Partagez
 

 sleeping at last (dimanche - 2h00)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
sleeping at last (dimanche - 2h00) Empty
Message (#) Sujet: sleeping at last (dimanche - 2h00) — Dim 5 Avr - 2:38

@Izïa
Le prime s’est terminé tard, mais c’est pas ça le plus chiant. Le plus chiant là-dedans, c’est qu’on doit encore prendre un putain de bateau pour rejoindre le chalet où on va vivre pendant plusieurs semaines pour les plus chanceux d’entre nous. Je suis un peu sur les nerfs, parce que moi j’avais pas prévu de me geler le cul dans un pays que je sais même pas placé sur une carte et parce que je suis épuisée. Ça va bientôt faire vingt-quatre heures que je suis réveillée et même si j’ai l’habitude de vivre la nuit en passant mes weekends dans les clubs, là, j’ai laissé mes dernières énergies dans ce putain de train à la con qui m’a emmené dans ses fichus montagnes. Je suis pas trop bavarde sur le bateau, je commence à piquer du nez et j’ai froid. Quand on arrive enfin au chalet, je vois nos bagages qui sont au milieu du hall. « Non sérieux les b*tards, ils savaient pas les monter dans nos chambres ? » C’est la moindre des choses, les membres de la production ne se sont pas foulés. Bon, je ne suis pas la plus à plaindre, y en a qui vont devoir faire le voyage jusqu’au troisième étage pour rejoindre des chambres de merde. Moi, je suis assignée à l’une des chambres du première étage avec une meuf dont j’ai déjà oublié le nom. Elle pourra me le rappeler quand elle me rejoindra. Je reconnais mes trois énormes valises dans un coin du hall et je sais que je n’ai pas la foi de toutes les monter. Le plus simple pour le moment, c’est de monter la valise qui contient mes affaires de toilette ainsi que mon pyjama. Je sais parfaitement ce que j’ai mis dans chacune de mes valises, j’attrape donc la valise bleu clair et je commence difficilement à monter en grognant à chaque marche escaladée. C’est quand j’arrive au sommet, que je sens mon ongle se barrait. « La putain de sa mère, j’ai cassé mon ongle. » Je suis à deux doigt de chialer et jeter ma valise par-dessus la balustrade, mais même pour ça, je suis trop fatiguée. Je me contente donc de soupirer et d’avancer vers la porte qui indique mon nom. Une fois la porte franchie, je prends même pas le temps de regarder à quoi la chambre ressemble, je jette ma valise dans un coin de la pièce et je me laisse tomber dans le lit le plus proche de moi. Les yeux fermés, mon esprit divague quelques minutes, le temps de pouvoir faire redescendre toute l’adrénaline engendrée par le début de cette aventure. Un gigantesque sourire se dessine sur mes lèvres. Je suis enfin dans cette émission, je n’arrive toujours pas à y croire. Genre, là, mes frères et mon père me matent à la télé. La porte s’ouvre de nouveau et je soulève juste la tête pour voir la personne qui pénètre dans cette chambre. Il doit s’agir de ma colocataire, mais j’arrive vraiment pas à remettre un nom sur son visage. « Bon j’espère que tu voulais pas du lit de droite, parce que là, je suis incapable de me relever pour te le laisser. » Et puis, franchement elle serait vachement casse-cou*lle de me faire relever pour un lit alors qu’il y a exactement le même à gauche. « C’est quoi déjà ton blase ? » Autant être directe, je m’en souviens plus. Je l’accueille quand même avec le sourire, parce qu’elle va devenir ma nouvelle pote de chambre et c’est vraiment important qu’on s’entende bien. Sinon, elle risque de souffrir pendant une semaine.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Izïa
Voir le profil de l'utilisateur   
sleeping at last (dimanche - 2h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: sleeping at last (dimanche - 2h00) — Lun 6 Avr - 15:41


Les derniers candidats font leur entrée. La fin de soirée se met tout doucement en place. L'équipe technique commence à s'activer et vous apprenez que vous devez encore une fois emprunter un nouveau moyen de locomotion. Après la voiture, l'avion et le train vous empruntez les voies de la mer par un bateau. Sur le coup, ta petite voix te dit qu'il faut que tu fasses extrêmement attention. Lorsque tu montes dessus, tu fais bien attention de ne pas te rapprocher du bord et reste bien au milieu entouré des candidats. Tu jettes souvent des regards sur ta montre qui indique autant l'heure que la température. Elle a aussi d'autres fonctions, mais ce serait trop long à les énumérer. Le trajet ne dure pas longtemps et vous arrivez enfin à bon port. Personne ne s'attarde sur la bâtisse du chalet et vous rentrez tous dans le hall où attendent vos valises. Ta colocataire @Kara attire ton attention. Tu l'observes râler et choisir entre ses trois valises, toi, tu récupères ta valise que tu portes en sac à dos. Tu l'entends grommeler et monter difficilement les escaliers. Tu jettes un coup d'oeil sur ses valises restantes. Tu les prends, les soulèves et montes les escaliers jusqu'au premier étage, tu fais une pause et les fais rouler en direction de votre chambre où tu entends sur la route encore une plainte. Décidément, ta colocataire est fragile. Tu t'arrêtes et attends qu'elle se calme, un peu d'intimité ça ne fais pas de mal. Tu la vois rentrer dans votre chambre, signal que tu t'es donnée pour continuer ta route et la rejoindre. Tu lâches la hanse d'une de ses valises et ouvre la porte. Tu rentres et l'écoute poser ses conditions, tu acquiesces et laisses ses deux valises au pied de son lit. Tu retires ta valise de tes épaules et la pose délicatement sur le sol avant de t'asseoir sur le lit et de glisser jusqu'à ce que ton dos atteigne le mur. Le matelas est moelleux. C'est de la bonne qualité. "Izïa. Je viens de Séoul et toi ?" Tu jettes un coup d'oeil sur ses mains, l'ayant entendu se plaindre pour son ongle... "Qu'est-ce que tu penses de ce cru de nouveaux candidats ?" C'est assez bizarre de parler de vous de cette manière étant donné que vous n'êtes pas du vin, mais apparemment, c'est le langage employé dans ce genre d'aventure.




@Kara

_________________
LOOK DOWN AT YOUR BODY WHISPER, THERE IS NO HOME,
LIKE YOU.
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
sleeping at last (dimanche - 2h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: sleeping at last (dimanche - 2h00) — Mar 7 Avr - 1:36

Quand la candidate qui partage ma chambre pénètre dans la pièce, je remarque pas tout de suite ce qu’elle dépose au bord de mon lit. C’est quand elle me redonne son nom et que je me redresse au bord de mon lit que je vois mes valises. Mon regard passe de mes valises à ma colocataire avant que mes lèvres s’étirent en grand. « Sérieux, t’as monté mes deux grosses valises ? C’est officiel, t’es ma préférée à partir d’aujourd’hui. » Je suis à deux doigt de lui sauter dans les bras, mais là mon corps refuse de faire plus d’effort et puis peut être qu’elle n’est pas trop pour les contacts physiques. Après tout, elle vient de me dire qu’elle vient de Séoul et les asiatiques ils n’aiment pas trop ça les câlins. En vrai, j’y connais pas grand-chose en asiat, je me contente des clichés que j’ai pu voir dans les films. « Oh, moi c’est Kara au fait. Je viens de New-York. » Je suis à deux doigt de dire de Harlem, mais faut vraiment que j’arrête de vouloir représenter mon quartier à tout bout de champs, même si je l’adore. Je suis quand même intrigué par le pays où elle vit alors que visiblement ses parents n’y sont pas originaires. « T’as toujours vécu là-bas, à Séoul ? » C’est quand même un choix de vie auquel je ne pourrais jamais me plier. Je suis trop bien dans mon quartier pourri. J’en profite qu’elle répond à ma question pour me pencher et ouvrir de nouveau ma valise pour y sortir ma trousse de toilette. J’en sors une lime afin de gérer l’ongle que j’ai cassé dans les escaliers, histoire d’essayer de rattraper les dégâts. Elle me demande ce que je pense des candidats et je hausse les épaules. « Bof, le seul mec potable du lot est gay et puis, je ne comprends pas ce qu’elle fout là la vieille ? Elle doit avoir l’âge de ma grand-mère. J’espère qu’elle ne va pas clamser avant la fin. » Elle voulait mon ressenti à chaud, le voilà. Et encore j’aurais pu parler aussi du fait que les quarantenaires n’ont rien à foutre là non plus, sérieux qui se pose devant la tête pour mater des gens de l’âge de leur parent ?  « Et toi t’en penses quoi ? » Mes yeux jonglent entre mon ongle et ma nouvelle meilleure copine. Elle doit avoir un avis elle aussi, même s’il sera très certainement plus modéré que le mien.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Izïa
Voir le profil de l'utilisateur   
sleeping at last (dimanche - 2h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: sleeping at last (dimanche - 2h00) — Mar 7 Avr - 21:41

Tu savais pertinemment que porter les valises de @Kara lui ferait plaisir et lorsqu'elle le remarque elle te le montre dans une extravagante joie. Tu souris timidement. "Et j'espère le rester." Réponds-tu avant de te glisser jusqu'au mur. Adossé à celui-ci, vous entamez une discussion ou plus précisément, tu le lances en parlant de Séoul. Elle de New York. Tu continues de la regarder droit dans les yeux, mais ta mémoire elle travaille. New York tu connaît. C'est une ville intense et tabou depuis plusieurs années maintenant et lorsqu'elle te demande si tu as toujours vécue à Séoul tu sais exactement quoi répondre pour ne pas trop t'attarder. "J'ai vécu à New York jusqu'à mes 6 ans et j'ai déménagé à Séoul après la mort de William mon père. Tu habites dans quel quartier ?" Autant la faire parler de la ville plutôt que de t'étendre à ce sujet. "On s'y plaît à Séoul, mais mon avis peut-être biaisé, car je ne sors pas beaucoup." Donner ses informations ne risque pas de te mettre en danger. Tu relates juste une réalité qui pourrait peut-être faire réfléchir ton entourage. Elle s'active devant toi et récupère une lime à ongles. Ton attention se reporte de nouveau sur ses mains. Tu as toujours apprécié observer ces infimes détails sur les autres. Ton sourire timide refait son apparition avant de s'effacer lorsqu'elle répond à ta question. Le mec potable... potable. Mot familier. Qui passe à la rigueur. Tu la trouves difficile, tu te remets en mémoire les candidats en tête et ils rentrent tous dans les critères de beauté, le moins attrayant rentrant dans la caractéristique : il est pas beau, mais il a du charme. "Qui est gay ?" Ça tu ne l'avais pas vu venir et tu aimerais bien le savoir maintenant. "Ça ferait de l'audimat..." Dis-tu sachant pertinemment que ta phrase pourrait, potentiellement buzzer. Qui sait ? "Mais peut-être que son secret est en rapport avec sa santé ? Peut-être qu'elle est comme Benjamin Button enfin elle a peut-être la maladie." Avec peut-être nous pourrions réinventer le monde. Cette remarque intérieure te fait sourire et cette fois-ci il est plus grand. Moins timide. Elle te demande ton avis et ton sourire disparaît automatiquement. "Avalon et Maci sont très bavardes. Kaï a prévenu @Rosamarie qu'il avait la chiasse en arrivant, il risque de pourrir les toilettes... mais en soit ça ne va pas nous impacter vu qu'il n'est pas à notre étage. À part ces informations je pense qu'ils sont tous plutôt bons, à voir au fil des jours." Tu sais que tu as à la fois apporté des détails sur des candidats ou des évidences, mais tu as aussi gardé le mystère. "Pour le moment je me dis que nous sommes des éléments forts." Dis-tu en toute honnêteté.



@Kara

_________________
LOOK DOWN AT YOUR BODY WHISPER, THERE IS NO HOME,
LIKE YOU.
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
sleeping at last (dimanche - 2h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: sleeping at last (dimanche - 2h00) — Mer 8 Avr - 1:33

D’habitude, je suis plutôt méfiante avec les personnes trop serviable, y a toujours un moment où il te demande un truc en échange, mais là, je suis trop fatiguée pour réfléchir ça tout ça et j’ai juste envie de lui sauter dans les bras pour la remercier. Là encore, ça demande trop d’effort, donc je me contente de la remercier en lui crevant les tympans. Je la nomme ma nouvelle candidate préférée et me dit qu’elle espère le rester. « Y a pas de raison que ça change. » Je ne suis pas trop du genre à avoir une opinion sur les gens de toute façon, donc généralement si j’aime bien quelqu’un à part si la personne m’apprend qu’elle fait partie du Ku Klux Klan, je ne suis pas du genre à changer d’avis. Je lui demande si elle a toujours vécu à Séoul, parce qu’il faut pas être devin pour voir qu’elle est pas originaire de là-bas. Elle confirme mes doutes en disant qu’elle aussi elle a vécu à New-York jusqu’au décès de son père. Ma bouche s’entrouvre, assez surprise par cette révélation inattendue, mais elle enchaîne assez vite pour me demander de quel quartier je viens. Je comprends donc qu’elle n’a pas trop envie de s’éterniser sur cette partie de sa vie, je vais donc pas insister. « Je vis à Harlem et je t’avoue que j’ai jamais été attiré par un pays comme Séoul, même aucun autre pays en vrai. Je quitte rarement mon quartier aussi longtemps qu’aujourd’hui. » Ouais, les voyages ça ne m’a jamais attiré plus que ça, les seules fois où j’ai voyagé c’était pour des championnats à l’époque où je fais de l’athlétisme au niveau professionnel. Un ancien temps bien lointain pour moi maintenant. Elle me demande ce que je pense des candidats et mon premier réflexe c’est de lui dire qu’aucun mec est à mon goût. On est entre filles, j’ai bien le droit de parler garçon, c’est même vivement conseillé pour se faire des copines. Elle est surprise quand j’énonce que le seul beau mec du lot est gay, elle me demande de qui il s’agit. « Natéo, il avait tout pour lui en plus, quel dommage. » Je soupire exagérément, même si je me suis bien vite remise de cette perte en écoutant le récit de Izïa sur les autres candidats. En fait c’est surtout la manière dont elle me raconte ses trucs plutôt dégueulasses sans sourciller, comme si elle me donnait simplement l’heure. « Putain, mais c’est quoi ses guignols ? » J’essaye de me remettre de mon fou rire, alors qu’elle ajoute qu’on est des éléments forts. « T’inquiètes, t’es tombée avec la meilleure coloc qui soit. » Je lui fais un clin d’œil pour appuyer mes propos. Je repose ma lime à ongle dans ma trousse de toilette, avant de sortir mon pyjama de ma valise. Je commence à retirer mes talons qui me bousillent les pieds, avant de relever les yeux vers la jeune femme face à moi « Oh, ça te dérange pas qu’on se désape l’une devant l’autre ? » Moi je vois aucun mal de me mettre à poil devant une autre fille, mais je préfère demander, y a des gens vachement pudiques.  

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Izïa
Voir le profil de l'utilisateur   
sleeping at last (dimanche - 2h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: sleeping at last (dimanche - 2h00) — Mer 8 Avr - 16:29

Tu acquiesces. Il n'y a pas de raison que ça change, mais le temps et les événements sont imprévisibles. Tu te l'enregistres toutefois dans un coin de ta tête. Votre colocation débute bien. Elle ne demande pas plus d'informations sur ton père ce qui lui fait gagner des points. Elle te confie avoir toujours vécu à Harlem. Que l'aventure Thrown Dice est son premier gros voyage. "Si ça peut t'accompagner, c'est la première fois que je suis aussi loin de ma famille. J'ai beaucoup de choses à leur montrer !" Énonces-tu avant d'esquisser un sourire timide qui disparaît lorsque vous changez de discussion qui se tourne sur le présent et surtout sur les autres candidats. Elle t'apprend que Natéo est gay... Tu acquieces. Cette information est un bonus, mais ça ne va pas t'aider dans la course des secrets. Kara elle semble bien déçue ou elle en rajoute des caisses. Tes confidences lui font oublier le candidat et elle rit. Tu ne pensais pas que tes révélations auraient cet effet-là, mais pourquoi pas. Au moins elle est joyeuse. "Peut-être qu'ils n'ont aucun filtre... ça a parfois du bon tu ne penses pas ? Peut-être que pour Kaï c'est un peu gros, mais au moins il se fait remarquer. La visibilité est importante dans ce jeu." Et n'est-ce pas le but dans cette émission ? D'être le plus vu à la caméra ? Dans ta réflexion, tu lui confies que vous êtes des bons éléments et Kara te suis. Tu acquiesces. Tu es d'accord, ça va être une bonne alliée. "Ça m'en a tout l'air !" Rajoutes-tu avant de la regarder ranger sa lime à ongle. Elle se relève de son lit, commence à retirer ses talons avant de croiser ton regard. "Aucun problème, je ne suis pas pudique." Ta petite voix te demande de faire attention, mais tu sais ce que tu dois cacher. Tu glisses sur la couverture jusqu'au bord du lit. De là, tu retires tes bottines à talons. Tes hautes chaussettes. Tu bouges tes doigts de pied, tu les poses au sol et te mets debout. "Je vais avoir besoin de toi d'ailleurs !" Dis-tu en te retournant, tu relèves tes cheveux et tapotes de ton index le début de fermeture. "Tu peux m'aider à l'ouvrir ?" Tu jettes un coup d'oeil à la caméra et te place exprès dans un angle mort...Il ne manquerait plus que tu passes à poil à l'écran. "Tu pourrais faire quoi pour rester le plus possible dans l'aventure ?" Autant présenter à minima son jeu.


@Kara

_________________
LOOK DOWN AT YOUR BODY WHISPER, THERE IS NO HOME,
LIKE YOU.
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
sleeping at last (dimanche - 2h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: sleeping at last (dimanche - 2h00) — Jeu 9 Avr - 1:16

Après lui avoir expliqué que c’est mon premier vrai voyage loin de chez moi, si on ne compte pas les fois où j’ai dû partir quelques jours dans d’autres pays pour la compétition. Je n’ai jamais eu le temps de réellement me poser et d’apprécier le voyage, puisque j’étais focalisé sur la compétition. Ma nouvelle copine m’informe qu’elle aussi c’est la première fois qu’elle est éloignée de sa famille. J’échange un sourire complice avec elle. « Alors on sera là pour se soutenir mutuellement. » Mon sourire s’élargit encore plus. Je ne suis pas du genre à avoir besoin de soutien, mais elle m’a l’air vraiment sympathique comme fille donc si elle a besoin d’un soutien émotionnel ou juste envie de rire un peu, je serais là. Parce que je suis comme ça, à soutenir les gens que je trouve cool, même s’ils ne le sont pas toujours. On en vient à parler des candidats qui nous accompagne dans cette aventure. Je l’informe que Natéo est gay tandis qu’elle me raconte les discussions qu’elle a entendu pendant notre arrivé. J’éclate de rire, parce qu’elle a entendu quand même des trucs pas très net et qu’elle ne semble pas comprendre pourquoi c’est drôle. Elle leur trouve des circonstances atténuantes, je retrouve peu à peu mon calme. « Ouais c’est vrai que c’est important de se faire voir dans ce jeu, mais on va vite voir qui joue un rôle au fil du temps ou qui possède réellement du caractère. » C’est normal, c’est le premier soir, beaucoup essaye de se donner un genre pour sortir son épingle du jeu, mais les masques tomberont au fil du temps qui passe. J’aime bien parler avec la jeune femme, mais j’ai envie de retirer cette robe de soirée qui commence à me mettre mal à l’aise et m’enfouir dans un pyjama. Je commence à retirer mes chaussures, mais je demande à la jeune femme si ça ne la dérange pas que je me déshabille devant elle. Elle me dit qu’il y a aucun problème. Aussitôt dit, aussitôt fait, ma robe termine sur mes chevilles. J’enfile ma robe de nuit par-dessus, dégrafant mon soutien-gorge pour éviter d’afficher mes seins à la télé. Izïa te demande de l’aider pour ouvrir sa robe. Elle se mets dans un coin de la pièce qui n’est pas filmé. « Bien sûr. » j’avance vers elle et baisse la fermeture jusqu’en bas. « Voilà. » Je m’éloigne pour lui laisser l’espace nécessaire afin de de déshabiller. J’en profite pour retirer mes extensions, laissant mes cheveux enfin respirer. Elle me demande alors ce que je suis prête à faire pour rester le plus longtemps dans l’aventure. Je fais mine de réfléchir. « Coucher avec une femme. » Je laisse planer un long silence avant d’éclater de rire. « Je rigole, tu vas croire que je te fais des avances. » C’est vraiment un humour particulier que j’ai. « Mais pour répondre à ta question, je compte rester moi-même jusqu’au bout, je ne suis pas du genre à faire des choses que je ne ferais pas à l’extérieur. » Aucune raison que je ne sois pas fidèle à moi-même pour un jeu.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Izïa
Voir le profil de l'utilisateur   
sleeping at last (dimanche - 2h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: sleeping at last (dimanche - 2h00) — Sam 11 Avr - 17:56

Se soutenir mutuellement... Tu souris légèrement. Elle aurait très bien pu ne rien dire, mais non. Elle te considère. C'est un bon point. Son sourire s'élargit encore plus et tu fais de même. Tu ne penses pas avoir autant souri dans ta vie. Ça tire, mais c'est agréable grâce à votre échange de regard, le sien est sincère. Encore un bon point. Votre discussion déborde sur les candidats, tu remarques à son comportement qu'une complicité s'installe. Tu acquiesces, on peut dire que ta première soirée se déroule très bien. Elle ne réagit pas négativement à ton comportement qui peut paraître distant, ce qui est positif. "De ce que je vois, tu en as un et tu risques d'être une sacré concurrente." Dis-tu avant de faire un clin d'oeil. "Est-ce que tu l'as toujours eu ou alors il s'est forgé au fil du temps ?" Tu as lu qu'avec le temps les personnes pouvaient changer du tout au tout. Que ce soit à cause de rencontres ou d'événements. Tu ne dis pas que c'est le cas de Kara, mais tu connais rien d'elle et tu veux en apprendre un peu plus sur ta colocataire... en plus de vous mettre à poil. Elle retire sa robe et enfile son pyjama, toi, tu retires tes chaussures et essayes de retirer ta tenue, mais tu rencontres des complications et lui demande de t'aider - c'est bien la première fois que tu le fais - tu te déplaces dans un coin de la pièce où les caméras ne peuvent capturer de moments volés. Elle glisse la fermeture éclair en bas. Tu retires la combinaison que tu fais glisser à tes pieds et réalises que tu as oublié de prendre ton pyjama. Comment tu as pu oublier cet élément important ? Ta petite voix te crie dessus, mais il faut que tu trouves une solution. Tu t'accroupis, place tes mains sur ta poitrine et te déplaces en crabe. Près de ta valise, tu plonges la tête la première dedans et enfiles un long t-shirt que tu accompagnes avec un petit short de pyjama. Tu fais volte-face et parce que tu sais que tu as agi bizarrement t'exclames d'un grand : "pffiiou !" Tu t'installes en tailleur sur ton lit. "Ça te va bien cette coupe aussi. Tu te montres toujours avec des extensions ?" Demandes-tu avant d'enchaîner sur une autre question, plus axée sur le jeu. Sa réponse te fait légèrement pencher la tête : "Je pourrais être ton style ?" Ta petite voix bégaie. Tu souris timidement. Elle rit. Tu acquiesces. "Ce serait un peu tôt... quoi que... les deux agriculteurs, ce sont jetés quelques regards tout à l'heure qui sait ce qu'ils font maintenant." Tu supposes, mais tu n'en sais finalement rien. "Tu fais bien ! Rester soi-même, c'est un bon mantra ! Tu sais avec qui ça ne pourrait pas bien se passer ? Je me demande parfois de quoi je suis capable ? Peut-être ce que ce jeu va m'en apprendre un bout." Cette aventure promet d'être enrichissante et dans bien des angles.

@Kara

_________________
LOOK DOWN AT YOUR BODY WHISPER, THERE IS NO HOME,
LIKE YOU.
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
sleeping at last (dimanche - 2h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: sleeping at last (dimanche - 2h00) — Lun 13 Avr - 23:55

J’explique à Izïa que j’attends de voir au fil des jours qui passent si les gens ont du caractère ou si on va vite se rendre compte qu’il s’en invente juste un, elle ajoute alors que pour ma part, j’ai l’air d’en avoir du caractère. Je ne suis pas surprise, je jure à tort et à travers, je parle et ris fort et je n’hésite pas à dire ce que je pense, ça doit sûrement faire de moi quelqu’un qui a du caractère. « C’est cool de donner cette impression dès le premier jour. » Pourtant je n’ai pas encore fait mon cirque pour qu’on me juge déjà de la sorte, je prends ça comme un compliment même si je ne sais pas si s’en est réellement un. Elle me demande si j’ai toujours eu ce caractère ou si je me suis forgée au fil du temps. Ma réponse est déjà toute trouvée. « Je suis la dernière de ma famille et au-dessus de moi, j’ai trois grands frères. Donc laisse moi te dire que tu es obligé d’avoir un minimum de caractère si tu veux survivre en étant la seule fille du groupe. » Je repense à toutes les blagues que j’ai dû subir étant plus jeune et je me dis que je m’en suis pas trop mal sorti. J’aurais pu être la chouineuse, mais finalement je suis devenue pour eux comme le quatrième mec de la bande. Avec une paire de seins et un vagin, voilà la seule différence. Je finis par retirer ma robe de soirée pour me glisser dans un pyjama tout doux. Pendant que je retire mes extensions, je ris devant les pirouettes de ma colocataire qui semble avoir oublié son pyjama, mais qui essaye en même temps de se cacher des caméras pour éviter d’être afficher à poil à la télé. Elle me complimente sur ma coiffure sans extensions et me demande si j’en porte souvent. « J’aime bien changer de coiffure au gré de mes humeurs. Donc parfois je laisse juste ma crinière, d’autres fois je mets des extensions pour les avoir plus long et j’ai même des perruques dans ma valise au cas où. Je suis coiffeuse, mes cheveux, c’est toute ma vie. » Bon peut être que j’abuse un peu, mais je repense à la coiffeuse de tout à l’heure qui a voulu me coiffer pour le prime d’ouverture, j’ai refusé directement sa proposition. Personne à part moi ne peut toucher à mes cheveux. Je taquine Izïa qui me demande ce que je suis prête à faire pour rester dans l’aventure et je lui répond avec humour que je suis prête à coucher avec une femme. Cependant, je suis désarçonnée lorsqu’elle me demande si elle peut me plaire. Je ne m’y attendais vraiment pas. « A part si tu caches un pénis entre les jambes, t’es pas vraiment mon style. Même si t’es plutôt mignonne. » Qu’on se le dise, aucune femme ne peut me faire changer de bord. Sauf peut être Rihanna, mais faut dire qu’elle a clairement les attributs pour faire craquer n’importe qui. Je me rassois bien sagement sur mon lit lorsqu’elle me demande avec qui je ne pourrais pas m’entendre. « Je sais pas trop, peut être les plus vieux qui vont pas trop aimer ma façon de parler, mais à part ça, je suis plutôt quelqu’un de chill. Je dis ce que je pense, mais je ne suis pas une peste. » En tout cas, je ne pense pas en être une. « Et toi, tu as déjà des têtes qui passent mal ? » Ça m’étonnerait, y a pas eu l’air d’avoir de drama pendant le prime, mais sait on jamais.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Izïa
Voir le profil de l'utilisateur   
sleeping at last (dimanche - 2h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: sleeping at last (dimanche - 2h00) — Mar 14 Avr - 16:22

Trois frères. Tu entends ta petite voix soupirer. Si William était encore vivant est-ce que tu serais là, à discuter avec Kara ? Ta petite voix ne peut répondre à cette question, elle reste muette. "Tu es badass." dis-tu avant d'enregistrer ces informations dans ta mémoire. Plus votre conversation passe, plus tu te dis que tu es bien tombée. Kara est une bonne alliée et Kara est in love de ses cheveux. Tu enregistres quelle est coiffeuse et lui demande : "Tu crois que tu pourrais m'aider avec ceux-là ?" Tu secoues ta tête pour montrer le volume de tes cheveux qui est loin d'être existant. Après vous êtes changées, vous retrouvez respectivement votre lit. Alors qu'elle te taquine sur ses capacités dans l'aventure, ta petite voix prend le dessus et pose une question qui modifie légèrement le comportement facial de @Kara. Tu reprends les rennes et souris timidement. "Merci." Tu laisses glisser ta tête sur l'oreiller. Vous échangez sur les potentiels candidats avec qui ça ne pourrait pas passer. Sa réponse te conviens. "Tout le monde me semble sympathiques... à voir avec le temps." Pour relancer le jeu tu pourrais lancer des hostilités, mais cette informations tu préfères la garder pour toi. "Je pense qu'il est temps de se mettre au lit ?!" dis-tu en regardant ta montre,même si au fond tu es loin d'être fatiguée.

@Kara

(sorry il est tout court ! :emoti: )

_________________
LOOK DOWN AT YOUR BODY WHISPER, THERE IS NO HOME,
LIKE YOU.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: CHAMBRES 4 ÉTOILES-
Sauter vers: