Sea, Sex and Sun (Mardi - 14h)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9209-alain 

PSEUDO : Ben.
COMPTES : Judas, Dean
MESSAGES : 466
AVATAR : Cassel
ÂGE : 50
LOCALISATION : Miami
MÉTIER : Jouer de Poker professionnel


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Sea, Sex and Sun (Mardi - 14h)   Dim 8 Oct - 22:33

@Claudio


Je suis tel un déchet sur la plage, allongé sur le sable en position étoile de mer. Une position qui me rappelle celle d'une prostituée peu expérimentée à qui j'avais payé les services après avoir empoché une belle somme d'argent au poker. Les étoiles de mer, c'est terrible quand on y repense. Je pensais que je supporterai facilement cette vie à l'extérieur, mais en fait non, le temps est extrêmement long, on a encore moins de lieu où se poser, moins d'activités, c'est juste insupportable. La vie dans la nature en elle même cependant ne me dérange. J'aime me donner à faire caca dans la mer, ça me rappelle mon enfance. Et puis surtout j'imagine Luca se baigner derrière, et là je peux te dire que c'est un réel plaisir. Possible que je continue à faire besoin dans la nature pour la suite de l'aventure tiens. En attendant, je suis là, avec ma dégaine de loup-garou, mes lentilles jaunes à la con, mon pull noir, à rester allongé sur le sable. Je m'emmerde, c'est terrible. Je rentre tout de même en osmose avec la nature. Le vent frais se fait sentir au contact de ma peau, le bruit des vagues me font l'effet d'une madeleine de Proust et les paumes de mes mains saisissent des poignées de sable autour de moi. Je crois que je deviens fou, que je me décivilise encore plus que je ne l'étais déjà, mais au fond je suis relaxé, je suis bien, je suis posé. J'entends une personne s'approcher non loin de là, c'est Claudio. Je connais pas Claudio, je m'en fous en fait de sa gueule, mais bon je m'ennuie là tout de suite, alors Claudio va me divertir. « Hé Claudio, que tu es beau comme un Dieu ! » J'ai décidé de faire plein de compliments aux gens. Je n'en pense pas un maitre mot, Claudio est vilain, mais j'ai décidé de prendre le jeu à mon compte. Et vu que je suis dans la team amour, je n'ai pas d'autres choix que d'être bienveillant, de semer l'amour autour de moi. Achille n'a qu'à bien se tenir. « Regarde la mer, indomptable qu'elle est.. les marins, les navigateurs et autres surfeurs ont su la dompter. » Ouais je déraille complètement, mais c'est le retour à la nature, ça fait que j'ai plus trop tout ma tête. Au moins ça me permet d'oublier mon accoutrement débile de loup-garou. « Tu as su dompter la mer Claudio, apprends-moi à la dompter aussi, apprends moi à surfer. » Voilà, j'ai décidé de devenir surfeur. Je n'ai jamais surfé de ma vie, j'en ai rien à foutre du surf mais ma foi, au point où j'en suis, je suis prêt à essayer tout ce qui pourrait me divertir. « Ca fait longtemps que tu surfes ? » lui demandai-je finalement en reprenant un peu consience de moi-même et en posant mon regard pour la première fois mon regard sur Claudio. Mon ventre se met finalement à gargouiller. « Il est quelle heure ? Midi ? Claudio, sois aimable, va me chercher un bon repas dans la maison. J'ai pas envie de manger du sable aujourd'hui. J'ai pas mérité ça moi.» Après tout je fais parti de la team amour, on était pas derniers nous. Ah que le temps est long sur cette île, et dire qu'on est que mardi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : silvia
MESSAGES : 873
AVATAR : @faufau
ÂGE : 25
LOCALISATION : paraty, brasil
MÉTIER : surfeur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: make love not money
ASPIRATION: compétition
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Sea, Sex and Sun (Mardi - 14h)   Mer 11 Oct - 16:34

certains font la sieste, d'autres chinent, je me dis que c'est le bon moment pour me pencher sur les secrets des autres candidats. j'ai l'impression que tout file très vite et que j'ai rarement le temps de me poser vraiment les bonnes questions. moi je prends les choses telles qu'elles sont, je profite de l'instant t sans vraiment voir ailleurs. à papoter avec tout le monde et m'entendre globalement bien avec l'ensemble j'en oublie pas pour autant la compétition. c'est juste que c'est pas aussi instinctif, j'me vois pas filer tête baissée en mode rentre-dedans. buzzer pour buzzer, ça m'intéresse pas. alors je perds du temps, et on m'engueule pour ça, et bla et bla et bla. ça fait trois jours mais je l'ai encore en travers de la gorge, ce classement. j'ai bien relativisé avec elham, mais quand même. y'a des résultats comme ça qui sonnent comme des échecs. et moi j'ai jamais été trop tolérant envers l'échec. alors oui, on en apprend beaucoup, on s'améliore, mais ça n'empêche que c'est qu'une putain de marée d'emmerdes. j'ai décidé d'aller me caler sur la plage, pour parler avec d'autres candidats et sortir de mon petit confort. y'en a toute une ribambelle qui est condamnée à vivre à la robinson crusoë toute la semaine, ce qui pourrait être marrant si le temps ne s'était pas aussi couvert ces derniers jours. j'ai pas vraiment le temps de distinguer une silhouette qu'alain déboule. on n'a jamais trop parlé, alain et moi. deux mots ici et là aux repas et autres moments de communauté. je le connais râleur et pas forcément apprécié. j'en avais presque oublié son gage de loup garou, mais au fond ça lui va quand même hyper bien. il me parle de mer dans une excitation qui ne sonne pas naturelle. depuis que je suis né, c'est l'image simple mais au final assez vraie. non vraiment je m'en souviens pas je finis par m'assoir sur le sable, et toi? on t'a jamais dit que c'était un sous-métier? dans le sens faux-métier, comme moi le surf. la jalousie de ceux qui nous accusent de vivre de notre passion. ou c'est plutôt une addiction? je finis par sourire. je me rends pas trop compte de ce qu'ils bouffent ici, j'ai bien vu un petit trafic il est deux heures, mais ouais si tu veux tout à l'heure en rentrant j't'amènerai ce que je trouve je sais pas si ça rentre dans le cadre de la non compétition, d'agir comme ça. mais si on retourne le problème, la compétition est plus forte si on est tous au même point d'égalité, de santé mentale ou physique. je m'allume une clope et laisse trainer le paquet s'il veut se servir aussi.

_________________

mais ça les gens apprécient pas,
ils disent qu'il faut rester au pas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9209-alain 

PSEUDO : Ben.
COMPTES : Judas, Dean
MESSAGES : 466
AVATAR : Cassel
ÂGE : 50
LOCALISATION : Miami
MÉTIER : Jouer de Poker professionnel


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Sea, Sex and Sun (Mardi - 14h)   Ven 13 Oct - 11:07

Allongé sur le sable, je regarde le ciel à la recherche de mouettes. C'est beau les mouettes. Malheureusement, au vu du temps qu'il fait dans cette région du monde de merde, je ne trouverai pas de mouette. Je m'emmerde comme un rat mort, et j'ai affreusement faim. Heureusement – ou malheureusement – il y a Claudio non loin de là, que j'interpelle en vantant son physique avantageux. Ma tactique cette semaine est simple, être le plus empathique possible. Je veux comprendre le barême des points. J'ai déjà une idée pour la team popularité, adversaire principale de la team amour. En fait ça me semble plutôt évident, et je compte bien leur faire perdre leurs points. Je pars finalement dans un délire un peu bizarre. Je parle de la mer. Surement parce que le paysage me l'évoque, Claudio le surfeur me l'évoque lui aussi. Donc je lui demande de m'apprendre à surfer, en fait j'en ai un peu rien à foutre, mùais si cela peut m'occuper l'espace de quelques instants, je suis fort prêt à écouter tous ses conseils. Vraiment, je meurs d'ennui. Je lui demande, depuis combien de temps il surfe, je doute que ça a quelque chose à voir avec son secret, mais je m'en fous, peut-être que par hasard, en discutant avec lui, je cramerai quelques éléments intéressants. Apparemment depuis qu'il est né. Ca semble être une boutade, enfin je crois. Il enchaine, il ne s'en souvient pas. C'était donc bien une boutade. J'en conclus, qu'il fait ça depuis toujours. C'est cool de pouvoir vivre de sa passion maintenant, je connais ça, mais qu'il fasse gaffe à pas se lasser. Il finira comme moi surement, certainement. Claudio s'assoit sur le sable et me demande si à moi, on m'a jamais dit que c'était un sous-métier. « On m'a toujours dit que c'était pas un vrai métier, surtout mon père ce gros con. » Mais maintenant il est dans sa tombe et c'est bien fait pour sa gueule à celui là. Ma mère avait plus ou moins accepté le fait que je puisse gagner ma vie au poker, mais mon père non. Pour lui l'argent se gagnait dans un bureau, comme tout le monde. Mais moi ce mode de vie, c'est bien le mode de vie auquel j'aurai jamais pu adhérer. « J'imagine que toi aussi ça du être dur de convaincre ton entourage au début. » Encore que, le surf, si t'es vraiment bon, tu risques rien. Le poker le problème, c'est que dans l'imaginaire des gens, tu peux tout perdre du jour au lendemain et te retrouver à la rue. Alors que ça, ça arrive que à ceux qui ne respectent pas certaines règles. Autrement c'est un sport comme un autre, qui permet un revenu constant quand on sait s'y faire. « Oui parfois ça devenait une addiction, au point d'en avoir fait une surdose aujourd'hui. » Et c'est pour ça que j'ai décidé de participer à Thrown Dice, pour une partie de poker un peu différente de celles que j'ai connu aujourd'hui. Maintenant ce n'est pas les mêmes règles, alors j'ia besoin de temps pour vraiment adapter mon jeu de poker à celui de Thrown Dice, mais j'apprends, chaque jour. « En tout cas, je suis pas le mec le plus agréable de la terre, mais je respecte les gens qui arrive à être les meilleurs dans leur domaine. » Pour une fois c'est un sincère compliment. Compliment que j'avais sorti à Oslo aussi par ailleurs. Il n'y a ici malheureusement que très peu de candidats qui ont travaillé dur pour arriver à un certain niveau de réussite, et c'est pourquoi il ne mérite en aucun cas mon intérêt. En attendant, Claudio est bien gentil, mais moi j'ai faim. Ce début de vie sauvage, me déplait fortement et mon estomac crie famine. Alors je lui demande d'aller me chercher à bouffer. Il accepte mais, il le fera tout à l'heure en rentrant. « Tarde pas trop, sinon tu auras la mort d'un homme sur ta conscience. » Bien qu'au final j'attends que ça, mais bon, mourir de faim, c'est pas la meilleure des morts je pense. « Et si tu pouvais me ramener une bouteille de whisky aussi, ce serait cool, je te revaudrai ça. » Enfin ça, c'est si je suis toujours ma stratégie de team amour, sinon il peut aller se faire foutre pour que je lui rende la pareille. Claudio s'allume enfin une clope, tout en laissant le paquet de clope trainer pour que j'en prenne une. Je me relève aussi tôt avant de prendre aussi tôt une clope de son paquet et de l'allumer. « Tu es un type bien Claudio. Je crois que grâce à toi et tes clopes, je vais pouvoir avoir la force d'aller pêcher deux trois trucs après. » Après tout ça peut être marrant de survivre par soi-même. Mais d'abord faudra que je bouffe et que je bois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : silvia
MESSAGES : 873
AVATAR : @faufau
ÂGE : 25
LOCALISATION : paraty, brasil
MÉTIER : surfeur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: make love not money
ASPIRATION: compétition
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Sea, Sex and Sun (Mardi - 14h)   Ven 13 Oct - 22:25

j'ai aucun mal à croire que son métier est contesté. y'a cette part de mépris envers ceux qui gagnent aux jeux. parce que c'est trop simple. à croire que dans la vie y'a que la méritocratie des études qui marche. y'a que le standard de la carrière tracée sur la tradition des stages et de l'étudiant exploité. du jeune diplomé qui se fait traiter comme une merde. de l'assistant qui encaisse et bouffe ses heures sup' comme son mcdo de fin de soirée. sans réfléchir. question de survie. c'est facile de voir derrière la gueule d'alain le cliché du connard qui a niqué pas mal de personnes dans sa vie. il a ces yeux qui te foutent un coup de savate à l'égo. les lèvres plissées qui laissent entendre qu'il pense toujours quelque chose de plus de toi, que toi de lui. comme un mec qui te fait comprendre avant même d'avoir posé son jeu qu'il t'a bien foutu en l'air ta paire de valets. t'as commencé comment? j'me demande, parce qu'on en entend pas mal des histoires sur les joueurs. de petits génies qui finissent par trouver une combine intraitable, de mecs qui ont commencé pour se sortir d'une sale passe, parce qu'ils avaient besoin de tune. de gars, juste comme ça, qui ont voulu essayer. et qui n'ont plus rien lâché. j'me demande dans quelle case il est, alain. moi c'est différent, c'est mon père qui nous a poussés vers le surf, mes frères et moi, il a parié sur nous quatre pour se garantir au moins un succès. pas sûr qu'il aurait misé sur moi, et pourtant. c'était sa manière d'emmerder la société, ses codes et sa structure. pas d'école, pas de règles, juste le surf et les cours de ma mère. en découle ma dyslexie, mais c'est qu'un détail. il parle d'addiction alain, et ça m'étonne pas. la frontière est fragile je dessine un trait sur le sable du bout de mon doigt tu réussis, tu pousses toujours plus et t'espères gagner, encore, je sais que dans les compét' c'est un peu ça, alors j'imagine que pour lui c'est comparable. après une série de victoires un échec n'est perçu comme une erreur de parcours. un truc qu'on oublie aussi vite, sous l'impulsion de l'adrénaline. au point de ne pas se remettre en question. jusqu'au prochain échec. et bam. et bam. t'es tombé dans le piège de ton personnage? je lâche en souriant, en rebondissant sur son histoire de mec pas agréable. j'me dis que ça colle bien à la gueule du joueur de poker. là t'es alain? ou alain le joueur? peut-être que le cap est franchi depuis bien trop longtemps pour revenir en arrière. je note quand même la remarque que je saisis comme un espèce de compliment. t'inquiètes, je laisserai pas un confrère crever sur une plage, je les lui amènerai, sa bouffe et sa bouteille mon esprit de compétition me faire penser que battre un mec devenu fou sur une plage n'a rien de louable, c'est même pas de l'anti-jeu, à ce stade, c'est trop facile, c'est de l'abandon.

_________________

mais ça les gens apprécient pas,
ils disent qu'il faut rester au pas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9209-alain 

PSEUDO : Ben.
COMPTES : Judas, Dean
MESSAGES : 466
AVATAR : Cassel
ÂGE : 50
LOCALISATION : Miami
MÉTIER : Jouer de Poker professionnel


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Sea, Sex and Sun (Mardi - 14h)   Mer 18 Oct - 11:28

Claudio et moi même, malgré notre différence d'âge on a au moins pour point commun d'exercer tous deux un métier contesté. Le genre de métier qui attire les jalousies tant on peut gagner beaucoup tout en s'éclatant. Mais les gens n'ont pas compris que si on gagne beaucoup c'est parce qu'ils sont assez nombreux pour nourrir nos métiers. Au poker, il faut assez de cons riches qui décide de passer du bon temps sur une table. Au surf il faut certainement un assez grand public pour pouvoir payer les compétitions de surf et les surfeurs. C'est comme ça que ça marche et si aujourd'hui des joueurs de football gagnent des sommes astronomiques aux dépens d'humbles travailleurs qui se tuent la santé, alors il faut que l'être humain se penche sur sa connerie plutôt que de critiquer le succès des uns et des autres. Il aura beau critiquer, il est lui même responsable de ces écarts de richesse. Comment ai-je commencé le poker ? C'est une question qu'on me pose souvent. « Je jouais avec des amis, ils me plumaient et ils se foutaient de ma gueule ces cons.. alors j'ai décidé d'apprendre à les plumer et de me moquer d'eux à mon tour. » A la base c'est parti de là. Et puis j'ai beaucoup, beaucoup, beaucoup travailler pour comprendre ce jeu, pour devenir l'un des meilleurs. Ca demande beaucoup plus de travail qu'on ne pourrait le croire. Puis après à force, je me suis pris de goût pour ce jeu et j'en ai fais mon métier. Claudio, lui c'est différent. Apparemment c'est son père qui l'a poussé à devenir surfeur, lui et ses frères. « Et toi c'est ce que tu voulais ? Devenir surfeur ? » Dans le cas contraire ce serait un peu con. Mon père a toujours voulu que reprenne sa boite, je ne l'ai pas fait, il est mort, déçu de son fils, et j'en ai rien à branler, je suis heureux comme je suis. Apparememnt c'était sa manière d'emmerder la société, de bousculer les codes. « Je crois que je l'aime bien ton père. » J'ai exactement le même mode de pensée que son père. Loin d'une crise d'adolescence à retardement, je n'ai jamais aimé devoir suivre les codes bêtement. Les gens, en rentrant dans le monde adulte s'endorment dans une routine et ils finissent par l'accepter et à la faire accepter à ses générations suivantes. Tout est bien coordonné, trop automatique à mon goût. Mais oui, la frontière entre la passion et l'addiction est fragile. Comme il l'explique, tu veux toujours gagner plus, encore et encore. Ca devient une obsession, et ça finit par prendre trop de place dans ta vie. « Ca peut vite devenir invivable, il faut savoir parfois lâcher prise pour mieux repartir. » Il n'y a qu'à voir Stella, elle le vit pas forcément bien son désir de perfection. Ce même désir de perfection que tu retrouves dans toutes les compétitions à un niveau élevé. Claudio doit connaître lui aussi, du coup ça fait forcément de lui, un joueur de Thrown Dice dont je devrais me méfier. « Non, je ne tombe dans aucun piège, je maîtrise tout ce que je fais. » Peu importe mes intentions, dans ma vie, j'ai décidé de tout maitriser, ou du moins un maximum de choses. Je ne peux contrôler certaines choses, mais je me débrouille toujours pour garder le contrôle, en toutes circonstances. Il me demande si je suis là Alain ? Ou Alain le joueur ? « Alain est joueur, donc je suis Alain. » Il y a pas d'Alain le joueur ou d'Alain, Alain. Il y a juste Alain et toutes ses facettes. Ce que je veux dire c'est que je ne joue pas de rôle, je joue parce que c'est moi. Cette discussion devient trop perchée à mon goût et me fait rappeler que j'ai bien la dalle et plus toute ma tête à avoir faim comme ça. Heureusement que Claudio accepte car il n'y a pas de mérite à vaincre sans péril. « Tu as bien raison.. et c'est dans la difficulté qu'on s'améliore, alors t'as tout intérêt à pas me laisser crever. » Si c'est trop facile, tu finis par t'endormir, à lâcher prise et tu te fais finalement niqué. Alors parfois vaut mieux garder un peu de difficulté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : silvia
MESSAGES : 873
AVATAR : @faufau
ÂGE : 25
LOCALISATION : paraty, brasil
MÉTIER : surfeur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: make love not money
ASPIRATION: compétition
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Sea, Sex and Sun (Mardi - 14h)   Sam 21 Oct - 11:55

je retrouve derrière sa barbe de vieux beau un mec différent de celui qu'il exprime au quotidien. je lui avais jamais trop parlé à alain et j'm'étais sans doute laissé prendre par cette belle mode de le détester. parce qu'il fait tout, au fond, pour se rendre détestable. pourtant ce mec est intelligent, vraiment, ça se voit à ses yeux bleus qui te regardent comme il analyse un jeu de carte. il s'arrête pas à la façade, il essaye de comprendre, de prédire. histoire de te plumer en ayant anticipé ton prochain geste. il me fait un peu penser à mon père. impressionnant. droit. sec. violent dans ses mots. mais juste. légitime j'me marre du coup ils ont arrêté le poker? histoire d'égo, tout ça. je laisse filer du sable du bout de mes doigts et j'allonge les jambes devant moi tandis que ma clope se consume à petit feu. je la porte à mes lèvres, tire deux trois bouffées et puis repose ma main sur ma cuisse avant de hausser les épaules oui carrément, enfin j'ai grandi en faisant ça, donc ça me semblait évident. c'était ma mère qui nous donnait des cours à la maison, j'ai pas foutu mes pieds dans une école avant mes quatorze ans, tout tournait autour du surf je croise son regard la question s'est jamais vraiment posée en fait j'souris et puis j'étais le meilleur des quatre la vanne est gratuite mais vraie. ils ont tous fini par le haïr, le surf, et mon père. pour ses entraînements militaires, pour sa structure de vie qui ne laissait aucune place à notre épanouissement personnel. quand la crise est arrivée et qu'il a été décidé de quitter les routes pour retourner vivre en ville, j'étais encore trop ado. assez docile. plutôt conciliant. moi j'ai toujours eu une bonne capacité d'adaptation, c'est ce qui m'a permis de continuer ce sport sans le vivre comme un poids. c'est un tyran, mais il m'a appris énornément je souffle on l'appelait staline pour se foutre de sa gueule, mais au fond c'était mérité. j'veux dire, on a enduré beaucoup, psychologiquement et physiquement. et maintenant que j'ai pas mal coupé les ponts avec lui je me rends compte que je lui ressemble beaucoup. pas dans la manière de faire, mais dans ma structure de pensées. dans cet espèce de déterminisme qui me pousse à lâcher qu'au moment où ça devient vraiment vital. c'est sur ça qu'on rebondit, alain et moi. sur cette nécessité de savoir dire stop, parfois. c'est aussi le plus difficile. on se laisse détruire par l'adrénaline j'imagine qu'il connaît. c'est même certain. ce moment où l'envie d'aller au bout dépasse tout rationnel. je comprends pas que tu sois pas avec nous, le bleu lui colle à la peau vu qu'alain est joueur j'hausse un sourcil ils ont vu un potentiel roméo dans ton casting j'finis par me lever, parce que je vais pas le laisser crever la dalle plus longtemps. fais en sorte de pas crever d'ici à ce que je revienne je lâche en lui lançant mon paquet de clopes (et le briquet d'elham) histoire qu'il ait au moins ça si je me fais capturer par un des fantômes bizarres de l'île, d'ici là.

_________________

mais ça les gens apprécient pas,
ils disent qu'il faut rester au pas
Revenir en haut Aller en bas
 

Sea, Sex and Sun (Mardi - 14h)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Production photo du mardi 6 juillet - Erwan Morère
» Spectacle RACHELBRICE & MARDI LOVE les 7 et 8 Juin
» Bonjour du mardi
» alors, ce mardi d'UFO ,
» [Christie, Agatha] Miss Marple au Club du Mardi
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: domaine quincy-clifford : niveau 0 - extérieur :: plage-
Sauter vers: