High caves. (dimanche s5, 11h05)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9189-rainer 

PSEUDO : applestorm
PRÉNOM : louise
COMPTES : lyle, levi, emilienne, anatoliy, shanice, shaun
MESSAGES : 547
AVATAR : bill skarsgård
ÂGE : 28
LOCALISATION : mosul, iraq
MÉTIER : war correspondent


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27 500£
ASPIRATION: succès
AFFINITÉS:
MessageSujet: High caves. (dimanche s5, 11h05)   Lun 23 Oct - 12:34

@Elham

Ma colère de la veille s'est dissipée quelque peu lors de la marche de quatre ou cinq heures dans les jardins que je me suis imposée pour distraire mon esprit et ne croiser personne. Je n'étais pas d'humeur. Pas d'humeur à être entouré de têtes déconfites, pas d'humeur à baigner dans une atmosphère post-prime où la moitié ne comprend pas et l'autre moitié s'en fout. Plus que tout, je n'étais pas d'humeur à retourner dans une chambre vide et vide pour de bon. Alors j'ai marché, marché, marché, sans destination, jusqu'à m'épuiser. C'est comme ça que je gère les contrariétés. Soit je m'emballe sans réfléchir sur quelqu'un, peu importe qu'il soit fautif ou non, ou je m'isole et je me fatigue le corps et l'esprit. Il se trouve que la nuit dernière, mon esprit était infatigable. J'ai tourné dans les bois pendant des heures avant de me diriger vers le cimetière pour aller récupérer le bijou de Stella. J'ai déambulé un moment entre les tombes, repérant au passage mes chaussettes que j'avais complètement oubliées, avant de finalement m'accroupir devant une croix. Reposait là une chaîne à laquelle était accrochée un anneau. Précautionneusement, je l'ai remise dans la poche de ma veste avant de finalement retourner au château pour m'écraser sur mon matelas, à quelque chose comme six heures du matin. Pour me réveiller à huit et demi, en définitive, parce que je suis incapable de rester au pieu après cette heure. J'ai vaqué à mes occupations, puis je me suis retrouvé perché sur les falaises, sans trop savoir pourquoi. Fasciné par la facilité avec laquelle les gens peuvent s'en aller. Comme un con, je joue avec le feu, avec les pieds qui se balancent dans le vide, ma distraction et ma cigarette dans la bouche. Je ne fume même pas. Ça m'empêche pas de toujours avoir un paquet sur moi, pour les occasions spéciales qui nécessitent un terrain d'entente, une fracture, un break ou un prétexte. Mais j'ai pas envie d'être trop rationnel aujourd'hui. Je le suis déjà bien assez tous les autres jours. Ça serait pourtant la meilleure solution pour passer à autre chose. Pour ranger Stella et Constance dans un coin de ma tête et me concentrer sur le jeu. J'inspire longtemps, j'expire encore plus longtemps, planté face au vide. Et là, des bruits de pas et j'identifie Elham juste avant qu'elle n'entre dans mon champ de vision. Je l'accueille avec un léger sourire avant de proposer « tu en veux une ? », en lui envoyant le paquet de cigarettes. Moi je tire une longue bouffée de la mienne avec l'aisance d'un fumeur quotidien alors que c'est très rare lorsque j'ai envie d'une clope en dehors des moments de nécessité que l'on rencontre au boulot. Je n'aime pas tellement ça. Le goût, la sensation, c'est pas mon truc.« Il y a encore des gens que tu connais à peine ici ? » je demande. Parce que moi, oui. Quelques uns avec lesquels la conversation n'est jamais allée très loin. Bien sûr, c'est impossible de ne jamais avoir adressé la parole à quelqu'un avec qui tu vis 24/7 depuis plus d'un mois, tout comme tu finis par apprendre des choses sur eux, mais ça reste très superficiel. « Vivian, par exemple. Qu'est-ce qu'elle peut bien avoir comme vie, Vivian ? » Je dis Vivian parce que je sais très bien qu'elle est un élément inconnu tant pour Elham que pour moi. J'ai une idée assez précise de son entourage restreint ou non, vu qu'on passe pas mal de temps ensemble.« Je l'imagine bien passer énormément de temps avec sa mère, voire sa grand-mère. Genre petit trio inter-générationnel indéfectible, avec peu d'autres relations » je blablate sans trop savoir pourquoi, pour pas avoir à parler de hier soir, parce que j'ai pas la moindre idée de si elle souhaitera le faire.

_________________
He said, "Son, when you grow up, would you be the savior of the broken, the beaten and the damned?"


Dernière édition par Rainer le Ven 27 Oct - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : la brindille. (laura)
COMPTES : fausthine, kira, théodora, nina, roxanne.
MESSAGES : 447
AVATAR : rania ben.
ÂGE : 26
LOCALISATION : sarcelles, france.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 16000£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: High caves. (dimanche s5, 11h05)   Mer 25 Oct - 15:39

Je reconnais bien trop rapidement Rainer de dos. Je m'approche doucement consciente qu'il joue avec le vide, je ne veux pas risquer de le faire sursauter. Il va quand même falloir que je modifie ma démarche puisque Rainer me capte encore une fois avant que je ne m'annonce. Frustrant. Une deuxième surprise s'immisce sous mes sombres opales. J'observe sous mes longs cils. « Tu fumes depuis quand ? » Je m'étonne alors lorsque je le capte une cigarette à la bouche. Je fronce les sourcils un instant avant de prendre place à ses côtés, m'installant comme je peux. Mes doigts fébriles s'en vont tirer une cigarette de son paquet alors que je le remercie d'un simplement mouvement de la tête. « Sûrement beaucoup trop  » Je glisse à mon bff. Parce que y a pleins de candidats qui me sont encore un peu étrangers,  on n'a pas accroché ou alors on n'a même pas essayé parfois. Un peu à l'image de la vie. Sauf qu'ici, nos relations nous assure une certaine pérennité dans ce jeu. Tant pis. On le savait depuis le début. Le prénom de Vivian s'expulse de sa bouche. J'hoche la tête parce qu'il en est de même de mon côté. Rainer essaie d'imaginer la vie de Vivian. Je vois mal Vivian enfermé dans un cocon familiale pourtant. « Elle fait fille très raisonnable et cultivée, je l'imagine bien être la mature de son groupe de potes aussi » J'ajoute d'une voix claire. Pour moi c'est une fille indépendante et appréciée, c'est pour cela que je l'imagine bien entourée à l'extérieur. « Elle aurait dû être dans la team popularité je pense » Je glisse en croisant son regard une poignée de secondes. Je me décide enfin à allumer mon feu en tirant mon briquet coincé entre ma  clavicule et la bretelle de mon sous-vêtements. Le bâton cancérigène s'embrase et je m'autorise enfin à tirer une première fois dessus. J'expulse une mince volute de fumée d'entre mes lèvres. Et je dérive. « Toi, si j'avais dû te juger au premier regard » Je commence en me souvenant ce que Rainer m'a fait penser la première fois, de loin. J'ai un rictus narquois qui étire mes pulpeuses. « Prétentieux aurait été le premier adjectif » je lui glisse en souriant. Avouons-le, Rainer n'est pas non plus le gars qui distribue des sourires gratuitement à tout le monde. « Tu n'as pas un physique qui fait abordable » Je l'informe pour lui signifier que c'est juste anatomique. Au début, on se dit qu'on peut pas évoluer dans les mêmes strates que ce gars, et on a aussi l'impression qu'il le sait aussi. Je crois que c'est à cause de sa lèvre supérieure, elle a une forme un peu méprisante, c'est sûr.

_________________

    DANCING IN THE DARK
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9189-rainer 

PSEUDO : applestorm
PRÉNOM : louise
COMPTES : lyle, levi, emilienne, anatoliy, shanice, shaun
MESSAGES : 547
AVATAR : bill skarsgård
ÂGE : 28
LOCALISATION : mosul, iraq
MÉTIER : war correspondent


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27 500£
ASPIRATION: succès
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: High caves. (dimanche s5, 11h05)   Ven 27 Oct - 17:03

J'expire un long panache de fumée, mon regard coulant sur Elham par-dessus. C'est marrant parce que dans un instant de fabulation débile de mon esprit rendu décadent par le besoin de penser à autre chose, je nous un peu comme des survivants, tous les deux. On n'a pourtant pas de groupe de potes attitré, à part Claudio. Et clairement, si j'avais dû miser sur des survivants, je ne sais pas si ça aurait été nous. Mais quoi qu'il en soit, on a bien mérité une cigarette. Même si ça semble l'étonner. « Depuis jamais. C'est seulement quand l'occasion s'y prête. » je réponds en haussant les épaules avant d'attraper la cigarette à moitié fumée et de l'écraser par terre, avant de ranger lé mégot dans le paquet, entre le carton et le papier aluminium. Ça paraît souvent bizarre, voire con, quand je l'explique comme ça, pourtant, à mes yeux, ça a du sens. « Le paquet, je l'ai simplement pour copiner. J'ai tellement l'habitude de l'avoir sur moi que je l'ai pris dans le jeu sans réfléchir. » En général, je le garde en mission ou même dans les locaux de la BCC, parce que les producteurs peuvent aussi chiants et retors que des militaires afghans, quand ils s'y mettent. Alors je blablate, je blablate, j'offre une cigarette, je l'allume bien gentiment, je vais dans leur sens, je manipule légèrement ou grossièrement, jusqu'à ce qu'on se plaigne ensemble d'une même chose et que la personne finisse dans mon camp. Et voilà. C'est une arme, la clope. Ça c'est un truc que j'ai appris presque plus fondamental que l'agilité nécessaire pour éviter les balles. Ici, j'aurais pu utiliser cette technique mais ça aurait été tricher. Du coup, je joue les autistes, à l'occasion. Ça me va. Je ne suis pas le seul, il y a Elham avec moi, même si je la soupçonne d'être une fausse autiste. D'ailleurs, son idée de caractère fictif pour Vivian semble bien plus cohérente que la mienne.« Radicalement opposé » je commente avec un sourire amusé. Faut dire que j'écoute pas trop ce que les gens disent les uns sur les autres, en général. Donc même par là, j'avais pas beaucoup de tuyaux. « Je serais tenté de dire que ça montre que tu es bien plus optimiste que moi, mais j'aurais peur de me planter de nouveau » je ris. Je suis sûr tout de même que Vivian aurait largement préféré être la personne décrite par Elham que par moi. Enfin, j'imagine que ma version n'a rien de mauvaise ou de pas terrible, mais elle est moins... Enfin bon. « Et toi ? Tu te serais intégrée dans quelle équipe, si tu avais pu choisir ? » La connaissant, certainement pas l'équipe amour. Je suis certain qu'elle est le genre de nana qui a horreur qu'on l'assimile à un mec ou tout simplement à l'amour avant de la voir pour elle-même. En fait, d'apparence, je l'aurais mise dans à peu près n'importe quelle équipe sauf l'amour. Mais bon, les voies de la production sont impénétrables. Là, j'éclate de rire. Prétentieux. Ouais, j'imagine. Je ne vais pas jouer le gars qui ne comprend pas, on me l'a déjà dit, et pas qu'une fois. Il parait que je suis légèrement prétentieux, des fois. C'est possible, j'en sais trop rien. S'il y a bien un truc que je ne fais pas, et encore moins de façon objective, c'est m'analyser. « Je préfère "suffisant". Qui se suffit à lui-même. » je roucoule donc avec un sourire rempli de cynisme. Je sais parfaitement qu'Elham et moi, si on se lance tous les deux dans l'ironie, on peut très bien se comprendre, donc je ne prends pas la peine d'atténuer mes paroles. « Tu as l'air d'être le genre de femme qui sait ce qu'elle veut. » Putain, sorti de son contexte, ça sonne vraiment vieille réplique de drague vaseuse, mais non, c'est vraiment ce qu'elle renvoie comme image. « Un peu espiègle. » Son petit nez en trompette, j'imagine, ou quelque chose dans ses yeux. Selon la façon dont elle s'habille, elle peut ressembler à un petit lutin, mais plus du type esprit frappeur que petit lutin mignon des forêts. « Je te connais déjà trop bien » je plaisante. On est pas bff pour rien. « Raconte-moi un truc que je ne sais pas. » je l'invite finalement, parce que s'il y a bien un truc que j'ai compris, avec Elham, c'est que ça ne sert à rien de croire qu'on la connait, parce que c'est faux.

_________________
He said, "Son, when you grow up, would you be the savior of the broken, the beaten and the damned?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : la brindille. (laura)
COMPTES : fausthine, kira, théodora, nina, roxanne.
MESSAGES : 447
AVATAR : rania ben.
ÂGE : 26
LOCALISATION : sarcelles, france.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 16000£
ASPIRATION: amour
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: High caves. (dimanche s5, 11h05)   Dim 29 Oct - 22:46

Rainer me demande auprès de quelle team se serait portée mon choix. « La team succès » je ronronne avec une idée bien précise en tête. « Pour toujours être avec toi  » voyez comme je le chine avec application. Plus sérieusement, je pense que toutes les autres team auraient pu me convenir. Je me dis simplement que la team amour devait être un choix par défaut de la production. C'est cette seule solution. Il fallait combler le manque de membres de cette team. Cette même solution peut s'appliquer concernant le cas de Martin ou d'Alain. La remarque de Rainer m'arrache un sourire moqueur et me fait rouler des billes lorsqu'il essaie de me reprendre. « Prétentieux, c'est bien ce que je disais  » je confirme alors dans un léger rire. L'allemand s'essaie au même exercice concernant mon allure générale d'un rapide coup d'oeil. Je lui offre une oreille assez attentive. Un simple rictus étire mes pulpeuses. « Je reste persuadée que l'on peut encore se surprendre » je contre lorsqu'il glisse qu'il me connaît trop bien. Je lui offre un haussement de sourcils faussement mystique. Rainer me demande une anecdote qu'il ne pourra pas deviner. Je fouille dans mes lointains souvenirs. Le problème est que j'ai l'impression de déjà me montrer plus ou moins bavarde avec Rainer, il est difficile d’innover. « J'ai été plus ou moins fiancée pendant un an » Je lui concède en croisant ses prunelles. Ça, il ne peut pas le savoir. D'ailleurs Claudio ne le sait pas non plus. Je n'ai pas forcément trouvé cela pertinent de l'informer de cette mascarade (peut-être à tord). Sûrement parce que je n'ai pas envie de m'attarder sur ce statut que j'ai subis pendant de trop longs mois. C'est compliqué de devoir faire semblant. Rainer me connaît suffisamment pour comprendre qu'il ne s'agissait pas d'une alliance de sentiments. L'usage naturel du mot alliance est déjà trop explicite. Cela surprend toujours qu'une amoureuse comme moi de l'indépendance sous toutes ses formes puisse s'être soumise à cette idée. A l'époque, je ne disposais pas d'une marge de manœuvre suffisante pour me permettre de m'affirmer. « J'ai gagné du temps en n'offrant ni un non ni un oui définitif » j'ajoute en haussant les épaules parce que j'ai été plutôt fière de ma combine à l'époque, en laissant un flou et l'espoir s'installer dans cette situation pourrie jusqu'à la moelle. Là-bas, c'était compliqué de s'opposer à des statuts, à des fonctions importantes de la société. J'étais déjà plus naïve à l'époque, je pensais à grappiller ces moments de répits afin de trouver une solution diplomatique ne froissant aucune des parties en litige. Ça m'irrite parce que je me souviens aussi que la moindre décision prenait l'allure d'un acte politique là-bas. J'évoluais en essayant d'éviter les sujets délicats et conflictuels en espérant que tout le monde oublierait cette relation que j'avais volontairement à stagner. « ...afin de ménager les ego et me soustraire à une certaine pression » je complète dans un sourire en haussant les épaules. La vérité est que je n'avais pas envie à l'époque mais je n'étais pas suffisamment inconsciente pour crier le fond de ma pensée. « A ton tour » je lui demande. Offre-moi un moment exclusif que personne ne connaît.

_________________

    DANCING IN THE DARK
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9189-rainer 

PSEUDO : applestorm
PRÉNOM : louise
COMPTES : lyle, levi, emilienne, anatoliy, shanice, shaun
MESSAGES : 547
AVATAR : bill skarsgård
ÂGE : 28
LOCALISATION : mosul, iraq
MÉTIER : war correspondent


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27 500£
ASPIRATION: succès
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: High caves. (dimanche s5, 11h05)   Mer 1 Nov - 15:35

Je ris. Sa spontanéité est tellement désarmante, parfois. Elle a de la chance que je sache capter son humour parce qu'elle offre tellement de confiance quand elle parle qu'on pourrait presque y croire. Presque.« C'est tellement team amour » je rétorque avec un sourire. Ben voyons. Voilà une preuve indéfectible, s'il n'en fallait, qu'elle appartient bel et bien à son équipe. Le Choixpeau Magique de Thrown Dice ne se trompe jamais. Quasiment jamais. En réalité, j'aurais pu réellement voir Elham dans l'aspiration succès. En ce qui me concerne, je ne me vois que là. Je ne recherche ni l'amour, ni la popularité et je ne suis pas un compétiteur. Du moins, pas vis-à-vis des autres. J'imagine que ça explique pourquoi j'ai, apparemment, l'air prétentieux. Parfois, un peu. Je l'écoute tranquillement, les mains dans les poches, le regard posé sur elle, tandis qu'elle me confie avoir été fiancée. Ça ne m'étonne pas plus que ça, à vrai dire. Elham a vécu une grande partie de sa vie en Egypte, où l'engagement des jeunes filles par leurs parents dans une union arrangée est une pratique largement courante. Machinalement, je tente de me représenter le visage de son promis, mais également son identité, son caractère, ses valeurs. La famille d'Elham semble assez moderne et progressiste par rapport à d'autres et lui a épargné bien des douleurs qui sont pourtant courantes en Egypte, notamment. « Comment tu t'es sortie de cette situation ? » Je suppose que faire l'autruche, là-bas, et particulièrement dans ce genre d'affaire, ça ne fonctionne pas. Evidemment, elle me retourne la question et, silencieux, je prends un instant pour réfléchir à quelque chose qu'elle ignore de moi. C'est compliqué. J'ai l'impression qu'ils savent tout, tout en ne sachant rien, et démêler le vrai du faux relève de l'analyse personnelle. Finalement, c'est sa propre histoire qui fait écho dans mes souvenirs jusqu'à ce qu'un visage s'impose face à mes prunelles. Un visage fin, jeune, discret, comme s'il cherchait à disparaître.« J'ai eu une occasion de me marier aussi » je confesse alors avec un léger sourire, genre on a des trucs en commun, avant de préciser « enfin, moins tangible que toi. » Il n'y a pas eu de fiançailles, ni même un accord officiel, ni de moi, ni de la femme concernée. En fait, c'est une idée qui a été soumise, une demande qui a été faite et moi qui me suis retrouvé, du jour au lendemain, quasiment engagé à une femme du bout du monde. Rien à voir avec sa situation, du moins pas en apparence. Le fond reste basé sur la même politique dégueulasse de domination de la femme.« En Afghanistan, on s'était installé dans une petite ville et une famille qui vivait là nous servait de guide et d'intermédiaire. On a sympathisé avec eux et petit à petit, ils ont fini par avoir confiance. Des gens bien. » C'était à la moitié de l'année dernière, et nous étions en mission non loin de combats entre les talibans et les marines américains, entre autres. Je revois leurs visages comme si c'était hier et je suis persuadé qu'ils sont, comme bien d'autres, gravés à tout jamais dans ma mémoire. Ils n'avaient aucune raison de nous aider, nous, les étrangers. On aurait pu leur causer des emmerdes suffisamment grosses que pour qu'ils risquent leur vie, mais ils ont quand même accepté.« Le couple avait, entre autres, une fille à peine majeure et déjà veuve. » Il y avait également trois garçons et une autre petite fille, encore enfant. Leur aîné, un homme, était déjà mort. Une situation banale, normale pour une famille afghane. Et cette jeune fille, déjà mariée lorsqu'elle était à peine adolescente, avait perdu son mari à la guerre, comme tant d'autres. Cela faisait déjà quelques mois, je pense, et ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'elle ne doive accepter un nouveau prétendant. C'est aussi cette urgence qui a dû motiver cette famille, j'imagine. « Un soir, la mère de cette fille m'a pris à part et m'a demandé d'accepter sa fille comme épouse et de l'emmener avec moi en Europe. » Je roule des billes vers l'horizon, l'air impassible mais le regard paumé. Je ne l'avais pas vu venir. C'est peut-être naïf mais je ne l'avais absolument pas vu venir et pour être totalement honnête, c'est l'un des moments les plus complexes et douloureux de ma vie. L'un des moments qui m'a le plus perdu et face auquel je me suis senti le plus démuni. « C'était la meilleure vie qu'elle pouvait avoir, à leurs yeux. Quitter l'Afghanistan pour toujours et ne pas risquer un nouveau mariage avec un type horrible. » Parce que c'est ça, le truc. Bien sûr que je comprenais la démarche, et bien sûr que je l'aurais envisagée à leur place. Ne serait-ce qu'un peu, parce que c'est normal pour un parent d'imaginer tous les moyens possibles pour son enfant de se sortir de la galère et du risque permanent. Avec un européen, elle aurait accès au vieux continent, à une vie à Londres, à plus de luxe, à la sécurité, à un allié bienveillant.« Ça m'a traversé l'esprit de dire oui. » Pour faire quelque chose de bien. Pour les remercier. Pour que cette fille ait une chance. Mais j'en ai été incapable. Elle était si jeune, ce qui, pour un occidental, n'est pas rien. L'idée de me marier avec une gosse à peine majeure, de dix ans de moins de moi, je l'avoue, m'a largement rebuté. Les engueulades incessantes de mon équipe aussi, qui ne comprenait pas que je puisse ne serait-ce qu'une seconde songer à accepter. En définitive, le timing a répondu pour moi car les enjeux de la mission se sont succédé et nous ont obligé à quitter définitivement les lieux avant d'avoir l'occasion de donner une réponse réfléchie.

_________________
He said, "Son, when you grow up, would you be the savior of the broken, the beaten and the damned?"
Revenir en haut Aller en bas
 

High caves. (dimanche s5, 11h05)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» High School Of The Dead
» Oûran High School Host Club
» [Old New] Aileron High Down Force V2 de chez Himoto
» high school musical
» Portrait d'Alexandre (High Key)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: domaine quincy-clifford : niveau 0 - extérieur :: falaises-
Sauter vers: