Partagez
 

 blame it on the goose (mardi - 0h05)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
blame it on the goose (mardi - 0h05) Empty
Message (#) Sujet: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Lun 20 Avr - 3:07

Je vais commencer par croire que je commence légèrement à devenir alcoolique, mais faut dire que par moment dans cette émission on se fait drôlement chier. L’alcool permet de délier les langues et de passer des soirées délurées qu’on peut regretter le lendemain en mettant tout sur le dos sur la boisson du diable. Cependant, je ne me vois pas boire toute seule, ça ferait vraiment forceuse qui vient noyer sa peine dans l’alcool. Alors que je n’ai rien à noyer et qu’en plus, j’aime être entourée. Je cherche mon complice de soirée et là les cheveux soyeux de Santo passent devant mes yeux. Un sourire railleur se dessine sur mes lèvres. Je m’avance vers lui et je tape sur son épaule pour qu’il se retourne vers moi. « Toi et moi, le bar, à 0h cendrillon. » Je lui fais un clin d’œil et je reprends le chemin de ma chambre pour vaquer à mes occupations. Le soir arrive assez rapidement, je mange un morceau avant d’aller prendre une douche. Néanmoins, je n’enfile pas mon pyjama comme à mon habitude. Ça serait con de faire une soirée au bar en nuisette. Je fouille quelques secondes dans mes affaires et j’enfile un débardeur blanc tout simple ainsi qu’un short en jeans. Pas besoin de se vêtir comme au pôle nord dans le chalet où règne une chaleur continuelle et je me dis que l’alcool me réchauffera assez rapidement. Je me pointe au bar qui est vide quelques minutes avant l’arrivé de @Santo. Je dépose les bouteilles les plus intéressantes sur le comptoir. Je déverse dans un grand verre un mélange de la mort. Un peu de vodka, de tequila et d’alcool avec des écritures que je n’arrive pas à traduire. Histoire d’éviter le coma éthylique, je vide un peu de jus d’orange à l’intérieur et y ajoute une petite ombrelle à cocktail. C’est à ce moment précis que Santo se pointe. Mon regard accroche le sien, alors qu’un fin sourire se dessine sur mes lèvres. « Alors, ça te plaît ? » Je laisse un petit blanc passer avant de reprendre. « Je te parle de notre équipe, est-ce que tu penses que j’ai fait des bons choix ? » J’ai envie de connaître son avis, faut dire que Santo a été celui qui avait l’air le plus motivé par cette histoire d’équipe. Je change alors littéralement de sujet. « Je viens de créer un super cocktail, cap ou pas cap de le boire ? » Clairement il ne va pas savoir le finir s’il veut rester sur ses deux jambes, mais je me dis que ça peut être amusant de connaître ses limites. « Ils sont tous trop mou, je suis sûr que t’es le partenaire idéal pour un cap ou pas cap d’enfer. » Je me souviens de notre conversation de la semaine passée et j’en ai donc déduis que Santo était le candidat parfait.« Il n'y a que deux règles : Rien qui peut blesser ou tuer, logique, je veux pas finir au trou. Et rien de sexuel, mes frères me tueront à ma sortie sinon. » Je ne pense pas que Santo soit contre ses règles, au moins elles sont dites dès le début du jeu et comme ça tout est clair entre nous.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne
blame it on the goose (mardi - 0h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Mar 21 Avr - 1:14

Il avait bien noté l'heure de rendez-vous, mais pour une question de principe Santo il traînait calmement dans son pieu en laissant les minutes filer. Minuit pile c'était une indication trop précise pour sa gueule d'ange. Santo il avait beau être dans l'ultra contrôle, parfois il avait juste envie de jouer à l'emmerdeur. Depuis qu'il était rentré dans la dynamique équipe ça fusait pas mal dans sa tête. D'un côté il se sentait pris au piège par un truc plus gros que lui, de l'autre ça le faisait marrer d'essayer de capter la stratégie de la production. Pour l'instant au fond il voyait zéro stratégie, si ce n'est leur donner une illusion de compétition dans la compétition. Lui il avait répondu présent en premier, à cause de son putain d'esprit mégalo. Ca l'avait soulé de voir quelqu'un d'autre mener la bataille, comme ça l'avait soulé de n'être cité nulle part dans les côtes de popularité. Santo il aurait beau dire que passer inaperçu c'était mieux, d'un point de vue stratégique, ça le foutait quand même en rogne. Il pensait un peu à ça en abandonnant Izïa dans leur chambre à minuit sept passée. Les consignes elles lui laissaient présager une soirée alcoolisée. Cette mise en scène de réunion au sommet ça puait juste l'excuse pour s'amuser. Tu t'es crue en plein été ? Il s'était marré en se posant face à elle. Le baptême du feu il le voyait bien face à lui, ce cocktail couleur orange trop diluée. Y'a quelques très bon choix oui. Mais on a Felicity. Pas par sa faute, c'était les stats. Y'avait d'autres choix douteux, genre Kai, mais vu qu'elle semblait bien l'apprécier il préférait fermer sa gueule. Sa main s'était déjà posée sur le verre. Oui puis y'a Dieu qui nous regarde aussi. Il avait précisé en un semblant de sourire. C'était purement ironique ce coup-ci, un simple écho à leur précédente discussion. D'un côté comme de l'autre il devait leur avoir pardonné déjà pas mal de pêchés. Du son, Harlem! Il faisait tournoyer l'ombrelle entre ses doigts le temps que Kara se décide à leur mettre du gros rap. Il lui fallait pas grand chose Santo, juste les premières notes et v'là que son visage s'était éclairé. Putain. Ca sentait plus le détergent que l'orange, mais il avait pas cillé face à Aera alors pas question de lâcher son honneur dans ses baskets. Quatre grosses gorgées c'était le maximum qu'il avait pu faire d'une traite, laissant un petit fond à son verre. Pause. C'était à son tour de lui servir une mixture efficace. Trois shots de tequila alignés pour commencer. Il suivait sa danse tant qu'il s'agissait de s'échauffer. Des meufs comme Kara il en avait jamais vraiment rencontrées l'italien. Des filles aussi libres. Trois teq paf à la suite ? Alors, cap ma petite Kara ?

_________________
blame it on the goose (mardi - 0h05) AuoAFfy
- ora figli dell'immensità
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
blame it on the goose (mardi - 0h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Mar 21 Avr - 23:16

Santo ne tarde pas à arriver. Je lui offre un énorme sourire lorsqu’il s’approche, alors qu’il fait un petit commentaire désobligeant comme à son habitude. « Et alors tu vas te plaindre ? Belle nana, cocktail frais et son qui ambiance, que demander de plus ? » Les bonnes fêtes où on se marre ne sont pas réservé aux périodes estivales, même en hiver, je suis toujours dans le même mood. Bien que j’évite les mini-shorts pendant les saisons froides, ce qui semble logique. Avant de commencer la fête, je lui parle des équipes et ce qu’il pense de la nôtre. Il a l’air d’en être satisfait, mais ajoute quand même qu’on a Felicity ce qui me fait éclater de rire. « Je suis sûre qu’elle va pouvoir nous surprendre la vioque, je ne lui laisse pas le choix. » Ouais pour le coup même si je ne voulais pas d’elle au départ, doutant de son efficacité, elle va devoir se battre au même titre que nous pour notre team. J’en viens à parler du jeu que j’ai décidé de mettre en place qui est très simple, mais j’ajoute des règles histoire de ne pas déraper dans quelques choses de dangereux ou obscène. Il ne faut pas oublier que des caméras sont braqués sur nous et que des milliers de personnes sont à l’affut de tous nos faits et gestes. Santo ajoute qu’il y a aussi dieu qui nous regarde lorsque je parle de mes frères et mon sourire s’étire d’autant plus. « Amen. » que je j’ajoute en joignant mes mains, me disant qu’on ferait mieux d’être ignoré par le seigneur ce soir, puisque beaucoup de pêchée pour être commis. Santo me demande de balancer de la musique pour commencer réellement le jeu. Je me déplace alors jusqu’à la tablette pour pouvoir choisir un son et je ne mets pas longtemps à réfléchir. J’ai la musique parfait pour ce genre de soirée ; une fois le son enclenché, tout en me mouvant au rythme de la musique, je reviens vers Santo qui semble se motiver dès les premières notes. Il ne me déçoit pas et boit presque l’intégralité du contenu. Je tape des mains sur le comptoir pour le motiver à boire avant d’attraper un fou rire. « T'as pas intérêt de vomir ! » Faut dire que je lui ai offert un sacré mélange, d’ici quelques temps, l’alcool va le rappeler à l’ordre. Je le regarde déposer trois verres à shooter et verser de la tequila dedans. Voilà mon défi, les boire les uns à la suite des autres. Je me mords la lèvre. « Si je me mets à pleurer, c’est que je suis complètement ivre. » Je ris à mes propos avant d’attraper le premier verre que je bois cul sec. Je le repose, sentant l’alcool me brûler la gorge. Je saisie le deuxième verre qui me brûle de nouveau, je toussote une demi seconde avant de boire le troisième qui ne me brûle plus, mais je sens que les dégâts ne vont pas tarder à arriver. « Trop facile. » Bien sûr, je mens. Je ne veux pas perdre la face dès le début. « Cap ou pas cap de me faire voir tes plus beaux pas de danse ? » J’espère qu’il est doué sinon le pauvre va complètement se ridiculiser. Heureusement qu’on est qu’à deux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne
blame it on the goose (mardi - 0h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Mer 22 Avr - 19:48

Kara elle manquait pas d'assurance et Santo il trouvait ça ultra excitant. Il lui avait dit, que les meufs qui lui plaisaient c'était avant tout celles qui le faisaient ramer. Lucia elle l'avait fait attendre une semaine entière avant de daigner répondre à son texto. Santo ça l'avait rendu dingue, il en avait parlé à tous ses potes et il avait même fait livrer un camion de fleurs sous sa fenêtre pour gagner son attention. Ca avait fini par marcher et cette histoire était devenue un running gag dans leur groupe. Faut dire qu'en bons gamins napolitains ils avaient pas de limites. Rien, je rentre juste dans mes baskets de râleur. Ils se moquait en faisant allusion à la chronique de l'autre soir. Et ça tombait bien, parce que lui aussi il l'avait traitée de râleuse. Santo ce soir il avait pas envie de parler des équipes. Il avait joué le jeu et gagné sa place là où il le souhaitait. Kara, forcément elle avait fait les meilleurs choix. Maintenant la remarque sur la vieille c'était plus fort que lui. Puis au fond il espérait qu'elle le prenne pas mal, Felicity. Il ouvrait un peu sa gueule mais il était pas méchant. Finalement il s'était penché par dessus le bar pour essayer de comprendre ce que contenait son verre. Et surtout ce que leur réserverait la soirée. Harlem elle était partie brancher ses sons pendant que lui analysait les degrés qu'il allait se prendre dans la gueule. Allez, scusa mamma. Pour la blague. C'était pire que le mélange d'Aera de l'autre soir. Aucune logique. Juste une sensation écoeurante qui lui arrachait la gorge. Mais Santo il lâchait rien, parce qu'il était jeune, parce qu'il aimait s'amuser, et parce que ça faisait longtemps qu'il avait pas vécu cette insouciance. Alors il s'était mis à rigoler, lui aussi. C'est pas moi qui ai ruiné ma réputation sur Instagram ma petite. Plutôt crever que vomir. Santo il se taperait jamais cette honte là à la télé. Ca lui était jamais arrivé et ça commencerait pas ce soir. Les trois verres de tequila par contre ils attendaient sagement Kara. A partir de quel moment je dois arrêter pour pas me faire virer par la prod ? Parce que si elle avait les pleurs faciles Kara ça voulait dire qu'elle tiendrait pas longtemps. Et Santo il avait beau sourire en la voyant dégommer ses verres, il gardait un peu de son aspect rationnel. C'était quoi sa limite, à Kara ? Il avait tapé le bar en écho au dernier verre posé pour symboliser sa réussite. Putain t'as pas envie de voir ça. Santo c'était pas un bon danseur. Il savait que danser en boîte de nuit, donc faire osciller son corps d'un pied sur l'autre. Mais vu qu'il était italien et qu'il avait pas honte de jouer au dragueur du dimanche il avait attendu que les beats prennent une allure qui lui conviennent et s'était lancé dans une tentative assurée de moonwalk. Tout en bougeant ses épaules mode disco des années 80. Il perdait pas la face malgré ses faux pas, avec sa gueule souriante. Inventer un couplet de rap qui parle de nous deux sur la prochaine chanson ? Il avait fini par se rapprocher à nouveau du bar pour leur servir deux nouveaux shots, tout en laissant sa tête bouger au rythme de la musique.

_________________
blame it on the goose (mardi - 0h05) AuoAFfy
- ora figli dell'immensità
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
blame it on the goose (mardi - 0h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Jeu 23 Avr - 0:15

Quand Santo se plaint de l’ambiance, je ne peux pas m’empêcher de lui faire remarquer que pour le coup, il est plutôt bien loti, surtout en ma compagnie. Il fait vite référence à ce qui a été dit lors du prime à son sujet, l’adjectif de râleur lui étant assigné. Je ne peux pas m’empêcher de rire. « Comme quoi, on juge vraiment bien les gens dès le premier regard. » Il n’a pas fallu bien longtemps pour voir que c’est un vrai couillon insatisfait. Mais c’est comme ça que je les aime finalement, quand ils sont chiants et grognon. C’est peut-être pour ça que je me sens aussi proche de Santo, il me rappelle mon entourage, mes potes plus précisément. Je savais qu’en arrivant ici, j’allais devoir faire face à des personnalités et des cultures différentes. Et pourtant, je retrouve complètement mon quartier et tout ce que je connais à travers le comportement du blondinet en face de moi. Ça a un côté rassurant au fond, même si je ne lui confierais certainement jamais ce ressenti par pudeur. Parler de ce qu’on ressent, ça ne se fait pas trop par chez moi. Garder ses émotions, c’est mieux pour tout le monde. Je me sors tout ça de la tête pour vite revenir à l’ambiance festive de notre petite entrevue et je lui fais boire ce mélange qui ne lui fera pas de bien du tout. Je le mets en garde, il est hors de question qu’il vomit. Il me balance alors en réponse une petite pique en référence à ce que je lui ai confié. « Sache que cette photo a eu plus de cent likes. » Je lui tire la langue, sans pour autant lui dire que les commentaires sous cette photo sont aussi drôles que la photo elle-même. C’est à mon tour d’affronter son défi et je le mets en garde qui m’arrive de verser des larmes quand je suis complètement ivre. Pas de quoi s’inquiéter non plus. « Tu m’as pris pour une petite caisse ? Tu seras en train de parler avec cette poutre que je serais encore sur mes deux jambes. » J’en rajoute par fierté, n’aimant pas qu’on puisse remettre en doute ma capacité à ingurgiter beaucoup d’alcool, même si je sais très bien que dans pas très longtemps ses shooters me mettront une bonne claque. Défi réussi, j’attends de sa part de voir ses meilleurs pas de danse. Il tente de se défiler, mais je ne démords pas. Il finit par s’exécuter. Si dans un premier temps, je me mords la lèvre en le regardant, je n’arrive pas à retenir plus longtemps mon fou rire. « J’hésite entre vraiment gênant et hilarant. » J’espère qu’on pourra retrouver cette scène plus tard sur internet, parce que ça fait office de dossier pour le coup. Mon rire moqueur prend fin lorsqu’il me demande de faire un freestyle sur nous deux. Mes yeux s’arrondissent, je me sens immédiatement déstabilisé. « Putain, je t’ai dit que j’étais chanteuse de gospel, pas rappeuse ! » Je me remets à rire avant de reprendre un air sérieux afin de faire des rimes dans mon esprit. J’attrape le shooter qu’il vient de préparer que je vide en une gorgée afin de me redonner confiance. La musique se termine et la suivante s’enchaîne. Je reconnais la voix de 50 cent. Bordel. « Deux candidats de folies, mais cherche pas, ils sont impolis. Il y a d’abord Santo qui te mènera en bateau, tu connais les italiens, toujours entouré de deux-trois catins. Et puis y a Kara, la plus grande diva, elle compte bien gagner, même avec un coup dans le nez. » Il a même eu le droit à la gestuelle et tout, mais à la fin de mon couplet, je me cache le visage. « La honte, je vais me faire vanner pour ça longtemps chez moi tu sais ? »  Non, il ne sait sûrement pas à quel point je vais entendre parler de ce rap super naze jusqu’à ce que j’ai l’âge de Felicity. Je réfléchis immédiatement à un défi pour me venger. « Tu me laisses te maquiller ? » Je le défie du regard, pensant que comme beaucoup de garçon avant lui, il refusera pour ne pas mettre sa virilité à mal.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne
blame it on the goose (mardi - 0h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Ven 24 Avr - 13:07

Santo il aurait bien lâché un doigt d'honneur pour faire écho à la remarque de Kara, mais il avait décidé de laisser couler ça derrière un sourire. Il était joueur et moqueur, mais c'était pas non plus son genre d'être agressif envers une meuf. On les avait trop formatés, eux les gamins napolitains, au respect des femmes, de l'honneur et tous ces trucs là. Il avait la gueule et le physique de cette Gen Y, il pouvait parler rap plus ou moins hardcore avec elle, et aimait faire le con en soirée avec ses potes. Mais il gardait ce côté un peu vieux jeu inculqué par sa culture. Alors il avait temporisé et s'était contenté de jouer le contrôle. C'était ce qu'il savait faire de mieux, quand il prenait suffisamment de distance. Le verre de Kara il lui titillait quand même un peu la conscience et Santo il avait beau vouloir garder son attitude de mec en totale maîtrise, ça l'empêchait pas de sentir ses muscles se relâcher progressivement. Kara elle gardait cette position super fière de sa photo compromettante, ce qui continuait de le faire marrer, autant que de l'étonner. Santo son seul passeport dans la vie jusqu'ici ça avait été son image. Il avait pas de diplôme et pas de vrais skills à mettre en avant. Ce qu'il l'avait eu, il l'avait gagné par sa bonne gueule et son engagement. Alors c'était pas imaginable de tout cramer sur les réseaux sociaux. Pas comme ça, en tout cas. Je vais devoir te bercer en te raccompagnant tout à l'heure. Il avait claqué ça en se marrant. Ca faisait du bien à son gamin intérieur de retrouver quelqu'un avec qui s'amuser. A Miami il avait surtout évolué dans un contexte professionnel, il avait pas trop tissé avec des personnes de son âge. Ca lui manquait pour ça, Naples. Ses potes et son insouciance étaient restés là-bas. Il retrouvait un peu de tout ça avec elle. Et d'une certaine façon c'était libérateur. Ce truc de danser comme un con, par exemple, ça l'avait pris comme une envie de pisser. Y'avait aucune retenue et aucun tabou. Même le rire de la brune ça le dérangeait pas. Santo il aimait le showtime, même si c'était un showtime bien calculé. Incroyablement stylé tu peux le dire. Avec ses cheveux blonds et sa bonne gueule il avait jamais manqué d'assurance. Et maintenant c'était à elle de payer le prix du défi. Il avait pas honte d'imposer ce que lui aurait détesté qu'on lui impose. Avec ses potes ils avaient toujours été du genre à se pousser, un peu plus, un peu plus loin. Jusqu'à ce qu'un premier craque. Kara elle avait pas de limites, ça se voyait qu'elle détestait perdre autant que lui. Mais pour une chanteuse de gospel fan de hip hop ça devait pas être ultra difficile de se mettre dans les pompes de Missy Elliott. Il l'avait suivie sur son shot et avait finalement adopté sa même position précédente. Retenue, puis rire. En vrai ça déconnait pas trop. Je t'envoie direct en battle. C'est bon Santo il avait subtilement adopté la position de manager dans l'histoire. Rien à battre qu'à la base ce soit elle la chef d'équipe, et lui son bras droit. La hiérarchie c'était fait pour être secoué, et dans sa tête ils étaient dans un pouvoir horizontal. Du coup, il pouvait bien rêver d'être celui qui empocherait des millions grâce à la bonne go aux punchline affûtées. Non. Pas touche à ma belle gueule. Ca par contre le maquillage c'était mort. Il souriait peut-être, mais il était assez sérieux dans le truc. Santo, c'était pas Kai. Il aimait pas perdre un défi mais il l'aurait pas fait au prix de ce qu'il considérait être son amour-propre. Y'avait trop de potes qui le mataient à la télé, et chez eux, ça, c'était un truc important. Du coup c'est quoi le truc maintenant, je m'expose à une punition divine ? Le jeu s'arrêtait ? Le concept du cap ou pas cap il impliquait du 'pas cap'. Mais pour deux teignes comme eux qui rêvaient de victoire, ça remettait aussi vachement en perspective les choses.

_________________
blame it on the goose (mardi - 0h05) AuoAFfy
- ora figli dell'immensità
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
blame it on the goose (mardi - 0h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Sam 25 Avr - 3:17

J’ai beau faire la fière face à Santo, l’alcool que j’ingurgite ce soir, je vais le payer dans très peu de temps et je le sais pertinemment. J’en fais trop et je bois plus qu’à mon habitude. J’ai beau être fofolle, en compagnie de mes potes, je dégommerais qu’un seul shot avant de reprendre un verre une bonne demi-heure plus tard. Sauf qu’ici, je veux prouver je ne sais trop quoi, mais à qui ? Santo ? Les téléspectateurs ? Moi-même ? Je n’ai pas la réponse à la question encore une fois je joue la meuf bêcheuse quand il parle de me bercer ce soir. « Laisse-moi rire, je vais devoir traîner ton corps jusqu’à ton lit. » Pourtant, cette insouciance me fait un bien fou. Je ris aux éclats, je tape dans mes mains quand Santo se met à danser dans des pas incohérents et qui se veulent styler et j’oublie toute cette pression de me la jouer constamment cool et passe une soirée amusante qui me fait sincèrement du bien. C’est pour cette raison que je ne me défile pas quand il me demande d’improviser un petit rap. Alors je me lâche, en faisant rimer des mots nuls ensemble pour essayer de créer des phrases à peu près cohérentes. L’alcool qui coule déjà dans mes veines m’aident à me prendre au jeu et à débiter ça en imitant des rappeuses comme Nicki Minaj ou Megan thee stallion, même si je ne suis pas sûre qu’elles aient déjà dû rapper en étant à moitié ivre. Quoique. A la fin, le rire de Santo recouvre le fond musical et je le rejoins dans ce fou rire. Il continue de me charrier et je ne rétorque rien en échange. L’alcool bousille déjà mes facultés à réfléchir et à répliquer. Alors je lui propose juste un nouveau défi. Le maquiller. Bien sûr, il refuse et je ne peux m’empêcher d’applaudir. « Vraiment les hommes vous avez un vrai problème avec votre masculinité » Je lui tire la langue, attrapant machinalement la bouteille et remplissant de nouveau nos deux verres sans m’en rendre compte. Il s’attend alors à recevoir ce qu’il appelle sa punition divine. « Bien sûr qu’il y a un gage, c’est trop facile de refuser sans conséquence. » Je n’en dis pas plus me contentant d’avaler de nouveau le contenu de mon verre avant de m’élancer tout en me déhanchant jusqu’à la tablette d’où le son provient. J’écris le titre d’une musique qui est diffusé dans les hauts parleurs. Je me tourne vers Santo, me mordant la lèvre avec cet air malicieux, un peu saoul également. « Je veux que tu me fasses un strip-tease digne de Magic Mike. » Pas sûr qu’il saisisse la référence de ce film qui se veut quand même adresser à la gente féminine. Je marche jusqu’au tabouret où je grimpe fixant le rital droit dans les yeux. « T’as les couilles de le faire ou là aussi tu flippes ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne
blame it on the goose (mardi - 0h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Sam 25 Avr - 18:48

Vu comme ils étaient partis, à avaler des shots de tequila comme si c'était du petit lait, leur soirée elle durerait pas longtemps. Santo il avait fait une pause, le temps d'exercer ses pas de danse et de lui renvoyer son défi. Il commençait à sentir l'alcool monter, et sa conscience s'altérer légèrement. C'était agréable, c'était encore cette phase montante qui prenait aux joues, au corps, qui laissait le corps s'exprimer assez inconsciemment. Santo il se sentait sourire, spontanément, sans trop de retenue, comme ça lui était pas arrivé depuis longtemps. Kara qui rappait il trouvait ça drôle mais au fond il était aussi un peu impressionné. Lui c'était pas un créatif, les seuls trucs qui l'avaient rapproché de près ou de loin à l'art c'était les sessions banderoles avant les gros matchs du Napoli. Avec les autres mioches du quartier ils se tapaient cette corvée, pendant que les plus grands se tapaient des rails de coke en buvant des bières. Dans son monde on l'avait pas poussé à travailler ce genre de créativité. Santo son assurance elle venait pas du tout de ses capacités, elle venait plutôt de ses réussites. C'est pour ça qu'il détestait perdre. Gagner un truc, c'était accepter et assumer le fait qu'il valait quelque chose. Mais gagner, ça se faisait pas au prix de la honte. Aucun problème. C'était une réplique facile des meufs ça, quand ils se pliaient pas à ce genre de défi. Tu comprendrais si tu voyais où j'ai grandi. L'alcool le faisait un peu plus parler que d'habitude. Mais les faits étaient là. Harlem, NY, c'était pas Naples. Et ça se voyait à des petites choses. Sa liberté à elle, face au contrôle qu'il s'imposait. Les verres étaient à nouveau servis et Santo il avait haussé un sourcil en souriant pour trinquer à ce nouveau coup de massue. Fais gaffe tes lèvres commencent à trembler. Il se moquait, même si y'avait un peu de réalisme derrière cette remarque. Kara en attendant elle avait décidé de sa sentence, et cette fois-ci il allait pas reculer. Bizarrement, un strip-tease télévisé ça le gênait pas plus que ça. Il avait aucune honte de son corps et Kara avec son sourire elle l'allumait pas mal. Tu veux me foutre à poil ? Son shot avalé, il s'était approché d'elle. Cette musique elle le ramenait direct en boîte de nuit, avec son rythme et ses samples. C'était moins compliqué de se foutre dans le rythme et de bouger son corps. Surtout avec l'alcool qui lui tapait la tête. Santo il avait d'abord enlevé sa chemise en faisant bouger ses épaules au rythme de la musique. En bon comédien il alternait les phases yeux baissés, faussement envoûté par le rythme, et les phases où il accrochait le regard de Kara avec un fin sourire. Forcément, la chemise il la lui avait lancée. Il avait pas non plus attendu trop longtemps pour enlever son marcel et le jeter par terre, en se mordant la lèvre sur un coup de rein faisant écho à une montée de basse. Là il s'était marré et glissé près d'elle. Kara elle pouvait être spectatrice de son manège mais fallait aussi qu'elle manifeste son soutien. Je continue ? Il avait soufflé, en ayant collé son corps contre ses genoux pliés. C'était difficile de rester sérieux. Ok. Il avait posé sa main sur sa cuisse pour prendre appui et enlever ses converses et chaussettes, puis s'était à nouveau éloigné, en contractant ses pectoraux et ses biceps. L'italien il savait parfaitement ce qu'on pouvait attendre de ce genre de spectacle. Il comptait pas se la jouer dragueur élégant, il voulait être dans le personnage, le cliché, le beau, limite vulgos. C'était au tour du jean, ceinture défaite, il s'était rapproché d'elle les mains dans dans les poches avant de commencer à déboutonner et enlever son pantalon au rythme des dernières notes. Ah. La musique était terminée. Normalement c'est le moment où la meuf a un coup de chaud. Fallait que la musique se relance rapidement, parce que Santo il allait pas se sentir super longtemps à l'aise comme ça, exhibé dans une pièce vide avec simplement son boxer CK. Alors Harlem, comment elles draguent les filles comme toi dans les boîtes de NY ? Il avait sorti deux bières, dont il avait fait péter les capsules d'un coup sec sur le bar. Puis il lui en avait tendue une, avant de laisser filer sa main sur ses genoux pour récupérer sa chemise.



Citation :
hj: ahahah my god l'enfer de décrire un strip tease  blame it on the goose (mardi - 0h05) 1f602  blame it on the goose (mardi - 0h05) 1f602

_________________
blame it on the goose (mardi - 0h05) AuoAFfy
- ora figli dell'immensità
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
blame it on the goose (mardi - 0h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Dim 26 Avr - 1:33

J’ai su dès l’instant où je lui ai demandé s’il était possible de le maquiller que Santo se dégonflerait. Les garçons les plus arrogant sont ceux qui ont le plus de mal à mettre leur virilité en jeu. Son comportement me rappelle mes frères. La vie de Santo était peut-être différente à Naples, mais les enjeux semblent être identiques à ceux des hommes d’Harlem. Et comme mes frères, il a l’air de dissimuler une petite fragilité, une brèche que j’arrive en entrevoir à travers ses mots, son regard. Je n’ajoute d’ailleurs rien, même si l’envie d’en savoir plus me brûle la langue. Je ne veux pas gâcher ce moment où il a l’air de s’amuser tout autant que moi. Alors, on continue de s’abreuver de cet alcool qui nous fait perdre encore plus la tête. Il me taquine, verre en bouche, je lui offre un magistral doigt d’honneur en guise de réponse. Je m’arrête sur une sentence, il doit me faire un strip-tease. Il accepte, ajoutant que j’ai juste envie de le foutre à poil. Je hausse les épaules innocemment, me mordant la lèvre inférieure. « C’est qui commence à faire chaud tu ne trouves pas ? » Je me rassois et je ne rate pas une miette du show improvisé par Santo. Il joue le rôle à fond ce qui me fait sourire, puis rire lorsqu’il m’envoie sa chemise que je rattrape in extremis. Je suis sûr que y a un potentiel à exploiter dans une carrière de strip-teaseur s’il le souhaite vraiment. Il s’approche de moi, tandis que mon regard accroche le sien. Il me demande s’il continue et je hoche la tête de haut en bas pour lui répondre. Le contact de l’italien avec ma cuisse me provoque un frisson tout le long de mon échine, comme un coup d’électricité. C’est qu’il s’y prend bien cet idiot. Je commence à me prendre au jeu et je tourne dans les airs la chemise de Santo tout en gardant un sourire espiègle. La musique se termine au moment où son pantalon tombe sur ses chevilles et là j’applaudis son petit show. « Je t’assure que j’étais prête à accrocher des dizaines de billet à ton caleçon. » Simplement vêtu de son sous-vêtement, Santo se rend au bar pour décapsuler deux bières. Je sais que le mélange d’alcool va sûrement m’achever, mais je ne la refuse bien sûr pas. Je sens sa main toucher mon genou pour récupérer sa chemise, alors qu’il me demande comment drague les filles comme moi en boîte. « Tu veux vraiment savoir ? » Avant même qu’il n’est le temps de répondre la musique suivante se lance. Dès les premières notes, je reconnais le classique tube de The Weeknd rendu célèbre par l’autre navet de cinquante nuances de Grey. Ça tombe plutôt bien. J’attrape la main de Santo pour le mettre au milieu de la pièce. « D’abord, les filles comme moi, elle repère les gars comme toi. » Je me mets à tourner autour de lui tel un félin prêt à bondir sur sa proie. Je m’approche de lui au rythme de la musique sans perdre une seconde son regard. Lorsque j’arrive assez près de lui, je colle mon dos et me mets à danser lascivement contre lui, descendant et remontant tout en continuant de le frotter. Je fais volte-face et mon visage se retrouve tout près du sien, je peux même sentir son souffle contre moi. « Ensuite, elles allument les mecs comme toi. » Je le pousse en posant ma main contre son torse. Notre chemin s’arrête net lorsque son dos rencontre le bar, mes lèvres frôlant les siennes attrapant de l’autre main la bière qu’il a décapsuler quelques minutes plus tôt. « Puis elles font payer ce même genre de mec leurs consommations avant de les abandonner à leur triste sort, sans oublier de noter leur numéro sur une serviette si vraiment le gars lui a plu. C’est qu’elles savent se faire désirer les filles comme moi. » Et toujours ce sourire provocateur aux lèvres, je me recule de quelques centimètres pour m’enivrer davantage, fière de mon petit jeu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne
blame it on the goose (mardi - 0h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Dim 26 Avr - 9:45

Jill, elle a les veines pleines de vodka caramel. Le choix de bouteille de Cami était clairement de bas-étages, une perfection pour s’enivrer en moins de deux. Elle en est pas encore à tituber, mais presque. Disons que ça tourne pas mal et que depuis que l’euphorie a laissé place à la fatigue, ce n’est plus aussi marrant que prévu les woohoo parties entre copines. Elle se sent perdue au fin fond de son univers alcoolisé et elle bugge léger quand elle se rend compte dans sa chambre que ses pompes se sont faites la malle. Elle ne sait pas trop ce qu’elle a foutu de ses converses entre le moment où elle a quitté le bar avec Lejla et Cami et le présent où elle se retrouve affalée sur son lit à devoir ranger quelques affaires. La seule solution, c’est de revenir sur ses pas, histoire de rembobiner les derniers évènements en mode marche arrière. Jill, elle se lève dans son grognement excédé, cet onomatopée qui sonne comme un urgh signifiant qu’elle est blasée. Couloir, salle de bain, couloir again. Toujours rien. Elle descend les escaliers en direction du bar d’où s’échappe de la musique. Quand elle ouvre la porte, elle se tape un petit court-circuit cérébral pendant une demi-seconde, se demandant si elle doit mettre la vision qui lui fait face sur le compte de l’alcool ou non. Qu’est-ce qu’ils foutent ces deux teubés ? Et pourquoi fratello junior se retrouve en calbut au milieu de la pièce, pépouze, ambiance enterrement de vie de garçon ? « lol. » elle lâche dans un sourire sarcastique pour attirer l’attention, faisant quelques pas dans la pièce au cas où ils l’auraient zappée, occupés comme ils semblent l’être à se chiner. « Ce n’est pas du tout malaisant votre parade nuptiale spéciale 21e siècle. » Se taper un petit lap-dance sur la bande-son de cinquante nuances de Grey, ça doit être la version milléniale du comportement adopté par un animal en vue d'attirer un partenaire sexuel et de le convaincre de s'accoupler avec lui. Jill, elle trouve quand même moyen de faire son petit cirque habituel malgré l'alcool qui irrigue son cerveau. Elle se dirige vers les tabourets où elle a laissé choir ses chaussures pendant sa petite soirée fille plus tôt dans la nuit. Santo, quel prince charmant en carton. Plutôt que de suivre le scripte du conte voulant qu’il lui ramène bien sagement ses pantoufles, il a trouvé moyen d’aller chiner de la go en chemin. « Vous dérangez pas pour moi, je venais juste récupérer ça. » elle roucoule, prenant tout le temps dont elle a besoin pour parcourir la pièce en étant légèrement éméchée. Elle ne voudrait pas casser le mood… Elle chope ses baskets et repart en sens inverse avec sa vitesse de croisière, ne se délaissant pas de son petit sourire moqueur jusqu’à avoir refermé la porte du bar derrière elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: BAR-
Sauter vers: