Unforgettable (06/09 - 19h30)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9209-alain 

PSEUDO : Ben.
COMPTES : Judas, Dean
MESSAGES : 476
AVATAR : Cassel
ÂGE : 50
LOCALISATION : Miami
MÉTIER : Jouer de Poker professionnel


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Unforgettable (06/09 - 19h30)   Jeu 31 Aoû - 15:20

Feat. @Eyal

Ça fait une semaine bientôt qu'on est là et je trouve le temps affreusement long. J'ai toujours trouvé le temps long au quotidien. Chaque seconde est éternelle, interminable, mais alors ici, dans ce manoir, ça l'est encore plus. Très peu de choses à faire, très peu de choses suscitant en moi un réel intérêt. Je me demande vraiment ce que je fous là, mais en même temps, ici ou ailleurs, quelle différence ça fait ? Je suis là parce qu'il faut bien que je sois quelque part, c'est comme ça. Néanmoins, de base j'aurai jamais pensé tenir une semaine car je me lasse vite, trop vite des choses mais maintenant que je suis là, ma foi, autant continuer tant que je peux. C'est mon esprit joueur qui me maintient, j'ai envie de gagner, j'ai envie de tout réussir ce que je fais. Non pour le plaisir de la récompense que ce soit la somme d'argent, ou la reconnaissance mais plus parce que j'ai, malgré mon âge, ce côté enfant en moi, qui cherche à jouer pour gagner. Jusque là ça m'a plutôt bien réussi vu que je vis grâce au poker. Le jeu me permet de vivre mais je fais aussi vivre le jeu. Tout le monde le dira, un tournoi de poker sans moi, Alain, ça n'a pas la même saveur. D'ailleurs Thrown Dice m'a fait rater le plus grand tournoi d'Europe, alors j'espère qu'il en vaudra le coup. Après une semaine, tu prends tes petites habitudes et tu finis par connaître un peu les lieux. Les lieux où tu préfères passer ton temps. J'en ai distingué quatre : Le bar, la cave à vins, le tipi au fin fond de la forêt et les falaises. C'est vers ce lieu que je me dirige ce soir après avoir déjà eu une discussion plus tôt dans la semaine avec Oslo. La vue est à couper le souffle et d'une certaine manière ça me fait un peu planer. Alors à défaut d'avoir de quoi planer sur moi, des substances que j'aurai pu amener en cachette – car oui, je sniffe de la coke aussi bien que je bois de l'eau, c'est pas l'argent qui me manque pour ça – je décide parfois de m'apaiser en fin de journée au bord de ces falaises. Je suis souvent tranquille, sans personne autour et ça m'apaise. Au quotidien, je vis de luxe, de décadence et de paillettes. Alors j'aime beaucoup, beaucoup m'isoler quand je le peux. Sauf que malheureusement, ce soir, je ne serai pas seul. Il y a un autre type là, posé près des falaises. Soit. Je suis pas le mec le plus sociable au monde mais je me dis que ça peut être intéressant d'apprendre à le connaître, toujours dans un but d'obtenir des informations. Chaque information est précieuse et pourra me permettre à l'avenir de pourquoi pas trouver des secrets. Comme au poker, plus tu as d'info, plus tu as de chance d'anticiper les coups et donc de gagner. Pour certains le poker n'est qu'un jeu de hasard, alors que selon moi il est une vrai métaphore de la vie. Vas-tu t'énerver après une défaite ? Perdre tes moyens ? Ou vas-tu rebondir ? Vas-tu t'enflammer en pensant avoir la meilleure main ? Ou vas-tu faire preuve de prudence malgré tout ? C'est bien plus complexe qu'on ne pourrait le croire. Bref, je me dirige donc vers l'individu, toujours avec ma clope en bouche. - Quand je ne fume pas je bois, et quand je ne bois pas je fume, c'est tout simple. - « Rappelle moi ton prénom. » demandai-je donc au type qui semblerait m'être encore inconnu. Je me pose alors au rebord de la falaise tout en regardant le vide qui me fait face. J'écrase mon mégot avant de le balancer dans le vide, je le regarde tomber avant de reprendre la parole quand je le perds de vue. « C'est fou comme tout peut s'arrêter comme ça.. d'un coup.. » Sûrement ma crise de la cinquantaine qui parle, et ça ne risque pas de s'arranger avec le temps. Plus je vieillis, plus je déprime en repensant à mon passé, en me disant que tout est derrière moi maintenant. « Tu penses qu'il y a quoi après.. après la mort. » C'est une question qui m'obsède de plus en plus mais qui ne me fait même pas flipper. Dans le pire des cas, il y a le néant, le vide, il n'y a plus rien. Est-ce que ça changerait vraiment de la vie ? J'en suis pas si sûr. Je finis finalement par me relever. « Pfff.. Pourquoi je te demande ça moi, t'es encore un gamin.. » Il comprendra pas. C'est plus avec Martin que je devrais parler de ça. Le bougre vu son état, il finira même pas la saison vivante. Ceci dit, pas sûr que je la finisse non plus avec toutes les clopes et toutes les boissons alcoolisées que je consomme au quotidien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9185-eyal 

PSEUDO : mischief insane.
PRÉNOM : charlotte.
COMPTES : maxyne, isaac, ismaël, alfie, angy, elden, wes.
MESSAGES : 1134
AVATAR : marwan kenzari.
ÂGE : 32
LOCALISATION : madrid, esp.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 41 775£
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Unforgettable (06/09 - 19h30)   Sam 2 Sep - 16:44

Être ici, face à l'immensité du vide qui se tenait sous ses yeux, ça l'enivrait d'un sentiment de puissance et de contrôle absolu. Comme s'il n'y avait plus personne d'autre que lui, et cette hauteur, à des kilomètres à la ronde. Comme si le moindre cri qu'il pourrait vouloir pousser ne serait jamais entendu. Et tout ça, ça lui rappelait la scène, et une époque encore pleine de promesses. La scène qui avait été son territoire, son terrain de jeu, pendant quelques belles années où il avait convaincu les sceptiques, et donné tort à tous ceux qui ne le voyaient pas atteindre un jour le sommet qu'il avait longtemps regardé d'en bas. Parce qu'il était parti de rien. Et qu'il avait tout appris au contact des plus petits noms, dans l'ombre des projecteurs. En ce temps-là tout restait à faire, mais son chemin semblait tout tracé. Il n'y avait plus personne pour lui barrer la route, personne pour contredire l'évidence. Et pourtant ça n'avait pas duré. Pourtant le vent avait fini par lui souffler en pleine figure, et le sol par s'effriter sous chacun de ses pas. D'un seul coup il n'était plus le meilleur, ni la flamme la plus vive du chandelier, mais juste un danseur de plus que le milieu avait broyé. On connaissait la suite. Alors oui, ce sentiment de toute puissance était au fond ce qu'il recherchait dans chaque endroit où il se déplaçait, dans chaque vue que trouvaient ses yeux. Parce que c'avait été les meilleures années de sa vie, et parce qu'une partie de lui ne désespérait pas de regoûter un jour à cette certitude. Celle d'être hors d'atteinte. C'est en ça que ces falaises étaient si rassurantes. En ça aussi qu'il y voyait le temps s'écouler d'une autre manière, sans plus se plaindre ni d'y trouver les heures trop longues, ni d'y sentir les minutes lui échapper. Alors depuis qu'il avait pris l'habitude de venir ici, Eyal s'éternisait volontiers face à ce vide salvateur. Il y faisait le point, y pesait ses pensées, chaque fois avec délectation. Mais aujourd'hui, alors que le soleil déclinait et que la fraîcheur du début de soirée se faisait sentir, il comprit qu'il ne resterait pas seul à profiter du paysage. L'un de ses camarades s'annonça dans son dos, et c'est au moment où son attention dévia vers lui qu'il le reconnut. « Eyal. » Le brun énonça, se tournant de moitié vers l'autre candidat avant d'ajouter. « Toi, tu dois être Alain. » Car s'il n'avait pas cherché à retenir les noms de tous ses camarades en l'espace de seulement quelques jours, il ne pouvait nier que les deux doyens de l'aventure avaient particulièrement attiré son attention. Peut être parce qu'il ne savait pas ce que lui inspirait réellement leur présence ici. Si c'était une pointe d'effroi à l'idée qu'on puisse encore trouver un sens à ce genre de choses passés la cinquantaine, ou une certaine admiration d'être encore prêts à s'infliger ça. Une interrogation bien vite balayée par les paroles qui franchirent bientôt les lèvres de son camarade, et notamment cette question qui le laissa interdit l'espace de quelques secondes. « Je me pose rarement la question, mais quand ça m'arrive je me dis généralement qu'il n'y a rien. » Sans doute parce qu'il était un peu trop rationnel de ce point de vue ci pour imaginer qu'il puisse y avoir autre chose qu'un vide infini après tout ça. « Je suppose qu'on le saura bien assez vite. » Eyal reprit, dans un léger haussement d'épaules, avant que les prochaines paroles du candidat ne lui arrachent cette fois un léger sourire. « Je sais pas quel âge tu me donnes, mais à vu d’œil tu pourrais tout juste être mon père. » Du moins si comme il l'imaginait, il avait dans la cinquantaine et donc approximativement l'âge de l'homme qui l'avait élevé. « Et je sais pas si c'est d'être ici qui te rend aussi mélancolique, mais si c'est si dur que ça ils doivent bien avoir des cellules psychologiques ou ce genre de choses … non ? » Cette fois c'est d'un ton un peu moins assuré qu'il reprit, son regard alternant toujours entre le vide et son camarade, tandis qu'il fourrait ses mains dans ses poches. « Ce que je veux dire, c'est que je veux bien parler, mais pas recueillir tes dernières volontés, on est d'accord ? » Et il était un peu plus sérieux qu'en apparences. Parce qu'il était là à lui parler de tout ça devant cette vue indétrônable mais pas dénuée de danger, et que lui se méfiait un peu de ces types d'un certain âge qui partaient à l'aventure sans nécessairement connaître leurs limites.

_________________
    losing is only a sign
    that you really tried.
    forever trading places with the same old me, im racking up the cases of who i failed to be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9209-alain 

PSEUDO : Ben.
COMPTES : Judas, Dean
MESSAGES : 476
AVATAR : Cassel
ÂGE : 50
LOCALISATION : Miami
MÉTIER : Jouer de Poker professionnel


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Unforgettable (06/09 - 19h30)   Dim 3 Sep - 21:50

Passé un certain âge, il devient difficile de rêver, de s'évader encore un peu. On a déjà énormément vécu, énormément connu, et la vie perd de sa saveur, chaque année de plus elle devient de plus en plus fade. Loin est le temps où j'étais insouciant, où j'avais des ambitions, où la vie avait encore son charme. On vieillit et on se rend compte finalement que la vie c'est pas grand chose, que ce que tu as vécu et que tu vivras n'est finalement d'aucune importance. Avec ce constat là, comment ressentir encore quoi que ce soit ? Comment ressentir joie ou tristesse ? Haine ou amour ? Non, je ressens plus rien si ce n'est le dégoût des choses, des gens et de moi-même. Cependant, il m'arrive l'espace de quelques secondes, quelques minutes, de retrouver un semblant d'émotion, un semblant de vie en moi. C'est le cas quand je fais face à ces falaises. Ce vie, cet hauteur me fait planer. Je ne saurais expliquer pourquoi. La beauté du paysage, peut-être, mais je pense que c'est plus symbolique que ça. Peut-être une prise de hauteur sur la vie tout simplement. Mais qu'importe, parce que cela ne dure que l'espace de quelques instants, le temps de s'habituer à la vue, de saisir le paysage, ça ne m'évoque plus rien, et je redeviens ensuite ce que je suis, c'est à dire rien. Je vois un type, un brun, je suis pas seul et je décide donc d'aller l'aborder. Car il y autre chose qui peut m'animer, juste un peu le jeu. Le poker, je m'en suis lassé, mais bon j'en ai besoin pour y vivre. Thrown Dice cependant, c'est une nouvelle forme de jeu, et c'est pourquoi j'ai décidé de participer à cette émission. Vivre quelque chose qui garde encore de ses mystères pour moi. L'inconnu de ce qui va se passer, c'est ça qui me plait.. Même si au fond de moi je ne vois pas comment je pourrais perdre honnêtement. Donc si je décide d'aborder ce gars, c'est pour le jeu, obtenir des informations, ma seule obsession ici. Eyal, c'est son prénom. J'essaye de le mémoriser parmi tous les autres noms qui encombrent mon cerveau. Lui en tout cas, connaît déjà mon prénom. Ils sont beaucoup à le connaître alors que moi je ne connais aucunement le leur. J'imagine qu'un mec comme moi, plus vieux que les autres ça se remarque, alors je peux comprendre. « Oui c'est ça. » Bref, je pose sur le rebord des falaises avant de le questionner sur la mort. On peut dire que c'est bien glauque comme sujet. Avec cette question que beaucoup se pose, qu'il y a t-il après la mort ? Comme si certains avaient la réponse, question inutile. En tout cas il suppose qu'il y a rien. C'est ce que je suppose aussi. « J'espère que tu as raison alors petit. » Si c'était à refaire, je ne revivrai pas. Je laisserai ma vie à une autre âme ou je ne sais quoi, appelez ça comme vous voulez. J'espère que le néant m'attend, pour l'éternité. Quand on y pense c'est long l'éternité, très long, mais pas aussi long que ce qu'il me reste à vivre. Bref, je me rends compte que je perds pied, que je retombe dans mes démons, et c'est pas ce que je veux partager avec des gens, jeunes, qui plus est que je ne connais pas. Qu'ils profitent de leurs jeunesses pendant qu'ils l'ont encore. Mais alors que j'évoque sa jeunesse, le brun fait une approximation de nos âges et conclut que j'aurais l'âge d'être son père. Certainement. « Je te donnerai 26 ou 27 ans. » Mais en fait j'en sais rien, ce sont que des chiffres, quelle importance ? Il évoque finalement les cellules psychologiques qui accompagnent les candidats. Malheureusement, cet état dépressif, n'a rien à voir avec l'émission, je l'ai au quotidien. Et concernant les cellules psychologiques. « Ce genre de trucs c'est fait pour aider à surmonter ses problèmes non ? Le truc c'est que mon problème c'est de ne pas en avoir en fait. » Et c'est ça qui cloche dans ma vie. J'ai tout, mais en même temps j'ai rien. Je ne vis pas. Ni succès, ni défaite, rien. Bref, je crois qu'il s'inquiète pour moi, il doit avoir peur que je saute. Je tire alors sur ma clope avant de poser mon regard sur ce le dénommé Eyal. « Ne t'en fais pas, j'ai pas les couilles de sauter. » Je ris légèrement. Surement le rire d'un mec qui se dégoûte. Mais oui, j'ai pas les couilles, j'oserai pas sauter. J'ose espérer que c'est parce que finalement il me reste peut-être un peu d'espoir au fond de moi. Mais j'en sais rien en fait. « Je veux pas te saouler avec mes histoires, alors oublie. » Je regrette d'avoir parlé. Le gars, je le connais même pas, en plus de ça c'est un adversaire dans le jeu et moi je viens lui exposer dans la plus grande naïveté, mes faiblesses. « Mais retiens une chose petit. Un homme peut avoir tout ce qu'il veut, si c'est un homme sans objectif, c'est un homme déjà mort. » Alors qu'il profite de sa jeunesse, et qu'il continue à maintenir la flamme qui le fait vivre. Pour ça il y a pas de secret, il faut avoir un but comme je l'ai dis. Atteindre le haut de l'échelle sociale ? C'est avoir une vie qui n'a plus d'intérêt. J'ai atteint le sommet de la pyramide de Maslow, et maintenant je fais quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9185-eyal 

PSEUDO : mischief insane.
PRÉNOM : charlotte.
COMPTES : maxyne, isaac, ismaël, alfie, angy, elden, wes.
MESSAGES : 1134
AVATAR : marwan kenzari.
ÂGE : 32
LOCALISATION : madrid, esp.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 41 775£
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Unforgettable (06/09 - 19h30)   Mar 5 Sep - 20:18

L'arrivée de son camarade le prit certes de court, mais lui évita de s'enfoncer plus longtemps dans des ressassements qu'il s'était suffisamment infligé. Parce qu'il se sentait pour l'instant incroyablement léger au bord de ces falaises, mais qu'Eyal savait qu'à la minute où il commencerait à regarder en arrière et à ne plus voir que ce qui n'avait pas été assez bien, il perdrait du temps sur le présent, sur le jeu, et s'empêcherait de prendre et de vivre ce qu'il lui restait. Alors sans doute ne valait-il pas plus mal qu'il soit distrait, l'espace de quelques minutes, par un échange qui en plus de lui rendre service s'avérerait peut être riche en renseignements. Parce qu'il n'oubliait pas où il était, et pourquoi. Et que chaque échange, chaque occasion qui lui était donnée de découvrir ses camarades couche après couche, était une opportunité de gagner un peu de terrain. Ils en étaient tous là, à espérer que la bonne information fuiterait au détour d'une banale conversation, qu'un rien leur servirait de base, de piste, pour se cerner les uns les autres. Et pourtant, Eyal comprit à l'instant où son camarade le plaça face à une interrogation inattendue que cet échange ne s'avérerait pas aussi rafraîchissant qu'il l'avait pensé. La mort, il n'y réfléchissait presque pas la plupart du temps, mais voilà qu'il se demandait brusquement ce que ça pouvait bien lui inspirer. Rien de particulier, sur le moment, et c'est peut être la raison pour laquelle il se contenta d'avouer qu'il n'imaginait pas de finalité particulière à tout ça, à chaque existence qui aboutissait à un moment ou à un autre, mais dont l'issue demeurait sans doute immanquablement la même. Parce que pour lui, dans un sens, ce serait plus simple d'imaginer qu'il y aurait un moment où la moindre preuve de sa vie, même imparfaite, même gâchée, n'existerait plus. Mais il n'en savait rien, Eyal, alors la réponse de son camarade le laissa pensif, comprenant qu'il avait visiblement dit ce qu'il espérait entendre. Alors, restant silencieux l'espace d'une minute, il reprit. « J'ai un colocataire qui croit à la réincarnation. » C'était sorti tout seul, peut être sous l'inspiration du moment, ou bien parce que c'était sa manière de ne pas clore le chapitre comme s'il était parfaitement certain d'avoir eu le juste dernier mot. « Sur papier, j'ai toujours trouvé que l'idée était pas mal, mais quand on y réfléchit il doit y avoir plus glamour que de se réincarner en arbre ou en fourmi. » Et tandis qu'il haussa les épaules, légèrement, son regard se perdit un instant dans le vide qui leur faisait face. En fin de compte ça ne changeait pas grand chose de croire à telle ou telle idée, personne ne serait fixé avant l'heure et c'était bien ce qui l'incitait à rester relativement prudent. Et si c'était Jamal, ledit colocataire, le mieux renseigné d'eux tous ? La suite lui valut en tout cas d'esquisser un léger sourire, alors qu'Alain semblait lui retirer quelques années au compteur. « Bientôt 32. C'est le sport, on le dit pas assez mais ça conserve. » Il souffla, plus pour qu'il sache à quoi s'en tenir que parce que l'information lui paraissait en soi particulièrement cruciale. Mais alors qu'il fit un lien peut être hasardeux entre les événements et l'endroit où ils se trouvaient toujours, Eyal en vint à se demander si Alain ne leur faisait pas un petit coup de déprime et n'envisageait pas une solution radicale. Et la suite l'intrigua tout autant. « Hm, je vois. T'es un peu comme ces types qui gagnent des fortunes à la loterie puis qui font une déprime parce qu'ils réalisent qu'ils auront jamais assez d'une vie pour tout dépenser. » Du moins c'était un peu ce que lui inspirait l'idée de se plaindre … de n'avoir aucune raison de se plaindre, en fait. « Je dis ça mais je sais pas vraiment ce que ça fait, de vivre une vie où tout est un peu trop facile. » Parce qu'aussi loin pouvait-il s'en rappeler, ça ne lui était jamais arrivé d'être dépourvu de la moindre angoisse, de la moindre préoccupation, du moins contre-temps. « Et dire que j'étais qu'à moitié sérieux. » Il reprit en tout cas, les yeux rivés vers son camarade d'un air subitement plus soucieux. Que les choses soient claires, il n'avait jusqu'ici jamais réellement pensé qu'il puisse songer à se jeter dans le vide, mais maintenant il n'en était plus si sûr. Et lorsqu'Alain reprit la parole avec un conseil qui sonna bizarrement à ses oreilles, le brun ne put retenir un léger soupire. Bon. « Ok, t'es à un point de ta vie où t'as l'impression d'être arrivé au plus haut de ce que tu pouvais atteindre, je crois que je saisis. T'es soit très riche, soit connu et reconnu pour ce que tu fais. Dans un cas comme dans l'autre, si tu veux je te propose d'échanger, si c'est si pesant. » Ça ferait peut être deux heureux, allez savoir. « Mais tu me feras pas croire qu'il te reste pas un vieux rêve à réaliser, dans un coin de ta tête. Comme faire le tour du monde, tout plaquer et vivre ta retraite dans un dépaysement total, ou épouser une poupée barbie à Las Vegas. » Pourquoi pas, après tout, il y avait des cinquantenaires qui opéraient de véritables révolutions et envoyaient tout valser pour vivre la grande vie. Pourquoi pas Alain ? « T'as une famille, d'ailleurs ? Une femme, des gosses ? Si non, il est peut être pas encore trop tard, ça tu vois ça ferait un bon objectif. » Certes, il n'était cette fois qu'à moitié convaincu, pas certain que ce serait un service à rendre à des gosses que de les faire sur un coup de tête ou pour combler un vide. Mais il aurait l'air malin si pris d'un élan de désespoir, Alain se jetait dans le vide en le laissant planté là comme le dernier des idiots.

_________________
    losing is only a sign
    that you really tried.
    forever trading places with the same old me, im racking up the cases of who i failed to be.
Revenir en haut Aller en bas
 

Unforgettable (06/09 - 19h30)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les Auditions de Star Académie dés le jeudi 29 septembre à 19h30 (TVA)
» Unforgettable Tour annulé à Rotterdam
» [2011] Unforgettable
» Unforgettable
» Tarsem Singh un réalisateur onirique
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: domaine quincy-clifford : niveau 0 - extérieur :: falaises-
Sauter vers: