"life is hardly ever fair, now, is it ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : FA
PRÉNOM : F
COMPTES : TYLER.JAMES.GENEVIÈVE
MESSAGES : 726
AVATAR : Colin Firth
LOCALISATION : Oxford
MÉTIER : Professeur particulier de droit pour les étudiants d'Oxford
ÉTAT D'ESPRIT : Pensif


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 29 500£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: "life is hardly ever fair, now, is it ?"   Dim 1 Oct - 19:59

wk 3,tuesday,17:10. @BUGI

Ces moments où le vent claque des joues rougies par le froid ... Ceux où il décoiffe les boucles brunes qui lui sont négligemment abandonnées ... Ou encore ceux où le silence n'est interrompu que par le fracas ponctuel des vagues qui s'abattent sur les rochers ... Ces moments là sont évocateurs d'une époque révolue, où chevaliers et sorcières se battaient les contrées de l'Angleterre, de l'Écosse et de l'Irlande. Lorsque Martin se retrouve face à un paysage aussi bucolique, il se retrouve presque instinctivement propulsé dans une capsule temporelle qui l'envoie directement vers le passé. Un instant, tous les liens qui l'emprisonnent en l'ancrant à son existence le disparaissent, révélant ainsi cette imagination si bridée et rarement déchaînée qu'il en venait presque à oublier qu'il en possédait une. Cette imagination motivée par des beaux mots et des phrases sans fins, poèmes romanesques ... Cette imagination avait rarement été cultivée par l'univers motivé par le gain, le statut et le profit dans lesquels il avait toujours évolué. C'est agréable de devenir un autre, l'espace d'un instant. C'est agréable, pour lui, de s'oublier, une fois de temps en temps. Loin des autres et loin du bruit ... Livré à la merci du magnifique silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9178-bugi 

PSEUDO : kidd.
PRÉNOM : faustine.
COMPTES : es el primero.
MESSAGES : 3663
AVATAR : jack o'connell.
ÂGE : 30
LOCALISATION : kirkcaldy, scotland.
MÉTIER : glass-blower.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 30 000£
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: "life is hardly ever fair, now, is it ?"   Lun 2 Oct - 1:40

J'ai le vertige. D'aussi loin que je m'en souvienne, je l'ai toujours eu. Cette façon de sentir mes muscles se crisper face à un vide trop profond, ou quand mon corps se retrouve à la merci d'un foutu hélicoptère, cette incapacité à ne serait-ce que me pencher par-dessus le balcon pour mieux observer la rue, ou à comprendre la fascination qu'ont les gens pour ce qui, moi, me fait peur comme ça. De temps à autre, je me dis qu'il faudrait que j'arrive à combattre ça, et je me fais violence. C'est peut-être ça qui m'a amené sur les falaises en fin d'après-midi, lèvres pincées et mains enfoncées dans les poches, pour cacher mes poings qui se serrent dans un naturel qui me paraît clairement ridicule, à vrai dire. Je mords un peu l'intérieur de mes joues tout en marchant, encore à plusieurs mètres du bord, inquiet par la simple idée de m'en approcher de trop près. C'est complètement con. J'ai l'air complètement con, surtout. Je passe une main dans ma nuque, la replonge presque automatiquement dans ma poche, et regarde autour de moi. Je ne tarde pas à apercevoir une silhouette qui se tient sur le rebord, et je sens mon sang se glacer dans mes veines à la simple idée de m'imaginer à sa place. Putain de calvaire, pourquoi je ne pouvais pas avoir peur des araignées, comme tout le monde ? Beaucoup mieux, selon moins, que la phobie du vide, de la hauteur, et de tout le bordel qui l'entoure. Je m'avance un peu vers la personne et reconnais rapidement Martin. J'arque un sourcil, me racle la gorge tout en préservant ma distance de sécurité, non seulement avec le bord mais avec lui aussi, d'une certaine façon. « Enfin, Martin. Parce que tu es nominé, tu penses déjà au suicide ? » Je relève un peu le menton pour le toiser quand il se retourne vers moi. « Le Tout-Puissant ne te pardonnera pas ton geste, si tu fais quelques pas de plus. La production non plus, j'imagine. » Et là, à lui de voir où il pose ses priorités. Non pas que je sois profondément rancunier, mais mes occasions d'échanger avec lui sont tellement rares que je n'ai pas tant de façons que ça de l'aborder. Et, j'admets, il y a quand même un peu de rancune qui persiste derrière ma remarque.

_________________
I PROMISE YOU, I'LL MAKE IT UP TO YOU
“Arrivé devant une longue plaque de verglas sur le trottoir, il hésite un instant puis, au lieu de la contourner, s’élança dessus, les bras écartés afin d’assurer son équilibre. Comme un gosse. Parvenu au bout sans encombre, il sourit aux étoiles” (DENNIS LEHANE)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : FA
PRÉNOM : F
COMPTES : TYLER.JAMES.GENEVIÈVE
MESSAGES : 726
AVATAR : Colin Firth
LOCALISATION : Oxford
MÉTIER : Professeur particulier de droit pour les étudiants d'Oxford
ÉTAT D'ESPRIT : Pensif


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 29 500£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: "life is hardly ever fair, now, is it ?"   Lun 2 Oct - 2:49

« Enfin, Martin. Parce que tu es nominé, tu penses déjà au suicide ? » L'agacement est facilement la première pensée qui traverse l'esprit du cinquantenaire, à présent : Martin est agacé. L'idée qu'on puisse le déranger dans un moment de quiétude lui plaît particulièrement peu en temps normal ; qu'une personne ait cependant l'audace d'agir de la sorte lorsque son esprit s'abandonne à un moment d'inattention fantaisiste, cependant, lui semble tout simplement impardonnable. Se retournant subitement, son regard s'ancre dans celui de l'Irlandais au prénom de poulpe à qui il a eu le plaisir de ne pratiquement jamais parler depuis le début de l'aventure. La simple vue de son visage suffit à faire comprendre au Britannique le peu d'intérêt que ce môme représente pour lui. L'arrogance qui se lit sur ses traits s'harmonise guère avec son jeune âge, qui, bien entendu, le rend donc bien trop inexpérimenté pour lui permettre de pouvoir prétendre à avoir tout compris à la vie. De nous deux, la personne qui semble la plus apte à faire le saut de l'ange, ici, ce n'est pas moi. grommelle-t-il finalement entre ses dents, faisant référence au malaise qui se lit sans difficulté sur le visage de son interlocuteur. Tu es tellement livide qu'on dirait que tu as vu la vierge Marie en personne et qu'elle t'a décrété qu'elle te reniait. À ta place, je sauterais tout de suite. décrète-t-il alors avec sagesse. Malgré tout, l'Irlandais se permet tout de même de décréter que personne ne lui pardonnerait un suicide. Pour une fois, l'ancien avocat acquiesce sans broncher. Bien évidemment ! Mettre un terme à cette vie si précieuse ne pourrait qu'être un crime, assurément. Fort heureusement pour vous tous, et surtout, pour la qualité de cette émission, je ne compte pas partir de sitôt. Il va sans dire que Martin est persuadé que les téléspectateurs n'en auront pas eu assez de lui et de sa grandeur grandiloquente. Mais bon, si tu veux sauter ... Je ne te retiendrai pas, tu sais ? Je ne suis pas comme ça, moi. Il avait vu assez de choses en son temps pour ne plus être réellement atteint par les menaces, quelles qu'elles soient. Celle d'un suicide potentiel n'y ferait pas exception. Et puis ... Ça fera un éliminé de plus, bien qu'il n'aura pas été éliminé de la même façon. ... Cependant, si tu comptes le faire je te demande simplement d'avoir la courtoisie d'attendre une petite heure, le temps que je puisse rentrer au château. Ce serait fort ennuyant qu'on me croie responsable pour ton décès, tu comprends. Certes, ce serait un service de rendu à l'humanité, mais étrangement, Martin n'est pas convaincu que le reste des candidats verraient les choses de cet oeil là, donc autant prendre ses précautions. J'ai déjà bien assez de problèmes comme ça pour ne pas qu'on me m'implique là dedans en plus ! proteste-t-il finalement. Et puis, venant à peine de sortir de prison, il n'est pas particulièrement enthousiaste à l'idée d'y retourner pour un crime qu'il n'aurait même pas commis, cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9178-bugi 

PSEUDO : kidd.
PRÉNOM : faustine.
COMPTES : es el primero.
MESSAGES : 3663
AVATAR : jack o'connell.
ÂGE : 30
LOCALISATION : kirkcaldy, scotland.
MÉTIER : glass-blower.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 30 000£
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: "life is hardly ever fair, now, is it ?"   Mar 3 Oct - 2:05

La présence de Martin sur les lieux a, à défaut de me faire plaisir, la faculté de me faire penser à autre chose qu'au vertige pendant un court instant. Je lui fais remarquer, sourire en coin de rigueur et pointe d'arrogance dans la voix comme dans le regard, qu'il serait fort dommage pour lui de sauter de la falaise simplement pour une nomination et que ce Dieu qu'il a tant l'air d'affectionner – hm – ne risquerait sans doute pas de lui pardonner un tel acte. Sa répartie ne tarde pas à se faire entendre, et me fait finalement pouffer de rire. « Moi, prêt à faire le saute de l'ange ? » J'arque mes deux sourcils dans une légère exagération qui, probablement, me fait d'autant plus passer pour un arrogant, mais... je m'en moque un peu. Je secoue un peu la tête, sort une main de ma poche, et désigne mon visage. « Je tiens mon teint, à l'heure actuelle, de deux points. Le premier : je suis celte. Et à moins d'être un black irish, on n'a pas franchement la réputation de briller par notre peau hâlée et dorée. Le deuxième : j'ai le vertige. » Je l'admets sans trop de mal puisqu'après tout... ça n'est pas un sujet de honte pour moi. Clair que ça n'est pas le premier que je ramènerais en temps normal sur la table, mais tout de même. Un soupir presque théâtral souffle entre mes lèvres, tandis que je remets ma main dans ma poche. « Comme tu l'imagines, la rencontre avec Marie ne serait pas pour aujourd'hui, malheureusement pour moi. » Je bouge un peu de ma place, m'amuse à faire quelques pas, aucunement dans la direction du bord cependant. Je fais mine de réfléchir, puis me tourne à nouveau vers lui avec un petit sourire, quand il reprend la parole et continue sur sa théorie de suicide que, selon lui, je devrais bientôt commettre. Je le gêne donc tant que ça au point qu'il transforme une boutade de ma part en, apparemment, un désir brûlant de son côté ? « Martin, à partir de ce que je t'ai dit, sois logique : si je devais me suicider, ce qui, désolé de te l'apprendre, n'est absolument pas dans mes intentions, je ne choisirais sans doute pas cette solution, puisque je serais probablement incapable de sauter. Ça serait ridicule. » Je me stoppe dans mes mouvements, affiche un air interrogateur avant de secouer un peu la tête. « En plus de ça, sachant qu'on est filmés, ça m'étonnerait que la production t'accuse de quoi que ce soit. Tu peux donc dormir sur tes deux oreilles. » Désolé mate, d'avoir un peu démonté comme ça ton argumentaire qui n'en n'était pas vraiment un. Nouveau haussement d'épaules. Je me masse distraitement la barbe, puis me tourne finalement vers lui. « Et donc, à part insulter les chrétiens, cracher sur la vie des autres et avoir fait de la taule, tu fais quoi dans la vie ? » Je lève distraitement mes paumes en l'air, dans sa direction, et le regarde. « C'est une proposition de discussion un peu plus posée, hein. À toi de la saisir ou non. » Et ma main droite commence déjà à fouiller ma poche à la recherche de mon paquet de cigarettes.

_________________
I PROMISE YOU, I'LL MAKE IT UP TO YOU
“Arrivé devant une longue plaque de verglas sur le trottoir, il hésite un instant puis, au lieu de la contourner, s’élança dessus, les bras écartés afin d’assurer son équilibre. Comme un gosse. Parvenu au bout sans encombre, il sourit aux étoiles” (DENNIS LEHANE)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : FA
PRÉNOM : F
COMPTES : TYLER.JAMES.GENEVIÈVE
MESSAGES : 726
AVATAR : Colin Firth
LOCALISATION : Oxford
MÉTIER : Professeur particulier de droit pour les étudiants d'Oxford
ÉTAT D'ESPRIT : Pensif


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 29 500£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: "life is hardly ever fair, now, is it ?"   Mer 4 Oct - 2:28

Cet orgueil insupportable qui lui est si caractéristique ne manque pas de pointer le bout de son nez lorsque Bugi semble amusé à l'idée qu'il ait l'air sur le point de mettre un terme à sa vie. Malgré tout, le gamin blanc comme un linge explique que sa couleur naturelle est due à deux choses que Martin ne prend pas particulièrement le soin d'écouter car, en toute honnêteté ... Il s'en fiche un peu. Beaucoup, même. Tant que tu ne tombes pas malade sur moi ... grommelle-t-il finalement, n'ayant pas particulièrement envie de nettoyer les restes du déjeuner du Bugi de ses belles chaussures. Lorsqu'il réplique que rencontrer la vierge ne figure pas dans ses plans de la journée, l'ancien avocat hausse des épaules. Quel dommage. reflète-t-il finalement. Puis, le voilà qui commence à gesticuler dans tous les sens. Un instant, le britannique se demande si l'irlandais ne serait pas tombé sur la tête, avant de se rappeler que toute sa génération était malheureusement née avec un taser dans le cerveau. Ceci expliquant cela, comme on dit. Lorsqu'il lui sourit, Martin manque de tomber du haut de la falaise tant les dents du jeune homme l'effraient. Couvrez ces dents, que je ne saurais voir ! s'indigne-t-il presque, en le regardant avec un air réprobateur. Les Irlandais n'ont vraiment pas de belles dents, se dit-il finalement. Lorsqu'il émet l'hypothèse que Bugi puisse être venu dans les parages dans le but de mettre un terme à sa vie, celui-ci se contente de lui rappeler que ce procédé est probablement le moins adapté à sa personnalité, compte tenu de son vertige. Ah tiens. remarque-t-il avec désinvolture, comme surpris par cette révélation. Il faut dire qu'il écoutait vraiment peu le jeune homme lorsqu'il lui a parlé plus tôt : sa voix a une qualité soporifique qui a le don de l'assommer avec chaque nouveau mot prononcé. Si tu as besoin d'aide ... offre-t-il finalement dans tout son altruisme désintéressé. Ce ne serait certainement pas pour lui plaire mais il serait bien capable de l'aider à concrétiser ses projets, par pure bonté de l'âme, oh oui. Lorsque Bugi constate que le fait qu'ils soient sous vidéo surveillance vingt-quatre heures sur vingt-quatre devrait suffire à l'innocenter de son potentiel meurtre, Martin reste cependant ferme. Ah non, non, non, c'est bien trop risqué. Il suffit que les caméras ne soient pas au bon angle ou qu'elles soient tombées en panne pour que tout me retombe dessus, et je refuse cette responsabilité. décrète-t-il finalement. Malgré tout, l'irlandais lui pose une dernière question à laquelle le Britannique ne sait pas comment réagir, cette fois-ci : entre l'indignation, l'amusement, la curiosité ou la rage, ses émotions, pour la première fois depuis le début de l'aventure, se contredisent assez violemment. C'est plus ou moins tout. répond-t-il finalement, aussi généreux en détails qu'à son accoutumée. J'insulte aussi les Irlandais si ça t'intéresse. remarque-t-il finalement. Il est bien irlandais, ce garçon, après tout ... Non ? Malgré tout, lorsque le jeune homme tente de lui expliquer qu'il cherchait à entamer un contact à travers cette question, c'est avec réticence que Martin accepte finalement de baisser ses gardes. Déglutissant rapidement, il ajoute finalement, d'une voix plus calme et posée : Je ... J'enseigne le droit. En tant que professeur particulier exclusivement. Il ne lui renvoie pas sa question, bien évidemment : Noël est encore loin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9178-bugi 

PSEUDO : kidd.
PRÉNOM : faustine.
COMPTES : es el primero.
MESSAGES : 3663
AVATAR : jack o'connell.
ÂGE : 30
LOCALISATION : kirkcaldy, scotland.
MÉTIER : glass-blower.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 30 000£
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: "life is hardly ever fair, now, is it ?"   Jeu 5 Oct - 13:58

Le peu de fois où nos chemins se sont croisés et où on a eu l'occasion d'échanger quelques brèves paroles, Martin ne m'a jamais fait bonne impression. Entre les insultes proférées quant à ma croyance – notre, à moi et plusieurs autres candidats – et sa façon de traiter Harrison comme un chien la dernière fois... C'est généralement le candidat que je préfère éviter quand l'occasion se présente. J'aurais tout aussi bien pu, pourtant, rebrousser chemin ou passer à côté de lui sans l'interpeller, en arrivant ici. Mais à supposer que le vertige y soit pour quelque chose, j'imagine que j'avais besoin de penser à autre chose qu'à ma peur. J'arque un sourcil. « Martin, sais-tu que tu n'es pas la seule personne distinguée dans ce château ? » Vomir sur les chaussures de mes comparses, aussi marrant pourrait-il être de voir la face dégoûtée d'un Martin suite à la scène, ne fait pas partie de mes projets pour mon aventure. Alors ses grommellements de vieux bouc mécontent me donnent juste un air dubitatif et, j'admets, une certaine envie de me foutre encore un peu de lui. À noter pour plus tard, donc. Quand je lui annonce que ma rencontre avec la Vierge me semble être compromise, sa réponse me fait encore un peu rire. Décidément. « Je suis d'accord avec toi : quelle injustice que seules quelques personnes dans le monde aient pu avoir l'occasion de la voir leur apparaître. » je lance dans une certaine ironie, dont je ne suis pas sûr qu'il comprenne le fond, pour être honnête. Je souligne très rapidement son manque de répartie et me suggère à moi-même de jouer là-dessus : un homme qui n'est pas capable de répondre a le don de s'énerver rapidement, et j'ai l'impression que ça fait un moment que l'occasion de voir Martin péter une pile ne s'est pas présentée. Pour reprendre ses termes : quel dommage. Je lui souris et sa remarque me fait hausser les sourcils, sans pour autant exécuter l'ordre qu'il m'intime. « Donc tu es tellement incapable de faire preuve de répartie que tu essayes de frapper là où tu penses que ça fera mal, c'est-à-dire sur le physique des gens ? » Mh mh. Je secoue la tête, continue de sourire sans éprouver le moindre complexe par rapport à ça. Si ma confiance en moi est bringuebalante, les remarques d'un homme comme celui-ci ont au moins le mérite de ne pas spécialement m'atteindre, et de plutôt me passer à trois pieds au-dessus de la tête. Je roule des yeux et, un peu plus tard, ne relève même pas le semblant de surprise dont il a l'air de faire preuve quand je lui fais remarquer que le suicide par saut ne serait sans doute pas adapté à mon vertige. Et il me propose... un coup de main ? J'allais répondre alors qu'il reprend déjà la parole pour me dire qu'il ne voudrait surtout pas être accusé de ma mère. Ok... « Ne te vexe pas, Martin, mais est-ce que tu es traité pour bipolarité ? Non parce que, un coup tu me dis que tu ne veux pas qu'on pense que tu m'as tué, tu me proposes ensuite un coup de main pour me jeter par-dessus bord alors que les caméras sont encore là, et pour finir tu me dis que tu ne veux certainement pas prendre le risque que le suicide que tu espérais que je commette – je te remercie d'ailleurs pour la considération que tu apportes à ma vie – passe pour un meurtre que tu aurais, toi, commis. Donc auquel cas, tu peux me le dire, et comme ça je saurais à quoi m'attendre. » Je relève le menton pour l'observer avec, toujours, une certaine arrogance qui me plaît bien à avoir avec lui. Sourcil arqué, je lui demande finalement ce qu'il fait dans la vie à part cracher sur les chrétiens, sur la vie des autres, et faire de la taule. Et je pouffe de rire. « Une chance que je sois écossais alors. » Il accepte ensuite de répondre à ma question et je me retrouve à rouler doucement des yeux. « Pauvres étudiants. »


_________________
I PROMISE YOU, I'LL MAKE IT UP TO YOU
“Arrivé devant une longue plaque de verglas sur le trottoir, il hésite un instant puis, au lieu de la contourner, s’élança dessus, les bras écartés afin d’assurer son équilibre. Comme un gosse. Parvenu au bout sans encombre, il sourit aux étoiles” (DENNIS LEHANE)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : FA
PRÉNOM : F
COMPTES : TYLER.JAMES.GENEVIÈVE
MESSAGES : 726
AVATAR : Colin Firth
LOCALISATION : Oxford
MÉTIER : Professeur particulier de droit pour les étudiants d'Oxford
ÉTAT D'ESPRIT : Pensif


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 29 500£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: "life is hardly ever fair, now, is it ?"   Ven 6 Oct - 20:05

« Martin, sais-tu que tu n'es pas la seule personne distinguée dans ce château ? » Avec toute la sincérité qu'il a à sa disposition, c'est sans hésiter qu'il répond : Bien entendu : il y a également Eustache. Clairement l'un des rares seuls qui sait encore comment se comporter en société, véritable prince parmi tous ces paysans. Malgré tout, cela ne le rassure pas quant au fait que le candidat ne reteindra pas ses chaussures par ses fluides gastriques, ce qui explique pourquoi Martin se tient tout de même à une distance raisonnable du jeune homme. Lorsque celui-ci affirme cependant que c'est fort injuste que seules quelques personnes dans le monde ont pu voir la vierge de leurs propres yeux, le Britannique ne peut s'empêcher de rétorquer : Peut être qu'en sautant, tu auras cette chance toi aussi, qui sait ? Il marque un temps d'arrêt. Me concernant, je pense que je préfère encore m'étouffer sur ma pipe. Nom d'une pipe. Rencontrer la vierge. Ce qu'il ne fallait pas entendre. Certes, c'est bien lui le premier à en avoir parlé, de cette sainte et virginale Marie, mais cela ne voulait pas pour autant dire qu'il croyait un seul mot de ce qu'il disait. Pour l'irlandais ... C'est une autre histoire, très certainement. Lorsque l'autre candidat lui demande si sa joute concernant son apparence physique avait à voir avec son absence de répartie, c'est sans flancher, sans même aucun signe de véritable réaction que Martin se permet de répondre : Je me contente de dire la vérité, tes dents ont l'air de courir après ton quatre-heures quand tu souris. Je te dis ça, c'est pour ton propre bien. Quel héros, ce Martin, avec son âme d'altruiste et son coeur tendre. Il ne cherche pas à défendre sa répartie, parfaitement conscient que le jeune homme n'a pas besoin d'un rappel pour savoir à quel point il en est imbu, de sa répartie. Donald Trump en personne serait face à lui qu'il l'aura battu à plates coutures en moins de deux. Ton visage n'est pas extraordinaire non plus, mais ça passe, en comparaison. ajoute-t-il finalement. On entend souvent parler de beautés frappantes. Dans le cas de Bugi, il a beau être frappant, il n'a pourtant rien de beau, aux yeux de l'ancien avocat. Une caille aurait pu faire une fausse couche que l'embryon ressemblerait davantage à quelque chose que cet extra-terrestre au visage étrange. Malgré tout, la dernière question du gamin le provoque un peu, ce qui explique pourquoi Martin commence légèrement à s'enflammer. De quoi ? Et comment ! Je n'ai aucune faiblesse de ce genre, moi. Contrairement à vous autres, se retient-il d'ajouter. Malgré tout, Martin ne peut s'empêcher de relever le commentaire concernant la considération portée sur la vie du garçon : Il n'y a nul besoin de me remercier, je le pense sincèrement. Sa voix, magnanime, indique qu'il n'a vraiment pas pris cette réflexion comme une reproche, mais plus comme une expression de gratitude sincère et inconditionnelle. Éradiquer ce garçon de la face de la terre serait très certainement un service de rendu à l'humanité, de toutes façons se dit-il intérieurement, tout comme tous ces autres atroces candidats ... En voilà une, d'idées, tiens. Le regard que l'irlandais lui envoie alors lui donne envie de lui donner un crochet droit – mais Martin n'en fera rien, bien trop distingué pour se rabaisser à ce genre d'imbécilités. Il se contente de le mettre en garde que son statut d'Irlandais ne l'exemptera d'aucune insulte venant de sa part, bien au contraire. Cette nouvelle semble réjouir le jeune homme, qui déclare être écossais. Tout ça, c'est du pareil au même. répond-il alors avec nonchalance. Tant qu'ils ne sont pas Anglais, ils ne valent pas grand chose, en fait. Malgré tout, le jeune homme décrète que ses étudiants sont pauvres. Là, Martin décide de l'arrêter net. Il y a certes des élèves moins fortunés à Oxford, mais la plupart d'entre eux viennent de bonnes familles. Je suis bien placé pour le savoir : j'y ai effectué toutes mes études. Un silence s'installe alors entre eux, jusqu'à ce que Martin ne décide de le briser d'une façon particulièrement représentative de sa personnalité, ce qui n'exclut pas la possibilité qu'elle puisse surprendre l'irlandais-écossais. Tiens, passe moi une cigarette, histoire de servir à quelque chose pour une fois. Ça faisait vraiment trop longtemps qu'il n'en avait pas grillée une, comme il le disait si bien lorsqu'il était encore jeune et insouciant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

"life is hardly ever fair, now, is it ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: domaine quincy-clifford : niveau 0 - extérieur :: falaises-
Sauter vers: