laisser berner avec du mousseux (merde, je suis Française). Je sors un verre, un deuxième pour la forme – mais Vin se débrouillera tout seul pour se servir, je ne sais pas ce qu'il préfère – et remplis le premier d'un fond de vodka, que je compte noyer à grand renfort de jus. Orange ? Multivitaminé ? Ah, Cranberry, excellente option, l'amertume effacera entièrement le goût (fort et désagréable) de la vodka. Et comme je ne sais pas faire de cocktail, mon choix est restreint. Encore dans mes considérations alcooliques, je sursaute à moitié quand j'entends la porte s'ouvrir. Je tourne la tête, observe Vin et lui offre un grand sourire. « Bienvenue chez moi, j'espère que tu t'y sentiras à ton aise, j'ai tout fait pour » je me moque. « Alcool ici, salle de bain là-bas, et le plus important pour nos activités nocturnes : grand lit double en face de toi. » Nos activités nocturnes, en réalité, ne vont pas aller bien loin : discuter probablement pendant des heures à l'abri des oreilles indiscrètes, puis dormir, chacun dans son coin pour éviter le moindre contact physique. Et je sais que Vinicius pense la même chose, c'est la véritable raison pour laquelle je lui ai demandé, à lui : ça alimente les rumeurs, mais je crois que nous savons tous les deux qu'entre lui et moi, il ne se passera jamais rien. En attendant, si je peux faire enrager son harem, je ne dis pas non, ça m'amuse. « Tu veux que je te dise ? Je suis très contente de t'avoir choisi pour venir avec moi dans la Suite. J'aurais pas pu mieux choisir. »

_________________
Can't you see that we're dead until we wake up, all your dreams are about to happen now, we are racing to the break of dawn.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : oaristys.
COMPTES : ephraim.
MESSAGES : 502
AVATAR : gaspard ulliel
ÂGE : 32


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 17 000£
ASPIRATION:
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: liar and the lighter w/vinicius (04/01, 1h58).   Lun 5 Jan - 14:25

Le prime termine à peine et, déjà, la tornade Vesper l’entraine avec lui jusque dans la suite de luxe qu’elle a gagnée au prix d’une participation effrénée à la soirée. Chance pour lui, il est l’heureux gagnant de la suite avec Vesper, par décision de cette dernière. Il s’avoue content, et c’est non sans une pointe de déception au fond de la pupille qu’il l’aurait regardé partir dans la luxure accompagnée de Russell ou de Joseph. Il passe dans sa chambre attraper quelques vêtements, et bien sûr, sa trousse de toilette dans laquelle repose sa brosse à dents et son couteau de rasage. Interdiction d’en utiliser d’autres que les siens. Hygiène élémentaire – il est Anglais. Le chemin jusqu’à la suite est excitant au possible. Il entend les rires discrets des candidats qui tentent une after dans le salon, et se réjouit de n’en faire pas partie. La porte est fermée, sauf à lui. Sûrement la caméra le reconnaît-elle puisqu’il peut ouvrir la porte grâce à son pass après avoir été observé à l’autre bout. Il entre et referme derrière lui, laisse tomber ses affaires sur le pouf qui s’offre à sa droite. Luxure de luxure, mes amis. Paresse et volupté. Un hôtel six étoiles. Il devine le jacuzzi qui attend dans une immense salle de bain annexe, le king size qui les regarde d’un air gourmand de toute sa largeur indécente, les tapis moelleux qui semblent sourire d’être au monde, et… une Vesper encore en tenue de soirée déjà scotchée au mini bar. La vision lui arrache un sourire. Il se rapproche en écoutant les mots amusés qui sortent de la bouche de Vesper, sortir du même moule que la sienne, dirait-on. Il lui aurait sûrement servi les mêmes paroles, au souffle près. Il se sert un whisky dans une coupe à champagne sans se soucier des usages – la quantité d’alcool ingurgitée ce soir depuis le début du prime est saisissante en ce qui le concerne, il n’est plus à un verre près, forme et fond confondus – et trinque avec Vesper en faisant cogner son verre contre le sien. — A une nuit mémorable, dit-il à voix basse, le regard brillant. Sans doute pensent-ils tous deux exactement la même chose. Ils se comprennent et, beauté exige, Vesper l’a déjà dit dans une rhétorique implacable, ils sont faits pour s’entendre et s’observer en conquistadors déjà conquis. Faussement crâneur, il se passe une main dans les cheveux. — Un très bon choix en effet, je n’ose imaginer ce qu’un Russell ou un Joseph aurait essayé de te faire dans un endroit pareil, dit-il non sans amusement. C’est un peu vrai, non ? Ces deux hommes ont l’air d’être plus que prêts à s’amuser, et ça peut se comprendre, alors face à une séductrice pareille, imaginez l’ambiance. Il vide son verre d’un trait – à ce stade, le whisky n’a plus que très peu de goût – et s’assoit sur l’immense lit. — Viens tester ce lit avec moi…, il lance dans un sourire en coin. Vesper repose sa coupe et le rejoint. Il s’allonge paresseusement une fois que Vesper s’est assise à ses côtés. — Matelas à ressorts, ni trop dur ni trop mou, idéal. Voyons les coussins. Il en attrape un, le redresse au-dessus de lui et l’abbat sur la tête de Vesper. — Ton avis ?

_________________
he's the passenger

love. the reason i dislike that word is that it means too much for me, far more than you can understand.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : lightwoods.
PRÉNOM : jordane.
COMPTES : jules.
MESSAGES : 1140
AVATAR : bb.
ÂGE : 27
LOCALISATION : paris, france.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 45 800 £
ASPIRATION:
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: liar and the lighter w/vinicius (04/01, 1h58).   Lun 5 Jan - 22:10

Vous voulez savoir ce qui me plaît avec Vinicius ? C'est qu'il donne l'impression de se prendre au sérieux, que la mine boudeuse est incrustée sur son visage, mais il suffit de lui parler sans se prendre au sérieux pour le faire adhérer. Ce que je fais, ce que je dis, passerait pour de la drague intempestive auprès de la majorité des candidats. Mais pas lui. Vin s'amuse, comme je le fais, avec dérision. On joue tous les deux à se tourner autour, parce que c'est drôle, de voir les gens réagir face à ça quand on sait que c'est une comédie. J'imagine les commérages d'ici, ceux qui vont penser que je l'ai choisi parce qu'il m'attire et que j'avais envie de passer du bon temps loin des regards indiscrets. Je l'imagine, et j'en ris, parce que si tout se passe comme je l'imagine, ça signifiera que j'atteins mon objectif. Et que mon secret reste toujours protégé. Vin est mon alibi, et un alibi intéressant, qui plus est. Nous trinquons, lui avec un whisky, moi avec ma vodka-cranberry. « Et nul doute qu'elle le sera » je renchéris. Une nuit mémorable passée à... parler. A découvrir l'autre, à essayer de le cerner un peu moins superficiellement. On est loin de la nuit de folie passée à batifoler et ça me rassure. Je n'aurais pas été autant à l'aise avec quelqu'un d'autre dans la même pièce que moi. Non que je crois à ce point en mon charme irrésistible (encore que), mais parce qu'un homme est un homme, donnez-lui une pièce coupée des caméras et des autres candidats, de l'alcool, une jolie fille et tout un tas de choses appelant à la luxure, et il ne fera pas long feu. Vin est, pour une raison que je ne m'explique pas vraiment, l'exception à la règle. Peut-être parce que, comme moi, il est trop évident. Il faut se méfier des gens comme nous, qui ont l'air de vous séduire chaque fois qu'ils ouvrent la bouche. Je me reconnais en lui, je saisis l'alter égo qui se cache dans ses sourires et dans les mots qu'il prend toujours soin de souffler. « Joseph, j'en doute. Il aurait l'impression de vouloir se taper sa fille. » Non, j'exagère, il n'est pas si vieux. Mais tout de même. « Il est trop... je ne sais pas, courtois pour ça. Russell en revanche... il aurait probablement tenté sa chance. Et comment le blâmer, je veux dire, regarde-moi, une véritable bombe atomique, je ne peux pas lui en vouloir... » Je ris, parce que dire des trucs aussi gros m'amuse toujours, avant de le rejoindre sur le lit, ainsi qu'il me l'a demandé. Confortable. Immense. Et les coussins, les coussins... Maintenant qu'il tente de m'étouffer avec l'un d'eux, je peux vous assurer qu'ils sont incroyablement moelleux. Je pousse le coussin de ma tête, à la recherche d'air (pour ma défense, je n'étais pas préparée à une attaque aussi sournoise) et finit par lui lancer un regard curieux. « C'est marrant, t'avais pas l'air particulièrement surpris que je te choisisse toi. Je t'écoute Vinicius – je l'ai bien prononcé cette fois ? C'était un peu trop français peut-être, non ? - vends-toi. Qu'est-ce qui t'as permis de ne pas être surpris de mon choix ? »

_________________
Can't you see that we're dead until we wake up, all your dreams are about to happen now, we are racing to the break of dawn.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : oaristys.
COMPTES : ephraim.
MESSAGES : 502
AVATAR : gaspard ulliel
ÂGE : 32


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 17 000£
ASPIRATION:
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: liar and the lighter w/vinicius (04/01, 1h58).   Mar 6 Jan - 10:34

Vesper a quelques doutes sur l’intérêt que Joseph pourrait lui porter. Il hausse un sourcil, sceptique. Il finit par se prendre au jeu et secoue la tête, la suivant faussement dans sa déduction. —Oui, évidemment, depuis quand un homme a-t-il envie de se taper une fille plus jeune que lui, c’est logique, dit-il avec ironie. Lui ne connaît pratiquement que cela, dans le milieu qu’il fréquente. Des mannequins au bras d’hommes pouvant être parfois leur père, parfois leur grand-père. L’assurance financière prenant souvent le dessus sur l’amour, à moins de considérer des robes de créateurs et des bijoux de luxe comme une manifestation amoureuse. Chacun semble y trouver son compte, l’amour n’est qu’une notion romantique et littéraire. Nous avons besoin de vivre. Certains veulent survivre. Et dans la jungle de béton et de néons qui compose notre milieu ambiant, on peut dire que l’habit fait le moine. Vesper aurait donc acquis ses robes et ses talons grâce à son seul talent ? Intéressant. Elle a l’air naturel d’une fille issue d’un milieu plutôt modeste, qui se serait embourgeoisée avec le temps. Pourquoi ? Comment ? Vient alors sa réflexion sur Russell qui le tire de ses pensées et lui arrache un rire tandis qu’il l’observe se trémousser. Elle prend le pli de l’émission beaucoup plus vite que lui, et avec bien plus d’aisance. Peut-être parce qu’elle est femme et donc plus intelligente que lui, qu’elle s’adapte mieux. Il choisit d’insister, un sourire aux lèvres suivant son rire éteint. — Tu fais très bien de ne pas lui en vouloir, il ajoute en posant un regard entendu sur sa robe laissant apparaître ses cuisses lisses et parfaites. Nul doute ne fait qu’elles ne sont sûrement pas passées inaperçues aux yeux des hommes, qu’ils soient public ou candidats. Il s’apprête à lui poser une question qui le brûle – jamais ou presque il n’avait autant ressentie l’envie de parler avec une fille – mais elle est la plus rapide à reprendre la parole après avoir émergé de sous le coussin, ses cheveux noirs et ondulés en bataille autour de son visage. Elle a l’air moins poupée et plus sauvage, ainsi, elle en devient incroyablement belle. Elle prononce son prénom avec un accent français et plat qui le ravit. Le latin leur va décidément bien mieux à eux, les grenouilles. — Tu me donnes envie d’être Français, il commente pour répondre à sa question de prononciation. La suite de sa demande aurait pu paraître complexe si seulement la réponse n’avait pas semblé si évidente. Il marque une pause et lui adresse un regard mystérieux qui ne tient pas la route. — Je te ressemble, murmure-t-il dans un sourire. Je te ressemble. — Quel meilleur argument de vente, hum ? Surtout auprès de Vesper. Saisissant un léger blanc – elle semble avaler sa réponse et prendre le temps de la digérer – il en profite pour caser sa question. — Vesper. Tu n’as pas envie de plaire à ceux qui te plaisent. Seulement à ceux dont tu te fous éperdument. Pourquoi ?

_________________
he's the passenger

love. the reason i dislike that word is that it means too much for me, far more than you can understand.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : lightwoods.
PRÉNOM : jordane.
COMPTES : jules.
MESSAGES : 1140
AVATAR : bb.
ÂGE : 27
LOCALISATION : paris, france.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 45 800 £
ASPIRATION:
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: liar and the lighter w/vinicius (04/01, 1h58).   Mar 6 Jan - 12:13

Vinicius ironise. Je lui lance un regard qui se voudrait un rien exaspéré. « Mais non, ce n’est pas ce que je veux dire… » Il ne faut jamais prendre ce que je dis pour argent comptant : je parle avant d’avoir réfléchi. Parfois, je sors des mots avant que mon esprit les ait pensés (ce que tout scientifique contesterait, l’action de parler se décidant par le cerveau, mais comme je me fous des scientifiques, j’ai décidé que ma bouche parlait avant mon cerveau et que c’était possible). « Simplement que Joseph n’est pas ce genre d’homme » j’affirme, sans avoir la moindre certitude que je dis vrai. Mais j’ai tout de même passé un prime entier auprès de lui sans que jamais il ne dépasse la frontière entre la camaraderie et la drague, ce qui laisse penser qu’il n’est soit pas intéressé par moi (peu probable), soit pas intéressé par qui que ce soit dans le jeu. « Je suis victime de mon succès, pauvre de moi » je soupire, exagérant volontairement le trait. Mon physique est ma plus grande qualité, et mon pire défaut. Quiconque passerait quelques heures avec moi s’en rendrait compte. Je mise tout sur lui, pour tout. Ce qui veut aussi dire qu’on n’a malheureusement pas trop envie de dépasser ce que j’offre et de chercher autre chose. Ce n’est sans doute pas plus mal, je n’ai pas grand-chose d’autre à offrir aux gens. Je suis jolie et joviale. C’est déjà plus que ce que beaucoup de gens ont. Quitte à miser sur quelque chose… Si ma prononciation n’est probablement pas la bonne, il n’a pas l’air de m’en tenir rigueur. Je souris, feins d’être un peu gênée. « Je pourrais te parler toute la nuit en français » je souffle, imitant – mal – ces femmes fatales qu’on voit dans les films. Mon sérieux ne résiste pas très longtemps, cependant, et je me mets à rire tant l’imitation était mauvaise. Il répond à ma question, me dit qu’il me ressemble, je hoche la tête. Vrai. Et pourtant, on ne pourrait pas trouver plus dissemblables que nous deux : Vin est quelqu’un d’intelligent, de cultivé, qui a l’air crédible quand il parle sérieusement de quelque chose. Moi… je suis une jolie coquille, avec quelques sorties intéressantes, de temps à autre, surtout lorsque ce sont des choses qui me touchent, que je vis. Pour le reste… impossible d’être sérieuse et crédible. « Quoi, toi aussi tu es canon ? Oh, Vin, c’est le cas d’une partie des candidats, tu sais, ce n’est pas pour ça que je t’ai choisi… » je me moque. Nous savons où il veut en venir. « C’est bien. Je suis contente que tu aies le même avis que moi. » Je n’ose pas lui dire que j’avais peur de m’être trompée sur son compte. Sa question me fait froncer un sourcil, je dois m’y reprendre à deux fois avant d’être sûre de l’avoir comprise. J’hésite. « Parce que… je n’ai pas envie de plaire de cette façon-là » je tente, cherchant une façon de m’exprimer sans trop en dire. « Plaire aux gens ne me demande aucun effort, aucune attention. Je le fais spontanément parce que j'aime ça. Plaire aux gens parce que j’ai envie de leur plaire, parce qu’eux me plaisent en retour, c’est plus compliqué, c'est un travail délicat. Et plus risqué. Contrairement aux idées reçues à mon sujet, je ne suis pas une croqueuse d’hommes. » Je tente un regard vers lui. « Tu me suis toujours ? »

_________________
Can't you see that we're dead until we wake up, all your dreams are about to happen now, we are racing to the break of dawn.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : oaristys.
COMPTES : ephraim.
MESSAGES : 502
AVATAR : gaspard ulliel
ÂGE : 32


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 17 000£
ASPIRATION:
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: liar and the lighter w/vinicius (04/01, 1h58).   Mar 6 Jan - 15:43

On aurait tort de penser que Vesper n’a pas grand chose pour elle. D’une part, elle a son physique, et ce n’est pas rien, regardez autour de vous, d’autre part, ce physique s’accompagne d’un caractère haut en couleurs, d’une hystérie sans limite, et d’une gentillesse, une fois obtenue, qui semble dévouée à toute épreuve. Le genre de fille avec qui passer ses vacances est une sorte de Paradis. Elle parle tout le temps et s’écoute parler, ce qui vous laisse l’opportunité de l’écouter ou pas : cela ne change rien à l’affection qu’elle vous porte. Parfois, Vin ne l’écoute que d’une oreille, d’autres fois intensément. Ça dépend. Ses élucubrations au sujet de Joseph, par exemple, ne présentent qu’un intérêt limité, aussi se laisse-t-il rebondir sur le matelas pour en tester l’élasticité. Son accent français le fait rire, même s’il ne comprend que « parler », « français » et « nuit » dans ce qu’elle raconte. — Me parler, m’insulter, tout ce que tu veux, tu n’as aucune chance que je comprenne quoi que ce soit, répond-il dans un sourire. L’avantage des langues étrangères. De son côté, à part l’anglais, c’est plutôt pauvre, et insulter une femme en latin ne procure généralement pas l’effet escompté. Dites à une femme « lupa » et sa réaction sera à la mesure de votre crédibilité : nulle. Sa remarque lui arrache un nouveau rire, décidément. — J’ai le même avis. Je t’aurais choisie si j’avais été à ta place, et nous aurions été exactement… comme nous le sommes maintenant, dit-il en les regardant, elle et lui. Y emmener Roya aurait été vu par la tigresse comme une ultime provocation après celle du bain partagé. Arracher Yasmine à son petit lit et à la présence rassurante des autres aurait été un quasi crime. Ielena aurait été trop flattée, et la plupart des autres femmes auraient pu se méprendre sur ses intentions. Peut-être que les choses auraient été très différentes s’il n’avait pas été canon, comme le dit Vesper. Il attend impatiemment sa réponse à sa question, et celle-ci ne tarde pas à le passionner comme il se doit. Il l’écoute attentivement sans la quitter des yeux – c’est si bon de pouvoir regarder non stop une belle femme sans lire dans ses yeux la sensation d’être désirée au bout de cinq secondes – s’allonge sur le côté, le long du lit, le poing fermé appuyé contre sa joue gauche. Vesper est fascinante. La confession qu’elle lui fait a bien plus de valeur qu’elle ne semble l’imaginer. Il y a autre chose en elle, tout comme il y a un autre Vinicius sous la plastique tristement idéale, même si on dirait que Vesper n’y croit pas trop. Comment a-t-elle pu se persuader de n’être qu’une coquille vide ? C’est peut-être cette absence d’assurance en sa profondeur intrinsèque qui fait toute sa valeur et son charme. — Je te suis parfaitement, souffle-t-il. — Moi, par exemple, je n’ai jamais couché et ne suis jamais sorti avec une fille seulement parce qu’elle était belle, ou bonne, peu importe. Pensif, il sait pourtant qu’on l’imagine indéniablement avec à son bras une jolie fille un peu creuse mais heureuse d’avoir pour cavalier un pareil golden boy. — La beauté n’est tellement, tellement pas dans l’éphémère, dit-il en désignant de l’index le bras mince de Vesper, avant d’appuyer sur sa joue rose aux légères tâches de rousseur.

_________________
he's the passenger

love. the reason i dislike that word is that it means too much for me, far more than you can understand.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : lightwoods.
PRÉNOM : jordane.
COMPTES : jules.
MESSAGES : 1140
AVATAR : bb.
ÂGE : 27
LOCALISATION : paris, france.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 45 800 £
ASPIRATION:
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: liar and the lighter w/vinicius (04/01, 1h58).   Mar 6 Jan - 20:52

Je suis surprise qu'il ne parle pas le français. Pas même un peu. Je pourrais peut-être mettre à profit ces quelques semaines de jeu (si nous allons jusque là) pour lui apprendre quelques petites choses. Vous savez ce qu'on dit, sur le français, que c'est une langue splendide, la langue de l'amour, tout ça. On oublie souvent les horreurs que le français peuvent nous permettre de dire mais, je ne jetterai la pierre à personne : toutes les langues le permettent. « Je pourrai t'enseigner deux trois trucs. On sait jamais, si tu dois un jour venir en France, tout le monde sera ravi d'entendre quelqu'un qui fait l'effort de parler la langue locale, et qui ne considère pas l'anglais comme une langue universelle. » Peut-être parce que je suis jeune, qu'on considère l'anglais comme une langue acquise de tous ne me dérange pas. Mais mes parents, en revanche, ne peuvent pas retenir des soupirs exaspérés et font exprès de forcer le trait du Parisien grognon faisant mine de ne pas comprendre un traitre mot de ce qui se dit – par principe. Mes lèvres s'étirent en un sourire plutôt satisfait, je joue les fausses modestes. « Oh allons, il y a sans doute un tas de filles intéressantes avec lesquelles tu aurais pu partager la suite. Aucune aussi intéressante que moi, certes, mais... » Vin est anglais, saisit la dérision mieux que les autres. Je peux me permettre de dire des choses avec lui que je ne pourrais pas dire autrement – même lorsque ce sont des choses que je pense. J'ai appris que l'on pouvait rire de tout, mais pas avec n'importe qui. « Je suis contente de le savoir, en tout cas. » Et cette fois-ci, je ne plaisante pas. Je ne pensais pas faire partie des candidats susceptibles de l'intéresser, pour un tas de raisons : trop superficielle, trop... Non, trop superficielle, je crois que ça suffit. Vin joue, c'est évident, il est capable de faire ce que je fais avec autant d'aisance, mais il y a quelque chose de fondamentalement différent entre lui et moi. Lui possède une couche à gratter, qui révèle quelque chose de profond, de sérieux. La mienne ne révèle pas grand-chose de plus. Il n'est pas question de me sous-estimer, ou de penser que je ne vaux rien. Simplement d'être factuelle : si je n'avais pas mon physique, on se contenterait de dire que je suis inintéressante. Mais Vinicius n'a pas l'air de me voir comme ça. Il me regarde intensément, comme s'il cherchait à lire quelque chose de plus, au-delà de mes mots. Ce qu'il me dit n'a rien de très surprenant. Peut-être que beaucoup le voient comme une belle gueule, et simplement une belle gueule, mais c'est parce que les gens ne voient que ce qu'ils veulent voir. « Tu dis ça comme si c'était surprenant... » je note, presque timidement. « Tu veux que je te confie quelque chose ? Tu ne m'as jamais demandé ce que je faisais, comme job. Sans entrer dans les détails, je suis plutôt douée pour savoir le genre de fille qui plaît à un homme. Et je suis certaine d'une chose : il n'y a aucune fille dans ce jeu qui correspond à ce que j'imagine être ton genre. La beauté est le premier des critères, dans ce que l'on juge, mais on a l'air de souvent oublier que la beauté, on s'en lasse. On s'y habitue. » A m'entendre, on croirait que des relations, j'en ai vécu mille. Assez ironique pour celle qui n'en a pas connu une seule. « Mais ce n'était pas tout à fait ce que je voulais dire, par 'pas une croqueuse d'hommes'. » Je marque une pause, me demande si je devrais en dire plus, au risque de mettre mon secret en péril. « Quand je dis que je ne suis pas une croqueuse d'hommes... je ne te parle même pas d'avoir eu seulement quelques relations, plus ou moins sérieuses... »

_________________
Can't you see that we're dead until we wake up, all your dreams are about to happen now, we are racing to the break of dawn.
Revenir en haut Aller en bas
 

liar and the lighter w/vinicius (04/01, 1h58).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Shinobu Kaitani - Liar Game T3
» Voigtländer Héliar super Wide 15mm F.4,5
» Liar Game
» Liar Game
» Alexis dans Pretty Little Liars [Byron Montgomery] [MAJ : Remplacé pour le rôle]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: Les archives du château :: ARCHIVES SAISONS 5 A 9 :: SEPTIÈME SAISON :: SUITE DE LUXE-
Sauter vers: