great barrier reef ♆ lundi vers 18h

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9184-abbi 

PSEUDO : errol
PRÉNOM : jo
COMPTES : holly, hélio & co
MESSAGES : 441
AVATAR : ana de armas


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 7500£
ASPIRATION: popularité
AFFINITÉS:
MessageSujet: great barrier reef ♆ lundi vers 18h   Mar 10 Oct - 2:24


ft. Martin

On est déjà lundi et je me suis pas encore habituée à ce rôle de la mariée 2.0 qu’on vient de m’imposer comme ça, par suffrage universelle de la part de tous les autres candidats qui ont eu à cette incroyable idée de génie de répondre Eyabbi à la question providentielle du prime : Quelle couple serait celui qui aurait le plus de chance de finir marié à la fin de la saison, ou une autre formulation dans le genre je m’en souviens plus tellement j’étais out ce soir là. Mais l’idée principale est là. La symbolique est très lourde et c’est pas un truc que je prends vraiment à la légère. Pour moi c’est pas qu’une fiesta, un gâteau glacé à sept étages, une robe de mariée et un accoutrement de pingouin non. Pour moi le mariage c’est sacré. C’est l’union ultime et la concrétisation de mon projet de vie le plus cher à mon cœur. Le jour où on m’enfile une alliance avec le baiser ultra officiel qui va avec, c’est LE jour de Bibi. Le plus beau jour de toute son existence alors pour moi toute cette mascarade télévisuelle, c’est pas du n’importe quoi à mes yeux. Mais bon si je m’y suis pas encore habituée ce n’est pas par désaccord, loin de là, mais tout simplement parce-que c’est quelque chose que je n’ai pas vu venir et qui m’a tarté la tronche comme ça, par grande surprise. Faut nous comprendre. On vient de se taper une flèche de Jenna et on sait tous ce que ça implique, suivie d’une panoplie de mari et femme obligatoire pour la semaine, alors forcément les mécanismes du couple vont mettre du temps à s’installer, sachant que lui et moi on est juste qu'au touuut début de notre bébé relation prometteuse. Mais on gère quand même assez bien notre quotidien pour l’instant. Par contre la robe est trop belle mais pas très pratique pour se déplacer une fois qu'on parle de longues distances. Par exemple, j’ai du mal à marcher avec, mais au moins je peux compter sur l’aide de mon vaillant mari @Eyal pour m’aider à franchir les barrières de sable pour rentrer en contact avec le Nouveau monde. Je parle pas de l’Amérique de CC non, mais plutôt de ce nouveau monde caché, de cette nouvelle colonie d’indigènes qui vient de se former à la plage avec le deuxième échec successif de la team Succès. Et c’est drôle de les voir ainsi, surtout @Martin que j’aperçois de loin, toujours à l’écart de la population. J’en profite pour aller le rejoindre parce-que ça fait quand même des plombes que je lui ai pas parlé, laissant mon Eyal se détendre un peu sur le sol à quelques mètres de nous. « Machu » je l’interpelle avant de crier encore plus fort pour qu’il m’entende « MACHUUUU » oui toi Martin, c’est à toi que je cause. Machu c’est toi espèce de teubé. « ça vaaa Machu ? » Machu, c’est Martin. C’est son petit sobriquet tout mignon made by bibi factory, laboratoire spécialisé dans la confection de mini surnoms sur mesure. Machu, ça veut dire vieux et ça lui va à merveille. D’ailleurs avec mon Picchu à moi ça créer le mont Machu Picchu et c’est trop cute comme association. « hé ça se passe comment l’adaptation dans ce nouveau milieu naturel ? » Mots-clés : Charles Darwin, sélection naturelle, évolution de l’espèce, adaptation. J’aimerais bien l’étudier Machu comme on étudierait les lombrics et leur action sur le sol pour faire sa thèse et quelque chose me dit que le Martin va enfin mûrir un peu plus dans cette plage pour évoluer, je le sens, tellement le confort est quasi inexistant ici. Il doit l'avoir mauvaise en plus, parce-que lui c'est pas à cause de la team mais de son refus de faire un câlin et moi je trouve ça hyper con. Moi des câlins j'en fais minimum 130 par jours alors ils sont trop cons les deux vieux. Sérieux plus cons tu meurs. « diiis je voulais savoir, entre nous, comment tu fais une fois que t’as fait caca ? » yes Bibi veut connaître ce genre de détails. C’est pour la chasse aux secrets oui. Je dépose sur lui mes deux gros yeux verts globuleux et je réprime mon rire parce-que je m’imagine Martin entrain de s’essuyer le derrière avec une feuille ou se laver avec une bouteille, et c’est trop drôle. Mon dieu je me demande comment je fais pour pas lui pouffer direct à la gueule. Non mais sérieux ils font comment hihihi ?

_________________

Je n'ai pas peur de connaître le malheur. Ce que je crains, c'est de savoir que le bonheur passé ne reviendra pas.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : FA
PRÉNOM : F
COMPTES : TYLER.JAMES.GENEVIÈVE
MESSAGES : 726
AVATAR : Colin Firth
LOCALISATION : Oxford
MÉTIER : Professeur particulier de droit pour les étudiants d'Oxford
ÉTAT D'ESPRIT : Pensif


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 29 500£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: great barrier reef ♆ lundi vers 18h   Mer 11 Oct - 4:53

« MACHUUUU » Surpris, le voilà qui redresse son regard afin de le poser sur ... Un cauchemar ambulant. Un instant, un éclat de son passé lui revient en mémoire : celui de ce jour merveilleux où la fortune de ses parents lui avaient payé un mariage des plus merveilleux. Celui de ce jour où il promit d'aimer une femme, pour le meilleur et pour le pire, pendant la maladie et la santé, jusqu'à ce que la mort les sépare. Sa robe, à elle, avait été de soie et de dentelle. Il n'a jamais rien vu de plus beau dans sa vie entière. Il va sans dire que l'accoutrement ridicule dans lequel se promène Abbi est une agression visuelle, une forme d'insulte à ce mariage oublié dans un des tiroirs de ses souvenirs. Bon, tu comptes éternuer bientôt ou ça va durer longtemps ce cirque ? demande-t-il finalement avec irritation. Être sur la plage ne le met vraiment pas de bonne humeur : ce n'est pas parce qu'il a lu Robinson Crusoé qui a le désir de vivre Robin Crusoé pour autant, après tout. Lorsqu'elle lui demande cependant si ça va, c'est avec effroi que Martin constate que le Machu dont elle parle, c'est lui. Les yeux grands écarquillés il ne lui faut pas longtemps pour s'indigner. Ah, ça non alors ! Il est hors de question qu'on m'appelle comme ça ! s'exclame-t-il finalement en se redressant avec fougue. Des surnoms, il en avait eu, dans sa vie : Mart, Marty, Tintin, et bien évidemment, il les avait tous détestés. Mais celui qu'elle avait décidé de lui trouver était tout simplement hideux – presque autant que l'espèce de serpillère ambulante que la pauvre jeune femme était obligée de se trimballer avec elle partout où elle allait, cette semaine. Il serait grand temps que quelqu'un lui coupe les cheveux dans son sommeil, à celui-ci, d'ailleurs. Ce serait un grand service public, aux yeux de Martin, qui reste persuadé que morpions et poux se battent le territoire qu'est son scalp. Lorsque la blonde lui demande comment se passe son adaptation dans son nouvel habitat, il grogne, prsque. Ça se passe.
Évidemment que Martin déteste sa situation actuelle, mais il serait bien fou de le lui en faire part. Lorsqu'elle lui pose une question on ne peut plus indécente, ses yeux menacent de jaillir hors de leurs orbites tandis que Martin rougit comme une pivoine. Mais ... Je ... Mais ... Comment oses ... Ça ne se demande pas, ce genre de choses, jeune femme ! réprimande-t-il finalement. Malgré tout, la provocation de la jeune femme lui donne envie de lui rétorquer quelque chose de bien désagréable. Après avoir repris ses esprits, du coup, Martin lui déclare tout nonchalamment : En vérité, on m'a promis de ne rien dire mais je ne pense pas que tu mérites ça ... Quelqu'un a trouvé des vêtements dans ta chambre et s'est dit que ça ne te servirait pas à grand chose. Par un besoin de solidarité, il s'est bien empressé de partager avec tout le monde. Et ... Je te laisse deviner la suite. décrète-t-il finalement. Ne t'étonnes donc pas si tes vêtements favoris auront l'air un peu ... différents, la semaine prochaine. Et là, grand exploit, Martin sourit un peu, mais vraiment juste un peu, on pourrait presque croire qu'il a une crampe dans la joue tellement c'est subtil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9184-abbi 

PSEUDO : errol
PRÉNOM : jo
COMPTES : holly, hélio & co
MESSAGES : 441
AVATAR : ana de armas


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 7500£
ASPIRATION: popularité
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: great barrier reef ♆ lundi vers 18h   Ven 13 Oct - 13:46


Éternuement ? Mais il est con ou bien il fait semblant de l’être ? Machu c’est pas un éternuement c’est son surnom. « Bah nan moi quand j’veux éternuer je fais Achiii comme si j’allais appeler Achille mais en prolongeant le chiii, tu vois ce que je veux dire ?» Je sais on s’en fout mais LAISSEZ MOI M'EXPRIMER ça me tient très à cœur de lui expliquer la différence. C’est très important pour moi. « ou bien j’fais chyu! quand c’est juste un petit éternuement tout mimi » oui voilà, sans démonstration c’est un peu les deux éternuements bibiniens qui existent alors Machu c’est son surnom et il met du temps à le comprendre. Sorry mon petit Machu mais c’est officiel. C’est mentionné touut petit en bas dans les règles du contrat. Pour tout sobriquet donné aucun retour ou changement n’est possible et cela est valable pour tout le monde. Aucun favoritisme non. En vrai @Martin doit se sentir privilégié et doit s’estimer heureux. Très heureux. En plus d’être une marque d’affection, il vient d’hériter d’un surnom correct loin d’être dégradant, que ça soit niveau sono ou bien signification. « C’est pas mon problème, Machu. Je t'aime bien alors je t’appellerais Machu, c'est comme ça. » que j’insiste pour l’énerver d’avantage. Picchu m’a déjà fait sa crise, deux jours plus tard il s’y est fait sans broncher et ça lui colle au cul maintenant comme une étiquette alors je m’en fais pas non plus pour Martin. Il va s’y habituer et au fur et à mesure, se familiariser avec pour l’adopter une bonne fois pour toute. Et puis la greffe a du mal à prendre tout simplement parce-qu’il est de mauvaise humeur. Ça se voit que le fait qu’on l’ait obligé à dormir et vivre dans cette plage le met en mode gros con alors je suis indulgente. En fait non, Martin c’est un gros con h24 mais je l’aime bien et puis je me montre patiente avec lui parce-qu’il traverse une mauvaise semaine. Son coup de je m’essuie mes fesses avec ce qui se trouve dans ta valise, ça passe crème aussi voir me fait marrer le temps de quelques secondes avec mon rire débile de la nana qui rigole à tout, parce-que bon, je suis pas le genre de nana qui se prend trop au sérieux, surtout dans ce genre de situation où c’est moi qui l’ai cherché en premier. Néanmoins je prends mon air d'impératrice royale Queen Bibi première du nom qui me va à ravir avec cette robe et que j'utilise cette semaine avec Dre pour lui répondre.« je suis très honorée que mes vêtements aient pu vous servir à quelque chose alors. Oh et surtout à vous, Sir Machu. » Franchement l’image d’un Martin dans la plage entrain de s’essuyer le derrière avec l’un de mes t-shirts qui sentent le bonbon me fait délirer tellement c’est drôle au final « ils sont tous parfumés avec mon parfum bubble-gum de chez CH, ils sentiront peut-être autre chose la semaine prochaine c’est vrai mais … es-tu entrain de me dire que ton derrière porte mon parfum en ce moment ? » elle est trop weird cette conversation j’y crois pas une seule seconde que je suis entrain de parler de caca et de trou de balle avec un ancien majorant d’Oxford. Je me sens trop importante en ce moment. Vous imaginez. Le cul d’un professeur d’Oxford parfumé par … moi. Mon dieu j'ai l'impression d'avoir reçu un diplôme hyper important. « Sir Machu grâce à ça vous me donnez cette sensation d’être … légendaire » il me remerciera pour les manières et le compliment XXL. Oui j’ai le mérite de me sentir céleste au moins, c’est déjà ça. « merci de remplir mes vêtements avec votre bouse honorable.»  Moui. « et sinon pour bouffer vous mangez quoi ? des plantes ? » je réprime mon rire, essayant de me refaire le quotidien des nouveaux survivants de la plage parce-que oui ça me fait trop rire de me moquer d'eux. Clairement c’est devenue une nouvelle téléréalité annexe à la notre et je suis sûre qu'ils vont faire partie du bêtisier de la semaine tellement c'est wtf comme condition de vie.

_________________

Je n'ai pas peur de connaître le malheur. Ce que je crains, c'est de savoir que le bonheur passé ne reviendra pas.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : FA
PRÉNOM : F
COMPTES : TYLER.JAMES.GENEVIÈVE
MESSAGES : 726
AVATAR : Colin Firth
LOCALISATION : Oxford
MÉTIER : Professeur particulier de droit pour les étudiants d'Oxford
ÉTAT D'ESPRIT : Pensif


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 29 500£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: great barrier reef ♆ lundi vers 18h   Sam 14 Oct - 18:15

La vérité ? C'est que Martin s'en moque bien, de la façon dont la jeune femme éternue. En vérité, il n'y a que très peu de choses susceptibles de susciter un intérêt aux yeux du Britannique ; l'on pourrait même dire qu'elles se comptent sur les cinq doigts d'une main. Et encore ... Martin peinerait très certainement à la remplir, cette main. Passionant. marmonne-t-il entre ses deux avec toute la condescendance dont il est capable et pour lequel il devient à présent plutôt connu. C'est un peu comme une marque de fabrique, à ce stade, la condescendance de Martin. On pourrait presque la vendre dans des magasins de farces et attrapes. Lorsqu'elle lui fait comprendre qu'il s'agit là d'un surnom, Martin n'hésite pas à lui dire qu'il n'en veut pas. Elle, de son côté, cherche à lui faire comprendre que ce n'est son problème – et si il relève bien qu'elle décrète bien l'apprécier, sa réaction n'en est pas plus enthousiaste pour autant. Quelle aubaine ... marmonne-t-il avec sarcasme. Les rouages de son esprit se mettent cependant à tourner et le Britannique n'hésite pas longtemps avant de rétorquer : ... Je suppose que dans ce cas, cela veut dire que moi aussi je peux te donner un surnom, dans ce cas ? Que préfères-tu entre Abbitch, Abbimbo et Rabbi ? La jeune femme a bien été claire quant au fait qu'elle ne lâcherait pas prise aussi facilement, mais le britannique a bon espoir que l'exposer à des surnoms tout aussi miteux que celui qu'elle lui avait choisi lui feront rapidement changer d'avis. Lorsque la jeune femme lui pose une question hautement indiscrète, les remarques acerbes de l'Anglais ne s'arrêtent pas là, Martin profitant de l'opportunité pour décréter que les vêtements de son altesse madame la grande duchesse de la connerie leur avait été d'une aide précieuse pour les premiers jours de la semaine. Ne t'en réjouis pas trop vite, j'ai entendu de source sûre que ta robe serait la prochaine à y passer. décrète-t-il finalement d'un air on-ne-peut-plus sérieux. Oui, certes, il y a une touche de malice empreinte dans ses yeux mais ... Saura-t-elle se montrer assez intelligente pour en comprendre toute la subtilité ? Il en doute fortement. Néanmoins, Martin qui croyait avait gagné le jeu se retrouve pris au dépourvu lorsque la jeune femme parle de son parfum bubble-gum. Une expression à la fois surprise et outrée s'affiche sur son visage tandis que le professeur demande, avec une sincérité étonnante : Quelle personne censée aurait envie de partager la même odeur que tous les enfants de la planète ? C'est complètement ridicule, voyons ! Et lorsqu'elle lui demande si son parfum est empreint sur ses fesses, là, c'est avec outrage et mépris qu'il décrète : Ne sois pas idiote, voyons. Tu ne vas pas me faire croire que tu as quand même cru à toutes ces sornettes, allons ! Je te croyais bien plus futée que cela. Il constate finalement, une pointe (très légère) de déception dans la voix. Étrangement, il la tolère bien, Abbi. Elle est pourtant insupportable et sotte au possible, tout comme Alessia, d'ailleurs ... Mais Martin n'apprécie plus Alessia donc Abbi la remplace quelque part à ses yeux, car tout le monde semble avoir sa cruche attitrée dans cette aventure donc il a décidé qu'Abbi sera la sienne. Tout ce qu'il y a de légendaire, chez toi, c'est ta naïveté, il semblerait. ajoute-t-il finalement en réponse à une remarque qu'elle avait effectuée plus tôt. Finalement, elle lui demande comment ils font pour manger et Martin hausse des épaules. Je ne mange pas. Il est hors de question qu'il se mette à chasser et finalement le froid de la plage lui coupe assez efficacement l'appétit. Certes, si on lui donnait à manger, il sauterait sur l'opportunité avec joie – surtout s'il s'agit d'un des fameux croissants au Saumon de Maia – mais Martin est parfaitement capable de survivre sans, ce n'est pas comme s'il avait l'habitude de beaucoup manger habituellement, s'il ne se forçait pas à avoir trois repas par jour il serait parfaitement capable d'en faire un tous les deux jours. Tu n'as qu'à échanger ta place avec moi si ça t'intéresse tant. remarque-t-il finalement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9184-abbi 

PSEUDO : errol
PRÉNOM : jo
COMPTES : holly, hélio & co
MESSAGES : 441
AVATAR : ana de armas


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 7500£
ASPIRATION: popularité
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: great barrier reef ♆ lundi vers 18h   Mar 17 Oct - 21:02


Abbitch. Abbimbo et Rabbi. On aurait dit les trois sœurs d’une odieuse famille au caractère de pute d’une série américaine à cinq saison et 350 épisodes. Abbitch ça doit être la plus grande, la plus salope et la plus stratège des trois qui est toujours là à fignoler des plans machiavéliques de la mort pour emmerder tout le monde. Abbimbo c’est celle du milieu, son truc c’est voler les garçons des autres et toujours être la plus belle du lycée. Manucure pédicure coloration à gogo talons aiguilles et seins siliconés plus gros que ta tête. Et Rabbi c’est la plus jeune mais la plus cruelle et la plus moche aussi et ça explique pourquoi c’est celle qui a le plus la haine. Je pouffe quand il essaye de me faire peur avec ses petits surnoms bigdil qui me font pas vraiment peur tellement personne les adopterait pour me qualifier. Sérieux Machu. T’es mauvais à ce point ? « Genre j’ai le droit de choisir celui que je veux ? » je maquille ma trombine avec mon sourire le plus sot et théâtraliser cette petite gamine hyper ravie à l’idée de choisir sa prochaine tenue kiabi. Ouuh je tiens plus sur place j’ai le choix entre trois supers surnoms mais je sais pas lequel choisir. Franchement je suis devant un sacré dilemme tellement les trois ils me parlent. Pfiou. « tu sais que tu peux m’appeler Bibi mais apparemment si ça t’aide à te sentir mieux, je dirais … Rabbi » je lui donne l’autorisation d’utiliser le pire pour lui faire comprendre que sa petite manœuvre visant à me faire oublier son surnom a fait pschit. « Arrête et avoue tu l’adores troop ma robe » je tourne sur moi-même avant de reprendre, mon sourire bibounesque sur la tronche « je sais que c’est ton style » Martin il doit kiffer les nanas qui s’habillent comme moi c’est sûr « tu as déjà été marié Martin ? » que je lance un peu comme ça, avant de pouffer de rire face à sa remarque. Franchement Martin c’est l’anachronisme de cette émission. « c’est à la mode » que je me contente de répondre avec un sourire en long et en large. D’un point de vue de consommatrice, je me pose jamais trop de question de ce genre. Je test le parfum. Je sens le parfum. Si j’adore, je prends. Point barre. « Croire en cette version là je passerais pour une teubée non voyons, mais je te mentirais pas si je te disais que je pensais que tu pouvais être capable de le faire, oui … » que je lance en roulant mes billes, loin d’être sérieuse. S’essuyer avec mes fringues je veux dire. En vue de son manque de classe et de respect. Après tout c’est lui qui a proposé l’idée je n’ai fait que suivre son flow. « j’aime pas croire aux clichés » alors le vieux gentleman pincé dans son costume trois pièces qui a fait plusieurs études dans sa vie je connais mais j’aime penser à croire qu’il y’a un Martin plus fou que celui là. Et les idées sont là il suffit juste de creuser plus loin. « Quel est le truc le plus dingue que t’ais jamais fait de toute ta vie ? » que je souffle dans un sourire, avant d’arquer un sourcil. Ma naïveté ? « tu me trouves vraiment naïve ? C’est quoi l’image que je te renvois j’aimerais bien savoir » je m’attends à un portrait bien dégradant et je m’accroche dès maintenant à entendre le pire. « ouuuh je vois » les pauvres on dirait qu’ils galèrent tous avec la nourriture ici « tu me donnerais un indice sur ton secret si je te livrais jusqu’ici un bon plat made by bibi ? » je tente, on sait jamais si la transaction peut être fluctuante « un bon steak avec des légumes et une sauce champignon par exemple ? Ou une lasagne au fruit de mer ? avec les couvercles les boissons et tout ?» alors on y pense un peu plus ? Franchement ça me ferait très plaisir de cuisiner tout ça pour lui mais faudrait une contrepartie quand même, et un indice ça me semble correct comme monnaie d’échange, hm.

_________________

Je n'ai pas peur de connaître le malheur. Ce que je crains, c'est de savoir que le bonheur passé ne reviendra pas.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : FA
PRÉNOM : F
COMPTES : TYLER.JAMES.GENEVIÈVE
MESSAGES : 726
AVATAR : Colin Firth
LOCALISATION : Oxford
MÉTIER : Professeur particulier de droit pour les étudiants d'Oxford
ÉTAT D'ESPRIT : Pensif


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 29 500£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: great barrier reef ♆ lundi vers 18h   Jeu 19 Oct - 22:08

Il semble hésiter un peu lorsqu'elle lui demande si elle peut choisir n'importe quel surnom parmi ceux qui lui ont été proposés. En réalité, Martin est plutôt surpris que la jeune femme réagisse de la sorte, ayant plutôt espéré qu'elle abandonne toutes ces sottises de surnoms aussi rapidement qu'elle était venue à la conclusion manquée que ce serait une bonne idée. Mais non. Soit. Je ... suppose que oui, pourquoi pas. déclare-t-il donc d'un ton généreux. Ah, quel héros, ce Martin, quand même ... Vous en connaissez beaucoup, vous, des gens qui demandent à leurs victimes comment elles veulent qu'on les flagelle ? Il n'y en a vraiment pas deux comme lui, ça c'est sûr. Lorsqu'elle lui rappelle qu'il peut l'appeler Bibi, Martin secoue de la tête pour indiquer que non, ce ne sera pas possible. Ah ça non ! Je m'en voudrais si je ne te remerciais pas pour ce si joli surnom en t'en offrant un tout aussi merveilleux en retour. Tout est dit sur un ton des plus mielleusement ironique, dans la mesure où il est parfaitement conscient qu'elle est parfaitement conscient qu'il est parfaitement conscient qu'elle [...] parfaitement consciente que ces deux surnoms ont autant de valeur que du fumier. Ce sera Rabbi, dans ce cas. J'espère que tes connaissances du Tanakh sont à la hauteur de ce titre. déclare-t-il d'un ton solennel. Lorsqu'elle lui demande d'avouer qu'il adore troop sa robe, un léger (très, très, léger car il ne faut pas pousser Martin dans les orties non plus) ricanement s'échappe d'entre ses lèvres. Si tu appelles ÇA une robe de mariage ! Il se souvient encore de celle que ses premiers salaires avaient financée pour feu sa femme, pour le plus beau jour de leur vie. Une somptueuse robe, toute en soie, toute en élégance ... Avec un véritable drapé, à la grecque antique, sans tous ces froufrous ridicules à l'américaine. Elle n'avait été qu'élégance, ce jour là, tout comme tous les autres jours où il l'avait connue et l'amour qu'il lui avait voué n'avait connu aucune limites. Pas même la mort. J'ai vu des gamines en costumes d'Halloween porter des robes plus convaincantes. Remarque-t-il finalement. Il faut dire qu'à Oxford, lesdites gamines ont souvent des parents plutôt fortunés. Lorsqu'elle lui demande finalement s'il a déjà été marié, Martin se retrouve surpris à nouveau. De quoi ? Tout simplement du fait que cette pipelette d'Alain n'ait pas déjà partagé cette information avec tous les autres candidats. Oui, il y a longtemps. déclare-t-il finalement. Sa robe était bien mieux. ne peut-il, bien évidemment, pas s'empêcher d'ajouter. Lorsqu'elle n'a pas de meilleure explication concernant ses choix douteux de parfum que parce que c'est à la mode, Martin soupire d'exaspération. Dois-je comprendre que si se jeter d'une falaise devenait une mode, tu serais la première à faire le grand saut ? Ce n'est pas forcément une si mauvaise idée en soit, tiens. Une candidate en moins, une concurrente de moins ... Reste à réussir à la convaincre que c'est une mode, en fait. Un jeu d'enfant, aux yeux de Martin – tellement facile, si facile ... Trop facile pour qu'il cherche réellement à explorer cette option davantage. Elle répond alors que si elle ne croit pas ses sornettes, elle ne serait pas surprise qu'il en soit capable. L'air indigné qu'il affiche alors serait suffisant en tant que réponse, mais Martin ajoute tout de même : Et comment ! J'ai encore des bonnes manières, moi. Ce serait plutôt le genre du présentateur poilu, ça. Un véritable animal ! Lorsqu'elle lui demande quel est le truc le plus dingue qu'il ait jamais fait dans sa vie, Martin n'hésite pas avant de marmonner quelque chose d'inaudible. Se reprenant cependant rapidement, il grommelle finalement, tout aussi silencieusement que sa première réponse : Venir ici. La jeune femme lui demande alors de dresser son portrait, une tâche que Martin se plaît à effectuer sans se faire prier à deux fois. Je pense que tu es une gosse gâtée qui a toujours obtenu tout ce qu'elle voulait dans la vie et qui n'a jamais eu à travailler pour quoi que ce soit. Papa et maman ont sans doute toujours été derrière toi pour éponger tes erreurs et ça t'a rendue ingrate au point de penser que le monde entier est ta cour de récréation, avec chaque personne étalée à tes pieds comme des larbins conçus uniquement pour ton propre petit divertissement égoïste et personnelle. Malheureusement je suis navré de me retrouver dans le devoir de t'annoncer que cela ne fonctionnera pas avec moi, et tu peux même me remballer toute ta beauté car je ne suis pas de ceux qui se laissent charmer aussi facilement. Il les avait bien vus, ces deux seins qui menaçaient dangereusement de tomber hors de ce bikini, il y a plusieurs semaines, et cela ne l'avait pas fait tomber dans le piège pour autant. Lorsque Martin lui avoue ne pas manger depuis son exil ici, la jeune femme lui propose un marché qui l'indigne légèrement. Si tu penses que je suis prêt à vendre mon secret pour un steak carbonisé ou des lasagnes détrempées, tu es vraiment plus inconsciente que je ne le pensais. Et en plus il ne s'agirait que d'un repas ... Un arrangement plus équitable serait de me préparer tous mes repas, jusqu'au prime, et ce avec couverts et boisson ... Et là, peut être bien que je te donnerai une étoile ou deux, la semaine prochaine, compte tenu de la qualité de ces mets. Impossible de trouver plus difficile en affaires qu'un avocat, et s'il y a bien une chose que Martin est, c'est un ancien avocat.
Revenir en haut Aller en bas
 

great barrier reef ♆ lundi vers 18h

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: domaine quincy-clifford : niveau 0 - extérieur :: plage-
Sauter vers: