Le deuxième cercle de l'Enfer. (Mardi, 12h)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : la brindille. (laura)
COMPTES : fausthine, kira, théodora, nina, roxanne.
MESSAGES : 447
AVATAR : rania ben.
ÂGE : 26
LOCALISATION : sarcelles, france.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 16000£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Le deuxième cercle de l'Enfer. (Mardi, 12h)   Lun 25 Sep - 22:42

@dre

J'ai grimpé sur un rocher pas trop haut. C'est humainement possible pour ceux qui n'ont pas le vertige. Je jette un coup d'oeil à ce qui m'attend et mes jambes semblent se dérober sous moi. Elham ta gueule, voilà ce que je me dis. Je ferme les paupières et me lance avec un élan calculé dans le vide. Mes entrailles se retournent un instant, l'adrénaline irrigue mes veines avant que je n'ai la lucidité de me positionner correctement pour atterrir, les pieds en avant. Le choc est presque traumatisant, je m'enfonce un moment dans les eaux sombres qui me bercent un instant. Je me rends compte trop tard que je me sens couler. J’émerge, mes poumons se gonflent avec avidité d'oxygène. J'ai trop tiré sur la corde, j'ai mis du temps à rejoindre la surface. J'essuie avec précipitation mes yeux pour virer l'eau salée qui agresse mes rétines. Un point se dessine sur le sable au loin. Ce point devient mon phare, ma destination lorsque je m'en mouve en une brasse approximative. Je finis par reconnaître le candidat. « Dre » je salue alors que mes prunelles arrivent à se poser sur lui avec difficulté. Ma vision est encore un peu floue, j'ai l'impression que je le vois en plus coloré. Ma respiration anarchique finit par se calmer d'elle même. Je m'approche du rivage pour pouvoir converser plus facilement avec lui. « Tu penses que l'Homme se destine à la facilité ? » je l'interroge soudainement en vrillant mes prunelles. L'humanité et son confort, l'Homme et l'envie de soulager son ego. Les solutions rapides, pressées semblent faire l'unanimité parce qu'elles suffisent à court terme, elles ne laissent aucune cicatrice, c'est propre. Le problème est qu'elles n'appellent pas au dépassement de soi, à un combat qui exacerberait l'envie. C'est dans l'adversité que nos désirs nous apparaissent clairement parce qu'on se demande si tout cela en vaut réellement la peine. « Tu serais prêt à te battre pour une cause, pour un but que tu n'es pas sûr d'atteindre ?  » je continue d'une voix tranquille pour jauger son niveau de détermination.

_________________

    DANCING IN THE DARK
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : aurore
MESSAGES : 1298
AVATAR : billy


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
ASPIRATION: popularité
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Le deuxième cercle de l'Enfer. (Mardi, 12h)   Mar 26 Sep - 19:11

L’évocation de la plage lui évoque la Californie, ses plages, le soleil, les belles nanas et les potes. La plage, pour lui, c’est les packs de bière, les parties de volley-ball avec n’importe qui, le surf mais jamais au sérieux. La plage, pour lui, c’est le rire, c’est la bonne humeur, c’est la complicité avec les autres. Certes, celle-ci n’a rien à avoir avec les plages qu’il fréquente. Pas le même continent, pas la même météo, pas les mêmes gens surtout. Il ne saurait dire si ça lui manque, il n’est pas parti depuis longtemps pour sentir une vague de nostalgie noyer ses pensées, pour sentir les battements de son cœur se noyer dans un spleen. Il se promène dans les environs, non loin de la plage, les mains dans les poches. La tête dans le vide, le cœur plein. Ses pas le mènent sur ladite plage. Il ne tarde pas à enlever ses vieilles baskets – promis, maman, en rentrant, je les foutrai à la poubelle – qu’il tient dans ses mains. il marche, sans but. Il se promène, sans intention. Y en faut-il un, pour se promener, de but ? Sûrement. Son regard vient embrasser l’horizon qui n’a pas changé depuis la dernière fois qu’il est venu, si ce n’est peut-être ses couleurs. L’horizon commence timidement à se parer de ses couleurs automnales. Il ne dit mot, pourtant dans sa tête, ça parle. Ca parle un peu, parfois beaucoup. Aujourd’hui, ça parle tout simplement. A chaque fois qu’il vient ici, il se dit qu’il aurait dû emporter avec lui ce fichu appareil photo que sa sœur lui a glissé dans son unique sac avant de partir. La prochaine fois, promis. Dre, il préfère les images mentales aux images pixels. Elles lui parlent plus, elles font sens en lui, ces images mentales. Il redresse la tête alors qu’il entend une voix prononcer son prénom. Il croit reconnaitre le son de la voix d’Elham. Oui, c’est elle. Il lui lance un signe de main, alors qu’elle s’approche en sa direction. Elle lui parait essoufflée, peut-être s’était lancée témérairement dans cette mer agitée. Sa question l’intrigue. il sourcille légèrement lorsqu’elle lui demande s’il pense que l’Homme se destine à la facilité ? « C’est l’impression que tu as ? », qu’il lui demande. Il ne sait pas vraiment ce qu’il peut lui répondre. Puis pourquoi elle lui pose cette question à lui ? « J’imagine que ça dépend des êtres. Certains ont peut-être besoin de cette facilité pour se rassurer. » il hoche légèrement les épaules. Il ne sait pas si elle considère qu’il fait parti de ceux-là. De ceux qui ont besoin de cette facilité pour être rassuré, de ceux qui ont peur de se retrouver face à un obstacle de peur d’échouer. « A partir du moment où on a un but, on se donne les moyens d’y parvenir, peu importe la manière », souffle-t-il. Il s’y connait un peu, en but, en objectif. En ambition, même. « pourquoi tu me demandes ça ? », la questionne-t-il alors. Il est curieux de savoir ce qui se trame dans la tête de la jeune femme.

_________________
le paradigme qui sans cesse dans cette société doit faire des pieds et des mains pour se réinventer
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : la brindille. (laura)
COMPTES : fausthine, kira, théodora, nina, roxanne.
MESSAGES : 447
AVATAR : rania ben.
ÂGE : 26
LOCALISATION : sarcelles, france.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 16000£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Le deuxième cercle de l'Enfer. (Mardi, 12h)   Jeu 28 Sep - 23:26

Mon épiderme se confronte au vent de la plage et je frisonne malgré moi. Je hâte le pas juste afin d'enrouler la serviette autour de moi. Mes opales cherchent celle de Dre. Il me retourne la question sans y répondre. Je crois qu'il a volé la technique de Constance, c'est tellement son genre de faire cela aussi. « Oui » J'annonce clairement parce que c'est comme ça que mes parents se sont comportés, avec facilité. Un mariage de convenance, le même métier que leurs parents, une vie de routine sans rien changer alors que ce n'est peut-être pas forcément l'envie qui manquait. J'ai bien sûr d'autres exemples concernant ce penchant naturel à la facilité. Je n'arrive pas à comprendre cette envie de se rassurer, la peur me fait brutalement avancer. J'ai besoin de cette adrénaline, de cette prise de risque qui se manifeste dans mes choix ou dans mes avis trop tranchés sûrement pour me motiver. Je l'écoute avec une certaine attention. Cela veut un peu tout et rien dire ? Je veux son avis et qu'il m'offre un point de vue d'ensemble. « C'est une réponse de politicien que tu m'offres » je glisse en souriant mais c'est pas grave. Contourner la prise de position afin de ne pas prendre parti et de s'assurer de récolter tous les votes. L'idée est là. Je ne suis pas sûre que ce soit la meilleure des tactiques surtout lorsqu'on se rend compte de la supercherie plus tard. La réponse de Dre est un peu à côté. Je lui demande s'il serait prêt à se battre et non pas quel chemin emprunté pour atteindre cet objectif. « Et tu veux te battre pour quoi ? » je lui demande alors tandis que mes prunelles se braquent sur les traits de son visage pour en disséquer les moindres émotions. Qu'est ce qu'il le motive dans la vie ? Ses objectifs ? Une idée qui lui donne envie de sortir de son lit le matin. Forcément, non ? On ne peut pas se réveiller en se disant que rien nous attend, qu'il ne se passera rien. Sinon pourquoi se réveiller et continuer ? Dre me demande de justifier plus ou moins mes questions. Je lui offre une mine un peu perplexe sur l'instant. « Simplement parce que j'y pensais » je réponds avec une certaine nonchalance estimant que toutes les conversations n'appellent pas forcément une raison palpable. Je trouve cela toujours mieux que lui demander s'il a bien dormi ou mangé la veille. J'avais juste envie d'avoir son avis parce que j'avais cette réflexion et une discussion s'organise généralement à deux.

_________________

    DANCING IN THE DARK
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : aurore
MESSAGES : 1298
AVATAR : billy


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
ASPIRATION: popularité
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Le deuxième cercle de l'Enfer. (Mardi, 12h)   Sam 30 Sep - 12:11

il ignore ce qui vient amener Elham à lui poser toutes ces questions : est-ce que c’est l’impression qu’elle lui donne ? celle de s’adonner à la facilité ? peut-être. Il n’en sait rien. Il n’a aucune idée de ce que la jeune femme pense de lui. Il imagine que cela dépend des individus. Certains en ont besoin de cette facilité pour se sentir bien, se sentir mieux, pour se rassurer et se donner confiance. Chaque individu est différent. Personne n’a pas les mêmes nécessités, les mêmes besoins ; certains ressentent le besoin de se battre juste pour satisfaire leur égo, d’autres pour des buts concrets. Il parait que sa réponse est celle d’un politicien. « Ah…, commence-t-il à dire comme si une idée vient de fuser dans son esprit, maintenant que je fais de la téléréalité, je pourrais me lancer dans une telle carrière », il souffle, une pointe d’humour dans le son de sa voix. Il n’est guère sérieux avec cette probable reconversion. « Il ne me reste plus qu’à trouver ma [/i]Melania[/i] », il suggère en lançant un regard en direction de la jeune femme. S’il se lance dans une carrière politique, il lui faut une Melanie, comme il dit. Parce que derrière chaque grand homme, il y a une femme. Un sourire amusé se peint sur les lèvres de Dre. Quant à la question de la jeune femme, il réfléchit un instant. Pour quoi veut-il se battre ? « Je ne me bats pas, je laisse ce truc en moi qui bouillonne, qui me transcende. Tu penses peut-être que je fais partie de ceux qui se complaisent dans la facilité. Je n’aurais jamais fait ce que j’ai fait, si ça avait le cas. ». il lui répond, fronçant légèrement les sourcils. S’il se destinait à la facilité, il aurait gardé son emploi, il serait encore avec sa petite-amie et il aurait gardé cet avenir tout dessiné qui lui ouvrait les bras. « et toi alors ? pour quoi tu te bats ? ».

_________________
le paradigme qui sans cesse dans cette société doit faire des pieds et des mains pour se réinventer
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : la brindille. (laura)
COMPTES : fausthine, kira, théodora, nina, roxanne.
MESSAGES : 447
AVATAR : rania ben.
ÂGE : 26
LOCALISATION : sarcelles, france.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 16000£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Le deuxième cercle de l'Enfer. (Mardi, 12h)   Dim 1 Oct - 17:43

Je n'ai pas une vision en noir et blanc, je sais déceler les nuances parce je ne vois pas l'intérêt de m'exposer les possibilités sans me signifier quelle est la réelle réponse de mon interlocuteur. Je me tends à la remarque de Dre parce qu'il n'a pas de place dans mon cœur pour un président débile d'un peuple oppressant qui se prend de surcroît pour le roi du monde. Leur système est idiot quand on voit qui il a porté sur le trône. Là, on n'est pas sur de la facilité mais de la connerie à l'état pur. « Luca n'est pas ta Melania ? » je lui demande -directe- simplement en vrillant mes opales presque inquisitrices aux siennes. Blonde et américaine, presque trop parfaite dans le rôle si on y pense. Les nouvelles vont vites, les rumeurs se répandent avec une célérité impressionnante. J'ai beau essayé de les ignorer le plus longtemps possible, elles me rattrapent au détour d'une conversation un peu trop forte ou de plaisanteries même sur les réseaux cachant toujours un fond de vérité. De toute façon, tout finit par éclater lors des primes lorsque les rubriques mettent en valeur les mauvais moments. Si avant je l'imaginais aux bras de Sofia ou de Constance, il semblerait que le candidat ait fait le choix de sa première dame désormais. Je lui offre une oreille attentive. Je ne sais pas encore dans quelle catégorie placer Dre et au final, j'ai toujours détesté cette façon systématique de vouloir classer les autres, coller une étiquette pour identifier et se rassurer. « Et tu as fait quoi ? » je l'interroge parce que je ne connais pas son parcours. Je frôle simplement le Dre du jeu en occultant le Dre de l'extérieur. Et il faut dire qu'il n'est pas forcément hyper bavard sur sa propre personne. J'essaie donc de lui arracher quelques informations sans avoir la certitude qu'il me les offrira. Il me retourne la question. Je me bats … « Pour ne pas tomber dans une routine dans me rendrait malheureuse, pour créer les opportunités, pour le changement qu'il soit bon ou mauvais en fin de compte » je lui fais comprendre en frictionnant avec vigueur mes bras. Je suis frigorifiée.

_________________

    DANCING IN THE DARK
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : aurore
MESSAGES : 1298
AVATAR : billy


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
ASPIRATION: popularité
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Le deuxième cercle de l'Enfer. (Mardi, 12h)   Lun 2 Oct - 12:46

Dre ne pense pas un mot quand il dit vouloir et pouvoir se lancer dans une carrière politique, maintenant qu’il a fait une téléréalité. Il est vrai qu’en sortant de cette aventure, il pourrait très bien suivre le parcours d’un autre homme de la téléréalité qui a été érigé à la tête d’un pays. Mais ce n’est pourtant pas dans les plans de Dre. Peut-être qu’à sa sortie, quelqu’un, un homme d’un parti politique, lui proposera un tel projet de carrière. Après tout, nul ne peut prédire ce qui l’attendra à la sortie de ce jeu… il pourrait en avoir une petite idée. Mais quand bien même il désirerait se lancer dans la politique, il lui faut une Melania. il ne reste plus qu’à la trouver : comme si finalement, c’était aussi simple que cela. Il tourne la tête en direction d’Elham, croisant son regard, au moment où elle lui demande si Luca n’est pas sa Melania. Il reste un instant interdit. Elle a dû entendre des choses, des conversations entre certaines personnes. Il préfère passe outre ces dires. « Elle ferait une bonne Melania, d’après toi ? », il l’interroge alors. Est-ce que Luca pourrait parfaitement remplir le rôle d’une potentielle première dame ? Il a son avis à ce sujet. Elle est belle, très belle, sensuelle, désirable, elle a un physique qu’on ne peut reprocher, elle est blonde, elle incarne la working girl 2.0. « Avec son tempérament, elle pourrait être à l’origine d’incidents diplomatiques », il souffle alors. Ce n’est pas un reproche dans la bouche de l’américain, il constate juste. Il le lui a déjà reproché. Quant à ce qui pourrait le pousser à se battre, Dre ne s’est jamais qualifier l’âme d’un battant. Il ne s’est jamais battu dans sa vie, peut-être par le passé… il s’est battu pour sa mère, il a essayé de se battre pour son ancienne petite amie, il s’est battu pour ressembler à son modèle, il s’est battu pour ne pas oublier l’héritage paternel. Peut-être est-ce qu’il dégage un sentiment de facilité pour la jeune femme, pourtant si c’est cela qu’elle pense de lui, elle fait fausse route. « J’ai rompu ce traintrain quotidien. Tu vois si je l’avais gardé, je me serais complu dans une facilité, j’avais tout à porter de main, je n’avais qu’à tendre le bras et je l’aurais obtenu », il explique brièvement. Alors qu’il sonde à présent Elham. Elle dit se battre pour ne pas tomber dans une routine qui la rendrait malheureuse. Il peut comprendre ; c’est un peu ce qui l’a poussé à faire ce qu’il a fait. « Et qu’est que tu as fait pour ne pas tomber dans la routine ? ici, à l’extérieur. », qu’il l’interroge alors.

_________________
le paradigme qui sans cesse dans cette société doit faire des pieds et des mains pour se réinventer
Revenir en haut Aller en bas
 

Le deuxième cercle de l'Enfer. (Mardi, 12h)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: domaine quincy-clifford : niveau 0 - extérieur :: plage-
Sauter vers: