confessions aux p'tits oignons (Bugi - Dimanche ; 16h30)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9177-alessia 

PSEUDO : calistouille
PRÉNOM : laurie
MESSAGES : 2403
AVATAR : dasha sidorchuk
ÂGE : 25
LOCALISATION : Kingtson
MÉTIER : future ex-serveuse dans un bar à pervers
ÉTAT D'ESPRIT : Nothing to wear


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 6000£
ASPIRATION: succès
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: confessions aux p'tits oignons (Bugi - Dimanche ; 16h30)   Lun 13 Nov - 14:04

Je tente de lui faire abandonner son projet d’abandon mais ça n’a pas l’air de marcher. Ma présence pourrait carrément le faire arrêter d’imaginer. Quoi, je fais si peur que ça ? J’ai une nouvelle moue un peu boudeuse quand il se met à ajouter un truc. Il me faut bien quelques secondes avant d’analyser la phrase et une fois que c’est fait, je lève d’un seul coup mes yeux sur lui, aussi rond que des billes alors que mon sourire transperce mon visage. « oh mais ouiiiiiiiii, vous avez du teeeeemps, beaucoup de teeeemps ! Je dirais même toute la viiiiiiie » huhuhuuuu je sais pas s’il l’a fait exprès ou non mais en tout cas j’ai vu ce que tu as fait làààà petit padawaaaan et c’est trooooop mignon, j’suis à deux doigts de glousser comme une idiote tellement que c’est trop mignon j’vous jure. Ce qui est moins mignon par conte c’est l’action qu’il me propose, non mais genre, 50 pompes, quoi. Il vit dans ses rêves, le Bugou, c’est pas possible ! Ca ou alors il est naïf. Je lui réponds dans une grimace et en lui tirant la langue quand il remarque qu’il se la jouerait grand roméo quand moi je me la jouerais rocky balboa puis je passe aux choses sérieuses et entre dans ma phase de négociations de l’extrème. Qui n’auront duré très longtemps puisque je fais direct mouche. Je lui révèle donc cette grande honte qu'a été ma déclaration involontaire et bon au moins Bugou aura eu le mérite de me faire rire à supposer qu’il pourrait ne pas comprendre l’italien. S’en est presque mignon. « te quiero se dit aussi, mais c’est moins fort qu’un te amo. Si on devait lui trouver un équivalent, ça se rapporterait plus à “tu me plais” ou “je t’aime bien” qu’au véritable “je t’aime” qu’est te amo, tu vois » j’ai faillis rajouter d’autres infos mais je me retiens, me disant que si je me trouvais face à mes amis du dehors, ceux-ci s’exclameraient très certainement qu’Hermione est de retour. Quoi qu’il en soit, Bugi semble persuadé qu’il n’a pas entendu ce que j’ai pu lui dire, alors que moi « mon instinct me dis que si » alors ouais, ça lui semblera très certainement très con, d’autant plus que je suis pas forcément ce qu’on peut appeler une instinctive vu comment j’suis capable de me monter la tête pour le moindre petit truc, mais là, pour le coup, il semble s’être réveillé. « mais bon » je soupire un peu parce que de toute façon ce qui est fait est fait malheureusement et vu qu’il est hors de question de le demander à Rico je suppose que c’est une question qui restera sans réponse. Et puis bon de toute façon je sais déjà que lui n’est pas amoureux de moi. Peut-être pourrait-il me dire te quiero, mais te amo ? No way. Bugi lui encore une fois n’a pas l’air de cet avis et après une légère moue, je finis par froncer un sourcil un peu circonspect. « pourquoi t’en a l’air aussi certain ? Vous… vous en avez parlé ? » j’ai un peu mon coeur qui bat fort quand je prononce ces mots parce qu’il faut bien avouer que c’est un peu suspect, là, le Bugou qui défend bec et ongle ces idées là alors qu’au final, y’a aucun moyen de le savoir… a moins d’avoir eu un aperçu direct de la tête de l'intéressé. Quoi qu’il en soit, maintenant, c’est à mon tour de poser ma question et c’est celle qui m’avait de base donné l’idée de ce jeu qui traverse enfin la barrière de mes lèvres. Mais Bugou est pas très chaud pour les détails croustillants, et il ne m’apprends rien de plus que ce que Youyoune m’avait déjà appris, je suis déçue, mais bon, c’est pas grave, va. « t’as pas besoin de me dire grand chose va, ta tête parle pour toi » eh oui Bugou parfois les mots ne sont pas les réponses les plus parlante et ta p’tite mine béate en est la preuve flagrante héhéhé. « mais tu aurais au moins pu me donner ne serait-ce qu’un p’tit détail croustillant, quoi. C’est quand même grace à moi, qu’il s’est créé, ce fameux nid d’amour » je balance ça comme ça en toute innocence, dans un léger haussement d’épaule. « parce que le Youyoune s’il t’a offert sa chambre c’est parce que moi j’ai proposé à Rico de venir s’installer dans la mienne » héhéhéhé j’suis sûre qu’il avait même pas fait le rapprochement et un beau sourire goguenard s’invite sur mes lèvres, impatiente de voir sa réaction. Eh ouais mon pote « dites merci à tata Alessia » elle le mérite bien. A son tour de me poser la question et ça m’étonnes de le voir s’écarter de son sujet préféré, dis donc. Mon secret, hein ? C’est bien la première fois qu’on me pose cette question. « Oh, non, j’en avais un. C’est qu’une fois arrivée qu’on m’a appris que finalement j’en aurais un autre. Et parfois je me dis que c’est peut-être pas plus mal, au final. Parce que mon secret de base, c’est… c’est un peu aussi mon secret dans la vraie vie. Comme je partais du principe que j’allais mourir, je… je voulais tout réveler. Pour pouvoir vivre pleinement le temps qu’il m’aurait resté après, sans plus aucune cachotteries. Mais, bon, maintenant que je compte pas clamser… » ah c’est sûr que du coup ça me fait me poser des questions. Est-ce que je dois le dire, est-ce que ça doit rester un secret ? J’en sais rien, mais après, je dois quand même avouer une chose « d’un autre côté je veux pas vivre comme ça dans le mensonge toute ma vie » je soupire, à m’en fendre l’âme, et j’ai presque de l’urticaire à m’imaginer vivre avec ça enfoui dans un coin de ma tête jusqu’à 90 balai. Parce que je suppose que d’avoir envisagé de le révéler au grand jour m’a donné envie de le faire, et ce, même malgré l’annulation de ma mort prochaine. « j’veux dire, avant, je comprenais, c’était pour mon bien, mais maintenant c’est bon, qu’on aille pas me dire que y’a encore des risques » je grommelle un peu dans ma barbe, sourcils froncés, shootant dans des cailloux à mes pieds. Comme une enfant qu’on vient de punir. Parce qu’au final, c’est un peu le cas. Mon secret, c’est une punition. Une punition qui dure depuis plus de dix ans. « comment tu vois ta vie dans dix ans ? » je lâche dans un petit sourire. Une question qui semble gentille et innocente mais qui pourrait tout de même être révélatrice, dans le fond. Eh ouais monsieur “on a le temps” j’t’ai vu venir, l’oublie pas ! « Véritééééééé » en fait, autant dire qu’on joue à vérité vérité, à ce train là. Mais c’est amusant, au final.

_________________

what if it's us, and only us... and what came before won't count anymore or matter. Can we try that ? What if it's you, and what if it's me, and what if that's all that we need it to be And the rest of the world falls away

WHAT DO YOU SAY ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9178-bugi 

PSEUDO : kidd.
PRÉNOM : faustine.
COMPTES : es el primero.
MESSAGES : 3663
AVATAR : jack o'connell.
ÂGE : 30
LOCALISATION : kirkcaldy, scotland.
MÉTIER : glass-blower.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 30 000£
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: confessions aux p'tits oignons (Bugi - Dimanche ; 16h30)   Mer 15 Nov - 1:02

Au final, ça ne m'étonne pas tant que ça qu'elle capte le sens pas si caché de mon affirmation, alors que je lance un regard en coin dans sa direction, un petit sourire accroché aux lèvres. « T'exagères pas un peu, quand même ? » Parce qu'on a beau dire ce qu'on veut, si j'arrive à me projeter plus loin avec Achille pour l'instant, ça n'est pas pour autant que je fais des plans sur la comète en tentant de préparer toute ma vie à l'avance. Je ne sais pas ce qui nous attend, et peut-être même que je n'ai pas envie de le savoir à l'avance pour ne pas que ça m'influence, alors évidemment que c'est exagéré, son histoire de « toute la vie ». Pour autant, je ne perds pas mon sourire, léger, tranquille, et tire sur ma cigarette en lui jetant une nouvelle œillade en biais. « Mais oui, je considère qu'on a du temps. » Je n'en dis pas plus. Comme à mon habitude, j'ai envie de garder pour moi les détails les plus intimes, comme le fait que je lui ai avoué que je l'aimais. Je me dis qu'il y a des risques que ça sorte au prime à un moment donné, puisqu'après tout, tout finit toujours par se savoir entre les murs du château, et ça pourrait du coup lui faire une nouvelle surprise. Un peu comme la dernière fois et le baiser, même si j'espère qu'elle ne le prendra pas si mal qu'à ce moment-là. Je ménage et prépare mes révélations. Par contre, je l'imagine déjà sans mal me faire, dans ce cas de figure, la même grimace que celle qu'elle me sort maintenant quand je lui parle de me faire des pompes, puisqu'elle a tant que ça l'envie de bouger qui... comme par hasard, se fait la malle maintenant. C'est là qu'elle me sort l'histoire avec Harrison, son « je t'aime » en italien, et que j'évoque dans un premier temps la possibilité d'une incompréhension de sa part, et qu'elle a l'air de se foutre de ma gueule. Je ne me retiens pas plus longtemps et lui mets une petite tape derrière le crâne pour lui rappeler de respecter un peu ses aînés, en souriant quand même doucement. « Bon, tu me parles de tes histoires de cœur ou tu me donnes des cours de linguistique ? » J'arque un sourcil en la détaillant quelques secondes, avant de tirer à nouveau sur ma cigarette et de détourner la tête pour éviter de lui souffler la fumée au visage. Finalement, je me mets à rire quand elle me parle de son instinct qui lui dit que si, ça n'est pas réciproque, qu'il a entendu, qu'il fait exprès de ne pas lui parler, etc. « Vous avez tellement une sale tendance à parler à tort et à travers de votre instinct, vous, les filles qui vous prenez la tête pour un rien. Je suis sorti avec une nana qui était un peu comme toi dans son mode de pensée, ça s'arrêtait jamais, et elle se prétendait instinctive quand ça l'arrangeait et qu'elle ne voulait pas admettre qu'elle réfléchissait simplement beaucoup trop pour être objective sur la situation. » Tout ça, ça remonte à il y a quelques années, pourtant je me rappelle très bien de cette façon qu'elle avait de tout calculer, de tout prendre en compte et d'essayer de décortiquer les faits et gestes de tout le monde pour tenter de comprendre ce qu'elle n'avait tout simplement pas à comprendre. J'étais, à l'époque, son principal cobaye sur cette question et chaque attention que j'avais pour elle était analysée à un moment donné. Tu parles d'un instinct. « Je suis une tombe. » je me contente enfin de répondre, quand elle me questionne sur une potentielle discussion avec Harrison, un sourire goguenard sur le visage. Ce serait beaucoup trop facile de lâcher l'info comme ça, et je n'ai pas non plus l'habitude d'aller balancer mes conversations privées avec les autres. Je la laisse dévier, du coup, et me poser une nouvelle question sur ma relation avec Achille, que j'accueille finalement avec un sourire, encore une fois. « Je plaide coupable. » je concède face à la remarque sur ma tête, un peu difficile à nier de toute façon, je pense. Pour le reste, je souffle un peu, amusé, en la regardant. « Je suis au courant des manips, j'en ai même parlé à Britta la semaine dernière, si tu veux tout savoir. » Sourire en coin. Mais c'est vraiment que je n'ai pas franchement pensé à remercier toutes les personnes qui ont changé de chambres pour qu'on puisse s'en trouver une aussi. Alors, pour le faire à ma façon, je finis par souffler à voix un peu plus basse : « je sais pas si c'est croustillant, mais c'est toujours moi qui m'endors en premier, parce qu'il me fait des papouilles et que ça me berce. » Je garde un instant les yeux rivés devant moi, puis je serre doucement mon poing et l'abat, encore une fois avec ménagement, contre son épaule, comme j'aurais pu le faire avec Fiona. « Merci la naine. » Elle prend trop à cœur son rôle autoproclamé de tata Alessia, alors je décide la faire revenir un peu sur Terre et de lui rappeler, d'une certaine façon, qu'elle a quand même cinq ans de moins que moi ; ça ne tient pas tellement la route. Mais mon sourire, je le perds un peu en entendant le début de l'explication sur son secret. La tête légèrement penchée sur le côté, je la détaille en fronçant un peu les sourcils. « C'est si grave que ça ? » L'espace d'un instant, je me demande si je dois lui demander de m'expliquer ou si, au contraire, il vaudrait mieux attendre de pouvoir parler sans caméras, sans micros, plus tranquillement qu'on ne l'est ici pour l'instant. Marquant une pause de quelques secondes, je finis par demander : « t'es sûre que tu ne risques absolument rien si tu m'expliques ? » J'espère que ça n'est pas encore une de ses blagues, parce que si elle  se met à rire à gorge déployée comme elle a l'habitude de le faire, je vais l'attraper par les cheveux et lui mettre la tête sous l'eau, à cause des questions qui commencent déjà à se pointer dans mon esprit à ce propos. Je préfère malgré tout ne pas prendre de risque autre que celui de me faire avoir à trop être rentré dans son jeu et lui demander quand même si elle est sûr que le danger qu'elle a apparemment couru a disparu. Je soupire finalement un peu, tire une dernière taffe sur ma cigarette avant de faire mon petit rituel avec le mégot pour ne pas le jeter parterre, arquant les sourcils face à sa question. « Je fais pas des plans aussi larges. Si tu m'avais demandé ça il y a dix ans, je t'aurais pas dit que je me voyais dans une téléréalité, à faire mon coming-out. Je saurais vraiment pas te dire, pour le coup. » Je la regarde avec une légère moue, un peu désolé, avant de me mettre à réfléchir à la question que je pourrais lui poser, avant de me prendre une révélation. « C'est quoi le premier truc que tu feras en sortant d'ici ? » Pour la suite, je ne prends même plus la peine de préciser ce que je choisis d'action ou de vérité, et je me contente de lui faire un léger signe de la main pour lui dire d'enchaîner.

_________________
I PROMISE YOU, I'LL MAKE IT UP TO YOU
“Arrivé devant une longue plaque de verglas sur le trottoir, il hésite un instant puis, au lieu de la contourner, s’élança dessus, les bras écartés afin d’assurer son équilibre. Comme un gosse. Parvenu au bout sans encombre, il sourit aux étoiles” (DENNIS LEHANE)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9177-alessia 

PSEUDO : calistouille
PRÉNOM : laurie
MESSAGES : 2403
AVATAR : dasha sidorchuk
ÂGE : 25
LOCALISATION : Kingtson
MÉTIER : future ex-serveuse dans un bar à pervers
ÉTAT D'ESPRIT : Nothing to wear


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 6000£
ASPIRATION: succès
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: confessions aux p'tits oignons (Bugi - Dimanche ; 16h30)   Jeu 16 Nov - 23:17

Ils sont troooop mignon Bugi et Achille dans leur p’tite histire du love, alors évidemment que non j’exagère pas quand je parle de toute la vie non mais dis ! Prace que bon, qu’est-ce qui les en empêcherait, hein, hein ? A ce que je sache, rien ! D’ailleurs, surtout parce que j’ai envie de le taquiner encore un peu, je ne tarde pas à répliquer à Bugou, poings sur les hanches et petit air réprobateur sur la face « comment ça j’exagère ? Tu comptais le quitter au bout de trois ans, c’est ça ? fait gaffe à tes fesses, toi ! » Eh ouais, comme si j’allais laisser passer ça ! Qu’est-ce qu’il a cru, hein ? Qu’il allait pouvoir briser le pauvre petit coeur de mon Pumbaa adoré impunément ? Bien sûr que non ; y’en a qui surveillent et j’en fais partie - pour ne pas dire que je suis carrément en tête de course de la surveillance ! Mais bon en tout cas c’est trop meugnon quand même et comme je comprends qu’il va pas m’en dire plus -pour l’instant !!!!- de ce côté là, je me contente de jouer de mes sourcils dans un sourire goguenard tout en lui donnant des coups de coude d’un air foutrement entendu et volontairement lourd. Parce que je sais que ça va le blaser, et ça en devient donc trop drôle. Mais c’est à son tour de se foutre de ma poire quand je lui avoue finalement ce que j’ai dis sans faire exprès à Harrison. Oh oui ça le fait bien se marrer le salopiaud. Mais bon je ris un peu aussi au final parce que c’est presque mignon comme il pensait que Rico allait pas comprendre sous prétexte que je l’ai dis en italien, alors que “je t’aime” se dit quasiment de la même manière en espagnol, portugais et italien. « Mais c’est toiiiiii qu’a posé la question ! » je rétorque en riant quand monsieur me fait sa remarque sur mon explication linguistique. C’est un truc qui m’arrive souvent ça ; on me pose une question et après on me chambre parce que je réponds. Faudra penser à m’expliquer un jour parce que franchement je comprends pas, d’autant plus que j’ai pas dis tout ce que j’aurais pu dire, non mais. « mon instinct me dit aussi de te dire crotte » j’ajoute petit sourire au lèvre quand il me parle de notre manie “a nous les filles catégorie prise de tête”. « en fait il a même dit un autre mot mais bon Throwne Dice est un programme tout public, tu comprends »c’est pas vrai bien sûr, j’suis pas tellement “celle qui murmurait à l’oreil de l’instinct” mais bon j’avais envie, d’une parce que j’aurais pas tellement su quoi dire d’autre et puis surtout, de deux, parce que c’est drôle. Et si ça c’est pas les meilleurs arguments du monde. En tout cas ça me semble bizarre que le Bugou soit tellement ancré dans ses idées, comme s’il savait quelque chose. Du coup je l’interroge et… « haaaaaaan » bingo, sa réponse donne plus aucun doute :«  vous avez parlé de ça » Dio mio. J’ai les yeux rond comme des billes et je sens que je commence à plus tenir en place, j’ai mon corps tout entier qui me hurle de sauter partout. Parce que je veux trop savoir ce qu’ils se sont dit. Maintenant que je sais qu’il pourrait avoir des infos, j’vous jure, y’a ma case curiosité qui s’est allumée si fort dans mon esprit que c’est limite l’alerte rouge dans mon cerveau. « si tu me dis pas ce que vous avez dis j’te jure ma tête va exploser c’est la surchauffe de pensées là c’est pas beau à voir » je pense, s’il devait y avoir une manière musicale d’exprimer l’état de mes pensées, il suffirait de se placer devant un piano et de tenter de jouer une mélodie mais avec sa tête. J’suis sûre que le résultat serait assez comparable. En plus il devrait d’autant plus me révéler tout ça que c’est quand même grâce à moi, de base, qu’il peut faire ses p’tites nuitées du love avec Chichille. Eh ouais. J’ai pas zappé, moi. Je lui fais d’ailleurs remarquer ça mais en fait je suis presque déçue ; il savait déjà l’info. Par contre le fait qu’il en ait parlé à Britta c’est trop drôle parce que « ooooooh moi aussi je lui ai diiiiiis ! » si ça c’est pas de la belle synchronisation de cerveau comme on les aime ! « tu vas voir que ça se trouve toutes nos infos l’autre lui a dis aussi » c’est à se demander pourquoi on ferait pas un brainstorming chaque semaine pour savoir qui dit quoi parce que sinon bonjour les infos en double. Et puis bien sûr après l’argent me reviendrait automatiquement parce que honneur aux dames, quoi. « OOOOOOOOOH » ok le Bugou il a réussi à me casser, 404 not found cerveau en voie de disparition. Il s'endort sous les papouilles c'est trop mignon « c'est trop chouuuuuuuu !!!! Et tu lui fais des papouilles aussi, j'espère ? » non parce que sinon pauvre Achille, quoi. Lui aussi il devrait pouvoir s'endormir comme ça. Sinon c'est trop triste pour lui. « naine toi même ! » ouais même que d’abord, j’suis pas une naine, nan mais dis donc pour qui tu te prend, hein hein hein ? Il est chou en tout cas le Bugou, je vois bien que ça l'inquiète mon p’tit teasing sur mon secret, du coup je vais tenter de le rassurer quand même, un peu. Brassant de l’air avec ma main, je réponds avec légerté « Mais noooon ça va, y’a pas non plus mort d’ho- » ah. zut. « euh- si, en fait » Ahem. « mais ça vaaaa, y’a prescription maintenant c’est plus si graaaave » mouais, bon. On repassera pour le côté rassurant. Mais c’est pas ma faute, j’avais pas pensé au côté littéral de l’expression, j’voulais juste dire que c’est pas la fin du monde, moi. et quand il me demande si je suis sûre que je ne risque absolument rien si je lui en parle, je ne peux empêcher un petit sourire amusé d’étirer le coin de mes lèvres. « “absolument”, bien grand mot… mais franchement, ça va, crois-moi. » ça va juste me faire très bizarre d’en parler. D’avouer ça. Mais allez, de but en blanc, c’est la meilleure manière de se lancer, hein. Et comme je ne puis m’empêcher de me moquer un peu de lui, je prends la mine la plus sérieuse dont je suis capable pour faire « mon secret c’est qu’en fait... » tadadaaam… « je m’appelle pas Alessia. » Je reste muette une ou deux petites secondes, avant de me marrer. Bon, au moins, j’aurais tenu quelques secondes. Et comme je sens que Bugi est en train de croire à la connerie et au fait que je le menais peut-être en bateau, j’ai un léger mouvement de recul, tout en levant les bras paumes face à lui « attends, attends, j’te jure j’me foutais pas de toi ! » j’me marre toujours quand je lui sors ça, mais finalement, j’arrive à me calmer « en fait, j’ai assisté à un meurtre en Italie. J’suis dans un programme de protection des témoins » et moi j’sors ça tout sourire, comme si je lui racontais ma journée, pépère. Il va vraiment me prendre pour une tarée. « mais ça va, ça fait deux ans que le gars est en taule, dans une prison super sécurisé au trou du cul de la cambrousse italienne, et il a écopé pour genre 100 ans » ouais, c’était pas tellement un chic type. Enfin bon quoi qu’il en soit, c’est à mon tour de poser la question et sa réponse me provoque une petite moue déçue. Parce qu’il peut même pas me répondre. « boooooh, pas drôle » alors oui certes je savais qu’il allait pas me faire un projet détaillé sur 5 paliers mais bon quand même, quoi. Et moi, la première chose que je ferais en sortant ? Facile. « j’irais faire pipi. » j’ai une p’tite vessie, après tout. En tout cas, malgré mon plus grand sourire, je sens que ma réponse ne passe pas, alors après un petit ricanement, j’ajoute « et ensuite je suppose que j’irais à l'hôpital ou je sais pas trop ou pour la chimio » tiens ça me fait penser que je connais même pas les procédures nécessaires. Ca va être du beau. J’me marre de nouveau quand il me fait son p’tit geste de main pour me dire d'enchaîner, je crois qu’en fait il a compris que derrière mon “action vérité” se cachait en réalité en “vérité vérité” hinhinhin. C’est bien, il a pas mis trop longtemps à me cramer, il commence à me connaître ! Je réfléchis un peu, et finalement, ça me vient comme un éclair de génie « Ca serait quoi pour toi, une journée parfaite ? » p’tit sourire aux lèvres, j’me prépare à imprimer mentalement chaque détail - en espérant que cette fois il y en ait - parce qu’il le sait pas encore, mais ça aussi c’est une question importante, hinhinhin.

_________________

what if it's us, and only us... and what came before won't count anymore or matter. Can we try that ? What if it's you, and what if it's me, and what if that's all that we need it to be And the rest of the world falls away

WHAT DO YOU SAY ?
Revenir en haut Aller en bas
 

confessions aux p'tits oignons (Bugi - Dimanche ; 16h30)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: domaine quincy-clifford : niveau 0 - extérieur :: plage-
Sauter vers: