OSLO, 34 ANS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 12665

MessageSujet: OSLO, 34 ANS   Mar 29 Aoû - 18:32


informations


PRÉNOM : Oliver Seymour Lloyd O’Neil : OSLO AGE : 34 ans NATIONALITÉ : Nord-Irlandais HABITAT : Derry PROFESSION : Dessinateur de BD ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel STATUT SOCIAL : Père célibataire en recherche. OBJET PORTE-BONHEUR : Un feutre noire indélébile FILM PRÉFÉRÉ : Je suis extrêmement porté sur les films d’animations et l’un de mes coups de coeur dans ce domaine, c’est Le voyage de Chihiro de Hayao Miyasaki GENRE MUSICAL FAVORI : Electro IDOLE : Personne. Je n’aime pas m’identifier à quelqu’un, je préfère créer mon propre mythe. ENDROIT PRÉFÉRÉ SUR TERRE : N’importe où tant que je peux dessiner  DEVISE : Vis tes rêves, ne rêve pas ta vie QUALITÉ MAJEURE : Sans limites DÉFAUT MAJEUR : Sans limites.





rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de tout ce qu'on devrait savoir. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Je ne suis né adulte sur un matelas usé, sous une affiche représentant Che Guevara, un feutre noire indélébile dans une main, une bombe de peinture dans l’autre. Le corps bouillant, tendu comme un arc, prêt à bondir, à crier à plein poumons ma rage et ma frustration vis-à-vis du monde qui nous entoure et des hommes qui nous dirigent. Au quotidien, je me balade dans la rue en appelant à la révolution, au renversement du système. Mes rêves sont bercés par l’Internationale et les discours de Staline. J’espère un jour un monde entre les mains des prolétaires, pour renverser les capitalistes. Une gigantesque barricade serait construit autour de la Trump Tower que l’on caillasserait de pavé pour lui rappeler l’histoire qu’il bafouille tout les jours par sa simple existence. À mort les patrons, vive les ouvriers serait ma devise…

Vous y avez vraiment cru ? Comme quoi la rumeur est vrai, il y a donc de vrais fous qui passent vos casting. Avec moi ne vous inquiétez pas, ce sera plus calme. Enfin, façon de parler. Moi c’est Oliver Seymour Lloyd O’Neil mais tout le monde m'appele Oslo, fils de Seymour Lloyd Ailfrid O’Neil, lui-même fils de Seymour Ailfrid Bradach O’Neil. Bref, je vous épargne tout mon arbre généalogique car on en aurait pour des plombes. Je suis un gamin d’Irlande du Nord, plus précisément du Bogside un quartier de Derry. Je suis bien né sur un matelas usé, mais au dessus de moi il y avait plutôt une étagère avec des bouteilles de Whisky vide qu’un portrait du Che. Ma mère était à la maison, elle faisait de son mieux pour s’occuper de mes deux frères et moi, mon père lui il bossait à l’usine. C’était loin d’être un mec très chaleureux qui avait plutôt une véritable passion pour la Guinness et la vaisselle brisée. Dans ma famille on était plutôt sportif, mes frères aimaient bien descendre dans la rue pour, je cite,« défendre les valeurs de notre quartier ». Moi, j’étais plutôt du genre Billy Elliott sauf qu’à la place de la danse ma passion c’était le dessin. Je suivais mes frangins m’installais sur un muret et plutôt que de me battre je dessinais leur combat. Cela m’apprenais à capter le mouvement ainsi que la gravité de l’instant. Mais, comme le disait mon père, vu qu’avec ça je n’aurait aucun avenir, j’ai travaillé à l’usine quelques-années. Je profitais tout de même de mes temps libres pour descendre dans la rue et dessiner. Tout les supports, tout les outils étaient bons pour laisser s’exprimer mon besoin d’expression, mon envie d’évasion.

Cela à duré trois ans de mes 17 à mes 20 ans, puis mes parents sont morts. Mes frères et moi on a vendu l’appartement et j’ai rencontré Caro. J’avais 23 ans, elle en avait 22. On est très vite tombé amoureux, trop vite peut-être même et de notre union, un an plus tard, est né ma huitième merveille du monde, Finn qui a 10 ans aujourd’hui. Au fond, je ne saurai pas vous dire ce qui n’a pas marché. On est juste plus ensemble c’est tout. Cela a duré 3 ans et un enfant. Elle est parti du jour au lendemain sans demander de pension et je me suis retrouvé seul avec mon gamin de 2 ans.

Je ne cherche pas à vous apitoyer. J’ai réussi à me démerder. J’ai donc repris le dessin. Au début sans véritable succès, avant que je me fasse repérer. Maintenant, j’ai réussi à publier avec un pote auteur quatre tomes de notre propre bande dessinée, J’ai aussi mon nom, au générique de quelques films et séries d’animations dont j’ai imaginé le design des personnages. Je ne roule pas sur l’or, mais j’arrive à vivre assez confortablement pour donner à mon fils un cadre de vie décent. D’ailleurs je vois déjà votre prochaine question venir et préfère y répondre tout de suite pour ne pas avoir à y revenir. Mon fils est au courant de ma participation, c’est même un de mes plus fervent supporters et si je suis sélectionné il sera logé chez mon meilleur ami qui est aussi son parrain durant toute l’émission. Si je n’avais pas eu le soutien de mes proches, soyez-en sûr, je ne serais pas venu jusqu’à Londres pour passer les castings.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Quels sont d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Pour faire simple, je suis quelqu’un de plutôt positif, je profite de la vie, de ce qu’elle m’a donnée.  Avec un passé comme le mien, je relativise facilement et vois plus le verre à moitié plein qu’à moitié vide. J’aime beaucoup faire rire et raconter des blagues. Je suis un bon vivant, un vrai bout-en-train. Au quotidien rien ne m’arrête, quand j’ai un projet en tête je suis capable de harceler par mail, au téléphone, dans la rue des gens pour arriver à mes fins. Je n’ai aucune limites et c’est je pense l’une de mes plus grandes qualité pour l’aventure à venir. Vu que rien ne m’arrête, je n’ai aucune raisons de ne pas aller jusqu’au bout. Maintenant c’est aussi ma plus grande faiblesse, enfin c’est l’une de mes plus grandes faiblesses. Je fonce toujours tout droit, essaye toujours d’aller plus haut, plus vite, plus fort, mais me brûle régulièrement les ailes. Je ne compte plus les désillusions que j’ai essuyé en m’investissant plus que de raisons dans des causes perdus. Mais que voulez-vous quand je vois quelqu’un ou quelque chose dans le besoin, je ne peux qu’aider. Cela doit être mon côté paternel qui ressort. D’ailleurs, mon fils reste l’une de mes raisons de vivre, c’est aussi l’une de mes faiblesses. Pour me faire mal, allez-y toucher à mon enfant, mais après vous ne vous étonnerez pas des conséquences. Toutes ces petites choses, ces traits de caractères sont les pièces d’un puzzle qui une fois reconstitué me définit assez bien. Un gars prêt à en découdre et à dépasser ses limites pour aller le plus loin possible dans le jeu. Le tout en restant parfaitement lui-même puisqu’au fond l’une des pires insultes qu’on pourrait lui dire, c’est de lui balancer au visage que c’est quelqu’un de faux, de malhonnête qui joue un rôle pour plaire aux téléspectateur et gagner le jeu.


La stratégie est le mot d'ordre de l'aventure Thrown Dice. Mais il arrive parfois que l'amour s'en mêle aussi, et s’immisce dans le jeu. Les sentiments auront-ils leur place dans ton aventure, ou feras-tu partie de ceux qui garderont en tête le jeu et s'interdiront toute parenthèse amoureuse ?
À 34 ans, j’ai de plus en plus envie de retrouver quelqu’un. Mais bon, les filles d’une trentaine d’années, belles, intelligentes avec de l’humour et de la répartie qui accepte de sortir avec un père célibataire cela ne court pas vraiment les rues. Je ne ferme donc aucune porte. Si j’arrive à trouver la perle rare au sein du jeu, ce sera super. Maintenant, ce n’est pas ma priorité, je compte d’abord profiter à fond de mon aventure avant de chercher l’amour. Même si je regarderai quand même du coin de l’œil les jolies filles du casting, juste au cas où.


Justement, quel genre de joueur penses-tu être ? L'aventure Thrown Dice en a vu défiler de toutes sortes, des grands tacticiens aux véritables fayots, en passant par les je-m'en-foutiste de première. As-tu l'âme d'un redoutable compétiteur, ou risques-tu d'être dévoré dès que tu auras mis un pied dans l'arène ?
S’il faut monter des stratégies pour faire éviter le SAS à l’un de mes alliés ou pour l’éviter moi-même je n’hésiterai pas. Pareil pour la chasse aux secrets, je récoleterai des indices et ferai en sorte d’en trouver au moins un dans tout le jeu. Même si c’est pour moi moins important que le développement des contactes humain, je n’oublierai pas cette partie importante du jeu pour autant. Loin d’être un stratège ou un grand compétiteur, je vais jouer comme tout le monde et faire de mon mieux pour tracer mon chemin sans pour autant me faire marcher sur les pieds. J’ai parfaitement conscience que je met les pieds dans un panier de crabe, mais les crabes comme tout les animaux si on sait comment les prendre, cela se passe à merveille. Or les candidats de télé-réalité, même si c’est loin d’être le milieu que je fréquente au quotidien, je pense savoir dans quel sens je dois brosser leurs poils pour valider sans grand mal les objectifs que je me suis fixés.


T'es-tu préparé psychologiquement au fait d'être enfermé pendant plusieurs semaines ? Et d'ailleurs, que sais-tu vraiment de Thrown Dice, as-tu suivi les précédentes saisons ou bien débarques-tu dans l'inconnu le plus total ?
L’enfermement, l’inconnu c’est loin d’être mon quotidien mais cela m’excite. Donc non, je ne me suis pas vraiment préparé. Si je prévois trop mon aventure, je vais gâcher la surprise, le plaisir de la découverte. Je risque aussi d’avoir des réactions moins brutales et de perdre ainsi en authenticité. Tout ça je ne le souhaite pas. J’ai quand même entendu parler de Thrown Dice et suis tombé une ou deux fois sur une rediffusion de l’émission à la télévision, mais je suis loin d’en être un fan inconditionnel. Venir ici, c’est me jeter dans un inconnu qui tel le chant des sirènes pour Ulysse m’attire autant qu’il me fait peur ce qui me stimule énormément.


La vie en communauté, ça te dit quelque chose ? Tu es plutôt quelqu'un de très sociable qui adore évoluer au sein d'un groupe, ou bien tout l'inverse, un véritable solitaire ? Penses-tu parvenir à t'entendre avec les autres candidats et supporter la cohabitation qui vous attend ?
Je vais faire le show, enfin je vais essayer. Avec moi, vous ne risquez pas de vous ennuyer. Je compte bien diffuser ma bonne humeur dans tout le château et faire en sorte d’animer un peu tout cela.  Dans ma bande d’amis c’est souvent moi le chef de groupe, celui qui mène la barque et met l’ambiance et c’est ce que je compte faire au sein du jeu. Maintenant, je ne forcerai personne, mais bon, c’est toujours mieux quand on s’amuse non ?
Donc non la cohabitation ne me fait pas peur et oui, je pense m’entendre avec les autres candidats. Rare sont les personnes qui ne s’entendent pas avec moi. Même si mon franc-parler peut quelque fois gêner, j’arrive toujours à trouver un terrain d’entente avec ceux qui m’entoure. C’est d’ailleurs d’après moi, l’un des éléments indispensable pour réussir à vivre en communauté, sans en finir par se faire la gueule ou en arriver aux mains. Après, je sais que ma vision des choses est un peu idéaliste. Ais bon, c’est parfois bon de rêver. Ma relation avec les autres sera peut-être au final complètement différente, mais quoi qu’il arrive, je ferai tout pour que ça se passe bien. Rien ne me ferait plus chier que de passer vivre mon aventure dans une ambiance exécrable. Après, comme je vous l’ai dit précédemment, je n’oublierai pas pour autant que je suis dans un jeu vous pouvez en être sûr.


Autant te le dire tout de suite, nous sommes de vrais sadiques et tu auras parfois des choix difficiles à faire. Pourras-tu tout assumer dans le jeu ? Sauras-tu de ceux qui n'hésiteront pas à trahir leurs propres amis et à faire primer leur intérêt sur celui des autres ? Es-tu, concrètement, prêt(e) à tout pour gagner ce jeu ?
J’ai bien dit tout à l’heure que rien ne m’arrêterai pour aller loin dans cette aventure, mais malgré tout j’ai quand même quelques restrictions. Dehors, il y a quand même mon fils qui me regarde derrière la télévision. Je n’ai pas envie qu’il est une mauvaise image de moi. De plus, je suis quelqu’un d’extrêmement fidèle en amitié. Jamais, au grand jamais, je ne trahirai mes alliés pour aller plus loin dans le jeu. Faire ça c’est renoncer à mes valeurs. Or même pour l’or du monde en aucun cas je ne me dénaturerai pour gagner l’aventure. Après, courir nu dans le château, boire ou manger des choses infâmes, embrasser quelqu’un tout ça ne me fait pas peur. De toute manière le ridicule ne tue pas. J’attends donc vos défis, je les relèverai tous avec plaisir tant que je ne suis pas obliger de trahir ce qui fait de moi l’homme que je suis actuellement.

Revenir en haut Aller en bas
 

OSLO, 34 ANS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Championnat du monde de Biathlon à Oslo
» OSLO CANICHE GRIS 5 ANS 1/2 EN REFUGE DANS LE 59
» OSLO caniche chocolat 12 ans ALERTE (91)
» Oslo caniche moyen champagne 11 ans (06) ADOPTE
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: Les candidats :: CANDIDATS SAISONS 6 A 10 :: CANDIDATS S.10-
Sauter vers: