Partagez
 

 blame it on the goose (mardi - 0h05)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne
blame it on the goose (mardi - 0h05) - Page 2 Empty
Message (#) Sujet: Re: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Dim 26 Avr - 10:45

La rupture avait eu lieu. La rupture, c'était ce moment qu'ils n'anticipaient jamais vraiment, mais qui officialisait le passage d'un état de contrôle relatif à un état de semi-conscience. Santo il avait un pied bien engagé dans l'ébriété. Mais il s'en rendait pas encore vraiment compte et surtout c'était loin de l'inquiéter. Le cocktail de Kara il avait agi comme une bombe à retardement et il sentait maintenant son corps bouger au rythme de la musique bien plus spontanément que sa norme ne l'imposait. C'était un gars hyper à l'aise dans son corps et l'idée de se foutre à poil devant des caméras l'importait peu. Kara, en plus, elle jouait à un jeu dangereux en le poussant à continuer. Il avait déjà abandonné une fois, il n'allait pas se laisser avoir une deuxième. C'était aussi simple que ça. Il prenait son rôle au sérieux, enfin, autant que permis par l'alcool. Gonfler ses muscles et accrocher le regard de Kara, c'était pas vraiment dérangeant. A Naples, pour des règlements de comptes entre ultras, ça lui était arrivé de se retrouver dans des positions bien plus honteuses. Et puis franchement, Santo il avait la bonne gueule pour incarner ce personnage. Il pouvait très bien parler de Dieu et de son gamin resté à Naples, mais personne ne pouvait douter deux secondes de ses comportements de jeune con. C'était un gars de 22 ans, tout droit retombé dans une liberté qu'il n'avait pas frôlée depuis des années, alors en cet instant précis il comptait pas s'en soustraire. Sauf que maintenant c'était au tour de Kara de se foutre dans les pompes de l'allumeuse. Santo il avait juste enfilé sa chemise pour pas se sentir trop à poil, avant qu'elle ne se lance dans son petit show. C'était un bon pantin face aux femmes, et encore plus maintenant qu'il était bourré. Ca le dérangeait pas de se faire allumer par son corps qui se frottait au sien. Il avait pas non plus exercé de résistance à sa main sur son torse qui le poussait contre le bar. Santo il était bien plus focus sur ses lèvres à un souffle des siennes. Ses pensées elles suivaient plus vraiment le chemin de la bienséance. Mais Kara elle s'était éloignée et dans sa tête à Santo ce sourire victorieux il sonnait un peu comme un appel. Pour lui ça avait toujours été tout ou rien. Il avait un peu zappé Lucia et ses principes de jeune papa qui voulait retourner à Naples avec la dégaine du mec bien, du mec qui avait réussi. La douche froide par contre elle était arrivée avec la voix de Jill. Santo, même avec son esprit embrumé à 300% il avait fini par discerner la silhouette de l'autre américaine. Et ça faisait un peu l'effet d'une claque. Il avait pas ouvert sa gueule mais pas de doute, là tout de suite il se sentait bien con. Tout redevenait un peu trop réel. Il s'était redresse et passé une main sur le visage avant de croiser le regard de Kara. La porte refermée derrière Jill avait laissé place à un silence qui s'était éteint dans un rire. Aha merde. Deux bleus pris les mains dans le sac. Santo ça lui rappelait un peu les fois où ils s'étaient faits cramer en train de faire des conneries par les vieux du quartier, et qu'ils s'étaient pris de sacré savons. Je sais pas si tu veux lui parler où... Bon, ils avaient rien à se reprocher, mais il savait rien de comment Kara gérait ses relations avec ses potes. Il savait même pas si Jill faisait partie de ce cercle qu'elle pouvait appeler "pote". Ca calme quand même d'un coup les mecs comme moi. Il s'était mordu la lèvre avant de récupérer son pantalon. Santo une fois retombé dans la réalité c'était fini. Là il avait du mal à se remettre à jouer. S'il s'était réveillé demain matin avec un souvenir brumeux de cette soirée ça l'aurait pas dérangé. Il aurait même été le premier à se marrer de ça au prochain prime. Mais là ça prenait une tournure qui l'emmerdait. Santo c'était pas un grand causeur, et il était encore moins bon quand il s'agissait de se justifier. Parfois il pensait juste pas plus loin que ses instincts. Je pense que t'as gagné. Il avait ajouté, plus léger, avant de sortir ses clopes et d'indiquer le paquet ouvert à Kara.

_________________
blame it on the goose (mardi - 0h05) - Page 2 AuoAFfy
- ora figli dell'immensità
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
blame it on the goose (mardi - 0h05) - Page 2 Empty
Message (#) Sujet: Re: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Dim 26 Avr - 19:50

Santo et moi, on est un dans un état second. Bien qu’on se dît très fort pour tenir la distance face à l’alcool, la réalité des choses fait que la boisson a pris le dessus. Pendant ce court laps de temps, j’ai complètement oublié où j’étais. Une bulle s’est formée jusqu’à l’intrusion de Jill dans la pièce. La bulle a littéralement explosé. Et tout me revient en tête comme une douche froide. L’émission dans laquelle je me trouve, mes proches devant leur télé et la raison de ma présence dans ce jeu. Bien sûr la benjamine ne peut pas s’empêcher de nous dévisager avec son air moqueur et de commenter la scène qui est particulièrement ridicule pour toute personne extérieure. Je me dis qu’on n’aurait pas pu plus mal tomber que sur elle. Pendant tout le temps où elle récupère ses chaussures, je reste silencieuse, la dévisageant d’un air assez stoïque. C’est lorsqu’elle ressort, claquant la porte derrière elle que le rire de Santo se fait entendre. Le mien se mêle, un peu plus nerveusement qu’à l’accoutumée. Je m’avance jusqu’au bar, me réinstallant sur l’un des tabourets. « Je crois que la fête est terminée. » j’ajoute, en chuchotant plus pour moi-même que pour Santo directement. Mes yeux se posent sur Santo lorsqu’il me demande si je veux lui parler, je ne trouve rien d’autres à faire que hausser les épaules. « Je pense que parler à Jill ne ferait qu’aggraver la situation. » Elle a vu ce qu’elle a vu et je ne vois pas comment lui courir après pourrait changer les choses. On risque d’en entendre parler dans les jours qui suivent, ça c’est certain. Santo ramasse son pantalon, en rapportant que ce genre de situation ça calme les mecs comme lui. Mon sourire s’étire, alors que je me redresse sur le tabouret pour atteindre une bouteille derrière le bar. « Et ça remet bien les idées en place aux filles comme moi. » Y a pas à dire, l’intervention de Jill m’a refroidi et j’en viens presque à regretter de m’être autant laissé aller. Cette aventure, ce jeu, tout ça, je ne suis clairement pas ça pour ça. Et j’ai laissé mon manque de maturité prendre le dessus. Je me serre un verre d’eau, puis un second à Santo qui je lui tends, attrapant au passage la cigarette qu’il me propose. Là, c’est clairement un joint dont j’ai besoin pour me sortir de la tête tout ce bordel. Quand Santo renchérit en disant que j’ai gagné, là je ne peux pas m’empêcher de ricaner. « Toi aussi t’as gagné, je suis complètement pétée. » Quoique qu’avec l’arrivée de la brune, j’ai l’impression d’avoir immédiatement désaoulé. J’ai cependant cette sensation d’avoir un nœud dans l’estomac et je ne sais pas trop si c’est à cause de la boisson. Je bois une gorgée d’eau avant de poser mes mains froides sur mes joues brulantes. Au fond, je n’ai rien fait de si grave, mais j’ai soudain peur que tout ça me porte préjudice. « Avec de la chance Carl sera le centre de l’attention en faisant une nouvelle déclaration d’amour à Rosamie et on passera à la trappe. » que je finis par dire après un long moment de réflexion en riant pour détendre l'atmosphère, même si j’y crois moyen pour le coup.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne
blame it on the goose (mardi - 0h05) - Page 2 Empty
Message (#) Sujet: Re: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Lun 27 Avr - 12:28

Santo d'un coup ça fusait à mille à l'heure dans sa tête. Y'avait encore ce battement de coeur un peu trop rapide, qui se mêlait à un semblant de malaise. Ca l'emmerdait de se sentir coupable de quoique ce soit. Il avait beau être un chouilla control freak, en soirée il avait jamais fait preuve de réelle retenue. C'était un flambeur, un habitué des fins de soirée peu glorieuses. Il l'avait déjà dit à Kara, mais ça lui était arrivé de faire pas mal de conneries sous le coup de l'alcool. Et honnêtement, s'il s'était jamais soucié des flics, c'était pas un pauvre défi tendancieux qui l'impressionnait. Mais ses pensées elles allaient directement à Luci' et à sa mère. Pour le coup ça collait pas au scénario qu'il voulait défendre. Santo il s'était toujours dit qu'un jour, quand il rentrerait à Napoli, il serait enfin perçu comme le grand gaillard capable de gérer sa vie. Et surtout, sa famille. Là, il passait juste pour ce gamin immature que dépeignaient Costa et Gigi. Le moins réfléchi, celui plus difficile à canaliser, la teigne. Et en même temps, c'était drôle. Ils en étaient pas venus à se draguer aussi brutalement comme des animaux, Kara et lui. Y'avait un truc, un contexte, qui avaient mené à cette fin super logique. L'illogique, à ses yeux, ça aurait été de tout stopper. Alors, au fond, il voulait pas que Kara se sente mal. Et si lui se sentait mal c'était avant tout parce que l'alcool lui tapait à la gueule et que cette montagne russe lui avait laissé un goût d'inachevé. Il avait avalé quelques gorgées de la bière avant de la reposer sur le bar. Putain qui aurait cru que Jill aurait le rôle du flic. C'était comme quand ils s'étaient barrés à toute allure du bateau squatté. Mais sans l'euphorie d'une course-poursuite sur leurs scoots. Il avait renfilé ses fringues et s'était assis sur un tabouret pour enfiler ses chaussettes et converses. Bon, on s'en fout, non ? Il voulait au moins que ce soit clair entre eux. Pas de malaise. Il avait allumé sa clope d'un coup de briquet avant de poser son regard sur Kara. Lui ça le faisait sourire, rétrospectivement il avait quand même passé un bon moment. J'assume. C'était une des premières choses qu'on lui avait appris à faire quand il était môme. Fallait pas mentir, fallait pas essayer d'embrouiller les autres. D'une part, ça attirait que des emmerdes, et d'autre part c'était une énorme preuve de lâcheté. Et honnêtement, si ça faisait parler de lui plutôt que de Carl, ça le dérangeait pas des masses. Il avait presque fini sa clope et s'était enfilé son verre d'eau. On va se coucher chef ? La nuit elle était déjà bien entamée, ça valait peut-être le coup d'essayer d'amortir la future gueule de bois. Ou t'as faim ? A défaut d'un kebab de fin de soirée, il était prêt à taper dans une assiette de pasta monstrueuse de deux heures du matin.

_________________
blame it on the goose (mardi - 0h05) - Page 2 AuoAFfy
- ora figli dell'immensità
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
blame it on the goose (mardi - 0h05) - Page 2 Empty
Message (#) Sujet: Re: blame it on the goose (mardi - 0h05) — Lun 27 Avr - 22:08

J'ai la tête qui tourne et mes pensées qui vont dans tous les sens. Je ne me sens pas très bien et même si je sais que l'alcool y est en grande partie responsable, j'ai également ma conscience qui entre en jeu. J'ai oublié les raisons premières qui m'ont poussé à rentrer dans ce jeu. Je me suis laissée happé par tout ce fun, mon côté fêtarde a pris l’ascendant sur mon côté réfléchi. Il n'y a rien eu de dramatique en soit, mais mon ivresse influence mes craintes. Tout comme la réaction de Santo même s'il essaye de faire croire que tout est cool. D'ailleurs, je glousse quand il parle du rôle qu'a joué Jill là-dedans. « Et pour une fois tu t'es fait choper. » En référence à l'histoire qu'il m'a raconté la semaine passée. Je dévie quelques secondes mon regard vers lui, soudainement pensive. Le destin me rappelle clairement à l'ordre et je ne peux pas prendre ce signe à la légère. J'essaye de penser à ce qui se serait passé si la benjamine du groupe n'était pas intervenue et jusqu'où tout ceci aurait pu mener. J'ai la sensation que je vais gerber si je continue à cogiter autant. Dans d'autres circonstances, que les choses dégénèrent avec Santo ne m'aurait pas déplu, bien au contraire. Sauf qu'ici, ce n'est pas ce que j'ai envie de faire montrer. L'image de mon père face à cette scène me perturbe et comme à chaque fois que je ressens une grosse angoisse, j'attrape une mèche de cheveux que je fais tournoyer autour de mon doigt. Santo brise de nouveau le silence en disant qu'il se fiche de tout ça et qu'il assume. J'ai envie de lui répondre que moi aussi, je ne dois de compte à personne et surtout pas aux personnes qui se trouvent dans cette aventure, mais je ne peux pas m'empêcher de sentir ce nœud à l'estomac et mes émotions qui remontent le long de ma gorge. Si je continue autant à me triturer l'esprit, c'est sûr, je vais me mettre à chialer sans raison. « J'aimerais pouvoir en dire autant. » que je chuchote, avant d'occuper mes lèvres avec la cigarette. Je tire sur ma clope que je termine à une vitesse déconcertante, tandis que Santo propose d'aller se coucher ou bien d'aller manger. Je ne vais pas savoir me contenir plus longtemps, je préfère mettre fin à cette soirée qui finit dans une ambiance maussade. « Je vais aller dormir avant de ne plus savoir marcher droit. » J'étire un sourire forcé, qui doit certainement ressembler plus à une grimace qu'à autre chose. J'avance vers Santo et je dépose un baiser sur sa joue, puis je m'éloigne. « Bonne nuit. » Je ne cherche pas à faire durer ce moment plus longtemps, car à peine sorti du bar, une larme coule le long de ma joue. Je suis vraiment cuité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: BAR-
Sauter vers: