moorea ♆ 12/09 vers 17h

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9184-abbi En ligne

PSEUDO : errol
PRÉNOM : jo
COMPTES : holly, hélio & co
MESSAGES : 569
AVATAR : ana de armas


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: pas besoin j'ai eyal
ASPIRATION: popularité
AFFINITÉS:
MessageSujet: moorea ♆ 12/09 vers 17h   Lun 11 Sep - 20:06


ft. Alessia

Les téléspectateurs devant leurs écrans, ils sont surement sur le cul, je veux dire ... au sens figuré, oui voilà c'est ça ; tellement ils doivent vraiment rien comprendre à cette séquence qui passe en boucle depuis des plombes maintenant et où, avec ma liberté légendaire mixée à la spontanéité de la rousse, je me la trimbale main dans la main partout où je vais façon poupée gonflable dans le château. Un peu comme s’il s’agissait de ma nouvelle bff officielle de l’aventure, parfaitement moulée en plus à mon petit gabarit. Ouais j’ai l’impression de tirer un gros ballon rempli à l’hélium avec moi, qu'on m'a attaché en ce début de semaine à mon poignet tellement on circule en symbiose depuis des heures maintenant à papoter de tout et de rien. « t'as quoi dans ton sac ? » Alessia et moi, faut le dire mais c’est vraiment du copinage sur mesure, et c’est drôle parce-que j’ai jamais eu l’impression d’avoir partagé un moment en béton avec elle. Ouais c’est trop étrange comment je me sens compatible avec elle sans même m’être posée des heures en sa compagnie. Aujourd’hui, c’est une autre histoire, parce-que je me retrouve à passer la majeur partie de mon temps avec elle. Pas pour rattraper le temps perdu, non, mais plutôt parce-que j’en ai envie, c’est tout. « viens on marche par là » je sais pas où on va parce-que j'ai pas la fonction gps incluse dans mon cerveau. Moi je fais tout au random, je me laisse tout simplement guider par mon instinct et des fois ça marche comme ça foire. On sait jamais à quoi s'attendre alors je sais pas trop où on va mais je fais semblant d'être la nana qui sait ce qu'elle fait. Ça fait quelques minutes qu'on marche, mais elle tient mon rythme et moi le sien alors c'est cool. En fait le truc, ou plutôt le mot de passe dans tout ça, c'est que je suis hyper à l’aise avec elle. J’adore comment elle parle, elle regorge d’imagination et en plus de ça, elle me fait rire. Alessia, c’est un peu ma nouvelle copine idéale sans risque avec qui t’es garantie et absolument sûr de passer un bon moment. Les plaintes pour Barbie rousse défectueuse, son fournisseur connait pas, car elle est tout simplement parfaite la petite Moorea. Oui dans ma tête, Alessia c’est cette petite île, au beau milieu de l’océan pacifique qui figure parmi mes préférées comme sites de plongée exploitables. « tu veux qu’on se pose quelque part ? » que j’annonce avec ma voix et mon sourire lumineux au fur et à mesure qu’on arrive près de ce qui semble être de loin … la tour Jenna. Je sais pas pourquoi ça a cette symbolique de l’amour, mais je trouve l’édifice plutôt beau au milieu de cette plaine. Il signifie beaucoup pour moi en tout cas. « dis ...» je m'accorde une micro pause histoire d'essayer de trouver le bon enchaînement dans ma tête, et surtout pour que la phrase que j'ai en tête ait au moins un sens une fois expulsée à l'air frais « tu penses qu’on pourrait trouver l’amour toi et moi dans cette aventure ? » que je balance un peu comme ça, l’air de rien, en réprimant mon rire mais le regard et le sourire qui va avec porté sur elle. Genre on aurait une chance de tomber sur des types bien ici ? En dehors des secrets, des nominations et du jeu en général, je trouve que ça serait mignon de se taper une petite histoire d’amourette en ces lieux, nan ? Je sais pas ce qu’elle en pense, à vrai dire si, je crois le savoir, mais il m’arrive des fois de me tromper sur des gens alors je ferme bien ma gueule à ce sujet et j’évite de trop m’avancer ou de m’emballer. J’ignore même sa position vis-à-vis de ça, je veux dire de l’amour ; si elle y croit vraiment ou bien si elle s’en protège comme la plupart ici, mais je parle d'habitude avec une liberté totale, doublé d’une spontanéité insolente, alors autant le faire dans l’un de mes sujets favoris, nan ?

_________________

Je n'ai pas peur de connaître le malheur. Ce que je crains, c'est de savoir que le bonheur passé ne reviendra pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9177-alessia En ligne

PSEUDO : calistouille
PRÉNOM : laurie
COMPTES : phil
MESSAGES : 2647
AVATAR : dasha sidorchuk
ÂGE : 25
LOCALISATION : Kingtson
MÉTIER : future ex-serveuse dans un bar à pervers
ÉTAT D'ESPRIT : Nothing to wear


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 18500£
ASPIRATION: succesful4thewin
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: moorea ♆ 12/09 vers 17h   Mar 12 Sep - 19:15

Partout, sur internet, dans les cours de récré, à la télé, dans les cours martiales pis même pourquoi pas dans les maternités, on arrête pas de parler de la bromance, comme si c’était le truc le plus cool et classe de la terre, la hype à l’état pur et que personne ne peut égaler. Mais je suis pas d’accord, moi. Parce que y’a aussi la sismance qui est vachement trop cool, et ça, personne n’en parle. Personne, même pas un petit péquenaud dans son brin de campagne quand il va passer dire le bonjour à la mamie Huguette avant d’aller traire ses vaches. Et vous savez quoi ? C’est une honte. Oui, parfaitement, m’sieurs dames ! Une honte ! Parce que je le clame haut et fort : la sismance, c’est encore plus mieux bien que la bromance. Et ça, j’en est aucun doute. Tenez, exemple tout à fait hasardeux d’une sismance qui en dépote : Abbi et moi. Aucun bro ne pourra rivaliser avec nous, non non non, aucun ! Et ça, tous les téléspectateurs pourront en être témoin et d’ailleurs, y’a moye qu’ils s’en soient rendu compte d’eux même depuis bien longtemps, parce que ça fait quand même des plombes qu’avec Bibounette on se balade main dans la main comme deux p’tites filles pendant la récréation à l’école maternelle pour aller se raconter leur secrets les plus darks. Je sais pas si les caméras sont en train de nous suivre de leur yeux bioniques, mais en tout cas une chose est sûre, ils le devraient. Parce qu’on pète vachement la classe, comme ça, main dans la main dans notre grande expédition. Faut dire aussi qu’on a vachement la classe tout court. J’vous le dis, moi, c’était le destin qui nous a fait nous rassembler là, toutes les deux dans cette émission. J’suis même sûre qu’on était déjà des sistah4ever avant l’émission sans le savoir, genre, on était des princesses BFF dans nos vies antérieures pis on est vouées à toujours être dans la sismance du love. « Mon sac, Bibounette, c’est la caverne d’Alibaba version Willy Wonka. J’vais nous faire devenir diabétique comme t’as pas idée ; nos médecins vont rien comprendre à leur vie, et nous, on pourra les narguer genre avec un rire machiavélique comme MOUHOUHAHAHAHA. J’sais pas pourquoi on voudrait les narguer mais j’suis sûre que ça pourrait être drôle. Pis on s’enverra des snaps de leurs têtes. » Ouaip. Un super plan, si vous voulez mon avis. Ya plus qu’a espérer que lesdits médecins ne regardent pas l’émission à ce moment là, mais sinon, à part ça, c’est infaillible. Et puis, Biboune m’emmène dans une autre direction, et moi, je la suis parce que c'est sûrement son super instinct de carte mappy qui est en train de la guider. Et tandis qu’on arrive lentement mais sûrement près de la fameuse tour de Jenna, elle me demande si je veux qu’on s’assoit quelque part. Main sur la bouche, je fais mine de réfléchir intensément face à cette question des plus sérieuse, analysant scrupuleusement le moindre carré d’herbe autour de nous. Puis, j’en trouve un qui me plait tellement que je suis presque sûre que mes fesses pourraient me supplier de m’y asseoir. Je pointe le carré choisi du bout du doigt, main tendue et déclare sérieux  « LA ! C’est la pelouse de la prophétie, celle qui dit qu’elle devait accueillir nos fesses un jour. Faut qu’on y aille, c’est l’attente de toute sa famille depuis 47 générations, tu te rends comptes. » Bah oui. Et je m’en voudrait trop de les faire rater le but de leur vie, de les laisser faire la passation de pouvoir toujours dans l’attente sans qu’il ne sache que ça n’arrivera jamais. Ca serait trop bête. Et puis, alors qu’on est en train de s'asseoir et que j’ouvre mon sac, m'apprêtant à en sortir la tonne de sucreries, chocolats et biscuits en tout genre, elle me pose une question. Est-ce qu’on pourrait trouver l’amour ici. C’est une question toute bête, toute innocente. Pourtant, sans trop que je sache pourquoi, sitôt l’eut-elle posé, c’est un visage, une voix, un nom qui m’a traversé l’esprit, très furtivement, une toute petite seconde. Et sitôt me suis-je rendue compte de ce que mon cerveau venait de faire… Que je sens mes joues chauffer légèrement. Oh oh. Pas bon, pas bon. Pourquoi ma face et ma cervelle se liguent contre moi comme ça, hein, pourquoi ils font des trucs sans que je le veuille et sans raison ? Je comprends pas trop pourquoi j’ai cette réaction, alors, pour tenter de reprendre le contrôle, je reporte mon attention sur la bouffe à sortir du sac, mais mes gestes sont un peu trop rapides pour être honnêtes. J’le sais. Et le pire, c’est qu’en même temps que ça, j’ai voulu répondre quelque chose de super naturel, mais... « O-oh bah je- euh, je sais pas, sûrement- enfin, peut-être, les mystères de la vie, tu sais, on verra hahahaha… Un bonbon ? » Oui, je sais, très crédible, n’est-ce pas ? Mais allez, ma p’tite Alessia, on se reprend, et la meilleure chose à faire pour que j’oublie ce qu’il vient de se passer -parce que non, il ne s’est absolument rien passé, vous mentez- je décide de reporter mon attention sur elle, souriante. « Tu aimerais bien, toi ? Trouver l’amour. » Je suis sûre que sa vision des choses doit être beaucoup moins glauque et déprimante que la mienne, alors c’est avec plaisir que je lui pose cette question, pressée de tout savoir sur elle à ce sujet !

_________________
†Heart don't fail me now courage don't desert me don't turn back now that we're here people always say life is full of choices no one ever mentions fear or how the world can seem so vast on a journey to the past ? Somewhere down this road I know someone's waiting Years of dreams just can't be wrong  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9184-abbi En ligne

PSEUDO : errol
PRÉNOM : jo
COMPTES : holly, hélio & co
MESSAGES : 569
AVATAR : ana de armas


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: pas besoin j'ai eyal
ASPIRATION: popularité
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: moorea ♆ 12/09 vers 17h   Ven 15 Sep - 22:31


Le sac de Moorea, c’est un peu comme une petite bouteille d’oxygène réglée à nous maintenir en vie pour la journée. Je sais pas ce qu’elle transporte dedans, mais je lui fais confiance et je la laisse gérer le truc parce-que dans notre partage des tâches, c’est elle qui s’occupe des provisions. Dans notre city ville perso à nous deux, la ministre de la bouffe, c’est elle, alors que moi de mon côté je m’occupe du côté exécutif, du programme, des décisions qui nous concernent toutes les deux et des transports. Ouais mon rôle en ce moment c’est un peu de nous trouver un coin tranquille où nous poser afin de manger et papoter de tout et de rien. Mais surtout de rien. Je lui fais confiance pour le matos, mais je tiens quand même à savoir ce qu’elle nous a apporté avec elle en cours de route parce-que je suis curieuse de nature. Très curieuse. Je veux pas non plus qu’elle me sorte un échantillon où qu’elle me dresse une liste de ce qu’elle a apporté, non, je veux juste avoir un bref aperçu et ce qu’elle me raconte me rassure et me fait pouffer de rire aussi. « yaaay nickel » Un rire mignon, le genre soft qui épouse facilement le sien et s’harmonise pour former un duo de l’enfer. Moorea est trop géniale, elle a trop d’imagination, y’a jamais de pauses, de blancs ou de conneries de ce genre en sa compagnie. En plus avec elle je deviens Biboune et Bibounette, deux stades encore plus free et happy que la Bibi d’origine. Une sorte de Perfect Bibi avancée au summum de sa lumière. Mon dieu c’est trop fluide que ça glisse à la perfection, et je suis hyper contente de l’avoir rencontré sur les réseaux. Parce-que sans ça je crois pas que notre relation-embryon aurait vu le jour. « Mon médecin il est grave mignon, je t’enverrais des snaps de sa tronche même en colère tu me diras de me filer son num » je glousse avant de rajouter « en plus on en a qu’un seul dans toute l’île qui fait pratiquement tout » c’est un peu un mix entre un ORL-traumato-cardio-pneumo-gastro-urgentiste payé par l’état pour superviser un peu tout le monde, les touristes surtout. « Il ressemble un peu à Aryel si tu vois le genre » australien aussi parce-qu’il est surfeur-plongeur-aventurier et … drogué aussi. « ou peut-être Claudio » yes un mix entre Cookie et Chico ça donne le médecin qu’on a sur mon île. « après ça dépend je connais pas ton style, mais imagine un peu une fusion des deux et dis moi » Je sais pas pourquoi j’en parle mais je suis en mode pilotage automatique depuis des plombes maintenant, je raconte un peu n’importe quoi et tout ce qui me passe par la tête. Je filtre que dalle mais c’est ça, la liberté d’expression. « mais ton rire machiavélique il fait quand même trop peur Moorea » ouais mon petit cœur il supporte pas. Enfin j’exagère, mais il est quand même balèze son rire faut faire attention à pas me le sortir en milieu d'une phrase. « Attends j’essaye moi aussi » je nous arrête deux secondes et je prépare mes poumons. Ouais je veux voir ce que ça donne avec moi alors j’expire en faisant ma fake cruella qui veut voir le monde brûler sous ses pieds « MOUHAHAHAHAHA » mon dieu j’ai fait un effort monstre j’ai l’impression d’avoir vidé mon forfait vocal dans ce rire de merde. « Alors c’était comment ? » Je suis pas crédible, c’est ça ? Incarner le mal, j’ai jamais su, faudrait qu’on m’apprenne parce-que bon, avec mon visage qui connait que le mode Happy je suis un peu limitée au niveau de mes expressions. Il m’arrive d’être triste, de faire la outrée mais faire la méchante, ça je connais pas. M’ouais bon, j’ai fait de mon mieux en tout cas et ce dont je veux le plus actuellement, c’est qu’on pose nos deux petits culs quelque-part parce-que j’en ai un peu marre de marcher, et Moorea semble avoir trouvé le petit bout de terre parfait. « la pelouse de la prophétie mon dieu je suis morte » je peux pas m’empêcher de retenir mon rire, en plus j’ai les abdos qui brûlent tellement j’arrête pas. Des fois je me demande d’où est-ce qu’elle sort tout ça parce-que si moi je suis branché naturellement profondeur et espace sans rien prendre, elle je dois me dire qu’elle tape dans quelque chose de pas bien parce-qu’elle me dépasse avec ce qu’elle raconte si souvent, et moi j’estime être la limite natty du cerveau extravagant sans produits dopants. J’arrête de me marrer, et pendant que je la questionne un peu comme ça, l’air de rien, mes deux grosses billes de chien sous la pluie sont portées sur son sac en mode –vas-y fait ressortir les bonbons-. Ouais j’ai besoin de sucre, de glucose en ce moment, mais sa réponse toute tortueuse me surprend et je me retrouve à la détailler avec un air grincheux. « heeeey tu me caches des choses toi ! » ouais je suis pas conne, là elle me dissimule des choses faut pas me la faire à moi. « c’est quoi cette réponse » les mystères de la vie de mon cul ouais, je veux savoir moi. En plus elle devient toute rouge c’est bon elle est grillée. Et moi j’écarquille les yeux comme si c’est bon, j’avais compris. « HAN tu l’as trouvé c’est ça ! » ou au pire, elle a déjà une idée, si ce n’est des idées au pluriel. En fait non, je crois qu’elle a juste un embryon d’idée, le commencement. Un point de départ. D’où sa réaction. « Le bonbon que je veux c’est toi » que je balance avec mon sourire adorable. Plus sérieusement « ouais je veux un bonbon. Je veux le mettre sous ma langue et sucer. »  J’adore sucer. J’adore faire ça. « ça se trouve t’as des bonbons sous forme de cœur je suis sûre » ouais maintenant c’est bon je vais faire fixette sur ça, et pendant que je la laisse fouille dans sa sacoche, je m’installe plus confortablement en tailleur, l’air pensif « ouais j’aimerais beaucoup » c’est pas naïve comme réponse, non, c’est juste mon cœur qui est entrain de parler, en ce moment. Sans filtre. « enfin … je sais pas si je vais trouver ou connaître le vrai amour, mais au moins je veux bien vivre une belle histoire » je pue l’optimisme mais si on regarde bien, une petite amourette voir une histoire cute c’est pas non plus trop demander. J'estime la mériter y'a pas de mal à vouloir du bon pour soi. J’ai aussi mes petites idées mais moi contrairement à elle, je suis pas gênée parce-que j’arrive à parler de ça en toute liberté. J’assume mes émotions de A à Z et c’est peut-être pour ça que je suis aussi à l’aise. Les gens se trompent souvent sur mon compte. Il pense que je suis quelqu’un de timide qui va virer au rouge dès que ça commence à parler de garçons ou de bites, mais non, chez moi c’est cool. Trop cool même.

_________________

Je n'ai pas peur de connaître le malheur. Ce que je crains, c'est de savoir que le bonheur passé ne reviendra pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9177-alessia En ligne

PSEUDO : calistouille
PRÉNOM : laurie
COMPTES : phil
MESSAGES : 2647
AVATAR : dasha sidorchuk
ÂGE : 25
LOCALISATION : Kingtson
MÉTIER : future ex-serveuse dans un bar à pervers
ÉTAT D'ESPRIT : Nothing to wear


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 18500£
ASPIRATION: succesful4thewin
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: moorea ♆ 12/09 vers 17h   Sam 16 Sep - 16:33

Quand Bibounette, l’amour de ma vie, mon âme soeur, ma bff for ever, me demande ce que y’a dans mon sac, j’me la joue un brin mystérieuse en lui révélant simplement qu’on va pouvoir narguer nos médecins avec le diabète que mon sac allait nous donner et ma réponse à l’air de la satisfaire. Mais c’est normal, en même temps, c’est un plan du tonnerre que j’ai monté là. Y’a que les relous qui en auraient pas été contents et ma Biboune c’est la reine du royaume des pas-relous alors c’est sûr que c’est tout sauf une relou. Et puis là elle m’apprends que son médecin est super mignon et je dois bien avouer qu’elle a bien de la chance. moi mon doc c’est le même depuis que je suis arrivée en Angleterre alors s’il était pas trop moche quand j’avais 14 piges, depuis le temps, il a eu le temps de se flétrir le pauvre. Et mes spécialistes de l'hôpital n’en parlons même pas, j’suis sûre qu’ils pourraient être engagés facile dans des films fantastiques pour prendre le rôle de trolls ou d’autres créatures du genre sans avoir besoin de trop de maquillage. Ptetre même que ça a déjà été le cas. « Tu me préviendras avant que t’ailles le voir, alors. Comme ça j’aurais tout le temps d’me faire belle gosse, pis il penseras que c’est mon état naturel parce que j’aurais mis deux secondes à te répondre. » Un super plan de la mort qui tue, si vous voulez mon avis. Peut-être même encore mieux que celui de nous faire devenir diabétique. Peut-être. « Oh moi tu sais, j’ai pas vraiment de style, physiquement parlant. Tant qu’il est canon je prends, j’suis pas difficile. » Eh ouais, j’suis comme ça, moi. J’suis une fille simple. « Du coup ouais, la fusion des deux, là, ça peut être pas mal. » Je crois pas encore avoir parlé plus que ça à Aryel et Claudio, mais j’ai pas besoin de ça pour replacer leur faces. Et l’enfant que pourraient avoir ces deux là ensemble pourrait être intéressant, et pas que d’un point de vue scientifique si vous voyez c’que j’veux dire. Et puis, Biboune reconnais mes talents pour le rire machiavélique et je peux n’être que d’accord avec elle. Ca servirait à rien d’être modeste, je sais que j’suis trop forte pour me la jouer machiavélique, même Satan il aurait trop peur si je lui crachais mon rire à la gueule. « C’est un entraînement de tous les instants, tu sais. Je m'exerce toutes les nuits à 4h44 précises du matin. Une fois Stephano a eu tellement peur qu’il en a fait pipi dans son caleçon. » Enfin, je l’ai pas vu, mais je suis sûre que c’est le cas. Ca ne peut être que le cas. Finalement Biboune tente de s’y mettre aussi et on s’arrête pour qu’elle puisse se concentrer avant de le lâcher. « Pas mal Bibounette, mais tu le sors pas d’assez loin. Le tien vient du fond de ta gorge quand en fait, il devrait venir du fond de tes tripes, tu vois. Tu respires bien a fond, puis comme ça : MOUHOUHAHAHAHAHA. Tu vois la différence ? » Alessia Balconi, 1ère du nom, Grande Prêtresse du Rire Machiavélique. C’est dommage que ‘ait pas de championnats du monde ou d’école pour apprendre à en faire parce que si c’était le cas c’est sûr que tout le monde se battrait pour que je fasse partie de la leur. Et puis, finalement, on pose nos superbes p’tites fesses sur la pelouse de la prophétie et je suis trop fière d’avoir réussit à faire rire ma sistah. Vous vous rendez pas compte comme ça pourrait être genre le but de ma vie de la faire rire, alors quand j’y arrive bah c’est comme si j’avais tout gagné, voyez. Du coup, j’suis toute contente quand je me mets à sortir la sacro sainte bouffe de mon sac quand d’un seul coup elle me pose une question qui fait buguer mon cerveau. C’est sûr et certain qu’il a bugué, je vois pas d’autre explications qu’il voudrait d’un seul coup me faire voir quelqu’un quand elle me pose sa question, même une seconde. Mais du coup, ça m’a quand même vachement surprise alors mes joues et mes cordes vocales décident de se la jouer solo et voilà que je rougie pis que je bafouille, sans même que je contrôle le tout. Alors forcément Biboune elle trouve ça suspect, moi même si je me voyais je trouverais ça suspect. Mais c’est pas possible que ça cache quelque chose puisque moi même je saurais pas ce qui est caché. Du coup, devant son air inquisiteur, j’me retrouve bête un instant, je sais pas quoi répondre, et finalement dans un super grand soupir qui affaisse mes épaules, je reprends le contrôle de moi-même. « Tu sais quoi, Biboune ? J’en sais rien, en fait. » C’est con à dire, ça, mais c’est vrai. Je sais même pas si je cache quelque chose. Ca se trouve j’suis un agent double et je le sais même pas. « Je sais même pas ce qui vient de se passer dans ma tête pour que j’ai une réaction pareille, c’est un peu comme si mon cerveau avait voulu faire une mutinerie ou qu'il voulait se la jouer grand mère feuillage avec ses énigmes. » Sauf que là, j’ai e droit à aucun koi-koi natura mystico-écolo, juste à un flash furtif sans raison. Donc en plus d’être chiant, il faut aucun effort pour faire les choses un peu plus mieux bien, ce cerveau de caca. Finalement, je lui demande si elle veut un bonbon et sa réponse me fait rire. Je prends un air de dragueur des années trentes puis lui fait un clin d’oeil « pas tout de suite, poupée, y’a les caméras » je lui souffle de mon air de playboy de la mort. « J’aime trop les bonbons à sucer moi aussi, alors j’en ai pris plein. Attends, je te les cherches. » Et puis, tout en fouillant dans nos vivres, je reprends dans une grimace. « De toute façon faut pas que j’me mette dans ces conneries d’histoire de love. C’est trop la merde, avec mon cancer. J’ai pas envie de faire du mal au gars parce que j’suis la femme de sa vie pis que j’creve au bout d’un an, tu vois. J’prefere autant qu’il sache jamais que j’suis la femme parfaite, comme ça il peut vivre heureux sans se poser de question. » Non parce que quand même, avouons que ça serait très con de trouver l’amour de sa vie à un an de sa mort. C’est trop déprimant, de se dire qu’on aurait pu vivre heureux jusqu’à la fin des temps mais que en fait ça pourra jamais arriver. Du coup, autant que ça n’arrive pas du tout comme ça ya pas de frustration. Enfin, j’me dis ça, mais je sais très bien que jamais mon cerveau va se retenir de faire quelque chose juste parce que j’en ai pas envie, le salopiaud. Mais bon. Finalement, je demande à Biboune si elle elle voudrait le rencontrer, et sa réponse me fait sourire. Le genre de sourire mignon qu’on accorde qu’aux personnes qu’on aime trop pis qui disent un truc tellement chou qu’il devrait être cité dans le dico des citations mignonnes. « mais Biboune, le gars qui se retrouve avec toi, il aura tellement une chance de malade que c’est forcé que ça fera une belle histoire. » C’est juste évident. Biboune elle mérite qu’un prince, au moins. Alors oui, c’est vrai, on est jamais à l’abris d’un connard, j’en sais quelque chose. Mais là encore c’est impossible qu’un gars décide sciemment de lui faire du mal, et ça, pour une raison toute simple. « En plus de toute façon, si ton Roméo il te fait du mal, je lui casse la tronche et je le hante jusqu'à la fin du monde. » Alors il le fera pas. Il aura trop peur.

_________________
†Heart don't fail me now courage don't desert me don't turn back now that we're here people always say life is full of choices no one ever mentions fear or how the world can seem so vast on a journey to the past ? Somewhere down this road I know someone's waiting Years of dreams just can't be wrong  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9184-abbi En ligne

PSEUDO : errol
PRÉNOM : jo
COMPTES : holly, hélio & co
MESSAGES : 569
AVATAR : ana de armas


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: pas besoin j'ai eyal
ASPIRATION: popularité
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: moorea ♆ 12/09 vers 17h   Mar 19 Sep - 5:53


Le médecin qu’on se tape à Gili c’est clairement un plaisir pour les yeux, ça elle peut me croire et si j’ai sorti les noms des deux blondinets là, Chico et Cookie, c’est pas parce-que j’estime qu’ils sont les deux idéaux en matière de plastique physique, non, voir même mon genre, pas du tout, mais juste parce-qu’ils se rapprochent un peu du profil façon australien kéké des plages dont le physique fausse un peu l’image sur la personne vu qu’il se coltine quand même des années d’études et un doctorat honorable « bah non pas la peine » j’arque un sourcil dans ma lancée complètement sérieuse, l’air de prendre la chose vraiment très au sérieux. Qu’est ce qu’elle me raconte encore la Moorea « t’as pas besoin de te faire belle pour lui voyons » attendez c’est une bombe Alessia, façon mini-princesse voir Marie-Antoinette jouant à la bergère dans sa fermette du Petit Trianon, mais ça reste une bombe quand même « ton vrai état naturel suffira amplement à le faire bégayer ma chérie, crois moi » et je parle même pas de la Moorea des soirées de primes, non. Je parle de celle avec zéro maquillage que je me tape le matin au réveil comme un petit rayon de soleil chaud, sans artifices et sans additifs sur la tronche. La rousse 100% nature avec ses petites tâches de rousseurs sur la figure et son sourire à faire pâlir la Vénus de Botticelli. L’unique et la plus belle de toutes les rousses qui ont germé sur cette planète. Ma keupine pour la vie. Ma suprême rousse cheese d'amour yes. Mais là je badine pas je suis sérieuse avec mon regard, et je ne passerais à l’épisode suivant que lorsqu’elle aura mit ça dans sa cabeza à elle. Elle me fait pouffer une nouvelle fois avec ces réponses parce-que bon, je saisi pas un truc. Pour exiger quelqu’un de canon, déjà c’est pas être quelqu’un de difficile à la base ? Ok alors si elle c’est pas une difficile, moi je suis quoi ? J’y commence à réfléchir parce-que peut-être j’ai des standards pourris en fin de compte, hm. Magnifique Bibi. Magistral. Vingt-quatre ans plus tard tu viens tout juste de comprendre que malgré ta beauté capable de t'attirer les pus beaux mecs sur terre, t’étais même peut-être la plus tolérante des nanas possibles sur ce point tellement ''canon'' pour toi c’était un idéal, et non un quota. Pour Alessia, c’est un minimum. D’accord. « juste canon, ok » j’essaye d’imprimer l’info dans mon cerveau et je me rassure avec l’idée que Bibi toi cherche pas tu es dans un autre délire tu es sapiosexuelle au fond et que l’enveloppe charnelle c’est pas trop une nécessité, voir un bonus. Ouais t’es définitivement dans un autre monde alors tu comptes pas. C’est vrai y’aura certaines qui crieront à l’hypocrisie mais je suis vraiment sérieuse quand je parle d’intelligence comme critère phare « euh genre … canon comment ? » je sais pas, c’est un peu vaste non ? Et puis surtout elle veut dire quoi par là ? Et puis la fusion des deux peut être … pas mal ? Whaaaat ?? C’est tout ce que son cerveau lui a trouvé pour décrire ce mélange venu de nulle part ? Ok je suis officiellement une poubelle alors, ou plutôt celle qui accepte un peu n’importe qui et n’importe quoi. Physiquement parlant. En fait, si on venait à analyser le truc avec de meilleurs méthodes analytiques, je suis peut-être la plus difficile des deux, parce-que mes critères à moi sont vachement plus complexes alors ouais, c’est peut-être pas faux ce qu'elle raconte. « tu fais plus attention au physique ou au caractère ? » ça aussi c’est une autre question intéressante à part, parce-que même si on part en couille avec nos rires machiavéliques de merdes et on balance 60% de conneries que la régie va s’occuper de gommer dans les quotidiennes, y’a des petites pépites qui surgissent par-ci et par-là dans nos convers’ digne des meilleurs bff of ze world alors faut suivre des fois Biboune&Moorea TV on sait jamais. « pourquoi 4h44 plus exactement ? » je sais pas, des fois mon cerveau au lieu de capter des indices sur les secrets des autres il capte des trucs inutiles bidons comme ça et commence à se questionner tout seul, comme si ça devenait une affaire existentielle. « d’accord » j’écoute les conseil de coach Alessia avec ce regard de petite padawan avide d’acquérir le savoir vocal suprême, totalement en extase, prête à idolâtrer pour la vie celle qui a cru en elle et s’est retournée après avoir appuyé sur le champi rouge au moment du blind test « je vais réessayer » avec cette ultime pression de pas décevoir à nouveau la Coach. Je vais le sortir de mes tripes celui-là elle va voir de quoi Bibi est capable quand elle s’y met pour de vrai « je le sens bien celui là : MOUUHOUHAHAHAHAHAHA » je crois la différence se situe au niveau du mouhouha au lieu du mouha tout simplet, mais à voir je suis pas sure non plus. En tout cas c’est tellement con, c’est tellement débile que ça me fait rire et ça me soulage de me libérer comme ça. Franchement Moorea, grosse révélation j'ai rien à dire. Bref, on se pose enfin et on commence à papoter, plus sérieusement cette fois. C’est un poil plus cheesy vu que ça parle d’amour, mais je kiff, surtout quand sa tronche commence à prendre toutes les couleurs de la palette classique de paint, et moi ça m’amuse. Je sais qu’elle est gênée, je sais qu’il s’est passé un truc dans son cerveau ; comme une sorte d’accident où deux neurones entrent en collision le temps de quelques secondes, ça arrive mais c’est marrant et j’en joue. Je la lâche pas. Je fais ma petite pression à moi de mon côté, je fais le nécessaire pour gratter mais ça marche pas car elle-même elle en sait rien du tout. Mais c’est bien, laisse ton cerveau se rebeller que j’ai envie de lui crier. Ouais qu’est ce qu’elle a perdre au final ? Qu’elle lâche prise et si j’étais elle, j’aurais soutenu cette action collective neuronale et je les aurais encouragé à se révolter encore plus. Parce-que la logique c’est ce qu’il y’a de plus pire que le cancer je trouve. Avoir une logique c’est encore pire qu’un gliome oui monsieur. Peut-être que j'exagère -j’exagère d'ailleurs- mais je raisonne différemment alors faut me comprendre. N'empêche je respecte et je me tais, prenant la peine de lui tenir la main et de la caresser pour la soutenir. C’est bon. J’essaye de détendre le truc et sincèrement, quand je la vois, j’ai vraiment envie de la croquer la petite Moorea tellement c’est un bonbon sucrée cette nana. Si j’étais un mec j’aurais d'entrée eu le coup de foudre direct, c’est clair. « t’as pas idée de ce que j’ai envie que tu me fasses en privé bébé » non je crois pas qu’elle a idée. Pendant qu’elle cherche ces bonbons moi je la suis du regard pour éviter le sien le temps de quelques secondes. A chaque fois qu’elle me parle de son cancer, y’a une grosse vague de tristesse qui s’abat sur moi dans le genre tsunami de magnitude 4 sur l’échelle d’Imamura. Mais à chaque fois je me relève et je défie ses paupières semi closes et son regard en coucher de soleil triste avec mes yeux chargés de tendresses. « tu te dis pas que c’est un peu pessimiste comme façon de penser ? » Alessia, c’est un soleil dans la vraie vie, mais un soleil fragile avec une barre d’énergie qui dès que ça parle de son espérance de vie limitée, flanche et commence à adopter des discours qui n’ont normalement pas à être les siens digne d’un condamné tout con bac-5 … « pourquoi tu regardes pas les choses sous une autre perspective ? » pourquoi elle s’obstine à ne voir sa situation que sous un seul angle ? Elle a un cerveau bordel de merde. Un cerveau, c’est magnifique comme organe. Il est capable de retourner une seule et unique chose sous plusieurs angles multi-différents alors pourquoi se contenter d’un pseudo argumentaire qui sert plus à fausser la perception qu’à convaincre ? Ce qu’il y’a de pire dans un cancer, et ça je peux être d’accord avec elle, c’est pas ce qu’il te fait à toi mais ce qu’il fait aux autres ; ceux qui sont à tes côtés et qui t’aiment et te voient t’éteindre petit à petit, mais ce qu’elle a peut-être pas l’air de comprendre, c’est que si l’amour entre en jeu alors là tous les paramètres de sa logique deviennent nuls. On parle d’amour bon sang est-ce que personne n’y croit de nos jours ? Est-ce qu'elle saisi un peu le truc au moins ? Amour. A. M. O. U. R. Le plus puissant sentiment qui puisse exister de nos jours. « moi je vois pas les choses de cette façon » je l’ai entendu parler, c’est bon, c’est à mon tour d’exposer la mienne. « tu sais, j’estime que tout le monde a le droit de connaître l’amour ne serait-ce qu'une seule fois dans sa vie. Aimer ou se sentir aimé, c’est quelque chose qu'on doit vivre et connaître alors ceux qui meurent sans l’avoir expérimenter, je trouve que c’est comme si ça revenait à dire qu'ils étaient déjà morts, avant » qu’il crève ou pas au final, ça change rien. L’amour ne guérit pas le cancer, mais il ne tue pas aussi alors je vois pas pourquoi elle s’infligerait un fardeau en plus de ce qu’elle se tape dans le sang sous prétexte de faire mal au gars en question ou de vendre un rêve. Ok on me dira bibi c’est pas toi qui se tape un cancer en stade terminal, c’est vrai, mais ça change rien au fait que je regarderais toujours les choses de cette façon, même en étant à sa place. « S’il me restait une année à vivre, et me connaissant, je pense que je la vivrais à fond ET surtout, avec la personne que j’aime » d’ailleurs je suis quelqu’un qui vit ses journées comme si c’était les dernières de sa vie. Quand je me réveille, je me donne un délai de 24h pour faire tout ce qui me passe par la tête, quitte à exprimer mon amour envers quelqu’un, dire un je t’aime frivole, enlacer, embrasser, câliner et c’est dans cet élan que je la prends dans mes bras pour la noyer avec ma chaleur. « t’es la femme parfaite pour quelqu’un, bon une femme parfaite à durée déterminée qui expire à un moment donné mais tu restes une femme parfaite pour quelqu’un QUAND MÊME alors le prive pas de ça steuplait ... et te prive pas aussi, franchement ça serait con de gaspiller les dernières années qu'il nous reste à vivre sans la personne qu'on aime ...» je prends les choses avec beaucoup de légèreté, je lâche même un rire pour la détendre au max malgré sa situation compliquée. Et puis on va tous mourir un jour. La seule différence entre elle et moi c’est qu’elle sait combien il lui reste à vivre contrairement à moi. Ça ne change pas grand-chose au fond. Ouais je tiens ces choses très à cœur, j’y mets d’ailleurs tout mon petit corazon et j’investis l’intégralité des émotions qui me restaient de la journée pour lui faire un peu voir les choses sous un angle plus lumineux que l’obscurité dans laquelle elle s’entêtait à y rester. Et même si ça ne suffi pas, ou qu’elle reste campée sur ses positions, je ne lui en voudrait absolument pas. Au moins j’aurais essayé d’apporter mon rayon de soleil et ma contribution à son esprit affecté par la maladie, car c’est la moindre des choses après tout. Je la lâche mais je lui caresse les cheveux tandis qu’elle me parle. C’est vrai qu’il aura de la chance mon Roméo. Beaucoup de chance, hm. « je crois aussi » oui on aura la meilleure histoire possible car de mon côté je ferais tout pour qu’elle soit magique. « je garde espoir, ouiii »Et puis je risque rien vu que y’a Moorea prête à taper sur les doigts au cas où, même si je doute un peu de son aptitude à faire le poids avec son body taillé en coton-tige et sa force quasi absente. Elle a le mérite de me fait rire en tout cas, et c’est l’essentiel pour moi

_________________

Je n'ai pas peur de connaître le malheur. Ce que je crains, c'est de savoir que le bonheur passé ne reviendra pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9177-alessia En ligne

PSEUDO : calistouille
PRÉNOM : laurie
COMPTES : phil
MESSAGES : 2647
AVATAR : dasha sidorchuk
ÂGE : 25
LOCALISATION : Kingtson
MÉTIER : future ex-serveuse dans un bar à pervers
ÉTAT D'ESPRIT : Nothing to wear


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 18500£
ASPIRATION: succesful4thewin
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: moorea ♆ 12/09 vers 17h   Jeu 21 Sep - 21:18

Quand je dis à ma Biboune, en plaisantant à moitié, ne pas être difficile en matière de mâle, ma réponse semble la perturber légèrement. J’hausse les épaules lorsqu’elle me demande des précisions. « Je sais pas. Qu’il me plaise physiquement. Que y’ait un truc, quoi. Après qu’il soit petit brun barbu ou grand blond à la peau lisse, j’ai pas tellement de critère. » Même si ça fait toujours mal au coeur de sortir avec quelqu’un de petit, faut dire adieux  toutes ces belles paires de chaussures à talons et tout. Mais bon. Je suis une femme courageuse, forte et généreuse, alors même ce sacrifice j’en serais capable. Ouais, je sais, j’vous impressionne. Et puis là, ma Biboune me demande si je fais plus attention au physique ou au caractère et il faut que je réfléchisse une petite seconde. Pas sur la réponse elle-même, mais plus sur tout ce que ça a pu impliquer dans ma vie. « J’ai toujours voulu faire très attention aux deux. Quelqu’un qui me plaise et physiquement et psychiquement, tu vois. » Je pousse un soupir, presque de dépis. « Mais des fois, je me dis que je suis peut-être trop à la recherche d’un idéal qui n’existe pas… Surtout quand je vois dans quelles merdes ça m’a entraînée. » Alors ouais, je sais, c’est cliché le “de toute façon c’est tous des connards” et je sais que c’est pas le cas, en soit. Mais, bon, quand du premier petit ami au dernier, je me suis seulement tapé des psychopathes, des violents, et autres pervers narcissiques, c’est à se demander si l’homme parfait existe vraiment. ...Ou alors, si je suis pas juste totalement poissarde. « Qu’est-ce qui importe, pour toi ? » Non parce qu’on sait jamais. Ca se trouve j’le connais, son mec idéal, dans la vraie vie. Peut être que je pourrais les faire se rencontrer et peut-être qu’ils pourront se marier et avoir deux filles et un garçon et habiter une grande maison avec un gros chien. Peut-être, quoi. « J’aime bien les heures où c’est que les mêmes chiffres, et 3h33 c’est encore trop tôt pis 5h55, c’est trop tard, c’est déjà trop le matin. » Du coup, 4h44, c’est cool, comme horaire, je trouve. J’explique à Biboune le secret d’un bon rire de psychopathe, et son deuxième essai est carrément cool. Je l’approuve d’ailleurs d’un hochement de tête approbateur, de la même manière fière qu’un professeur pourrait porter à son élève. Et puis on pose nos fesses et voilà qu’on passe aux choses sérieuses et ce, sous deux aspects : premier, la bouffe, deuxième, le sujet déjà un peu abordé qui se précise un peu soudainement. Quand elle me demande si on pourrait trouver l’amour ici, y’a mon cerveau qui décide que ça serait un moment idéal pour faire une mutinerie ou je sais pas trop quoi, et le voilà qu’il me montrer quelqu’un pile poil à ce moment là. Et parce que je comprends pas tellement, y’a ma bouche qui abandonne aussi le navire et me voilà seule avec ma face qui s’accorde à ma tignasse ainsi qu’avec mes balbutiements. Biboune y voit de suite matière à réagir et je peux que la comprendre, moi aussi je me trouverais grave suspecte, à sa place. Mais le truc, c’est que j’ai rien à dire de particulier, vu que je pige rien. Comme ce que je lui explique, d’ailleurs. Elle a l’air déçue, la pauvre p’tite choute. « T’inquiète Biboune, dès que y’a de l’update dans l’game de ma tête je cours vers toi pis je te raconte tout. Mais on s’enfermera aux chiottes, d’accord ? Sinon on va encore parler de moi au prime. » Non parce que j’veux pas dire, mais la semaine dernière, entre Oslo et Stephano, j’ai un peu eu l’impression que la prod tenait absolument à me caser avec quelqu’un, ces coquins. Et puis, je lui avoue que avec mon cancer de toute façon je trouve que c’est déjà game over pour moi en matière de love, et quand elle me prend la main, je la serre tout de suite par reconnaissance et surtout par amour de cette bouille de perfection. Elle m’écoute parler en silence puis quand j’ai finis mon discours plein de joie et d’allégresse, elle me demande si je serais pas un peu des fois un chouilla pessimiste. « c’est que je voudrais pas être égoïste ou je sais pas quoi » je bredouille d’une petite voix, un peu honteuse. L’égoïsme, c’est ma hantise. Je sais déjà que je le suis, je le pensais déjà un peu avant mon cancer et je le sais encore plus maintenant. Pis j’dis pas ça pour être plainte ou autre, j’le sais parce qu’on me l’a déjà dit suffisamment de fois. Toujours les mêmes reproches. Comment je peux oser ne pas vouloir faire de chimio, ne pas vouloir me battre pour guérir. Comment je peux à ce point ne pas penser aux gens qui m’aiment. Comment je peux leur imposer ma mort d’une telle façon. Leur imposer une résiliation dont ils ne veulent pas. C’est assez horrible, de toujours entendre ça. Alors j’ai pas envie d’empirer les choses. Biboune me propose alors de voir les choses d’un autre angle, et je lève des yeux curieux vers elle. « Fais-moi rêver, dolce meta ! » et puis, je l’écoute parler, sagement, attentivement, imprimant chaque mot, chaque lettre, chaque virgule dans mon esprit. Sa vision des choses est trop belle, presque pure, et je ne peux m’empêcher de sourire comme une débile au fur et à mesure de ses paroles. C’est drôle, parce que moi qui ait toujours voulu être dans l’optique que mon cancer ne soit pas un tabou, moi qui cherche constamment à faire le deuil de ma propre vie pour être dans l’optique de vivre et de m’amuser… je me rends compte que, étrangement, pour ce qui est du love, c’est comme si j’étais encore coincée au stade de la déprime. Je sais pas trop pourquoi. Ce que je sais, en revanche, c’est que tout ce discours qu’elle tient bah ça devrait être le mien. Mais bon. C’est facile de se rendre compte que quelque chose, le plus dur reste à trouver la force pour l’appliquer. « Biboune, t’es tellement belle et pure, ça me tue. » Quitte à choisir, je préfère mourir comme ça que dans la maladie, en plus. C’est vachement plus cool. « T’as sûrement raison, mais j’ai toujours pensé qu’il fallait que je reste loin de tout sur ce sujet… du coup c’est encré dans ma chair maintenant, tu vois, comment je peux faire pour que ça soit différent avec Har- » Je me stoppe d’un seul coup. Non pas pour cacher ce que je m'apprêtais à dire, mais surtout parce que je me rend moi-même compte de ce que j’allais dire. Qu’est-ce que c’est que ces conneries eh ? Mes cordes vocales se sont encore liguées contre moi ou quoi ? « P-parce c’est important, l’art, et je voudrais faire les choses bien, tu vois. Que-euh. ça soit beau. » Har/Art… L’art de la dérobade, surtout, ouais ! Je sais pas si Biboune aura remarqué mon temps d’arrêt - merci mon dieu il aurait pas duré très longtemps, mais là, je sais vraiment pas ce qui arrive à ma langue. Faut qu’elle se calme, eh. Et puis, je ramène vite le sujet sur elle et ça ne m’étonne même pas d’apprendre qu’elle cherche le love vu le discours trop cute qu’elle vient de me faire. « D’façon t'inquiète, Biboune. Tu vas trouver. C’est évident. » J’ai même aucune once de doute a dessus, tellement que c’est évident. « niveau top canonnitude de la life, celle qui casse tous les records de brillance et de classe et de swag, c’est bien toi. J’suis sûre que tous les gars du château sont tous déjà fous amoureux de toi, pis toute l’angleterre en fait. MEME WILLIAM. » Le William, même, je suis sûre qu’il a récolté toutes les photos de son casting pour pouvoir les placarder sur le mur de sa chambre. Ca peut paraître un peu creepy comme ça, mais c’est une forme de romantisme aussi, eh. « Aucun doute là dessus. » Même que d’abord.

_________________
†Heart don't fail me now courage don't desert me don't turn back now that we're here people always say life is full of choices no one ever mentions fear or how the world can seem so vast on a journey to the past ? Somewhere down this road I know someone's waiting Years of dreams just can't be wrong  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

   


MessageSujet: Re: moorea ♆ 12/09 vers 17h   

Revenir en haut Aller en bas
 

moorea ♆ 12/09 vers 17h

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Expédition vers le Harad.
» Vidéotron offre les appels interurbains gratuits vers Haïti
» Retour vers son coeur.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: domaine quincy-clifford : niveau 0 - extérieur :: tour de jenna-
Sauter vers: