PRIME D'OUVERTURE, S.10 - [30/08 - 20H00]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 312
AVATAR : aidan turner
LOCALISATION : london, uk
MÉTIER : co-host of #td10

MessageSujet: PRIME D'OUVERTURE, S.10 - [30/08 - 20H00]   Mer 30 Aoû - 20:01



« Bien le bonsoir à tous, au public tout autour de moi comme à vous, devant votre téléviseur. Je vous souhaite la bienvenue sur ce prime d'ouverture de la dixième édition de Thrown Dice, l'émission de télé-réalité que nous envie l'Europe toute entière ! Pour ceux qui sortiraient d'un bunker après avoir été coupés du monde pendant un mois et qui se questionneraient sur mon identité, sachez que je suis Reese Allister et que j'animerai ce programme cette saison en compagnie de la ravissante Vera Clark qui me rejoindra dans une poignée de secondes. Et... Oh ! Vous l'entendez, notre public déchainé ? Ça hurle de tous les côtés, je m'imagine déjà sourd à la fin de la soirée. Ils ont hâte, eh oui, comme nous tous en fin de compte de découvrir toutes les nouveautés promises cette saison mais, surtout, le tout nouveau casting. Tout au long de la soirée des candidats auront la joie d'apprendre leur sélection et pourront intégrer l'aventure, mais pour un certain nombre d'entre eux aussi, ce sera la désillusion la plus totale. Il y aura des déçus, c'est le jeu, que voulez-vous. Les candidats sélectionnés intègreront la demeure de ce cher William Quincy Clifford, qu'on ne présente plus je crois depuis le temps. Alors, qu'est-ce qui attend nos petits candidats cette saison ? J'ose espérer que celle-ci rimera avec stratégies, secrets découverts, coucheries... Quoi ? Eh bien oui, parce que quitte à avoir de l'action, autant que ce soit à tous les niveaux n'est-ce pas ? Il me tarde en tout cas de découvrir la composition du casting, prometteur m'a-t-on dit. On allait pas me dire le contraire, remarquez. Mais avant de vous révéler tout ça, parlons du déroulement de la soirée car de nombreuses choses seront annoncées ce soir. Alors que les candidats seront appelés deux par deux tout au long du prime, de nombreuses informations seront communiquées sur cette nouvelle saison, et pas mal de changements attendent nos candidats par rapport aux saisons passées, un véritable renouvellement dans le programme parait-il. Bien. J'invite sans plus attendre mon acolyte @Vera Clark à me rejoindre sur le plateau, car elle a je crois elle aussi des choses à vous dire. Vera, c'est à toi et fais gaffe à la marche, hein ! »


_________________
When it comes to you There's no crime, let's take both of our souls and intertwine When it comes to you, don't be blind Watch me speak from my heart, when it comes to you
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 321
AVATAR : lacey claire rogers


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: HJ
ASPIRATION: compétition
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.10 - [30/08 - 20H00]   Mer 30 Aoû - 20:07


« Merci Reese, et bonsoir à tous !  Comme vous l’a dit mon très cher acolyte, je suis Vera Clark, le tout nouvel atout Yankee de la BBC. C’est un plaisir pour moi d’être avec vous ce soir, alors j’espère que vous êtes bien installés chez vous, car je peux vous le dire on va passer une soirée de folie aujourd’hui ! Ah ? Que me dit-on ? Quand quelques minutes maintenant, que dis-je quelques secondes, nous allons pouvoir accueillir les tous premiers candidats de cette aventure ! Des milliers de jeunes hommes et de jeunes femmes, mais aussi une poignée d’un peu moins jeunes, ont sillonné la Grande Bretagne et parfois même le monde pour venir rencontrer nos équipes de castings, et mon petit doigt me dit qu’ils vont nous en faire voir de toutes les couleurs. Il parait que pour cette saison 10, la production a vu les choses en grand et que les postulants ont été triés sur le volet pour être à la hauteur de ces nouveaux challenges. Je sais que vous n’avez qu’une hâte, comme moi, celle de les rencontrer, mais avant, je voudrais donner la parole à une toute dernière personne. On ne le présente plus, son nom fait trembler dans toutes les maisons qui possèdent un téléviseur. Il est aussi adulé que détesté, aussi bien à l’écran qu’en dehors des tournages, j’ai nommé le seul, l’unique : William Quincy-Clifford ! Maître, la place est à vous. »  


important : ce n'est pas sur le plateau du prime qu'entreront les candidats, ni même dans le château de William. Plus d'informations sont disponibles dans le sujet de l'aire d'arrivée.

n.b. si vous n'êtes pas disponible lorsque vous êtes annoncés, ne vous inquiétez pas, vous pourrez faire entrer votre personnage plus tard dans la soirée ou dans les prochains jours.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 11932

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.10 - [30/08 - 20H00]   Mer 30 Aoû - 20:14

Bonsoir à tous, cher public, postulants et membres de la production. Le Maître a le plaisir de vous retrouver ce soir pour le grand lancement de cette dixième saison, qui n'en finit pas de faire parler d'elle depuis plusieurs semaines. Même si je ne pense pas qu'il faille réellement me présenter après six ans dans le même rôle, je suis William Quincy-Clifford, deuxième du nom, détenteur d'un titre de noblesse et propriétaire de nombreux domaines dont celui où se sont déroulées les neuf première saisons de l'émission. Voilà maintenant six ans que mon illustre nom et ma personne sont associées à ce programme, et même si au départ cette fulgurante notoriété que m'a apporté Thrown Dice s'est avérée déstabilisante, des années après je dois bien reconnaitre que cela est assez gratifiant pour un homme comme moi de pouvoir profiter de la renommée de l'émission et d'en être le principal protagoniste depuis sa création. Six ans, donc, que cette émission passionne, intrigue, perdure tandis que la concurrence se réduit toujours plus. Six années durant lesquelles ont défilé bon nombre de jeunes gens en quête de gloire, d'aventure ou encore de bouleversement dans leur quotidien. À l'occasion des six années d'existence de Thrown Dice le Maître souhaiterait saluer celles et ceux qui ont fait de ce programme ce qu'il est aujourd'hui, tous les participants bien sûr depuis la première saison, mais également tous les membres de la production qui se sont succédé à l'animation de l'émission, ainsi que toutes les personnes de l'ombre, qu'on ne voit pas mais qui réalisent un travail exceptionnel. Thrown Dice fait aujourd'hui partie de ces programmes qui comptent, et le Maître est fier d'introduire ce soir sa dixième saison dans ce rôle qui l'a rendu célèbre. Cette saison, le programme va connaitre un certain nombre de changements dans son fonctionnement et le jeu ne devrait en être que plus impitoyable encore. S'il s'agit bien d'une aventure humaine, il ne faut pas perdre de vue le jeu et celui-ci ne réussira pas à tout le monde, nous le savons. Savoir doser stratégie et sentiments, pouvoir prendre des décisions au détriment des autres, et être capable de tous les efforts et de tous les sacrifices pour s'assurer une place sur les plus hautes marches du podium, cela ne sera pas donné à tous nos candidats et peu devraient y parvenir. Cette saison, tous nos candidats ont le potentiel pour arriver à leurs fins, mais les places seront chères et un seul d'entre eux touchera finalement son rêve du doigt. Et ce soir, tous n'auront déjà pas la chance d'intégrer l'aventure, puisque ce sont vingt-huit candidats sélectionnés dont les noms seront annoncés ce soir, pour débuter cette fantastique expérience. Le Maître tient d'ors et déjà à féliciter toutes celles et ceux qui seront appelés à gagner son château, mais aussi à rassurer ceux qui n'auront pas cette chance : les places sont malheureusement limitées dans l'aventure Thrown Dice, mais si la chance ne vous a pas souri cette fois, il pourrait bien en être autrement la fois prochaine. Persévérer est le maitre mot. Attendez-vous en tout cas à ce que cette soirée apporte son lot de surprises et de nouveautés, car cette saison la production a vu les choses en grand. Veuillez maintenant sans plus attendre réserver un tonnerre d'applaudissements à nos deux premiers candidats sélectionnés.


IMPORTANT
Devant le nombre important de candidatures reçues, l'administration a décidé d'augmenter le nombre de candidats reçus par rapport à ce qui était prévu. Il était initialement fixé à 24, et est passé à 28. Si elle a su se montrer généreuse, l'administration sera intransigeante quant à l'activité cette saison, qui plus est avec le rythme allégé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 11932

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.10 - [30/08 - 20H00]   Mer 30 Aoû - 20:23


informations


PRÉNOM : Andre dit Dre. AGE : vingt-huit ans. NATIONALITÉ : américain. HABITAT : san francisco. PROFESSION : sans emploi, ancien consultant en finance. ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuel. STATUT SOCIAL : célibataire. OBJET PORTE-BONHEUR : une gourmette. FILM PRÉFÉRÉ : The Wolf of Wall Street de Scorsese. GENRE MUSICAL FAVORI : musique classique. IDOLE : mon père. ENDROIT PRÉFÉRÉ SUR TERRE : une cabane dans les bois. DEVISE : You only live once QUALITÉ MAJEURE : franchise. DÉFAUT MAJEUR : intuitif.





rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de tout ce qu'on devrait savoir. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Moi, c’est Dre. Retenez-le bien – ce ne sont que trois lettres et une syllabe, vous pouvez faire cet effort. Mon existence ressemble à celle du mec lambda, de monsieur tout le monde : un jour, je suis né ; depuis je vis. Ca fait vingt-huit ans, bientôt vingt-neuf. Il y a encore deux ans, je vivais en Californie, à San Francisco, je bossais comme consultant en finance pour une petite entreprise dans la Silicone Valley. Je ne sais pas ce que vous vous imaginez, mais elle n’avait rien de transcendant, cette vie.  Une vie plan-plan, menée aux rythmes des factures, des dossiers, des impayés et des projets de vie. J’avais le job, le bon salaire, la belle maison, une belle femme destinée à être ma fiancée, la belle situation en soi ; enfin, j’avais tout pour être heureux mais j’étais malheureux dans cette vie. Mais ça, c’était il y a deux ans. Entre temps, j’avais l’ambition de monter une petite entreprise avec un ami ; je ne vous en parle pas, le projet est quelque peu tombé à l’eau. Aujourd’hui, j’ai quitté cette routine. Aujourd’hui, je vis l’instant, je vis à l’instinct. Je mène une vie guidée par mes élans de folie. Ca peut paraître fou, inconscient, insensé pour certains mais c’est la vie que j’aime. C’est ce fast life incontrôlable, cette vie à cent à l’heure. C’est cette vie sans futur anticipé, cette inconnue palpitante, cette page où rien n’est écrit d’avance. C’est cette vie là que j’aime. Elle ne se résume pas à un salaire, à une situation sociale, ni à un compte bancaire. Evidemment, je ne peux pas vous répondre sans parler de mes parents : c’est un peu grâce à eux ce que je suis devenu. Je suis né à Palo Alto, j’ai deux sœurs, j’ai grandi avec des parents aimants. Cliché de la famille parfaite. J’avais treize ans quand j’ai perdu mon père, foudroyé par la maladie – évitez la musique larmoyante, s’il vous plait, je vous vois déjà venir : le bon client pour faire pleurer les chaumières est là  –.  A treize ans, j’étais devenu l’homme de la maison ; j’ai pris la relève de mon père, à la maison. J’essayais de me souvenir de chacun de ses gestes, chacun de ses mots et de les reproduire avec cette candeur enfantine qui me caractérisait. Ma mère est malvoyante, je passais – et je passe encore, à vrai dire – beaucoup à ses côtés, je partageais avec elle et lui décrivais tout ce qui nous entourait, que ce soit à l’intérieur comme à l’extérieur, afin qu’elle puisse s’en faire une image mentale, qu’elle puisse s’imaginer le monde. A la mort de mon père, je suis devenue les yeux de ma mère. Bref, Dre, vingt-huit ans, enchanté.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Quels sont d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Combien de mecs sont passés avant moi et vous ont brossé un portrait parfait et propre d’eux ? Trente ? Quarante ? Une centaine ? Des milliers ? Ne me faites pas croire que je suis le premier à me présenter devant vous. Du haut de mon mètre quatre-vingt-dix, de ma barbe, de mes tatouages et de ma grosse voix, je pourrais vous dire que je suis un badboy, le genre de mec à qui tu ne viens pas chercher un pou, le genre de mec avec qui tu ne joues pas des coudes, mais je ne suis pas comme cela. Enfin, peut-être un peu. A vrai dire, mes proches sauraient mieux vous parler de moi que moi-même. Certes, leur vision est tout autant biaisée que celle que je peux porter sur moi. Tiens, prenons deux personnes, par exemple, qui me sont proches et me connaissent mieux que n’importe qui : ma mère et mon meilleur ami. Ma mère vous dirait que je suis un garçon bien élevé, poli, loyal, altruiste. Cameron, mon meilleur ami, dirait de moi que je suis un mec un peu barjot, incontrôlable dans ses délires, impulsif mais pas méchant, toujours présent et il saurait reconnaître ma franchise – il saura vous dire que quand j’ai quelque chose à dire, je le dis et je ne passe pas par quatre chemin, j’y vais franco. Je ne saurais dire lequel des deux donne un portrait juste de ma personne. Ils ont, tous les deux, un peu raison quand ils me décrivent de telle ou telle façon. Une sorte de mélange entre la sagesse et l’insouciance, je suis. Je n’ai pas les épaules d’un meneur, comme on pourrait l’imaginer ; mais je ne suis pas non plus un suiveur. Je suis une sorte de cavalier seul, quand bien même j’aime être entouré. Je suis de nature conciliante, de manière générale. Je suis obstiné, peut-être parfois un peu trop obstiné. La vie m’a appris une chose : ne pas la prendre (trop) au sérieux. Je suis de nature taquin, plutôt amuseur. Mes atouts, au sein du jeu, seraient mon goût de l’aventure, mais aussi cette intuition qui dicte mes faits et gestes et mon sens de l’observation. Je donne souvent l’impression d’être désintéressé, mais détrompez-vous, j’accorde de l’importance aux détails, aux éléments, je suis un fin observateur. Je peux donner l’impression de prendre les choses à la légère, de ne pas me prendre au sérieux, mais détrompez-vous… Derrière l’amuseur, se cache un cœur. Ce « masque » pourrait me faire défaut, certainement. Mais avez-vous vraiment envie de savoir ce qu’il se cache vraiment derrière l’amuseur ? [Il se tait un long instant] Non.


La stratégie est le mot d'ordre de l'aventure Thrown Dice. Mais il arrive parfois que l'amour s'en mêle aussi, et s’immisce dans le jeu. Les sentiments auront-ils leur place dans ton aventure, ou feras-tu partie de ceux qui garderont en tête le jeu et s'interdiront toute parenthèse amoureuse ?
Qu’il n’y ait pas de méprise, si j’étais venu dans ce jeu dans l’optique de trouver l’amour, je me serais inscrit dans une émission de téléréalité de rencontre et de séduction. J’aimerais vous dire que je n’aurais qu’une chose à l’esprit : le jeu, j’aimerais vous dire que je suis infaillible… mais ce serait vous mentir. Je pourrais prétendre que le cœur ne l’emportera jamais sur la raison, que la queue ne l’emportera jamais sur le cœur, mais ce serait vous mentir.  Je ne suis qu’un homme, excusez-moi. Si une femme me plait, je saurais difficilement repousser ses avances. Ne vous imaginez pas le stéréotype de l’homme à femmes : certes, je plais aux femmes et j’aime savoir que je leur plais. Mais je ne suis pas un homme facile à séduire ! Je suppose que vous attendez que je vous souffle quelle est la recette pour taper dans l’œil et dans le cœur de Dre. On ne peut rien vous cacher ! Ce n’est pas difficile : j’aime les femmes naturelles, celles qui n’en font pas des caisses, qui ne cherchent pas à se mettre en avant absolument et encore moins celles qui recherchent le buzz, j’aime les femmes discrètes et douces, celles qui savent ce qu’elles veulent, celles qui ont une bonne dose d’humour. Voyez-vous je ne m’arrête pas à un physique : blonde ou brune, cheveux rouges ou bleus, tatouée ou non, des gros seins ou non, je m’en fiche pas mal. Je m’attache à un esprit et non à un physique. Finalement, c’est autant en vrai en amour comme en amitié. En toute franchise, il est probable que je ne m’interdise pas une amourette, une parenthèse amoureuse, et que je me laisse tenter par l’une de ces demoiselles. Nul ne peut prédire ce qu’il se passera au sein du château…


Justement, quel genre de joueur penses-tu être ? L'aventure Thrown Dice en a vu défiler de toutes sortes, des grands tacticiens aux véritables fayots, en passant par les je-m'en-foutiste de première. As-tu l'âme d'un redoutable compétiteur, ou risques-tu d'être dévoré dès que tu auras mis un pied dans l'arène ?
Je ne me qualifierais pas de compétiteur. Je n’ai jamais aimé la compétition : même si je dois reconnaître qu’elle a une qualité. Qualité qui a mes yeux à une grande importance : elle permet aux personnes de montrer leurs vrais visages. Mieux que compétiteur, je dirais que je suis joueur. Oui, j’aime le jeu. Pour ce jeu, je n’aurai aucune tactique, si ce n’est celle de suivre mon intuition sur le moment. Rien ne sera calculé, rien ne sera prémédité chez moi. Au risque d’en décevoir certains, je ne suis pas un grand stratège. Ici, je resterai fidèle à ma nature.


T'es-tu préparé psychologiquement au fait d'être enfermé pendant plusieurs semaines ? Et d'ailleurs, que sais-tu vraiment de Thrown Dice, as-tu suivi les précédentes saisons ou bien débarques-tu dans l'inconnu le plus total ?
Préparé, prêt… et tout ce que vous voulez. Je ne m’inquiète pas à ce sujet. Laissez-moi vous dire une chose : être enfermé ne me fait pas peur. Au contraire, ça a un côté excitant ; de se dire que l’enfermement peut, dans une certaine mesure, permettre de découvrir ses limites, d’apprendre à se connaître soi-même. C’est un jeu, mais c’est aussi une aventure humaine et personnelle. Ce genre d’aventure qui ne se vit qu’une fois dans votre vie et rien que pour ça, je suis préparé.
Très franchement ? J’ai découvert Thrown Dice par hasard. Je n’ai visionné aucun épisode, je n’ai suivi aucune saison, j’ai juste visionné, un soir, dans une chambre d’hôtel londonienne, un teaser pour la promotion d’une saison. Clairement, je débarque dans l’inconnu. Je n’ai retenu que quelques éléments : un château, un maître, des secrets, des mecs et des nanas. L’essentiel, non ?


La vie en communauté, ça te dit quelque chose ? Tu es plutôt quelqu'un de très sociable qui adore évoluer au sein d'un groupe, ou bien tout l'inverse, un véritable solitaire ? Penses-tu parvenir à t'entendre avec les autres candidats et supporter la cohabitation qui vous attend ?
Sociable ? Oui, je le suis. J’aime les gens, j’aime cette interaction qui se crée au contact d’une personne alors vivre en communauté ne me posera aucun problème. Dans la vie de tous les jours, je m’entends avec tout le monde ou presque – je dis « presque », parce que je n’aie pas envie que vous me preniez pour le gars qui aime tout le monde, pour le gros nounours de la saison. Je ne pense pas être quelqu’un de difficile à vivre. Enfin pour ceux qui vivront avec moi, deux choses à savoir pour que la cohabitation se passe au mieux entre nous: primo, je suis un lève tard, mon sommeil est précieux et je déteste être réveillé ; deuxio, j’ai un très grand appétit, autant je suis très doué de ma fourchette, autant je suis une vraie catastrophe avec une poêle en main.


Autant te le dire tout de suite, nous sommes de vrais sadiques et tu auras parfois des choix difficiles à faire. Pourras-tu tout assumer dans le jeu ? Sauras-tu de ceux qui n'hésiteront pas à trahir leurs propres amis et à faire primer leur intérêt sur celui des autres ? Es-tu, concrètement, prêt(e) à tout pour gagner ce jeu ?
Moi ? J’assumerai. La vie m’a appris qu’il fallait accepter et assumer les conséquences de ses mots, de ses actes, qu’il ne fallait pas chercher à les dissimuler, à les fuir, ces conséquences. Moi, je vous l’ai déjà dit, je jouerai à l’instinct. Que je gagne ou je perde, j’irai au bout. Bon, on commence quand ?



informations


PRÉNOM : constance. AGE : vingt-neuf ans. NATIONALITÉ : française. HABITAT : versailles, France. PROFESSION : officier navigant de l’armée de l’air (pilote d’hélicoptère). ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuelle. STATUT SOCIAL : célibataire. OBJET PORTE-BONHEUR : la plaque d’identité militaire de son frère. FILM PRÉFÉRÉ : aucun en particulier. GENRE MUSICAL FAVORI : classique. IDOLE : Jean Moulin. ENDROIT PRÉFÉRÉ SUR TERRE : loin du fourmillement de la jungle industrielle. DEVISE : if you want something you’ve never had, you’ve got to do something you’ve never done. QUALITÉ MAJEURE : l’honnêteté. DÉFAUT MAJEUR : la discrétion.






rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de tout ce qu'on devrait savoir. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Parfois, vous savez, je me pose également cette question (pause). Qui suis-je aujourd'hui ? Qui étais-je hier ? Et qui vais-je devenir demain ? Est-ce que ces différents moi seront toujours similaires ou subiront-ils des variations contrastées ? Y’a t-il une constante immuable ou ne sommes-nous qu'êtres influençables ? Est-ce que lorsque je deviens une autre, que je décide de changer, d'adopter un comportement différent, une part de l'ancien moi demeure ou est-ce qu'il disparaît, se meurt complètement ? Est-ce que cette part resurgira un jour à un moment inattendu et opportun ou se taira-t-elle funestement à jamais ? Également, je me demande souvent avec quelle force notre environnement et des événements peuvent-ils nous changer, nous marquer, nous briser... A mon sens, notre nous profond, comme la vie, ne tient qu'à un fil. Nous sommes modelables, aisément altérables, presque programmables... À quoi se résume donc notre identité ? À rien. Mais, je m'accroche tout de même à des éléments presque invariables : Constance, 29 ans, militaire, Versailles, catholique. Que je répète en boucle comme dans un mantra, comme pour ne pas m'oublier, comme pour ne pas l'oublier. Simple, efficace, incisif. Cinq éléments flottant dans les airs mais solidement enracinés dans la chair.

À vrai dire (silence), je suis même le Commandant Constance de Villiers. Il est de coutume, en France, de ne pas amputer le grade, le titre honorifique qu'une personne porte lorsqu'on s'adresse à elle, la salue, ou la mentionne. À l'image des traditions nippones, il s'agit d'une marque de respect quasi-sacrée dans la militarité. On pardonne aux non-militaires mais s'offusque dans le cas inverse. Dans mon cas, je ne saurais vous dire si ça flatte seulement mon ego ou si cela m'est égal mais j'en ai véritablement bavé pour obtenir ces galons... j'imagine alors que c'est simplement un besoin de reconnaissance. Dans le jargon, on dit que je suis un officier navigant, mais retenez simplement que je suis pilote d'hélicoptère dans l'Armée de l'Air française. Je dois dire que j'en éprouve une certaine fierté. Encore quelque chose pour laquelle je me suis battue férocement malgré mon apparente fragilité. De manière plus banale, j'ai vingt-neuf ans, et je suis née un soir glacial d'un hiver rude selon ceux qui ont assisté à l'événement. Je suis originaire de Versailles et issue d'une famille bourgeoise. J'aime bien porter sur eux un œil critique et pragmatique, j'ai ainsi l'impression d'être différente d'eux (soupir) sans pour autant les mépriser car, après tout, nous partageons un même sang. J'ai toutefois rapidement compris la destinée et les aspirations des femmes de Villiers : un avenir au soleil auprès d'un gentilhomme fortuné qui saura satisfaire leur désir en perles nacrées, maison pavillonnaire et petite tribu d'enfants blonds aux yeux clairs. Alors, tout simplement, j'ai fuis. Je m'en étais fait la promesse à l'âge de seize ans. Je l'ai tenue. J'ai eu le courage de mes propres aspirations et j'ai eu la force de mes ambitions. Enfin, je suis catholique dans un monde où la religion n'a plus vraiment de sens sauf celle de la violence et de la haine. Je le suis d'ailleurs non pas par choix ou conviction mais par éducation. Je porte alors discrètement cette croix contre ma peau depuis ce jour où j'ai été baptisée.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Quels sont d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Objectivement, je suis la fille d’un militaire et la cadette d’une famille de trois enfants dont deux garçons mes ainés. Et, je dois avouer que cela forge le caractère. Egalement, peut-être par mimétisme, j’ai intégré un monde à dominante masculine. Les enseignements que j’en tire est que, à chaque fois, j’ai su trouver sinon me faire une place. Aujourd’hui, j’ai plusieurs hommes sous mon commandement, je suis un chef militaire avec des responsabilités importantes et décisives. Toutefois, je ne suis pas une machine de guerre, cela n’a jamais été ce que l’on a exigé de moi contrairement à ce que l’on pourrait penser. En revanche, je sais me montrer maligne, stratège, et calme dans les situations les plus périlleuses. C’est probablement l’un de mes plus grands atouts : mon calme. J’ai appris à analyser des situations rapidement et à donner les ordres opportuns sans jamais céder à la panique. Je fais preuve d’un sang-froid et d’une maitrise de moi assez hors norme. Rares sont les fois où je vais exploser ou craquer. Je dois avouer avoir une façon assez singulière, assez clinique, de disséquer les événements qui surgissent ou encore les crises qui tentent de me bouleverser. Je n’ai rien d’une figure autoritaire ou charismatique à outrance. Je suis, à vrai dire, tout l’inverse. Je suis quelqu’un de discret et de très observateur, c’est probablement ce qui fait ma force tout comme ma gentillesse parfois exacerbée ou encore ma bienveillance. Ce sont des qualités insoupçonnées mais qui ont su se révéler déterminantes. Certains me trouvent courageuse, d’autres trop délicate. On dit souvent que mon apparence, mon tempérament ne colle pas avec la voie que j’ai choisie, que je n’ai pas la gueule de l’emploi, c’est également l’une des raisons pour lesquelles je n’abandonnerai jamais. J’aime leur montrer que je ne dépends de personne, surtout pas d’eux, que je suis indépendante, que je n’ai besoin de personne. Parfois, je me fais docile, j’admets me plier aux désirs d'autrui non pas par altruisme ou générosité mais pour éviter d'avoir à me battre vainement. J’ai constaté qu’il est parfois plus facile d'abandonner que de s'accrocher car souvent s'accrocher blesse bien plus qu'abandonner…


La stratégie est le mot d'ordre de l'aventure Thrown Dice. Mais il arrive parfois que l'amour s'en mêle aussi, et s’immisce dans le jeu. Les sentiments auront-ils leur place dans ton aventure, ou feras-tu partie de ceux qui garderont en tête le jeu et s'interdiront toute parenthèse amoureuse ?
Tout dépend de la façon dont on décide de considérer le jeu : une mission ou un divertissement. De manière générale, je garde la tête froide et je suis hermétique aux sentiments étrangers à mon devoir. J’évite de trop m’attacher, de tisser des liens trop profonds, trop intenses, je déshumanise s’il le faut. Ma condition ne me permet pas de voir sur le long terme, de me projeter sur plusieurs années alors j’use de voies parallèles pour m’éviter des souffrances inutiles et encombrantes. Il y a longtemps que j’ai refusé de prendre part au jeu de l’amour. C’est la seule façon de survivre et de mener à bien ce qui est ordonné…  

Néanmoins, ce serait mentir si j’osais affirmer que l'amour n'a pas sa place que ce soit dans la réalité ou la fiction. L'amour, les relations, et même les rapports plus intimes ont toujours eu une importance capitale que ce soit aujourd'hui, hier ou demain. À vrai dire, cela fait tourner le monde... avec l'argent et la cupidité de l'homme j'en conviens. Mais il n'en reste pas moins que, depuis toujours, les hommes ont fait la guerre pour l'amour et au nom de l'amour. Un visage a même lancé mille navires… Pour autant, je ne prétends pas être Hélène de Troie, donc ma grande théorie s'arrêtera là. En tout cas, j’ai du mal à me positionner face à ces contradictions notoires. Je ne considère pas que cela soit totalement exclu mais je n'affirme pas que cela se produira inéluctablement. Beaucoup de choses gravitent autour de l'amour comme la confiance, la complicité, la compréhension... bref autant d'éléments qui ne sont pas aisément atteignables, qui ne sont pas aisément réalisables car les relations demandent et prennent du temps. Trop de temps.


Justement, quel genre de joueur penses-tu être ? L'aventure Thrown Dice en a vu défiler de toutes sortes, des grands tacticiens aux véritables fayots, en passant par les je-m'en-foutiste de première. As-tu l'âme d'un redoutable compétiteur, ou risques-tu d'être dévoré dès que tu auras mis un pied dans l'arène ?
Je n’ai jamais pratiqué un sport dans l’unique but d’exceller, d’être la meilleure ou de monter sur les podiums. Je n’ai jamais souhaité être regardée, enviée, acclamée. Je n’ai jamais rien ressenti de plus qu’une timide satisfaction personnelle face à la victoire. J’ai toujours préféré l’aspect spirituel, c’est-à-dire les bienfaits que cela m’apporte. J’ai longtemps fait de l’escalade pour l’adrénaline, la sensation de vide sous mes pieds et l’apaisement que cela me procurait. Et lorsque je m’en suis sentie capable, j’ai commencé à grimper, seule, des falaises sans rappel pour les mêmes raisons mais avec des sensations décuplées. J’ai atteint un stade de méditation et de quiétude supérieur tandis que le danger frétillait plusieurs mètres plus bas. Tout cela pour dire que je n’ai peut-être pas l’âme d’une compétitrice mais je suis quelqu’un de très déterminé pour atteindre ce que je définis être un objectif. Et parce que je ne souhaite pas gagner pour gagner, je ne vais pas écraser et user de moyens peu fair-play et malhonnêtes. Au-delà, les valeurs d’honnêteté et de loyauté me sont chères. De la même façon, j’ai un sens de l’honneur prononcé et, jamais, je ne me mêlerai aux bassesses humaines pour des raisons peu louables. Ce n’est pas pour autant que je demeure sans défense et me laisse malmener dans l’arène. Je suis une battante.


T'es-tu préparé psychologiquement au fait d'être enfermé pendant plusieurs semaines ? Et d'ailleurs, que sais-tu vraiment de Thrown Dice, as-tu suivi les précédentes saisons ou bien débarques-tu dans l'inconnu le plus total ?
En toute modestie, je pense sincèrement avoir déjà vécu pire qu’un simple et paisible enfermement dans une bulle ouatée que vous proposez. Psychologiquement, je crois être prête à beaucoup de choses désormais, je le sais, même plus que je ne soupçonne. Je crois que c’est l’expérience qui parle. Une expérience tellement enrichie et diverse que mon corps ne réagit plus de la même façon à présent face à l’inconnu. Mon esprit et mon corps connaissent déjà leur capacité à la résistance voire à la résilience. Depuis mon engagement dans l’armée, je ne perçois et n’appréhende plus le danger ou l’inconnu de la même façon. Je suis, quelque part, malgré moi, conditionnée à avoir une certaine réaction principalement fondée sur une mise à distance, une réflexion, puis une action. Une réaction qui, au final, se trouve délestée de toute panique ou angoisse. Je demeure toujours calme et concentrée malgré l’adrénaline qui cavale dans mes veines. Donc, au sein du jeu, je ne pense pas être assaillie par le manque de mes proches par exemple, je ne pense pas non plus suffoquer face à un paysage toujours identique ou la routine. Je saurais m’adapter, prendre sur moi s’il le faut. La seule chose qui serait éventuellement susceptible de me déranger, plus que de me déstabiliser d’ailleurs, est la présence continuelle de caméras. Finalement, peu importe que je débarque ou non dans l’inconnu le plus total étant donné que je saurais dominer cet inconnu.


La vie en communauté, ça te dit quelque chose ? Tu es plutôt quelqu'un de très sociable qui adore évoluer au sein d'un groupe, ou bien tout l'inverse, un véritable solitaire ? Penses-tu parvenir à t'entendre avec les autres candidats et supporter la cohabitation qui vous attend ?
J’ai dû apprendre à être les deux : sociable et solitaire et n’en souffrir d’aucun. J’occupe un poste où j’ai dû apprendre à être seule en groupe, à être le moteur d’une dynamique positive, à faire évoluer les membres du groupe, à remplir des objectifs sans jamais oublier que les responsabilités sont asymétriques, que j’étais le décideur. J’ai toujours été entourée mais constamment seule notamment dans la prise de décision finale. Je ne suis pas une amie, je ne suis pas une copine ou une sœur, je suis le chef. Je fais donc des va-et-vient réguliers entre ces deux points. Je dois trouver et maintenir un équilibre parfait entre ces deux pôles sans jamais les confondre ou franchir une frontière imaginaire.  Aujourd’hui, dans ma vie de tous les jours, cette situation est aussi vraie. J’imagine que l’on est marqué par ce genre de choses, de fonctionnement. Pour ce qui est de la vie en communauté, ce n’est qu’une question d’habitude et d’organisation mais aussi de bonne volonté de tout un chacun. Cela ne peut marcher que si tout le monde est sur le même longueur d’onde. Par ailleurs, j’ai conscience que les personnalités seront variées et très différentes, donc je composerai simplement avec sans me forcer à quoi que ce soit.


Autant te le dire tout de suite, nous sommes de vrais sadiques et tu auras parfois des choix difficiles à faire. Pourras-tu tout assumer dans le jeu ? Sauras-tu de ceux qui n'hésiteront pas à trahir leurs propres amis et à faire primer leur intérêt sur celui des autres ? Es-tu, concrètement, prêt(e) à tout pour gagner ce jeu ?
Je pense que vous ne mesurez pas le sadisme des instructeurs de l’armée, c’est un titre très convoité apparemment (rires). Quoiqu’il en soit, j’ai presque envie de vous renvoyer à ma réponse précédente sur la solitude du décideur. Donc, si le cas se présente, j’imagine que je fonctionnerai rationnellement de façon à prendre la décision la plus juste que, naturellement, j’assumerai. Comme toujours. Dans le cadre de ce jeu, une chose est sure : je ne me parjurerai pas, je resterai honnête et droite. Je ne me laisserai pas avoir par l’appât du gain et je ne cèderai pas non plus aux vices qui souillent l’âme humaine pour si peu. La trahison ne coule pas dans mes veines et de là où je viens, à une époque, on la payait de sa vie. Toutefois, je saurais aussi ne pas perdre de vue mes intérêts ou encore ma survie dans ce jeu car je ne suis qu’humaine également.

Finalement, quand je repense à toutes mes réponses, je constate que l’armée est plutôt une bonne école… Bref.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 11932

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.10 - [30/08 - 20H00]   Mer 30 Aoû - 20:30


informations


PRÉNOM : Abbi AGE : 24 ans NATIONALITÉ : Britannique (Galloise) HABITAT : Gili Trawangan Island PROFESSION : Monitrice de plongée ORIENTATION SEXUELLE : ??? STATUT SOCIAL : Célibataire OBJET PORTE-BONHEUR : Une pièce double face FILM PRÉFÉRÉ : Interstellar GENRE MUSICAL FAVORI : Tropical house IDOLE : Quelqu'un que tu connais pas ENDROIT PRÉFÉRÉ SUR TERRE : Le site de Silfra, en Islande DEVISE : Audaces fortuna adiuvat QUALITÉ MAJEURE : Ma complexité DÉFAUT MAJEUR : Ma complexité






rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de tout ce qu'on devrait savoir. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Je m’appelle Abbi, enfin plutôt Bibi, puisque je deviens systématiquement "Bibi" dès le premier verre alors déjà pour toi ça sera Bibi et non Abbi. Oui. Bibi. Les personnes que j’aime et qui me connaissent un peu plus que la norme rajoute l’adjectif possessif "mon" au surnom, me donnant cette impression bizarre d’être une sorte d’oreiller tout blanc qu’on câline peu importe quand l’envie nous prend. Du coup ça devient Mon bibi à chaque fois qu’on me cause et je trouve ça trop cute. Enfin bref je disais, ah oui je m’appelle Bibi et je suis galloise. Mais là encore, je dois expliquer certaines choses parcequ’à m’entendre beugler Hen Wlad Fy Nhadau on croirait direct que j’ai vu le jour dans les vallées, nourrie au sein d’une mère me chantant des berceuses en gallois, descendante en ligne directe de Saint David, le sang bouillant de la fièvre des patriotes. Mais non, en fait je suis née de l’autre côté de la digue d’Offa, une tranchée creusée au huitième siècle de notre ère pour protéger la future Angleterre des incursions des guerriers gallois, dont le tracé correspond presque exactement avec celui de la frontière entre les deux pays, treize cents ans plus tard. Je suis née à Acton, dans l’ouest de Londres, passant une grande partie de mon enfance dans le presbytère de l’église de St Mary Abbots, l’une des paroisses les plus chics de la capitale, à cent mètres de Kensington High Street, là où Mick Jagger y fit baptiser ses enfants et où j’ai le souvenir d’y avoir croisé la princesse de Galles à plusieurs reprises. A cette époque j’ignorais tout de mes racines, seulement guidée par la consonance d’un nom de famille, Taylor, qui sent bon le Pays de Galles. Au fond j’ai des origines plus complexes –mais en tous points typiques de l’extraordinaire capacité de ce pays à se métisser et à y puiser une part de son identité. L’attachement à un drapeau vaut tout autant, et pour moi, encore plus, lorsqu’il est le résultat d’un choix assumé jusqu’au bout. Comme quoi la voix du cœur peut parler plus haut, et plus juste, que celle du sang. Aujourd’hui je vis avec ma grande famille de plongeurs à Gili, une petite île quasi-internationale un peu perdue au milieu de l’océan près de Denpasar en Indonésie, où j'y poursuis ma formation de monitrice de plongée là-bas. Dans deux ans je serais surement dans un autre spot et ainsi de suite. Enfin c’est un peu ma vie à l’heure actuelle et je m’en plains pas car je fais exactement ce que j’aime faire : plonger et explorer le monde. J’ai eu mon master en finance et économie appliquée tout récemment aussi et … en fait tu sais, je suis pas tellement importante pour qu’on rentre d’avantage dans les micros détails de ma vie hein, ce que j’ai dit jusqu'à maintenant devrait suffire. Ouais je crois.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Quels sont d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
La vision de quelqu’un avec une certaine profondeur intellectuelle et émotionnelle. Qui parle avec liberté et passion du fin fond de son esprit tordu. Un mélange de beauté et de rage. Sapiosexuelle. Intellectuelle. Paradoxale. Heavy soul. Ultra-complexe. Artistique et … jolie, oui monsieur. Tout ça en une seule personne. Et t’inquiète pas je vais t’expliquer pourquoi j’ai choisi chacun de ces mots en détail, car tu vois je les ai pas placé là par hasard. Alors la première phrase j’y ai pensé en dernier, mais je l’ai mise en avant pour justifier ce qui allait venir après. Et pour te rassurer aussi que je suis une fille un peu cool. Liberté et passion parce-que c’est mes deux noyaux internes qui brillent constamment d’un léger éclat pimpant et font partie de ma mécanique alambiquée. Esprit tordu je passe. Mélange de beauté et de rage parce-que je suis belle mais pas seulement, j’ai aussi de la colère et de la tristesse enfouie en moi. Sapiosexuelle parce-que je suis sexuellement attirée par tout être doté d’un certain capital culturel, un savoir, de l’imagination ou de n’importe quelle autre présence spirituelle qui témoigne d’une certaine richesse intérieure. Intellectuelle pour que tu saches que tu parles tout de même à un cerveau et pas juste à des nichons. Paradoxale parce-que je suis pas normale, il y’a mille courants alternatifs dans ma tête, tous contradictoires et difficiles à maintenir en  équilibre. Heavy Soul parce-que je sais que je suis un immense univers, un océan infini, une personne avec une profondeur extrême adepte des conversations interminables sur la Vie et l’Existence au bord de la mer ou sur le toit d’un immeuble. Ultra-complexe parce-que je suis un spécimen à part qu’on arrivera peut-être jamais à élucider. Artistique parce-que je suis très créative. Et jolie parce-que même si ça saute aux yeux je tiens quand même à le préciser. Dans ton émission je trouve que ça sera un avantage plutôt conséquent, nan ?


La stratégie est le mot d'ordre de l'aventure Thrown Dice. Mais il arrive parfois que l'amour s'en mêle aussi, et s’immisce dans le jeu. Les sentiments auront-ils leur place dans ton aventure, ou feras-tu partie de ceux qui garderont en tête le jeu et s'interdiront toute parenthèse amoureuse ?
La chose la plus sacrée, ou plutôt je dirais à laquelle j’attache énormément d’importance est l’amour. Ça sonne vraiment cliché mais, Eros, le dieu de l’amour, c’est mon beau dieu à moi. J’ai toujours été sa disciple, son esclave et je le vénère car je place l’érotisme et le désir amoureux au dessus de tout. J’ai en moi un gros paquet de sentiments, de feels, de belles choses et je le sais, je le sens ! J’ai tellement à donner en amour que j’ai peur de me vider. Je suis très émotionnelle, j’aime aimer et être aimée en retour. J’aime aimer à l’extrême, c’est comme ça chez moi. J'exploite le processus à son maximum. Je poétise, je rêve, je fantasme et l'idéal serait que tu passes à autre chose car si je termine le fond de mes pensées, ça va te faire peur. Très peur.


Justement, quel genre de joueur penses-tu être ? L'aventure Thrown Dice en a vu défiler de toutes sortes, des grands tacticiens aux véritables fayots, en passant par les je-m'en-foutiste de première. As-tu l'âme d'un redoutable compétiteur, ou risques-tu d'être dévoré dès que tu auras mis un pied dans l'arène ?
Joueuse, amoureuse, audacieuse. Sur le plan militaire, je suis un bon soldat. Pas le plus fort, ni le plus faible non plus.  Celui au beau milieu qui survit plus que les autres. Je suis surtout un personnage de soutien, la coéquipière dont nous avons tous rêvé d’avoir dans un camp qui peaufine les plans au lieu de les élaborer. La pierre angulaire qui ne s’érode pas. Je suis le compagnon qu’on aime aimer, la star anti-star, la femme qui joue vrai et pour ça je pense avoir les qualités pour être une assez bonne compétitrice, oui.


T'es-tu préparé psychologiquement au fait d'être enfermé pendant plusieurs semaines ? Et d'ailleurs, que sais-tu vraiment de Thrown Dice, as-tu suivi les précédentes saisons ou bien débarques-tu dans l'inconnu le plus total ?
Cela fait maintenant cinq années que je suis le programme en mode fanatique des personnages qui foulent le château de William. J’ai toujours voulu participer et voir ce que ça faisait de l’intérieur, mais avec des déplacements quasi-constants comme les miens l’idée ne se posait presque jamais. Cette année, avec cette dixième édition, c’est une autre histoire.


La vie en communauté, ça te dit quelque chose ? Tu es plutôt quelqu'un de très sociable qui adore évoluer au sein d'un groupe, ou bien tout l'inverse, un véritable solitaire ? Penses-tu parvenir à t'entendre avec les autres candidats et supporter la cohabitation qui vous attend ?
J’ai été conditionnée pour vivre cette aventure. On me dit timide (j’ai moi-même employé ce mot plusieurs fois pour me décrire), mais le terme est inexact, ou réducteur. Je crois plutôt en l’inverse. Une personne comme moi, si modeste, si généreuse est tout simplement ce dont Thrown Dice a besoin. Ou plutôt mérite.  Je sais pas combien de personnes tu comptes entasser dans ta demeure mais je peux gérer facilement quelque soit le nombre ou les spécimens, car j’ai toujours eu cette incroyable faculté à nouer des liens partout où je vais. Je suis très tolérante, très sociable et facile à vivre. Je m’adapte à tous les changements météorologiques, j’ai côtoyé plusieurs cultures, j’ai vécu dans des conditions extrêmes de conforts comme d’inconforts. Former des petits groupes, les maintenir en vie et tout le travail d’entretien qui va avec, je sais faire. Pas besoin de lire un manuel d’emploi, j’ai tout reçu dans mon code génétique, tu verras.  


Autant te le dire tout de suite, nous sommes de vrais sadiques et tu auras parfois des choix difficiles à faire. Pourras-tu tout assumer dans le jeu ? Sauras-tu de ceux qui n'hésiteront pas à trahir leurs propres amis et à faire primer leur intérêt sur celui des autres ? Es-tu, concrètement, prêt(e) à tout pour gagner ce jeu ?
T’as pris quelques chose de pas bien, je crois. L’antijeu, connait pas, la trahison non plus. C’est qu’un jeu on va pas commencer à se poignarder dans le dos pour une histoire de cagnottes, de secrets ou de nominations quand même …



informations


PRÉNOM : Eyal. AGE : Trente-et-un ans. NATIONALITÉ : Hispano-tunisien. HABITAT : Madrid, Espagne. PROFESSION : Danseur en pleine traversée du désert, reconverti en strip-teaseur du dimanche pour remplir son frigo. ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel, très en vogue chez les demoiselles d'honneur pendant les enterrements de vie de jeune fille. STATUT SOCIAL : Célibataire, trop indépendant pour qu'il en soit un jour autrement. OBJET PORTE-BONHEUR : Une flasque vieille de près d'un siècle ayant appartenu à son grand-père paternel. FILM PRÉFÉRÉ : Mar adentro. GENRE MUSICAL FAVORI : Tout ce qui a trait à la mixitude, au métissage des cultures. Mais tout ce qui sait généralement faire naître en lui l'envie de danser s'apparente en soi à de la bonne musique. IDOLE : Fred Astaire. ENDROIT PRÉFÉRÉ SUR TERRE : La scène, la vraie. DEVISE : Do. Or do not. There is no try. QUALITÉ MAJEURE : Ambitieux. DÉFAUT MAJEUR : Individualiste.






rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de tout ce qu'on devrait savoir. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Je m'appelle Eyal, j'ai trente-et-un ans et je dirais que je n'ai pas encore accompli le quart de tout ce que j'aspire à entreprendre avant de terminer six pieds sous terre. Une chance que ce ne soit pas prévu pour tout de suite. Car j'ai toujours vu très grand, comme j'ai toujours voulu arriver très loin. Un mal qui vous contamine fatalement quand vos propres parents cultivent leur ambition et leur soif d'élévation sociale juste sous votre nez. Leur rencontre à elle-seule a tout de suite donné le ton, puisque c'est dans un hôtel de haut standing de Tunis qu'ils se sont connus. Mon père, issu de la classe moyenne tunisienne, y était concierge. Ma mère, jeune espagnole venue nourrir des rêves d'exotisme, gouvernante d'étage. Ensemble, ils ont rapidement aspiré à mener la grande vie à leur tour, sans doute aguichés par le luxe qui les a longtemps entouré. C'était toutefois sans compter sur l'arrivée d'une ombre dans un coin du tableau. D'un grain de sel dans le rouage. Ou de deux, plutôt. Car ma sœur et moi avons pointé le bout de notre nez au moment où nos parents projetaient probablement de braquer la plus grosse banque du Maghreb ou de jouer l'équivalent de leur maison au poker. Dounia, c'est son nom, est mon double autant qu'elle est mon opposé. Ma jumelle, mais mon yin. Ma semblable, mais mon antithèse. Et quelqu'un que vous ne verrez jamais se vendre dans l'espoir d'obtenir de vous un passe-droit vers la reconnaissance. Je l'ai compris en grandissant à ses cotés dans un modeste quartier de Madrid, après que nos parents aient vu dans ce changement d'horizon une chance de repartir de zéro. Ma mère s'y est pourtant faite une raison, devenant une mère au foyer docile, prête à enfouir ses rêves de réussite au plus profond d'elle-même. Mon père, lui, est devenu l'un de ces auto-entrepreneurs persuadés d'avoir un peu de génie en eux, et assez d'idées révolutionnaires pour changer la face du monde. Il a lancé plusieurs affaires, en a regardé couler beaucoup. Mais il y a cru, tout au long du chemin et c'est sûrement ce qui fait que je retiens moins ses échecs que sa persévérance. Une persévérance dont j'ai hérité et qui a fait son malheur autant que sa fierté. Parce que quand vous priez de toutes vos forces pour voir votre fils emprunter une voie royale à mi-chemin entre la médecine et le droit, vous tombez généralement de haut quand il se met à vous parler de son envie de devenir danseur. J'avais douze ans et déjà il savait que je ne changerais plus d'avis. Alors je crois qu'il s'est résigné, avec le temps, s'infligeant mes cours de danse comme il se serait infligé les revisionnages de Billy Elliot. Mais pas de pointes dans mon cas, juste un corps façonné pour livrer le meilleur de lui-même, entre maîtrise et indocilité. Un travail acharné, fourni à l'ombre des grandes écoles où se bouscule l'élite purement occidentale, et dans lesquelles le produit de deux cultures, de deux ambitions transformées en feux de paille, n'aurait pas eu sa place. Un travail que j'ai donc souvent accompli dans la solitude de la petite salle de danse de notre quartier, où l'on rêvait petit pour un jour viser grand. Le reste, je l'ai appris en prenant du galon, et en mettant un pied, puis le second, dans le milieu du spectacle. Quelques années à saisir des opportunités, à bouger là où les promesses étaient les plus nombreuses, les plus optimistes, jusqu'à flirter avec le succès. Mais parce qu'il pousse autant de nouveaux talents que de fleurs dans le Real Jardín Botánico, on finit par vous trouver moins bon qu'un autre, puis plus assez bon du tout. Alors on vous sollicite moins, on ne pense plus à vous pour des spectacles qui autrefois auraient été comme une prolongation de vous-même. On vous zappe, peu à peu, comme si vous aviez fait votre temps. Comme si à trente ans, vous étiez déjà passé de mode. Alors si je danse toujours bel et bien, c'est aujourd'hui dans un décor un peu moins traditionnel que j'officie. Sous les projecteurs, mais loin des salles de renom qui m'ont vu débuter. Vous me trouverez plutôt du coté de quelques clubs bien connus de la vie nocturne madrilène. Le genre d'endroits où on ne s'encombre ni de pudeur ni de fierté, et où les danseurs nés et les apprentis gigoteurs sont logés à la même enseigne. J'y suis strip-teaseur depuis quelques mois, et ça paie les factures autant que ça vous empêche de ressasser vos échecs en attendant des lendemains meilleurs. C'est pas le tremplin rêvé, c'est pas franchement artistique non plus, mais ça met un peu de beurre dans les épinards entre deux auditions ratées. Et même si mon père s'étranglerait sans doute en me voyant troquer mes joggings contre des pantalons détachables, je vous assure qu'il y a pire boulot sur terre que de se faire tripoter par des hordes de jolies filles fascinées par le fantasme que vous représentez. Si je fais dans le nu intégral ? Je propose que vous veniez vérifier par vous-même, à l'occasion.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Quels sont d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
J'ai passé tant d'heures face à un miroir, à traquer mes imperfections, à scruter mes failles pour en faire des atouts, que j'ai probablement aujourd'hui une plus haute estime de moi-même et des efforts que j'ai toujours été prêt à accomplir que les autres n'en auront jamais. Certains appellent ça l'égocentrisme, et je n'irais pas dire que je ne me plais pas à penser qu'une place m'attend depuis le tout premier jour, et que celle-ci est au centre d'une vaste scène plutôt que dans l'ombre des autres. Parce que j'ai toujours su ce que je voulais, où je voulais atterrir, et plus encore ce que j'étais prêt à faire pour m'en donner les moyens. Et ça, c'est un type qui n'hésite pas à se déshabiller tous les soirs pour survivre à son rêve plutôt que de s'avouer définitivement vaincu qui vous le dit. Je pense que je sais mieux que quiconque ce qu'est le goût de l'effort et que si ça ne suffit déjà pas toujours à monter aussi haut qu'on le voudrait et à vivre de ce qui nous anime, on n'obtient alors définitivement rien sans rien. J'ai de l'ambition, j'ai appris à avoir conscience de mes points forts plus encore que de mes faiblesses, et assez de détermination en moi pour soulever des montagnes même avec rien d'autres que trois nouilles dans le ventre. Je me suis battu pour faire accepter qui j'étais, et ce que je voulais, alors je saurai m'imposer même aux yeux des plus récalcitrants, avec toute la patience que ça pourra nécessiter – parce que je ne suis pas de ceux qu'on prend tout de suite au sérieux ou qu'on considère dès le premier regard. En ça, et parce que je n'ai jamais renoncé à ce que je voulais peu importe qu'on ne m'ait pas toujours facilité la tâche, je dirais que j'ai suffisamment d'atouts dans ma manche pour faire la différence et donner à ce jeu toute sa dimension. Je lève ainsi toute ambiguïté sur la raison de ma présence ici : je n'espère pas intégrer cette aventure pour faire de la figuration ou m'écraser dans un coin, mais bien pour marquer les esprits et faire qu'on ne m'oubliera pas de si tôt. Mais parce que j'ai appris à ne pas douter de moi-même qu'importe les claques et les revers qui auraient peut être du m'arrêter, je dirais que c'est autant un atout qu'une faiblesse. Parce que par les temps qui courent, il y aura toujours quelqu'un pour vous reprocher d'avoir confiance en vous.


La stratégie est le mot d'ordre de l'aventure Thrown Dice. Mais il arrive parfois que l'amour s'en mêle aussi, et s’immisce dans le jeu. Les sentiments auront-ils leur place dans ton aventure, ou feras-tu partie de ceux qui garderont en tête le jeu et s'interdiront toute parenthèse amoureuse ?
Je crois qu'il y a une place pour chaque chose, et que l'amour n'a définitivement rien à faire dans un jeu comme celui-ci. C'est aussi vrai que je n'ai pas le profil du sentimental né qui s'amourache, déchante un beau matin puis se relève jusqu'à se prendre un autre mur, un peu plus loin. J'ai connu des filles, mais je n'ai jamais cherché à faire compliqué quand je pouvais faire simple. Et aujourd'hui, mon rapport le plus étroit avec l'amour se résume à voir des nanas en passe de se marier, savourer leur dernière soirée de liberté dans des endroits tous saufs imprégnés de romantisme. Alors j'aime autant que chacun garde sa place, la mienne me satisfait amplement. Ce sera pareil dans l'aventure, alors que certains poursuivront peut être l'élu de leur cœur avec un arc et des flèches, dans un décor aussi factice que leur impression d'avoir trouvé leur moitié. Je sais ce qui m'amène et ce n'est rien d'autre que l'ambition de mener la danse, loin de ces bons sentiments qui affaiblissent n'importe quel homme. Si une femme a pu séparer les Beatles, c'est bien que l'amour est l'ennemi de la sagesse.


Justement, quel genre de joueur penses-tu être ? L'aventure Thrown Dice en a vu défiler de toutes sortes, des grands tacticiens aux véritables fayots, en passant par les je-m'en-foutiste de première. As-tu l'âme d'un redoutable compétiteur, ou risques-tu d'être dévoré dès que tu auras mis un pied dans l'arène ?
Je crois l'avoir déjà clamé, si ce n'est prouvé, en attestant que je ne manquais ni d'ambition ni de persévérance. Je suis un joueur déterminé, un compétiteur qui a soif de conquête. Je vois toujours ce qu'il y a de plus loin, de plus haut à atteindre. Je ne fais pas dans la facilité, et je préfère dépenser plus d'énergie à atteindre un plus grand but que me contenter d'une petite victoire. Je n'ai toujours eu qu'un seul rêve et sans l'avoir entièrement atteint aujourd'hui, je ne l'ai pour autant jamais perdu de vue. Mieux que ça, je compte sur cette émission pour être le tremplin dont on semble avoir besoin aujourd'hui pour tirer son épingle du jeu et sortir du carton où l'on nous range sans l'ombre d'un scrupule quand vous semblez avoir fait votre temps. J'ai peut être besoin de vous, mais vous avez définitivement besoin de moi. Parce que vous l'avez dit vous-même, certains se pointent devant vous sans autre envie que celle de gober des mouches pendant deux mois. Moi, je vous propose de jouer le jeu, et de le jouer bien.


T'es-tu préparé psychologiquement au fait d'être enfermé pendant plusieurs semaines ? Et d'ailleurs, que sais-tu vraiment de Thrown Dice, as-tu suivi les précédentes saisons ou bien débarques-tu dans l'inconnu le plus total ?
L'enfermement, je ne l'ai toujours expérimenté qu'entre les murs glacés d'une salle de danse, où je restais parfois enfermé des heures durant sans plus m'autoriser à voir la lumière du jour. Jamais dans un château assez grand pour abriter vingt fois mon appartement. Alors préparé, je ne le suis que dans la mesure où je ne crains pas de bousculer mes repères et mes habitudes. Mieux que rien, pas vrai ? Quant à votre émission, elle a ses équivalents en Espagne, et j'ai deux neveux et nièces qui s'y intéressent suffisamment pour en connaître les plus gros rouages, disons.


La vie en communauté, ça te dit quelque chose ? Tu es plutôt quelqu'un de très sociable qui adore évoluer au sein d'un groupe, ou bien tout l'inverse, un véritable solitaire ? Penses-tu parvenir à t'entendre avec les autres candidats et supporter la cohabitation qui vous attend ?
J'ai des colocataires avec qui on ne s'est pas encore entre-tués, et des collègues avec qui la proximité fait partie du job. Je sais donc partager mon espace vital quelle que soit mon humeur et la journée que je viens de passer, ce qui place ma zone de tolérance dans la moyenne, en tout cas la plupart du temps. Je n'en reste cependant pas moins un solitaire dans l'âme, qui a appris le plus gros de ce qu'il sait enfermé dans un isolement salvateur, ainsi vous me verrez toujours choisir le calme d'un moment passé en tête-à-tête avec ses propres pensées, à une discussion si elle peut être évitée. Je sais tolérer, m'intéresser à autrui, mais ça ne vient peut être pas aussi naturellement, aussi facilement, que pour d'autres. A une époque, je pensais que l'on pouvait éternellement se passer des autres, ne compter que sur soi-même et tracer sa route sans jamais marquer aucune existence de son empreinte, mais les revers de ces derniers mois m'ont fait relativiser. Si je ne cherche toujours pas à sympathiser outre mesure, j'ai plus que jamais conscience qu'une alliance, si elle est bien construite, peut rapporter autant – si ce n'est plus – qu'une authentique amitié.


Autant te le dire tout de suite, nous sommes de vrais sadiques et tu auras parfois des choix difficiles à faire. Pourras-tu tout assumer dans le jeu ? Sauras-tu de ceux qui n'hésiteront pas à trahir leurs propres amis et à faire primer leur intérêt sur celui des autres ? Es-tu, concrètement, prêt(e) à tout pour gagner ce jeu ?
Je n'ai jamais hésité à prendre les décisions qui devaient servir mes intérêts, et je n'aurai pas plus de scrupule une fois dans l'aventure. J'ai dit que je venais avec l'intention de jouer, de montrer ce que je vaux, et ça me sera très difficile si je m'encombre d'empathie envers ceux que je devrai affronter sur toutes sortes de terrains. Je suis prêt à tout, bien conscient de l'enjeu, et je ne crains surtout pas de décevoir. Je ne crois pas que ça fasse de moi un salaud sans foi ni loi, juste un compétiteur qui sait qu'on ne fait pas d'omelette sans casser d’œufs.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 11932

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.10 - [30/08 - 20H00]   Mer 30 Aoû - 20:35


Cette saison, la production a souhaité renouveler le système d'équipes, trop traditionnel à ses yeux. Si nos candidats se verront bien répartis en quatre groupes, la grande nouveauté de la saison veut que chaque groupe soit lié à une aspiration bien spécifique. Quelles sont ces aspirations, et quelle sera leur utilité dans l'aventure ? Vous l'ignoriez sans doute en passant les castings, mais vos réponses au questionnaire à choix multiple en début de fiche ont déterminé l'aspiration qui allait être la votre. En effet un barème a été établi, et en fonction des réponses plébiscitées par nos postulants, ceux-ci se sont vus orientés vers une aspiration.

» les aspirations

Les candidats ont ainsi été répartis en quatre aspirations. Tout d'abord l'ASPIRATION COMPÉTITION, pour celles et ceux qui auront pour objectif cette saison de faire triompher la chasse aux secrets, l'investigation et la stratégie au sein du jeu. Thrown Dice reste un jeu de stratégie où conserver son secret sera une priorité pour tous, mais les membres de cette équipe voudront tout particulièrement percer leurs camarades à jour, venir à bout des énigmes proposées par votre Maître et prouver qu'ils sont de redoutables compétiteurs. Leur vocation première : être de grands joueurs, reconnus comme tels cette saison. L'ASPIRATION SUCCÈS concernera quant à elle les candidats qui feront tout leur possible pour mener une aventure irréprochable, tout réussir au cours de celle-ci et gonfler leur cagnotte au maximum. L'argent attire bien souvent la convoitise de nos candidats, et le fait de se retrouver en possession d'une importante cagnotte peut s'avérer être un sacré avantage dans un jeu comme celui-ci. De plus, tout candidat rêve d'un parcours sans faute jalonné de succès, et c'est bien ce que les membres de cette équipe viseront avant tout. L'ASPIRATION AMOUR réunit les candidats au cœur tendre, les grands romantiques qui s'assument comme ceux qui s'ignorent. Il est bien connu que l'enfermement favorise la naissance de lieux amoureux, et qui sait, placer son aventure sous le signe de l'amour pourrait être un moyen comme un autre d'aller loin. Qu'ils soient de grands rêveurs sentimentaux et se laissent prendre au jeu dangereux de l'amour, ou de vrais bourreaux des cœurs séducteurs dans l'âme prêts à user de leurs charmes, ils auront plus d'une carte à jouer dans l'aventure. Enfin, les candidats qui projettent de devenir l'ami de tous, de faire l'unanimité ou de taper dans l’œil des téléspectateurs sont associés à l'ASPIRATION POPULARITÉ. La popularité peut très vite devenir une obsession pour certains dans une aventure comme celle-ci, où ils feront en sorte d'être appréciés de tous et surtout du public. Attirer l'attention sur eux, survivre aux nominations, faire partie des candidats les plus populaires du château et enfin atteindre le sommet... Voici quelques unes des préoccupations qu'ils devraient avoir en tête pour les prochaines semaines. Ces candidats devraient beaucoup miser sur leurs liens et leurs affinités pour aller loin, et ils ne devraient pas non plus rester étrangers aux réseaux sociaux cette saison. Alors, seront-ils prêts à tout pour faire régner leur aspiration sur toutes les autres ?

» l'objectif

La production pose cette saison la problématique suivante : quelle aspiration mènera nos candidats le plus loin dans l'aventure, et que faut-il vraiment garder en tête pour triompher sur les autres : la compétition, le succès, l'amour ou la popularité ? Nous le découvrirons au fil des semaines. Une aspiration peut représenter un idéal à atteindre ou à faire triompher. Quand bien même nos candidats ne se sentiraient pas forcément concernés par l'aspiration qui est la leur, ils seront de toute façon amenés durant l'aventure à agir pour celle-ci, que ce soit dans l'intérêt commun de leur équipe ou pour leur intérêt personnel.

» à la tête des équipes

Et à la tête de ces équipes un peu particulières, nous retrouvons quatre membres de la production qui auront autant à cœur de voir gagner leurs candidats que l'aspiration portée par l'équipe. @Vera Clark dirigera l'équipe ASPIRATION COMPÉTITION, @Reese Allister celle de l'ASPIRATION SUCCÈS, @Jenna Gibson se donnera à fond pour son équipe ASPIRATION AMOUR et @Britta Svendsen n'aura qu'une idée en tête, que l'ASPIRATION POPULARITÉ l'emporte sur toutes les autres.

nb. Il est important de prendre en compte que ces aspirations ne caractérisent pas forcément un candidat et le but qu'il s'est fixé dans le jeu. Il est possible qu'un candidat ait pu se retrouver affublé de l'aspiration amour alors qu'il avait fermement fait savoir qu'il ne s'accorderait aucune parenthèse amoureuse dans l'aventure, par exemple. C'est la combinaison des réponses données au questionnaire qui a déterminé l'aspiration de chacun, chaque réponse proposée étant associée à une aspiration.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 881
AVATAR : JAKE GYLLENHAAL
ÂGE : 34
LOCALISATION : NEW-YORK, STATE OF NEW-YORK, USA.
MÉTIER : PROFESSIONAL REAPER.
ÉTAT D'ESPRIT : HERE WE GO AGAIN.

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.10 - [30/08 - 20H00]   Mer 30 Aoû - 20:41


Samson règle ses comptes

Qui aurait pensé que je signerais pour une deuxième saison après l'enfer que j'ai vécu à regarder vos prédécesseurs vivre sur la propriété de William pendant trois mois ? Certainement pas moi, mais que voulez-vous, l'appât du gain a été le plus fort. Ça et le fait que ça me donne une bonne excuse d'être loin de mon hystérique de femme et de ma fille qui se réveille encore au milieu de la nuit et veut jouer aux Barbies avec son daddy à trois heures du matin.

Cette saison encore je me chargerai de deux rubriques. La première d'ente elles est : Samson règle ses comptes. Cette chronique a connu un franc succès auprès du public l'an dernier, un peu moins auprès des candidats dont j'ai dressé un portrait peu glorieux, mais que voulez-vous ? Je n'ai pas pour habitude de plaire à tout le monde et vos petits égos sont la moindre de mes préoccupations. Aussi, chaque semaine je règlerai mes comptes avec trois ou quatre d'entre vous. La formule ne sera pas différente de celle utilisée pendant la saison 8. Pourquoi changer une équipe qui gagne hein ?

En attendant de vous présenter ma deuxième rubrique, je vous laisse vous faire dessus. Pour ceux qui ont réussi à intégrer le château... félicitations ? Pour ceux qui se font recaler, dites-vous qu'au moins vous avez échappé à une humiliation certaine. Je ne vous embrasse pas.

_________________
Les scrupules ? Connais pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 484
AVATAR : gwyneth paltrow

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.10 - [30/08 - 20H00]   Mer 30 Aoû - 20:46



Des candidats, j'en ai vu passer, des dizaines et des dizaines depuis que je travaille sur cette émission, et c'est sans compter tous ceux qui n'ont pas été sélectionné. Tous, sans exception ou presque, a menti. A d'autres candidats, à la production, à moi. Mais c'était à prévoir, c'était même évident pour nous que ça allait arriver tôt ou tard, et c'est normal, c'est le jeu. Ce qui m'embête en revanche, c'est quand le candidat commence à se mentir à lui-même, et ça ce n'est pas bien. Nous, de l'extérieur, qui les connaissons bien et avons tout le loisir de les observer, finissons parfois par mieux les connaître qu'eux-même, et je suis convaincue que nous pourrions agir dans leur intérêt bien mieux qu'ils ne le font. C'est pourquoi j'ai décidé cette année de sortir de mon cher bureau et de donner un coup de pouce aux participants. Chaque semaine, je mettrai en lumière un candidat ou une scène dont j'ai pu être témoin derrière mon écran, et offrirai gracieusement mes plus précieux conseils bienveillants. Voyez-vous, je m'attache à tous ces petits individus, même les plus odieux qui se présentent devant moi, je je leur souhaite vraiment de réussir ce qu'ils souhaitent entreprendre. On a tous parfois besoin d'une petite voix qui nous guide, alors une fois par semaine, à chaque prime, je serai cette petite voix, et vous emmènerai vers vos rêves les plus fous !



_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 11932

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.10 - [30/08 - 20H00]   Mer 30 Aoû - 20:52


informations


PRÉNOM : achille. AGE : dix-neuf ans. NATIONALITÉ : anglaise. HABITAT : londres, angleterre. PROFESSION : futur étudiant. ORIENTATION SEXUELLE : demi-sexuel. STATUT SOCIAL : célibataire. OBJET PORTE-BONHEUR : un collier avec une corde toute fine et une petite bague en guise de pendentif, toujours sur lui. FILM PRÉFÉRÉ : dunkerque, l'amour aux premières secondes. GENRE MUSICAL FAVORI : pas de genre particulier, il écoute de tout, il a un léger penchant pour le rap américain et la pop. IDOLE : électron libre, il n'a pas vraiment décidé de s'accrocher à qui que ce soit comme ça, mais il peut crier sur tous les toits qu'il aime William s'il faut. ENDROIT PRÉFÉRÉ SUR TERRE : les salles de cinéma font son plus grand bonheur. DEVISE : il suffit de vivre ta vie sans aucun soucis, philosophie. QUALITÉ MAJEURE : adorable. DÉFAUT MAJEUR : naïf.





rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de tout ce qu'on devrait savoir. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Uhm, hey, je m'appelle Achille, c'est pas un surnom, c'est mon vrai prénom et oui, ouais, ma mère avait pas trop trop réfléchit aux conséquences sur la vie futur et tout ça mais bon, même si le collège et le lycée ont été assez éprouvants, je dois dire que maintenant ça va, je me dis que c'est classe. Achille, c'est comme dans la mythologie, il me manque plus que mon Patrocle, ça serait tellement drôle. Enfin je dis pas ça dans le sens où... où on a entendu qu'ils étaient assez proches, je veux dire, je suis pas comme ça moi. Enfin non, je veux dire, je ne suis pas proche avec les gens, c'est ça  que je veux dire, je veux pas pointer du doigt quoi que ce soit, c'est vraiment, vraiment- c'était quoi la question? Ah oui, donc uhm, j'ai dix-neuf ans. Tout rond, tout récent, depuis juin, en fait, et je suis censé continuer des études et tout ça mais je ne sais pas vraiment quoi faire, je suis un peu perdu, j'aime bien les sciences mais j'adore la littérature aussi et l'archéologie mais je sais même pas quelles études il faudrait faire pour faire archéologue en fait? Je sais pas si vous savez, vous? Enfin c'est pour mon avenir, je prends des notes? J'ai pas le droit d'avoir un calepin pendant l'interview? Non-? ... Ah oui, parler de moi. Euh, je parle beaucoup. Alors je perds facilement le fil. En fait je suis pas très concentré, je sais pas d'où ça vient exactement, et du coup je rate souvent des détails assez importants. J'adore vos chaussures, c'est un peu old school, non? Je suis sûr d'en avoir vu dans un magasin vintage il n'y a pas si longtemps encore. C'est trop cool ! Hummm, sinon, bah, je suis accro aux jus de fruits, je sais pas trop d'où ça me vient mais c'est génial, obsession depuis l'enfance, j'ai une phobie des araignées, j'adore les vestes en faux cuir. Ah oui parce que je suis végétarien. Vegan depuis peu, en fait. Du coup je commence à switcher toute mon alimentation, je fais ça parce que j'ADORE les animaux, j'adore les chiens surtout, je sais qu'on mange pas souvent de chien, sauf en Chine, mais quand même. Enfin non, je veux pas dire en Chine, parce que c'était pas, enfin, c'est un peu péjoratif, je veux dire, il y a bien certains études qui- qui- on va changer de question?


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Quels sont d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
En toute objectivité? Comment est ce qu'on peut être objectif sur soi-même? Enfin moi je sais que j'ai du mal, je ne serais même pas comment me décrire dans la vie de tous les jours? Mais je peux dire qu'on m'a déjà dit que j'étais comme un petit chien, je sais pas si c'est une superbe comparaison ou pas, mais j'ai trouvé ça drôle la première fois. Parce que oui, on me l'a déjà dit plusieurs fois. C'est juste que j'ai du mal à tenir en place et quand je vois quelqu'un de plus âgé que moi, je sais pas, j'ai un déclic, j'adore les suivre et parler pendant des heures, je crois que j'essaie de les impressionner en fait... Vous m'imaginez dans une pièce avec William? Enfin bon, même après quand ils sont plus là, je me sens un peu triste mais je suis toujours super content de les revoir ! Et sinon ma chanson préféré c'est escape... the pina colada song... Je sais pas pourquoi je vous dis ça, je me suis perdu, uh, je sais pas quoi dire de plus en fait ? Ah oui mes atouts, et bien. Je sais pas, je pense que les gens vont bien m'aimer... enfin... j'espère... il paraît que je suis un peu fatiguant un peu. Bref. Je pense quand même avoir un certain sens de l'observation quand je me décide à rester concentré, c'est assez rare, je dois dire. Et ma faiblesse? Je suis un peu naïf. J'ai entendu ça l'autre jour... Oh et j'ai du mal à garder des secrets !! Quoi? Oui, oui j'ai compris le principe de l'émission... Mais j'arriverais à garder le mien, c'est promis ! Je ne veux pas me faire taper sur les doigts si jamais je ne le garde pas, oh pitié ne me mettez pas dehors maintenant, j'avais tellement de belles choses à raconter sur ma vie. Je peux me mettre à pleurer si vous me mettez dehors, vous savez? Genre chouiner super fort comme les bébés... Non, non, je vous menace pas mais vous savez... Breeeef.


La stratégie est le mot d'ordre de l'aventure Thrown Dice. Mais il arrive parfois que l'amour s'en mêle aussi, et s’immisce dans le jeu. Les sentiments auront-ils leur place dans ton aventure, ou feras-tu partie de ceux qui garderont en tête le jeu et s'interdiront toute parenthèse amoureuse ?
Une quoi. Une parenthèse amoureuse. Je... Je sais pas, je viens pas là pour chercher l'amour, si ? Non c'est pas ça l'émission, j'ai entendu parler des autres saisons mais j'ai jamais regardé alors je ne sais pas trop si c'est ce qu'ils font tous dedans ou pas. Mais non, ce n'est pas dans mes priorités, je suis là pour le jeu, ça m'a l'air fun, je sais que je suis pas le plus grand des détectives mais je vais espérer me rattraper et en devenir un, mon but c'est de découvrir au moins un secret ! Qui n'est pas le mien évidemment, sinon ça serait pas... le but du jeu... je suppose. Enfin, passons. Je sais pas si j'ai vraiment répondu à la question ou pas du coup? Les sentiments c'est juste amoureux ou c'est général? Parce que j'adore les gens. J'adore tout le monde, du plus grognon au plus bisounours, moi j'aime tout le monde. Vraiment. Même s'ils mangent de la viande. Je sais que c'est compliqué alors je vais pas juger les gens là-dessus mais vraiment, j'aime tout le monde. Oui? Oui je m'attache facilement, ça aussi c'est un défaut il paraît. Mais je pense pas qu'on puisse vraiment se trahir dans ce jeu, non? Enfin je veux dire, ça serait vraiment pas sympa sachant qu'on vit tous ensemble pendant des jours et des jours, on devrait tous bien s'entendre, ça va être mon but premier ça ! Et je lancerais des grosses fêtes pour que tout le monde vienne et que personne ne reste dans son coin. Moi j'adore les gens ténébreux et tout ça parce qu'ils restent dans leurs coins un peu comme ça... et genre... ils ont l'air mystérieux tout le temps. Genre torturés. Pendant que moi à côté je parle, parle, parle, parle, je fais des convos pour deux, voir pour trois parfois, ah quand je commence on ne m'arrête plus ! Mon entourage avait l'habitude de me laisser parler ou de me donner un jus de fruit parce que c'était la seule chose qui me permettait de ne pas trop parler pendant quelques minutes.


Justement, quel genre de joueur penses-tu être ? L'aventure Thrown Dice en a vu défiler de toutes sortes, des grands tacticiens aux véritables fayots, en passant par les je-m'en-foutiste de première. As-tu l'âme d'un redoutable compétiteur, ou risques-tu d'être dévoré dès que tu auras mis un pied dans l'arène ?
Si on me dévore de câlins je veux bien, hahaha- comment ça c'était pas drôle? Uh, bon ok. Alors j'espère pouvoir m'en sortir dans l'aventure. Je disais plus tôt que, vraiment, je croise les doigts, j'adorerais découvrir un secret. Je suis pas le plus réactif à ce sujet mais je viens pas non plus pour me croiser les doigts, le jeu c'est le jeu ! J'ai l'âme un peu joueuse donc ça devrait me pousser à bouger ça aussi non? En fait je viens pour l'aventure humaine moi, c'est surtout ça le plus important, le partage et tout ça. Mais ceux qui découvrent des secrets tous les deux jours et qui connaissent tous les indices, je sais pas comment ils font, ils me font même un peu flipper, peut-être que ce sont des robots et qu'ils viennent pour nous tuer dans notre sommeil. En fait on ne sait pas de quoi ils sont capable... Et je ne suis pas un fayot, j'aime juste les gens. Tout le monde. Même William. Enfin, je veux pas dire même dans le sens où 'wow c'est rare de l'aimer' mais dans le sens que même lui il mérite de l'amo-... non enfin c'est pas non plus exactement comme ça que je voulais le dire. Dans tous les cas je peux dire que je ne serais pas un feignant ! Loin de là, traîner de canapé en canapé ça ne me ressemble pas du tout, je suis plein de vitalité et je peux courir des heures sans me fatiguer ! Si vous voulez qu'on fasse un peu de sport aussi vous pouvez compter sur moi, il n'y a aucun problème, je saurais motivé les troupes, je suis sûr ! Je réveillerais tout le monde à l'aube s'il le faut ! Et après tournée de cookies et atelier collier de pâtes ! Haha non je plaisante j'en fais plus depuis que j'ai dix ans de ça. Je vous l'accorde, c'était il y a pas si longtemps si on y pense bien... Enfin du coup je sais pas ce que vous voulez dire par 'dévorer' mais moi je suis prêt à me battre comme il faut ! Enfin, à partager cette aventure avec tous les gens qui vont m'entourer surtout. Juste éviter de nous plonger dans la jungle ou de nous perdre quelque part, ça serait pas cool, c'est là où les esprits s'échauffent le plus. Et moi j'veux juste qu'on s'échauffe nos petits muscles, haha !


T'es-tu préparé psychologiquement au fait d'être enfermé pendant plusieurs semaines ? Et d'ailleurs, que sais-tu vraiment de Thrown Dice, as-tu suivi les précédentes saisons ou bien débarques-tu dans l'inconnu le plus total ?
Donc, je débarque. Je joue à l'alien, désolé, mais non je n'ai vu aucune des autres saisons, j'ai voulu les regarder en replay sur la chaîne de la BBC mais au dernier moment je me suis ravisé genre 'nah gardes toi la surprise no spoiler mate' du coup je vais la jouer comme ça, à la place je suis allé au cinéma et j'y ai passé clairement la moitié de mon temps, je suis devenu accro, mon portefeuille un peu moins je dois avouer. Récemment j'ai vu Dunkerque au cinéma et je dois dire que ce film m'a fait éprouver des choses que je ne pensais jamais pouvoir éprouver, cette bo, ce film, ces acteurs, ce jeu, ces avions. Rien que d'y penser j'en ai des frissons, je suis allé le voir au moins cinq fois si ce n'est pas plus. Quand j'ai un film dans le collimateur, je le lâches plus ! Et hum je sais pas, ça me fait peur si on nous enferme dans une boîte à sardines, c'est sûr, je suis pas claustrophobe mais bon, je sais pas si avec autant de gens on va pouvoir longuement respirer dans la même pièce sans finir par mourir à cause du manque d’oxygène et tout ça, ça serait un peu idiot. Je vous fait confiance pour qu'on ai un super truc immense avec une écurie mais pour chiens. Genre oui, voilà un chenil. Avec pleins de chiens. Et on pourrait s'occuper d'eux et tout ça et ce sera nos mascottes dans l'aventure. J'ai une bonne idée là non? Je vous laisse en prendre note. Vous prenez pas de notes? Uh, ok. Oui donc pour en revenir, non c'est bon, ça va aller, je vais m'habituer, je sais que ça va être génial et somptueux, et oui je suis un peu en train de vous lécher les pieds pour que ça soit bien, j'ai pas envie de mourir jeune, j'ai que dix-neuf ans. Mettez une télé avec Netflix aussi, s'il vous plaît.


La vie en communauté, ça te dit quelque chose ? Tu es plutôt quelqu'un de très sociable qui adore évoluer au sein d'un groupe, ou bien tout l'inverse, un véritable solitaire ? Penses-tu parvenir à t'entendre avec les autres candidats et supporter la cohabitation qui vous attend ?
La vie en communauté ça me connaît ! Quand on voit la famille que j'ai on ne peux pas se dire le contraire de toute manière, j'ai une petite soeur et pas mal de frères, des plus grands comme des plus petits, on est une tribu, donc vivre avec les autres ça me connaît. Clairement. Et je suis énormément sociable, j'étais le plus sociable de la famille d'ailleurs, et même j'adore les gens, genre je suis pas proche avec les gens parce que voilà mais j'adore les gens quand même, genre les câlins et tout ça, ça me va parfaitement. J'adore les bisous aussi. Et je suis énormément sociable, mais vous avez sans doute compris ça vu tout ce que j'ai dis avant? D'ailleurs j'ai déjà l'impression de vous connaître depuis super longtemps, ça me fait chaud au coeur je dois dire ! Comme si on étaient de vieux amis qui se retrouvaient. Mais en tout cas j'adore, je vous adore. Et j'adorerais tout le monde. Je sais que ça sonne incroyable à réaliser mais c'est que vous ne me connaissez pas, moi je suis du genre à parler à tout le monde dans le bus ou dans le métro, même à aller voir les gardes de la Reine et de taper la discut' pendant des heures alors qu'eux ne peuvent pas parler, parfois quand je vois qu'ils en ont vraiment rien à faire, je parle au cheval et je lui fais quelques caresses. Je préfère largement faire ça quand il n'y a pas de touristes donc des fois il est très tôt quand je fais ça, en général je passe au Starbucks pour prendre un café dans ces moments là. Ah vivement l'automne, le pumpkin spice latte me manque tellement ! Mais du coup je vais devoir changer le lait pour du lait de soja, j'ai jamais gouté comme ça, je me demande quel goût ça doit avoir... On verra bien, c'est pas encore l'automne ! Enfin bientôt hein, dès Septembre ils seront... eh mais attendez on sera dans l'aventure à cette période. Vous avez prévu un Starbucks aussi ??


Autant te le dire tout de suite, nous sommes de vrais sadiques et tu auras parfois des choix difficiles à faire. Pourras-tu tout assumer dans le jeu ? Sauras-tu de ceux qui n'hésiteront pas à trahir leurs propres amis et à faire primer leur intérêt sur celui des autres ? Es-tu, concrètement, prêt(e) à tout pour gagner ce jeu ?
Du moment que vous me faites pas manger de viande je peux quasiment tout assumer. Ou presque. En fait non, ça dépend ce que vous voulez que je fasse? Genre je sais pas si je serais prêt à trahir mes amis, ce sont... mes amis quoi. Si j'arrive à me faire des amis. Faut pas pousser. Mais je ne sais pas ce que vous voulez que je vous dise sur ça, je veux dire, oui, ok, vous êtes sadiques, va falloir faire quelque chose pour vous soigner un peu, et enfin, non, je ne vais pas trahir mes amis. C'est important des amis, moi je serais un vrai Poufsouffle si je devais appartenir à une maison de Poudlard, la loyauté et tout ça , c'est tout moi quoi ! Je suis prêt à tout. Sauf à certaines choses. Oui, bon, concrètement je ne suis pas prêt à tout-tout quoi mais déjà à pas mal de choses. Mais on est là pour jouer aussi alors si c'est des petites trahisons mignonnes, ça devrait passer, mais si c'est des trucs du style 'je te plantes un couteau dans le dos et en plus de ça je te roules dessus avec un tracteur', non, ne comptez pas sur moi. J'ai dis que j'avais l'âme d'un joueur quand même ! Donc ça veux dire que je suis quand même prêt à faire certains trucs non ? Allez, je suis prêt à vous le prouver même. S'il vous plaît?


informations


PRÉNOM : lucy. AGE : vingt-huit ans. NATIONALITÉ : américaine. HABITAT : new york city, usa. PROFESSION : reine incontestée de la mode, c'est ce qu'il y a marqué dans ma bio instagram. ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuelle. STATUT SOCIAL : divorcée. OBJET PORTE-BONHEUR : tout ce qui porte la couleur rouge. FILM PRÉFÉRÉ : le diable s'habille en prada. GENRE MUSICAL FAVORI : le classique. IDOLE : je n'en ai pas particulièrement. ENDROIT PRÉFÉRÉ SUR TERRE : paris, france. DEVISE : on ne récolte que ce que l'on sème. QUALITÉ MAJEURE : l'indépendance. DÉFAUT MAJEUR : trop têtue.





rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de tout ce qu'on devrait savoir. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Et que dirais-tu tout d'abord de me saluer mon petit William ? Apparemment maman Quincy ne t'a pas appris les bonnes manières. Moi c'est Lucy mais dans la vie courante tout le monde m'appelle Luca, c'est d'ailleurs autour de ce surnom que j'ai construit mon empire. Il me vient de mon professeur de danse qui, à l'époque, ne me trouvait pas assez féminine pour faire de la danse classique. Il est vrai que lorsque j'y repense, j'étais plutôt un garçon manqué, et que ma féminité ne s'est développée que tard à mon adolescence. Disons qu'un déménagement est toujours l'occasion rêvée de repartir à zéro et c'est ce que j'ai à l'époque décidé de faire. Si je ne m'intéressais pas particulièrement aux vêtements et autres fantaisies, j'ai rapidement compris que pour me faire une place dans la société, me faire un nom, j'allais devoir apprendre à me créer une identité, un style qui m'était propre. J'ai donc commencé à porter du rouge, et uniquement du rouge. Au début, c'était un peu too much, je vous l'accorde, il faut dire que je n'avais pas un sous et que c'était assez compliqué de trouver de quoi me démarquer, du coup, j'enfilais de longs pulls qui cachaient mes formes, simplement parce que c'était le plus simple et le moins cher. Aujourd'hui, je suis devenue une pointure de la mode grâce à Instagram. On appelle mon métier 'influenceur' mais en réalité, je suis bien plus que ça. Je suis une créatrice de genres, et en peu de temps, j'ai réussi à développer une réelle communauté. N'allez pas croire que je suis de celles qui aiment vivre de leur image sans avoir de réels projets à côté, au contraire, je suis débordée ! Entre interviews, invitations aux évènements actuels, rencontres de créateurs et autres conseils autour de la mode, on me surnomme aujourd'hui "la femme en rouge" ce que j'apprécie bien ! Enfin, cela dit, il m'arrive de porter du noir ou du blanc, évidemment. D'ailleurs Willy, besoin d'un relooking ? J'ai un perfecto qui t'irait à mer-veilles !


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Quels sont d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Je n'ai jamais eu une très haute opinion de moi-même, du moins, c'est ce que Kathy, ma thérapeute vous dira. Elle a dit que je me basais sur les opinions des autres pour me créer ma propre image, et qu'au fil des années, je m'étais enfermée dans un personnage qui n'était pas forcément celle que j'étais à l'intérieur. C'est n'importe quoi. J'ai failli la virer plusieurs fois, mais après, je me suis dit qu'il fallait que je pense au côté pratique. Genre, après chaque rendez-vous, j'ai ma petite session "tea and cup" avec mes deux meilleures amies Laurie et Beth au café du coin, et ils font genre, les meeeeilleurs lattés au monde, du coup si je devais virer Kathy, il faudrait que j'aille à un autre café ensuite, et c'est pas franchement l'idéal puisqu'on enchaine souvent sur une heure de yoga, et j'en ai réellement besoin pour calmer mes chakras, surtout le vendredi soir. Non, moi, si je devais me définir, je dirais avant tout que je suis une femme indépendante, débrouillarde, énergique qui n'a pas peur de dire ce qu'elle pense et d'aller droit au but. Après tout, j'ai construit un empire à moi toute seule, donc l'avis des autres, je m'en fiche pas mal, bien que je dois évidemment le prendre en compte puisque je ne serais rien sans mes fans. Je crois d'ailleurs que beaucoup m'imaginent comme la blondasse qui n'a rien dans le crâne et qui n'a réussit que grâce à son physique. Je veux dire, ok, je sais que je suis "hella' fine" mais j'ai un master en stratégie de com' les gars, je sais comment attirer du monde autour de moi et plus important encore, je sais comment me vendre pour que les autres m'apprécient juste assez pour commencer à me faire confiance. Et croyez-moi qu'il n'y a rien de pire que la confiance. On est en 2017 les gens, wake up, nous sommes tous des produits commerciaux, et si tu ne sais pas te marketer un minimum, autant dire que tu n'es personne, nobody.


La stratégie est le mot d'ordre de l'aventure Thrown Dice. Mais il arrive parfois que l'amour s'en mêle aussi, et s’immisce dans le jeu. Les sentiments auront-ils leur place dans ton aventure, ou feras-tu partie de ceux qui garderont en tête le jeu et s'interdiront toute parenthèse amoureuse ?
J'avoue que j'ai toujours eu un faible pour les garçons. Je suis de celles qui enchainent les petits copains mais qui ne trouvent jamais chaussure à leur pied. Par contre je vous arrête tout de suite, quoi que l'on vous ai dit, c'est toujours moi qui les plaque. Jamais ô grand jamais un gars n'aura raison de moi. Du coup, dans cette aventure, peut-être que je me laisserai tenter par une petite histoire ou deux, je sais d'avance que beaucoup risquent de me remarquer, j'ai un charisme naturel qui fait que j'attire souvent l'attention. C'est pas moi qui l'ai dit, c'est ma thérapeute. Elle trouve que c'est autant une bonne qu'une mauvaise chose, mais personnellement, je n'en vois que les aspects positifs. Bon évidemment, je ne suis pas du genre à fréquenter n'importe qui, j'ai mes critères. Mais de ce que j'ai pu voir, Thrown Dice est toujours bien garnie niveau mâles, alors je suppose qu'il y aura de quoi s'amuser ? Je compte sur toi Willy.


Justement, quel genre de joueur penses-tu être ? L'aventure Thrown Dice en a vu défiler de toutes sortes, des grands tacticiens aux véritables fayots, en passant par les je-m'en-foutiste de première. As-tu l'âme d'un redoutable compétiteur, ou risques-tu d'être dévoré dès que tu auras mis un pied dans l'arène ?
Dans l'aventure, je serai très certainement -et sans me vanter- la reine des guêpes. Celle qui attire les foules, les regards, celle autour de qui tout le monde gravite. Celle que l'on a envie d'être autant que celle que l'on a envie de voir partir. J'aime bien faire des envieux. Ma stratégie première sera probablement de rassembler pour régner. C'est simple, je me ferai mon petit groupe, ferai croire aux autres qu'ils peuvent également en faire partie, avant de mieux les éliminer un à un. Je suis manipulatrice, je le sais, ma mère le sait, mon frère également, même Kathy est au courant. Je veux dire, dans la vie, lorsque l'on veut quelque chose, il faut s'en donner les moyens.


T'es-tu préparé psychologiquement au fait d'être enfermé pendant plusieurs semaines ? Et d'ailleurs, que sais-tu vraiment de Thrown Dice, as-tu suivi les précédentes saisons ou bien débarques-tu dans l'inconnu le plus total ?
J'ai suivi la dernière saison, parce que Warren me donnait quand même su-per chaud. Très facile de comprendre pourquoi il a gagné, vous avez vu ce corps ? D'ailleurs Willy, tu me le présentes quand tu veux hein, je vais attirer un max' d'audimat dans cette saison, donc tu me devras bien ça. Pour ce qui est de l'enfermement, évidemment, je m'y suis préparée. J'ai fait un stage auprès de ma prof' de yoga qui m'a montré comment réussir à canaliser assez d'énergie pour réussir à garder mon calme et éviter de tuer tous ceux qui toucheraient un jour à mes affaires. Je déteste que l'on tripote mes fringues, je veux dire, respectez la vie privée de chacun quoi, je sais que j'ai bon goût, mais invente ton propre style et arrête d'essayer de penser que parce que ça fait trois ans qu'on se côtoie, t'as le droit de te croire toute permise une fois chez moi ! Gross-Mary, si tu m'entends -Elle s'appelle Rosemary en vrai, mais je lui préfère ce surnom.


La vie en communauté, ça te dit quelque chose ? Tu es plutôt quelqu'un de très sociable qui adore évoluer au sein d'un groupe, ou bien tout l'inverse, un véritable solitaire ? Penses-tu parvenir à t'entendre avec les autres candidats et supporter la cohabitation qui vous attend ?
Il est vrai que j'ai toujours eu tendance à me débrouiller toute seule. Déjà petite j'étais là en mode "maman, tu me laisses faire mon thé, tu sais très bien que je ne mets qu'un sucre parce que fat runs flat around here" alors forcément, je me doute que j'aurai quelques difficultés à m'habituer à la vie en communauté. Après comme je l'ai dit, du moment qu'on ne touche pas trop à mes affaires, et qu'on ne se mêle pas trop de ma vie, ça devrait le faire. J'ai l'habitude que l'on parle de moi de toute façon, et si je suis tout à fait honnête, j'ai également l'habitude de parler sur les autres, mais je crois que ça devrait bien se passer. En général les gens m'apprécient, reste à prier pour que ça soit réciproque.


Autant te le dire tout de suite, nous sommes de vrais sadiques et tu auras parfois des choix difficiles à faire. Pourras-tu tout assumer dans le jeu ? Sauras-tu de ceux qui n'hésiteront pas à trahir leurs propres amis et à faire primer leur intérêt sur celui des autres ? Es-tu, concrètement, prêt(e) à tout pour gagner ce jeu ?
Je pars du principe que je suis entrée dans cette aventure seule, et que j'en ressortirai seule. Mon image, c'est moi qui la gère et non pas les autres candidats, alors certes il faudra certainement faire des alliances, en berner d'autres, mais nous avons tous conscience qu'il s'agit d'un jeu individuel non ? Je suis certaine que les téléspectateurs n'attendent qu'une chose : du sang. Donc, devinez quoi ? Je suis là pour leur en offrir sur un plateau argenté. (...) Argenté parce que doré ça ferait too much.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 11932

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.10 - [30/08 - 20H00]   Mer 30 Aoû - 20:58


informations


PRÉNOM : Elham AGE : Vingt-six ans NATIONALITÉ : Égyptienne HABITAT : Sarcelles pour l'instant, mais je tends à dire Paris dans ce cas PROFESSION : Femme à tout faire, couteau-suisse... ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle STATUT SOCIAL : Célibataire OBJET PORTE-BONHEUR : Aucun, je déteste m'encombrer. FILM PRÉFÉRÉ : Mulan. L'original je précise. GENRE MUSICAL FAVORI : J'ai un faible pour la « daube industrielle », tant que je peux me déhancher dessus. IDOLE : Héraclès/Hercules selon votre préférence ENDROIT PRÉFÉRÉ SUR TERRE : Bali sans hésiter (et on y fait de superbes photos instagram, il faut l'avouer) DEVISE : C'est juste un mauvais jour, pas une mauvaise vie. QUALITÉ MAJEURE : Éblouissante ça marche ? Sinon audacieuse DÉFAUT MAJEUR : Inconstante






rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de tout ce qu'on devrait savoir. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Je m'appelle Elham et j'ai vingt six ans, même si sans mentir et sans être discriminatoire mes gènes égyptiens font que je ne les fais pas. Je suis l'enfant prodigue qui s'est échappé avant l'heure de son foyer trop protecteur et autoritaire. Dès que l'opportunité s'est présentée, j'ai quitté le Caire pour assouvir mon fantasme concernant l'Europe. Je rêvais de voyages et de bouleversements à tout prix, comme une gosse dont l'imagination a été brimée. J'avais quitté une vie pré-formatée mais aisée pour une précarité presque bienvenue. J'ai rapidement abandonné mes études parce qu'être assise sur les bancs de l'université, faire semblant d’écouter un professeur léthargique ainsi que copiner afin de récupérer les cours, très peu pour moi. Je n'ai pas envie d'apprendre des théories, je veux juste vivre pour comprendre. On m'a tout de suite catalogué comme une fille en marge du système scolaire tout court, et c'est vrai. J'ai rapidement enchaîné les métiers de réceptionniste, femme de chambre, serveuse pour de grandes chaînes d’hôtels luxueuses à travers l'Europe puis je me suis offert le monde. Le genre de fonction qu'aucun parent ne souhaite à ses enfants tout en ajoutant juste après, pour faire bonne figure, qu'il n'y a pas de sous métier. Je vous rassure, cela n'a pas réjouit mon père non plus qui tente régulièrement des coups de pression vains pour me ramener auprès de lui. Mon absence d'exigences les agace. Ma mère hurle à qui veut l'entendre avec un désespoir feint et grossier que sa fille est devenue une bohémienne alors qu'elle est bien incapable de m'en donner une définition, ma tante lâche régulièrement qu'elle panique parce que sa nièce est toujours célibataire à vingt-six ans. Parfois je me dis que c'est peut être la bassesse de leurs préoccupations qui m'a donné envie d'autres choses. Elles ont raison, ma mobilité fait que je ne prends pas le temps de réellement construire, mais j'aime dire que je développe à la place mon réseau à l'international. Je ne suis pas effrayée par le fait de ne pas avoir de plans d'avenir viables, ou respectables, vous pouvez mettre tous les adjectifs que vous souhaitez à côté. En attendant, je travaille au Plaza près des Champs Elysées jusqu'à l'arrivée du terme de mon CDD.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Quels sont d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
La plupart des personnes qui m'entourent seraient capables d'annoncer que je suis une petite conne. J'aime bien me dire qu'ils ont raison et que ça reste affectueux. Mon principal atout est ma lucidité concernant mes réactions exagérées, mes humeurs filantes et mon obsession sur le fait d'avoir raison. Je sais que je suis butée, je peux anticiper, tout comme je peux transformer mes qualités en faiblesses comme ma loyauté aveugle, parce que je suis extrême. Et c'est peut être cela mon plus grand défaut, l'absence de fixité. Je suis tellement angoissée par l'idée d'être prévisible que je me sens constamment balancée dans le vide, j'ai pris l'habitude de me dire que la première réaction est toujours la bonne. Comme avec l'écrivain et son premier jet. Je hais cette fameuse phrase « je savais que tu dirais ça ». C'est peut être pour cela qu'on me reproche d'être provocante, ironique et de prendre de la place. C'est vrai, j'occupe l'espace, j'aime bien titiller mon interlocuteur pour le faire sourire, le mettre mal à l'aise ou l'agacer, tout dépendra de mon humeur du jour enfin de l'heure. Je suis aléatoire et impulsive, j'ai aucun regret à éclater parce que je suis sous pression, à faire la gueule parce qu'on me dit non, à faire semblant d'être là et à l'écoute parce je compte demander une faveur juste après, à être désagréable parce que la personne m'a mal regardé le matin... L'avantage est que l'orage ne peut gronder que deux minutes, l'autre problème étant que je n'avoue jamais d'être allée trop loin. Ma fierté ou ma dignité régit la plupart de mes actions et entrave souvent mes mouvements. La moindre concession est un effort surhumain et une forme de soumission selon moi. J'aurais éclaté la charmante dentition de Daenerys si elle m'avait demandé ne serait-ce qu'une seule et unique fois de plier le genou. Je ne dirai pas que j'assume, ni que je me moque de ce qu'on dit (il m'arrive de réellement prendre en compte) mais je peux comprendre ceux qui estiment que j'ai un côté peste, j'ai même parfois l'impression de le cultiver involontairement. Dans cet amas compact de défauts que je vous présente, il subsiste quelques qualités, je vous assure. Chez moi, c'est à la vie à la mort, même si je peux insulter à longueur de journée une personne, elle sera toujours honorée de rester dans mon écosystème. Je peux même être à l'écoute, dispenser quelques précieux conseils sans forcément prendre sur moi. C'est spontané. J'apprécie sans compter, même si je l'exprime différemment.


La stratégie est le mot d'ordre de l'aventure Thrown Dice. Mais il arrive parfois que l'amour s'en mêle aussi, et s’immisce dans le jeu. Les sentiments auront-ils leur place dans ton aventure, ou feras-tu partie de ceux qui garderont en tête le jeu et s'interdiront toute parenthèse amoureuse ?
Je ne suis pas venue pour me trouver un mec, clairement. Je suis loin d'être « en chasse » et j'estime que j'incarne assez mal la proie idéale. La vérité est que cela me blaserait que l'on m'associe à quelqu'un ou que l'on me résume à une histoire de cœur. J'ai rarement laissé cet organe s'exprimer dans mon quotidien pour éviter d'être appelée « la copine de ». Certains ont même annoncé que je paniquais à l'idée d'être liée, comme si mon ego ne supportait pas la présence d'un autre être à mon bras, captant à la fois la lumière, l'attention et une partie de mon énergie vitale. Je reste septique face à la fine théorie et psychanalyse de mes amis. Le fait est que je penche donc plus vers le non sachant que mon cœur met tout de même du temps avant de s'emballer pour quelqu'un qui plus est et j'oubliais pour qu'une histoire fonctionne, il faut que la réciproque soit vraie, on m'a dit. La probabilité est donc encore plus faible.


Justement, quel genre de joueur penses-tu être ? L'aventure Thrown Dice en a vu défiler de toutes sortes, des grands tacticiens aux véritables fayots, en passant par les je-m'en-foutiste de première. As-tu l'âme d'un redoutable compétiteur, ou risques-tu d'être dévoré dès que tu auras mis un pied dans l'arène ?
Cela me paraît assez contre-productif que quelqu'un avoue être un naze en puissance dès la phase des castings tout comme annoncer d'entrée de jeu que l'on est un bon manipulateur ou stratège. J'ai bien envie de dire que la compétition me stimule et que je m’épanouis assez bien dans la pression et les tensions. Je trouve -en toute modestie- que l'effervescence me va assez bien au teint. J'adore être stimulée, je me sens rapidement poussée vers le haut dès que je sors la tête de l'eau avant tout le monde. Les prémices d'une victoire suffisent à me motiver pour tâtonner dans le brouillard. Le souci majeur étant que je suis très mauvaise perdante, je digère mal une défaite. Je crois que je me suis trop habituée à l'époque où on me laissait gagner parce que j'étais une môme capricieuse. C'est dur de grandir. Je veux me donner à fond sinon je ne vois aucun intérêt à jouer le ficus dans l'émission, je peux très bien le faire chez moi.


T'es-tu préparé psychologiquement au fait d'être enfermé pendant plusieurs semaines ? Et d'ailleurs, que sais-tu vraiment de Thrown Dice, as-tu suivi les précédentes saisons ou bien débarques-tu dans l'inconnu le plus total ?
Je connais le concept, c'est le principal non ? Vivre enfermée avec des imbéciles congénitaux qui mettront constamment en doute ma superbe afin de faire parler d'eux. J'ai regardé quelques épisodes, ceux qui ont permis des records d'audience parce que les candidats se voulaient dramatiques et scandaleux. Plutôt divertissant je dois avouer même si j'ai souvent eu l'impression que certains surjouaient leur misère afin de capter la lumière. Je préfère connaître les contours de l'émission sans une analyse précise qui me gâchera l'effet de surprise. Je mise sur ma capacité d'adaptation. J'ai simplement de hâte de découvrir l'envers du décor, l'autre côté de la barrière.


La vie en communauté, ça te dit quelque chose ? Tu es plutôt quelqu'un de très sociable qui adore évoluer au sein d'un groupe, ou bien tout l'inverse, un véritable solitaire ? Penses-tu parvenir à t'entendre avec les autres candidats et supporter la cohabitation qui vous attend ?
Pour avoir vécu au tout début dans des foyers, la vie en communauté, je connais surtout parce qu'elle et moi, on ne s'aime pas vraiment. J'apprécie pas mal la solitude sûrement car j'ai tendance à ne capter que les défauts d'une personne une fois qu'elle se tient dans mon viseur. Je ne sais pas prendre sur moi et encore moins être forcée de côtoyer des personnes que je ne peux pas sentir. (Elles sont nombreuses). Mais je suis de ceux qui pensent qu'être sociable et solitaire n'est pas totalement incompatible. C'est agréable de voir des gens de temps en temps sans être obligée d'accepter une proximité permanente et totale, sinon on finit par scruter et se rendre compte des détails irritants trop facilement. C'est possible d'être seule mais entourée. Je pense uniquement pour moi-même sans pour autant dénigrer les intérêts de ceux qui m'entourent même s'ils ne restent que seconds. J'ai bien conscience que dans ce jeu, tout sera différent et que mes habitudes et mes préférences en seront bouleversées.


Autant te le dire tout de suite, nous sommes de vrais sadiques et tu auras parfois des choix difficiles à faire. Pourras-tu tout assumer dans le jeu ? Sauras-tu de ceux qui n'hésiteront pas à trahir leurs propres amis et à faire primer leur intérêt sur celui des autres ? Es-tu, concrètement, prêt(e) à tout pour gagner ce jeu ?
Je suis compétitrice dans l'âme mais j'ai une fierté qui me retient de réaliser les pires coups pour atteindre mes objectifs. J'ai besoin de gagner et de la gloire de l'avoir fait dans les règles avec une conscience tranquille parce je suis assez loyale dans mes amitiés. Je ne pense pas être capable de retourner subitement ma veste sans mal le vivre malheureusement ou heureusement, tout dépend du point de vue. Je ne suis pas forcément sûre qu'écraser pour mieux se surélever soit une stratégie payante sur le long terme. J'ai toujours eu tendance à m'imaginer que les liens humains ont toujours un rôle à joueur même s'il n'est que palpable ou simplement discret. Il reste que je n'ai jamais eu de difficulté à assumer mes choix aussi idiots soit-il parce que j'ai beau être impulsive, je ne suis pas forcément très intuitive étrangement lorsque mon propre intérêt est en jeu.



informations


PRÉNOM : Eustache AGE : 27 ans. NATIONALITÉ : British. HABITAT : situé à Myfair, quartier prestigieux de Londres. PROFESSION : Je n’aime pas parler de mes affaires. Vous voulez que je sois boulanger ? Je le serai. Vous voulez que je sois à la tête d’un empire ? Je le serai aussi. ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel bien qu’aucune femme jusqu’ici ne m’aie rendu zouave. STATUT SOCIAL : Célibataire. OBJET PORTE-BONHEUR : Je me suffis à moi-même, au diable les broutilles. FILM PRÉFÉRÉ : Le dictateur avec Charlie Chaplin. GENRE MUSICAL FAVORI : La musique mélodieuse et calme le lundi, mercredi et vendredi. Pour ce qui est du samedi soir, une musique entrainante sur laquelle je pourrai danser un Charleston. IDOLE : Je suis mon idole. ENDROIT PRÉFÉRÉ SUR TERRE : Mon manoir à Paris. DEVISE : On se lasse d’être un héro, on ne se lasse pas d’être riche. QUALITÉ MAJEURE : ma générosité. DÉFAUT MAJEUR : J’ai un esprit un peu trop tatillon.






rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de tout ce qu'on devrait savoir. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Bien le bonjour l’ami. Je me nomme Eustache, Eustache Fitzduncan, fils de William Fitzduncan et Elisabeth Fitzduncan. Ils reposent au ciel, je vous épargnerai les détails. Ils en faisaient jalouser plus d’un, tout comme moi. Ma descendance à construit la noble Grande-Bretagne d’hier et je construis la noble Grande-Bretagne de demain. J’ai eu la meilleure éducation possible, les meilleurs serviteurs, j’ai été dans les meilleures écoles : Oxford, Harvard, j’ai côtoyé les plus grands.. que dis-je.. les plus grands mon côtoyé. D’ailleurs l’uns de mes arrières arrières arrières … arrières grand-père était l’un des conseillers de Louis XV lui-même. Oh, c’est surement pour ça que je voue un culte glorieux à l’histoire française et ses rois qui l’ont gouvernée.
Pardonnez mon impolitesse, j’ai oublié de vous parler de mon âge. 27 ans. Malgré mon jeune âge certains me considèrent déjà comme un homme accompli. Il est vrai que très peu d’êtres humains peuvent se venter d’être un personnage emblématique de la Grande-Bretagne et plus, à seulement 27 ans. Vous savez, tout le monde me connaît sans me connaître dans le monde capitaliste. A vrai dire, la moitié de mes employés n’ont jamais même vu mon visage. Je me fais discret pour mieux mener ma vie. J’habite dans une trop grande demeure pour un seul homme dans le quartier de Myfair. Il est à mon image : à première vue calme et paisible mais si nous osons découvrir ses secrets nous sommes emmené dans un monde dès plus fantasmagorique. Je suis quelqu’un qu’on peut considérer comme… particulier. On me considère comme un dandy. Je ne vous cache pas l’ami que je suis à la tête d’une richesse évaluée comme l’une des plus grandes du pays. Que fais-je dans la vie pour être aussi riche ? Personne ne le sait, c’est à vous de le découvrir..


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Quels sont d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
En toute objectivité ? Hum. On me reproche souvent de ne pas être assez objectif envers moi-même. Cela vous étonne ? Je me sens souvent comme incompris, je ne suis pas en phase avec les jeunes de mon âge. Ce qui peut d’ailleurs être une force dans cette mésaventure. Je peux me démarquer de par ma manière de me comporter, de parler, ou à travers mes valeurs. Je n’ai que très peu d’empathie pour les personnes qui m’entourent ce qui pourra m’aider, je n’aurais que très peu d’attache. Vous voulez vraiment que je dresse la liste entière de mes atouts ?
Je suis un manipulateur dans l’âme. L’ami sous mes airs de joli ange je cache bien mon jeu. Je ne suis pas l’être tout gentil auquel tu penses, du moins pas tout à fait. Je ne ferai pas de mal volontairement même a une pimbèche, mais lorsqu’il s’agit d’avoir ce que je veux, je peux être sans pitié. Je réfléchis beaucoup, parfois même un peu trop. Vu qu’on parle d’espièglerie, je sais inspirer confiance. Sans doute parce que dans le fond je suis un vrai gentil. Mais ma gentillesse passe malheureusement après ma soif de jeu et de gain. J’ai de l’audace, du culot, c’est nécessaire pour remporter un jeu comme cela. Je serai prêt à grand-chose pour avoir ce que je veux obtenir.
Pour les faiblesses par contre je ne pense pas en avoir… Ca vous surprend l’ami ?


La stratégie est le mot d'ordre de l'aventure Thrown Dice. Mais il arrive parfois que l'amour s'en mêle aussi, et s’immisce dans le jeu. Les sentiments auront-ils leur place dans ton aventure, ou feras-tu partie de ceux qui garderont en tête le jeu et s'interdiront toute parenthèse amoureuse ?
Vous avez réussi à m’irriter l’ami. Ne parlez plus d’amour avec moi. Vous pensez vraiment que moi qui suis l’homme dont toutes les femmes rêvent tomberai amoureux d’une catin participant à un programme de ce genre ? Moi qui ai déjà partagé la table de reines qui voulaient me marier à leurs filles. Je ne me suis jamais épris d’amour pour une quelconque princesse, altesse, baronne et vous l’ami, vous me parlez de tomber amoureux d’une simplette qui vient exhiber ses attributs sur les petits écrans ? J’ai besoin d’une pause, laissez-moi respirer. L’amour et mon chat Rufus sont les sujets avec lesquels je plaisante le moins.


Justement, quel genre de joueur penses-tu être ? L'aventure Thrown Dice en a vu défiler de toutes sortes, des grands tacticiens aux véritables fayots, en passant par les je-m'en-foutiste de première. As-tu l'âme d'un redoutable compétiteur, ou risques-tu d'être dévoré dès que tu auras mis un pied dans l'arène ?
J’ai repris mes esprits, veuillez excuser ma colère. Pour ce qui est du jeu c’est sans doute la partie qui m’intéresse le plus et pour laquelle je serai le plus impliqué. Jouer c’est dans mon sang, mon grand-père maternel était un triste homme qui n’avait que très peu d’argent. Il nous a construit un glorieux héritage au fil des années. Et vous savez comment l’ami ? Non pas en travaillant du matin au soir, non pas en s’acharnant au travail, non pas en transpirant. C’est en jouant au poker qu’il a réussi à être à la tête de millions d’euros. J’ai ça dans le sang, je suis tout aussi espiègle que mon grand-père. Je suis en compétiteur dans l’âme. La vie n’est que plus excitante lorsqu’on se fixe des objectifs qui plus est des objectifs inaccessibles. Au diable le whisky, les femmes, l’argent facile.. Rien n’est plus vénérable que de réussir là où tout le monde pense que l’on va échouer. J’ai à peine 27 ans et je suis déjà à la tête d’une richesse encore plus énorme que l’argent que vous l’ami vous avez versé à tous les gagnants de ces 9 premières saisons. Ca peut vous montrer à quel point je suis ambitieux et compétiteur non ? D’ailleurs cette dixième saison remplira un peu plus mon compte en banque. Je tenais déjà à vous remercier en personne l’ami.


T'es-tu préparé psychologiquement au fait d'être enfermé pendant plusieurs semaines ? Et d'ailleurs, que sais-tu vraiment de Thrown Dice, as-tu suivi les précédentes saisons ou bien débarques-tu dans l'inconnu le plus total ?
En toute honnêteté ? Je n’ai jamais regardé ne serait-ce qu’une minute de cette émission. J’espère ne pas vous blesser l’ami, mais je considère que ces émissions sont faites pour les corniauds. Mon père le cher William Fitzduncan se retournerait dans sa tombe s’il savait que son fils unique passait le casting. Je préfère me baigner dans la culture anglaise, je me passe en boucle les films d’Hitchcock par exemple. Je regrette tellement la vieille Grande-Bretagne. Aujourd’hui les gens sont prêts à tout pour avoir le quart d’heure de gloire. Ca m’attriste.
Vous vous demandez sans doute pourquoi je passe le casting si je méprise tellement cette émission ? Je ne suis pas fermé d’esprit. Je pense qu’en tant qu’homme bon et pour être totalement accompli je me dois d’essayer toutes sortes d’expériences aussi farfelues qu’elles soient. Psychologiquement je n’ai pas de problème à rester enfermé. J’espère tout de même avoir mon whisky vieux de minimum 12 ans d’âge tous les soirs avant de m’endormir.
L’ami je vais vous donner un secret : je pense que ce sont plutôt les imbéciles qui vont être enfermés avec moi qui auront du fil à retordre.


La vie en communauté, ça te dit quelque chose ? Tu es plutôt quelqu'un de très sociable qui adore évoluer au sein d'un groupe, ou bien tout l'inverse, un véritable solitaire ? Penses-tu parvenir à t'entendre avec les autres candidats et supporter la cohabitation qui vous attend ?
Ai-je la même vision de la vie en communauté que vous ? Lorsque je fréquente des individus c’est lors des fêtes mondaines généralement, ou les vernissages. Vous savez ce que c’est l’ami ? Des faux sourires en trinquant avec nos flutes de champagne. Je ne parle pas du mousseux que vous servez à vos candidats. Dites-moi vous achetez du maudit mousseux du carrefour ? Je n’en boirai guère. Je suis toujours entouré cependant je pense être un vrai solitaire. Vous savez ce n’est pas parce qu’on est entouré qu’on n’est pas seul. J’ai peur de me mêler à trop de... niais. Je vais sans doute instruire les idiots qui me feront l’honneur de me côtoyer. J’espère trouver des perles rares. Nul doute que je vais imposer mes idées et poser des règles de vie pour que cela se passe bien. Comme je vous l’ai dit je ne me comporterai pas tel un leader, mais lorsqu’il s’agit de savoir vivre et de bonne manière je ne plaisante nullement. J’ai d’ailleurs des ébauches d’une longue liste. Je vais vous en délivrer quelques exemples :
1. Attendre que tout le monde soit assis à table pour commencer à diner.
2. Il est interdit aux filles et garçons de partager le même lit. – Je n’ai pas envie d’entendre le gémissement de putains de bas étage. -
3. Interdiction de laisser trainer de la vaisselle.
4. Il est interdit de boire à même le goulot.
5. … Je vais m’arrêter là, je laisse la surprise aux personnes qui partageront la même demeure que moi.
Pour ce qui est de l’entente entre cohabitant, je n’aime pas crier et je n’aime pas entendre crier, j’éviterai les conflits, bien que parfois il faut remettre les pouilleux à leur place.


Autant te le dire tout de suite, nous sommes de vrais sadiques et tu auras parfois des choix difficiles à faire. Pourras-tu tout assumer dans le jeu ? Sauras-tu de ceux qui n'hésiteront pas à trahir leurs propres amis et à faire primer leur intérêt sur celui des autres ? Es-tu, concrètement, prêt(e) à tout pour gagner ce jeu ?
Pensez-vous vraiment que je vais me faire de véritables amis dans cette.. mésaventure ? Moi qui n’ai que très peu d’ami dans la vraie vie.. J’ai ce cher Khalid, qui est mon serviteur depuis plus de 10 ans, il vient du Maroc, il me prépare souvent des plats de type magrébin. La cuisine simple est souvent la meilleure. J’ai mon chat Rufus qui m’épaule souvent. Je ne fais confiance à personne d’autre qu’à ces deux là. Je m’étonnerai moi-même d’apprécier quelqu’un au sein de cette demeure. Je n’aurai pas de mal à trahir mes colocataires, je serai prêt à tout, excepté perdre mon amour propre pour gagner ce jeu. Il faut avouer que vivre dans un monde de riche m’a dénué de tous sentiments empathiques. Par contre, si il m’arrivait à mon plus grand malheur de donner ma confiance à quelqu’un pour je ne sais quelle idiote raison et que cette personne oserait me trahir je n’aurais plus aucune pitié pour qui que ce soit. Ca aurait été une bonne leçon. La règle numéro un est de ne jamais s’attacher et ne jamais donner sa confiance. C’est comme ça qu’on garde le dessus et qu’on peut réaliser de grandes choses.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

   


MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.10 - [30/08 - 20H00]   

Revenir en haut Aller en bas
 

PRIME D'OUVERTURE, S.10 - [30/08 - 20H00]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Prime et renom de l'homme au boomerang
» Ouverture de la saison de la chasse
» Ré-ouverture du forum "Centre de Recrutement"
» URGENT - SNOOPY vieux caniche qui déprime (Dépt 57)
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: Les archives du château :: PRIMES-
Sauter vers: