on the edge of collapse (mercredi, 11H00)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9176-sofia 

PSEUDO : ladyfame
PRÉNOM : clémence
COMPTES : reese, loreen & co
MESSAGES : 651
AVATAR : maria valverde rodríguez
ÂGE : 28
LOCALISATION : monaco
MÉTIER : laboratory technician


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 17 750£
ASPIRATION: amour (jenna)
AFFINITÉS:
MessageSujet: on the edge of collapse (mercredi, 11H00)   Lun 9 Oct - 11:03


w/@Stella
on the edge of collapse


Dans une cohabitation avec vingt camarades, il n'est pas difficile de s’apercevoir quand l'un d'entre eux évite de croiser notre chemin. Depuis plusieurs jours Sofia a pu se rendre compte qu'une candidate se faisait particulièrement discrète, et étrangement, elle ne parvient pas à trouver un moment pour lui parler. Ce n'est pourtant pas faute d'essayer, mais c'est comme si la candidate lui filait entre les doigts, et voulait lui échapper. Stella, dont il s'agit ici, semble avoir pris ses distances avec elle. La monégasque n'est pas dupe, elle se doute que si elle a moins l'occasion de la croiser en ce moment c'est parce que la belle brune fait en sorte d'éviter toute situation où elles auraient l'occasion d'échanger toutes les deux. Elle semble fuir tout contact avec la monégasque. De toute évidence, il demeure un certain malaise entre elles depuis leur discussion dans la salle de bain. Sofia sent bien que si elle ne fait rien, les choses sont susceptibles de perdurer comme ça un moment. Alors elle n'a eu d'autre choix ce matin que suivre sa camarade jusqu'à la falaise, le seul moyen de forcer un contact et de clarifier enfin les choses. En arrivant elle voit quelques mètres devant la candidate de dos, cheveux au vent, et entreprend de s'en approcher. « Stella. » elle formule en se hissant à la hauteur de sa camarade. La vue lui coupe le souffle chaque fois qu'elle se rend sur cette falaise, mais dans l'immédiat Sofia préfère se concentrer sur la candidate à ses côtés. Elle souhaiterait tirer cette situation au clair, et va ainsi donner à sa camarade l'occasion de lui dire clairement les choses, et ce qu'elle lui reproche éventuellement. « Tu m'évites depuis quelques jours, je me trompe ? » C'est en tout cas ce que la tournure qu'ont pris les choses lui laisse penser. Le regard pour le moins évocateur pendant le prime, et la distance instaurée entre elles, si Stella ne l'évite pas et ne la fuit pas elle ne comprend plus rien. Et disons qu'au vu de son attitude l'autre jour, ça ne la surprendrait pas. « Tu remarqueras que j'ai eu l'occasion de dévoiler notre échange de l'autre jour à Britta pour sa rubrique, et que je n'en ai rien fait. » souligne-t-elle, de sa voix la plus posée. Et à sa connaissance, aucun autre candidat n'a été en toucher un mot à la blonde, non plus. Ce matin-là une partie des candidats devait encore dormir lorsque les faits se sont passés, ce doit être la raison justifiant qu'un tel moment ne se soit retrouvé dans une aucun rubrique lors du prime. Sofia n'est pas mécontente que les faits n'aient pas été dévoilés, elle pense que si ça avait été le cas, Stella lui aurait reproché d'avoir parlé et ce, même si l'information était venue d'un autre candidat. « Je ne t'ai pas trahie. Tu m'as demandé de le garder pour moi, c'est ce que j'ai fait. À présent je pense que nous pourrions mettre cette histoire de côté, et repartir sur de nouvelles bases toutes les deux. C'est un peu dommage selon moi si ce qu'il s'est passé plane sur nous, j'ai vraiment l'impression que tu me perçois comme une ennemie depuis que je t'ai surprise avec ces médicaments. Mais tu te trompes, je ne te juge pas, et je suis prête à laisser ça derrière nous si tu l'acceptes aussi. » Stella lui a fait la demande de ne rien dire, et elle n'en avait de toute façon pas l'intention. Ça ne lui aurait rien apporté de divulguer l'information, et puis ça aurait fait du tort à sa camarade, surtout. Sofia est du genre à privilégier son propre intérêt, mais elle n'est pas mauvaise pour autant. Parler aurait placé Stella dans une situation délicate, or elle n'a jamais eu pour objectif de mettre qui que ce soit dans l'embarras, quel intérêt aurait-elle eu à faire une telle chose. Elle n'a pas hésité à dévoiler des choses à Britta mais cet échange-là n'est pas sorti de la salle de bain. Elle doute même que qui que ce soit en ait eu connaissance. Plongeant son regard dans le sien, elle ajoute « Et non, je ne t'ai pas trouvée pathétique. » en référence à ce que Stella a laissé entendre, l'autre jour, à l'issue de leur conversation. Sofia sent que si elle ne brise pas l'abcès, Stella ne le fera pas car elle a trop honte. Alors elle en prend elle-même l'initiative, sans être certaine que sa camarade y sera réceptive. Elle tente, on ne pourra pas dire qu'elle n'a rien fait pour sortir de ce début de crise.

_________________
My insides went wild
When I reach out and I only grab air And it kills me to think That you never did care and it’s hopeless You’ve always gone off somewhere else
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : andy.
PRÉNOM : andreanne.
COMPTES : claire, frankie, elijah, justine, clarence.
MESSAGES : 615
AVATAR : grace elizabeth.
ÂGE : 25
LOCALISATION : new york, ny.
MÉTIER : resident surgeon.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
ASPIRATION: compétition
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: on the edge of collapse (mercredi, 11H00)   Mar 10 Oct - 5:46

La confrontation que je ressens au quotidien face à mes compatriotes de jeu commence à lourdement me peser sur les épaules. Comme si c’était tout et trop à la fois. Depuis la semaine dernière, je sens doucement le contrôle se dérober de mes doigts alors que je tente de m’accrocher à une partie de moi qui semble désuète de toute pièce. Lorsque j’entends mon prénom prononcé par Sofia derrière mon dos, je me sens complètement figer, continuant de fixer les vagues qui se tracent au loin. J’étais venu ici pour me ressaisir les idées et voilà que je vais encore me sentir prise au piège si la discussion va dans le sens que je crois qu’elle ira. Je tourne finalement mon visage en direction de Sofia qui est bien à mes côtés et qui n’est surement pas simplement venu me saluer. Elle me demande si je l’évite et aussitôt, j’aurais envie de la contredire, comme si cela me donnerait le dernier mot et qu’elle n’aurait plus de raisons valides de me faire des reproches. Malheureusement, je me dis aussi que c’est injuste de ma part de lui mentir et de lui démontrer une aussi grande hostilité. « Peut-être un peu… » Je hausse les épaules l’air de dire qu’elle ne devrait pas en faire une fixation et m’oublié pour un temps. L’épisode de la salle de bain me revenant constamment en tête depuis une semaine. Je la laisse finalement se vider le sac, me doutant qu’elle avait besoin de me faire comprendre qu’elle ne m’avait pas planté un couteau dans le dos à la première occasion. J’avais été stressée une bonne partie du prime à la simple idée qu’on allait montrer les images de mes pilules s’éparpillant sur le plancher de la salle de bain. « Je sais. » Je sais qu’elle aurait pu parler à Britta de notre incident, de ce qu’elle avait vu, de ce que je lui avais confié, non pas par choix, mais plus par circonstance. Elle ne l’avait pas fait. Elle avait gardé la scène pour elle et effectivement, cela démontre une certaine intégrité de la part de la candidate que je ne peux pas nier. J’apprécie qu’elle aille de l’avant de la sorte et qu’elle démontre toute cette franchise à mon niveau, alors que si on regarde la relation d’un point de vue extérieur, je ne le mérite en aucun cas. « J’avais besoin de mettre le blâme sur quelqu’un d’autre que moi. Parce qu’en t’en voulant à toi, ça me donnait une bonne raison de ne pas être confronté au problème en soi. » je réponds pour expliquer ce qui faisait en sorte qu’elle avait cette impression que je la percevais comme l’ennemie. « C’est difficile pour moi de laisser ça derrière. » j’avoue ensuite, non sans détourner le regard. Je suis loin d’être aussi brave et en contrôle que la plupart des gens me perçoivent ici. Si j’ai l’impression que ma carapace se fissure, c’est parce que de jour en jour, je semble faire des erreurs inacceptables. Ce qui est arrivé avec Sofia en était une et je ne peux m’empêcher de m’en vouloir encore aujourd’hui. « Mais je suis d’accord. Tu ne mérites pas que je passe ma frustration sur toi et j’apprécie que tu n’en aies pas glissé un mot à la production. » je finis par admettre, venant à nouveau faire face à la candidate pour qu’elle voie que j’étais sincère. J’apprécie aussi les paroles qui suivent, ne pouvant me résigner à lui accorder raison par contre. « Pourtant… » Ces derniers jours, c’est la perception que j’ai de moi-même. Pathétique. Je ne veux pas être cette fille. Je ne suis pas prête à être cette fille. « Je veux bien qu’on arrête d’en parler. » Pour maintenant. Je ne me sens pas encore assez proche de Sofia pour lui raconter ce qui a mené à de tels médicaments en ma possession aujourd’hui. Et si cette porte de confiance commence doucement à s’ouvrir, je crois que nous devrons d’abord apprendre à apprivoiser l’autre avant de tomber dans les confessions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9176-sofia 

PSEUDO : ladyfame
PRÉNOM : clémence
COMPTES : reese, loreen & co
MESSAGES : 651
AVATAR : maria valverde rodríguez
ÂGE : 28
LOCALISATION : monaco
MÉTIER : laboratory technician


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 17 750£
ASPIRATION: amour (jenna)
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: on the edge of collapse (mercredi, 11H00)   Mar 10 Oct - 22:13

Les deux candidates ne se fréquentaient déjà pas beaucoup avant l'incident de la salle de bain, mais à présent Stella semble complétement éviter tout contact, verbal comme visuel, avec la monégasque. Elle se doute qu'elle ne veut plus avoir à faire à elle parce que la voir doit lui rappeler ce fameux jour où les choses lui ont échappé, et ainsi raviver en elle de mauvais souvenirs. Du point de vue de Sofia il n'y a pas la moindre honte à avoir ou de gêne à ressentir par rapport à ça. D'accord, la monégasque a appris que l'américaine gardait avec elle un traitement contre les troubles anxieux et possiblement dépressifs, mais ce n'est pas comme si Stella avait des raisons de craindre que l'affaire s'ébruite. Sofia n'a jamais eu l'intention d'en toucher un mot à qui que ce soit, ni à un camarade, ni à un membre de la production. Les choses ont été très claires dès le départ, cette histoire resterait entre elles et entre les murs de la salle de bain. Le risque aurait été qu'un candidat un peu trop curieux ait écouté aux portes, et ait profité de la première occasion pour divulguer l'information à Britta, mais il n'en a rien été. Au final le petit secret honteux de Stella est préservé, et elle peut dormir sur ses deux oreilles Sofia ne compte pas attendre le moment le plus opportun pour la trahir. Elle peut même faire comme s'il ne s'était rien passé, si c'est ce qui arrange le plus Stella. Cette dernière reconnait qu'elle l'évite quelque peu depuis quelques jours. Sofia n'a donc pas rêvé, le fait qu'elles ne se soient quasiment pas croisées depuis une bonne semaine n'était pas dû au hasard, mais bel et bien à une volonté de l'américaine de prendre ses distances avec elle. « Si tu as besoin de temps, je peux aussi t'en laisser. » elle l'informe calmement. Sofia tenait à clarifier les choses et à faire savoir à Stella qu'elle n'avait pas de raison de la fuir ou de la craindre par rapport à tout ça, mais elle ne veut pas non plus s'imposer si sa camarade préfère que pendant un temps elles fassent leur aventure chacune de leur côté. Elle n'est pas aussi chiante qu'elle en a l'air Sofia, du moins quand la situation préconise de s'effacer, elle est tout à fait disposée à le comprendre. C'est à Stella de voir si après cet échange visant à la rassurer et à clarifier son statut qui n'est aucunement celui d'une ennemie, elle désire se tenir éloignée un moment ou au contraire, repartir sur de nouvelles bases avec Sofia. Elle ne forcera pas le contact par la suite si elle sent que Stella n'est pas réceptive. Elle lui fait savoir qu'en lui en voulant à elle, cela lui permettait de ne pas se confronter au problème directement. Et ajoute que ce n'est pas évident de laisser cette histoire derrière elle. « Ne sois pas trop dure avec toi-même. Nous connaitrons tous, je pense, un moment d'instabilité ou d'incertitude dans cette aventure. » Il arrive parfois que le contrôle de la situation nous échappe, Sofia y a elle aussi été confrontée il y a peu et elle s'est empressée d'aller trouver conseil auprès de Bugi parce qu'elle ne se reconnaissait pas. Plus l'exigence portée sur soi-même est importante, plus la chute est difficile quand le piédestal se brise. Stella dit apprécier qu'elle n'ait rien dit à la production pour ce qu'il s'est passé l'autre fois, et Sofia espère que maintenant elle a bien conscience qu'elle ne se positionne aucunement en ennemie. Et non, elle ne la trouve pas pathétique même si l'américaine semble continuer de penser qu'elle l'est. Stella manifeste l'envie, et sûrement aussi le besoin, de parler d'autre chose. Lui changer les idées et balayer cette histoire, voilà la mission de Sofia à présent. « Comment ça se passe avec les autres, après un mois de jeu ? » elle l'interroge alors, préférant donner l'occasion à Stella de lui parler de ses relations avec les candidats, un sujet qu'elle pense quand même beaucoup moins sensible que cette histoire de médicaments. Et puis, Sofia ne se considérant pas forcément très bien intégrée au bout d'un mois, elle est curieuse de savoir si d'autres ont mieux réussi à ce niveau-là qu'elle. « Et avec ton partenaire de chambrée ? Bon, je sais qu'il dort sur la plage cette semaine. Tu dors toute seule du coup ? » Elle suppose que oui, mais elle peut aussi avoir trouvé refuge dans une autre chambre, et cohabiter avec un(e) candidat(e) dont le partenaire se retrouverait également exilé sur la plage cette semaine ou aurait été éliminé. Son regard porté loin devant elle en direction de la mer, elle se dit qu'elle peut bien lâcher une petite information en sa possession depuis quelques semaines. « Rainer m'a confié qu'il te trouvait très belle. Non, magnifique, c'est le terme qu'il a employé. » Et Sofia pense même avoir compris ce jour-là que Stella était pour lui la plus belle fille de tout le château, un point sur lequel elle n'irait pas le contredire, il faut reconnaitre que l'américaine est vraiment belle. Concernant cette petite confidence, la monégasque estime que ce n'est pas vraiment un secret qu'elle se devait de garder pour elle, et elle ne pense pas que Rainer puisse lui en vouloir pour ça. Il ne lui a pas fait jurer de ne rien lui dire, en tout cas.

_________________
My insides went wild
When I reach out and I only grab air And it kills me to think That you never did care and it’s hopeless You’ve always gone off somewhere else
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : andy.
PRÉNOM : andreanne.
COMPTES : claire, frankie, elijah, justine, clarence.
MESSAGES : 615
AVATAR : grace elizabeth.
ÂGE : 25
LOCALISATION : new york, ny.
MÉTIER : resident surgeon.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
ASPIRATION: compétition
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: on the edge of collapse (mercredi, 11H00)   Ven 13 Oct - 4:31

Je sais bien que fuir Sofia n’avait pas été rationnel de ma part et surtout, plutôt immature. J’avais réagi si fortement en sa présence lors des récents événements entre elle et moi que j’avais préféré m’éloigner de toute confrontation possible. De cette façon, je n’avais pas à me justifier, sachant que je ne paraitrais pas sous mon meilleur jour, peu importe ce que je dirais. J’avais encore en tête que Sofia me jugerait, alors que maintenant qu’elle vient de m’aborder pour régler la situation, je me rends compte à quel point j’avais interprété les choses de la mauvaise façon. Elle me donne la sensation d’être beaucoup plus à l’écoute et surtout, elle prend la peine de me donner du temps, ce que peu de gens offrent en général. On veut tout savoir, là, maintenant. Tout comprendre. On dirait presque que je fais une autodescription, alors que c’est uniquement une routine imposée dans notre société d’aujourd’hui. J’effectue un unique hochement de tête pour lui faire témoigner d’une certaine gratitude. Je suis reconnaissante de l’effort qu’elle a fait aujourd’hui et surtout de l’ouverture d’esprit dont elle a fait preuve. Cette ouverture d’esprit, elle est beaucoup plus présente de son côté que du mien alors que je n’en suis pas au point d’avoir la plus haute estime de moi-même dans les temps les plus difficiles. Elle tente de me rassurer et bien qu’encore une fois, j’apprécie le geste, je ne suis pas certaine d’être en mesure d’acquiescer simplement. Elle a raison sur un point, j’ai bien l’impression que tout le monde ici connaîtra à un moment, un creux dans leur aventure. De l’incertitude. La mienne elle se vit au quotidien, mais semble bien être sur une voie de grande croissance depuis que je suis ici. À mon grand regret. Pour l’instant, l’enfermement n’a pas un effet d’épanouissement sur ma personne. « Je ne vais pas te contredire, c’est vrai que plusieurs ici seront confrontés à des situations qui les remettront en question. Je crois que c’est un peu ce qu’on recherche tous, finalement… Toi Sofia, tu crois que ça t’arrivera ? » Je lui retourne le questionnement, puisque j’aimerais bien avoir sa perspective sur ses propres enjeux et embuches qu’elle pourrait rencontrer. Je veux bien apprendre ce qui peut rendre Sofia instable. Peut-être que j’y trouverai un certain réconfort. On ne sait justement pas encore ce que tout le monde cache ici et je sens que pour plusieurs, c’est loin d’être doux en dessous de toutes ces cachoteries. De toute façon, je veux qu’on parle d’autre chose que de mon anxiété et le traitement qui l’accompagne. Sofia l’a bien saisi, sa question se voulant beaucoup plus générique, sans pour autant être inutile. « J’ai envie de te dire que ça va bien avec tout le monde, mais ça serait complètement faux. Ce n’est pas l’harmonie avec tout le monde. De toute façon, on ne peut pas tous s’aimer. » Elle sera d’accord avec moi sur ce point, c’est impossible d’aimer tout le monde dans la vie. J’ai bien compris que je n’étais pas une grande favorite ici après quatre semaines et bien que j’aie de la difficulté à l’accepter, je dois aussi apprendre à laisser aller. Ne pas trop m’en faire alors que c’est naturel et compréhensible de ne pas plaire à tout le monde. Facile à dire, difficile de me le rentrer dans le crâne. « Il y a des gens avec qui ça ne colle pas du tout ? Autre que Martin et Alain… » Parce que ces deux-là, à mes yeux, sont d’une évidence même. Je plisse les yeux de suspicion lorsque Sofia aborde mon partenaire de chambrée comme elle le dit, puisque j’ai l’impression de comprendre où elle s’en va avec ses questions. « Oui, je dors seule cette semaine. » Sans Rainer, ni Claudio. Un grand lit à moi seule. Je prends soin de ne pas élaborer ou plutôt d’éviter sa question, sauf que la candidate me prend de court avec sa réflexion qu’elle laisse tomber, l’air de rien. « Vraiment ? C’est ce qu’il a dit ? » Je ne suis pas gênée du commentaire, je me demande juste dans quel contexte Rainer a pu émettre un tel qualificatif sur ma personne en se confiant de la sorte. Encore une fois, je ne vais pas jouer de fausse modestie parce qu’on aborde le sujet de ma beauté, sujet qui a souvent été au cœur de tant de discussion au cours de ma vie. Pas que ça me dérange, au contraire, mais c’est devenu un peu commun à mes yeux. « C’est gentil de sa part. Je le trouve plutôt de mon goût aussi. » je lui avoue, parce que je sais que c’est ce qu’elle voulait entendre lorsqu’elle a lâché cette information. Ce n’est pas faux non plus, Rainer est beau aussi, ce n’est pas quelque chose que j’ai caché. « Ne va pas lancer de rumeurs. On dort ensemble, on s’entend bien, mais c’est tout. » je souligne, moins sur la défensive que lorsque j’avais eu une conversation sur le sujet avec Elham. Je me sens moins attaquée ici, il faut dire. « Tout le monde veut que tout le monde soit en couple, on dirait.  » C’était automatique que ça allait se produire dans ce genre de jeu. C’est aussi exaspérant à certains niveaux, comme s’il était d’une nécessité de ressentir des sentiments pour une autre personne d’ici à ce que le couronnement du gagnant se produise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9176-sofia 

PSEUDO : ladyfame
PRÉNOM : clémence
COMPTES : reese, loreen & co
MESSAGES : 651
AVATAR : maria valverde rodríguez
ÂGE : 28
LOCALISATION : monaco
MÉTIER : laboratory technician


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 17 750£
ASPIRATION: amour (jenna)
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: on the edge of collapse (mercredi, 11H00)   Mar 17 Oct - 1:11

Il est important pour elle de lui faire comprendre qu'elle est prête à laisser tout ça derrière elles pour repartir sur des bases saines ensemble. Il serait dommage, aux yeux de Sofia, que l'épisode de la salle de bain plane sur elles et les empêche d'avancer. En s'en donnant les moyens elles pourront certainement dépasser tout ça et faire connaissance en toute simplicité, comme n'importe qui mais tant que l'une d'elles restera bloquée là-dessus, elles ne pourront pas espérer tirer un trait sur cette malencontreuse histoire. Depuis ce jour où Sofia l'a surprise avec ces médicaments, elle sent bien que Stella lui en veut. Elle constate surtout que la candidate l'évite, et même si Sofia ressent le besoin de clarifier les choses avec elle aujourd'hui la dernière de ses envies est d'imposer sa présence à sa camarade si celle-ci ne désire pas renouer le dialogue. C'est peut-être un peu tôt encore, elle ne sait pas, cette approche vise aussi à prendre la température auprès de la candidate. Elle la sent assez réceptive, plus qu'elle ne l'aurait pensé à vrai dire, mais elle constate que Stella reste très dure envers elle-même, comme si elle s'interdisait tout moment de doute ou de fragilité dans cette aventure. Ça leur pend tous au nez de toute façon, ce jeu en poussera plus d'un au changement et la plupart s'engageront certainement dans une remise en question en cours d'aventure. D'après Sofia la plupart des candidats n'y échapperont pas, certains se confronteront à leurs limites, d'autres s'interrogeront sur leurs principes, mais elle doute que qui ce soit garde l'esprit parfaitement clair du début à la fin. Et la monégasque sait de quoi elle parle, alors quand Stella lui demande si elle pense s'y retrouver elle-même confrontée, elle n'a d'autre choix que de hocher la tête. « Ça m'est arrivé, il y a peu. » lui avoue-t-elle. Stella n'est pas un cas unique, c'est certain. Et puis il faut bien garder à l'esprit que chacun ici cache un secret, et que ce secret pourrait peser lourd sur les épaules de certains, en cours de jeu. Ils n'ont pas tous la même capacité à contrôler leurs émotions. « Je me suis posé beaucoup de questions parce que j'avais le sentiment de changer, et je ne me reconnaissais pas. J'ai trouvé conseil auprès de Bugi, qui m'a ouvert les yeux. J'ai pris conscience de certaines choses à partir de là. » elle conclut avec le sourire. Bugi lui a été d'une précieuse aide pour mettre des mots sur ce qui la tracassait, et pour comprendre à quoi étaient dus les changements qu'elle avait pu constater et qui l'avait fortement déstabilisée. Aujourd'hui Sofia n'appréhende pas forcément cette aventure autrement, mais elle s'est fixé un nouvel objectif, qui lui aurait semblé invraisemblable il y a un mois encore. Elle questionne ensuite sa camarade sur ses rapports avec les autres, après un mois de cohabitation. L'harmonie n'est apparemment pas au rendez-vous avec tout le monde, mais il est impossible de s'entendre avec la totalité des candidats, d'après Stella. Sofia l'écoute avec attention lorsque celle-ci l'interroge sur les candidats avec lesquels, de son côté, ça ne colle pas du tout. Et alors qu'elle mentionne Alain et Martin comme une évidence, Sofia se sent obligée de la reprendre là-dessus. « Contrairement à la majorité des candidats je n'ai pas de problème avec Alain et Martin. Ils ont leur façon d'être, on aime ou on déteste. Moi j'ai choisi de rester neutre, je ne m'entends pas particulièrement bien avec eux, mais pas mal non plus. » Sofia se sent un peu en décalage avec ses camarades à ce sujet, depuis le début de cette aventure. Beaucoup les dépeignent comme des candidats détestables, et même si sa dernière discussion avec Alain ne s'est pas forcément très bien terminée, elle refuse de tomber dans la facilité en le condamnant sur un seul échange. « C'est surtout facile de les détester, si tu veux mon avis. Je ne pense pas qu'ils méritent tout le mal que l'on dit d'eux, mais je sais que je suis la seule à le penser ici. » Sur ces mots, elle hausse ses épaules. Elle pense même qu'il est assez confortable de se ranger derrière l'avis dominant dans le château, qui aime à les faire passer pour d'odieux personnages. Ils ont leur caractère, et elle n'est pas certaine que beaucoup se soient vraiment donné la peine de creuser au-delà de ça. Il est bien facile, selon elle, de leur attribuer des revolvers quasi d'office à la popularité chaque semaine par exemple. Stella lui confirme qu'elle dort seule cette semaine, son partenaire se retrouvant exilé sur la plage. Elle en profite au passage pour lui signifier que Rainer lui a fait savoir, il y a quelques temps maintenant, qu'il la trouvait magnifique. Et la monégasque n'exagère même pas puisque ce sont ses mots. « Oui, et je lui ai donné raison. » précise-t-elle. Elle n'est en effet pas la dernière pour reconnaitre combien Stella est jolie, il faut bien admettre que c'est ce qui saute tout de suite aux yeux chez l'américaine. Stella semble flattée par le compliment de Rainer, qu'elle dit trouver à son goût également. Mais elle se méprend sur les intentions de Sofia, pensant que celle-ci désire jouer les entremetteuses et s'apprête à lancer des rumeurs les concernant. S'il est vrai qu'elle a tendance à se confier à Britta sur ce qu'elle a l'occasion d'entendre ici et là dans ce château, pour le coup elle ne prévoyait pas de faire courir le moindre bruit sur eux. Que sa camarade l'en pense capable, elle suppose que c'est normal étant donné qu'elles ne se connaissent pas encore très bien toutes les deux et puis elle a dû voir son nom apparaitre fréquemment dans le journal de Britta, de quoi peut-être lui mettre en tête que Sofia est la commère numéro un ici. « Rassure-toi je n'en avais pas l'intention. » elle l'informe avec calme, et affiche un sourire amusé lorsque sa camarade laisse entendre que décidément, tout le monde veut voir les uns et les autres casés dans ce château. « Alors non, je t'arrête, moi je suis plutôt du genre à ne pas vouloir que des couples se forment. En tout cas pas si tôt. » Même si l'idée, à l'origine, ne lui plait pas que cela se produise après une semaine ou après trois mois d'aventure. « Ce n'est pas le lieu, pour moi, ici. » Pour que des couples se forment, on peut d'ailleurs dire que c'est la mode en ce moment dans le château. Sofia, elle ne voit pas tout ça d'un bon œil. Elle ne comprend pas, à vrai dire, ce que cela vient faire dans un tel jeu, ça lui échappe. Et donc non, elle n'avait pas du tout dans l'idée de pousser Stella dans les bras de Rainer, elle a juste repensé à ce que le candidat lui a dit concernant sa partenaire de chambrée au début de l'aventure. « Tu es en train de me dire que tu fais partie des rares candidates entrées dans cette aventure sans intention d'y trouver l'amour ? » Une espèce très rare, à laquelle la monégasque estime aussi faire partie. Et Sofia exagère à peine, c'est réellement l'impression que lui donnent la plupart des filles ici. Qui est-elle pour juger ? Personne, effectivement. Pourtant elle ne se gêne pas, ça se saurait si la monégasque s'encombrait de cela.

_________________
My insides went wild
When I reach out and I only grab air And it kills me to think That you never did care and it’s hopeless You’ve always gone off somewhere else
Revenir en haut Aller en bas
 

on the edge of collapse (mercredi, 11H00)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: domaine quincy-clifford : niveau 0 - extérieur :: falaises-
Sauter vers: