ALESSIA, 25 ANS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 12665

MessageSujet: ALESSIA, 25 ANS   Mar 29 Aoû - 18:22


informations


PRÉNOM : Alessia AGE : 25 ans NATIONALITÉ : Italienne HABITAT : Appartement à Kingston PROFESSION : serveuse  ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuelle STATUT SOCIAL : célibataire OBJET PORTE-BONHEUR : un exemplaire des Fleurs du Mal datant du XIXeme siècle FILM PRÉFÉRÉ : Harry Potter GENRE MUSICAL FAVORI : Musicals/Broadway IDOLE : Ace Ventura ENDROIT PRÉFÉRÉ SUR TERRE : sous ma couette DEVISE : It’s a trap ! QUALITÉ MAJEURE : Enjouée DÉFAUT MAJEUR : Egoïste





rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de tout ce qu'on devrait savoir. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Bien sûr, chéri, c’est pour ça que je suis là ! Alors. Tout d’abord enchantée de vous connaître ! Je m’appelle Alessia et j’ai 25 ans. Comme vous l’avez sûrement remarqué à mon accent, je suis italienne. Toute ma famille vient de là-bas et j’ai moi-même vécu les premières années de ma vie dans un petit village pas loin de Milan… Jusqu’à ce que mes parents aient eu l’idée d’une nouvelle vie. Je suis arrivée en Angleterre à l’âge de 14 ans, alors que j’étais en Italie la plus nulle de ma classe -que dis-je ! De mon école !- en anglais ! Et je peux vous dire une chose : quand le seul truc que vous savez dire, c’est “Je m’appelle Alessia et j’aime manger des fraises”, ça aide pas tellement à se créer une véritable vie sociale ! Ce qui est assez drôle du coup, parce que comme je suis rousse, beaucoup de gens qui ne savaient pas d'où je venais partaient tout simplement du principe que je n’étais pas une étrangère, comme si la Grande-Bretagne avait le monopole de cette couleur de cheveux ! Ils commençaient à me parler naturellement de choses et d’autres, jusqu’à ce qu’il se rendent compte que le regard de poisson-rouge apeuré que je leur lançais n’était pas vraiment lié à une supposée stupidité, du moins j’espère ! (rires) Du coup, pour sûr, les premières années ont été plutôt difficile ; mais fort heureusement j’ai tout de même réussi à me faire de bons amis qui étaient toujours près à m’aider dans mon intégration. Et aujourd’hui, me voici ! Je vis à Kingston, dans un appart’ en colocation avec mon lapin, Sciocco. Ca veut dire ”idiot” en italien, un nom qui lui va à ravir ! (rires, puis marque une pause) J’aurais tant rêvé avoir une grande carrière littéraire grâce à un doctorat en histoire, en lettres, philosophie ou que sais-je encore... J’ai toujours été passionnée par ces trois matières-là, spécialement la littérature. Pendant mon adolescence, je me voyais déjà grande écrivaine, professeure respectée ou bien critique reconnue de tous. Je me disais que je vivrais de ma passion, que mon nom serait dans des centaines d’années dans la grande liste de ceux qu’on étudie à l’école. Ah, ça, de grandes ambitions, j’en avais à revendre ! Mais parfois, il faut bien se rendre compte qu’on ne peut pas avoir tout ce qu’on veut dans la vie. Arrivée en fac de lettres, je me suis rapidement rendu compte que la masse de travail demandée n’était pas du tout celle à laquelle je m’attendais. Et à cause de cela, ce qui avait pourtant toujours été pour moi comme ma raison de vivre était en train de devenir une torture. Ca a été dur, mais j’ai fini par prendre la décision d’arrêter. Que ma passion reste au rang de hobbie plutôt que de vivre d’elle, mais qu’elle ne me rende plus heureuse. Du coup, aujourd’hui, j’ai pas tellement d’emploi fixe. Disons… Que je prends ce qui vient. C’est sûr que parfois, c’est assez compliqué de ne pas savoir comment va être mon quotidien plus loin dans le temps, mais bon. On s’y fait vite ! Pour l’instant en tout cas, je suis serveuse dans un bar un peu pourri de Londres. Mon quotidien se résume donc à servir des bières et à me faire toucher les fesses par des vieux motards libidineux. Le rêve, n’est-ce pas ? (rires, puis marque une pause). Il y a autre chose, de très important, dans ce qui fait ma vie aujourd’hui. Quelque chose qui, je pense, ne doit pas être à ignorer. (reste silencieuse quelques secondes, penseuse.) J’ai un cancer. En phase terminale. On ne me l’a détecté que le mois dernier. Oh, je vous rassure, ce n’est pas ça, mon secret. Ca n’a d’ailleurs pas à être un secret, ni un tabou. Je vais mourir. Il faut s’y faire, c’est comme ça. Apparemment, je n’aurais pas plus d’un an devant moi. Ca a été dur, mais j’ai fini par accepter. Par m’y faire. J’ai d’ailleurs refusé toute chimio, je tiens bien trop à mes cheveux ! (rires, puis un nouveau silence) En vrai, je n’ai pas envie de me lancer dans des grands soins qui sont au final plus douloureux qu’autre chose, alors qu’aujourd’hui, j’ai la chance d’avoir des symptômes vraiment supportables. D’après les médecins, ce n’est vraiment que sur la fin où on a besoin d’être alités. Donc pour l’instant, ça va. J’ai juste des maux de tête, des vomissement, un peu de fatigue puis des envies de manger et de dormir un peu bizarre, rien qui m’empêcherait de vivre pleinement l’aventure, rassurez vous ! (nouvelle pause) Et puis, bon. A quoi me servirait des soins douloureux alors que tous les spécialistes que j’ai pu voir m’ont dit la même chose, qu’il était trop tard ? Je n’ai pas envie de me battre pour rien, et prendre le risque de gâcher le temps qu'il me reste. Je n’ai plus qu’un an à vivre ? Soit. Je ferais dans ce cas en sorte que cette année soit la plus belle de ma vie. C’est à cause de ça, que j’ai voulu participer. Oh, pas pour apitoyer le monde sur mon sort, ce n’est pas comme si j’étais la seule personne qui soit non loin de sa mort ! Non, en fait, je… -comment dire- je suppose que je voudrais finir ma vie en beauté. Faire quelque chose de fou, quelque chose qui ne m’avait jamais traversé l’esprit, quelque chose auquel je n’aurais jamais pensé, qui aurait même pu me paraître impossible pour moi. Je réfléchissais à tout ça, un soir, dans mon appartement, lorsque j’ai vu une publicité pour l'émission à la télévision. Je la connaissais pour en avoir vu quelques épisodes durant mon adolescence, mais jamais je n’aurais ne serait-ce qu’imaginer m’inscrire un jour à un tel type de show, c’était quelque chose qui me paraissait comme si loin, si hors de portée. Alors ça m’a semblé comme une évidence. De participer à Thrown Dice pourrait me permettre de finir ma vie non pas sur un triste et banal point final, mais sur un point d’exclamation. Parce que c’est comme ça que je veux qu’on se souvienne de moi. Un point d’exclamation !


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Quels sont d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Ah, la question typique ! Même si je m’y attendais, je dois quand même avouer que c’est tout de même compliqué d’y répondre avec exactitude… Et surtout avec objectivité ! J’aime bien me voir comme une femme malicieuse, drôle, forte, courageuse et intelligente, mais ça, je suppose que c’est parce que je ne suis pas très modeste ! (rires) Plus sérieusement, je pense que je suis le genre de personne… Qui sait ce qu’elle veut. Je suis plutôt butée, alors quand j’ai quelque chose en tête, je me donne à 100 % pour réussir. En revanche, je n’en suis pas non plus orgueilleuse. Je sais reconnaître ma défaite lorsque j’en connais une, même si c’est forcément toujours un peu difficile. Il n’y a rien qui ressort à mettre sa fierté sur un piédestal. Je veux dire, à part se ridiculiser et prolonger des conflits inutiles. Je suis également assez réfléchie. J’aime avoir le contrôle des événements. Savoir ce qu’il en est, que ça soit par rapport à une situation ou même à quelqu’un. Non pas dans le sens où je veux imposer ma manière de penser, mais plus… dans celui où j’aime comprendre celle des autres. En fait, ce qui me déplaît, c’est d’être larguée, de ne pas capter. Ca peut paraître bizarre, ça, j’en suis consciente. D'ailleurs, à cause de ça et de ma fameuse manie d’avoir sans cesse le nez dans un livre, j’ai eut droit de la part de mes amis au doux surnom d’Hermione Granger ! Je prends ça comme un super compliment, bien sûr, même si un petit côté de moi-même préfèrerait être plus Luna que Hermione ! (rires) Oh, en parlant de mes amis, tiens. L’image qu'eux ont de moi. On en a justement parlé lorsque je leur ai annoncé ma candidature ici. Et apparemment, à leurs yeux, je suis, bien évidemment, une miss je-sais-tout mais dans leur immense bonté incommensurable, ils sont enclins à me pardonner ce défaut grâce à ma bonne humeur et mes sarcasmes ! (rires) Ah, ça, les sarcasmes ! J’aime avoir un mot bien cinglant pour fermer le clapet des autres, de la désinvolture, de l’arrogance. Quand quelqu’un va tenter de me provoquer, plutôt que de m’énerver, je serais plutôt du genre à hausser un sourcil, sourire avec amusement avant de répondre avec impertinence. Je trouve tout cela foutrement amusant ! Je pense d’ailleurs que ça pourrait être un atout, ça, cette impertinence. Après tout, comme le disait Prosper Crébillon, un dramaturge français, « ce n'est qu'en paraissant se livrer soi-même à l'impertinence qu'il n'échappe rien de celle d'autrui ». Alors, qui sait… Peut-être cela me permettra-t-il de percer à jour mes camarades ? (rires) Quant à ma faiblesse… Je dirais que ça serait les autres, tout simplement ! L’homme est un loup pour l’homme, et, pour des raisons évidentes, je n’arrête pas de me dire qu’il ne faut pas que je m’attache trop aux personnes là-bas... Sous peine d’avoir une explosion de sentiments contradictoire dans ma tête, ce qui risque de ne pas être beau à voir ! Mais c’est peine perdue, si vous voulez mon avis. Je suis bien trop sociable pour ça, et c’est d’ailleurs pour ça que ça risque d’être une faiblesse !


La stratégie est le mot d'ordre de l'aventure Thrown Dice. Mais il arrive parfois que l'amour s'en mêle aussi, et s’immisce dans le jeu. Les sentiments auront-ils leur place dans ton aventure, ou feras-tu partie de ceux qui garderont en tête le jeu et s'interdiront toute parenthèse amoureuse ?
Oooooh, question intéressante ! L’amour a toujours eu une place particulière dans ma vie, dans le sens où je n’ai jamais réussi à me décider si oui ou non, j’y croyais, je tiens d’ailleurs à remercier toutes mes mésaventures qui sont la cause de tant de réflexion ! (rires) J’aimerais d'ailleurs pouvoir vous dire que je ne tomberais dans aucun panneau, que personne ne pourra réussir à m’avoir, mais le fait est… Que je n’en sais rien ! C’est bête, je vous l’accorde, mais il faut bien se rendre à l’évidence, tout peut arriver, après tout. Mais, bon. Comme je viens de l’évoquer… Je suis en position délicate. Je ne viens pas ici pour rechercher un quelconque prince et je m’en voudrais beaucoup si je me mettais à avoir des sentiments pour d’un des candidats. Ca n’en rendrait les choses que trop compliquées. Tout comme j’espère sincèrement pour ces messieurs qu’aucun ne jettera un sincère dévolu sur moi… Non parce que déjà, que les adieux entre deux amoureux sont larmoyants dans ce genre d'émission, alors rajoutez-en une qu’à son épée de Damoclès pas loin de sa tête, et bonjour les dramas ! Mais, c’est le jeu, je suppose. Je sais très bien que ça risque d’arriver, et je suis prête à en prendre le risque… Après tout, ça n’aurais aucun intérêt de rester toute seule dans mon coin. Thrown Dice, c’est aussi des rencontres, et je compte bien m’amuser, alors... On verra bien par la suite.


Justement, quel genre de joueur penses-tu être ? L'aventure Thrown Dice en a vu défiler de toutes sortes, des grands tacticiens aux véritables fayots, en passant par les je-m'en-foutiste de première. As-tu l'âme d'un redoutable compétiteur, ou risques-tu d'être dévoré dès que tu auras mis un pied dans l'arène ?
Oh, je vous rassure, je ne compte absolument pas me faire dévorer ! (rires) Je pense être assez compétitive, oui. Déjà, dans la vie de tous les jours, je le suis plutôt pas mal, je pense. Mais alors là ! Être au milieu de gens qu'ont des secrets, tout faire pour les découvrir tout en gardant le mien ! C'est tellement amusant ! Enquêter, découvrir les cachotteries des candidats... Ça, ça promet du spectacle ! Vous allez rire, d'ailleurs, et vous pouvez parce que c'est assez risible... Je suis tellement à fond dans cette idée, que j'ai relus tous les Sherlock Holmes, tous les articles sur la science de la déduction, dans l'espoir que ça me soit d'une quelconque utilité ! Après tout, puisque ça a marché pour lui... Pourquoi pas moi ? Oui, bon, lui n'est qu'un personnage de fiction, je sais. Ne brisez pas mes rêves comme ça, c'est cruel ! (rires) Et puis... Qui sait, si ça se trouve, je vais me découvrir un talent caché ? (rires) J’en trépigne d’avance ! Après, de là à me comparer à une grande tacticienne, je ne sais pas trop. Je veux dire. Oui, je vais être à fond, ça, c’est sûr. Mais qui nous dit que je ne sois pas aussi à côté de la plaque ? (rires) Ça serait tellement la honte ! Mais vous avez tellement dû en voir, déjà ! Ces gens qui se pensent Sherlock, mais qui au final sont aussi doués qu’inspecteur gadget… Les pauvres ! Prions pour que ça ne soit pas mon cas, parce qu'étant donné mes lectures de préparation... On dirait que c'est moi, la future autoproclamée Holmes en herbe ! J'aurais peut-être dû garder ça secret, d'ailleurs... Mieux vaut surprendre que décevoir, après tout ! ...Boaf, au pire des cas, j'assumerais totalement mon côté gogo-gadgeto, si gogo-gadgeto il y a !


T'es-tu préparé psychologiquement au fait d'être enfermé pendant plusieurs semaines ? Et d'ailleurs, que sais-tu vraiment de Thrown Dice, as-tu suivi les précédentes saisons ou bien débarques-tu dans l'inconnu le plus total ?
Oh, il y a enfermé et enfermé. C’est quand même pas la prison, là où on va ! Une si grande, si belle propriété… C’est comme si c’était une grande colonie de vacances version cluedo, en fait, moi, je ne dis pas non ! Et puis, je ne me fais pas d'illusion. On n'aurait jamais le temps de s'ennuyer, avec vous aux commandes, et tout ce que vous préparez dans votre coin, entre deux rires machiavéliques ! (rires) Pour ce qui est des autres saison, comme je l’ai déjà dit, j’en avais regardé quelques épisodes pendant mon adolescence, mais… je n’ai jamais été très télé. Du coup, je connais - très bien même, parce que mes amies n’avaient littéralement que ça a la bouche, au lycée ! - mais ce n’est pas non plus quelque chose de très… Familier, dira-t-on, à mes yeux. Un parfait entre deux, en fait : je connais suffisamment l’émission pour ne pas me sentir comme un extra-terrestre tout droit débarqué de sa planète, mais je connais pas non plus la chose par cœur. Je saurais être surprise, je ne vais pas être blasée à chaque nouvelle information comme si je l’entendais la millième fois dans la même journée !


La vie en communauté, ça te dit quelque chose ? Tu es plutôt quelqu'un de très sociable qui adore évoluer au sein d'un groupe, ou bien tout l'inverse, un véritable solitaire ? Penses-tu parvenir à t'entendre avec les autres candidats et supporter la cohabitation qui vous attend ?
Je suis de nature assez joyeuse et ne suis pas du tout timide, alors j’attire naturellement du monde vers moi, depuis que je suis petite. Ca ne me dérange pas, j’ai toujours aimé être entourée, me sentir aimée et intégrée dans un groupe. C'est sûr que d'un côté, la maladie me fait avoir la peur de trop m'attacher, c'est normal. Mais... J’espère malgré tout que ça sera également le cas au château, que je sois entourée de plein de personnes avec qui je partage des mêmes délires, des mêmes passions, si je suis prise. Je veux dire, ça serait tellement triste d'avoir la chance d'être là-dedans pis de pas pouvoir apprécier à fond parce qu'on est tout seul. Il va juste falloir que je trouve le juste-milieu, je pense. M'amuser, apprécier... Mais de préférence, ne pas trouver mes âmes sœurs d'amitié ou je ne sais quoi... Même si ça, je ne peux pas tellement le prévoir en avance ! Enfin bon. Je suis une contradiction à moi toute seule, en fait. Parce que j'aime tant être dans un groupe ! Je ne suis pas quelqu'un de solitaire, malgré les airs que j'me suis donnée tout à l'heure avec mon loup pour l'homme. C'est juste... Qu'il va falloir que je me forge un minimum. Je suppose. Ah, je suis compliquée, hein ? (rires) En tout cas, je ne vais me comporter on ne peut plus naturellement possible ! Il n'est absolument pas question de jouer un rôle, ce n'est pas le but. Et puis, dans un huit clôt, entouré des mêmes personnes pendant deux mois, le naturel aurait de toute façon vite fait de revenir au galop ! On finit toujours par voir le vrai visage des gens. Et si certains arrivent à se dissimuler si longtemps dans de telles conditions, alors... Chapeau bas ! Après, qu’on m’aime ou non, ma foi, ce n’est pas quelque chose qui soit vraiment de mon ressort. Je veux dire, je peux bien évidemment tout faire pour bien me comporter envers une personne, mais si celle-ci décide que malgré tout, elle ne m’aimera pas… Il n’y a pas grand chose à faire. Mais ce n’est pas grave. C’est un peu contradictoire, mais même si j’aime être dans un groupe, je ne vais pas faire un plat de pas-grand-chose si quelqu’un décide que je suis une connasse. Tant pis pour lui, il manquera juste la personne la plus merveilleuse et modeste de la terre et puis c’est tout ! (rires)


Autant te le dire tout de suite, nous sommes de vrais sadiques et tu auras parfois des choix difficiles à faire. Pourras-tu tout assumer dans le jeu ? Sauras-tu de ceux qui n'hésiteront pas à trahir leurs propres amis et à faire primer leur intérêt sur celui des autres ? Es-tu, concrètement, prêt(e) à tout pour gagner ce jeu ?
C’est un bien grand mot, la trahison. Ce n’est pas quelque chose à prendre à la légère. Une décision comme celle-là implique forcément beaucoup de facteurs et d'effets à prendre en cause. Il ne faut pas s'arrêter au premier aspect, mais regarder au-delà de ce que l'on voit ! Parce que, bon. Quand on trahit quelqu'un, en général, on ne pense qu'à l'effet direct de sa trahison. Mais c'est une erreur. Celle-ci impliquerait forcément beaucoup de choses en cascades d’événement, et le sort pourrait bien se retourner contre nous, au bout du compte. Du coup... Je ne dirais pas que je n’en serais jamais capable, parce qu’après tout, on ne sait jamais de quoi est fait demain. Et puis, la perception des choses est tellement différente... Peut-être, un acte qui pour moi n’avait aucune signification sera en fait signe de disgrâce auprès de mes camarades ! Mais même si cela était fait sciemment, ça reste quelque chose qui n’est pas à prendre à la légère. Oh, bien sûr, certains ne s’en gênent absolument pas, mais en tout cas, ce n’est pas mon cas. Du coup, je ne pourrais pas tellement vous répondre, tout simplement parce que tout dépendrait de la situation et de la personne en question. Mais ce qui est sûr, c’est que j’ai l’intention de toujours avoir l’esprit bien clair avec ce que je fais !

Revenir en haut Aller en bas
 

ALESSIA, 25 ANS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» +39 001 009 5555 (Alessia Basini)
» alessia ϟ moonlight bloom
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: Les candidats :: CANDIDATS SAISONS 6 A 10 :: CANDIDATS S.10-
Sauter vers: