› thunder, feel the thunder ‹ 02/09, 18h11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9227-stephano 

PSEUDO : COCAINE HEART.
PRÉNOM : ANTOINE.
COMPTES : ALEXANDRIA, DJ, LUNA.
MESSAGES : 372
AVATAR : ALFRED ENOCH.
ÂGE : 25
LOCALISATION : CHICAGO, ILLINOIS, USA.
MÉTIER : VENDEUR.
ÉTAT D'ESPRIT : DETENDU.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
ASPIRATION: succès
AFFINITÉS:
MessageSujet: › thunder, feel the thunder ‹ 02/09, 18h11   Jeu 31 Aoû - 20:44

› bugi ‹

Vous ne vous êtes jamais demandés ce qui vous empêchait de faire certaines choses ? Qu'est-ce qui m'empêche de rater le travail et de rester au lit toute la journée ? Qu'est-ce qui m'empêche de tout claquer et de partir ? Qu'est-ce qui m'empêche de sauter du haut de cette falaise ? Rassurez-vous, je n'ai pas d'idées suicidaires, mais là, les pieds dans le vide, je me pose tout un tas de questions. Ce que je fais là, si je vais bien m'entendre avec les autres, ce que mes proches pensent de moi... je pense que c'est le genre de lieu sujets à se poser des questions existentielles, pourquoi la vie, pourquoi la mort, pourquoi ce qu'il y a entre les deux.
Je m'étais levé ce matin avec une envie de calme, une envie de souffler un peu de cette pression. J'ai l'habitude de vivre en communauté en ayant vécu avec cinq sœurs. Je suis moins habitué aux caméras cependant. Je ne me plains pas, je savais à quoi m'attendre avant de postuler pour l'émission. Cependant, je n'étais pas préparé au fait que ce soit tous les jours – je le savais, je ne l'avais juste pas réalisé, en fait. Du coup, je m'étais évadé en début d'après-midi, et était arrivé à la falaise. Quel lieu magnifique encore une fois. A chaque fois que j'atterrissais dans un nouveau lieu du domaine, j'étais content d'avoir la chance de faire partie des candidats. Et là, en plus, j'étais tout seul, du coup, calme assuré. Toujours les pieds valsant avec le vide, j'allonge mon corps sur le sol et ferme les yeux. Bercé par le bruit des vagues plus bas, je commence à m'endormir.
… et me voilà quelques minutes, que dis-je, quelques heures – je n'en sais trop rien, à vrai dire – plus tard, de nouveau éveillé. Oups, je crois que je me suis endormi. J'ouvre un œil, puis l'autre, et je vois qu'un candidat, - à qui je n'ai jamais adressé la parole -  est installé à mes côtés. « Euhm.. que je dis, un peu gêné, ..salut. » Je souris. Je suis un peu mal à l'aise, le mec a du me voir dormir, c'est un peu étrange comme première rencontre. « Ça fait longtemps que tu es là ? » Histoire que je sache si je me suis tapé la honte longtemps ou non. Je me redresse, tousse un peu, et pose mon regard sur la mer qui vient s'écraser contre la roche. « C'est très reposant, ici. » que je glisse avant de poser le regard sur mon camarade. « C'est quoi ton nom, déjà ? » J'affiche une moue désolée. J'espère qu'il ne m'en voudra pas. En même temps, on est beaucoup, ici. Et puis, si ça se trouve, il ne connait pas le mien non plus, ça ne m'étonnerait pas.

_________________
“les quilles plantées dans un ruisseau, écoute chanter ce drôle d'oiseau
Il nous invite un peu plus haut À partager nos idéaux”
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9178-bugi 

PSEUDO : kidd.
PRÉNOM : faustine.
COMPTES : es el primero.
MESSAGES : 3663
AVATAR : jack o'connell.
ÂGE : 30
LOCALISATION : kirkcaldy, scotland.
MÉTIER : glass-blower.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 30 000£
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: › thunder, feel the thunder ‹ 02/09, 18h11   Ven 1 Sep - 9:55

Les paysages écossais ont toujours eu un charme particulier. Ce petit quelque chose ancré dans l'imaginaire collectif, à côté des mythes celtiques, des fées, des kelpies, des banshees, et d'Each Uisge qui, s'il avait été réel, aurait sans doute apprécié les lieux offerts par la production. J'ai grandi dans les paysages écossais. J'ai voyagé dans le pays bien plus qu'en dehors grâce à ma famille installée et étendue un peu partout entre les frontières écossaises, j'ai foulé plus de terrains, de plaines, de bord de falaises et de littoraux ici que beaucoup de gens ne le feront dans une vie entière. J'appartiens à l’Écosse et aux merveilles dont elle est faite. Aussi, ma préférence pour l'extérieur du château plus que pour l'intérieur a très vite été marquée : si le bâtiment regorge sans doute de mystères à découvrir, l'envie de fouler les hectares mis à notre disposition est telle que je n'ai toujours pas pris le temps de chercher à percer ses mystères ou à observer les habitants qui préfèrent rester sagement entre ses murs. Les claques prises par la nature des lieux sont plus plaisantes que celles des punchlines de x ou y contre z ou a. Et celles balancées par les falaises dépassent toutes les espérances que l'on pourrait avoir à ce sujet. Assis par terre, mes genoux remontés contre moi, j'observe l'horizon agité par le vent et les camaïeux de verts, bleus et marrons qui s'étendent sous mes yeux, simplement porté par le son du vent à mes oreilles. À quelques mètres de moi se trouve un candidat, endormi, dont le nom m'échappe. Je n'ai pas encore eu l'occasion d'échanger avec tout le monde, ni d'intégrer le trombinoscope de la saison. Déjà là que je suis arrivé, j'ai veillé à m'installer à une distance respectable pour profiter à mon tour du panorama gracieusement offert par Mère Nature. Plongé dans le fil de mes pensées, dans les vagues de souvenirs qui s'écrasent dans mon esprit dans le même rythme que celles qui lèchent le pied des roches, c'est sa voix qui me tire de mes rêveries lorsqu'il se réveille finalement. Je tourne la tête vers lui, lui adresse un signe en guise de salutations, un bref sourire, et secoue enfin la tête. « Aucune idée. Suffisamment longtemps pour m'assurer que tu ne ronfles pas. » Regard en coin dans sa direction et sourire un peu plus large avant de reporter à nouveau mon attention sur les vagues. Sa remarque, comme pour combler le vide de mots, m'arrache un souffle amusé. « C'est pas toi qui diras le contraire. » je lance en lui adressant un nouveau regard en biais, sans que les commissures de mes lèvres ne s'abaissent. Et il a raison : la fraîcheur du vent qui n'a rien à envier au mistral méditerranéen, son souffle dans les oreilles ponctué par le bruit des vagues, les couleurs qui se déroulent à nos pieds et la sensation d'être tous petits face à l'immensité des falaises a un côté parfois écrasant, mais particulièrement.. reposant. Je m'appuie sur mes mains pour me pencher un peu en arrière, tourne la tête vers lui lorsqu'il me demande mon prénom et découvre la moue qu'il affiche. « Bugi. Mais j'ai déjà été rebâtisé lapin par Achille. » je précise avec un demi-sourire, avant de désigner le candidat face à moi d'un signe de tête. « Et toi, c'est comment ? » Une fois la question renvoyée et la réponse entendue, je tends une main dans sa direction pour serrer la sienne et pose finalement mes coudes sur le sol pour m'affaler un peu plus, étendant une jambe devant moi.

_________________
I PROMISE YOU, I'LL MAKE IT UP TO YOU
“Arrivé devant une longue plaque de verglas sur le trottoir, il hésite un instant puis, au lieu de la contourner, s’élança dessus, les bras écartés afin d’assurer son équilibre. Comme un gosse. Parvenu au bout sans encombre, il sourit aux étoiles” (DENNIS LEHANE)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9227-stephano 

PSEUDO : COCAINE HEART.
PRÉNOM : ANTOINE.
COMPTES : ALEXANDRIA, DJ, LUNA.
MESSAGES : 372
AVATAR : ALFRED ENOCH.
ÂGE : 25
LOCALISATION : CHICAGO, ILLINOIS, USA.
MÉTIER : VENDEUR.
ÉTAT D'ESPRIT : DETENDU.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
ASPIRATION: succès
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: › thunder, feel the thunder ‹ 02/09, 18h11   Ven 1 Sep - 15:11

Il est vrai que l'idée de se faire filmer h24 et sept jours sur sept est glauque. Le pire, dans tout ça, c'est que nous l'avons voulu, nous, les candidats. Ce sont nous qui avons du postuler, nous qui nous sommes jetés tous seuls dans la gueule du loup. Je ne regrette pas, attention, je dis simplement que je suis en dehors de ma zone de confort. Je n'ai pas une vie particulièrement intéressante, à vrai dire je ne pense pas être l'un des candidats dont on épie le moindre fait et geste, mais, dans l'idée, c'est dérangeant de se sentir observer, comme ça, tous les jours, tout le temps. J'imagine qu'à force, on oublie qu'on est filmés, et qu'on oublie la présence de ces petits appareils qui servent à retransmettre les moindres de nos actions à des gens installés confortablement dans leurs canapés. Ainsi, je m'étais posé là, sur la falaise, espérant, au fond de moi – il faut bien que je l'avoue – que je m'étais installé à un endroit où aucune caméra ne pouvait se poser sur moi. Et c'est là que je m'étais assoupi, vraisemblablement un peu fatigué par tout ce remue-ménage, tout ce capharnaüm et tous ces candidats qui grouillaient dans le sein même du château. C'est en me réveillant que me vinrent deux surprises : la première, je n'étais pas mort – on sait jamais, j'aurais pu me retourner un peu trop souvent durant mon sommeil et chûter en bas de la falaise – mais également qu'un candidat s'était installé non loin de moi, sur cette même falaise. Toujours un peu abasourdi par ce réveil et un peu gêné que le candidat m'ait vu comme ça, la première chose que je lui demande est depuis combien de temps il est là. Depuis pas très longtemps apparemment, enfin visiblement assez de temps pour qu'il se rende compte que je ne ronfle pas. Ah, ouf ! Enfin, vous allez me dire, ce n'est très grave, en soi. Ce n'est pas comme si j'avais l'intention de le draguer et que des ronflements auraient été rédhibitoires. Du coup, pas de soucis. « C'est déjà ça. » Posant mon regard sur l'eau plus bas, je constate que c'est très reposant, ici, et le candidat me dit que ce n'est pas moi qui vais dire le contraire. Je lâche un petit rire, c'est vrai, étant donné le contexte. « J'irais bien déposer ma tente ici. C'est trop bruyant là-bas. » Je ne suis pas quelqu'un de timide, à vrai dire je suis plutôt quelqu'un d'extraverti et aime faire la rencontre d'autres personnes. C'est juste que ça fait beaucoup, d'un coup. Entre le fait que je sois totalement sur un autre continent, avec des gens que je ne connais pas, dans un lieu que je connais pas non plus, sans mes repères, mes petites habitudes, mon petit train train quotidien. J'imagine que c'est juste une question de s'acclimater, n'est-ce pas ? Reposant mes prunelles sur mon compagnon de calme – c'est comme ça que je le vois, maintenant – je me permets de lui demander son prénom. Je reconnais son visage, mais j'aimerais bien mettre un prénom sur celui-ci. Bugi ? C'est un prénom, ça ? Oh, je ne juge pas, c'est simplement que je n'ai jamais entendu ça par le passé. Il m'indique qu'il aurait déjà été affublé d'un surnom. « Lapin », par un certain Achille. Je pense voir qui est Achille, il me semble que c'est l'un des plus jeunes candidats ici.  « Lapin ? Pourquoi Lapin ? » que je dis en arquant un sourcil. Je ne vois pas trop la ressemblance avec un lapin, mais pourquoi pas, après tout ! Me retournant, la question, je lui glisse « Stephano. » tout en serrant la main qu'il vient de me tendre. Redressant légèrement mon mètre quatre-vingt dix sur le haut de cette falaise, une question me vient soudainement. « Tu ne trouves pas qu'aussi reposant soit-il, cet endroit est dangereux ? Je veux dire, j'ai déjà regardé cette émission, et je sais que certains aiment bien abuser sur l'alcool. Je doute que le Maître aimerait se retrouver avec des morts sur les bras. » A moins que tout ceci soit artificiel et que ce soit de la mousse en bas, je pense que la production devrait faire gaffe. C'est vrai, quoi, un accident est vite arrivé, non ? « Mais sinon, qui es-tu, Bugi ? Je veux savoir qui tu es, mais également ce que tu fais là. » Pas sur cette falaise – enfin, quoi que – mais surtout dans cette émission.

_________________
“les quilles plantées dans un ruisseau, écoute chanter ce drôle d'oiseau
Il nous invite un peu plus haut À partager nos idéaux”
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9178-bugi 

PSEUDO : kidd.
PRÉNOM : faustine.
COMPTES : es el primero.
MESSAGES : 3663
AVATAR : jack o'connell.
ÂGE : 30
LOCALISATION : kirkcaldy, scotland.
MÉTIER : glass-blower.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 30 000£
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: › thunder, feel the thunder ‹ 02/09, 18h11   Dim 3 Sep - 0:10

Au bout de deux jours à peine d'aventure, j'arrive parfois à oublier que des caméras sont pointées sur nous. Si le château n'a pas non plus l'allure d'une colonie de vacances pour adultes jeunes et moins jeunes, c'est avec des allures d'aires de repos qu'il nous accueille en son sein et nous permet de nous familiariser peu à peu au bouleversement que Thrown Dice représente dans nos vies. Si je réalise que je passe à la télé peut-être à chaque faits et gestes que je peux faire ? Certainement pas. Si l'idée pourrait me déranger ? Sans doute un minimum, comme chaque être présent dans le jeu : nous ne sommes, pour la plupart, pas des gens de la télé, mais de ceux qui font partie du commun des mortels, des humains qui n'avaient rien pour être prédestinés à participer à l'émission et à voir nos visages s'afficher sur une bonne partie des écrans du Royaume-Uni. À l'extérieur du château, j'ai l'impression agréable de ne pas me sentir observé chaque heure qui passe, et c'est probablement pour ça que je me suis laissé conduire jusqu'au bord des falaises, en plus du simple désir de retrouver un peu de chez moi – le mal du pays n'a pas lieu d'être, mais celui de la maison est bien présent quand sonnent certaines heures précises. Assis à quelques mètres du rebord, j'observe les vagues et leur mouvement et hume l'air marin et son odeur iodée si particulière, qu'aucun autre endroit sur Terre ne possède réellement. Quand j'entends du mouvement à côté de moi, je ne tends qu'à peine l'oreille et ne bouge pas vraiment la tête, jusqu'à ce qu'enfin une voix m'arrache du fil de mes pensées. Ma tête se tourne et je découvre enfin le regard du candidat endormi non loin de là depuis, probablement, bien avant mon arrivée sur place. Il me demande depuis quand je suis là, et semble un peu rassuré quand je lui dis que je ne l'ai pas entendu ronfler. Je lui adresse un sourire et laisse mon regard suivre le sien pour se poser à nouveau vers le pied des falaises et les vagues qui n'ont de cesse de les lécher. Un sourire fin se dessine sur mon visage. « Ouais, c'est un chouette endroit, mais je te déconseille le camping quand même : ta tente risquerait de s'envoler si les bourrasques sont trop fortes. » Je lui lance un regard en coin, détaille un instant son profil. Il n'a pas l'air d'être spécialement renfermé sur lui-même, malgré son sourire léger et son air de chiot accroché à sa face. Je me demande, l'espace d'un court instant, quel âge il peut bien avoir, et remets finalement à plus tard la recherche de réponse à cette question, m'affalant un peu plus à ses côtés. Riant brièvement tout seul à sa remarque, j'appuie mes yeux sur lui. « Bugi, Bug, Bugs, Bugs Bunny, ça finit en lapin sans que j'aie le temps de dire quoi que ce soit en réponse. » Non pas que ça me dérange foncièrement : la blague avait déjà été faite avant et c'est avec les bras ouverts que j'accueille son retour comme je le ferais avec une vieille amie qui aurait pu me manquer : Achille avait réussi, en un mot seulement, à me ramener un petit bout de chez moi. Je hoche doucement la tête à l'annonce de son prénom et tente de l'imprimer parmi les autres à apprendre cette semaine, serrant ses doigts entre les miens avant de laisser mollement retomber ma main par terre. J'arque un sourcil à l'entente de sa question, rebaisse les yeux vers le bas des falaises en haussant un peu les épaules. « Depuis le temps que l'émission existe, j'imagine que la production a pris les mesures nécessaires. Et sinon... on sera tous, ou presque du coup, renvoyés chez nous avant la date estimée. » Je tente un sourire en coin dans sa direction pour lui faire entendre que je plaisante, à court d'idée quant aux explications des recours mis en place à la prod pour assurer notre sécurité à tout instant. Je finis par pouffer un peu de rire, laisse finalement tomber mon dos contre l'herbe, ma tête sur mon bras, en la tournant ensuite vers lui. « Entre ton accent et tes questions, on pourrait croire que t'es de la CIA. » Nouveau rire, plus semblable à un souffle qu'à un réel éclat. J'imagine que ça se tient, de vouloir connaître les autres comme ça. « Tu veux savoir quoi précisément ? »

_________________
I PROMISE YOU, I'LL MAKE IT UP TO YOU
“Arrivé devant une longue plaque de verglas sur le trottoir, il hésite un instant puis, au lieu de la contourner, s’élança dessus, les bras écartés afin d’assurer son équilibre. Comme un gosse. Parvenu au bout sans encombre, il sourit aux étoiles” (DENNIS LEHANE)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9227-stephano 

PSEUDO : COCAINE HEART.
PRÉNOM : ANTOINE.
COMPTES : ALEXANDRIA, DJ, LUNA.
MESSAGES : 372
AVATAR : ALFRED ENOCH.
ÂGE : 25
LOCALISATION : CHICAGO, ILLINOIS, USA.
MÉTIER : VENDEUR.
ÉTAT D'ESPRIT : DETENDU.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
ASPIRATION: succès
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: › thunder, feel the thunder ‹ 02/09, 18h11   Mer 6 Sep - 12:06

C'est vrai que c'est reposant, ici. Comme je l'indique à mon camarade, j'irai bien déposer ma tente sur ces falaises. Non pas que j'ai quelque chose à reprocher à mes camarades, ou que je n'aime pas passer du temps avec eux, disons que là, c'est le début, et que ça a tendance à piaillé un peu de tous les côtés. Oh, je ne juge pas, c'est le moment où on apprend un peu tous à se connaître. Ajouté à ça le fait qu'il y ait des caméras et que je n'ai pas l'habitude d'être filmé, encore moins vingt-quatre heures sur vingt-quatre, alors je pense qu'un peu de repos loin de « tout ça » n'est pas de refus. Ce n'est pas un coup de mou, simplement le fait que je suis complètement hors de ma zone de confort. Mais je pense que la petite sieste que je viens d'avoir m'aura un peu requinqué. Le jeune homme me dit que ce serait risquer d'élire domicile sur cette falaise, tant le vent est fort et que ma tente risque de s'envoler. C'est vrai, j'imagine qu'il n'a pas tort. Il a l'air de s'y connaître plus que moi sur ce genre d'endroits ; il a l'air d'être un mec tout terrains tandis que je ne suis qu'un pauvre mec de la ville. Les grattes-ciel, la foule, le bruit, c'est plus mon dada, ça. Pourtant, ici, j'ai un peu plus de mal, bizarrement. Ca doit être les caméras, on en revient toujours au même point. « Qui sait, ça fera peut-être de l'audimat ! » quoi, c'est pas pour ça qu'on est là ? Même si cela fait à peine quelques jours que nous sommes là, je peux déjà voir que je ne suis pas le candidat qui fait le plus parler de lui. Oh, ça ne me dérange pas plus que ça, j'imagine que chacun va faire parler de nous de plus en plus au fil de l'aventure. Et puis, comme je l'ai dit lors de mon casting, je ne suis pas du genre à mentir, ou à jouer un rôle pour me faire filmer ; je ne suis qu'un mec banal, un mec normal, un mec que tu peux rencontrer dans la rue, quoi. Par la suite, je lui demande que lui a valu le surnom de « Lapin ». Il n'a rien à voir avec un lapin, enfin là, tout de suite, décryptant le candidat des yeux, je n'y vois aucune ressemblance. Il m'annonce que c'est en rapport avec son prénom. Aaaah, oui, vu comme ça. Moi malheureusement j'ai toujours droit au surnom « Steph ». Plus facile pour les gens, apparemment. J'ai l'habitude, maintenant, j'ai un peu l'impression que c'est devenu mon prénom. Je regarde les vagues venir claquer la roche plus bas tandis qu'une question me vint en tête. N'est-ce pas trop dangereux, ce genre de lieu ? Je veux dire, un regard jeté autour de moi m'a conforté dans l'idée : il n'y as pas de barrières, aucunes rambardes, rien qui me retiendrait si là, je décidais de me jeter. Bien sur, rassurez-vous, ce n'est pas dans mes plans. Mais ça m'intrigue. Bugi me sort que la production a sans doutes pris des mesures nécessaires. Hm. Il ne doit pas avoir tort, je n'arrive pas trop à voir lesquelles cependant, mais je vais chasser cette idée de ma tête et me pencher sur la question plus tard. Le contexte propice aux discussions, j'en profite pour essayer d'en savoir un peu plus sur mon camarade. Le mec m'intrigue, le mec a de la gueule, je veux en savoir un peu plus sur lui. Je lui demande donc qui il est. Je lâche un rire face à sa réponse. Moi, de la CIA ? Oui, c'est bien connu. « Eh merde, t'as mon secret. » que je lâche. «  Ou alors je suis juste très curieux. » je souris. Quoi que, c'est le début du jeu, il faut bien apprendre à se connaître, non ? Il me demande ce que j'aimerais savoir sur lui. Jonglant avec un caillou que je viens d'attraper, je lui réponds : « Le basique... ton âge, d'où tu viens, ce que tu fais dans la vie. Ce que tu aimes faire. Pourquoi tu es là. Quels sont tes rêves, tes buts dans la vie, ce qu.. » j'avoue que la ça fait beaucoup de questions d'un coup, il pourrait réellement croire que je cherche à recueillir des informations sur lui pour un but précis. « Au pire raconte-moi ta vie depuis le début. » Oui, j'ai de la patience, et j'en ai à revendre. Je plaisante, je ne veux pas le mettre mal à l'aise en plus, puisque des gens n'aiment pas forcément parler d'eux.

Spoiler:
 

_________________
“les quilles plantées dans un ruisseau, écoute chanter ce drôle d'oiseau
Il nous invite un peu plus haut À partager nos idéaux”
Revenir en haut Aller en bas
 

› thunder, feel the thunder ‹ 02/09, 18h11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» News Thunder Tiger JACKAL Trophy Truck
» réalisation d'une maquette de BTM
» Moteur Thunder Tiger Pro 28 Problème Réglage
» [Maquette de fan] Little Thunder Mountain (projet)
» [Site] Big Thunder Mountain (de retour!)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: domaine quincy-clifford : niveau 0 - extérieur :: falaises-
Sauter vers: