Partagez
 

 opus (kenz)

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   
opus (kenz) Empty
Message (#) Sujet: opus (kenz) — Jeu 12 Mar - 19:49

ICI C'EST PARIIIIIS MON POTE!!! on gueule dans le pub avec Paul et Tom mes deux potes rescapés à Londres. Ce soir on est les rois du monde, paname vient de se qualif en quarts. Bam, tête de Neymar et mon porte-feuille rempli de cash. C'est la victoire tant attendue, la libération, le summum du kif, comme l'endorphine après un match de five, ça nous fait sauter partout comme des cons, mais on s'en bat les couilles, on s'en bat les couilles, parce qu'on va enfin casser des chevilles en quarts de finale. Et ça gueule encore une dizaine de minutes dans le pub, avec la bande élargie de parisiens à deux balles qui ont colonisé l'Angleterre et se sentent plus frais qu'un Kilian entré en 2ème mi-temps. Je finis par quitter les lieux en prévenant Kenz' que j'arrive. Airpods, j'allume ma clope et je grimpe sur mon vélo en répondant à Nico qui m'appelle. Je les entends gueuler, arrachés, ma bande de vieux potes, et ça me fait fout un peu les jetons. Champiooooons (on gueule ensemble) Putain fallait que je sois pas là pour enfin gagner mes paris en huitième. Ca bombarde. Il me faut pas longtemps pour arriver à l'appart, mais entre temps j'ai promis dix trucs que je suis pas en mesure de refuser. Je leur claque la bise à distance et je hisse mon vélo sur mon épaule avant de monter les escaliers de notre appart. Paris est magique ! Je souffle à @Kenza avec mon sourire de môme avant de l'embrasser. Ce soir elle avait ses trucs et moi j'avais mon match, c'était convenu. Je suis tellement heureux. Elle sait, je lui ai dit à notre premier date, et on a un peu grandi ensemble ces derniers mois depuis la fin de TD. C'était bien ta soirée ? J'enlève enfin ma veste et mon bonnet en m'asseyant à côté d'elle sur le canapé. Ca fait plaisir de rentrer aussi plein d'euphorie. Je glisse mes yeux sur elle, sur son visage relaxé de fin de journée, et ça m'apaise doucement malgré mon coeur qui tape comme un tambour. Petit à petit le calme de l'appart me prend au corps, aux épaules, et je détends mes muscles électrisés en posant ma main sur sa cuisse. Vous avez fait quoi ? J'indique la bouteille de vin posée sur le bar au loin et d'un autre mouvement de main la théière, pour voir si elle est plutôt mood dernier verre ou boisson chaude détox pré-coucher. Je finis par me lever pour faire suite à sa réponse et je vole une taffe de sa clope électronique avant de préparer les boissons. D'ailleurs babe je vais sans doute aller à Paris dans 10 jours du coup, on s'était promis de fêter cette qualif depuis des années avec les autres. Et jusqu'ici tout va bien, même si j'ai un peu arrondi les bords, parce que je sais que Kenz' a toujours du mal à faire face à la possibilité que je me retrouve avec des potes poudrés jusqu'au pif. Mais je peux pas rater ça, ça fait des années qu'on l'attend. Et c'est l'anniv de Nico. Double rationnel. Pour l'instant, tout me paraît hyper simple et logique, même si en promettant ma présence, tout à l'heure au téléphone, je savais aussi que je m'embarquais dans une discussion compliquée.

_________________


i'm doin' fine
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t11216-knzhttps://www.throwndice.com/t11224-kenza 
opus (kenz) Empty
Message (#) Sujet: Re: opus (kenz) — Jeu 12 Mar - 21:44

Kenza, elle commence à somnoler dans son coin avec son verre de rosé à la main parce-que ça fait un bon moment que ces deux copines ont dégagé de son appart et que son mec est out pour sa soirée bière foot au pub du coin avec ses potos. Elle s’impatiente de son retour, elle essaye de se divertir en scrollant la vie superficielle des gens qu’elle follow sur son iphone en l'attendant, et ça la maintient en vie le temps qu’il débarque et qu’il lui claque la bise. Elle se redresse avec son sourire sobre kenzien millimétré pour l’accueillir dans ses bras histoire de recevoir un gros bon câlin. Elle sait pas si c’est le vin ou la mini soirée entre pineco où ça parlait de mecs essentiellement, mais elle est dans un mood ultra attendrissant. Elle passe sa main sur ses cheveux en fixant sa trombine de petit fan surexcité. Elle a même pas besoin de demander le résultat pour savoir si sa team a gagné ou pas, ça se voit sur sa tronche, et même si elle est hyper désintéressée par ce sport qu’elle dénigre des fois tellement ça lui casse la dynamique de son couple, elle est heureuse et contente pour lui, par extension. Elle veut pas faire sa rabat-joie post-match qui n’a pas eu l’attention qu’elle jugeait lui revenir de droit non plus. C’est juste un match et ça ne l’atteint pas plus que ça « il était temps bébé » qu’ils passent enfin en quart. C’est pas pour le chambrer ou se payer sa tête, elle fait pas exprès avec son air blasé de toujours qui peut porter à confusion, mais elle se dit que c’est le minimum syndical après des années d’échecs sur la scène européenne. Son équipe doit pas être habituée à gagner alors elle saisi qu’il ressort d’une soirée spéciale. Elle, aussi paumée qu’elle est, elle comprend pas un tel engouement. Kenza, elle y connait rien au foot et limite elle s’en bat l’œuf de ce sport. Si elle a commencé à faire semblant ces derniers temps de s’y intéresser et faire des recherches, c’est juste pour faire plaisir à son gars. « Je suis contente pour toi mon chéri » Elle dépose son verre sur la table en enroulant ses bras autour de son cou. « ça va, les mêmes histoires et les mêmes bails. » qu’elle lâche dans un soupir mêlé à de la fatigue chronique. A force avec ses copines, ça commence à devenir des histoires qui tournent en boucles « Leila ressort d’une grosse rupture bébé » cœur brisé, lamentations, 250ml de larmes au quotidien, mouchoirs et toute la panoplie dépressive qui va avec alors elle a besoin de soutien etc « et Morgane a toujours du mal à se trouver quelqu’un de bien .. » rien de nouveau. Et dire que y’a qu’elle qui vit un conte de fée semi-éveillé. Enfin conte de fée c’est un bien grand mot, on va dire presque parce-qu’avec @Icare, et aussi son caractère ultra compliquée à elle, y’avait tout le temps des haut et des bas. Et elle s’imaginait pas que dès ce soir il allait venir débarquer lui aussi avec sa petite nouvelle parachutée de nul-part pour commencer à lui prendre la tête. Elle se redresse lentement en essayant de garder son calme. Elle appréhende la suite, sauf que y’a pas de suite et elle comprend direct le coup de pression qu’il vient de lui mettre l’air de rien. Dans sa phrase maquillée à l’excès, y’a une brochette de termes en bloc qu’elle kiff pas trop voir ensemble. Y’a déjà Paris. 10 jours. Fête. Et surtout les autres. Elle sent la grosse merde d'ici. En plus y’avait effectivement une suite, censée l’achever apparemment et clore la discussion. L’anniversaire de Nico. La cerise sur le gâteau. Sauf que la discussion, elle ne fait que commencer. « C’est un peu risqué, bébé » elle commence soft, le regard doux, en  croisant les jambes, pour ne pas le brusquer ou le casser dans son engouement. Icare, il bénéficie sur le moment de l’effet de surprise avec sa stratégie Blitzkrieg à la con, parce-que Kenza elle est clairement sonnée par la nouvelle. Elle s’y attendait pas du tout, surtout pas ce soir, en plus en fin de journée et elle trouve que le moment est mal choisi pour avoir une discussion de cette ampleur. Heureusement, elle a encore du jus pour s’organiser vite fait dans son cône et réfléchir à la vitesse de l’éclair « Mais ce n’est pas grave, je n’ai rien de prévu à partir de la semaine prochaine donc je pourrais t’accompagner » qu’elle annonce avec son sourire plat sur les lèvres. Voilà, problème résolu.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   
opus (kenz) Empty
Message (#) Sujet: Re: opus (kenz) — Sam 14 Mar - 23:17

Kenz' je me doute qu'elle saisit pas vraiment l'ampleur de mon bonheur, parce qu'objectivement c'est assez irrationnel. Mais je m'en cache pas, c'est comme ça, c'est l'opium du peuple et je suis clairement tombé la tête la première dedans. C'est une victoire de ouf, après les provocs de ces abrutis de Dortmund, et moi j'ai envie de chambrer de l'allemand comme jamais. A la place, je me pose dans le canap avec ma meuf et je lui fais part de cette petite vague d'émotion qui me fait frémir temporairement. J'accueille ses remarques, ses gestes affectueux, et je nous sers deux derniers verres avec la fin de la bouteille de rosé posée sur le bar. Ma main atterrit sur sa cuisse à elle et je capte son regard en me complaisant doucement de ce retour à la normale. C'est un truc que j'ai rarement connu moi, le fait de me sentir bien avec ma meuf, le fait d'être content de rentrer à la maison pour retrouver quelqu'un. Le fait de me poser sur un canap à deux et de pouvoir y passer des heures, à parler, à s'embrasser, simplement à être ensemble. On va leur présenter Polo et Tom, c'est vite vu. Ses copines elles sont en mal de mecs et moi mes potes sont incapables de se poser. Je rigole à moitié, parce que c'est le pire plan du monde, mais si ça peut faire du bien des deux côtés. T'imagines, le triple date... L'angoisse. Enfin, je suis sévère, parce que ses copines elles sont sympa et par extension je les aime bien aussi. Nous on apporterait quoi, le vin, ou le dessert ? Je sirote un peu dans mon verre en me laissant prendre un peu par cette connerie. Le truc c'est que je sais bien qu'il faut que je lui annonce mon passage à Paris, mais j'ai pas encore les leviers pour faire ça facilement. C'est con, parce que depuis ces dix mois on a créé une vraie relation de confiance avec Kenz, mais dès que je mentionne l'idée d'aller à Paris la confiance s'effrite un peu. Y'a une part de responsabilité qui me revient, je lui ai trop fait peser mon flip de la rechute, mais j'ai l'impression qu'on n'a jamais réussi à passer outre. A considérer Paris comme un lieu comme un autre. Et à force, ça me pèse. Alors quand je décide de crever l'abcès, sous prétexte de cette victoire en Champions, je sens direct son souffle changer. Elle passe dans son état d'analyse, Kenz. Et moi je suis un peu con, à côté, à justifier le truc alors que, concrètement, je devrais pas me soucier de sa réaction. Normalement ça devrait pas être sujet à discussion, sauf si ça foutait en l'air un quelconque plan prévu depuis longtemps. Mais c'est pas le cas. Ca fait presque un an. La semaine prochaine. Parce qu'en comptant Thrown Dice et ma période de rehab pré-TD je vais fêter pour la première fois de ma vie cet anniversaire de sevrage. Cette affirmation elle est importante pour moi. Et je sais que Kenz' elle y est pour beaucoup, parce qu'à plein de moments j'aurais sans doute pu craquer si elle m'avait pas tenu la main, mais là, maintenant, tout de suite, c'est un truc que j'ai envie de vivre égoïstement. Cette fierté, c'est la mienne. J'avale tout ça, j'efface cette idée. Il va rien se passer. C'est ça que je vois entre les lignes, un manque de confiance. Je suis sévère, mais parfois j'ai du mal à faire la part des choses. Kenz' elle me l'avait dit elle-même, elle devait pouvoir compter sur moi, parce que nos journées ne sont pas structurées à l'identique. Et hors de question de tout foutre en l'air pour mes petits problèmes de drug-addict. Normal, elle a eu raison. Mais j'ai joué le jeu. Je lui ai dit, les quelques fois où ça allait pas. J'ai serré les dents. Et je pense pas avoir été le pire mec du monde, pendant des mois. Son espace restait le sien. Je l'ai pas privée de son oxygène. Alors ce coup-ci, j'ai du mal à comprendre qu'elle ne s'autorise pas cette bulle de tranquillité. On sera qu'entre mecs Kenz'. Ou pratiquement, j'en sais rien. Je justifie platement, même si là n'est pas vraiment le débat. Le risque, concrètement, il existera toujours.

_________________


i'm doin' fine
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: Le Royaume Uni-
Sauter vers: