Partagez
 

 l'orizzonte è verticale - domenica 10h25

Aller en bas 
AuteurMessage
Pierpaolo
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 698
AVATAR : Julian Morris
ÂGE : 35
LOCALISATION : Geneva, Switzerland
MÉTIER : Artisan joailler


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 34000£
AFFINITÉS:
l'orizzonte è verticale - domenica 10h25 Empty
MessageSujet: l'orizzonte è verticale - domenica 10h25   l'orizzonte è verticale - domenica 10h25 EmptyDim 31 Mar - 13:16

Il a passé une vingtaine de minutes à la chercher avant de la trouver. C'est agaçant. Pierpaolo n'a pas l'habitude de devoir mener une enquête pour voir @Judith, en général il doit être en capacité de repérer sa localisation au son. Un peu comme un dauphin et son écholocalisation, il a un sixième sens pour repérer où est sa femme, mais ce sixième sens semble un peu compromis depuis qu'ils vivent dans une bâtisse qui est plus grande qu'un hôtel de luxe. Avec le temps il s'y fera, il n'en doute pas. Il a passé une vingtaine de minutes à la chercher et maintenant qu'il la voit, il ne peut s'empêcher de sourire et de se dire que chaque seconde à pester contre les coins et recoins du palace valait la peine d'être bravée. « Mia cara. » murmure-t-il un sourire jusqu'aux oreilles alors qu'il la rejoint sur la balancelle et dépose un baiser sur ses lèvres. Ils ne se sont pas vus depuis la veille et si Pierpaolo espérait la trouver ce matin dans la salle à manger pour boire le café et manger un cornetto, mais il sait qu'elle n'a pas toujours un grand appétit de bon matin et ça ne l'a pas particulièrement surpris de ne pas la voir. Il a bien dormi, ça le met d'une humeur assez correcte, ce qui est décuplé par la présence de sa moitié. Les gens vont peut-être même finir par croire qu'il est agréable si ça continue. « Je te cherchais, t'as passé une bonne nuit ? » demande-t-il en la serrant contre lui, admirant la vue qu'offre la balancelle, il peut voir les gens marcher dans les différents coins du palace, s'il prêtait vraiment attention il pourrait même dire qui parle à qui et si leur conversation est de bon augure. Mais il n'a pas vraiment le cœur à ça quand Judith est avec lui et qu'il peut parler avec elle. « J'ai l'impressione d'être en colonie de vacances et d'être l'adulte responsable en charge de surveiller les bambini. » dit-il avec un petit rire qu'il ne réserve qu'à elle. Déjà parce qu'il est parmi les plus vieux, c'est évident, mais aussi parce qu'une bonne partie des candidats semblent juste être excités comme des puces à l'idée d'être là.

_________________

because the night belongs to lovers

Love is an angel disguised as lust
Here in our bed until the morning comes
Revenir en haut Aller en bas
Judith
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 489
AVATAR : margot robbie
ÂGE : 27
LOCALISATION : genève, suisse
MÉTIER : traductrice


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 15 500£
AFFINITÉS:
l'orizzonte è verticale - domenica 10h25 Empty
MessageSujet: Re: l'orizzonte è verticale - domenica 10h25   l'orizzonte è verticale - domenica 10h25 EmptyLun 1 Avr - 11:21

l'orizzonte è verticale
Dimanche, 10h25
@Pierpaolo

La vitesse à laquelle Judith a pris ses marques dans ce palais est remarquable et plutôt étonnante, quand on la connaît. Alors que la plupart des candidats dorment encore à poings fermés, elle a déjà petit déjeuné, fait le tour du propriétaire, et même mis un gâteau dans le four. Elle qui aime avoir un cadre et des repères, elle ne pourrait pas en être plus loin. Mais peut être que la nouveauté est son cadre, est son repère, et que cette palpitation temporaire suffit à la mettre à l’aise.
Assise sur la balancelle, elle ne peut retenir un bâillement alors qu’elle regarde les premiers commentaires du prime sur les réseaux sociaux. La nuit a été courte et particulièrement agitée, dans cette chambre et ce lit qu’elle ne connaît pas, près d’un homme qui n’est pas le sien.
« Mia cara. » Elle n’a pas besoin de lever la tête pour reconnaître la voir de @Pierpaolo, mais son sourire ne fait que s’étirer quand elle trouve son regard. Sans bouger, elle se laisse embrasser avant de murmurer : « ciao ! » Prise d’une vague de tranquillité qui vient calmer un stress qu’elle n’était pas consciente de ressentir, Judith glisse ses doigts contre l’avant-bras de son mari avant de ses laisser reposer, lovés entre les siens. « Je te cherchais, t'as passé une bonne nuit ? » Même si elle n’avait pas voulu dire la vérité, sa moue boudeuse la trahit. « Tu sais que je ne peux pas dormir toute seule… » Redescendant un peu plus bas sur la balancelle pour ajuster sa position, elle pose sa tête sur l’épaule de Pierpaolo en demandant : « Et toi, dans ta chambre de luxe ? » Elle est partagée entre l’once de jalousie qui l’habite et lui souhaite d’avoir, lui aussi, très mal dormi, aux côtés d’un candidat qui ronfle comme un camion, et l’espoir de le savoir content de sa situation. « Il est comment Jhoan ? » Elle a un peu entendu parler de lui, mais on ne peut jamais savoir si ce qui se raconte est vrai, ou non. « J'ai l'impressione d'être en colonie de vacances et d'être l'adulte responsable en charge de surveiller les bambini. » Faussement piquée, elle se redresse en demandant : « C’est moi la bambina? » La réponse est évidente. C’est bien sûr elle, la bambina, l’enfant qu’il va devoir surveiller à chaque heure du jour et de la nuit alors même qu’ils ont laissé leur fille en Suisse. « Tu m’en veux ? » Une question aussi ouverte ne laisse rien présager de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Pierpaolo
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 698
AVATAR : Julian Morris
ÂGE : 35
LOCALISATION : Geneva, Switzerland
MÉTIER : Artisan joailler


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 34000£
AFFINITÉS:
l'orizzonte è verticale - domenica 10h25 Empty
MessageSujet: Re: l'orizzonte è verticale - domenica 10h25   l'orizzonte è verticale - domenica 10h25 EmptyLun 1 Avr - 20:31

Elle lui semble parfaitement à sa place @Judith parmi la foule, parmi les candidats. Un poisson dans l'eau douce d'une rivière qui se fraie un chemin depuis les Alpes suisses pour regagner un plus grand cours d'eau. Et comme un courant ne vient jamais seul, elle l'emporte avec lui. Il n'a pas besoin de grand chose sinon de sa présence pour retrouver un sourire qu'il n'a jamais arboré dans le palace. La sentir se lover tout contre lui est le meilleur rappel de pourquoi il est là. Passer des semaines ou des mois sans elle ? C'est hors de question. Il n'aime même pas l'avoir hors de son champ de vision alors qu'ils vivent sous le même toit, c'est en partie pour ça qu'il s'inquiète de savoir si elle a réussi à dormir. Il sait à quel point elle peut être sensible au changement d'atmosphère et qu'elle dort mal sans lui. Qu'elle confirme cette réalité lui arrache une grimace et il caresse la peau de son bras du bout des doigts, pour l'apaiser. Il n'a rien d'autre à faire que ça pour lui apporter son soutien et il ne peut pas lui rendre les heures de sommeil qu'elle a perdues alors...  Il éclate de rire quand il entend dans la voix de Judith quelque chose de l'ordre du reproche ou de la jalousie. Évidemment, qu'elle va l'envier d'être dans la chambre la plus huppée alors qu'elle dort dans ce que la production considère comme les bas-fonds du palace. « Pas aussi bien que si tu avais été là. » murmure-t-il à son oreille d'un ton qui ne laisse pas douter de la véracité de ses propos. Elle sait qu'il ne ment pas, pas à elle, elle sait tout ce qu'il y a à savoir de lui et s'il lui venait l'idée de mentir, elle le saurait avant même qu'il n'ait fini sa phrase. Heureusement qu'ils peuvent se faire confiance, sinon elle le détruirait en un instant. Et il ne serait même pas amer.   « Bruyant, soprattutto, mais pas pénible. J'aurais pu avoir pire comme colocataire. Et Esaias ? » demande-t-il sans grand intérêt apporté à la personne qu'est le garçon. La seule chose qui intéresse Pierpaolo c'est l'impression de Judith, son ressenti, est-ce qu'elle l'apprécie et se sent à l'aise avec lui. Elle relève qu'il a appelé les autres candidats des enfants et il sourit avec tendresse. « Ovviamente ! Toi et, surtout, tous les autres. Je dois être l'un des trois plus vieux de tous les candidats ! » dit-il en soupirant. Il n'a pas encore eu l'occasion d'avoir des interactions avec tout le monde mais s'ils sont tous aussi énergiques que Jhoan, Pierpaolo va avoir envie de se taper la tête contre les murs d'ici deux jours. Il la serre un peu plus contre lui alors que ses pieds effleurent le sol et que d'un coup délicat il force la balancelle a continuer son mouvement de pendule. Elle s'inquiète  de savoir s'il lui en veut et Pierpaolo ferme les yeux. « Pas encore. » décide-t-il de répondre, parce que c'est la vérité, elle n'a pas encore dépassé les bornes, l'aventure ne lui pèse pas encore, même leur fille ne lui manque pas encore au point où il pourrait se montrer mordant envers la première personne qui oserait parler d'enfants. Pour l'instant, Pierpaolo est peut-être la personne la moins expansive du casting, mais il n'est pas malheureux. C'est déjà bien. « Perché, t'as des excuses à me présenter ? » demande-t-il quand même, histoire qu'ils puissent passer l'éponge sur ce qui pourrait peser sur la conscience de Jude.

_________________

because the night belongs to lovers

Love is an angel disguised as lust
Here in our bed until the morning comes
Revenir en haut Aller en bas
Judith
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 489
AVATAR : margot robbie
ÂGE : 27
LOCALISATION : genève, suisse
MÉTIER : traductrice


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 15 500£
AFFINITÉS:
l'orizzonte è verticale - domenica 10h25 Empty
MessageSujet: Re: l'orizzonte è verticale - domenica 10h25   l'orizzonte è verticale - domenica 10h25 EmptyMer 3 Avr - 12:01

« Pas aussi bien que si tu avais été là. » Trouve-t-elle une certaine forme de réconfort coupable en apprenant qu’il n’a pas dormi comme un bébé ? Oui, assurément, même si elle ne devrait pas. Après tout elle n’y gagne rien, et la logique voudrait qu’elle souhaite le meilleur pour Pierpaolo… Mais une part d’elle se réjouit de voir qu’ils sont dans le même bateau, réduits au même sort.
Curieuse, Judith l’interroge sur son colocataire, avec un peu d’appréhension dans la voix. Elle se doute que ce ne sera pas le grand amour entre les deux hommes, mais elle espère qu’ils pourront se tolérer ou ce début d’aventure promet d’être invivable. « Bruyant, soprattutto, mais pas pénible. J'aurais pu avoir pire comme colocataire. Et Esaias ? » C’est une réponse dont elle peut se satisfaire. Tant qu’il ne le déteste pas avec virulence, tout ira bien. En entendant le nom d’Esaias, elle se remémore aussitôt la scène de la veille et éclate de rire en répondant, sobrement : « Nu. » Malicieuse, elle attend quelques secondes avant de poursuivre, sachant pertinemment avoir piqué la curiosité de Pierpaolo. « Il avait oublié qu’il ne dormirait pas seul, et il s’est… mis à l’aise avant que je n’arrive. C’est ce qu’il m’a dit en tout cas. » Peut-être que c’était une tentative de naked man ratée, au final, elle n’a aucun moyen de le savoir. « Il a l’air marrant, et joueur. Sympa globalement. Mais pour le temps que je passe dans ma chambre, peu m’importe en fait. Si c’est pas toi, je m’en fous. »  
L’une des craintes que la blonde avait en arrivant ici se confirme déjà : l’italien ne se sent pas vraiment à sa place. « Ovviamente ! Toi et, surtout, tous les autres. Je dois être l'un des trois plus vieux de tous les candidats ! » Plutôt que se lancer dans un discours mélodramatique, elle préfère jouer la carte de l’humour – et de la vérité – en disant, un sourire aux lèvres : « Mais c’est toi le plus beau. »
Elle a beau rigoler, se donner des airs peu sérieux, elle est tout de même inquiète, car elle sait très bien qu’elle ne tiendrait pas une journée ici sans lui. C’est donc une vague de soulagement qui la parcourt quand deux mots viennent répondre à sa question : « Pas encore. » Il ne lui en veut pas, Dieu merci.
« Perché, t'as des excuses à me présenter ? » Judith se relève pour l’embrasser doucement avant de dire, tout bas : « Non, pas encore. Pas si tu ne m’en veux pas. » La vérité c’est qu’elle pourrait toujours trouver une raison de s’excuser, en cherchant bien. Elle ne peut s’empêcher de faire quelque chose de travers ou de lui causer du souci. A ce moment précis elle peut dresser une liste assez longue, sans même avoir à réfléchir. Elle pourrait s’excuser de l’avoir trainé ici, de l’avoir séparé d’Agatha, d’avoir vu son coloc nu ou même de ne pas avoir été assez chaleureuse avec Kenza, son binôme, la veille. Mille raisons de demander pardon, mais si elle n’en a pas besoin, elle préfère rester silencieuse. « Il est quelle heure, à Genève ? » Que feraient-ils, à la maison ? Si elle devait deviner, elle dirait qu’il est encore très tôt, et qu’elle se lèverait à peine, dans la maison autrement silencieuse. Agatha doit dormir, chez Madeleine, avant d’aller à l’école. Cette réalité lui parait si… lointaine, si fausse. « Non, restons ici, je veux pas y penser. » En se laissant tomber à nouveau dans la balancelle, serré contre lui et le regard au loin, elle demande : « Tu l’as trouvée comment la soirée d’hier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Pierpaolo
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 698
AVATAR : Julian Morris
ÂGE : 35
LOCALISATION : Geneva, Switzerland
MÉTIER : Artisan joailler


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 34000£
AFFINITÉS:
l'orizzonte è verticale - domenica 10h25 Empty
MessageSujet: Re: l'orizzonte è verticale - domenica 10h25   l'orizzonte è verticale - domenica 10h25 EmptyVen 5 Avr - 11:00

Il la questionne sur Esaias et lui demande comment elle l'a trouvé et sa réponse le laisse un peu pantois : « Nu. » C'est tellement inattendu qu'il ne peut se retenir. « Nudo ? Ma che dici ? » demande-t-il en rigolant parce qu'il n'est pas sûr qu'elle soit sérieuse. Ils sont dans l'aventure depuis moins de vingt-quatre heures et Esaias se fout déjà à poil devant tout le monde ? Le mec serait pas un peu exhibitionniste sur les bords ? Ça le fait sourire un peu jaune, parce que même si Pierpaolo a une confiance tacite en Judith il n'apprécie pas véritablement l'idée que d'autres mecs se montrent en costume d'Adam sous ses yeux. « Il avait oublié qu’il ne dormirait pas seul, et il s’est… mis à l’aise avant que je n’arrive. C’est ce qu’il m’a dit en tout cas. » explique-t-elle et Pierpaolo n'est pas vraiment apaisé. Il trouve ça un peu gros à avaler de la part d'Esaias qu'il ait oublié quoi que ce soit. Non, le mec a juste voulu faire une forte impression dès le départ et il s'en fout que se montrer nu soit une méthode vulgaire et irrespectueuse de faire du bruit. « Il cherche les problemi ? » demande Pierpaolo avec des aspérités dans la voix qui révèlent qu'il n'est pas franchement amusé par la situation. Ce n'est pas la faute de Judith, donc il n'est pas en colère contre elle, mais il est clair que Esaias n'a pas pris un bon départ avec lui. C'est aussi simple que ça. Il ne va pas surinterpréter, mais si d'autres itérations d'un comportement de ce genre se produisent, Esaias comprendra ce qu'est un bulldozer. « Il a l’air marrant, et joueur. Sympa globalement. Mais pour le temps que je passe dans ma chambre, peu m’importe en fait. Si c’est pas toi, je m’en fous. » explique-t-elle, probablement en train d'essayer de temporiser la tension qu'elle doit sentir monter en lui. Elle le connaît un peu trop bien pour savoir que ce genre de nouvelle ne le laisserait pas indifférent. « Han, han. » laisse-t-il échapper, parce que ces propos ne viennent pas apaiser la colère qui frémit en lui. Mais lorsqu'elle l'embrasse quelques instants plus tard, tout se dissout le temps d'un battement de cœur. Il oublie presque l'existence d'Esaias et profite du moment. « Mais c’est toi le plus beau. » Les mots le font sourire parce qu'il sait qu'ils sont sinon faux, tout du moins subjectifs et qu'elle n'est pas la mieux placer pour juger. « Pour toi peut-être. » corrige-t-il parce qu'il se doute bien que les gamines qui regardent l'émission doivent baver sur d'autres candidats que lui. Et ce n'est pas plus mal, il ne veut pas être la coqueluche d'une génération dont il pourrait être le père. Hell, il ne veut être la coqueluche d'aucune génération. « Non, pas encore. Pas si tu ne m’en veux pas. » dit Judith, ce qui laisse entendre qu'elle a des choses à se reprocher, mais Pierpaolo n'est pas d'humeur à creuser plus en profondeur ce sujet. Il est juste heureux de passer du temps avec elle. « Je vais chercher un peu, je finirai bien par trouver quelque chose. » taquine-t-il en caressant ses cheveux du bout des doigts. L'inconvénient et l'avantage, de vivre avec elle c'est que sa vie n'est jamais triste. Elle est en perpétuel mouvement et en constante ébullition, alors il n'est pas rare qu'elle le bouscule ou le brûle. Et il la pardonne parce que c'est Judith et qu'il l'aime pour cette raison. « Il est quelle heure, à Genève ? » demande-t-elle, le tirant de sa torpeur, et avant même qu'il ait le temps de faire le calcul mental, elle ajoute : « Non, restons ici, je veux pas y penser. » Ce qu'il comprend. Penser à Genève, c'est penser à Agatha, penser à leur vie, penser au fait qu'ils seraient encore au lit, ou en train de se préparer pour aller à l'église. « Comme tu veux. » se contente-t-il de dire en perdant sa concentration dans ses grands yeux bleu. Il l'aime tellement que ça le décontenance parfois de voir à quel point il peut oublier de penser quand il la regarde évoluer dans le monde. Elle n'est pas vraiment le rayon de soleil qui entre dans la pièce et distribue de la joie de vivre à tous, elle serait plutôt le fascinant trou noir qui aspire la lumière et l'attention de Pierpaolo tout à la fois. « Tu l’as trouvée comment la soirée d’hier ? » demande-t-elle et il réfléchit une seconde avant de dire : « Lunga. J'espère que ça sera pas aussi lent toutes les semaines, sinon le papy que je suis va finir par s'endormir en direct à la télévision. » C'est même pas une blague. Pour lui qui a l'habitude de se coucher relativement tôt, extrêmement tôt pour les adulescents de la saison il n'en doute pas, ces soirées qui sont riches en rebondissements et en stress -il imagine du moins, lorsqu'on est nominé ou un truc du genre- se finissent bien trop tard. C'est pas tellement que ça l'intéresse pas, c'est juste qu'il trouverait ça vachement plus productif d'être seul dans un lit avec Judith.

_________________

because the night belongs to lovers

Love is an angel disguised as lust
Here in our bed until the morning comes
Revenir en haut Aller en bas
Judith
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 489
AVATAR : margot robbie
ÂGE : 27
LOCALISATION : genève, suisse
MÉTIER : traductrice


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 15 500£
AFFINITÉS:
l'orizzonte è verticale - domenica 10h25 Empty
MessageSujet: Re: l'orizzonte è verticale - domenica 10h25   l'orizzonte è verticale - domenica 10h25 EmptyMar 9 Avr - 12:06

« Nudo ? Ma che dici ? » Judith le savait, Pierpaolo tique immédiatement sur la nudité de son colocataire. « Il cherche les problemi ? » Elle est beaucoup plus amusée par la situation qu’il ne l’est, même si elle comprend tout à fait la tension qui l’habite. Avant de s’endormir, la veille, elle s’était demandé si elle devait lui en parler, justement, si ce genre de choses ne valait mieux pas être tues. Rapidement, elle a changé d’avis, considérant deux points : Le premier, très simple, est qu’elle ne le lui pardonnerait pas si les rôles étaient inversés, et qu’il s’était retrouvé avec une fille nue dans sa chambre. Le deuxième, elle le tire des heures qu’elle a passées à regarder l’émission et qui lui ont appris que ce genre de situations ne passe jamais inaperçu et risque d’être dévoilé au grand jour par l’un des chroniqueurs. Et puis elle n’a rien à se reprocher, ce n’est pas de sa faute si Esaias est impudique. Malgré tout, elle essaye de le distraire et lui glisse quelques compliments à l’oreille pour l’amadouer, sans grand succès. Même quand elle clame haut et fort qu’il est le plus beau de la maison, cela ne semble pas suffire. « Pour toi peut-être. » Faisant ressortir ses talents d’actrice ratée, Jude fait mine d’être outrée et répond, la plaisanterie tintant clairement sa voix : « Mais c’est la seule opinion qui compte. » Au diable toutes les autres candidates et les téléspectatrices derrière leurs écrans, il n’a besoin d’être beau qu’à ses yeux à elle, le reste n’a pas d’importance. Bien sûr, elle l’entend comme une boutade, mais lorsqu’on la connait un peu, il est facile d’y déceler une pointe de vérité à peine dissimulée, témoin de sa jalousie qui rôde toujours.
Elle lui demande ensuite s’il lui en veut, s’il est fâché contre elle c’est une vague de soulagement qui la parcourt quand il lui répond qu’il n’a pour l’instant rien à lui reprocher. Bien sûr, elle pourrait lui en trouver mille, de raisons, mais à quoi bon gâcher la bonne humeur ? « Je vais chercher un peu, je finirai bien par trouver quelque chose. » Elle grommèle, laissant échapper quelques onomatopées sonores pour exprimer son mécontentement et pince doucement le biceps de Pierpaolo en guise de punition pour son toupet.
Judith, emportée par la torpeur et la proximité de son mari, se surprend à rêver à la maison et à sa fille, mais essaye de rattraper ses pensées aussitôt, soucieuse de ne pas sombrer dans une forme de mélancolie. Elle préfère donc changer de sujet et l’interroger sur le premier prime et ses impressions à chaud. « Lunga. J'espère que ça sera pas aussi lent toutes les semaines, sinon le papy que je suis va finir par s'endormir en direct à la télévision. » Elle rit doucement avant de lui répondre : « C’est pas comme ça que tu vas te faire un fan club… » Prenant la main de l’italien entre les siennes, elle joue avec ses doigts et relance du bout du pied le mouvement hypnotisant de la balancelle, avant de demander : « Tu crois qu’on a fait bonne impression ? » D’ordinaire elle ne se pose pas ce genre de questions. Elle se contente d’être elle-même, avec son entrain et sa joie de vivre, et tout va pour le mieux. Mais la dynamique est différente ici. Ils vont être jugés, scrutés en permanence et il est important que le public et les autres candidats les apprécient, croient en eux et en leur couple et les pousse le plus loin possible. C’est pour cela qu’ils sont venus, pour jouer, mais pour gagner surtout. « Je crois qu’on s’est déjà fait remarquer… On a une énorme cible sur le dos, les flèches ne vont pas tarder si tu veux mon avis. » De mémoire, jamais un couple n’était entré dans l’aventure de manière aussi assumée et forcément, ça intrigue. Elle a senti beaucoup de regards, de questions, et, elle qui adore être au centre de l’attention, se demande tout de même si celle-ci est bénéfique dans ce cas précis. Aurait-il mieux valu jouer profil bas ? Peut-être…

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: Les archives du château :: ARCHIVES SAISON 11 A 12 :: Douzième Saison-
Sauter vers: