nothing to prove, let's keep this to ourselves (14/09, 11H00)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9176-sofia 

PSEUDO : ladyfame
PRÉNOM : clémence
COMPTES : reese, loreen & co
MESSAGES : 651
AVATAR : maria valverde rodríguez
ÂGE : 28
LOCALISATION : monaco
MÉTIER : laboratory technician


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 17 750£
ASPIRATION: amour (jenna)
AFFINITÉS:
MessageSujet: nothing to prove, let's keep this to ourselves (14/09, 11H00)   Lun 11 Sep - 22:44


w/@Elham
nothing to prove, let's keep this to ourselves


C'est stupide, pense-t-elle. Pourquoi faut-il que la rubrique de Samson revienne la hanter précisément maintenant, alors qu'elle y a à peine prêté attention lors du prime. Pourquoi semble-t-elle moins indifférente à cela qu'elle voudrait bien le laisser penser. Il n'est personne, il est payé pour dire des horreurs sur eux mais il faut croire que dans tout ce déballage de méchancetés sur son compte, certains mots l'ont touchée. La partie sur son enfance, peut-être bien. C'est le sujet plus ou moins défendu, celui Sofia n'aborde généralement que très brièvement. Et clairement, elle n'autorise personne à juger son passé sans savoir. Parce qu'il ne sait rien, il a entendu ce qu'elle confiait à une camarade et à partir de là il a fait ses petites conclusions, jugeant que puisqu'elle a nagé dans l'argent, elle n'a pas le droit de se plaindre. Ah. Si c'était aussi simple que cela, toutes les personnes issues d'un milieu favori seraient heureuses, mais non, ça ne fonctionne pas comme ça. Et clairement, elle préfère ruminer cela aujourd'hui plutôt que d'offrir à Samson une réaction durant le prime. Oh non, elle n'allait pas lui faire un tel plaisir. D'autres paroles l'ont marquée, quand elle y repense. La façon dont elle a été dépeinte au travers de cette rubrique, surtout. Bien plus jolie qu'intéressante. C'est ainsi qu'elle est perçue, ainsi qu'en dix jours d'aventure on la catalogue. Mais ce n'est pas loin d'être l'histoire de sa vie, à Sofia. Elle a tellement été habituée à se fondre dans la masse de la bourgeoisie monégasque qu'à présent, elle semble plus ou moins réitérer le même schéma dans ce château. S'effacer, contempler, analyser plutôt qu'agir. Dans le milieu favorisé au sein duquel elle a grandi et où les apparences comptent plus que tout, elle s'est toujours abstenue de faire des vagues parce que ça n'aurait pas été bien vu, et quand on est la fille de l'un des plus brillants avocats de la principauté, on tâche de ne pas souiller un tel nom de famille. C'est donc cela qu'elle est devenue, une fille guindée, ennuyeuse, et rien de plus qu'un physique. C'est tout de même très réducteur, surtout s'il s'agit d'une opinion générale la concernant. Ça à vrai dire elle n'en sait rien, mais elle a du mal à ne pas se poser la question maintenant. Elle se fiche assez de ce que ses camarades peuvent penser d'elle, c'est juste frustrant d'être prise pour l'archétype de la fille née avec une cuillère en argent dans la bouche, alors que pour le moment personne ne s'est réellement donné la peine de creuser. Elle les surprendra peut-être, le moment venu. Ce n'est pas une idée fixe, mais disons que s'ils pouvaient tous se sentir terriblement idiots et réaliser qu'ils l'ont jugée trop vite, ce serait toujours ça de pris. Désireuse de prendre un peu de recul par rapport à tout ça, la monégasque s'accorde un moment de tranquillité sur la plage, profitant du beau temps pour éventuellement prendre quelques couleurs. Elle n'y restera sans doute pas assez longtemps pour cela, mais au moins ce petit moment lui permet de se vider un peu l'esprit, face à l'étendue d'eau infinie qu'elle a devant elle. Peu de temps après son arrivée, elle voit arriver une belle brune élancée dans sa direction. Soit celle-ci a dans l'idée de venir lui parler, soit c'est le coin de soleil qu'a déniché Sofia qui l'intéresse. « À ta place je ne m'assoirais pas ici. Il semblerait que je sois chiante à mourir, vois-tu. » elle l'informe calmement. Elle n'a rien contre le fait que cette candidate - Elham à sa connaissance - prenne place à ses côtés mais elle ne voudrait pas lui procurer de l'ennui et lui faire regretter sa venue. Ce serait dommage, alors qu'il s'agirait de l'un de leurs tous premiers échanges. Ne quittant pas des yeux la mer devant elles, Sofia reprend. « Je me demande ce qu'il faut faire pour être perçu comme quelqu'un de digne d'intérêt ici. Être le clown de service, débiter cent mots à la minute ou cracher sur tout le monde à longueur de journée. Ce genre de choses, j'imagine. » Et les candidats les moins démonstratifs, dans la retenue et conservant leur sérieux, comme elle, sont immédiatement considérés comme barbants. Une chose est sûre, elle ne tombera ni dans le ridicule ni dans le déshonneur pour casser cette image dont on l'a dors et déjà affublée. On attend d'elle qu'elle se bouge, qu'elle se décoince et fasse en sorte d'attirer l'attention. Et bien elle ne va strictement rien changer à sa façon d'être actuelle, car il n'y a à ses yeux rien de pire que de se conformer aux attentes des uns et des autres. C'est typiquement ce qui caractérise le manque de personnalité à ses yeux, et l'envie de plaire à tout le monde. En l'occurrence, elle en est loin. « De toi à moi, pour cette histoire de baisers, j'ai plutôt compris ta décision. » De là à dire qu'elle aurait elle aussi refusé une belle somme d'argent pour ne pas devoir embrasser cinq candidats, c'est possible, après tout Sofia n'est pas de celles qui laissent trainer leurs lèvres n'importe où. Et puis, se rabaisser à ce genre de choses pour de l'argent, elle trouve cela un petit peu limite. Elle a sa réputation de coincée à tenir, quand même.

_________________
My insides went wild
When I reach out and I only grab air And it kills me to think That you never did care and it’s hopeless You’ve always gone off somewhere else
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : la brindille. (laura)
COMPTES : fausthine, kira, théodora, nina, roxanne.
MESSAGES : 447
AVATAR : rania ben.
ÂGE : 26
LOCALISATION : sarcelles, france.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 16000£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: nothing to prove, let's keep this to ourselves (14/09, 11H00)   Mer 13 Sep - 22:42

Mes yeux se vrillent au dos de Sofia que je n'ai pas encore eu l'occasion d'embêter. Il me semble qu'elle excelle autant que moi dans le social, la preuve, je m'installe à côté de la candidate qui me prévient. Je pivote sensiblement ma tête vers elle, l'écoutant avec attention. Je me marre sans m'en cacher. « Je me casse alors, pas la peine » Je fais mine de balancer avant de feindre de me lever une seconde. « Tu sais définitivement te vendre » j'ironise alors, l'esquisse d'un sourire amusé prend place sur min délicat minois. Sofia, je ne la connais pas, on se doit de se laisser mutuellement sa chance et ne pas baser notre jugement sur la vision des autres. Je lui prête une oreille attentive lorsqu'elle fait preuve d'une certaine amertume -mais cela n'engage que moi-. Je peux comprendre. « Il faut simplement se moquer de l'image que tu renvoies » je lui conseille ne haussant les épaules. C'est si important d'être perçue comme digne d'intérêt par les candidats ou même les chroniqueurs dont le seul métier est de nous épier ? Je sais que c'est facile à dire mais difficile à appliquer, mais c'est la solution magique. Ma solution. Les jugements des autres ont tellement aucune valeur, encore moins ici car sont nombreux les candidats réclamant une once d'attention et de lumière. « Tu n'es pas là pour leur plaire » je lui lâche avec annonce sur le ton de l'évidence, parce que ce l'est pour moi. « Et cela ne fait qu'une semaine qu'on est ici, laisse-toi le temps de prendre tes marques » je lui conseille avant de m'allumer une cigarette. Elle revient sur mon moment de « gloire du prime ». Je roule des billes par automatisme. Je suis la seule à avoir eu « ce genre » de choix et j'avoue ne pas réellement savoir comment le prendre au fond. Je la regarde quand elle m'annonce qu'elle comprenait ma décision. L'inverse n'aurait pas changé grand chose pour moi, qu'on se le dise. Je me contente d'hocher simplement la tête.  « Ça me dégoûtait, je t'avoue » je me confie avec honnêteté. Je sais que c'est stupide comme réflexion mais cinq personnes …. Je ne suis pas encore ready à me prostituer pour augmenter ma cagnotte, surprenant n'est-ce pas ? « Je suis pas prête à tout pour de l'argent fictif » je rajoute en haussant les épaules. J'aime jouer, j'adore la compétition, mais des dilemmes impliquant d'embrasser une bonne partie des candidats. « Et c'est quoi le métier de ta mère ? » Je lui demande en souriant parce que j'ai passé ma vie à m'interroger sur celui de son père. « Tu ne t'ennuies pas trop à Monaco ? » je me tourne vers elle, c'est petit, tout le monde se connaît, il me semble. J'avais fait des entretiens d'embauche pour travailler à l'Hermitage avant d'abandonner l'idée, de peur de trop me lasser.

_________________

    DANCING IN THE DARK
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9176-sofia 

PSEUDO : ladyfame
PRÉNOM : clémence
COMPTES : reese, loreen & co
MESSAGES : 651
AVATAR : maria valverde rodríguez
ÂGE : 28
LOCALISATION : monaco
MÉTIER : laboratory technician


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 17 750£
ASPIRATION: amour (jenna)
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: nothing to prove, let's keep this to ourselves (14/09, 11H00)   Ven 15 Sep - 2:41

Se moquer de l'image que l'on renvoie, ou tout du moins de l'opinion des autres, d'ordinaire Sofia sait plutôt bien faire ça. Mais elle a du mal à ne pas prendre la rubrique de Samson comme une attaque personnelle, vu les points relevés par le chroniqueur la concernant. Ce n'était pas flatteur du tout, mais c'était surtout gratuit. Et quand on parle sans savoir, Sofia ça l'irrite quelque peu. Parce qu'à partir de là elle aussi peut tirer des conclusions sur le premier venu, avec seulement un ou deux éléments en sa possession, c'est sûr que n'importe qui peut le faire, ça. « Je me fiche assez de ce qu'on penser de moi, en temps normal. Mais je dois bien avouer qu'hier, je me suis sentie jugée sur quelques jours, autrement dit sur rien du tout. Et ça ne m'a pas plu. » À peine entrée dans cette aventure et déjà cataloguée, Sofia savait que le fait de provenir d'un milieu privilégié avait des chances de faire jaser ici, elle s'y attendait. Mais quand elle voit qu'en plus de pointer cela du doigt on en profite pour parler de son enfance supposément parfaite à en croire Samson - dont pourtant personne ne sait rien ici - là ça ne passe pas. Et puis, on dit d'elle qu'elle est à mourir d'ennui, tout ça parce qu'elle prend le temps de s'ouvrir aux autres, et demeure dans la retenue contrairement à certains que l'on peut voir faire les clowns à longueur de journée. C'est sûr, le contraste est saisissant, et bien évidemment c'est son attitude à elle qui n'est pas adaptée. Oui, c'est tellement facile. Elham lui conseille de s'accorder le temps de prendre réellement ses marques dans le jeu, car après tout, l'aventure ne fait que commencer. « Le temps je compte bien le prendre. Et crois-moi, désormais la dernière de mes préoccupations ici sera de plaire aux autres et de me conformer à leurs attentes. » C'était déjà son état d'esprit en intégrant cette aventure, mais disons qu'elle est à présent encore plus déterminée à suivre cette logique. Si elle procure de l'ennui à certains, ils n'auront qu'à passer leur chemin et l'oublier, Sofia ne s'en portera que mieux. Les deux candidates reviennent sur le dilemme posé à Elham le soir du prime, et le moment où elle a exprimé son refus d'embrasser cinq candidats pour gagner de l'argent. Une décision que comprend aisément la monégasque, elle ne pourrait pas non plus distribuer les baisers comme des bonbons pour gonfler sa cagnotte, ce serait contraire à ses principes. Cela la dégoutait, lui confie Elham. « C'est compréhensible. Il y a bien assez de candidats prêts à se donner en spectacle, ce genre de défis devraient plutôt leur revenir. » Mais c'est beaucoup plus drôle de s'adresser à ceux qui comme elles ne sont pas prédisposés à faire ce genre de choses, c'est sûr. Sans qu'elle s'y attende, Elham change de sujet et la questionne sur le métier de sa mère. Elle se doute que si la belle brune s'y intéresse, c'est parce que le métier de son père aura été l'une des grandes interrogations du prime. « Ma mère... » elle souffle, laissant s'écouler une dizaine de secondes avant de répondre à la question d'Elham, ou tout du moins, de formuler un semblant de réponse. « De ce dont je me souviens, elle a toujours été beaucoup plus à la maison, avec moi, qu'à son travail. » Sofia ne désire pas spécialement faire appel à ses souvenirs, la dernière de ses envies est d'accorder de l'importance à cette femme, dans l'immédiat. Ses sourcils sont froncés, témoignant du fait que ce sujet la contrarie. « Excuse-moi, je n'ai pas vraiment envie de parler d'elle. » Et cela tombe bien, puisque Elham renchérit avec une nouvelle question, cette fois concernant Monaco. Elle lui demande si elle ne s'y ennuie pas trop. Sofia esquisse un sourire. « Il est vrai que j'estime en avoir fait le tour, depuis le temps. C'est d'ailleurs pour ça que je voyage beaucoup, que je cherche à me dépayser autant que je le peux. Je suis très attachée à Monaco, mais je ne suis pas certaine d'y passer toute ma vie. » C'est sûr que c'est très beau, que l'endroit fait rêver de par sa localisation au bord de la Méditerranée, et le long de le Côte d'Azur. Mais au-là du paysage de carte postale, des beaux hôtels et des casinos, Sofia doit bien avouer que la magie n'opère plus forcément autant aujourd'hui, et c'est bien normal, elle y a toujours vécu et au bout d'un moment, elle a vu tout ce qu'il y avait à y voir. Le plaisir des yeux reste intact, mais niveau découvertes, elle est rassasiée depuis bien longtemps. « Est-ce que tu as la nationalité française ? Je réalise que nous avons peut-être ça en commun. » Il serait sûrement plus juste de dire d'Elham qu'elle est égyptienne avant tout. Mais elle suppose que sa camarade a acquis la nationalité française puisqu'elle vit et travaille en France, ou au moins qu'elle a entreprit les démarches pour ça, elle a donc tendance à la considérer comme française autant qu'égyptienne. Franco-égyptienne, disons. Du côté de Sofia, de monégasque à française il n'y a qu'un pas. Monaco est un état rattaché au territoire français, et la langue officielle parlée dans la Principauté est le français, ce n'est quand même pas pour rien. La plupart des monégasques maitrisent d'autres dialectes comme le ligure ou l'occitan, mais de son côté Sofia s'est toujours contentée du français, si riche et si mélodieux, une langue qui lui est chère. « Je suis épatée par la fluidité de ton anglais. » elle formule, cette fois-ci en français, que sa camarade devrait normalement comprendre sans difficulté. À quoi bon faire l'effort de parler anglais avec une quasi compatriote qui peut la comprendre dans sa langue natale. Sofia ne pense pas vraiment aux téléspectateurs et à la production qui vont certainement perdre un peu le fil de la conversation si celle-ci se poursuit en français. Elle se trouve dans une émission britannique, certes, mais elle n'a pas le souvenir d'avoir lu dans son contrat de participation qu'elle devait obligatoirement s'en tenir à la langue du programme.

Spoiler:
 

_________________
My insides went wild
When I reach out and I only grab air And it kills me to think That you never did care and it’s hopeless You’ve always gone off somewhere else
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : la brindille. (laura)
COMPTES : fausthine, kira, théodora, nina, roxanne.
MESSAGES : 447
AVATAR : rania ben.
ÂGE : 26
LOCALISATION : sarcelles, france.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 16000£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: nothing to prove, let's keep this to ourselves (14/09, 11H00)   Dim 17 Sep - 21:17

Sofia fait référence à la fameuse rubrique assassine du chroniqueur. « Le mec est payé pour ça, c'est son style, c'est ce qui lui permet d'être identifiable » Je glisse pour la faire relativiser. Je ne suis pas moralisatrice par contre, je déteste ce genre de personnes toujours positives avec le parfait mot au parfait moment. Ça m'agace très rapidement. « Tout le monde va y passer » J'ajoute même en haussant les épaules. Les paroles de Samson n'ont tellement pas d'accroches, aucune emprise sur moi. Il arrive à me faire sourire de temps en temps mais c'est tout. Il est payer pour clasher, c'est tout ce qu'il faut se dire. C'est juste un chroniqueur, il doit le faire. J'avoue que je n'ai aucune envie de me montrer potentiellement affectée par ce qu'il dit simplement pour ne pas lui faire plaisir. D'ailleurs c'est aussi à la production que je n'ai pas voulu faire plaisir lors du prime en refusant le défi sans hésiter une seconde. J'écoute Sofia avec une attention accrue. « Certains pensent que je fais partie de cette catégorie, j'imagine que c'est à cause de cela » Je souligne d'un ton neutre. Dontae m'a fait comprendre que je brassais inutilement de l'air. C'est vrai que je parle beaucoup, mais je l'ai toujours assumé. Je prends de la place, il faut faire avec ou s’éloigner. Je ne préfère ne pas m'attarder sur ce dilemme assez stupide. J'essaie d'en savoir un peu plus sur Sofia pour construire son entourage familial. C'est simplement de l'intérêt, une envie d'essayer de converser. J'ai l'impression que Sofia se crispe et ma curiosité se réveille rapidement. La candidate semble faire appel à ses souvenirs et ils ne sont pas bons. J'arque un sourcil, presque perplexe de l'éventuelle faille de la candidate. « Comme tu veux » J'esquisse en haussant les épaules. Je ne vais pas me la jouer psy en provocant une réponse supplémentaire. Je prends simplement ce qu'on me donne et c'est déjà pas mal.  Je ne cherche pas à insister. A la place, je rebondis sur Monaco qui m'inspire déjà plus. Je visualise déjà l'espace « Tu n'as jamais pensé à t'installer définitivement ailleurs ? » Je lui demande en penchant la tête sur le côté. « Qu'est ce qui te retient là-bas ? » Je lui demande sans violence pour simplement essayer de colorier le tableau avec les bonnes nuances. En tout cas, cela ne semble pas être sa mère, si j'ai bien compris. Sofia me relance. Je sais que le fait que j'habite en banlieue parisienne peut porter à confusion. « Non, je ne suis pas française » Je glisse en souriant parce que je n'ai pas obtenu la nationalité encore. C'est juste … « C'est compliqué » J'amorce parce que c'est un amas de papiers administratifs qui me dépassent encore et qui me frustrent. Je n'ai pas l'impression d'être totalement armée pour cela alors je me contente d'enterrer le problème et d'aller voir ailleurs pour l'instant. C'est plus facile. « Je voyage pas mal, l'anglais est mon passe droit » je lui rappelle parce que je suis obligée de me faire comprendre si je compte trouver un travail décent et pas trop humiliant. « On va dire que je m'en vais avant de venir citoyenne lambda » je lui glisse en haussant les épaules. Je voyage, je ne construis pas. Je me lasse assez rapidement et la routine m'angoisse. « Je ne reste jamais bien longtemps » quelques mois et encore.

_________________

    DANCING IN THE DARK
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9176-sofia 

PSEUDO : ladyfame
PRÉNOM : clémence
COMPTES : reese, loreen & co
MESSAGES : 651
AVATAR : maria valverde rodríguez
ÂGE : 28
LOCALISATION : monaco
MÉTIER : laboratory technician


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 17 750£
ASPIRATION: amour (jenna)
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: nothing to prove, let's keep this to ourselves (14/09, 11H00)   Mar 19 Sep - 2:22

Sa camarade n'a pas tort, le charlot qui s'est permis de la juger au travers d'une rubrique truffée de remarques gratuites et assassines est payé pour ça. Critiquer, c'est ce qu'on lui demande, c'est la raison même de sa présence dans cette émission. Sofia est en temps normal assez détachée par rapport à ce qu'on peut penser d'elle, mais certaines choses qu'il lui a été donné d'entendre samedi soir lui restent quand même en travers de la gorge. C'est le jeu, aussi, elle doit passer outre et se focaliser sur l'essentiel. Autant dire que les piques de Samson sont un grain de sable dans son aventure, et c'est bien la dernière fois que Sofia reste bloquée dessus. Elle est au-dessus de tout ça, elle ne doit pas l'oublier. « J'ai accordé bien trop d'importance à cet hurluberlu, il n'en méritait pas tant. » énonce-t-elle en ramenant ses cheveux en arrière pour les attacher avec un élastique qui trônait jusqu'ici à son poignet. L'air marin est agréable mais le vent qui l'accompagne aurait vite fait de la décoiffer. Pour en revenir au dilemme qu'Elham a décliné lors du prime, la monégasque est d'avis qu'il aurait plutôt dû revenir à un candidat prêt à se donner en spectacle, et à qui le ridicule ne ferait pas peur. Elle est assez surprise lorsque la brune lui confie que certains candidats ont justement tendance à lui attribuer cette étiquette. « Toi ? » l'interroge-t-elle, une certaine incompréhension pouvant se lire dans son regard. Elham ne lui a pas du tout donné cette impression d'être une candidate cherchant à tout prix à se mettre en avant et à capter l'attention de tous. Maintenant elle ne la connait pas encore, les apparences sont peut-être trompeuses, une nouvelle fois. Mais comparée aux clowns de service du château, qu'on n'aura pas besoin de nommer, Sofia trouve quand même que sa camarade passe pour une fille sage, pas le genre extravagante qui pourrait vite l’insupporter, par exemple. Lorsque Elham lui parle de sa mère, Sofia qui était jusque là détendue se raidit et se renferme. Ce n'est pas un sujet qu'il lui est plaisant d'évoquer, pas du tout même. À vrai dire si elle pouvait ne plus devoir parler de ses parents en général, elle en serait ravie. Ça ne fait pas écho à la partie la plus joyeuse de son passé - en admettant que celui-ci ait réellement comporté des moments de joie, un jour - alors elle préfère autant balayer le sujet. Elham n'insiste pas et elle apprécie, elle sait pertinemment qu'à sa place elle aurait cherché à en savoir plus, la faute à sa trop grande curiosité. Du coup, elles se rabattent sur Monaco et à ce sujet, Sofia a beaucoup plus de choses à dire, c'est sûr. Il est vrai que Sofia y est très attachée, mais qu'au bout de vingt-huit ans de vie dans la principauté elle estime avoir globalement fait le tour de ce qu'il y avait à voir. Et puis, elle ne peut plus tellement espérer découvrir quoi que ce soit maintenant, il n'y a plus de coin à Monaco qui lui soit étranger. Elham lui demande si elle n'a jamais envisagé d'aller vivre ailleurs, et l'interroge sur ce qui la retient là-bas. « Oh si. Souvent. » glisse-t-elle dans un vif hochement de tête. « J'ai tellement voyagé, j'ai déjà rêvé plus d'une fois de m'installer ailleurs. Et je pourrais poser mes valises n'importe où, je n'ai même pas à me demander si je peux me le permettre. » Ce qui lui laisse, du coup, une infinité de possibilités. Et il y a des tas d'endroits où Sofia pourrait se plaire, elle en est convaincue. « Il me faut juste la mer. » elle ajoute dans un fin sourire. C'est le seul élément que Sofia ne pourra pas quitter, et qu'elle devra donc retrouver si elle venait à changer d'horizons. « Et rien ne m'y retient vraiment. C'est plus... un attachement sentimental. C'est chez moi, ça me ferait forcément quelque chose d'en partir. » Mais cela arrivera bien un jour, pense-t-elle. Car elle ne se voit pas rester à Monaco encore très longtemps, et si cela doit l'amener à changer radicalement de vie, ce ne sera pas un problème car à part son travail, au final, Sofia n'a aucun engagement particulier à Monaco. « Le monde est si grand. Où est-ce que tu rêverais de vivre, toi, si tu avais une mappemonde devant toi et la possibilité de t'installer n'importe où ? » C'est une alternative dont elle pourrait user si elle se retrouvait vraiment à court d'idées, d'ailleurs. Laisser le sort décider pour elle au hasard d'un doigt sur un globe terrestre. Mais oui, en ce qui la concerne Sofia pourrait sans doute tout quitter pour un autre pays, une autre vie, aujourd'hui rien en l'en empêche. Le seul obstacle qu'elle pourrait rencontrer serait celui de la langue, et justement à ce propos, elle se questionne sur la nationalité de sa camarade. Elham est originaire d’Égypte à sa connaissance, mais elle vit en France alors elle suppose qu'elle doit avoir la nationalité française, elle aussi. Non, pourtant, lui fait-elle savoir. Elle ajoute que c'est compliqué, et elle suppose que pour une fois, elle pourrait s'abstenir de poser davantage de questions. C'est Elham que tout cela regarde après tout, et si elle désire acquérir cette nationalité française, elle pourra sûrement en entamer la démarche. Quoique d'après ce qu'en sait Sofia, ce genre de choses peuvent trainer un moment. Elle justifie son très bon anglais par le fait qu'elle voyage beaucoup. Voilà qui leur fait un point commun, mais Sofia n'a quand même pas un aussi bon anglais que sa camarade. Et quand la monégasque voyage c'est juste le temps de s'accorder des vacances, ça dure quelques semaines et puis elle est déjà de retour sur son Rocher. Tandis qu'Elham, elle, semble dire qu'elle reste un moment, peut-être quelques mois, quand elle se rend quelque part. Elle croit comprendre quel genre de vie elle mène, disons, à peu près. « Tu ne sembles pas avoir tellement d'attaches. » lui fait-elle remarquer en l'observant avec attention. « Et je suppose que tu n'as pas d'emploi fixe, non plus. » Disons que ça collerait bien avec cette vie libre, presque vagabonde, que semble mener la belle brune. Elle n'est pas comme Sofia dont le port d'attache est pour le moment Monaco, où elle revient sans cesse et qu'elle aura certainement du mal à quitter sans être inondée de nostalgie, le moment venu. Elle se dit que sa camarade ne doit pas tellement connaitre la routine, du moins qu'elle ne reste jamais assez longtemps quelque part pour que celle-ci puisse s'installer.

_________________
My insides went wild
When I reach out and I only grab air And it kills me to think That you never did care and it’s hopeless You’ve always gone off somewhere else
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : la brindille. (laura)
COMPTES : fausthine, kira, théodora, nina, roxanne.
MESSAGES : 447
AVATAR : rania ben.
ÂGE : 26
LOCALISATION : sarcelles, france.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 16000£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: nothing to prove, let's keep this to ourselves (14/09, 11H00)   Jeu 21 Sep - 23:44

Sofia capitule et décide de se détacher . Je tape des mains victorieuse. « Je suis bien contente de t'entendre dire ça ! » Je m'exclame comme si j'avais la réelle impression de l'avoir convaincue. Aller, ça me fait du bien à l'ego. En parlant de piques, je me prépare pour mon cas. Je raconte à Sofia ce que Dontae m'a balancé en plein tête pendant la fin du prime. Je penche vers une simple envie de me mettre hors de moi (c'est tellement facile en même temps, je le comprends, je démarre bien trop vite). « On m'a dit que je brassais de l'air pour rien » je lui soumets avec un regard presque interrogateur. Le fait qu'elle ne comprenne pas trop pourrait presque me rassurer. « Tu es mon avis extérieur et objectif » Je lui propose parce qu'entre Sofia et moi, il n'existe pas encore d'affect qui puisse influencer son jugement. Elle est … la Suisse quoi. Est-ce que je me donne en spectacle selon elle ? Je n'ai pas l'impression honnêtement, après je sais que je suis sanguine de nature mais je pense pas réclamer constamment trois spots de lumière pour me mettre en valeur non plus. Je prête une oreille attentive à la monégasque. « Et pourquoi tu ne le fais tout simplement pas ? » je lui demande en me marrant gentiment. « Tu peux y retourner de temps en temps » Je lui dis. Rien de n'empêche de revenir de temps en temps l'été ou quelques week-end dans l'année. On n'est pas obligé de partir sur une rupture brutale et définitive. « Tu as juste besoin de la mer ? » je l'interroge en arquant un sourcil, perplexe. « Parle-moi de tes autres critères, je vais te trouver cela » J'annonce façon grande professionnelle. Elle a de la chance, comme elle est ma première (et unique) cliente, c'est gratuit. « J'aime bien le sud de la France mais après … y rester longtemps, je ne suis pas encore convaincue » Je glisse en haussant les épaules. J'ai bien envie de dire à Sofia que j'ai déjà la possibilité de m'installer où je le souhaite. Enfin tout dépend de la définition de s'installer. « La France a beaucoup de charmes en général » Je concède parce que je ne la vois pas uniquement avec le prisme de Paris ou de ses autres grandes villes. La diversité de paysage de ce pays est fascinante. On peut y faire tout ce que l'on veut, tout simplement. « Exactement, c'est un cercle. Le peu d'attaches permet le mouvement et le mouvement empêche les profonds ancrages » Je lui explique parce que je me rassure. J'ai l'impression que c'est scientifique et rationnel. J'acquiesce à la seconde question de Sofia. « Je m'adapte à ce qu'on me propose » Je lui dis avec un sourire parce que je suis multi-fonctions. On m'a formé sur le tas parce que je n'étais pas tout le temps déclarée et maintenant j'arrive à tourner très facilement sur pas mal de postes. J'accepte la précarité et tout ce qui en découle tant qu'on me permet de bouger en toute liberté. Je n'ai pas peur d'être licenciée vu la courte durée de mes contrats. Étrangement je n'ai jamais eu de mal à retomber sur mes pieds. C'est presque magique parfois. « Tu rêvais de faire quoi petite ? » je l'interroge. Parce que de mon côté, je ne rêvais pas d'être femme de ménage, soyons honnête intellectuellement parlant.

_________________

    DANCING IN THE DARK
Revenir en haut Aller en bas
 

nothing to prove, let's keep this to ourselves (14/09, 11H00)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Cow-boy Andréa
» LES LIVRES D'EXCEPTION
» ptit nouveau de la drome
» La roue de la fortune - TF1 - Du lundi au vendredi à 11h05
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: domaine quincy-clifford : niveau 0 - extérieur :: plage-
Sauter vers: