Partagez
 

 broken wings (jeudi, 10h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
broken wings (jeudi, 10h30) Empty
Message (#) Sujet: broken wings (jeudi, 10h30) — Dim 5 Avr - 15:59


@louis
broken wings


Carl il reste en boucle sur cette histoire de teams dont on leur a parlé samedi, de toutes les annonces qui ont été faites c’est la seule qui a réellement fait tilt chez lui. Ça le tracasse pas mal tout ça, faut dire que ça fait remonter de vieux souvenirs d’école et c’est pas hyper plaisant. À l’époque il se retrouvait sur le banc de touche parce qu’aucun élève ne voulait jouer avec lui, à tel point que les profs lui faisaient croire qu’il était trop fragile pour se mêler aux autres et bien sûr pendant longtemps il y a cru. Faut savoir qu’il raisonne vraiment pas comme tout le monde Carl, il a une logique bien à lui qui ne trouve aucun sens à part dans sa propre tête. Depuis samedi c’est bien simple il évite autant qu’il peut Kara et Natéo, déjà parce qu’il ne veut pas influencer ses camarades, mais aussi et surtout parce que ça lui fout une pression de malade de savoir que son avenir dans le jeu dépend peut-être de l’un d’eux. Il fait demi-tour quand il les croise, c’est tout sauf recommandé en début d’aventure qui plus est quand on sait que les deux candidats ont un pouvoir en leur possession mais lui pense bien faire. Est-ce qu’il compte les ignorer l’un et l’autre jusqu’au prochain prime ? Pire que ça, il se fondra carrément dans un mur s’il faut pour éviter de devoir leur parler. Carl il veut pas donner une mauvaise image de lui à ceux qui ont un pouvoir de décision, et il pense que c’est en rasant les murs avec eux qu’il préservera ça. Tout ce qu’il risque de gagner c’est que personne ne voudra de lui dans sa team et il sera placé quelque part par dépit. Il vient d’avoir une info comme quoi les deux chefs d’équipe se trouveraient dans le chalet alors ni une ni deux il chope une veste et prend la fuite en direction du village, où il ne devrait pas croiser grand monde à cette heure-ci. Il se pose pas loin du lac et mitraille le paysage avec sa tablette pendant un petit moment, combien de temps il saurait pas dire car il peut prendre des photos pendant des heures sans se lasser. Quand enfin il se décide à faire une pause il checke la galerie de son petit appareil qui indique pas moins de cent-cinquante photos, toutes prises dans un rayon de cinq mètres autour du lac. N’importe qui dirait que ce sont toutes les mêmes mais lui remarque une différence notable sur chacune, et prévoit déjà un tri intensif en vue d’un post à venir sur le réseau social. C’est à ce moment-là que surgit un camarade dans son champ de vision, un petit jeune dont la bouille lui inspire confiance sans qu'il ne sache pourquoi. « Salut. » Ce gars c'est Louis, il le repère à ses petites bouclettes. Il est pas toujours très disposé à parler lorsqu'il fait le vide autour de lui comme il vient de le faire pour prendre ses photos, mais l'arrivée de son camarade et le cadre lui inspirent à ce moment-là une remarque presque philosophique. « Il est triste ce village. Les gens ont l’air tristes, le paysage est triste. » il commente d'un air mélancolique en fixant l'étendue d'eau face à eux. « On se sent comme perdus au milieu de nulle part ici, tu trouves pas ? Y’a rien autour de nous à part des montagnes, ça fait presque fake. Honnêtement je suis pas sûr que ce coin existe réellement sur une carte. » Carl il est très sérieux quand il dit ça. Non seulement ça prouve que la géographie et lui ça fait deux parce que Hallstatt est pas non plus un coin inconnu de la planète pour le commun des mortels, mais aussi qu'il doute hyper facilement des choses qu'on lui présente et qu'on lui demande de croire. C’est peut-être un lieu secret, caché du reste du monde. William a dit que ça s’appelait Hallstatt mais un nom pareil peut pas exister, y’a trop de lettres. La production leur dit bien ce qu’elle veut, mais il en faut pas beaucoup à Carl pour douter d’une version officielle. Et quand on lui retourne pas le cerveau il arrive très bien à faire germer des idées farfelues dans sa tête tout seul. « En tout cas la tristesse est photogénique, j’ai fait de jolies photos. » il ajoute dans un fin sourire satisfait en désignant d'un bref mouvement de la tête sa tablette qu'il tient sous son bras. « Tu pourras me mettre un like quand je les posterai ? Enfin si ça te plaît bien sûr, te sens pas obligé non plus. » Y’a rien de plus pathétique que de quémander des likes dans le monde très connecté d'aujourd'hui Carl en a conscience, alors il tente d’être subtil sauf que ça c’est pas franchement son fort. « C’est différent de chez toi ici ? Le cadre, le climat, tu t’y retrouves ou pas du tout ? » Louis c’est quoi, français ? Y’a quoi comme villes en France à part Paris ? Et c’est vrai ou pas qu’ils mangent des grenouilles ? Quand il y pense, cette saison, y'a des candidats d'un peu partout et notamment pas mal d'américains ou d'italiens, mais étrangement presque pas d'anglais. Pour une émission britannique c'est quand même assez fort.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
broken wings (jeudi, 10h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: broken wings (jeudi, 10h30) — Dim 5 Avr - 16:58

Le chalet il en a fait le tour. De long en large. Bien assez pour déjà s’y sentir à l’étroit. Louis a besoin d’espace, il a besoin de bouger. Impossible de rester en place, ses envies de sensations le titillent déjà et dans son extrême impatience il se sent déjà faner. Rien de tel qu’un peu de planche pour remédier à tout ça. Les pavés du vieux village ne rendent pas la tâche aussi agréable qu’elle devrait l’être mais c’est ce qu’il lui faut pour s’évader : un peu de concentration. Ça lui permet aussi de profiter du grand air, le soleil matinal a quelque chose de vivifiant qu’il lui pense bénéfique. Il ne saurait pas franchement dire l’heure qu’il est lorsqu’il aperçoit une âme qui vive au loin en passant près du lac mais la possibilité d’une petite discussion de bon matin le chauffe bien. Sautant de sa planche, il embarque sa bien-aimée sous le bras et la prend en charge jusqu’à arriver au niveau de Carl. On est jeudi, Louis commence à retenir le nom de ses camarades et celui-ci il l’a ironiquement remarqué pour sa discrétion. Ça ressort en qualité ici, au milieu d’excentriques. « Salut. » qu’il répond en canon de l’irlandais, son regard suivant celui de son camarade. « Mh. J’suis assez d’accord avec toi. » Au-delà d’être triste il trouvait ça plutôt… mélancolique. Ce village possédant un charme très particulier, Louis n’était pas tout à fait sûr qu’il lui soit mentalement bénéfique sur la durée. Au moins il pourrait se vanter d’avoir ajouté une nouvelle destination à la liste de ses voyages. Sûrement qu’il ne serait jamais venu de lui-même, au final ce n’était pas une si mauvaise chose. « Non techniquement ça existe bel et bien. J’ignore si on est dans l’authenticité pure mais en tout cas nul doute que c’est un point sur une carte. » Il jette un regard curieux sur Carl qui semble déjà au bout du rouleau. Merde. Ça va être dur pour le frère. Au moins ça semble profiter à sa créativité. « Bien sûr, mon premier like est gratuit. Fais voir ce que t’as ? » Il était curieux de voir les quelques shots qu’il pouvait avoir, sans doute y avait-il des endroits qu’il n’avait pas encore vus comme des petites merveilles cachées ou tout simplement des choses pour lesquelles il n’avait pas l’œil. Lui en même temps dès qu’il descendait au village c’était à tout vitesse perché sur ses quatre roues. Sans prévenir Carl touche le point sensible sur lequel Louis retient sa frustration depuis leur arrivée mais, eh, c’est le jeu. Il avait signé pour ça. Ce n’est pas comme si l’endroit n’était pas agréable, il aurait juste préféré autre chose. Type la destination de la saison passée, mais il fallait se douter que la production prendrait le contre-pied cette fois-ci. « Super différent, oui. J’arrive de Corse, une petite île du sud de la France, le climat est complètement différent, l’ambiance aussi. Les sudistes, le soleil tout ça… mais question pittoresque je m’y retrouve. » Il dit, soupirant mécaniquement et posant son skate par terre pour le bloquer avec son pied, admirant la vue.« Tu connais probablement pas mais pour te donner une image c’est plus ressemblant à l’Italie qu’à Paris. » Cette comparaison était à chier mais devait être assez claire pour quelqu’un qui ignorant l’existence de l’île de beauté, comme la plupart des candidats ici présents. « Et toi ? … t’as pas l’air bien mon ami. » Il semblait tellement morose que ça allait presque finir par l’inquiéter.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
broken wings (jeudi, 10h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: broken wings (jeudi, 10h30) — Mar 7 Avr - 4:26

Y’a des chances qu’il vienne vite à bout de la patience de ses camarades avec ses histoires et ses croyances farfelues, faut juste se dire qu’il fait pas exprès et surtout imaginer que les trucs aberrants qu’il peut sortir ne représentent qu’une infime partie du gros bazar qui se joue dans sa tête en permanence. Si encore il n’y avait que des Louis dans cette aventure ça irait, le gars a l’air patient et même soucieux de le voir divaguer autant. Carl se rend pas compte à quel point il part loin parfois, son imagination est sans limites et ce nouveau cadre auquel il tente de s’habituer ne fait que renforcer son impression d’étrangeté par rapport à tout ce qui l’entoure. Louis semble partager son ressenti sur le village, mais il lui assure que cet endroit qu'on leur a présenté comme la destination de cette saison existe bien sur une carte. Carl assimile l'information un peu difficilement, forcément ça vient heurter tout le scénario qu'il s'était mis dans la tête et d'un coup la réalité lui semble une fois de plus assez décevante comparée à ses fantasmes. Mine de rien, l'idée d'un décor créé de toutes pièces par la prod et d'un endroit imaginaire il aimait bien lui. « Donc t'es en train de me dire que ce lac est naturellement aussi bleu et que c’est pas un colorant qu’ils ont mis dedans pour le rendre plus joli à l’écran ? » Petra la dame qui vend plein de trucs moches et le vieux qui tient le stand et qui sourit tout le temps, c’est des vrais gens aussi alors. Peut-être que s'il avait été plus attentif à la présentation des lieux samedi il saurait que ce village a une histoire, et il se mettrait pas tout ça dans le crâne. Y'a probablement pas mal d'infos qu'il a pas eu et c'est dommage, car c'est son ignorance qui mène bien souvent à l'emballement de son imagination et à la manifestation de sa paranoïa. « T’es vraiment sûr de ça ? Bon, d’accord, j'imagine que je peux te croire parce que t'es sûrement beaucoup plus intelligent que moi. » Carl il s'est souvent demandé si le jour où son frère est tombé du toit et a perdu ses jambes lui n'est pas tombé sur la tête, ça expliquerait pourquoi ça semble pas toujours fonctionner comme il faudrait là-dedans. Il dit toujours que sa mère est à l'ouest, mais il a de qui tenir. « Tu pourras me montrer où on se trouve précisément sur le globe terrestre du grenier du coup ? » Il y croira vraiment quand il le verra, là faut déjà qu’il imprime qu’un village quelque part dans le monde s’appelle bel et bien Hallstatt, c’est quand même pas rien. Il était à deux doigts de se croire dans un remake du Truman Show alors c’est bien que des gens comme Louis le ramènent un peu sur terre, ou tout du moins essayent, car il est quand même perché sacrément haut Carl c'est pas évident de le faire descendre de son petit monde fantasmatique. Louis demande à voir ses photos, et aussitôt il exerce un mouvement de recul comme pour lui barrer l'accès à sa tablette. « Oh non, désolé mais je préfère pas. » il répond en remuant la tête. « Je dois d’abord trier tout ça parce qu’il y a beaucoup de photos, tu vois ? Si je te montre maintenant j’ai peur de me porter malheur et de bider quand je posterai. » Un post avec très peu de likes c’est vraiment sa hantise, et il pense qu’en choisissant soigneusement la photo qu’il partagera à un moment tout à fait calculé où les autres candidats sont eux aussi connectés il s’assurera un minimum de succès. Carl sait bien qu'il risque pas de battre le record de likes détenu par l’œuf avec ses photos de lac, ce qu’il veut c’est juste en avoir au moins dix car en-dessous c’est vraiment la méga lose d’après lui. Il est quand même content de voir que ses photos intéressent Louis mais il a des croyances fortement ancrées dans sa petite tête qu’il est pas prêt à mettre de côté pour gagner quelques points d’affinités avec lui, et le karma en fait partie. « Et puis je veux pas tricher, si tu vois mes photos avant que je les poste t’auras pas la surprise le moment venu et ton like sera pas authentique. » Carl pourrait simplement lui dire qu'il découvrira ses photos quand il les postera car c'est mieux comme ça selon lui et pas s'étendre en explications ressemblant toujours à des excuses un peu fumeuses, mais non, faut toujours qu'il se justifie de façon interminable comme si c'était susceptible de le rendre un peu moins bizarre aux yeux des autres. Louis est donc corse, il avait visé juste en le pensant français. Il hoche la tête dans un sourire, intégrant une information de plus. « Ça me dit quelque chose la Corse, c'est pas une île avec des pirates ? J'ai jamais été en Italie donc je peux pas dire à quoi ça ressemble, je sais juste qu'il y a la mafia et des gens qui parlent avec leurs mains là-bas. » Avec Carl les clichés ont la dent dure, mais il pourra rapidement vérifier si celui des italiens parlant avec leurs mains est vrai avec tous ceux qui ont été castés cette saison. « Moi ? Je viens d'Irlande mais je suis en Angleterre depuis deux ans en tant qu'au pair. » il l'informe dans un sourire avant que son camarade lui fasse remarquer qu'il a pas l'air bien d'un ton pas loin de lui sembler inquiet. « Oh si, ça va pourtant ! Enfin pas plus mal que d'habitude je dirais. » Il aura peut-être du mal à le croire après les réflexions déprimantes qu'il a émises sur l'ambiance dans le village tout à l'heure, mais c'est courant que des lieux lui inspirent ce ressenti-là. La vie plus généralement a tendance à l'attrister facilement parce qu'il ne se sent à sa place nulle part, pour ça et pour d'autres raisons. « Ça doit être un peu difficile à croire mais je suis tout le temps comme ça. Je sais pas si c'est lié à la grosse déprime que ma mère a fait après ma naissance, peut-être qu'elle m'a transmis une sorte de mélancolie chronique. Et puis j'suis vraiment beaucoup trop sensible, ça aide pas. » En fait Carl il sait pas trop ce que son camarade sous-entend quand il dit qu'il n'a pas l'air bien, peut-être que c'est une façon de lui signifier qu'il passe pour un dingue et que c'est sa santé mentale qui pose question là. Ça y est, sa parano est de retour. « Tu vas aller dire aux autres que je suis zarbi et leur conseiller de pas m'approcher ? Je sais que je suis pas fun et un peu étrange mais je le fais pas exprès. » il déclare sur un ton assez fataliste. Il sait qu'il aura bientôt une réputation dans ce chalet et que celle-ci le poursuivra jusqu'à sa sortie, partout où il passe les gens finissent par le catégoriser comme le barjo de service alors il s'attend à ce que ce soit le cas ici aussi.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
broken wings (jeudi, 10h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: broken wings (jeudi, 10h30) — Ven 10 Avr - 19:24

Carl part super loin dans ses suppositions, l’idée que la production ait pu mettre un colorant dans ce lac ne lui avait même pas traversé l’esprit à Louis. Le pire dans tout ça c’est qu’il arrive quand même à se demander s’il n’aurait pas un peu raison tellement tout semble avoir été posé là. Ils ont postulé pour une télé-réalité mais il n’y de réel que leurs interactions, tout le reste n’est qu’un aménagement monté de toutes pièces ou presque. Ou presque. Oui, donc pas de colorant. Donc on se reprend Louis, s’il se met à divaguer sur les fabulations de Carl il n’a pas fini. « Ouais ils sont pas allés jusque-là, imagine le scandale sinon avec tous ces mouvements écologiques et le bordel qui va avec. » Il ne voit pas qui aurait pu avoir l’idée d’un truc pareil et manque de l’exprimer lorsqu’il réalise que le type en question bah… c’est celui en face de lui. Il lui jette un regard incertain face à l’incrédulité de l’irlandais. Louis n’a jamais brillé par son intelligence alors qu’on se rabaisse face à lui en choisissant ce critère… c’est plutôt ironique. « Hé te rabaisse pas comme ça. » La paume de sa main lui tapote l'épaule comme pour l’inciter à intégrer ses conseils. « C’est juste que c’est pas quelque chose qui se fait de mettre un colorant dans un lac. » Incroyable de se prendre autant la tête pour une telle futilité. Il tenait là un as de la remise en question, peut-être qu’il aurait quelques trucs à en tirer tiens. En attendant si Carl n’avait pas eu l’air autant innocent il l’aurait clairement accusé de le troller. « Ouais carrément. T’es au courant qu’on est en Autriche au moins ? » Le doute s’installe là, il semble avoir été posé là sans de plus amples explications le garçon. Est-ce qu’il avait vraiment passé les castings au moins ? Et qu’est-ce qui pouvait pousser un type pareil à venir s’exposer à l’opinion publique ? Autant de questions qu’il s’aviserait de poser plus tard, là il a un super plan tourisme à choper mais le guide n’est pas très chaud. C’est clair et net ça au moins. Surpris, un « Sérieux ? » lui échappe, sourcils levés sous la stupeur. Il reste interdit face aux explications de Carl qui commence de plus en plus à ressembler à un petit écureuil tout craintif. « Ah. » C’est tout ce qu’il trouve à dire face à un tel raisonnement, on sent que le type a bien élaboré sa théorie. « D’accord c’est toi qui vois. » Il va débattre mille ans pour voir ses photos hein, il s’en remettra. Ce qu’il en retient c’est qu’il deal sûrement avec la personne la plus réservée de l’aventure. Louis il n’a jamais eu trop de patience pour ces cas de figure honnêtement. « Tu devrais demander de l’aide à Jill si ça t’angoisse, c’est le genre à avoir plein de tuyaux pute à likes. » Il avait déjà entendu la benjamine parler réseaux et franchement ça faisait presque flipper. Louis les réseaux ça lui parle qu’à moitié et il pense que c’est le mal de la nouvelle génération, la preuve en directe avec Carl qui se soucie de l’authenticité de son like. Rien que ça c’est problématique. « Non mais t’aurais ma réaction en direct et c’est beaucoup plus authentique qu’un like sur un réseau social. » On marche sur la tête, lui il est trop terre-à-terre pour se laisser embarquer dans cette spirale virtuelle. La conversation glisse sur sa terre d’adoption et là il s’y retrouve. Enfin presque car l’irlandais déblatère tout un tas de conneries sur la Corse et franchement ça lui donne envie de rire parce qu’à défaut d’ignorer son existence comme la plupart des candidats il s’en fait un nouveau monde. « Si ! Exactement ! En fait c’est une île sur laquelle les pirates ont trouvé repère pendant la colonisation et depuis ils ont résisté à toute tentative d’invasion, ce qui fait que c’est resté une terre sauvage avec une civilisation à part entière. Je t’avoue que je ne viens pas de là originellement mais une fois que t’y as mis un pied tu peux plus en sortir. On te menace et tout c’est un peu la merde du coup tu rentres dans les rangs pour rejoindre la grande famille de la piraterie ! » Bah voilà. Il est très fier de son impro et de sa nouvelle étiquette de pirate. La vie de Carl semble moins fabuleuse, un peu plus rationnelle aussi, mais tout aussi surprenante. Il ne l’imagine pas trop avoir le dessus sur des gamins ni sur qui que ce soit mais avec l’aperçu qu’il vient d’avoir il y a fort à parier que Carlito c’est le genre de mec qui ne sait pas trop comment grandir et qui n’a aucune idée de comment se débrouiller seul. « Wow deux ans que tu gardes des gosses ? C’est une vocation ? Comment t’en es arrivé là ? » Puis sans vouloir l’offenser l’Angleterre c’est un peu à côté de l’Irlande alors il ne pige pas trop la valeur ajoutée. Il l’inquiète un peu mister pessimisme, c’est tellement violent que ça a l’air contagieux mais, eh, il vient de lui décrocher un sourire. Un sourire qui annonce tout un paragraphe de sa vie à chemins croisés avec la dépression. « Détrompe-toi la sensibilité c’est quelque chose d’hyper apprécié et même une qualité je dirais. Et c’est touchant, ça pourrait te servir ici. » On veut toujours ce qu’on n’a pas, hm. « Et ta mère… elle va mieux ? » S’il l’évoque c’est que ça le touche non ? Lui eet la psychologie c’est pas trop ça mais il essaie, se donnant courage avec une clope avant de s’indigner. « Mais non t’es fou toi pourquoi je ferais ça ? » Il aime bien foutre un peu la merde Louis mais il préfère le faire avec ceux qui ont de l’assurance, il ne veut pas être accusé de bullying non plus. En parlant de ça… « Tu te trouves pas fun et étrange parce que c’est ton propre jugement ou on t’a sorti ça un jour et tu te l’es gravé dans ta tête ? » Il demande réellement curieux, commençant à se faire un portrait précis du candidat. « Moi j’te trouve intéressant figure-toi, t’es celui avec qui j’ai la conversation la plus profonde depuis le début. » Enfin du côté de Carl quoi, parce que lui et ses histoires de piraterie on n’était pas vraiment là. « Mais en trois minutes tu m’as limite listé toutes les raisons pour lesquelles je devrais arrêter de te parler, j’sais pas si tu te rends compte. Tiens attend on va parler de choses cool. C’est quoi ta passion dans la vie ? La photo ? » Il désigne la tablette entre ses mains, essayant d’engager la conversation sur quelque chose de positif pour élever un peu l’humeur de ce garçon morose, c’est sa mission personnelle du matin.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
broken wings (jeudi, 10h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: broken wings (jeudi, 10h30) — Dim 12 Avr - 3:40

C'est à se demander où Carl va chercher tout ça parfois, sa petite théorie sur la couleur de l'eau provenant d'un colorant son cerveau l'a pondue pendant qu'il prenait ses photos tout à l'heure, quand il s'est fait mentalement la remarque que ce bleu ressortait un peu trop bien dans son objectif. Il trouve toujours ça étonnant quand on lui conseille de se lancer dans l'écriture de bouquins alors qu'avec l'imagination qu'il a il pourrait développer de sacrées histoires qui taperaient peut-être dans l’œil d'un éditeur quelque part. Carl il se dit en permanence paumé dans sa vie mais il exploite pas forcément toutes ses capacités non plus. C'est aussi un gars qui a appris à coder tout seul et qui maitrise la plupart des jeux vidéo comme s'il les avait créé, mais plutôt que d'avoir un peu d'ambition et d'envisager une carrière comme développeur ou de se lancer dans le e-sport il a choisi de s'occuper des enfants des autres il y a deux ans. Il est marrant quand il se pose en grande réflexion sur son avenir soi-disant inexistant, s'il commençait par se poser les bonnes questions il y verrait peut-être plus clair déjà. Il accueille la main de Louis sur son épaule avec un petit sourire, la réalité est une fois de plus assez dure à avaler car ce monde manque vraiment trop de fantaisie et de couleur pour lui. Alors oui le colorant dans l'eau ç'aurait été un désastre écologique mais c'est pas le genre de choses dont Carl se préoccupe lui, il est tellement dans son monde que ces questions-là pourtant d'actualité lui effleurent même pas un peu l'esprit. « Ouais tu dois avoir raison, je sais pas comment j'ai pu m'imaginer ça tiens.. » il formule alors que son regard divague autour d'eux sans trop savoir où se poser. Il est en train d'intégrer tout ça là, faut le temps que ça monte au cerveau et surtout qu'il accepte qu'une fois de plus son imagination a de très loin dépassé la réalité. Louis lui demande s'il est au courant qu'ils se trouvent en Autriche, quand même. « Oui oui ça j'ai retenu ! Je sais juste pas trop où c'est par rapport à l'Angleterre et tout, mais j'ai l'impression que le voyage a duré une éternité samedi. C'est l'Europe ici du coup ? » Il a appris en début de semaine que l'Allemagne et l'Autriche était des pays limitrophes et il se rappelle vaguement d'un cours sur les pays fondateurs de l'Europe dont l'Allemagne faisait partie, donc par pure déduction de sa part l'Autriche a de grandes chances de faire partie de l'Europe aussi. Carl pourrait profiter de l'occasion pour montrer les photos qu'il vient de faire à son camarade et solliciter son aide pour les trier, sauf qu'il se met en tête que ça pourrait se retourner contre lui au moment de les poster et à partir de là c'est même pas la peine d'essayer de négocier avec lui. Il a beaucoup trop peur du karma Carl, et il pense vraiment qu'en spoilant Louis il s'attirera les foudres du dieu des likes. Son camarade affiche un air ébahi devant son raisonnement, comme sûrement pas mal de gens devant leur télé au même moment. « C'est pas contre toi hein Louis ! Je peux juste pas me permettre de bider sur mon premier post, non mais t'imagines ? » Le français lui conseille d'aller voir Jill qui connaitrait pas mal de trucs pour se faire des likes faciles, c'est toujours bon à prendre alors il range ça dans un coin de sa tête car pour le moment il pense pas en avoir trop besoin. « Oh j'y penserais, merci. Mais tu sais j'ai apporté un calepin où j'ai noté pas mal de hashtags que j'ai déjà pu tester et qui fonctionnent bien. » il détaille assez fièrement comme si c'était pas ridicule de se ramener avec une liste de hashtags pour racoler sur les réseaux. Il parle de like authentique à Louis, mais ceux qu'il obtient de cette façon le sont pas du tout. « Ça fait pas pitié d'utiliser des hashtags exprès pour avoir des likes, si ? » il demande en croisant le regard perplexe de son interlocuteur. « Tu sais moi ça me rend heureux quand je reçois des notifs de likes, c'est bête mais je me sens important sur le moment. » C'est triste exposé de cette façon mais c'est comme ça qu'il a l'impression d'exister dans ce monde Carl, le simple bruit de la notification qui arrive sur sa tablette lui donne le sourire et peut égayer d'un coup une journée qui partait pas très bien. Louis doit penser qu'il est vraiment désespéré comme gars et il a parfaitement raison. La Corse dans l'imaginaire de Carl c'est une île avec des pirates et son camarade a pas l'air d'avoir la foi de le contredire là-dessus, au lieu de ça il s'emballe même à lui sortir toute une histoire à laquelle il va bien évidemment croire. Les pirates il sait que ça existe, il a notamment l'image de Grace O'Malley en tête à propos de laquelle son grand-père lui a raconté beaucoup d'histoires quand il était petit, donc sur le moment il arrive complètement à imaginer des pirates en Corse il trouve vraiment pas ça choquant. « Donc t'as été obligé de devenir un pirate aussi ? Mais attends.. tu dis qu'on peut pas en sortir mais toi t'es bien parti pour faire cette aventure, c'est pas très logique tout ça. Tu me racontes pas des sornettes j'espère.. » Il fronce légèrement les sourcils et ne lâche pas son camarade du regard, l'air de lui dire j'ai confiance en toi Louis alors me trahis pas. Louis qui semble surpris d'apprendre qu'il a tout plaqué pour devenir au pair deux ans plus tôt, et qui se demande si ça part d'une vocation à la base. « Oh non pas du tout. » il répond illico en remuant la tête. « Je voulais m'éloigner de la maison quelques temps parce que c'était plus trop respirable là-bas, mais pas aller trop loin non plus, alors quand j'ai trouvé une agence d'au pair en Angleterre j'ai pas hésité bien longtemps avant de m'inscrire. Pourtant à la base je suis pas super à l'aise avec les enfants et quand je me suis rapproché de l'agence j'avais aucune expérience de garde donc je pensais pas avoir le profil qu'il fallait pour faire ça, mais ils m'ont trouvé une famille que ça dérangeait pas. C'est pas un job qui vend du rêve, ça paie même pas bien mais je sais pas trop ce que j'aurais fait à la place. Donc ouais deux ans que ça dure et sept familles à mon actif, parce que j'ai changé pas mal de fois. » Sept familles en deux ans, Louis se rend peut-être pas compte parce qu'il évolue pas dans le game au pair mais c'est énorme, la plupart des jeunes au pair sur la même période restent chez une seule et même famille. C'est rare qu'on lui dise que sa grande sensibilité est un atout dont il pourrait tirer profit, il sait pas trop comment il pourrait l'utiliser à son avantage dans le jeu mais ça le rassure un peu de se dire que c'est pas seulement une tare qui lui causera des problèmes. La question de Louis sur sa maman lui arrache un petit sourire, il trouve ça trop mignon de sa part de s'en soucier. « Elle va mieux oui, elle prend des médocs qui la mettent un peu à côté de ses pompes mais au moins elle pleure plus sans raison. » Les médocs ça aide mais quand on les prend pendant de longues années c'est plus tellement une solution, c'est une bouée pour pas se noyer et rester à la surface. Le français semble pas très content d'entendre que Carl redoute qu'il aille monter les autres contre lui, d'après lui faut être fou pour s'imaginer une telle chose. Il comprend qu'il le fera pas, qu'il est pas comme ça. « Okay, bon t'es un gentil toi alors. » il souligne dans un petit sourire tandis qu'il imprime dans sa tête que Louis est un gars cool et que c'est safe de trainer avec lui. Quant au fait d'être pas fun et étrange comme gars c'est pas un truc qu'il sort lui-même de sa tête, pour une fois. « On m'a dit pas mal de fois que j'étais bizarre et puis creepy aussi, c'est un truc que j'ai déjà entendu. J'en veux à personne de le penser car y'a sûrement du vrai là-dedans, moi je sens bien que j'évolue pas totalement dans le même monde que la plupart des gens. » Il hausse les épaules, avant que son cerveau subisse un léger bug en entendant que Louis le trouve intéressant. Il dit même que c'est sa conversation la plus profonde depuis le début, et vraiment il aurait pas pu s'en douter, il savait même pas que c'était possible d'avoir ce genre de conversation avec lui. « C'est vrai ? Tu me trouves profond du coup ? » Hey je suis intéressant et profond, vous avez entendu ??? Louis il est quand même bien serein pour un gars qui risque de devenir l'un des repères majeurs de l'irlandais dans ce jeu s'il continue à s'intéresser à lui comme il le fait et à débiter toutes ces choses gentilles à son égard. Sans le savoir il lui donne exactement ce qu'il faut pour ça, Carl est un garçon qui a besoin d'être rassuré et de sentir qu'on lui prête attention. Le français vise juste avec la photo, ça trône effectivement au rang de passion dans sa vie aujourd'hui et c'est celle à laquelle il s'adonne le plus d'ailleurs. « Oui j'adore la photo, je pourrais rester des heures perdu dans la nature à photographier tout ce qui m'entoure. J'aime bien jouer avec les ombres et les lumières, et puis prendre les gens en photo aussi, même s'ils s'en aperçoivent pas toujours parce que ça m'arrive de capturer des silhouettes à la dérobée quand je pense que ça pourrait faire une jolie photo. » Il se rend pas compte si c'est creepy ou pas, pour reprendre le mot qu'il a sorti juste avant et que les gens ont parfois tendance à lui associer, lui voit pas trop le mal qu'il peut y avoir dans le fait de prendre les gens en photo sans leur dire pour sa petite collection perso. Il a pas forcément besoin que quelqu'un pose pour lui ou qu'on distingue nettement un visage sur ses photos pour en être satisfait, ses clichés ont souvent ce petit côté furtif qui pourraient vite le faire passer pour un voyeur mais lui ne le perçoit évidemment pas comme ça. Pour lui ce ne sont que des photos et il fait rien à part les regarder de temps en temps et en partager certaines sur les réseaux. En tout cas si on lui demande, c'est ça qu'il répondra Carl. « Ta passion à toi c'est laquelle ? Tu fais quoi quand t'as besoin de te détendre ou pour te changer les idées quand tu passes une mauvaise journée ? T'as beaucoup de mauvaises journées d'ailleurs ? » Carl a envie de comparer les passions qui les animent l'un et l'autre maintenant, histoire de voir s'ils jouent un peu sur le même terrain ou pas du tout. La photo c'était pas trop dur à deviner pour lui mais du côté de Louis il saurait pas trop dire, ça saute peut-être pas du tout aux yeux quand on le voit et si ça se trouve ça va même grandement le surprendre.

(sorry pour la longueur troll)

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
broken wings (jeudi, 10h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: broken wings (jeudi, 10h30) — Lun 13 Avr - 23:09

Il ne connait pas encore assez Carl pour comprendre ce qui peut bien se passer dans sa boîte crânienne mais clairement ça a l’air compliqué. Il n’y a qu’à voir le tracas que ça lui procure d’avoir imaginé qu’un colorant ait pu avoir été déversé dans le lac. Louis il préfère laisser tomber le sujet, ce genre de dissertations ça le saoule et il y a plus intéressant à discuter, comme l’endroit où ils se trouvent par exemple. Carl n’a pas l’air hyper bien renseigné, il dit savoir qu’ils sont en Autriche mais il ne capte pas qu’ils sont en Europe. Euh. « Bah oui du coup. » Il ne comprend pas qu’il ne comprenne pas m’enfin, il y a aussi un point sur lequel il a raison : la durée du voyage. « Si tu veux mon avis ils ont fait des détours, franchement c’était abusé avec leur jet privé ils auraient pu nous faire atterrir direct ici ou à quelques mètres. Pas besoin de flamber comme ça. » Il soupire parce que ça l’avait gonflé tout ce cinéma pour les faire atterrir dans un chalet près d’un lac. Non mais sérieusement. Parlant de sérieux, Carl prend cette histoire de like hyper à cœur. Tellement qu’encore une fois Louis ça lui passe au-dessus et ça lui fait éclater un rire lorsque l’irlandais se justifie de peur qu’il le prenne mal, suite à quoi il lui recommande de demander conseils à Jill. Malgré ses anxiétés il n’a pourtant pas l’air d’avoir besoin de conseils le petit, il fait des stats et tout c’est quelque chose. « Tu rigoles pas toi, c’est hyper rigoureux ton truc. Du coup tu peux pas me dévoiler ta liste de super-hashtags ? Moi j’suis une merde avec ça. » S’il est nul c’est bien parce qu’il n’en a rien à carrer, ses hashtags il les met soit pour remplir du vide soit pour faire référence à quelque chose de drôle mais jamais il ne se questionne sur la popularité que ça va lui ramener. De toute façon sur les réseaux il y a deux types de personnes : ceux qui jouent le jeu et ceux qui s’en foutent quitte à passer pour des ringards. Carl c’est clairement la première catégorie et même s’il avait l’air fier de lui il se referme tout à coup pour demander certitude à Louis qui hausse les épaules sous l’évidence. « C’est fait pour ça. » Et là c’est terrible, lui qui aurait d’habitude tendance à se moquer sent une forme d’empathie et de peine l’envahir face à un Carl qui exprime une forme de solitude moderne. « Ce qui est le plus important ce sont les gens qui t’envoient des messages et te demandent réellement de tes nouvelles. Il faut pas les oublier ceux-là. » Le voilà qui se surprend à faire gentiment un cours d’égo-boost version chouilla moralisateur. Il n’adhère pas à ces conneries et il aimerait bien qu’il s’en rende compte le petit parce qu’il est persuadé que ça pourrait le libérer du poids énorme de la pression qu’il se met. Puis il ne veut pas le vexer en lui disant mais en général le contenu ça s’oublie aussi vite que ça s’est liké. En revanche ce qui ne s’oublie pas c’est une bonne histoire de pirate comme il est en train de lui servir. Il est presque déçu que Carl ne morde pas complètement à l’hameçon mais il tient quelque chose même s’il lui fou la pression avec son air sceptique. « Le pacte du sang. » Il tape son poing sur son cœur en l’honneur de ce pacte imaginaire qui justifierait qu’il ait pu sortir de l’île sain et sauf. Ça cogite vite dans la tête de l’irlandais, c’est sûrement là son problème d’ailleurs. Avec des neurones qui connectent et une fantaisie pareille il devrait trouver autre chose qu’au pair, enfin ça c’est l’opinion de Louis qui n’a jamais eu une bonne image de ce métier avec tous les scandales qu’il a pu entendre. « La vache sept c’est beaucoup. C’est normal que t’aies autant changé ? » Lui il s’imagine des Thénardier qui en profitent et nourrissent mal l’au pair en le prennant pour la boniche de la maison. Ajoutez à ça l’histoire de sa mère et ses médocs et Louis se prend d’une soudaine compassion pour Carl. Au global lui sa vie n’avait jamais eu de réelle complication, sa famille était équilibrée et on lui avait payé une école à dix mille euros l’année pendant trois ans donc forcément il réalise sa chance face à ce genre de profil bien plus complexe que le sien. « Je suis désolé, ça ne doit pas être facile. » Il ne sait pas si c’est la bonne chose à dire mais il le fait avec sincérité. Peut-être que sa méfiance envers le monde vient de ce genre d’évènement, enfin là on parle surtout de sa méfiance envers lui et Louis ça l’irrite un peu parce que pour une fois il est bienveillant. « J’essaie parfois. » Ouais il essaie d’être un gentil quand ça lui prend comme maintenant. Il est rassuré de constater que Carl n’est pas un ancien bully qui a absorbé toutes les critiques comme une éponge et qu’il se considère lui-même dans son propre monde. « Bah tant que ce monde te convient. Franchement t’sais quoi ça doit être des mainstreams qui t’ont dit ça. 'Fin j’te dis ça je sais pas si c’est bon signe vu qu’on est tous un peu perchés à notre façon ici. »  Il avait identifié les critères de la prod assez rapidement après avoir brièvement analysé la bande de joyeux lurons qu’ils étaient tous, le nombre de scènes improbables s’enchainaient à une cadence hallucinante. Wah il sent qu’il vient de lui faire plaisir avec sa remarque là mais c’est vrai, il le trouve plus profond que certains avec qui il a aussi pu échanger. « Ouais j’te trouve réfléchi. Tu connectes vite j’ai remarqué. » Il capte aussi quelques trucs Louis l’air de rien, comme l’intérêt de Carl pour la photo. Bon ça saute aux yeux mais voilà. « J’comprends mieux. T’en fais quoi après, tu les exposes ou t’as une page insta dédiée ? » Vu que c’est son grand délire ça semble même évident. Sans avoir été prévenu il se fait enchainer sur un tas de questions, la dernière étant emplie d'innocence il s'attarde dessus. On lui demandait rarement s'il passait des mauvaises journées, c'était même jamais arrivé « Nan j’évite les mauvaises journées en m’éloignant de tout ce qui me gonfle. » Raison pour laquelle il avait déménagé pour la Corse, quittant l’environnement anxiogène de Paris. « Et ma passion ça a longtemps été le skate. » Il fait rouler la planche son sous pied avant de continuer. « J’dis souvent que c’était mon premier amour car j’y ai passé toute mon enfance à participer à des compets et tout. Mais ça dure un temps ce genre de bail, j’en fais juste pour me détendre maintenant. Ce qui me plait c’est les sensations des sports extrêmes un peu dans le genre. »

(j'ai fait la même Arrow )

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
broken wings (jeudi, 10h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: broken wings (jeudi, 10h30) — Jeu 16 Avr - 17:36

Carl enregistre dans sa tête qu'il se trouve bien en Europe, et s'il a su le déduire tout seul il avait quand même besoin de la confirmation de quelqu'un comme Louis qu'il considère officiellement comme bien plus intelligent que lui et qui se trouve déjà être une sorte de référence à ses yeux. Le gars lui parait en savoir un rayon sur un tas de trucs, et il se base uniquement sur ce qu'il lui a appris au sujet de l'authenticité du décor dans lequel se déroule l'aventure pour penser ça. Il se compare beaucoup aux autres Carl, quand on lui explique qu'il fait fausse route sur un truc et qu'il s'est encore mis une idée farfelue en tête il intègre pas seulement l'info en elle-même, il se dit aussi qu'il est vraiment pas équipé pour penser correctement tout seul et que les autres en savent beaucoup plus que lui. Ce qui n'est pas complètement faux, d'ailleurs. C'est pourtant pas un gars stupide l'irlandais, quand il veut il peut aussi faire preuve de bon sens et sortir des choses intelligentes qui prouvent qu'il en sait plus qu'il en a sûrement conscience lui-même. Son problème à Carl c'est qu'il pense beaucoup mais ne réfléchit pas assez. Louis approuve pas du tout les détours que la prod leur a fait faire samedi, il a l'air de penser que tout a été mis en œuvre pour faire du spectacle alors que le voyage aurait pu être simplifié pour eux. « Ils ont peut-être pas eu l'autorisation pour nous faire atterrir dans le village ? N'empêche ça a dû faire bizarre aux habitants de voir débarquer toute une équipe de production et une vingtaine de candidats ici, alors le train puis le bateau c'était sûrement plus discret et respectueux au final.. non ? » Il cherche pas du tout à défendre la prod, il tente juste de comprendre pourquoi on leur a fait prendre trois moyens de transports différents pour arriver jusqu'ici au lieu de faire l'intégralité du voyage en jet comme Louis vient de le souligner. Carl il sait pas comment ces choses-là s'organisent mais il suppose que la prod fait pas tout ce qu'elle veut non plus, et en se mettant deux secondes à la place d'un habitant de Hallstatt il se dit que ça doit quand même être moins nuisible pour eux de les faire débarquer en bateau. Louis a presque l'air impressionné par tous les calculs qu'il fait dans sa tête pour optimiser ses chances d'être vu et liké chaque fois qu'il poste quelque chose, à tel point qu'il lui demande même un aperçu de ses meilleurs hashtags. Carl il est grave honoré qu'on prenne conseil auprès de lui comme s'il était devenu un genre de référence en matière de putalike, il a l'impression de pouvoir apprendre quelque chose à son camarade cette fois et que les rôles sont inversés pendant quelques secondes. Du coup il prend sa demande très au sérieux, car il s'agit de montrer qu'il s'y connait réellement et maitrise le sujet. « Alooors j'ai pas mon calepin sur moi mais je peux t'en citer quelques uns de mémoire. J'utilise pas mal #like4like ou #likeforlike pour avoir des likes faciles en échange desquels je vais liker le dernier truc que les gens ont posté, c'est du donnant-donnant en fait. Sinon y'a les basiques #nofilter pour montrer que tu retouches pas tes photos, #foodporn, #foodlover et #yummy pour la bouffe, #lifestyle pour se la péter, #tbt si tu postes une vieille photo, #aesthetic pour les photos un peu plus artistiques comme un coucher de soleil parfaitement centré par exemple. Et puis les mots clés tous simples comme #travel, #love, #happy mais ils se suffisent pas à eux-même par contre.. Ce qui marche bien aussi c'est de rajouter "photography" après le thème de ta photo, genre #naturephotography, #cityphotography, #architecturephotography.. c'est important de cibler tu vois ? Voilà avec tout ça déjà y'a moyen d'avoir pas mal de likes je pense, mais si tu veux j'irai chercher mon carnet après et je te montrerai tout ce que j'ai noté.  » Il a fini son petit exposé sur comment gratter des likes en bourrant ses posts de hashtags en 2020 et il espère que ça pourra aider Louis à améliorer sa visibilité s'il pense avoir besoin de ça. Ça a l'air de l'intéresser en tout cas, et peut-être que Carl est pas le seul à vouloir exister dans cette sphère purement virtuelle qu'est celle des réseaux sociaux. Mouais, son cas à lui est quand même particulier vu qu'il en est à un point où le moindre like reçu lui procure une joie sincère tant il a besoin de se sentir d'une quelconque importance et de voir que ce qu'il poste passe pas totalement inaperçu contrairement à lui. Il a pas trouvé d'autre moyen d'exister pour le moment, et jusqu'ici ça marchait pas trop mal pour lui puisqu'il raflait en moyenne 80-100 likes par post sur sa page perso avant de s'enfermer ici. Il est évidemment loin de péter les records de likes mais 80 likes c'est potentiellement 80 personnes qui ont capté son existence à travers une banale photo pendant une seconde, et pour lui c'est énorme. Ces gens-là ne s'abonneront pas pour la plupart mais il s'en fiche, c'est pas l'engagement qui l'intéresse c'est vraiment la popularité du moment aussi éphémère soit-elle car les hashtags, au bout de quelques heures, ça marche plus trop faut quand même le savoir. Une photo a une durée de vie de six heures et ça il le prend bien en compte lorsqu'il poste, il choisit pas n'importe quel jour ni n'importe quelle heure pour ça. Tout est calculé, c'est d'une tristesse sans nom mais s'il trouve un sens à sa vie de cette manière on aurait probablement tort de lui retirer tout ça. Louis lui parle des vrais gens, de ceux qui prennent des nouvelles et envoient des messages, et ça le rend triste parce que ça lui renvoie en pleine tronche à quel point il est pas entouré. « Ouais des amis quoi.. J'en avais quelques uns avant mais aujourd'hui y'a pratiquement plus que ma mère qui m'envoie des messages. Chaque année j'espère que quelqu'un se souviendra de mon anniversaire mais je crois que pas mal de gens ont supprimé mon numéro, et moi avec. » Il termine en haussant les épaules, l'air de dire c'est comme ça de toute façon, j'ai l'habitude. Carl il a pas fait le ménage dans ses relations comme certaines personnes font parfois, lui il a pas du tout demandé à ce que les gens le fassent disparaitre de leur vie et en même temps si c'est arrivé y'a bien une raison à ça. Il s'interroge pas assez sur ce qui a pu le conduire à finir si seul, généralement quand on sait gérer ses relations on sait garder les gens auprès de soi, c'est même naturel. « T'as beaucoup d'amis toi dehors ? » il demande en se doutant bien qu'ils ont pas la même vie sociale et qu'il a probablement tout à envier à Louis à ce niveau-là. Bon, il était un peu sceptique face à l'histoire de pirates que son camarade lui a sorti mais en le voyant si investi dans ce qu'il raconte il met rapidement ses doutes de côté. La pacte du sang il sait pas bien ce que ça implique mais il y croit en tout cas, ça peut pas être un truc que Louis vient d'inventer. Son camarade bloque sur les sept familles d'accueil qui se sont enchainées pendant ses deux ans en tant qu'au pair, et il se demande si c'est normal qu'il en ait eu autant. « C'est pas vraiment normal non. » il admet alors que son regard s'égare une nouvelle fois devant lui. « J'ai dû changer pas mal de fois parce qu'il y avait plus ou moins un problème avec chacune, mais ce serait long à expliquer. » Ce qu'il précise pas c'est qu'il a rarement entrepris lui-même les démarches auprès de son agence pour être placé ailleurs, en général les familles prenaient les devants pour ça. Il accueille les mots compatissants de Louis avec un sourire, il sait pas trop quoi répondre aux gens qui se disent désolés pour lui, si c'est une forme de pitié ou quoi alors il a pas vraiment pris l'habitude de répliquer quoi que ce soit quand ça arrive. Sa vie a pas été faite que d'évènements joyeux jusque là mais y'a bien plus malheureux que lui, il se plaint d'ailleurs rarement Carl, c'est un truc qu'on peut pas lui enlever. Ce qu'il retient en tout cas c'est que Louis est à l'écoute et le gratifie de paroles bienveillantes depuis le début de leur échange, autant dire qu'il effectue une montée fulgurante dans le classement de ses habitants préférés - et on a pas trop de mal à deviner qui figure en tête de celui-ci. Louis qui considère que tant qu'il évolue parallèlement dans un monde qui lui convient, c'est le principal, et qui pense aussi qu'ils sont tous un peu perchés ici. « Oh ça me rassure un peu ce que tu dis, j'avais peur d'être mis de côté justement à cause de ça mais maintenant j'ai hâte que ma bizarrerie côtoie la votre du coup ! » il déclare dans un grand sourire. Carl il voulait pas être la pièce toute tordue qui rentre pas dans le puzzle et faire tâche à côté de tous les autres, si on lui donne des camarades bizarres aussi à leur façon ou qui possèdent également leur propre monde il est content lui. Ce qu'il souhaite c'est être lui-même dans cette aventure, sans qu'on vienne constamment souligner son côté étrange ou farfelu. Réfléchi par contre c'est pas un qualificatif qu'on lui attribue souvent, et Louis l'a certainement pas assez fréquenté pour penser de lui qu'il est capable de mener une vraie réflexion tout seul. Il se base sur pas grand-chose pour dire ça, et même si ça lui correspond pas trop à partir du moment où ça sonne comme un compliment Carl il est preneur. « J'ai pas trop l'impression de l'être moi mais merci, je me sens  intelligent quand j'entends ça. » Ça fait aucun doute que Carl est un garçon connecté mais il l'est pas vraiment au monde réel, ce monde où on lui a fait sentir pas mal de fois qu'il avait pas trop sa place et où il n'a jamais su s'en faire une non plus. Sa passion pour la photographie a l'air de réellement intéresser Louis, parfois les gens posent des questions par politesse parce que ça se fait dans une conversation mais en réalité ils s'en fichent pas mal, et lui ne semble pas lui demander tout ça pour faire semblant de s'intéresser justement. « J'ai une page perso dédiée ! C'est pas non plus du grand art mais j'crois que cette page reflète pas mal mon univers et mes inspirations, ça marche plutôt bien en plus j'ai pas mal de commentaires sur mes photos et certaines ont même été repostées sur des pages beaucoup plus suivies ! » il expose fièrement à son camarade car c'est un peu le seul "accomplissement" personnel dont il puisse se vanter ces dernières années. « Bon, je te cache pas que c'est assez dur de devoir tout recommencer ici. » Le réseau social de Thrown Dice c'est une plateforme spéciale à laquelle il n'est pas encore habitué, forcément dessus il part de zéro et ça le stresse un peu de pas parvenir à rencontrer le succès comme il pense y être parvenu sur un autre réseau social. Alors sa fixette sur les hashtags, les likes et compagnie elle avait toutes les chances de le poursuivre dans cette aventure. Louis ne connaitrait pas vraiment de mauvaises journées, il dit réussir à s'éloigner de tout ce qui le gonfle et il a bien de la chance. « Faudrait que tu m'apprennes ça. » il commente aussitôt, avant d'assimiler que sa passion à lui c'est le skate et c'est pas très étonnant quand on le voit avec sa planche, Carl aurait presque pu s'en douter. Il en parle comme de son premier amour et Carl est très réceptif à cette image qu'il trouve vraiment jolie, même si aujourd'hui Louis en fait surtout pour se détendre comme il dit. « D'accord je vois, donc c'est plus vraiment une passion. » Et ce qui est sûr c'est qu'ils n'ont vraiment pas en commun l'attrait pour les sensations fortes. Carl il a horreur de la vitesse alors bon, c'est pas demain la veille qu'ils monteront dans une montagne russe ensemble. « En terme de sensations fortes ici je sais pas si tu trouveras ton bonheur. » Il y a bien le parcours de luge sur rails qui offrirait parfois une petite dose d'adrénaline à ceux qui se risquent à l'emprunter mais ce serait purement aléatoire, et puis Louis c'est un sportif apparemment alors pas sûr que ce soit le genre à s'assoir dans un truc en attendant que ça veuille bien bouger. « Tu t'es déjà blessé en faisant du skate ? Ça a l'air si facile de tomber de ce truc-là, je sais pas comment tu fais pour garder ton équilibre dessus et tout. » il laisse entendre en désignant la planche sous le pied de son camarade d'un mouvement de la tête. "Et tout" dans sa tête ce sont les pirouettes que les gars qui font du skate font quand il en voit à la télé ou dans des vidéos sur internet, c'est toujours super impressionnant mais ça a l'air aussi super dangereux et quand il assiste à une chute il ferme les yeux par réflexe car il aime pas voir les gens se faire mal Carl, il a l'impression de tomber avec eux sur le moment.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: LAC HALLSTÄTTERSEE-
Sauter vers: