[JEU - 09:48] where we belong.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9178-bugi 

PSEUDO : kidd.
PRÉNOM : faustine.
COMPTES : es el primero.
MESSAGES : 3663
AVATAR : jack o'connell.
ÂGE : 30
LOCALISATION : kirkcaldy, scotland.
MÉTIER : glass-blower.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 30 000£
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: [JEU - 09:48] where we belong.   Lun 23 Oct - 16:56

WHERE WE BELONG
@CLAUDIO & @EYAL

Rendez-vous entre mecs ce matin. Ça n'est pas la première fois cette semaine que je sors ma tenue de sport, et c'est en short, sweat, maillot de l'équipe d’Écosse et baskets que je me dirige vers la plage, après avoir pris mon petit-déjeuner. Un détour rapide par la salle de sports pour récupérer un ballon de foot, je me porte garant du matériel que l'on va utiliser, avant de remonter les marches assez rapidement pour arriver, tout aussi vite, à l'extérieur du château. J'ai un peu d'avance cette fois, contrairement à mon rendez-vous d'hier matin avec Eyal, et j'en profite pour traîner un peu sur le chemin. De ma poche de sweat, je sors mon paquet de cigarettes et en glisse une dans ma bouche, l'allume avec mon briquet que je range quasiment aussi vite, et regarde un peu autour de moi en tirant dessus. La couleur de l'île a pas mal changé depuis notre arrivée sur place, et on sent quand même pas mal qu'Halloween approche à grands pas. Le vert a doucement rouillé, et à mesure que le temps a commencé à refroidir, les arbres, eux, ont pris une chaleur nouvelle, entre l'ocre, le jaune et le rouge dont ils se parent petit à petit. Commence un gosse, je pose le ballon à terre et commence à tirer un peu, pas assez fort histoire de ne pas me mettre à courir tout de suite. À la différence que le gamin que j'étais il y a une vingtaine d'années n'avait pas encore de cigarette sur laquelle tirer coincée au coin de sa bouche, j'ai un peu l'impression d'un retour en enfance. Ça me rappelle chez mes grands-parents, quand on partait là-bas en vacances et que mon frère refusait à chaque fois de venir jouer avec moi dans le jardin – certes, beaucoup moins grand que le terrain que j'ai sous les yeux – parce qu'il se jugeait bien trop cool pour le faire, et que je me retrouvais à dire non à ma sœur parce que... c'était une fille, voilà tout. Entre les deux tableaux, on pourrait presque s'amuser au jeu des sept différences. J'en note rapidement quelques-unes, outre la clope qui se consume entre mes lèvres. Là, pour l'instant, je suis encore tout seul. Je ne suis pas arrivé en retard, mais carrément en avance, en fait. Je crois que l'idée d'un foot entre potes m'a suffisamment motivé pour éviter de leur faire faux-bond, et j'espère qu'il en sera de même pour eux ; que rapidement ils viendront se rajouter au paysage. Je regarde un peu autour de moi, file quelques coups de pied qui vont entre la balle et les quelques monts de feuilles mortes qui se sont formés plus ou moins naturellement çà et là. Puis le sol change de consistance sous mes pieds, me faisant comprendre de la sorte – comme si mes yeux et mes oreilles ne me suffisaient pas – que je suis arrivé sur le bord de la plage. J'entends, derrière moi, des voix qui s'élèvent, et fais un demi-tour sur moi-même pour me tourner vers mes comparses. Je souris en coin et, d'une impulsion du bout de ma chaussure, je fais s'élever un peu le ballon pour le récupérer sous mon bras. « Vous êtes presque en retard. » Mon sourire s'étend un peu, alors que je lance vers Eyal un regard complice par rapport à mon retard de la veille, et que je capte que Claudio a eu la même idée que moi... d'une certaine façon. Son t-shirt du Brésil sur les épaules me donne envie de coincer le ballon entre mes pieds et de retirer mon sweat, que je laisse tomber par terre pour, fièrement, dévoiler les couleurs de mon pays. « On se fait un jeu en mode détente, ou plutôt sérieux ? » Moi, tout me va ce matin. J'ai juste envie de bouger un peu, de profiter un peu aussi. Du temps encore clément, de l'ambiance, du jeu, et de la vue qui s'offre à nous, parce qu'elle possède mine de rien un sacré charme.

_________________
I PROMISE YOU, I'LL MAKE IT UP TO YOU
“Arrivé devant une longue plaque de verglas sur le trottoir, il hésite un instant puis, au lieu de la contourner, s’élança dessus, les bras écartés afin d’assurer son équilibre. Comme un gosse. Parvenu au bout sans encombre, il sourit aux étoiles” (DENNIS LEHANE)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : silvia
MESSAGES : 841
AVATAR : @vclove
ÂGE : 25
LOCALISATION : paraty, brasil
MÉTIER : surfeur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: zéro pointé
ASPIRATION: compétition
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: [JEU - 09:48] where we belong.   Mar 24 Oct - 0:19

face à une bière et en me rendant compte que j'étais en train de rater tous les matchs du début de saison + les derniers matchs de qualif pour la coupe du monde de cet été, j'ai ressenti un besoin quasi viscéral de taper dans le ballon rond. l'idée soumise à bugi et eyal au détour d'un dîner, on s'est donnés rendez-vous ce matin pour un petit foot, dans un match qu'on appellera bientôt le match des légendes. moi ça fait une bonne heure que je me balade dans le château, en attendant que le temps passe. j'ai récupéré mon maillot du brésil, un maillot de coutinho, dans lequel je me pavane assez fièrement. comme d'hab, avant une session de sport, j'arrive pas à avaler grand chose si ce n'est un smoothie. j'assemble deux trois fruits, des pouces d'épinard et quelques graines que je mixe dans le shaker avant de me remplir un verre d'un demi-litre que j'avale presque aussitôt. j'crois que ma peau manque sérieusement de vitamines, je perds ma couleur vitesse grand V et j'ai l'impression d'avoisiner le teint de bugi. c'est dire. c'est dommage qu'on soit pas plus de mecs (ou de femmes, d'ailleurs) à se motiver, parce qu'à trois on risque de faire assez vite le tour des petits ponts. mais nobody, le néant. même rainer a pas voulu se joindre à nous. pourtant il avait de quoi me provoquer, avec l'historique allemand sur mon pays. j'écope simplement d'une moue boudeuse de heidi, qui fait encore parfois semblant de m'en vouloir pour ce déménagement sans préavis. finalement, quand l'heure s'accélère je file en trottinant dans le jardin, récupère @eyal c'est bon laisse-là ta bibi au passage et on prend le chemin de la plage, comme prévu. je crois que le premier truc que je fais, en sortant, c'est me payer un match au stade je me marre putain ça me manque la ferveur là j'agite un peu mes bras, parce qu'il voit très bien. le stade, la colère, les chants, les cris, l'âme des équipes. au brésil c'est tout un monde, tout un pays qui s'enflamme. et moi je m'enflamme avec. on arrive sur la plage où le @bugi bug nous attend avec son sourire. le chenapan me sort un maillot de l'écosse sous lequel il bombe le torse. je me marre, lâche mes pompes là près d'un rocher et je file choper le ballon dans les bras du rouquin. je le laisse tomber par terre et le bloque de la pointe de mon pied nu. y'a rien de meilleur au monde, que de se faire un foot sur le sable. je pense qu'avec mon sang brésilien j'ai statistiquement cinq fois plus de chances de gagner, donc j'en sais rien, mais commencez par venir la prendre la balle je provoque très clairement, avec mon sourire au coin des lèvres. puis quand je les vois filer vers moi je me lance dans un petit tour de dribbles, façon joga bonito. c'est qu'un match à trois c'est bien compliqué, on sait tous au fond qu'aujourd'hui c'est l'agilité et les coups de coude qui vont primer sur les scores.

_________________

mais ça les gens apprécient pas,
ils disent qu'il faut rester au pas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9185-eyal 

PSEUDO : mischief insane.
PRÉNOM : charlotte.
COMPTES : maxyne, isaac, ismaël, alfie, angy, elden, wes.
MESSAGES : 1038
AVATAR : marwan kenzari.
ÂGE : 32
LOCALISATION : madrid, esp.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 59 275£.
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: [JEU - 09:48] where we belong.   Mar 24 Oct - 17:32

Ça surprenait toujours, qu'il puisse aimer la danse et le football. Et pourtant c'était un euphémisme. Car si la danse était une passion qui le poursuivait depuis tout jeune et de laquelle il n'aurait pas imaginé ne pas pouvoir vivre, le football était presque ancré dans son ADN tant il avait toujours fait partie de son environnement et contribué à rapprocher les hommes – et parfois les femmes – de ses deux familles. Parce que le foot, c'était des souvenirs en pagaille. Des matchs mémorables auxquels il avait assisté avec ses oncles, dès son plus jeune âge, en direct de quelques grands stades ou derrière l'écran de télévision de l'appartement familial. Il l'avait même toujours dit, s'il n'avait pas été danseur, il se serait bien vu tenter sa chance en courant derrière un ballon rond. Alors cette idée de match à trois avec Bugi et Claudio était une aubaine pour lui qui commençait à se lasser de rester enfermé entre les murs de la salle de sport et apprécierait une petite partie entre mecs de bon matin. Le rendez-vous avait été pris quelques jours plus tôt, et c'est à la plage qu'ils auraient l'occasion de se défouler un peu et de défendre les couleurs de leur patrie respective, parce qu'autant ne pas se leurrer, tous les hommes passionnés de football se découvraient instantanément des élans patriotiques à ce genre d'occasions, et sans doute qu'eux ne feraient pas exception à la règle. Pour preuve, Eyal avait revêtu son t-shirt de la Roja, qui comme son nom l'indiquait était d'un rouge incendiaire qu'on pouvait difficilement louper. Il était fier de sa double-nationalité mais avait vu tellement de matchs de la sélection espagnole à domicile qu'elle était son équipe de cœur, sans l'ombre d'un doute. Tombant sur @Claudio au niveau des jardins, il s'amusa de sa remarque au sujet d'Abbi qu'il avait l'impression de laisser derrière lui comme s'il se rendait au front – quoi qu'on ne savait jamais comment un match pouvait tourner, surtout avec ces deux-là, amateurs d’ecchymoses rappelons-le – puis posa une main sur son cœur à ses prochaines paroles. « Putain, je te comprends. Je me sens comme orphelin depuis que je peux plus foutre les pieds à Santiago-Bernabéu. » Et il exagérait à peine, parce que ce stade était rattaché à tellement de bons moments pour lui qu'il était rare qu'il reste plus de quelques semaines sans y mettre les pieds, match ou pas. Rien que ces derniers mois, ses colocataires et lui y avaient fait pas mal de virées et chaque fois c'était ce même enthousiasme qui le transportait quand il gagnait les gradins, et qui ne le lâchait plus pendant toute la durée du match, alors il partageait assurément le manque de Claudio. Arrivant tous les deux sur la plage, ils y retrouvèrent @Bugi qui leur fit remarquer qu'ils avaient failli se mettre en retard. « Embouteillages, tu connais la chanson. » Qu'il glissa, dans un regard rieur, en référence à leur échange d'hier matin et à l'excuse déjà avancée par l'écossais pour justifier de l'avoir fait attendre, mais pour de vrai lui. Il fut ensuite question de décider si le match du jour serait détente ou plus corsé, et Eyal réprima un rire à la remarque de Claudio, se tournant vers Bugi pour souffler. « Tu penses qu'il croit vraiment à ce qu'il dit ? » L'air de dire que le surfeur ne doutait de rien et surtout pas de ses chances, semble-t-il. Non mais, « sang brésilien », depuis quand c'était reconnu comme un gage de qualité ? « Au Brésil vous avez peut être gagné pas mal de fois le Graal suprême, mais la dernière fois c'était y'a quinze ans, guapo, alors t'emballe pas trop. » Petit sourire en coin, très joueur naturellement, parce que c'était trop tentant de le provoquer en retour. Sur ces mots, le match put commencer avec un Claudio très agile, il est vrai, qui ne se laissa pas rattraper facilement. L'espagnol lui trouvait une dextérité semblable à son colocataire Hakeem et sut donc qu'il devait agir comme il le ferait avec ce dernier, ainsi il déboula sur sa droite, se pressa autour de lui en tentant une première fois de récupérer le ballon, puis une seconde, avant de le bousculer gentiment et parvenir à intercepter la balle. Personne n'avait dit qu'ils devaient se faire des cadeaux.

_________________
    losing is only a sign
    that you really tried.
    forever trading places with the same old me, im racking up the cases of who i failed to be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9178-bugi 

PSEUDO : kidd.
PRÉNOM : faustine.
COMPTES : es el primero.
MESSAGES : 3663
AVATAR : jack o'connell.
ÂGE : 30
LOCALISATION : kirkcaldy, scotland.
MÉTIER : glass-blower.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 30 000£
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: [JEU - 09:48] where we belong.   Mer 25 Oct - 18:59

On s'était dit, tous les trois, pendant un repas, que ça pourrait être sacrément sympa de se faire un petit match de foot ensemble, à un moment. Sans attendre, on s'est planifié ça pour ce matin et, aujourd'hui, je suis le premier arrivé sur les lieux. En les attendant, je commence un peu à taper dans le ballon, en attendant que ça passe. Pour une fois, mon retard n'est pas à déplorer, mais j'ai un peu l'impression que le leur ne devrait pas tarder à se montrer ici. Si @Eyal et @Claudio brillent pour beaucoup de choses, leur retard est la plus présente pour l'instant ; mais j'avoue que je chipote un peu, ça ne fait quelques minutes que j'attends là, tout seul. J'ai proposé à @Achille ce matin de nous rejoindre si l'envie lui prenait, en lui soufflant l'idée que ça serait quand même sacrément plus pratique s'il voulait bien nous honorer de sa présence, pour nous jouer. Le un contre un contre un, ou le deux contre un, ça n'est pas spécialement les façons les plus pratiques de jouer au foot. Alors, en même temps de guetter l'arrivée des garçons, j'essaye de voir un peu si lui ne se joindrait pas à nous, par hasard. Je joue un peu tout seul avec le ballon, commence à m'échauffer doucement avec quelques jeux de jambes, en attendant que des voix se fassent entendre ou que quelqu'un me rejoigne. Pas de traces d'Achille, mais cependant, mes deux comparses du jour ne tardent finalement pas trop à arriver jusqu'à moi. Je relève la tête avec un petit sourire, attrape la balle sous le bras et les regarde tour à tour, à se pavaner avec leurs t-shirts d'équipe nationale, patriotiques jusque dans les fibres de leurs fringues – et vu le prix des maillots de foot, faut vraiment aimer son équipe pour investir là-dedans, si vous voulez mon avis. « Mmmh quelle mauvaise excuse, les embouteillages. » je lance à @Eyal avec un petit sourire et un regard complice, comprenant bien évidemment la référence directe à celle que je lui ai balancée hier, en arrivant avec quasiment un quart d'heure de retard à la salle de sports – par sa faute, indirectement, puisque après tout c'est lui qui m'a offert l'usage de son ancienne chambre, maintenant qu'il a déménagé dans les bras de sa chère et tendre. J'arque un peu un sourcil en entendant la réponse de @Claudio, pouffe de rire en secouant la tête, presque désabusé qu'il puisse dire ça. « Vaut mieux entendre ça plutôt qu'être sourd, mais quand même. » je lance en riant encore un peu. Ça va, comme je m'en doutais, ça commence déjà à être dans une ambiance assez bon enfant, et ça fait du bien. Pas de pression, comme quand on s'entraînait hier avec Eyal, ou qu'on s'est amusés à boxer au même endroit que celui qui est sur le point d'accueillir notre match, avec Claudio. Juste pour le plaisir du sport, et rien d'autre. Claudio récupère la balle que je gardais entre mes pieds depuis que j'ai laissé tomber mon sweat, histoire d'afficher fièrement les couleurs de mon pays, ma patrie, quand bien même ça n'est pas en foot que l'on retrouve nos meilleurs résultats sportifs. « Si tu veux mon avis, il y croit à fond, donc c'est malheureusement à nous de créer la désillusion et de le faire revenir sur Terre. » Même si ça fait des années que je n'ai pas réellement joué au foot, en dehors de mon neveu et de ma nièce, les enfants de mon frère. Mais ça n'est évidemment pas un jeu comme celui que l'on s'apprête à lancer maintenant, et je me demande un peu si je vais réussir à reprendre mes compétences de quand j'étais un peu plus jeune – et à chaque fois que je me fais cette remarque, je me prends un petit coup de vieux. Je me marre tranquillement à la remarque d'Eyal, sans trop me la ramener non plus histoire que ça ne retombe pas sur mon pays ou sur moi, et je m'approche de Claudio pour frapper un coup dans la balle et, même si on ne sait pas trop comment tourner ça, pour la mettre en jeu.

_________________
I PROMISE YOU, I'LL MAKE IT UP TO YOU
“Arrivé devant une longue plaque de verglas sur le trottoir, il hésite un instant puis, au lieu de la contourner, s’élança dessus, les bras écartés afin d’assurer son équilibre. Comme un gosse. Parvenu au bout sans encombre, il sourit aux étoiles” (DENNIS LEHANE)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : silvia
MESSAGES : 841
AVATAR : @vclove
ÂGE : 25
LOCALISATION : paraty, brasil
MÉTIER : surfeur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: zéro pointé
ASPIRATION: compétition
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: [JEU - 09:48] where we belong.   Jeu 26 Oct - 1:14

les mecs vous êtes badants avec vos embouteillages, on dirait presque un nom de code sexuel je souffle en me marrant, purement provoc'. j'agite un peu les bras comme pour dire allez stop au blabla et on joue. parce que moi quand j'ai envie de foot c'est genre tout de suite. j'veux taper dans la balle, courir, jouer des épaules, dribbler, tirer fort, me faire catapulter sur le sable. bref, tous ces petits plaisirs qui rendent un match de beachsoccer tout ce qu'il y a de plus parfait. c'est pas pour rien que c'est le deuxième sport national chez moi, après le botox. je me sens en pleine forme ce matin, c'est le contrecoup de mon insomnie de hier. toujours la même affaire, moins d'heures dormies et plus je suis excité. je sais aussi qu'aux alentours de midi je vais me taper une sérieuse descente et qu'il faudra pas m'emmerder à ce moment là. la sixième étoile arrive en 2018, querido je souris avant d'embrasser l'écusson de mon maillot et choper la balle à bugi. il m'en faut pas plus pour les provoquer un peu, balle au pied. je file assez vite face au but fictif qui a été installé plus loin, entre un arbuste de plage et le sweat de bugi. puis je les sens qui débarquent, les deux. ils me rattrapent, quand eyal frappe par la droite bugi m'accroche par la gauche. je résiste un peu, jouant de mon passement de jambes rapide, avant d'abdiquer au énième décalage d'eyal qui me bloque avec son épaule. j'me marre avant de courir vers le but pour prendre la place du goal tandis que bugi attaque eyal. yeux rivés vers la balle je rate néanmoins pas les ombres d'@abbi et @elham que je vois se poser un peu plus loin. ça me faire rire parce que je crois bien qu'elham n'aime pas vraiment le foot, et je vois d'ici sa gueule blaseé. abbi aussi elle nous regarde d'un air mauvais, d'ailleurs. je crois qu'elle aime pas te voir perdre je glisse à @eyal tout en incitant @bugi à le tacler pour récupérer la balle. c'est bon enfant et c'est aussi combattu, tout ce que j'aime dans ce sport dont on efface parfois l'âme sous prétexte des dérives budgétaires. mais au fond, qui réunit mieux que le foot un écossais, un espagnol et un brésilien ?

_________________

mais ça les gens apprécient pas,
ils disent qu'il faut rester au pas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9185-eyal 

PSEUDO : mischief insane.
PRÉNOM : charlotte.
COMPTES : maxyne, isaac, ismaël, alfie, angy, elden, wes.
MESSAGES : 1038
AVATAR : marwan kenzari.
ÂGE : 32
LOCALISATION : madrid, esp.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 59 275£.
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: [JEU - 09:48] where we belong.   Ven 27 Oct - 5:02

Ça n'était peut être pas la Liga, mais ce match avec Bugi et Claudio serait pour Eyal une vraie bouffée d'air frais après plusieurs semaines à s'enfermer chaque matin entre les murs de la salle de sport pour pédaler, courir ou soulever de la fonte. Ce dont il avait besoin, c'était de retrouver le coté convivial propre au sport tel qu'il l'aimait, parce que si chez lui ça n'était jamais évident de convertir ses colocataires à l'effort physique et que c'est seul qu'il se rendait le plus souvent à la salle – et pour cause, il ouvrait généralement les yeux à une heure où tout le monde roupillait encore profondément – ici c'était différent puisqu'ils vivaient globalement selon un même rythme et que ça facilitait ce genre de rassemblements. Bien sûr, ses matinées fitness avec Abbi étaient déjà un très bon moyen d'allier l'utile à l'agréable et de casser la routine, mais Eyal était un amoureux du ballon rond qui avait aussi parfois besoin de se défouler en courant après une balle, même sans enjeu, et même si un match à trois n'était pas la combinaison la plus pratique qui soit. Au sujet de cette histoire d'embouteillages, en tout cas, Bugi et lui partageaient ce qui ressemblait à une « private joke », en référence à leur échange d'hier et à l'excuse avancée par l'écossais pour justifier son retard. La remarque de Claudio lui fit émettre un rire. « Pourquoi 'presque' ? » Petit regard ambigu, l'air de dire qu'après tout c'était peut être aussi équivoque que ça en avait l'air, ce qui n'étonnerait sûrement pas le brésilien, qui avait déjà eu un petit aperçu de son humour la semaine passée, dans la cuisine. Ce qui est sûr, c'est que @Claudio voyait déjà sa patrie remporter la prochaine Coupe du Monde, sous le regard rieur d'un Eyal beaucoup trop taquin pour résister à l'envie de le provoquer. « Je suis sûr que tu te dis ça à chaque fois. Mais t'as raison, c'est beau d'avoir des rêves. » Et puis, il était attendrissant avec son écusson qu'il n'hésitait pas à embrasser, aussi patriote que l'espagnol quand il était question de football. A la réflexion de @Bugi, il hocha solennellement la tête, les lèvres pincées. « J'en ai peur, oui. Mais uniquement parce que c'est dans son intérêt, bien sûr. » Bien entendu, loin d'eux l'idée de lui rafler la victoire pour pouvoir parader à travers tout le château avec une médaille en chocolat – trêve de plaisanterie, ils n'avaient même pas parlé récompense. La partie put en tout cas commencer, avec un Claudio très en forme qui se montra agile avec la balle, réveillant l'instinct compétiteur de ses deux co-équipiers, parce que rappelons-le, ils avaient tous les trois une même vision du jeu, qu'il se joue à l'échelle de l'aventure ou sur un terrain improvisé. Bugi et lui titillèrent le brésilien, l'espagnol n'hésitant pas à user de quelques petits coups d'épaule pour finalement s'imposer et faire main basse sur le ballon, parce qu'après tout on disait bien du foot que c'était un sport de gentlemen pratiqué par des brutes, non ? Pas sûr que ce soit son avis sur la question, en tout cas Eyal sentit bientôt Bugi le tâtonner, se presser contre lui et la balle, et ce pile au moment où Claudio attira son attention sur l'arrivée quasi indétectable d'@Abbi et @Elham, à plusieurs dizaines de mètres de là. Les lèvres de l'espagnol s'étirèrent à l'idée qu'Abbi ait sûrement voulu se faire sa première supportrice, et il profita de l'avoir dans son champ de vision pour continuer de promener le ballon et lui faire signe, riant à la remarque du brésilien. « Raison de plus pour vous mettre une... » Mais il n'eut pas le temps de finir qu'il sentit @Bugi profiter de cette courte parenthèse pour re-filer droit sur lui et freiner sa progression. « Avoue @Claudio, t'as voulu me déconcentrer, tu m'étonnes que vous gagniez souvent la Coupe avec ces méthodes-là ! » Il lança, rieur, à l'intention de son camarade maintenant installé comme gardien. Bugi allait récupérer la balle, et au fond Claudio tiendrait sans doute autant que lui à ne pas le laisser prendre de l'avance sous les yeux de leur public, qu'aucun d'eux ne comptait sûrement décevoir.

_________________
    losing is only a sign
    that you really tried.
    forever trading places with the same old me, im racking up the cases of who i failed to be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9178-bugi 

PSEUDO : kidd.
PRÉNOM : faustine.
COMPTES : es el primero.
MESSAGES : 3663
AVATAR : jack o'connell.
ÂGE : 30
LOCALISATION : kirkcaldy, scotland.
MÉTIER : glass-blower.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 30 000£
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: [JEU - 09:48] where we belong.   Sam 28 Oct - 16:22

À la remarque de @Claudio, je ne peux pas m'empêcher de rire un peu, encore plus quand Eyal prend la main pour lui répondre. « @Eyal, évite de dévoiler au grand public nos occupations privées, je te prie. » Regard complice en direction autant de l'espagnol que du brésilien, qui doit sans doute s'imaginer que derrière la private joke, il y a beaucoup plus qu'en réalité, je réponds au geste de la main de Claudio en acquiesçant. On commence à jouer assez rapidement, Claudio avec la balle au pied, qui s'en sort franchement pas mal. Mais c'est pas vraiment une surprise : il a la tête – et le corps – du mec doué en sports, et pas seulement qu'un. On n'imagine pas un type comme lui se poser et ne plus rien faire comme activité physique, encore moins quand on a l'occasion de partager son quotidien, comme ça. Un peu comme Eyal : ça se voit pour lui aussi que l'activité physique prime, suffit simplement qu'il retire son t-shirt pour qu'on le remarque de façon complètement évidente. Moi ? Je sais que je suis un peu l'outsider en matière de sports dans notre un contre un contre un. C'est pas faute d'en faire, pourtant. En plus de la boxe depuis plus de la moitié de ma vie, j'ai souvent tapé le ballon, et j'ai même eu ma période « rugby » avec mes potes. Mais j'ai le désavantage du souffle, et j'ai pas grand espoir de gagner notre match. Tant pis, je suis pas là que pour ça, ce matin. Je secoue un peu la tête à la nouvelle remarque de Cla, en pouffant de rire. « Le trop-plein d'assurance, c'est pas une façon de cacher le manque de confiance, ça ? » Mh, j'ai entendu parler d'un truc du genre. Je lui lance un regard complice, alors qu'il me choppe la balle après avoir balancé un baiser sur l'écusson de son maillot. Je roule des yeux, tourne la tête vers @Eyal. « Bien sûr, rien d'autre. » J'acquiesce solennellement, et me remets à courir après le ballon, alors que la partie commence vraiment. Eyal récupère la balle, et je remonte vers lui pour tenter de la lui reprendre, donnant quelques coups d'épaule et tendant les jambes pour frapper notre accessoire de jeu. L'espagnol qui se laisse distraire par l'arrivée de sa chère et tendre et de celle de Claudio, un peu plus loin sur la plage. Profitant de son inadvertance, je tape un coup dans la balle pour la faire quitter ses pieds et la récupérer entre les miens. Je les laisse parler entre eux, me frayant mon chemin plus en discrétion qu'eux, et remonte finalement jusqu'aux buts nouvellement créés, dans lesquels @Claudio se tient. D'un coup de pied, je tire et, à peu de chose près, manque de rater mon but grâce aux réflexes du brésilien. Pourtant, la balle rentre et, sourire narquois aux lèvres, je lance un regard à mes deux comparses. « Deux filles, et vous voilà déconcentrés. C'est triste à constater, mais c'est bien connu : la chair est faible. » Je donne un petit coup, tour à tour, dans l'épaule de Claudio puis dans celle d'Eyal, attendant la remise en jeu de notre balle.

_________________
I PROMISE YOU, I'LL MAKE IT UP TO YOU
“Arrivé devant une longue plaque de verglas sur le trottoir, il hésite un instant puis, au lieu de la contourner, s’élança dessus, les bras écartés afin d’assurer son équilibre. Comme un gosse. Parvenu au bout sans encombre, il sourit aux étoiles” (DENNIS LEHANE)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : silvia
MESSAGES : 841
AVATAR : @vclove
ÂGE : 25
LOCALISATION : paraty, brasil
MÉTIER : surfeur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: zéro pointé
ASPIRATION: compétition
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: [JEU - 09:48] where we belong.   Sam 28 Oct - 20:16

je me marre en haussant un sourcil l'air de dire ptits cons quand ils continuent avec leurs faux sous-entendus. pas le temps de niaiser, j'ai décidé de laminer les bro ce matin au foot. j'ai cinq titres de champion du monde sur mon torse et toutes les chances de remporter le sixième en juillet 2018, donc j'abuse sans gêne de mon esprit patriotique et je les provoque comme il faut. après tout, neymar ne serait pas neymar s'il n'avait pas sa condescendance de mec certain de ses capacités. le mec est un petit génie la balle aux pieds et à lui seul il peut te mener son équipe nationale. moi ce gars je le trouve hyper bon, mais je lui préfère aussi la classe et la discrétion du diable dont je porte le nom sur mon dos. un maître d'orchestre, qui te lance des balles sorties de nulle part, en trois placement de pied bam il te la glisse dans une lucarne inimaginable. ça me transcende. et du coup je me lance, pendant qu'ils blablatent, parce que j'ai envie de jouer, parce que le foot ça fait ressortir tout mon esprit de compétiteur, ma niaque de victoire, mon innocence d'enfant et mon insolence de sportif. c'est LE sport, par définition, qui unit les peuple et qui peut lancer une troisième guerre mondiale. mépris, insultes et même violence, auprès des hooligans ou sur les réseaux sociaux. un phénomène sociologique assez fascinant que je me contenterai de laisser de côté ce matin. parce que sur ce terrain improvisé, avec nos trois maillots aux couleurs éloignées, on n'a qu'une envie : se marrer. au final, on joue pour la même équipe, et c'est pas le nombre de buts qui va nous diviser (même si je compte bien leur rappeler ma victoire si elle est effective). je finis quand même par me faire dégommer par @eyal et du coup je me place au goal, parce qu'il en faut bien un et que je m'en balance un peu de marquer le premier but. quand tu vois un mec comme gigi buffon tu te rends compte que le prestige du gardien a toute sa légitimité. et puis à trois il faut bien qu'on trouve un terrain d'entente pour faire avancer le match. j'annonce à @eyal que sa zouz le dévisage de loin et il se fait aussitôt choper le ballon par @bugi dommage mec je voulais juste te permettre de faire ton beau je le charrie et je me reconcentre sur la balle que tient @bugi entre ses pieds. il arque, marque son angle et tire. je me lance en hauteur sur la droite, main tendue et dévie la balle du bout de mes doigts avant de m'écraser sur le sable. doux sentiment de défaite confirmé par le sourire aux lèvres de @bugi absolument pas, elle était en-dehors du cadre, pas vrai @eyal? je lance d'un air assez assuré, conscient que sur un malentendu ça peut passer. parce qu'au final, des buts délimités par des sweat c'est pas très quali. et en l'occurence personne ne peut nous certifier la hauteur réglementaire des cages. tout sourire je tape mes mains pour enlever le sable qui couvre déjà mes bras et puis je retourne au centre, posant mes mains sur les épaules de @bugi pour le pousser vers les cages vu que t'as raté ton but c'est à toi d'être goal je sifflotte, clairement façon petit con eh je passe une main devant les yeux de l'espagnol tu peux aller lui faire un bisou à ta dulcinée si tu penses que ça va te donner des forces, j'hausse un sourcil en tenant la balle de la pointe du pied, prêt à la lui lancer pour l'engagement.

_________________

mais ça les gens apprécient pas,
ils disent qu'il faut rester au pas
Revenir en haut Aller en bas
 

[JEU - 09:48] where we belong.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: domaine quincy-clifford : niveau 0 - extérieur :: plage-
Sauter vers: