Partagez
 

 Équilibre. (lundi s2, 14h00)

Aller en bas 
AuteurMessage
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Équilibre. (lundi s2, 14h00) Empty
Message (#) Sujet: Équilibre. (lundi s2, 14h00) — Lun 20 Avr - 9:40

@santo

Costa, il va retrouver Santo à la piscine. Pas la putain de piscine sous le soleil avec palmiers, cocktails et farniente dont il rêvait, mais ça le fera quand même. C'est toujours mieux ça que de se retrouver claqué congelé les pieds dans l'eau du piège à mort qu'ils ont tendu dehors. Il pige pas parce que même à Londres il fait beaucoup plus chaud, actuellement, à croire que ce trou perdu est le seul coin d'Europe qui ne répond pas aux normes saisonnières. Mais il perd pas espoir, le temps se réchauffe et avec lui les instincts les plus débiles chez les êtres humains et il sait qu'il finira bien par y plonger, dans cette foutue piscine, que ça se révèle agréable ou pas du tout. Il finira par craquer, comme le teubé qu'il est. Bref, il a ses affaires sur le dos, Costa, son essuie de bain avec lui, et quand il débarque, Santo il est déjà là, pépouze sur son fauteuil et là, Cos, il est terriblement partagé entre deux options. Non, trois en fait et rien qu'y songer, un sourire diabolique étire son visage. Ni une, ni deux, il laisse choir ses affaires et se jette sur Santo. ça le fait marrer Costa, il a l'impression d'être revenu des années en arrière quand ses potes et lui, ils se battaient juste comme ça, pour déconner, comme les mecs font quand ils sont jeunes et débiles. C'est pas un truc qu'il faisait avec les gars qu'il a en Angleterre, c'est moins leur délire, faut avoir été trop exposé au soleil et à la violence gratuite pour y voir une forme d'affection. Il le chope par les épaules et clairement, Santo était mal embarqué vu qu'il était déjà affalé et que Costa il a dix bons centimètres de plus, donc il le maîtrise dans un enchevêtrement de bras, de jambes et de cris en napolitain qui résonnent sur l'eau. « Chambre cinq étoiles hein petit merdeux » il grogne en riant à moitié, en pleine prise d'étranglement. Finalement, il se relève, Santo, ils se marrent tous les deux et dans un concours de circonstances, ils finissent tous les deux à la flotte. Un dernier assaut qui a mal fini. Il ressort de l'eau en balayant ses cheveux qui lui tombent dans les yeux et en frottant son visage de sa main. « Par contre, ni toi ni moi dans les top 3, y'a une enroule mon pote » il relève, plus sérieux. C'est quoi ce bordel. Au moins Gi y est mais dans sa fierté de napolitain, il a aussi beaucoup de mal à admettre qu'un mec des Pouilles leur soit passé devant, à eux les gars de Naples.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
Équilibre. (lundi s2, 14h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: Équilibre. (lundi s2, 14h00) — Mar 21 Avr - 10:47

Santo il était un peu rond, à la piscine. Entre les burgers et le vino avalés avec Louis à midi il vivait son meilleur moment, allongé comme un loir sur son transat. Il était prêt à y passer l'aprèm, double sieste en prime. L'odeur et la chaleur du chlore ça l'avait toujours détendu. Les gamins napolitains comme lui ils pouvaient plonger dans la mer quand ils le voulaient, du coup l'aspect artificiel et coloré des piscines publiques avait un truc transcendant. C'était le symbole du retour de l'été. La surprise offerte par les mères qui leur filaient les quelques euros nécessaires à aller zoner la journée à la piscine la plus proche. Ils montaient sur les scoots des grands frères et s'épuisaient en jouant au volley dans l'eau, en faisant des bombes, en bouffant des glaces et des panini. Ces jours-là d'été ils rattrapaient l'euphorie de l'enfance qui les avait abandonnés. (...) Il était pas trop mal là à rêvasser de ça, Santo. Mais une putain d'onde de choc lui avait percuté la gueule. L'onde elle s'appelait Costa, avec ses grands bras. Le con l'étranglait comme un abruti en se marrant et Santo il avait à son tour attaqué comme il le pouvait. A coup de bras qui s'accrochaient à des épaules tendues, de jambes qui essayaient de faire contrebalancer le poids, et d'insultes en napolitain entrecoupées de souffles étouffés. Jusqu'à l'inévitable chute dans l'eau, après une demi-seconde de répit, quand il avait attaqué à son tour après s'être libéré. Deux cons, ces napolitains. Il s'était à son tour redressé, les cheveux balayés d'un coup de main. Je t'avais dit. Santo dès le premier soir il avait balancé à Costa que son ambition c'était le top du top. Relégué à la chambre 4* il visait plus haut. Maintenant fallait se maintenir, mais pour l'instant il s'en préoccupait pas trop. Putain on est d'accord. Costa et Santo ils avaient beau être les premiers choix d'une équipe, ça enlevait rien à leur absence totale de mention dans la popu'. Encore Costa on avait pas mal parlé de lui dans les chroniques, mais Santo et son éternelle insatisfaction ça lui brisait les couilles. Même le top 3 bad guys... Kai, Presley, sérieux ? C'était risible à ses yeux. Santo il en avait connu des merdeux, des enflures, des mecs à te poignarder. Ils avaient pas les cheveux blonds peroxydés. Et cette enflure de grimoire m'a niqué 2 indices, j'arrête de jouer. Et quand il disait ça Santo ça signifiait justement qu'il fallait commencer à jouer. Presley avait déjà buzzé et lui se foutait une certaine pression pour y aller aussi. Ca le démangeait. On fait quoi ? On, parce qu'ils étaient dans la même équipe et parce que Cos' lui-même avait un peu scellé l'idée. Ca faisait quoi un napolitain en mal d'attention ?

_________________
Équilibre. (lundi s2, 14h00) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Équilibre. (lundi s2, 14h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: Équilibre. (lundi s2, 14h00) — Mer 22 Avr - 18:03

Ils se retrouvent à l'eau comme deux débiles mais c'était prévisible. Il sait pas pour Santo, mais ce genre de scène, il en a l'habitude, sauf qu'il n'est pas question de piscine mais de la mer, qu'ils envahissaient en permanence avec ses potes dès qu'il faisait assez bon. Depuis qu'il est en Angleterre, il a quasiment pas foutu les pieds dans l'eau hormis celle de sa douche, parce qu'il a clairement pas envie d'aller barboter dans une piscine municipale pleine de mômes qui pissent dans l'eau. Alors forcément, ça lui plait bien d'avoir autant de piscines à disposition, ici. « Comme quoi t'as pas juste la gueule du beau parleur » il se moque. Il nage jusqu'au bout de la piscine pour se hisser sur le bord, les pieds dans l'eau, avant de soulever le point noir du prime. Et il voit les yeux de Santo s'allumer direct, ce qui manque de le faire rire parce que c'est si facile d'animer un napolitain. « Moi je continuerai, je m'en fous de perdre des indices sur mon secret tant que j'en ai sur celui des autres. » Costa, il se sent capable de conserver son secret jusqu'à la fin, parce qu'il sait que c'est à la portée de personne ici, pour l'instant. Il fait que baratiner depuis le début sur plein de trucs que pour se marrer et les vrais trucs importants, il en parle pas. Donc il voit pas bien qui pourrait avoir une quelconque idée et sur base de quoi. Mais ça lui plairait bien de se faire buzzer, ne serait-ce que pour avoir l'occasion d'expérimenter la confrontation et, surtout, pour gratter un peu du fric. « Même si pour l'instant j'ai eu que des marmotte del cazzo » il se plaint. ça le blase totalement, de se taper chaque fois des foutus animaux qui font du banjo où il ne sait quoi. Il a juste l'impression qu'on se fout de sa gueule, à choisir, il préférait même des malus, au moins ça donnerait du challenge, du jeu, pas juste un sentiment d'absolue inutile. « Mais du coup toi je t'ai à l'oeil maintenant » il ricane parce que lui, l'air de rien, ça l'intéresse les deux indices sur Santo. Surtout si son secret touche de près ou de loin à Napule, il est le mieux placé pour capter le truc avant les autres et ça, c'est carrément bon pour lui. En attendant, ils se la jouent un peu à deux, pour l'honneur de Naples et du hasard qui les a réuni dans la même chambre dès la première semaine. Jusque quand ça va durer, il sait pas trop, mais c'est pratique pour l'instant d'avoir l'ombre d'un pote. « On drague frérot » il réplique direct seulement à moitié sérieux. Mais Santo et ses yeux bleus de petit premier, il serait temps qu'ils servent à quelque chose, surtout vu le nombre de gosses qu'il y a cette saison. Il a le choix : Jill, Kara, Izïa, Cami, Rosamie. Rien à foutre qu'il ait une go à l'extérieur qui l'attende (ou pas d'ailleurs), qu'il fasse un peu son rital. « T'en as repéré qui étaient moins intégrés ? » il réfléchit plus sérieusement, parce que c'est un putain de vrai problème qu'ils soulèvent là. C'est leur ego de napolitains qui parle et pour eux, passer inaperçu plus que ne pas être aimé, ça les fait chier. Costa en tout cas, ça le fait chier, même s'il a eu ses petites mentions quand même durant le prime. Rien que le fait qu'on lui ait demandé quelle équipe il aurait souhaité constitué comme si on le légitimait comme un troisième chef non officiel, ça le fait délirer. « C'est eux qu'il faut viser, ils auront personne d'autre à qui filer des points » il déconne même si dans le fond, il est archi sérieux.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
Équilibre. (lundi s2, 14h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: Équilibre. (lundi s2, 14h00) — Ven 24 Avr - 0:49

Il détestait perdre. Se taper un malus du grimoire c'était un truc qui l'emmerdait, parce que forcément ça remettait en question son envie de jouer. Il comprenait bien Costa et son raisonnement, mais Santo il avait quand même envie d'éviter de filer des pistes trop vite. Le risque pour le risque, c'était pas son truc. Fallait qu'on lui présente un sacré enjeu derrière. Et pour l'instant la balance elle était pas trop favorable à une volonté de se brûler le cul une deuxième fois. Santo à Miami il avait du apprendre à se conformer aux règles du vrai monde. Il était sorti de sa petite jungle urbaine et avait compris ce que c'était, les normes. La bienséance. Il avait toute une attitude de merdeux qui lui collait à la peau, et à Miami ça lui avait parfois joué des tours, mais il avait aussi appris à jouer avec les codes locaux. Tu dis ça parce que t'es frustré. Forcément à se coltiner les cartes nazes du grimoire il était à la recherche de la récompense. Normal. Un peu comme un drogué en mal de dose. Et parce qu'il y a aucune logique. Ca te change de tes combines pour entuber les anglais. On la lui faisait pas à lui. Costa il pouvait se présenter comme il le voulait face aux autres, mais un napolitain ça savait reconnaître un embrouilleur. Il le savait, parce qu'à son niveau il avait joué au même jeu, mais avec des clients différents. A son tour il s'était hissé sur le rebord et avait attiré le ballon du bout du pied pour le lancer à Costa. Le sujet, aussi risible soit-il, pour eux il était devenu plus sérieux. Costa, s'il venait du même genre de bled que le sien, il comprenait forcément de quoi elle venait, cette frustration. L'honneur avait été mis à mal. Santo s'il s'était fait dépasser que par des meufs dans la popularité ça l'aurait moins emmerdé. Dans sa tête y'avait encore un peu cette séparation. Lui, ses rivaux c'était les Louis, les Costa, les Gianni, même les Presley. Il voulait se confronter à des profils qui lui ressemblaient. A partir du moment où la popu présentait des mecs et des meufs, il devait en faire partie. La première solution de Costa était trop facile. Ca l'avait fait vaguement sourire. Ouais, le plan A. Efficace. Jusqu'au moment où tu décides que tu veux pas aller plus loin. Costa il le voyait pas se poser. Ca collait pas à sa gueule. Et ça collait pas à ce qu'il lui avait raconté l'autre soir. L'option des plus faibles c'était aussi une technique connue. Le fameux piège du renard. Le problème mon pote c'est que ceux qui ont l'air moins intégrés c'est que des mecs. Ou Felicity. Et Santo il avait pas envie d'aller taper l'épaule des autres gars. Le truc devait se faire naturellement. Carl, c'était le choix évident, mais il devait déjà avoir signé un pacte du sang avec un deux trois autres candidats. Les meufs elles ont déjà créé leurs groupes de bff. Comme quand il était au lycée ou en boîte. Fallait y aller franco pour attirer leur attention. Sinon tu passes dans la catégorie menace en les attaquant frontalement. En faisant claquer des secrets. D'ici une semaine les malus ils iraient à ceux qui s'étaient battus sans scrupules. Quitte à faire parler de lui Santo il s'en branlait que ce soit par le classement du bas.

_________________
Équilibre. (lundi s2, 14h00) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Équilibre. (lundi s2, 14h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: Équilibre. (lundi s2, 14h00) — Sam 25 Avr - 21:43

Santo il touche très très juste avec son analyse de comptoir. Costa, il est frustré, archi frustré de se taper de la merde pour seul résultat au tirage du grimoire. Il espérait du fric, des indices, même des voix contre lui aux nominations s'il faut, pour qu'il y ait un peu de challenge. Il lui était même pas venu à l'esprit, en réalité, qu'il puisse tomber quatre fois d’affilée sur quelque chose ayant si peu d'intérêt. « Merci pour la leçon d'évidence, le psy. » Il relève même pas sa provoc parce qu'il n'y a pas besoin. Il ne bernera pas Santo comme Santo ne pourra pas le berner non plus. S'il y a bien quelqu'un dans ce chalet qui peut à raison douter de la moralité de Costa, c'est bien la seule et unique personne qui a une idée d'où il vient et de comment il a grandi. Il sait pas exactement de quel quartier il vient, Santo, mais des banlieues populaires, il y en a quelques uns à Naples, toutes unies par les mêmes problématiques de pauvreté, de délinquance, de camorra. Dans ces banlieues, il n'existe plus une personne honnête ou candide. Costa, il est pas foncièrement méchant, mais il est absolument pas gentil non plus, au-delà de sa sympathie de prime abord. « J'en suis à me dire que même du fric en moins, je le prendrais, mais pas cette connerie inutile, c'est humiliant » il grogne. C'est surtout ça, le truc. Il est même pas digne de se faire voler de la thune, c'est comme ça qu'il le prend, davantage que comme un sursis, un résultat neutre, une chance de pas être lésé. Bien sûr que ça le ferait chier de plus avoir de blé pour buzzer, que des indices sur son secret soient dévoilés, qu'il se tape des voix d'avance aux nominations, mais au moins ça lui donnerait un certain impact dans le jeu. Là, y'a juste rien. Et puis il y a un autre aspect du jeu où pour l'instant, il se situe un peu au niveau de rien pour l'instant, et ça aussi, ça le bouffe. Cette fois, c'est lui qui prend un peu l'avantage par rapport à Santo, parce qu'au moins, on a évoqué son nom à plusieurs reprises, mais à aucunement on l'a estimé suffisamment marquant que pour avoir son nom dans les trois top de candidats. Là, au-delà de Costa, y'a la fierté de napolitain qui entre en jeu, la fierté d'italien aussi. Il aurait probablement fermé sa gueule sur le sujet s'il avait pas trouvé le môme pour leurs envolées lyriques du sud. Alors ça élabore, ça réfléchit, ça pense tout haut et faut croire que pour l'instant, ils sont devenus alliés, Costa et Santo. Pour l'instant. « A toi d'être subtil aussi » il rétorque, avant de se moquer : « je sais que toi t'es le genre à les engrosser direct mais y'a un monde entre draguer et demander en mariage, tu sais ? » Il le prendra pas mal, Santo, c'est lui qui balance à tout le monde qu'il a un gosse. Costa, qui est moins précoce, il sait qu'il y en a plein de gonzesses qui aiment se faire draguer sans que ça mène nulle part, comme un accord tacite entre vous pour qu'il y ait le plaisir du flirt sans les contraintes de la relation le lendemain. C'est dans ce domaine-là qu'il s'illustre particulièrement en termes de relations, Costa, pour l'instant. « Tu crois vraiment que ça tiendra ça ? Dans deux semaines elles se rendront compte que machin a parlé dans le dos de truc. » Leur alliance de meufs, c'est comme toutes les amitiés entre filles, c'est au conditionnel, ça n'a rien à voir avec la fraternité des mecs, qui pardonnent absolument tous à leurs potes, même si ce sont les pires connards. « T'es une vraie teigne » qu'il se marre en glissant naturellement dans son napolitain natal. Dans la bouche de Costa, c'est pas une critique, parce qu'il est un peu dans le même délire : s'il faut passer par le classement des ordures pour se faire voir, qu'il en soit ainsi. « Mais en sachant que c'est nous qui donnons les points, clairement en étant la menace, tu vas être adoré. » Parce qu'il y a ça, aussi. Costa, il veut péter du secret, il veut qu'on retienne son prénom comme ça et il veut se montrer menaçant. Mais encore une fois, faut être subtil, pas juste foncer tête la première jusqu'à la porte. « Le but, c'est pas de te faire nominer dans la foulée, comme tous ceux qui passent par là. » Parce que jusque-là, les haches, c'est aussi synonyme de nominations et donc, fatalement, d'éliminations. Costa, son but premier, c'est quand même de gagner. Donc il veut bien se faire détester mais dans une certaine limite stratégique. « Mais vas-y, explique ton plan, La Menace, t'as des cibles ?» il dit, en lui renvoyant le ballon façon service de volley. Elle a l'air d'avoir des opinions tranchées sur la question, la teigne.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
Équilibre. (lundi s2, 14h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: Équilibre. (lundi s2, 14h00) — Dim 26 Avr - 23:06

Il avait hoché la tête avec un sourire ironique le napolitain. Pas de quoi beau gosse, ça fera 50 euros. Son regard avait croisé le sien avant de retomber sur la surface de la piscine. La vérité c'était que des gars comme eux ils avaient horreur qu'on leur foute des bâtons dans les roues. Santo il était trop habitué à avoir ce qu'il voulait. Depuis quelques années il se démerdait pour tracer sa route en loup solitaire. Il faisait ses choix, réfléchis par rapport à ce qu'il estimait être le mieux pour lui. Y'avait personne pour l'emmerder, personne pour l'inciter à penser à plus qu'à sa propre gueule. Les seules autres personnes auxquelles il pensait au quotidien c'était Lucia, sa mère et le petit. Mais eux c'était facile, il évacuait ses regrets en leur envoyant l'argent tant rêvé des Etats-Unis. Venir ici c'était l'opportunité de gagner plein de tune d'un coup et d'arrêter de se préoccuper de tous ces trucs là. Mais bon, il comprenait aussi sa frustration à Costa, même s'il aurait bien échangé sa perte d'indices contre une putain de marmotte lui. Santo il s'était pris au jeu du grimoire, mais il était pas disposé à se faire pourrir toutes les semaines. Il était prêt à tirer un trait sur son côté joueur pour se garantir un semblant de protection. Ses preuves, il les ferait dans l'arène, pas grâce à un peu de chance. Il avait horreur qu'on le traite de môme, même si face à un Costa il passait clairement pour un bleu. Je crois au grand amour moi, pas toi ? Il se moquait cette fois. Même si au fond y'avait un peu de vérité. Santo il aurait bien aimé que son histoire se termine autrement. De toute façon Luci' savait qu'il venait ici. Santo il avait jamais vraiment su comment se positionner par rapport à elle. D'un côté c'était un utopiste, il aurait voulu croire à un retour à Naples en fanfaron, avec le bon rôle et la possibilité de reconstruire les choses en partant de là où il les avait laissées. Mais il était aussi souvent rattrapé par la réalité de son absence. Dans deux semaines elles se rendront compte que Costa en a dragué plus d'une. Il avait répété de façon détournée. Mais à ce stade il sera premier de la popu, avec trois étoiles attribuées par chacune de ses fangirls. Le gamin romançait. On l'appellera "le salaud", "o strunz'" pour les plus familiers avec le dialecte napolitain. Ses doigts glissaient sur la surface de l'eau. Elles se sentiront leurrées, mais trop tard il aura déjà gagné le coeur du public. Poing serré. Fort de tout cet argent il buzzera comme jamais et finira par trouver le secret de son plus grand rival. Poing posé sur le coeur et regard braqué sur le brun. Santo. Sourire. Piqué dans sa fierté, Santo jouera un max au grimoire et récupérera enfin tous les bonus d'indices. Fallait bien que la chance tourne. Et en semaine finale, il misera tout sur le secret de Costa. L'histoire était toute tracée, Costa il devait se douter de la conclusion. Santo récupèrera sa cagnotte mais, surtout, sa dignité. Il avait posé sa main sur l'épaule du perdant. Fine. C'était ça, son grand plan, à la teigne. Il avait un sourire aux limites de l'arrogance, même s'il avait fini par se mettre à rire. Au fond, ce plan il n'y croyait pas du tout, parce que Santo il était pas prêt à faire une croix sur l'intégrité de son secret. Il aurait pas supporté de devoir répondre aux questions des autres. Dans sa tête les choses étaient claires : il racontait ses petites histoires et puis se barrait. Santo il comptait pas jouer un second rôle, ça allait contre ses principes. Mon but dans l'immédiat ça reste de buzzer. Déjà parce qu'il aimait l'idée de claquer la porte du confessionnal derrière lui. Et puis parce qu'il voulait attaquer, maîtriser, parce qu'un jour ce serait peut-être à lui de se défendre. Mais ma vraie question c'est : tu crois qu'on se tire une balle dans le pied en attaquant les gens de l'équipe ? Est-ce que ça allait leur faire perdre des possibilités de bonus, d'avantages ? C'était quoi son concept de subtilité, à Costa ?

_________________
Équilibre. (lundi s2, 14h00) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Équilibre. (lundi s2, 14h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: Équilibre. (lundi s2, 14h00) — Mer 29 Avr - 22:21

Le grand amour, bien sûr. Costa, il a même pas envie de se foutre de sa gueule ouvertement, parce qu'au fond, il aimerait bien que ça soit vrai ces histoires de grand amour, celui avec un A majuscule, celui qui bouleverse et qui transporte. Mais il a que des exemples d'amour profiteur, d'amour pourri, d'amour corrompu, d'amour fatigué, haineux, rancunier. « Je crois ce que je vois » il rétorque. Costa et ses conceptions cheloues de la vie. Ouais, il aimerait y croire, c'est pas l'un de ces types qui font les gros durs, lui il aimerait pouvoir se poser avec une petite gonzesse ultra chouette dont il serait fou et avec qui il pourrait avoir quelques chiards qu'il éduquerait à l'italienne. Il s'en est jamais caché et le fera jamais parce que pour lui, c'est aussi ça être un homme. Pouvoir prendre soin de ta famille, être un père vraiment présent et pas juste là mais démissionnaire comme il y en tant à Naples, quand ils sont pas tout simplement complètement absents. Mais jusque-là, y'a pas grand chose qui lui permet d'y croire réellement, à cette vie-là. Les exemples les plus encourageants qu'il ait eus, c'est à Londres. Alors il se retrouve coincé entre son esprit hyper rationnel qui a pas envie de se plonger dans un truc qui soit pas vrai, sauf quand il drague purement pour le sport et les moments ponctuels d'amusement, et son romantisme impulsif de circonstances qui le ferait poser le genou à terre sur un coup de terre, pour épater sa go ou la convaincre qu'il l'aime vraiment. ça le fait d'autant plus marrer, du coup, quand Santo il commence à péter un câble avec sa petite histoire à deux balles qui commence par un monde où Costa chine tout ce qui bouge. « Oups. » il lâche simplement en étirant un sourire de gosse pris en flagrant délit. C'est pas si vrai. Il flirte beaucoup pour passer le temps, Costa, mais il n'y a aucune nana ici qu'il a réellement activement draguée. Il est pas con au point, non seulement de s'auto niquer ses plans avec l'une ou l'autre en faisant le même cinéma à plusieurs, mais en plus de la jouer hypocrite avec tout le monde au risque qu'elles s'en rendent compte en papotant entre elles. C'est juste sa manière d'être, familière, personnelle, tactile, charmante. Il cultive ça depuis toujours, Costa, et il sait que c'est un putain d'avantage pour nourrir son ambition. « T'es bien présomptueux de t'appeler mon plus grand rival » il note en plein milieu de son petit laïus sorti d'une dimension parallèle, en lui balançant de l'eau. Et puis quoi encore, il a aucun rival, Costa. Pas qu'il y en a aucun digne de se faire une place au sein du jeu, il est pas arrogant à ce point, et surtout, il est pas si inconscient des dangers autour de lui. Bien au contraire, il repère chaque anomalie, il prend note des points forts et des points faibles, tout s'établit façon probas sur tableau excel dans son cerveau. C'est pour ça qu'il capte direct le gros point noir de son petit film à Santo. « ça revient juste à me mettre en valeur la dernière semaine en me faisant révéler mon secret. » Lui il sera jamais que le gars qui aura auréolé Costa d'une visibilité et d'une attention particulière en fin de jeu, et en ayant galéré pendant deux mois avant d'y arriver. Donc pas la meilleure strat, même si c'est beau et romantique comme petite histoire. Alors focus. Retour à la réalité. Faut se concentrer sur ce qu'ils peuvent réellement faire, l'un comme l'autre, à deux mais aussi et surtout individuellement, parce qu'ils sont pas là pour faire copain-copain au-delà du but de gagner non plus. Donc ouais, buzzer, c'est bien, ça te garantit une aura intéressante. Quant à sa question... « Si tu parles par rapport à la prod, je crois pas, on est trop dans chaque équipe, ça reviendrait à t'empêcher de chercher le secret de la moitié des candidats, ça n'a aucun sens. » Il pigerait pas trop l'intérêt de les restreindre dans leur champ d'opération. Si les équipes avaient été plus petites, genre de six ou sept, on aurait pu imaginer que de se foutre dans les pieds entre membres d'une même équipe, ça aurait été contre-productif, mais là ? ça élimine direct dix personnes, ça serait ridicule. « Après, faut t'arranger avec les autres de l'équipe, si t'en as quelque chose à foutre » il continue parce qu'il y a aussi cet aspect-là dans son interrogation. Le côté esprit d'équipe à tout prix qu'ils ont pas encore vraiment abordé chez les Adler. Mais clairement, s'ils commencent à avancer des propositions du genre, on se nomine pas entre nous, on se buzz pas les uns les autres, Costa, c'est la désolidarisation directe. Il vient pas pour jouer pour onze personnes. « Mais vu que tous les indices qui sont tombés jusque-là sont de notre côté, je vais pas m’embarrasser de ce genre de détails, perso, s'ils veulent vraiment qu'on soit alliés comme une équipe, faudra qu'ils acceptent de vraiment jouer le jeu. Limite ça devrait même les arranger que ça soit quelqu'un de leur camp qui trouve, le gain compense la perte. » S'ils sont réellement des alliés, ils pigeront que Costa, il a pas envie de se priver de chercher des secrets sous prétexte que le hasard les a mis dans la même team fictive.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
Équilibre. (lundi s2, 14h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: Équilibre. (lundi s2, 14h00) — Ven 1 Mai - 1:02

Le baratin ça le connaissait aussi Santo. Il fermait sa gueule la plupart du temps, pas du genre à romancer ses propos, mais parfois il était pris de ces euphories enfantines et il avait besoin d'exacerber ses conneries. Costa c'était le mec parfait avec qui appliquer ça. Il tirait peut-être une tête de mec désabusé, faussement intéressé avec son sourire au coin des lèvres, mais Santo il savait que d'une manière ou d'une autre il se concentrait sur ses mots. Suffisait de voir ses pupilles s'agiter, doucement, presque imperceptiblement. Sa façon de l'interrompre pour préciser un pan de l'histoire. Costa aussi c'était le type de mec à vouloir être acteur des situations. Santo il était pas venu pour faire de la figuration, il s'en foutait qu'on parle de lui en mal, en le critiquant, en déclinant certaines de ses conneries, tant qu'on parlait de lui. Y'avait des choses sur lesquelles il était pas prêt à tirer un trait. Je m'en branle de te mettre en valeur. Le fond de son message il était pas là. Lui il faisait pas ça pour Costa et ses petites folies des grandeurs. Je prends ma revanche en reprenant ma tune. C'est ça qui compte. Alors ouais Santo pour nourrir son petit égo il allait faire exploser la côte de popularité de son rival. Mais en fin de compte l'histoire elle était beaucoup plus large. C'est comme un sale tacle à la 93ème minute. Demain on parlera autant du pauvre mec qui s'est injustement écroulé que du faucheur. Et lui, s'il a fait des dégâts, il est content. Parce que ce putain d'attaquant il l'avait poussé à bout les 92 autres minutes. Cette métaphore de foot elle l'avait fait sourire. Il commençait sérieusement à être en mal de visionnage des matchs du Napoli. Même à Miami, avec le décalage horaire, il se démerdait pour suivre la Serie A et la Coppa Italia. Ca lui changeait du climat ultras. Santo, en repassant par Naples avant d'aller à Miami, le premier truc qu'il ferait ce serait un tour au San Paolo. Il devait encore avoir un ou deux potes qui stagnaient près de la curva sud. Costa, à côté de lui, il exposait une vision beaucoup plus rationnelle de leurs espoirs de conquêtes. Sur ce point il avait pas vraiment de raisons de rebondir le blond. Il partageait évidemment son avis. Santo il prenait goût à la guerre des équipes, parce qu'il y voyait des possibilités de gains. Et parce qu'il voulait pas voir le sourire des autres à l'annonce des classements. Mais au fond personne ne devait douter qu'il jouerait avant tout pour sa gueule. C'était pas négociable. Il savait pourquoi il était là et il comptait pas sacrifier ses ambitions au profit d'une hypothétique victoire commune. Finalement il s'était laissé retomber dans l'eau. Ton premier buzz, ça sera un buzz d'instinct, pour le jeu, ou de certitude, pour la victoire ? Costa et lui ils avaient l'air de différer sur ce point là. C'était peut-être ses quelques années de plus, mais le brun il portait le poids de son esprit analytique sur ses épaules. Ca l'intéressait de capter s'il était prêt à brouiller ses statistiques pour céder à sa curiosité.

_________________
Équilibre. (lundi s2, 14h00) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
   
Équilibre. (lundi s2, 14h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: Équilibre. (lundi s2, 14h00) —

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: PISCINE INTÉRIEURE-
Sauter vers: