Partagez
 

 The luncheon - Renoir (jeudi 12h20)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
The luncheon - Renoir (jeudi 12h20) - Page 2 Empty
Message (#) Sujet: Re: The luncheon - Renoir (jeudi 12h20) — Lun 13 Avr - 18:33

C’est clairement l’instant bonheur de sa journée. Tomber sur un gars comme Ashley, pas certain qu’elle ai eu l’occasion de le rencontrer en dehors de l’émission. Elle ne peut s’empêcher de penser à ses filles et plus précisément à Jessminder. Qui adore regarder les scènes de bataille quand elles vont au musée en famille, ou quand elle est sortie de classe. Si elle pouvait être amené à rencontrer Ashley, ça lui ferait vraiment plaisir qu’elle lui parle des batailles qu’il a eut l’occasion de restaurer. Et la proposition qu’il lui fait à le dont de lui procurer une bouffée de joie. « Sérieusement ? » En réalité elle ne sait pas qui serait la plus impatiente à cette idée ? Elle ou bien sa fille ? Pour la partie ne rien toucher, Jessie saura s’y tenir elle sera tellement impressionnée par tout ça, qu’elle va certainement perdre l’usage de la parole. Et donc l’occasion d’embêter son petit monde. Il lui parle justement sa dernière restauration, sans trop rentrer dans les détails. Elle ne perd pas une miette de ce qu’il lui dit et est presque déçu qu’il n’aille pas dans le technique. Elle l’incite donc à aller plus dans les détails, prête à se farcir un long monologue qui ne risque pas de l’endormir. Rien ne l’ennuie, pas les passages sur les premières étapes, encore moins les détails sur les matières utilisées, et surtout pas la partie du nettoyage de l’oeuvre. C’est vrai qu’on a tendance à penser que le travail d’un restaurateur c’est juste sortir des gros cotons tiges et nettoyer la surface de l’oeuvre. Elle a d’ailleurs bien souvent l’image de Mr Bean qui détruit l’une des plus grandes oeuvres anglaises. Et clairement vu le niveau d’expertise d’Ashley, ça risque pas de lui arriver. « Et il vous arrive de devoir prendre un partie prix sur une restauration, une oeuvre très abimé qui mérite une intervention mais pour laquelle vous n’avez pas forcément assez de contenu historique pour savoir comment s’y prendre ? » Qu’elle demande, en parlant des restaurateurs en général, peut-être que lui n’a pas été confronté à ce genre de choses ? Après tout elle invente certainement un problème. Parce que l’histoire est bien fournis et même si on a peu d’info sur un peintre en particulier, suffit souvent de regarder ses contemporains pour savoir si le visage serait de telle ou telle forme, ou si le font serait plus doré à la feuille d’or ou simplement coloris en jaune ? « Tu t’es déjà retrouvé avec une oeuvre sur laquelle il y a déjà eu une intervention d’un petit gars qui pensait être qualifié ? » Là encore elle souhaite moule détails. Enfin, s’il le souhaite. Peut-être que malgré la passion qu’il a pour son métier il est pas venu ici pour en parler tous les jours, comme il pourrait le faire au quotidien. Elle va pas forcer les choses, elle se contentera d’apprécier ce qu’il lui offrira comme détails. « Ça doit être hyper passionnant comme travail. » Même si les contraintes existent certainement, faut pas croire, y a pas de métier parfait dans le quel on se retrouve jamais en face d’un problème qui te prend la tête pendant des semaines. Même elle, qui est à son compte, qui clairement n’a pas de patron à qui rendre des comptes. Il y a des jours où elle déteste ce qu’elle fait, surtout les jours où elle n’a pas tellement le temps de créer, vu la compta qui l’attend. Pour ce qui est des expériences culinaires, le teste des oeufs de cent ans c’est certainement l’ultime à passer avant d’obtenir la médaille d’or. Elle suppose qu’il est aller jusqu’en Chine pour faire cette expérience, bien que ça ne devait pas être le but du voyage. Et finalement, c’est dans un quartier de New-York, qu’il a fait le teste. Ce n’est clairement pas issu dépaysant que la Chine, mais ça a son caractère typique. On dit même, qu’on arrive presque à oublier qu’on est aux Etats-Unis. « Y a des gens à l’autre bout du monde qui t’appelle pour une restauration d’urgence ? » Qu’elle demande en rigolant, imaginant qu’il est le 007 de la restauration d’oeuvres d’art. Encore un qui a eu la chance de voyager. Elle en gonflerait presque ses joues d’envie. « Et maintenant tu peux ajouter Hallstatt à ton palmarès. » Elle aussi d’ailleurs, faut qu’elle arrête de penser qu’elle a fait que deux villes en 27 ans, y a maintenant ce village pittoresque d’Autriche à sa liste. D’ailleurs en parlant de son expérience, c’est à elle d’évoquer son boulot. Et son parcours n’est pas vraiment original, c’est son entourage qui l’a inspiré. Pour le coup elle ne sait pas si c’est le destin qui l’a mit sur le chemin de la création de bijoux, elle aurait plus tendance à penser que c’est elle qui a prit cette décision. Même si clairement cette occupation devait faire partie de sa vie, mais peut être seulement comme un « hobbies » si elle n’avait pas prit les choses en main. « Je suis plus dans le « minimaliste », bien sûr y a de l’inspiration indienne, mais plus dans les courbes, les matériaux… Je suis une petite entreprise, je fais pas le genre de bijoux qu’on pourrait retrouver dans un écrin en velours. Donc on est plus sur la seconde proposition je pense, avec beaucoup de modernité. » Qu’elle lui répond, en se rendant compte que pour une fois elle ne porte aucun de ses bijoux sur elle. Même pas sa bague fétiche qu’elle a certainement du oublier près d’un lavabo. « Je te montrerais la prochaine fois, je porte rien sur moi là. » Elle qui porte toujours des bijoux, elle est presque nue là. « Je les ai imaginé unisexe, même si la majorité de ma clientèle est féminine. » Même si elle doute que ce soit on style à lui. Suffit de regarder son site, on peut y trouver des modèles masculins comme féminins. D’ailleurs en Inde, les hommes portent beaucoup de bijoux, notamment le jour du mariage, mais pas que.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Ashley
Voir le profil de l'utilisateur   
The luncheon - Renoir (jeudi 12h20) - Page 2 Empty
Message (#) Sujet: Re: The luncheon - Renoir (jeudi 12h20) — Mar 14 Avr - 20:49

La surprise sur le visage de @Roma fait plaisir à voir parce qu’elle a vraiment l’air touchée par son geste qui, au fond, est trois fois rien. Ça ne lui coûtera que quelques heures de son temps et si ça peut faire plaisir à la fille de Roma, il ne voit pas de raison de ne pas le faire. “Oui, sérieusement ! Ça nous arrive de faire des visites pour des classes, cette fois ce sera juste un tour privé.” dit-il en rigolant parce qu’elle a l’air de ne pas y croire alors qu’il est parfaitement sérieux. L’intérêt que Roma porte à son activité professionnelle est très appréciable et puis ça le fait sourire de voir que les questions varient énormément d’une personne à l’autre. Sa question est tout à fait légitime et elle mérite une réponse relativement exhaustive. “C’est assez rare que le musée décide d’acheter une oeuvre si elle n’est pas exposable dans des conditions convenables. Et puis, si une oeuvre est trop abimée en apparence, parfois elle est tout à fait restaurable. On, les restaurateurs en général, utilise la technologie pour scanner la toile, voir s’il y a des traces de croquis sous la couche de peinture, ce genre de choses. Si jamais rien de probant n’apparaît, c’est au restaurateur de faire un choix. À titre personnel je refuse de travailler sur une oeuvre si c’est pour faire de la création, je ne suis pas l’artiste et je ne veux pas dénaturer sa vision en ajoutant de moi dans un tableau.” explique-t-il alors que Roma enchaîne déjà avec une autre question qui est elle aussi tout à fait pertinente. Damn ! Elle aurait fait une super stagiaire si elle n’avait pas déjà trouvé la voie qui lui convient. Son intérêt pour les choses est enthousiasmant et donne immédiatement envie à Ashley d’apprendre à la connaître davantage. “Si seulement il n’y en avait qu’une ! Avant que je ne travaille pour the National Gallery, j’ai bossé à New-York pendant cinq ans et en dehors des oeuvres importantes sur lesquelles je travaillais avec des conservateurs expérimentés, j’avais des projets de petite envergure et j’ai vu des peintures défigurées par des gens qui les avaient amenées chez le restaurateur du coin parce qu’il était pas cher. Parfois même des gens qui venaient en me disant qu’ils avaient voulu retoucher eux même la peinture parce que ça semblait pas trop compliqué…” Il s’arrête avant de traiter les gens d’abrutis parce que ce n’est parfois pas de la bêtise et plutôt des raisons économiques qui les motivent. Cependant quand ils finissent par aller chez un restaurateur de qualité qui leur demande une somme bien supérieure à ce qu’il aurait demandé au départ parce qu’il doit en plus de tout le travail de base, défaire le bordel qu’ils ont créé… forcément c’est rageant. “Non ça c’est excessivement rare. Souvent j’ai des collègues des quatre coins du monde qui m’appellent pour me demander mon avis, et je fais pareil si j’ai un doute sur une oeuvre. Mais je bosse pour un musée, mon job c’est de m’occuper de la collection du musée exclusivement, les restaurateurs privés ont l’option de voyager eux.” explique-t-il finalement. Nombre de ses collègues indépendants travaillent avec des clients d’horizons très variés, mais parfois ils doivent travailler sur des tableaux qui n’ont qu’assez peu d’attrait et c’est la raison pour laquelle Ashley préfère bosser pour un musée. Le flux constant de tableaux de qualité est la première raison, la seconde est que son salaire ne dépend pas de la quantité d’oeuvres qu’il traite ce qui peut nuire au travail de certains restaurateurs indépendants. “Je parie que ton business va exploser avec l’émission, tu vas plus savoir où donner de la tête.” commente-t-il très sérieux, il ne voit pas comment il pourrait en être autrement, cette émission propulse les candidats dans une célébrité volatile, mais si Roma se débrouille bien et qu’elle capitalise sur l’engouement des gens pour ses bijoux, elle aura vraisemblablement l’opportunité de transformer son business en phénomène. D’ici deux ans elle sera à la tête d’un empire ! “Avec plaisir ! J’adore découvrir de nouvelles formes d’artisanat.” dit-il enjoué. Il ne peut s’empêcher d’imaginer les bijoux de Roma, qu’il a remarqués en passant mais sans jamais vraiment y accorder une attention particulière jusque là. Il a peur d’avoir une idée biaisée par les femmes indiennes qu’il a vues dans les restaurants et les rues de Londres et qui portent des bijoux très traditionnels. “C’est chouette que ce soit inclusif, ça élargit ta clientèle et en même temps ça combat l’idée que les hommes ne peuvent pas porter de bijoux.” remarque-t-il. La société a tendance à projeter des stéréotypes machistes sur les hommes et leur faire voir les belles choses comme féminines, ce qui est assez triste. Les belles choses sont belles, point final. Et même si Ashley sait qu’il n’est probablement pas la cible de l’entreprise de Roma (parce qu’il porte peu de bijoux), il est content de manifester son soutien. Après, il sait bien qu’il n’est probablement pas la cible mais ça ne l’empêche pas d’apprécier l’effort. “Je porte quasiment pas de bijoux et ceux que je porte sont ouverts, j’ai du mal avec la sensation d’une anneau qui m’emprisonne, j’ai mon bracelet et j’ai jamais porté de bagues parce que je supporte pas ça, mais j’ai celle de mon premier mariage en pendentif.” dit-il en montrant son jonc en argent qui a la particularité d’être entrouvert pour qu’il puisse le retirer sans problème, puis en montrant l’alliance qu’il porte autour de son cou au bout d’une chaîne.

_________________
 
the devil you know
when in doubt i ask myself "what would jesus do ?" ▬ then i do the exact opposite. it's much more fun that way.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
The luncheon - Renoir (jeudi 12h20) - Page 2 Empty
Message (#) Sujet: Re: The luncheon - Renoir (jeudi 12h20) — Dim 19 Avr - 14:12

Il a taper dans le mile, c’est le genre de chose qui la surprend et lui fait vraiment plaisir. Qu’on pense à offrir des bons moments à ses filles. Elle espère de tout coeur que ça se fera, parce qu’on est pas à l’abris d’un petit plot twist du destin qui changera la donne. Mais rien que l’idée lui réchauffe le coeur et lui donne envie d’enlacer son camarade. Il lui dit que c’est quelque chose qu’ils font souvent pour les classes, mais ça n’enlève pas le caractère précieux de sa proposition. Elle se sent privilégiée et le fit que ça s’étende à ses gamines… y a juste pas de mots pour décrire à quelle point sa proposition lui fait plaisir. C’est donc sans voix qu’elle lui répond d’un sourire, la main sur le coeur. Il vient de gagner des points, clairement. La conversation se concentre sur le métier d’Ashley et bien que certains diront que c’est la plus ennuyeuse des séquence de l’émission, Roma elle, est complètement happé par ce qu’il dit et les questions s’allument par millier dans son esprit. Il lui dit qu’il n’est pas artiste et cette nuance elle la garde à l’esprit parce que pour elle, clairement il faut être un artiste pour faire ce qu’il fait. Il n’est clairement pas là pour dénaturer la toile, mais peut-être qu’à coté il a une production artistique bien à lui ? Qui sait ? Une question qui restera en suspend, ne souhaitant pas l’inonder de toutes ses interrogations. Après tout ils ne se connaissent que très peu et si pour le moment l’entente est au rendez-vous, elle ne souhaiterait pas que ça change parce qu’elle est trop curieuse. Elle rigole quand il lui parle de son expérience à New-York, avec des gens qui pensaient pouvoir faire le boulot d’un restaurateur professionnelle, alors qu’ils sont à peine capable de tenir un pinceau dans la main. Roma elle se lancerait jamais dans un truc comme ça, elle a trop le goût pour l’histoire et son caractère sacrée pour oser ne serait-ce que raviver le vernis d’une oeuvre non signée. D’ailleurs lui le voyageur elle l’a immédiatement imaginé comme un « agent » au service de l’histoire de l’art mondiale, en mission au quatre coins du monde pour sauver notre patrimoine. Image qui s’écroule bien rapidement vu qu’apparement elle est loin de la réalité. « Moi qui pensais que tu bossais pour une agence secrète, style Monument Men. Et que tu avais une mallette pleine de gadgets en tout genre. » Mais c’est c’est son imagination débordante, sans cesse stimulée par ses filles, qui parle. A son tour de parler de son expérience pro. C’est clairement autre chose que de bosser pour un musée qui a une renommée mondiale, mais elle est quand même pas peu fière de sa petite entreprise qui va certainement encore plus fructifier dans l’avenir. « J’espère, j’ouvre une boutique en sortant d’ici. » C’est pas une idée marketing ou quoi. C’est juste son emploi du temps qui est tombé comme ça, l’ouverture de la boutique est prévue depuis un moment, le bail est même déjà signé. Mais clairement elle va savoir profiter de l’émission pour se faire de la com. Ce serait bête de pas en profiter, même si son but en venant ici n’est pas du tout là. Elle ne l’avait pas imaginer comme l’un de ses futur client, mais maintenant qu’il lui montre ceux qu’il porte sur lui, elle dit pourquoi pas. Les bijoux d’Ashley ont des lignes simples et c’est ce qu’elle essaye de faire aussi dans ses créations, tout en ajoutant une touche de « Roma ». Le pendentif avec la bague de son premier mariage lui pince un peu le coeur. Elle pourrait lui poser un tas de questions, mais finalement elle reste silencieuse à ce sujet. Le seul bijoux qu’elle porte tout le temps Roma, c’est le collier avec les deux petites étoiles qui pendent entre ses seins. D’ailleurs machinalement elle vient effleurer du bout des doigts la chaîne qui épouse son cou. La conversation continue le reste du repas, sur des choses peut-être plus légère. « J’ai passé un très bon moment avec toi @Ashley, la prochaine fois je te ferais à manger. » Qu’elle lui promet dans un clin d’oeil complice. Il est temps pour eux de quitter la table. « C’est quand même sympa d’aller au restaurant sans devoir passer par la caisse. » Y a pas à dire, elle a comme un petit goût d’interdit dans la bouche, comme si elle partait d’un resto sans payer. Ce qu’elle referait jamais, clairement. « On rentre ensemble ? Si ça te dis ? » Parce qu’après tout il a peut être quelque chose en tête et s’il accepte ça ajoutera un bon moment à leur liste. Parce qu’il ne manque pas de conversation et Roma a toujours un tas de question qui clignotent dans sa tête.

vraiment désolée, j'ai pas vu la semaine passer punaise je voulais quand même te répondre une dernière fois littleheart

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: RESTAURANT D'ALTITUDE-
Sauter vers: