Partagez
 

 phenomenal (mer, 12h)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
phenomenal (mer, 12h) Empty
Message (#) Sujet: phenomenal (mer, 12h) — Dim 5 Avr - 9:19

@Rosamie

Santo il continuait son petit tour des lieux en mode je suis le patron et je marque mon terrain. Il avait entrepris de squatter les spots les plus stylés du chalet d'ici la fin de la semaine, certain que de la compagnie finirait par venir à lui, plutôt que le contraire. Hier soir il avait un peu failli à ses principes et s'était fait happer par le physique pas moche de Lejla qui filait à la piscine et qu'il avait fini par suivre. Du coup, pas question de perdre du terrain deux fois d'affilée. Là, la vue panoramique elle était sympa. Mais il savait aussi qu'il finirait par s'emmerder si une belle âme ne le rejoignait pas dans son petit délire de roi du monde. Il avait laissé son sweat dans la pièce le temps de passer à la cuisine, pour qu'aucun groupe pré-formé ne lui vole son spot de l'aprèm. Coca à la main il se redirigeait vers son temple de paix intérieure. A défaut d'avoir une mini chapelle, il avait décidé que cette capsule panoramique serait ce qui le rapprocherait le plus du ciel et de sa chrétienté. Faut dire que sans être le genre à te parler de Dieu toutes les 35 secondes, ses croyances restaient quelque chose d'assez ancré dans sa façon de vivre. Santo, c'était le premier à s'assoir sur les principes moraux, mais il serait bien capable de sortir deux trois ritournelles tout droit venues du Padre Antonio, pour se donner l'air intéressant, si besoin. A chacun ses grigris. J'ai trouvé le lieu le plus instagrammable du chalet. Il venait de croiser Rosamie et de lui glisser un simple sourire avant de se raviser, quelques pas plus loin. Ca aussi, c'était un peu calculé. Feindre le désintérêt et puis lui tendre une perche. Pour l'instant ça lui réussissait. Il s'était retourné un instant pour poser ses yeux gris sur les traits de la philippine dont il avait retenu l'activité principale. Santo, c'était un gars issu de la génération réseaux sociaux. Il avait eu un compte facebook à 8 ans, puis instagram à 9. Il avait fini par snober Facebook quand tout le monde vantait twitter, et gérait maintenant toute sa ribambelle de réseaux d'un oeil de maître. C'était surtout un scrolleur professionnel du fil instagram. Au premier venu il dirait que c'était surtout une vitrine professionnelle. Par contre, c'est 50€ la photo, comme devant le Colisée. Rosamie elle avait fini par le suivre et lui il arborait son petit sourire désabusé. Surtout en arrivant dans la bulle, il avait fait super attention à son langage corporel pour pas trahir son intérêt pour la réaction de la jeune femme. Au fond, ça l'aurait tué d'admettre qu'il l'avait surtout attirée ici parce qu'il s'emmerdait tout seul.

_________________
phenomenal (mer, 12h) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Rosamie
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12050-rosamie 
phenomenal (mer, 12h) Empty
Message (#) Sujet: Re: phenomenal (mer, 12h) — Dim 5 Avr - 18:52

tu continues de découvrir le chalet, et maintenant que tu es parée, avec ton manteau, tu peux enfin profiter des extérieurs sans être complètement frigorifiée. attention, il fait quand même froid, c'est quand même insupportable pour toi, mais c'est plus supportable quand même. alors tu t'es assise au soleil, sur la terrasse, pour essayer de contrebalancer ce froid qui te glace jusqu'aux os lorsque Santo, que tu reconnais très bien parce que vous avez partagé un court moment durant votre première soirée dans l'aventure. c'est la deuxième personne à t'avoir adressé la parole lors de cette aventure, alors lorsqu'il te parle d'un coin instagrammable, ta curiosité est piquée directement. instagram, c'est une grande partie de ta vie. c'est des heures de travail acharné, une communauté soudée et des haters qui décident de se faire remarquer. je crois bien que tout le chalet est instagrammable, tu sais. tu lances dans un rire. mais je suis curieuse de voir celui qui surpasse tous les autres à tes yeux. t'espère juste que c'est pas cynique et que le coin est vraiment canon. il te parle d'un tarif pour prendre des photos, alors tu retournes tes poches. j'ai pas d'argent, et en plus de ça, j'ai pas de téléphone. tu renchéris dans un sourire en te levant pour le suivre vers ce paradis instagrammable. c'est cher, 50€ ? tu finis par demander. t'en sais rien, t'as jamais utilisé cette monnaie, et t'es pas du genre à convertir toutes les monnaies en peso philippin pour passer le temps. donc tu n'as aucune idée de ce que cela représente. et tu espères qu'il saura te convertir 50€ en quelque chose de tangible, pour ta compréhension personnelle. j'imagines que tu vis en Europe, du coup ? tu demandes tout en l'accompagnant. et finalement, ils arrivent rapidement au lieu tant convoité. une bulle d'observation, sur un paysage splendide. tu restes muette un instant, bouche-bée devant un tel spectacle. c'est magnifique !, tu lâches finalement, surprise. totalement différent des paysages dont tu as l'habitude, mais tu es très heureuse de pouvoir observer celui-ci. s'il ne faisait pas si froid, ce serait l'endroit parfait. la nature, la montagne. cet endroit te semble immaculé, bien loin des soucis que peuvent connaître certains autres lieux vis-à-vis de la pollution. on dirait que ce lieu a été épargné des changements climatiques qui s'opèrent actuellement. tu es subjuguée par ce que tu vois. tu t'assois dans la cabine, les mains sur les genoux, ton regard ne décroche pas du paysage. t'avais raison, c'est certainement le plus beau lieu du chalet.

_________________
the past is gone
sing with me, sing for the year. Sing for the laughter, sing for the tear. Sing with me, just for today. Maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on!


Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
phenomenal (mer, 12h) Empty
Message (#) Sujet: Re: phenomenal (mer, 12h) — Lun 6 Avr - 12:45

Rosamie elle était rationnelle, elle savait pas que son truc à Santo c'était l'exagération. Le mec était napolitain, pour lui tout était "le plus beau", "le plus grand", "le plus ci le plus ça". C'était dans ses gènes, cette tendance à l'emphase. Et il avait appris à en abuser pour intriguer ses interlocuteurs. Il était pas du genre ultra causeur, il allait pas dévoiler toutes ses cartes comme ça par plaisir, mais quand il disait un truc c'était souvent vrai. Tu verras, t'auras l'impression de découvrir le monde du haut de ta fenêtre. Et le pire c'est qu'il le pensait vraiment. C'était comme quand il était gamin et qu'il tannait sa mère pour qu'elle lui file une pièce à mettre dans les longues vues des spots touristiques. Elle, en adulte, elle savait que c'était qu'un attrape-touriste. Mais lui à l'époque il était émerveillé de pouvoir découvrir sa ville, sa terre, d'un autre point de vue. Santo, il avait rarement voyagé avant son départ vers le nouveau monde, donc il avait appris à profiter de tous ces lieux qui venaient casser ses petites certitudes et images toutes faites. Wah les femmes il faut vraiment tout vous donner. Il se moquait volontairement, et si un sourire ne dessinait pas ses lèvres on aurait pu facilement croire qu'il était sérieux. Ses yeux gris ils laissaient pas trop d'espace à l'humour vu que le gars il regardait façon rayon X. Mais il avait été assez vite rattrapé par ses questions simples à elle. C'était pas mal, au fond, de faire face à quelqu'un avec des questions terre à terre. Lui il avait tendance à vouloir viser la lune, ou du moins, viser très grand. Il en oubliait parfois certaines choses évidentes, dans ses impulsions de gamin ambitieux. Euh, c'est un peu plus de 50$, je sais pas si ça t'aide. Au moins, c'était exposé dans une monnaie courante. A Rome, devant le Colisée, il y a des mecs déguisés en gladiateurs. Tous les touristes veulent les prendre en photo, mais eux sont connus pour pas être sympas et extirper de la tune à chaque photo. Il avait fini par expliquer, prenant conscience que Rosamie elle venait d'un pays totalement différent du sien, et qu'elle avait peut-être pas conscience de ces conneries. Je suis né en Italie, mais maintenant je vis à Miami. Il venait de poser son cul sur les sièges de la capsule, et après avoir guetté l'expression de la philippine il s'était lui-même pris à fixer l'horizon à nouveau. Santo c'était le mec fier qui aimait être à l'origine du plaisir et de l'admiration procurés aux autres. Ce lieu il ne lui appartenait pas du tout, et une multitude d'autres candidats avaient déjà du s'y poser, mais l'idée d'avoir pu se l'approprier un peu aux yeux de Rosamie, ça le faisait kiffer. Ce sera notre secret. Il avait posé son sourire amusé sur le visage de sa camarade d'un jour.

_________________
phenomenal (mer, 12h) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Rosamie
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12050-rosamie 
phenomenal (mer, 12h) Empty
Message (#) Sujet: Re: phenomenal (mer, 12h) — Lun 6 Avr - 20:39

t'es intriguée par ce qu'il te tease. comment ça, une découverte du monde depuis une fenêtre ? tu comprends pas trop où il veut en venir, mais ça te fait sourire. un sourire en coin, intriguée par ce qui est en train de se jouer sous tes yeux. tu fronces les sourcils, également, parce que tu cherches ce que cela peut bien signifier. hein ? il glisse une pique sur les femmes et tu ne peut t'empêcher de lever les yeux au ciel. c'est plus fort que toi, t'es pas du genre à laisser les hommes faire ce genre de blague lorsque tu sens que c'est lourd et pensé. alors tu le jauges, et tu vois qu'il a l'air sérieux. je ne sais pas trop comment le prendre. t'es sérieux là ? tu lances, un peu froide. parce que ces questions t'importent réellement. t'essaies de sensibiliser ta propre communauté à tout ça, c'est pas pour laisser le premier venu critiquer toutes les femmes sous prétextes que vous êtes de viles créatures à qui tout est dû. surtout que c'est lui qui est venu te chercher pour te montrer un truc. il te parle de dollars, ça te parle un peu plus, mais c'est pas non plus incroyable. tu te rends pas forcément compte de ce que ça permet d'acheter, 50$. pas franchement. ça permet d'acheter quoi, par exemple ? tu demandes en penchant légèrement la tête. t'as envie de comprendre, ça t'agace de ne pas avoir les mêmes références que les autres. et puis, il t'explique cette histoire de Colisée. tu comprends mieux. chez toi aussi, il y a ce genre d'attrapes touristes. pas forcément sous la même forme, mais tu comprends un peu mieux où il veut en venir. et surtout, pour quelle raison il est aussi au courant de ce qui se passe devant le Colisée : il est italien. ça explique beaucoup de choses. à croire qu'il y a un certain nombre d'italiens cette saison. c'est fou que ce pays soit aussi représenté. ils sont autant que vous êtes d'asiatiques, tous pays confondus. la mixité culturelle de Thrown Dice en prend un petit coup. mais toutes ces idées sont vite balayées par la découverte d'un lieu magnifique, et tu comprends tout de suite mieux sa phrase de tout à l'heure. effectivement, c'est beau, c'est magnifique et tu restes bouche-bée. tu t'assois et contemple pendant quelques instants l'horizon qui s'offre à toi. il te parle de secret, tu souris. je pense que celui-ci va vite être découvert., si ce n'est pas déjà fait. mais ça te fait rire. ton regard se pose dans le sien, t'aimerais revenir à ce qu'il t'a dit tout à l'heure. et sans indiscrétions, pourquoi t'es parti d'Italie ? t'espères juste ne pas le mettre mal à l'aise. parce que tu sais que c'est peut-être une partie de son secret et que chaque petit bout d'histoire racontée peut être un indice vers le Saint Graal. toi aussi, tu égrenes les miettes de ton secret au fil des conversations, en espérant que personne ne va recouper toutes les informations pour les comparer et ainsi, découvrir ton secret. et tu préfères quoi, Miami ou l'Italie ? difficilement comparable, tu le sais. notamment parce qu'on compare pas une ville et un pays, mais t'as envie d'en savoir un peu plus sur lui.

_________________
the past is gone
sing with me, sing for the year. Sing for the laughter, sing for the tear. Sing with me, just for today. Maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on!


Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
phenomenal (mer, 12h) Empty
Message (#) Sujet: Re: phenomenal (mer, 12h) — Mar 7 Avr - 10:06

Ah oui. Santo avec son arrogance il manquait parfois de tact. Et les blagues lancées comme ça, il savait que ça pouvait casser, mais il préférait souvent miser sur le contraire. Au fond, il s'en battait les couilles de se frotter à la police d'internet. Il était pas à bout d'histoires qui pourraient le faire passer pour un petit con. Et il s'en était pas caché en mentionnant son gosse dans son interview. Lui on lui avait appris à traiter les femmes comme des reines. Naples, pour ça, c'était l'autre bout du monde. Un espèce de micro-monde encore en proie aux manières des années 30. Les femmes qu'il avait côtoyées Santo, elles se prenaient pour des poupées jusqu'à ce qu'elles deviennent mères. Là, c'était elles qui devenaient les patronnes. Non. Il avait haussé les épaules. C'était pas la peine de débattre aussi tôt dans le jeu. C'était de la provoc. Mais c'était tombé à l'eau. Et Rosamie elle risquait de lui tomber dessus avec les discours de l'arrogance des petits hommes blancs blablabla alors il préférait pas s'engouffrer là-dedans. Il avait lâché son sourire pour une main sur le coeur histoire de faire preuve de bonne volonté. Santo c'était le genre à parler très vite, mais à savoir s'écraser face à une femme qui avait le mérite de le confronter. Elle avait l'air sympa la philippine, mais cette réaction à vif c'était quelque chose qui l'avait interloqué. 50$ aux US ça te permet d'acheter un beau t-shirt ou cinq menus au fast-food. C'est genre, le début du "cher" quand tu parles de dépenses basiques. A Naples avec un billet comme ça tu bouffais une bonne semaine. A Miami il avait du revoir ses standards, en trois repas tu pouvais être plumé. La vie américaine c'était un truc qu'il avait toujours fantasmé mais on lui avait jamais dépeint la réalité de la chose, Santo. Chez toi, c'est quoi les standards ? Genre, vivre, c'est avoir de quoi manger, ou c'est avoir de quoi s'acheter des trucs qui font plaisir ? Il était mauvais en géographie quand ça sortait des circuits classiques. Santo son histoire elle était marquée par celle de la domination des romains sur les autres. Le monde, dans sa tête, il avait pas autant de relief. Alors les Philippines il y associait que les plages paradisiaques, et encore. Ils avaient fini par tous les deux se taire face à la vision panoramique de la montagne et de la forêt face à eux. A chaque Noël le gars il voyait des films sur des petites familles qui partaient fêter dans des décors comme celui-ci, mais la vérité c'est qu'il était jamais vraiment allé à la montagne, l'italien. La seule montagne qu'il connaissait, c'était le Vésuve, et elle avait pas cet aspect rassurant. Finalement il avait croisé ses jambes et braqué ses yeux vers Rosa, bien enfoncé dans son siège. L'histoire des italiens qui quittent le bercail pour le nouveau monde, elle était pas nouvelle. En Italie y'a pas de jobs pour ceux qui ont fait de grandes études, alors imagine pour les mecs qui étaient pas bons à l'école. Il avait pas honte d'avoir jamais passé son bac. Cette phrase elle était lancée au rythme d'un haussement d'épaules. Soit je restais là-bas à rien faire, soit je me bougeais le cul. Et chez nous on connait tous quelqu'un dont le cousin a un pote qui a lancé un resto à l'autre bout du monde. Le choix il avait été réfléchi, mais pas trop. Santo il avait trouvé la tune pour se payer le voyage et quelques mois de vie sur place et il avait pris le premier avion. Pas au meilleur moment, vu ce qu'il avait du laisser derrière lui, mais c'était une occasion unique. J'adore l'Amérique. Mais j'ai envie de retourner chez moi, à terme. Ma famille me manque. Il venait de faire glisser sa capuche sur sa tête, par habitude. Et toi, c'est la première fois que tu vas loin de chez toi ? Ca devait la changer d'ambiance. Mais Santo il avait du mal à croire qu'une instagrameuse se soit limitée à rester dans son coin du globe. Ca collait pas à l'image qu'il se faisait du métier.

_________________
phenomenal (mer, 12h) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Rosamie
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12050-rosamie 
phenomenal (mer, 12h) Empty
Message (#) Sujet: Re: phenomenal (mer, 12h) — Mar 7 Avr - 22:17

il n'était pas sérieux, ça te rassure grandement. parce que t'es clairement pas prête à commencer à te prendre la tête avec quelqu'un sur un sujet comme celui-ci day 3. de la provoc, ça te fait hausser un sourcil que d'entendre ça. tu vois, ça marche bien. tu lâches, avant de rire. t'espères que c'est bien ce qu'il prétend que c'est. mais t'iras pas chercher plus loin. tu le crois. pourquoi il te mentirait ? mais t'as besoin de comprendre à quoi ça correspond, 50$ ou 50€. t'as pas du tout ce genre de standards, tu vois pas à quoi ça correspond et son explication te permet d'y voir plus clair. ok, là, tu comprends. ah oui, d'accord. un truc genre 300 pesos. ça va pas lui dire grand chose, tu imagines, mais tu essaies de convertir ça pour que tu puisses bien t'en imprégner. c'est plus pour toi que pour lui, en fait. en réalité, t'es très loin du compte. très loin de la réelle estimation, mais les prix sont réellement très éloignés de ce qui se pratique aux États-Unis ou en Europe. tu en as juste très peu conscience. il te pose une question qui te fait froncer les sourcils, t'essaie de comprendre où il veut en venir. et tu comprends assez vite, dès la fin de sa phrase, ce qu'il veut savoir. euh, ça va. disons que y'a des gens très pauvres et très désoeuvrés, et puis y'a des gens très riches. après de manière générale, à Manille, on est pas mal lotis. mes parents se situent dans la moyenne, 25 000 pesos par mois chacun. donc ils sont dans la moyenne globale des gens de Manille et ça permet notamment de t'envoyer à l'université sans avoir trop de soucis, de se loger dans un appartement très convenable et de pouvoir vivre au quotidien sans compter chaque centime. mais tu sais que ce n'est pas le cas de tous les citoyens des Philippines. la moyenne de l'ensemble des îles se situe plus aux alentours de 15 000 pesos, alors Manille est certainement une exception. et tu as de la chance d'être née dans une bonne famille. donc je peux m'offrir des choses qui font plaisir, mais c'est pas le cas de tout le monde, évidemment. en tous cas, ici, tu te sens dépaysée. totalement dépaysée même. c'est incroyable comme les paysages sont différents de ceux que tu connais. bien sûr, t'as vu des photos de paysages comme ceux-ci sur Instagram, mais tu n'avais pas eu l'occasion d'avoir ça sous les yeux, d'aussi près, aussi beau. il te parle des jobs en Italie, de sa décision de partir en Amérique pour essayer d'avoir un travail. du fait qu'il aimerait rentrer, quand même, à termes. je vois. et du coup, tu fais quoi comme métier aux États-Unis ? t'as ton resto ? ou t'es serveur dans le resto d'un cousin qui a fait fortune là-bas ? ça te semble être la suite logique de son histoire, mais t'en es pas sûre. si ça se trouve, il est aspirant acteur à Hollywood, allez savoir ? je comprends. ma famille me manque déjà, et je suis ici depuis 3 jours seulement. tu lâches avant de rire. lui, il a rabattu sa capuche sur sa tête. t'interprète ça comme une tentative de fuite de la discussion, mais tu fais comme si de rien n'était. toi et ta psychologie de comptoir, on repassera. la deuxième fois que je viens en Europe, en comptant le casting au Royaume-Uni., tu lâches dans un léger soupir. faut dire que les Philippines, c'est environ 7 000 îles, alors avant d'avoir tout visité, tu peux y passer un peu de temps. tu expliques. après bien sûr, tu as été dans d'autres pays grâce au soutien de magazines de mode et de marques, mais t'es pas non plus une influençeuse internationalement reconnue alors ça reste en Asie et les heures de vol sont tout de suite plus supportables. et puis, t'évites de trop te déplacer en avion, parce que c'est totalement en désaccord avec tes convictions écologiques.

_________________
the past is gone
sing with me, sing for the year. Sing for the laughter, sing for the tear. Sing with me, just for today. Maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on!


Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
phenomenal (mer, 12h) Empty
Message (#) Sujet: Re: phenomenal (mer, 12h) — Mer 8 Avr - 13:39

Il avait pas pour objectif de se foutre la moitié des candidats et des spectateurs à dos en moins d'une semaine, du coup il avait un peu fait marche arrière sur ses déclarations. Le mec il blaguait en grande partie mais c'était toujours difficile de trouver un équilibre en parlant une autre langue. Malheureusement, l'humour, c'était pas facilement traduisible. Pour pas s'éterniser le sujet Santo il essayait de matérialiser le coût de 50€, mais vu qu'il avait strictement aucune idée de la monnaie philippine, il galérait un peu. Pour lui, ce qui n'était ni US, ni Europe, ni Japon, ni Australie, était forcément dans une position monétaire inférieure. Mais il se plantait sans doute, vu qu'il était pas du tout porté géopolitique. Peut-être. Je savais pas que c'était des pesos chez vous. Pour lui c'était un truc venu direct du Mexique. Mais là encore on arrivait aux limites de ses connaissances. Après, Rosa, de ce qu'il avait capté c'était pas une meuf qui avait tant galéré que ça dans sa vie. Il avait cherché à entrecouper ses souvenirs du prime avec ce qui se disait ici et là entre les candidats. 25000 pesos, ça faisait quoi, un peu plus de 400€? A Naples ça suffisait pour survivre dans la quartier où il avait grandi, mais à Miami il aurait fini par vendre son corps dans des combats de catch clandestins s'il avait fallu s'arrêter à ça. L'université est pas payante ? Après avoir vécu aux US il s'était rendu compte d'à quel point l'éducation était un privilège. Que lui galère, avec sa casquette d'italien sous-diplômé, c'était pas étonnant. Mais Santo il avait mis des mois à bien intégrer le fait que les autres, les gens normaux qui étaient nés là-bas, ils pouvaient suivre son même chemin à défaut d'économies. Heureusement que son premier taf avait été plutôt gratifiant de ce point de vue là. Rosa elle était bien sympa de lui poser toutes ces questions. Elle était polie. Parce que lui au fond il trouvait sa vie assez chiante à raconter. J'ai bossé un moment avec lui. Ca a bien marché. Et il m'a vachement fait grandir... T'sais je suis arrivé là-bas à 18 ans. Un vrai petit con. Fallait pas croire, derrière son sourire Santo il cachait quand même l'amertume de pas mal de mois compliqués. Mais on s'est un peu engueulés et moi maintenant j'ai lancé mon stand de glaces maisons et cocktails faits par mes petites mains. Dit comme ça c'était pas grand chose et même si c'était loin d'être son ambition première, Santo il en était plutôt fier. Il avait toujours fait en sorte de s'approcher des bonnes personnes et ses galères elles étaient souvent momentanées. Wah 7000 îles. Naples et sa baie à côté c'était rien. Eux ils étaient déjà contents quand ils avaient fait le tour des principales, parce que l'hiver tout était fermé et l'été c'était blindé de touristes. T'as une grande famille ? Pour les italiens comme lui, la famille ça voulait tout dire. Les oncles, les tantes, même les cousins éloignés ils rentraient dans l'équation. C'était une question de sang, de solidarité, de racines. Dieu, il les avait liés, alors d'une manière ou d'une autre ça devait compter. J'arrive pas à imaginer ton pays. Il était perturbé par ça. Rosa, elle rentrait pas dans les standards de ce qu'il aurait pu s'imaginer d'un pays aussi lointain.

_________________
phenomenal (mer, 12h) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Rosamie
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12050-rosamie 
phenomenal (mer, 12h) Empty
Message (#) Sujet: Re: phenomenal (mer, 12h) — Jeu 9 Avr - 0:42

t'es pas particulièrement étonnée qu'il ne sache rien de la monnaie locale. c'est pas les monnaies les plus connues sur le globe, alors tu hausses simplement les épaules. normal. je suis mal placée pour juger, je ne savais pas à quoi correspondait 50€ et 50$ alors... tu tentes de le rassurer un peu. parce qu'après tout, tu imagines bien que la monnaie des Philippines n'est pas du tout connue en Europe et que seuls ceux qui se sont intéressés au pays ou qui y ont voyagé savent ce qu'il en est. c'est un héritage des colonies. on a été colonisés par les Espagnols, puis par les Américains. tu expliques succinctement, histoire de lui montrer qu'il y a finalement une logique là-dedans. dans le fait qu'elle parle très bien anglais, et dans le fait que le pesos soit la monnaie nationale. d'ailleurs, mon nom de famille, c'est Flores. tu lâches, parce que ça fait pas très Philippin certainement, aux yeux des Européens qui pourraient imaginer des patronymes beaucoup plus... exotiques. certains noms de familles Philippins sont restés, heureusement, mais les échanges de population avec les autres pays, notamment la Chine et la colonisation par les Espagnols a brassé le pays. il te demande si l'université est payante, tu hoches la tête. un mois de salaire, à peu près, par semestre. alors ça fait cher, mais tes parents ont fait des économies tout au long de ta vie pour te permettre de mettre un jour les pieds dans une université si tu en avais envie. et c'est bien ce que tu as fait. et toi aussi, tu les aides au quotidien avec les revenus que génèrent Instagram pour faire ta part et ne pas simplement avoir de l'argent de poche. pourquoi ? tu demandes, parce que t'as l'impression que cette question est sortie de nul part, alors t'aimerais comprendre le cheminement d'idées dans la tête de Santo. tu veux en savoir plus sur son parcours de vie, alors tu lui demandes ce qu'il fait aux États-Unis, et effectivement, le cousin parti en Amérique pour faire fortune faisait bien partie de sa famille. il te dit être arrivé là-bas à 18 ans, avec l'immaturité qui va avec. donc dans l'ensemble, c'est plutôt une bonne expérience, ça t'a aidé d'une certaine manière !, c'est exactement ce qu'il t'a dit plus tôt. mais tu te permets de conclure. donc tu sais faire des glaces et des cocktails, ça c'est une très bonne information. tu lâches dans un nouveau sourire. à l'occasion, si t'en fais ici, je serai ravie d'y goûter. ça m'intrigue. et c'est pas des blagues, t'as vraiment envie de goûter tout ça. ce mec a quand même décidé d'entreprendre aux États-Unis et t'imagines que s'il s'en sort pas trop mal, ce qu'il propose doit être mangeable. sinon, sa réputation l'aurait certainement rattrapé. tu continues de lui décrire ton quotidien, ton pays. il a l'air choqué d'apprendre qu'il y a plus de 7 000 îles. si ça peut te rassurer, y'en a que 2 000 environ qui sont habitées. donc les autres sont techniquement des îles désertes et elles ont pas de nom. tu trouves ça un peu triste, que ces îles ne soient pas habitées, tu considères que c'est une bonne chose. les humains n'ont jamais fait quoi que ce soit de bien en allant quelque part, alors c'est pas plus mal que ces petits paradis soient plus ou moins préservés. on en vient au sujet de ta famille. ton regard se pose sur la cime d'un arbre, au loin. tu hausses les épaules. on était quatre frères et soeurs, on est plus que trois. j'ai toujours mes parents. je vis avec eux. ton regard se pose de nouveau sur Santo. ça a pas été facile de vivre le deuil de ton frère. mais t'as survécu et c'est en partie pour lui. pour tes parents, perdre un enfant a été horrible, tu le sais. la famille est très importante dans ta culture, et les décès ont toujours été difficiles à accepter. ils sont toujours difficiles à accepter. t'as plus de grands parents, non plus. et tu penses à ta grand-mère très souvent avec tendresse. tout comme tu penses beaucoup à ton frère. il t'avoue qu'il ne parvient pas à imaginer ton pays. tu souris, un sourire plein de tendresse et de bienveillance. ok, alors imagines d'abord les 7 000 îles. y'en a des plus petites que d'autres, évidemment. sur ces îles, c'est comme dans tous les pays j'imagine, y'a des villages et des grandes villes. il s'avère que je vis dans une grande ville, puisque je vis à Manille. en fait, ça dépend beaucoup des endroits, alors c'est difficile de décrire l'ensemble du pays. sur certaines îles, c'est la nature qui est à 100% à l'oeuvre. il y a des plages de sable blanc, des animaux, des oiseaux, beaucoup de végétation. maintenant, passons aux sensations. on a que 2 saisons, la saison sèche et la saison des pluies. de manière générale, il fait jamais beaucoup moins que 26 degrés. donc c'est clairement un climat tropical, un peu comme en Colombie, tu vois ?, tu connais un peu l'histoire de certains autres pays hispaniques. les gens... ils sont un peu comme moi. y'a pas mal de métissage culturel, alors ils peuvent ressembler beaucoup à des asiatiques, mais aussi beaucoup à l'image qu'on se fait des hispaniques. ou les deux mélangés. enfin la population est pas "lisse", si tu vois ce que je veux dire. tu mimes les guillemets avec tes doigts. et tu finis par demander est-ce que ça t'aide un peu ?.

_________________
the past is gone
sing with me, sing for the year. Sing for the laughter, sing for the tear. Sing with me, just for today. Maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on!


Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
phenomenal (mer, 12h) Empty
Message (#) Sujet: Re: phenomenal (mer, 12h) — Jeu 9 Avr - 22:31

Comme XXXTentacion. Il avait balancé ça comme ça. C'était un rappeur, il est mort à Miami y'a deux ans et une de ses chansons s'appelait Jocelyn Flores. Santo c'était pas une flèche pour se rappeler des noms des chansons du coup là il était pas peu fier. Mais c'était un sale mec. Le gars était connu pour ses violences contre sa meuf. Une sale réputation. Dommage, ses sons étaient cools. En tout cas il se sentait nettement plus à l'aise à parler de musique, parce qu'avouer son ignorance historique et géographique c'était pas un truc qui lui plaisait. Santo il était conscient de pas faire l'affaire face à quelqu'un de son âge qui avait eu un parcours scolaire normal. Mais il aurait jamais avoué son ressenti. Beaucoup trop fier pour ça. Il aspirait avant tout à montrer à ces gens là qu'il pouvait leur en foutre plein la gueule. J'sais pas, je me demandais. Aux US tu dois vendre ton poumon pour une place à la fac. Et en Italie je connais pas grand monde qui y soit allé. C'était avant tout un mec qui cherchait à décrypter les différentes personnes qui l'entouraient. Lui son expérience purement occidentale elle était assez limitée, alors une meuf qui venait des Philippines forcément ça l'intéressait. Ouais enfin j'ai envie de retourner chez moi. Là-bas j'arrive pas à me projeter. Il avait souri en commençant à se rouler une clope. Mais oui je ferai peut-être ça dans les jours qui viennent. Fallait pas qu'elle le crame auprès des autres, le gars il était bien content de se la couler douce pour l'instant. Même les cocktails il se contentait du plus simple, par flemme. Laisse-moi profiter un peu de ces vacances avant. Il était moqueur, mais y'avait un fond de vérité. C'est bon, l'année entière à servir les autres, il avait le droit de se faire nourrir gratos par le vieux Klaus sans scrupules. Ca lui revenait, maintenant. Il avait déjà lu vaguement l'histoire de cet archipel de milliers d'îles. Il s'était dit que ce serait un bon endroit pour partir en vacances. C'était toujours compliqué de visualiser les personnes qui vivaient dans ces lieux toute l'année. Eux à Naples ils étaient tranquilles, dans leurs quartiers y'avait pas grand monde qui y foutait les pieds. Fallait connaître ou y être invité. Il s'était penché en avant pour écouter Rosa, à l'image des potes qui commencent sérieusement à s'intéresser à une histoire. Sur le coup il n'avait pas réagi à cette déclaration sur son frère, ça le foutait un peu dans le dur. Il préférait la laisser lui expliquer ce qu'elle semblait heureuse de lui décrire, quitte à retomber dessus par la suite. L'italien il était difficile à satisfaire, mais quand on essayait de l'impliquer il s'y foutait à fond. Là il était vraiment en train d'imaginer le décor, les personnes. A l'entendre il voyait aussi ce métissage sur Rosa, chose qu'il avait un peu ignorée avant, trop habitué à voir des personnes de toutes les origines, à Miami. Ca me donne surtout envie d'y aller. Son visage s'était détendu. Et en Colombie aussi du coup. T'as des origines de là-bas ? Une autre inconnue à ses yeux, sauf pour les histoires de drogue. A Naples depuis la série Narcos on lui avait dit que Pablo Escobar c'était devenu le nouveau Maradona. Des gros cons ces napolitains décidément. T'as envie de rester aux Philippines ? Souvent les instagrameurs ils veulent bouger. C'était le premier à savoir à quel point quitter sa ville était difficile. Mais ils avaient pas choisi la même carrière. Rosa avec ses études de comm et son boulot elle devait avoir moyen de voir le monde, quitte à revenir quelques mois plus tard.

_________________
phenomenal (mer, 12h) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Rosamie
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12050-rosamie 
phenomenal (mer, 12h) Empty
Message (#) Sujet: Re: phenomenal (mer, 12h) — Jeu 9 Avr - 23:26

tu fronces un sourcil lorsque tu l'entends parler de XXXTentacion. t'as l'impression que la conversation a dérivé vers un site pour adulte, et tu comprends pas franchement comment vous en êtes arrivés là. mais l'explication ne se fait pas attendre, ce n'est pas un site porno, c'est juste le nom d'un rappeur. oooh. tu lâches, entre le soulagement et le bonheur d'avoir fait une découverte. c'était un sale type. ah. bon. genre, vraiment un sale type, ou une image qu'il faisait exprès de se donner ? non, parce que t'es instagrammeuse et tu étudies la communication. alors tu sais que la réputation, c'est avant tout une image que tu te donnes. tu influences la façon dont les gens te voient, obligatoirement. par ta façon de t'exprimer, ta façon de t'habiller, tes actions aussi. le capital sympathie, ça peut s'acquérir et se perdre en un claquement de doigts. et puis, de manière générale, même avec un bon capital sympathie, on ne peut pas plaire à tout le monde. il te pose une question sur l'université aux Philippines et te dit qu'il se posait la question, tout simplement. il te donne la situation aux US et te parle de son ignorance vis-à-vis de l'université en Italie. il t'explique qu'il n'a pas envie de rester aux États-Unis parce qu'il ne se projette pas. hm, je vois. tu lâches avant de demander et du coup, tu rêves de faire quoi, dans la vie ?, vaste question. tout le monde n'est pas capable d'y répondre. si t'as eu la chance de trouver ta voie assez vite, ce n'est pas le cas de tout le monde et ça se comprend. il commence à se rouler une clope pendant qu'il te dit qu'il fera peut-être ce genre de choses dans les jours à venir, avant de te demander de le laisser profiter de ses vacances. tu ris. prends autant de vacances que tu veux, ça fait jamais de mal. tu lâches. tu comprends parfaitement qu'il n'ai pas envie de s'occuper des cocktails de tout le monde tout au long de l'aventure. surtout si ce n'est pas ce qui l'anime réellement. faire son travail sans passion, c'est tellement triste. de ton côté, tu pars dans un long monologue pour essayer de l'aider à imaginer les Philippines. à la fin, il t'annonce qu'il a envie de s'y rendre. tu souris, presque flattée. rien ne t'en empêche. le billet d'avion n'est pas excessivement cher de toutes façons, c'est pas le pays le plus cher au monde. il te demande si tu as des origines de Colombie. tu penches légèrement la tête sur le côté. pas que je sache. mais qui sait réellement ? c'est vrai, tu restes persuadée que tous les êtres humains présents sur cette terre sont majoritairement issus de brassages culturels. et internet t'a bien aidé à ouvrir les yeux sur ces sujets. il me semble que j'ai surtout du sang Philippin, du sang Chinois aussi et du sang Espagnol. ah, et peut être un peu de sang Japonais. sombre histoire de 2nde Guerre Mondiale. t'es clairement pas sûre à 100% et plus personne ne pourra t'aider à y voir clair là-dessus, tes grands parents étant tous décédés. il te demande si tu veux quitter les Philippines, avançant l'argument que les instagrameurs, ton espèce en somme, ont souvent des envies d'ailleurs. eh bien, j'imagine que c'est un peu ce que je fais, là. tu dis dans un éclat de rire. je me vois pas vraiment partir maintenant. ma famille importe trop à mes yeux. j'ai pas envie de partir et de les laisser derrière. et puis, j'ai des études à terminer, quand même. et ce n'est pas à négliger pour pouvoir un jour espérer partir vers d'autres horizons. t'espères avoir un bon CV, une fois que ton compte instagram aura disparu dans les limbes. t'es assez objective là-dessus. t'es persuadée que ça ne peut pas durer éternellement, tout ça. t'as l'impression d'être au sommet de ta gloire actuellement, mais que ça ne peut que décliner à présent. enfin j'ai envie de voyager un peu quand même, mais ponctuellement. pas partir définitivement ou pendant longtemps. tu expliques. c'est vrai que t'as quand même envie de découvrir le monde, et Thrown Dice t'aide bien à démarrer tes voyages. t'aurais certainement pas pensé à l'Autriche, si on ne t'y avais pas emmené.

_________________
the past is gone
sing with me, sing for the year. Sing for the laughter, sing for the tear. Sing with me, just for today. Maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on!




Dernière édition par Rosamie le Dim 12 Avr - 13:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: CAPSULE PANORAMIQUE-
Sauter vers: