Partagez
 

 in my head (lun, 10:00)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Rosamie
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12050-rosamie 
in my head (lun, 10:00) Empty
Message (#) Sujet: in my head (lun, 10:00) — Lun 20 Avr - 13:19

FT. @Carl

la soirée d'hier a été forte en émotions, suite à la tornade Elena, tout est allé de travers. toi, t'as pété un plomb, t'aimes pas qu'on modifie tes propos et qu'on te traite ensuite d'hypocrite. non mais elle se prend pour qui celle-là ? alors t'as décidé de remettre les pendules à l'heure. tu comptais attendre quelques jours avant de réellement en rediscuter avec tes camarades concernés, mais tu n'as pas pu résister face à Carl et Izïa lorsque tu les as croisé à l'extérieur. ça a achevé de foutre la merde, apparemment. Carl t'a renvoyé chier avant de rentrer pour dire au revoir aux candidats éliminés. apparemment, lui et toi n'avez pas la même vision de votre relation actuellement. tu refusais de croire qu'il s'était trop attaché à toi pour une première semaine, persuadée que tout le monde délirait sur ses pensées à ton égard. tu te réveilles dans une chambre 5 étoiles, en compagnie de Roma, la candidate qui t'inspire le plus. tu fais attention à ne pas la réveiller en sortant de la chambre pour aller te doucher et te préparer. t'en profites pour mettre tes habits dans le dressing, bien contente qu'ils quittent enfin ta valise qui a trainé dans ta précédente chambre toute la semaine. et puis tu parcours les étages du chalet, sans vraiment savoir ce que tu veux faire, l'esprit ailleurs. tu ne voulais blesser personne, et c'est malheureusement ce qu'il s'est passé, malgré toi. tu trouves une salle dans laquelle tu n'avais encore jamais mis les pieds. à l'intérieur, un piano. tu passes tes doigts sur l'instrument, impressionnée de voir un piano à queue dans cette pièce. t'as jamais pris de cours de musique en dehors de l'école, t'es donc incapable de jouer grand chose, à part des chansons très simples avec quelques notes seulement. mais tu décides quand même de t'assoir pour jouer quelques notes. tu fais glisser tes doigts sur les touches, sans réellement savoir ce que tu fais. ça donne un truc pas trop dégueulasse à l'oreille, alors tant mieux. t'espères simplement que tu n'es pas au dessus d'une chambre et que tu vas réveiller tout le monde, ce serait dommage. tu n'entends pas la porte s'ouvrir, mais lorsque tu lèves les yeux, Carl est dans la pièce. tu arrêtes instantanément de jouer. salut., tu souffles, un peu honteuse tout à coup. t'as peur qu'il fuit, maintenant qu'il est face à toi. alors tu lances un Carl, pars pas. s'il te plaît., tentative désespérée pour que vous ayez une discussion dont vous avez a priori besoin. je suis désolée de t'avoir fait de la peine, c'était pas mon intention. vraiment., tu le regardes, t'essaie d'accrocher son regard au tien. t'es sincère, tu l'as toujours été. qu'est-ce que t'attends de moi, au juste ?, tu souffles en baissant la tête vers les touches devant toi. t'as pas envie d'être méchante avec lui, t'as pas envie de le blesser de nouveau alors autant qu'il te dise ce qu'il attend de toi, que vous puissiez mettre les choses à plat.

_________________
the past is gone
sing with me, sing for the year. Sing for the laughter, sing for the tear. Sing with me, just for today. Maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on!


Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
in my head (lun, 10:00) Empty
Message (#) Sujet: Re: in my head (lun, 10:00) — Mar 21 Avr - 1:07

La nuit a été courte mais pas de migraine en vue ce matin pour l'irlandais, ça relève presque du miracle. Il a sûrement très bien fait de carburer au coca hier soir et de s'être tenu à l'écart de tout verre d'alcool, ça fait partie des éléments qui ont tendance à multiplier la survenue de ses crises avec le chocolat et les aliments très gras, d'après ce qu'il a déjà pu constater avec le long passé de migraineux qu'il se traine. C'est une journée qui pourrait bien commencer, mais Carl est encore sacrément miné par les histoires de la veille, comme quoi quand c'est pas la migraine qui lui prend la tête c'est autre chose. Sous la douche il se fait la rétrospective du prime dans sa tête et il sent que ça va être compliqué de mettre tout ça de côté aujourd'hui. De toute façon même s'il n'y pensait pas sans arrêt ses camarades lui en parleraient certainement alors quoi qu'il fasse, il est sans doute condamné à revivre cette soirée en boucle pendant plusieurs jours. Il emprunte l'escalier avec l'intention de rejoindre directement le rez-de-chaussée mais son attention est attirée vers une mélodie au niveau du premier étage, et d'un coup il oublie tout ce qu'il avait prévu de faire. Carl il est curieux et c'est pas la première fois qu'une musique l'intrigue au point de le détourner de sa destination ici, la semaine dernière il a passé un joli moment au piano avec Izïa alors il se dit que c'est peut-être à nouveau elle qu'il trouvera devant l'instrument ce matin. Sauf qu'il y découvre non pas Izïa, mais @Rosamie. Carl se stoppe net, c'est la confrontation qu'il redoutait d'avoir car la veille leur discussion a été avortée et il est pas sûr de vouloir entendre tout ce qu'elle peut vouloir lui dire. Rosamie sent bien qu'à tout moment il peut retourner d'où il vient alors elle lui demande de ne pas partir, et il est pas capable de lui refuser ça. « D'accord, je reste. » C'est loin d'être une torture pour lui de se retrouver dans la même pièce qu'elle, par contre il a eu sa dose de discussions sérieuses et il est pas sûr de pouvoir encaisser beaucoup plus de choses que tout ce qu'il a déjà emmagasiné hier soir. Il se demande quand même comment il en est arrivé là Carl, à quel moment ça a merdé cette histoire parce qu'avant que ça prenne cette tournure lui il vivait paisiblement dans sa petite bulle imaginaire. Il aimerait retrouver cette insouciance, retourner à ses petits fantasmes qui lui faisaient du bien et qui le rendaient heureux. La réalité fait trop mal quand elle heurte de cette façon, quelque part il aurait préféré ne pas savoir. « Je sais que tu voulais pas me faire du mal. T'es gentille toi, tu fais pas exprès de blesser les gens. » Il amorce un petit sourire, qu'il délaisse néanmoins assez vite au profit d'un air sévère. « Mais c'est vrai que tu m'as fait de la peine.. » il souffle, Rosamie tente d'intercepter son regard mais lui il a du mal à la regarder dans les yeux. Ça lui fait mal, cette situation est un crève-cœur pour lui. Et lorsqu'elle lui demande très sérieusement ce qu'il attend d'elle, Carl se sent comme au pied du mur. « Ce que j'attends ? Je veux être avec toi, moi, c'est tout. » Il sort ça le plus simplement du monde, car pour lui ça coule de source. Mais ça veut tout et rien dire, et il va pas pouvoir se contenter de lui répondre ça. Il aimerait bien pourtant se dévoiler à elle le moins possible, car plus il va s'avancer et plus Rosamie risque de reculer. « T'as dit que tu voulais me prendre sous ton aile et du coup j'ai l'impression que tu me voies comme une petite chose fragile. Sauf que je suis pas un enfant, j'ai vingt ans tu te rappelles ? Je suis peut-être pas très beau ni très intelligent mais y'a pas que ça qui compte pas vrai ? Costa il a tout pour plaire t'as raison mais moi j'ai un grand cœur, et je peux t'apporter des fleurs tous les jours si tu veux. » Même plusieurs fois par jour c'est vraiment pas un souci. On sait pas bien s'il essaie de se vendre là Carl, mais si c'est son intention c'est plutôt raté. C'est vrai qu'il a trouvé ça un peu facile de donner son nom pour le candidat qu'elle voulait prendre sous son aile, mais Rosamie ça a limite dû l'arranger comme ça elle pouvait répondre Costa à l'autre question et garder bonne conscience de l'avoir foutu quelque part. Sauf que Carl entre être associé à un truc aussi enfantin et être nommé nulle part, bah il préfèrerait peut-être la deuxième option en fait. Il supporte pas de se dire qu'on le voit comme un gosse qui a fait sa crise hier, et que Rosamie pense qu'il a besoin qu'on veille sur lui parce que ça le renvoie à sa fragilité, à son instabilité et il se sent pas digne de l'intéresser comme il voudrait à partir de là. « Aussi, je devrais pas te le dire.. mais j'ai fait un truc pas bien la semaine dernière, et je crois que t'as le droit de savoir. » Y'a le mode warning qui s'enclenche dans sa tête et qui lui dit de se taire immédiatement, sauf que c'est trop tard Carl est lancé dans une sorte de mission honnêteté et il ne veut plus rien cacher à son binôme. Il se dit qu'en s'ouvrant totalement à elle il gagnera des points, mais ça va vraiment dépendre de sa révélation pour le coup. « Je me suis fait disputer par la prod d'ailleurs. » Et il en est pas fier le bonhomme. Il la regarde longuement, en hésitant quand même à poursuivre, mais il en a trop dit de toute façon. « J'ai un peu honte quand même, mon dieu je crois que tu vas me détester Rosamie.. » il ajoute à nouveau, en tournant encore et toujours autour du pot. Il a tellement peur de la réaction qu'elle va avoir qu'il retarde autant qu'il peut la petite bombe qu'il va sortir, parce que ça l'étonnerait que Rosamie reste indifférente face à ça. « Tu devines pas ? » C'est pas trop le moment de faire des mystères mais il se demande si elle se doute de quelque chose ou non, en principe aucun candidat n'a été témoin de ce qu'il a fait et il peut sûrement s'estimer heureux de pas avoir été réprimandé par William devant tout le monde d'ailleurs. Ça fait qu'un peu plus d'une semaine qu'il est là et Carl reprend déjà ses mauvaises habitudes, c'est pas annonciateur de très bonnes choses pour la suite.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Rosamie
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12050-rosamie 
in my head (lun, 10:00) Empty
Message (#) Sujet: Re: in my head (lun, 10:00) — Mar 21 Avr - 8:56

Carl accepte de rester dans la même pièce que toi, tu pousses un soupir de soulagement. c'est une très bonne chose, parce que tu as grand besoin de cette discussion pour pouvoir passer à autre chose. tu en profites pour lui expliquer que tu ne voulais pas lui faire de peine et il dit savoir que tu ne lui a pas fait de mal exprès. tu peux pas t'empêcher de lâcher un sourire, heureuse que cette discussion commence comme ça, parce que t'étais pas sûre qu'il accepte de l'avoir. tu lui as quand même fait de la peine. je suis désolée., c'est vrai, tu l'es. t'es triste de lui avoir fait de la peine parce qu'il te mérite pas ça, mais tu ne comprends pas, et c'est d'ailleurs tout l'objet de la discussion que tu veux avoir avec lui, ce qu'il attends de ta part. vous démarrez à peine la deuxième semaine et il a l'air d'être accroché à toi comme s'il te connaissait depuis des années. et il a l'air de vouloir une relation que tu ne peux pas lui donner. et il confirme, il te balance comme si de rien n'était qu'il veut être avec toi. tu plisses les yeux et fronces les sourcils, t'es pas sûre de voir où il veut en venir là. tu lâches même un quoi ? plein de surprise. tu ne pensais pas que les rumeurs pouvaient être vraies. tu ne pensais pas que Carl pourrait être réellement aussi attaché à toi. t'avais pas envie d'y croire, parce que c'est quelque chose qui n'arrive pas, normalement. au bout d'une semaine à se côtoyer un peu tous les jours, on ne développe pas l'envie d'être avec quelqu'un. enfin, ça c'est vrai pour tout le monde sauf Carl. il développe, te disant qu'il n'ai pas une petite chose fragile, qu'il a vingt ans et qu'il a des qualités que Costa n'a sûrement pas. nan, c'est juste... au moment où on m'a demandé tout ça, je pensais que tu pouvais potentiellement toujours être un peu perdu, dans le chalet. et c'est normal. et t'as l'impression qu'il n'a pas perdu son point de repère des yeux. toi. non mais Carl, tu prends tout ça trop à coeur..., tu lâches. tu réfléchis pas et y'a moyen que tu te plantes totalement sur la manière de prendre Carl. bien sûr que t'as des qualités que les autres n'ont pas, c'est pas le problème., tu lâches pour compléter. tu sais pas trop quoi faire de tes mains, maintenant que tu ne joues plus du piano. et surtout, t'es mal à l'aise, cette discussion est vraiment pas celle que tu pensais avoir avec lui. tu pensais que ce serait plus simple que ça. écoute... je..., tu fais la grimace, tu sais que tu vas lui briser le coeur et t'en as clairement pas envie. Carl, c'est la deuxième semaine de l'aventure et je vais pas te mentir sur ce que je ressens à ton égard., t'es certaine de ça, même si t'es triste de la tournure des choses. à ce stade, je n'ai envie d'être avec personne., tu l'exclues en excluant tous les autres avec lui. t'espère qu'il va comprendre qu'il ne fait pas exception. t'es pas du genre à créer des relations factices juste pour faire plaisir à l'autre. et même si ça te brise le coeur de briser celui de Carl, t'as pas envie qu'il se languisse. tu sais ce que tu veux et tu sais que ce n'est pas Carl. ta gorge est serrée, cette discussion est beaucoup trop triste à ton goût. le pauvre a placé tellement d'espoirs en une possible relation entre lui et toi, et t'es pas capable d'accepter qu'il puisse éprouver quelque chose de plus profond que de l'amitié à ce stade de l'aventure. qu'il s'attache vite, certes, mais il y a des limites. et surtout, ça ne t'intéresse pas de simuler des sentiments imaginaires. et finalement, il commence à te déballer son sac et sa première phrase te laisse interdite. quelle genre de bêtise t'as faite, Carl ? tu te demandes dans ton fort intérieur, tout en le fixant des yeux. pour qu'il considère que t'as le droit de savoir, c'est que ça doit te concerner de près ou de loin. et bizarrement, t'as l'impression que ça ne peut pas être de loin. il t'annonce ensuite qu'il s'est fait réprimander par la production. ok, là, ça commence à te faire flipper. tu le fixes. tu le laisses parler. il t'annonce ensuite qu'il a honte et qu'il pense que tu vas le détester. tu ne sais pas bien comment réagir à tout ça. la pression monde, tu le regardes. un regard qui dit : s'il te plaît, dis-moi que t'as juste regardé dans ma valise et que tu l'as refermée ensuite. tu ne pensais pas qu'un jour, tu serais amenée à croire les rumeurs qui se colportaient sur Carl. tu ne voulais vraiment pas, et finalement, il te donne une raison de commencer à y croire. il te demande si tu devines. non Carl, je ne sais pas., tu ne veux pas deviner, tu ne veux pas dire à la caméra tout ce qui te passe par la tête actuellement. parce que tu ne sais pas à quel point c'est grave. tu ne sais pas à quel point tu devrais le détester. est-ce qu'il est rentré dans ta chambre pour te regarder dormir ? est-ce qu'il a ouvert ta valise ? t'en sais rien. mais t'as besoin de savoir. ton regard essaie d'accrocher le sien, t'es pas franchement rassurée et t'aimerais beaucoup qu'il te donne un truc bidon qu'il a fait. quelque chose qui ne fait pas de lui le stalker que tout le monde veut qu'il soit. s'il te plaît, dis-moi., tu souffles. ta voix est douce, pour l'instant, tu n'as aucune envie de le tuer. pour l'instant, t'es juste intriguée et triste de ce début de conversation. t'as juste envie de savoir ce qu'il a pu faire de mal et pourquoi c'est si important que tu sois au courant. tu oses espérer que ce n'est rien et que le quelque chose de mal est légèrement exagéré. t'as pas envie de le détester, t'as pas envie de lui tourner le dos non plus. du moins, tu n'as pas envie de ça maintenant.

_________________
the past is gone
sing with me, sing for the year. Sing for the laughter, sing for the tear. Sing with me, just for today. Maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on!


Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
in my head (lun, 10:00) Empty
Message (#) Sujet: Re: in my head (lun, 10:00) — Jeu 23 Avr - 4:02

C'est tout, il veut juste être avec elle Carl. Et quand il dit qu'il veut, il en rêve plutôt parce qu'il a quand même conscience que c'est pas près de se faire. Il vit dans son propre monde mais il a pas une once d'érotomanie en lui, c'est pas ça le souci avec l'irlandais. Rosamie semble déconcertée par la vitesse à laquelle ses sentiments se sont développés, elle reste interdite plusieurs secondes alors qu'il se met à contester le fait qu'il puisse avoir besoin d'être pris sous son aile. Il a l'air d'oublier à quel point il était paumé le premier soir et à quel point il s'est raccroché au premier repère qu'il s'était trouvé dans ce jeu, à savoir elle. C'est d'ailleurs un peu ce qu'il fait en permanence depuis, se reposer sur Rosamie parce qu'il ne jure plus que par elle mais il veut pas qu'on lui colle l'image du petit garçon fragile et désorienté. C'est pas ce qu'il veut être aux yeux de Rosamie mais il est loin de pouvoir rivaliser avec l'assurance d'un Costa ou d'un Gianni, qu'on se le dise. « Quand t'es avec moi je me sens pas perdu, au contraire j'ai l'impression que je sais où je vais. » il lui assure dans un sourire juste avant que les choses prennent une tournure franchement regrettable. Rosamie vient de comprendre qu'il s'était sérieusement entiché d'elle et ça semble beaucoup trop soudain pour celle-ci, alors elle décide de ne pas lui mentir sur ce qu'elle ressent et lui fait savoir sans détour qu'elle n'a pas envie d'être avec lui. Ce qu'il veut, elle ne le veut pas et ça pourrait pas être plus clair. C'est sec, brutal et même s'il n'en a jamais vraiment douté ça lui fait mal d'en prendre conscience de cette façon. « Mais Rosamie.. » il commence d'une voix triste, mais les mots derrière ne viennent pas. Il encaisse durement ce qu'il vient d'entendre, les propos de Rosamie raisonnent dans sa tête comme une grosse claque. Carl va pas se mettre à genoux pour la supplier d'y repenser à deux fois, il va conserver le peu de dignité qu'il lui reste car Rosamie mérite pas qu'il se donne encore en spectacle devant elle. Il songe à tout ce qu'elle doit supporter depuis plusieurs jours à cause de lui et tout ce qui l'attend certainement par la suite, et il se sent super mal de lui infliger tout ça. Le moins qu'il puisse faire maintenant c'est de mettre de côté ses réactions dramatiques et de lui épargner une crise comme celle d'hier car c'est pas en agissant comme ça qu'elle risque de s'intéresser à lui et de le regarder avec d'autres yeux. « J'ai envie de vomir. » il formule finalement en plaçant une main devant sa bouche. Ça le retourne complètement Carl, il s'est fait tellement d'idées ces derniers jours que la réalité le frappe tout entier ce soir. Paradoxalement il s'est jamais imaginé qu'il parviendrait à quoi que ce soit avec Rosamie, parce qu'il n'a pas du tout l'idée délirante qu'on puisse l'aimer quand il sait très bien que c'est pas le cas. C'est de son côté que les choses s'emballent, de son côté que le truc prend toujours une ampleur dingue et même s'il a un besoin de reconnaissance et d'attention pas négligeable il aurait jamais mis la pression à Rosamie pour qu'ils se mettent ensemble. Carl tant qu'on le laisse vivre dans ses petites illusions il est heureux, c'est quand on l'arrache brutalement à tout ça et qu'on le fait redescendre sur terre de force qu'il le vit pas bien. Ce qui lui fait vraiment mal au cœur ici c'est d'entendre que Rosamie ne veut être avec personne, le fait de le savoir lui ramène en pleine figure le fait qu'il s'accroche certainement à rien, et c'est dur de continuer à rêver quand on sait qu'il n'y a plus rien derrière. Ses illusions en prennent un coup parce que tant que Rosamie s'était pas prononcée il pouvait imaginer tout ce qu'il voulait, ça avait pas besoin d'être crédible dans sa tête, mais maintenant forcément ça sonnera un peu faux. Dans ses rêves les plus fous Rosamie et lui finissaient bien évidemment ensemble et il mentirait s'il disait qu'il s'est pas déjà demandé si son nom de famille sonnerait bien avec son prénom à elle. C'est vrai Carl a nourri pas mal de délires la concernant depuis leur rencontre, mais ce qui compte pour lui c'est pas tellement qu'elle soit à lui finalement, c'est surtout qu'elle soit à personne d'autre. Le choc ultime surviendra si Rosamie se met en couple sous son nez, parce qu'elle perdra ce côté inaccessible qui l'a pas empêché de la convoiter fortement pendant une semaine. Il peut accepter de la désirer même si elle ne voudra jamais de lui, ce qu'il pourra pas supporter c'est qu'elle lui échappe et qu'au autre prenne la place qui lui est destinée dans ses rêves. Là c'est comme si Rosamie lui demandait de laisser tomber alors qu'il s'en sent pas du tout capable aujourd'hui, pourtant le fait de le secouer un bon coup a fait ses preuves dans le passé, il s'est déjà défait d'une obsession très tenace comme ça mais le cadre du jeu pourrait compliquer les choses ici. Carl vient de lâcher un truc qui risque de lui coûter pas mal de points aux yeux de son binôme, cette fameuse bêtise qu'il a faite la semaine passée et dont personne n'est au courant à part la production. Il passe par tous les détours possibles afin de gagner du temps, parce qu'il sait que Rosamie pourrait très mal prendre ce qu'il va lui dire, et changer brutalement de regard sur lui. C'est sa grosse crainte à Carl, de sentir qu'elle donne raison à tous les autres et de ne plus pouvoir compter sur son soutien, y'a pourtant rien qui l'oblige aujourd'hui à dévoiler ce qu'il a fait. Il pourrait garder ça pour lui, il pourrait la maintenir dans l'ignorance par rapport au comportement assez répréhensible qu'il a eu mais au lieu de ça il décide de tout balancer pour soulager sa conscience. Fini de tergiverser, Carl passe aux aveux. « C'est pas bien je sais mais j'ai fouillé dans ta boite aux lettres l'autre jour. Je suis vraiment, vraiment désolé. » il lâche en croisant son regard parce qu'il a absolument besoin d'y lire sa première réaction. William leur a pourtant déconseillé de le faire, mais à partir du moment où les boites aux lettres sont accessibles à tout le monde Carl s'est pas vraiment senti dissuadé. « Je voulais savoir si t'avais reçu quelque chose de la part d'autres candidats. » il explique comme si ça pouvait légitimer ce qu'il a fait. Carl il aime bien se cacher derrière sa curiosité, il pense qu'on peut lui pardonner pas mal de choses à partir du moment où il se définit comme quelqu'un de très curieux. « Un gars de la production est sorti du confessionnal et m'a dit d'arrêter, donc j'ai compris et je le referai plus. » Il se souvient encore très bien de ce qu'on lui a dit ce jour-là, ça faisait longtemps qu'il s'était pas fait choper comme un bleu. « Non par contre Carl tu fais pas ça, c'est pas possible. C'est le premier avertissement donc tu te tiens tranquille s'il te plait. » Normalement Carl il est un peu plus discret que ça mais dans ce chalet c'est pas évident, y'a des caméras partout et la prod est prête à intervenir à tout moment, il est encerclé de tous les côtés alors les chances de se faire prendre sont grandes. « J'ai vu le mot de Presley du coup, et j'ai eu l'impression qu'il se passait des trucs entre vous derrière mon dos. Ça m'a rendu un peu triste.. » Il est pas fier de l'avouer, oui, il a mis le nez où il devait pas et oui il a lu ce que Presley lui avait écrit. C'était personnel et il a pas respecté ça, il a piétiné l'intimité de son binôme ainsi que celle de son coloc de chambre. C'est pas beau, pas beau du tout et Carl aura beau se confondre en excuses ça enlèvera rien à ce qu'il a fait. Il quitte pas Rosamie des yeux parce que rompre le contact visuel maintenant serait pire que tout pour lui, il cherche à se rassurer, à lire sur son visage qu'elle ne lui en veut pas trop mais il a sacrément peur que ce soit le cas. « Tu me détestes ? » il lui demande car c'est tout ce qui l'inquiète à ce moment-là, que Rosamie soit super déçue et que leur lien soi-disant indéfectible appartienne au passé pour une bête histoire de boite aux lettres. Carl est pas prêt à assumer les possibles conséquences de son acte mais il aurait peut-être dû y penser avant de choisir de se trahir tout seul.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Rosamie
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12050-rosamie 
in my head (lun, 10:00) Empty
Message (#) Sujet: Re: in my head (lun, 10:00) — Jeu 23 Avr - 8:47

faire ça, avoir ce rôle vis-à-vis de Carl, ça te brise le coeur. t'as aucune envie de lui faire de la peine, aucune envie de le rendre triste. pour autant, tu dois le faire. t'as pas décidé que ça se passerait de cette façon. mais on ne peut pas décider pour les autres de leurs sentiments vis-à-vis de nous. tu le sais, tu le comprends et tu l'acceptes. alors t'es très triste d'avoir cette discussion avec lui, surtout qu'il te dit qu'il a l'impression de savoir où il va lorsqu'il est avec toi. tu trouves pas quoi répondre. qu'est-ce que t'es censé dire ? que t'es contente d'être sa boussole ? non. il va falloir que tu fasses très attention à ce que tu dis à Carl, parce que tout pourrait potentiellement être pris de travers. alors tu manies les mots avec la plus extrême prudence. t'as très peur de la réaction qu'il pourrait avoir face à ton refus d'être avec lui. tu tentes d'être la plus claire possible, tout en évitant de trop le heurter. c'est pas tellement qu'il est un problème, c'est surtout que t'as pas envie de monter un énième couple sur des sentiments inexistants de ton côté. si tu dois former un couple avec quelqu'un, alors c'est que tu seras amoureuse. et tu ne l'as jamais été, alors celui ou celle qui fera bondir ton coeur n'est sûrement pas dans ce chalet. ça se sent dans sa voix qu'il est triste, Carl. mais tu t'attendais à ce qu'il ajoute quelque chose derrière son début de phrase. ça ne vient pas. tu le regardes, tu te mords la lèvre. t'es un peu inquiète sur la tournure que vont prendre les événements. tu ne sais pas ce que tu es censé faire pour que Carl se sente mieux. il est triste, et ça, tu le comprends totalement. et c'est là qu'il te dit qu'il a envie de vomir. merde. tu te lèves du siège qui se trouve devant le piano. tu approches doucement de Carl tout en cherchant une poubelle du regard. histoire qu'il évite de vomir sur le sol du coin piano. tu en repères. sauvés. tu parcours les quelques mètres qui te séparent de celle-ci en une seconde et tu reviens finalement à Carl avec la poubelle dans la main. tiens, si ça vient..., t'évites de le toucher parce qu'à ce stade, tu sais pas trop quelle réaction il pourrait avoir. et t'as pas envie de le froisser encore plus, alors la main qui était en route vers son dos est suspendue en l'air. tu sais pas trop quoi en faire là, à vrai dire. tu le regardes avec ce regard qui crie je suis désolée, même si tu sais que c'est pour le meilleur. parce que t'as pas envie que Carl continue à entretenir des sentiments amoureux pour toi. t'espères qu'il va tenter de passer à autre chose, tenter de se lier à d'autres personnes. t'es pas la seule femme de cette aventure et peut-être qu'une de ces femmes sera ravie d'être choyée par le jeune homme. toi, t'as bien aimé ça, sans comprendre qu'il s'était déjà attaché à toi d'une manière bien plus profonde. alors, puisque tu ne peux pas lui donner ce qu'il veut, tu te contentes de te tenir à côté de lui, poubelle en main pour réceptionner ce qui pourrait potentiellement sortir de son estomac d'un instant à l'autre. t'as pas envie de le laisser tomber pour autant, Carl.

il est sur le point de te faire une révélation. tu restes interdite face à ce qu'il te dit. il te parle d'une bêtise qu'il a faite, qui te concerne et que la production a l'air de condamner. alors tout de suite, tu repenses aux memes qui ont circulé sur Carl, tu repenses à ce que pensent les autres de lui et tu ne peux pas t'empêcher de laisser ton esprit divaguer vers diverses hypothèses plus ou moins folles sur ce qu'il aurait bien pu faire de mal. tu te rends bien compte que tu ne devrais pas te faire d'hypothèses, t'es bien consciente que tout ça est en train de te retourner le cerveau et que c'est pas une bonne chose. parce que t'es en train de perdre ton libre arbitre face à ce que tu penses de Carl. et ça te plaît pas. alors tu décides d'attendre d'en savoir plus pour paniquer. et finalement, il commence à expliquer ce qu'il a fait de préjudiciable la semaine passée. il a fouillé dans ta boîte aux lettres. t'essaies de ne pas le faire transparaître, mais t'es soulagée. c'est effectivement pas l'action la plus bienveillante possible, mais tu t'imaginais qu'il aurait pu te regarder dormir. alors la boîte aux lettres, c'est franchement une bien meilleure option. tu préfères ça. même si c'est fouiller dans ton intimité, Carl a fait ça en semaine 1. donc il n'a pas du voir grand chose, parce qu'il est la personne qui a déposé le plus de choses dans ta boîte aux lettres. il te dit qu'il est vraiment désolé. t'as envie de le croire, parce qu'il te dit tout ça alors qu'il aurait pu le garder pour lui et continuer de le faire malgré les remontrances de la production. il te donne une explications, comme si ça pouvait expliquer son geste. pourquoi tu ne m'as pas demandé, tout simplement ?, tu demandes en regardant Carl dans les yeux. t'essaies d'avoir un air sévère, sans paraître trop dure. juste ce qu'il faut pour qu'il comprenne que c'est mal, mais que ça ne remettra pas en cause toute votre relation. il t'explique comment il s'est fait pincer et te dit qu'il ne le refera plus. tu me le promets ?, tu demandes. t'as besoin d'être sûre qu'il ne s'invitera plus de cette manière dans ta correspondance et tu te dis que le lui faire promettre, c'est pas forcément une mauvaise idée. parce qu'il tiendra peut-être sa parole si c'est une promesse envers toi. il te parle du mot de Presley. tu te souviens qu'il était question de ton cadeau : un boxer avec des marmottes dessus. ouais, tu vois que tout ça pouvait être mal interprété. surtout que Presley faisait clairement mention de Carl sur son mot. il te dit que la découverte de ce mot l'a rendu triste. tu secoues la tête. non mais... encore une fois, on est en début de deuxième semaine. il se passe rien avec personne., tu lâches, un peu déboussolée par ce qui est en train de se passer. tu veux connaître l'histoire ? je peux te la donner. tu proposes, histoire de faire en sorte d'effacer un peu sa peine. mais t'as bien l'intention de ne pas en rester là sur cette histoire. il te demande si tu le déteste. tu soupires. non Carl, je ne te déteste pas., tu souffles pour répondre à sa question. mais j'apprécie pas que tu fouilles comme ça dans mon intimité pour autant. tu vas essayer d'être la plus claire possible pour essayer de l'arrêter dans ses pulsions. alors on va faire un truc : je ne vais parler à personne de ce que tu viens de me dire. tu lui promets. t'as pas envie que ça renforce les rumeurs déjà présentes sur lui et t'es prête à garder ça pour toi. par contre, tu ne vas plus jamais envahir mon intimité. pas d'ouverture de ma boîte aux lettres, sauf pour y déposer quelque chose., tu tentes d'être le plus ferme possible pour que ça ne se reproduise plus. va falloir que tu trouves comment prendre du recul..., tu ajoutes, quasiment comme un cheveux sur la soupe. mais tu sais que c'est pas si simple, tout ça. tu sais qu'il tirera sans doute pas un trait sur toi si facilement. t'as pas envie d'arrêter de le cotoyer. mais il faut qu'il se libère de son amour trop précoce pour toi.

_________________
the past is gone
sing with me, sing for the year. Sing for the laughter, sing for the tear. Sing with me, just for today. Maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on!


Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
in my head (lun, 10:00) Empty
Message (#) Sujet: Re: in my head (lun, 10:00) — Sam 25 Avr - 17:50

Il aurait dû se douter que le prime de la veille était qu'un aperçu de ce qui lui tomberait sur la tronche par la suite. Carl a même pas le temps de se remettre de sa soirée, entre la discussion avec Costa qui s'est imposée à lui hier soir et maintenant celle-ci avec Rosamie, il a aucun échappatoire et c'est comme s'il était condamné à se manger une claque après l'autre sans pouvoir ne serait-ce que souffler entre les deux. Il a pas encaissé le choc de la petite confession de l'italien, et voilà qu'il se prend à nouveau le mur de la réalité en pleine figure. Rosamie ne partage pas ce qu'il ressent et c'était parfaitement prévisible, lui-même s'attendait à entendre ces mots-là un jour mais pas forcément aujourd'hui. Il espérait que ça arriverait le plus tard possible mais son comportement a certainement précipité ce besoin de clarification chez son binôme. Carl il était heureux de croire à tous ces trucs, il vivait des tas de choses avec Rosamie à travers son imagination et ça lui allait bien. L'histoire qu'il avait commencé à construire dans sa tête aurait fait un très bon scénario pour un film romantique, mais avec ce qu'elle vient de lui dire il va devoir modifier quelques trucs pour pouvoir continuer d'y croire. Il a l'habitude qu'on le coupe dans son élan chaque fois qu'il s'emballe à propos d'un truc mais ce matin c'est vraiment dur, il a l'impression de faire trois fois le tour de lui-même tellement ça le retourne. Ça fait beaucoup de trucs que son cerveau doit intégrer depuis hier et cette accumulation de secousses finit par provoquer un petit séisme parce que c'est un sensible Carl, les autres ont beau prendre des pincettes avec lui ça reste brutal pour un garçon comme lui. Rosamie veut pas lui faire de mal ça s'entend autant que ça se voit, mais si elle lui avait laissé quelques jours de répit après le prime il aurait sûrement un peu mieux encaissé le coup. Là ça l'achève au point qu'il se sent capable de rendre son petit-déjeuner à tout moment. Il en informe Rosamie qui localise rapidement une poubelle dans un coin de la pièce, qu'elle apporte ensuite devant lui pour qu'il puisse s'y soulager. Carl reste figé avec son envie de vomir tandis qu'il lutte intérieurement pour que rien ne sorte car il est hors de question qu'il se mette minable devant elle. C'est peut-être bien le pire truc qui pourrait lui arriver là alors il se laisse pas faire, et après une bonne minute de combat acharné contre ses violentes nausées elles finissent par disparaitre aussi vite qu'elles étaient apparues. Il retire alors calmement la main de devant sa bouche. « Merci mais c'est bon, c'est passé. » Le raz-de-marée est derrière eux mais il a fait des dégâts, d'ailleurs si elle regarde à ses pieds Rosamie pourra peut-être voir les morceaux de son cœur qu'elle vient de briser. Il capte son regard dans lequel il peut voir un mélange de pitié et de désolation, et ça l'aide vraiment pas à accuser le coup. Ce qui est dur aussi c'est de constater que Rosamie se tient tout près de lui et de pouvoir malgré tout sentir la distance qu'elle tente d'instaurer entre eux, parce qu'elle doit penser qu'il aura besoin de ça pour se détacher. Ce dont il aurait besoin là Carl c'est d'un câlin mais il sait bien qu'elle lui donnera jamais ça, y'a qu'à voir cette main hésitante qui semblait partie pour le réconforter et qui n'est au final jamais parvenue jusqu'à lui. Elle semble plus savoir comment réagir avec lui et c'est exactement ce qu'il craignait, que tout devienne compliqué et qu'elle se mette à calculer ses mots et ses gestes. Il sent que les choses sont déjà en train de changer et ça l'angoisse, parce qu'il peut plus rien faire pour éviter ça maintenant qu'il s'est grillé. Au point où il en est Carl peut bien vider son sac intégralement, alors il décide de lui avouer ce qu'il a fait la semaine dernière en croyant que personne le verrait, mais ça c'était avant qu'il se fasse choper la prod. Si jamais ça doit se savoir un jour ou l'autre il préfère que Rosamie l'apprenne par lui, il se dit que ça passera peut-être mieux. Sa réaction il la craint quand même fortement maintenant qu'elle sait qu'il s'est pas gêné pour aller fouiller dans sa boite aux lettres à la recherche d'éventuelles correspondances avec d'autres candidats. Carl il voulait simplement s'informer sur ses rapports avec les autres parce qu'il avait peur d'avoir raté un truc, et quand il est tombé sur le mot de Presley ses craintes se sont confirmées. Rosamie aimerait savoir pourquoi il ne lui a pas directement demandé au lieu de faire son coup en douce. « Je sais pas, j'ai pas vraiment réfléchi. » il souffle en croisant son regard. C'est malheureux de voir que son côté fouine aura pas mis longtemps à se manifester, parce que Carl c'est pas un débutant en la matière, c'est une sale habitude qu'il a de mettre son nez partout. Le concept d'intimité existe plus trop quand il se met en tête de trouver quelque chose, il sait pourtant que c'est pas bien de faire ça et que la prochaine fois ça pourrait carrément lui coûter sa place. Le message est passé de toute façon, on ne l'y reprendra plus. « Oui c'est promis. » il lui assure car il compte pas courir le risque de se prendre un deuxième avertissement, c'est bon, faut qu'il se tienne à carreaux à partir de maintenant. La réaction de Rosamie est quand même moins vive qu'attendue, et quelque part il a l'impression qu'elle est un peu soulagée. C'est son regard qui le laisse penser ça. « Tu croyais que j'allais t'annoncer quoi ? » il lui demande subitement. Il sait pas si Rosamie a eu le temps de s'imaginer quelque chose avant qu'il passe aux aveux mais si c'est le cas il aimerait savoir ce qu'il en est, pour avoir une idée de quoi elle le croyait capable. Elle lui rappelle qu'ils sont en début d'aventure et qu'il ne se passe rien avec personne. Le personne fait mal là encore, il sait qu'il est inclus dedans et que ça veut dire qu'il se passe rien entre eux aux yeux de Rosamie. Y'a décidément un gros décalage entre ce qu'il entend et ce qu'il se met dans la tête, et une part de lui refuse toujours d'intégrer les choses. « Je veux bien oui, si ça te dérange pas trop. » Tant qu'à faire s'il peut prendre connaissance de cette histoire avec Presley il a rien contre, peut-être qu'il se fait du souci pour rien après tout. Ou peut-être pas. Faut qu'il sache en fait, il en a besoin. Ça le soulage grandement d'entendre qu'elle ne le déteste pas, même s'il en prend quand même un peu pour son grade, et c'est mérité. « Je sais, c'est mal ce que j'ai fait.. J'ai honte tu peux me croire. » Il tire aucune fierté de ce qu'il a fait Carl et franchement il peut considérer qu'il l'a échappé belle. Rosamie lui en tient pas tellement rigueur et la prod l'a juste rappelé à l'ordre, ça aurait pu tourner beaucoup plus mal pour lui mais faut pas que ça l'encourage à poursuivre sur cette voie du coup. Non, il lui a fait une promesse et il la tiendra. Rosamie ne compte pas parler aux autres de cette histoire et c'est une fois de plus la preuve qu'il s'en sort bien. « Oh.. merci beaucoup. J'avais trop peur que les autres l'apprennent et qu'on m'interdise de trainer autour des boites aux lettres. » Il pensait d'ailleurs se voir interdire l'accès à celle de Rosamie après tout ça et il est surpris d'apprendre qu'il pourra continuer à lui écrire et à lui glisser des petits cadeaux - tant qu'il s’abstient de fouiller, bien sûr, et elle se montre très claire là-dessus. « C'est vrai tu veux bien que je continue à y déposer des fleurs et d'autres petites choses ? » Bon, il aurait trouvé un autre moyen de continuer à lui faire parvenir tout ça mais du coup ça l'arrange, parce que c'est quand même bien pratique ce système de boites aux lettres. Rosamie finit par laisser entendre qu'il lui faudra trouver comment prendre du recul, et ça le secoue un peu parce qu'il est brusquement ramené au commencement de cette discussion. « Je sais pas faire ça. » il formule avec de soupirer. Prendre du recul pour pouvoir accepter les choses et avancer, c'est pas lui qui décide quand ça doit se faire alors il pourra pas enclencher cette phase-là tout seul, Carl. « J'suis désolé de t'avoir entrainé là-dedans Rosamie. » il reprend en cherchant à nouveau son regard, puis il ajoute d'une voix basse, presque étouffée « Désolé que ce soit tombé sur toi. » Ça changera rien qu'il soit désolé mais il tient à ce qu'elle l'entende, et il veut d'une certaine façon lui faire réaliser que tout ça ne dépend pas totalement de lui. Bien sûr ça se passe dans son cœur et dans sa tête, mais il contrôle rien Carl, il subit lui aussi ce truc soudain et excessif qui a débarqué sans crier gare. « J'aimerais trop te dire que ça va me passer et que tu seras bientôt libérée de tout ça mais.. je peux pas. La vérité c'est que je suis impuissant face à ce que je ressens. » Il veut pas lui faire peur, mais ça peut durer deux semaines comme beaucoup plus, encore une fois c'est pas lui qui gère. Ça peut très bien se terminer brutalement, c'est déjà arrivé dans le passé, mais y'a aussi l'autre option, celle où il pourrait rester prisonnier de son état pendant des mois. La bonne nouvelle pour Rosamie c'est qu'elle aura pas à vivre avec ça éternellement non plus, mais ça risque d'être sacrément compliqué si toute son aventure doit être entachée par le spectre du début d'obsession que lui voue l'irlandais.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Rosamie
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12050-rosamie 
in my head (lun, 10:00) Empty
Message (#) Sujet: Re: in my head (lun, 10:00) — Sam 25 Avr - 23:27

voir Carl te dire qu'il pourrait vomir à cause de la discussion que vous venez d'avoir, qui était difficile mais nécessaire, c'est franchement triste et tu voulais vraiment pas qu'il en arrive à ces extrémités. tu lui apportes une poubelle que tu trouves dans un coin de la pièce et la soutient en l'air au cas où Carl ne pourrait pas retenir ce qui se trouve actuellement dans son estomac. tu sais pas trop quoi faire face à lui et face à cette situation. tu sens bien qu'il se retient comme il peut, le pauvre, qu'il a des hauts le coeur qu'il essaie de réprimer au mieux. mais tu comprends bien que c'est pas simple. finalement, il retire sa main de devant sa bouche et te fait savoir que c'est passé. tu lâches un soupir de soulagement, pas franchement sûre de la réaction que tu aurais eu face à Carl en pleine régurgitation. est-ce que tu aurais vomi, toi aussi ? sûrement. t'es pas sûre d'être réellement préparée à voir ça. bon, super. tu files reposer la corbeille à sa place et retourne à ton poste pour discuter plus amplement avec Carl qui te parle de sa bêtise de la semaine dernière. tu ne t'attendais vraiment pas à ça. il t'explique ne pas avoir trop réfléchi en le faisant et tu veux bien le croire. tu doutes qu'il ai préparé ce coup là depuis des jours, se donnant comme but ultime de savoir ce qui pouvait bien se trouver dans ta boîte aux lettres. tu hoches la tête, tu comprends qu'il n'a pas réfléchi. et c'est là qu'il te pose la question qui te met tout de suite mal à l'aise. est-ce qu'il y a une bonne réponse à cette question ? bien sûr que non. tu prends ton courage à deux mains, et après avoir soupiré, tu réponds. je me suis dit que t'avais peut-être fouillé dans ma valise., tu joues franc jeu avec lui. tu veux pas lui mentir. bien sûr, t'as pas envie de lui parler des autres idées qui te sont passées par la tête, plus folles et moins probables parce que t'y as pas franchement cru. alors que l'histoire de la valise, tu l'as sérieusement considéré quelques secondes. tu hausses les épaules pour essayer d'étayer un peu tout ça. elle contient tous mes effets personnels, ainsi que vos lettres et autres cadeaux, alors c'était une possibilité. t'as pas envie de le heurter encore plus. mais ça aurait pu être n'importe quoi d'autre, j'ai juste pensé que c'était peut-être ça. t'es un peu honteuse d'avoir pensé ça, parce que tu te doutes que c'est quelque chose qu'il aurait sûrement pas fait et t'en as conscience. c'est quand même pas le même niveau d'intimité de fouiller dans ta boîte aux lettres. déjà parce qu'elle ne contient pas tes sex toys. ce qui te rassure en revanche, c'est le fait qu'il te promette de ne plus fouiller dans ta boîte aux lettres à l'avenir. très bien., tu commentes simplement. t'es rassurée là-dessus. il te demande de lui expliquer cette histoire avec Presley, alors tu hoches la tête. ok, aucun problème., tu marques une pause avant de commencer à raconter ton histoire. on s'est croisés à la piscine intérieure, il avait la flemme de remonter dans sa chambre pour mettre un maillot donc il s'est baigné en caleçon superman. il s'avère que j'ai ce genre de sous-vêtements aussi et donc on a plaisanté sur le sujet. et quand j'ai vu un boxer avec des marmottes à la boutique de souvenir, je lui ai pris et je l'ai mis dans sa boîte aux lettres. le mot que t'as vu, c'est sa réponse à ce cadeau., tu expliques très simplement et très sobrement. tu vois, rien de si palpitant. ce que tu veux dire par là, c'est qu'il n'y a pas eu de grandes déclarations d'amour et que vous n'allez pas vous marier dans l'année. tout va bien, c'est juste un délire sur des sous-vêtements. t'es pas sûre que ce soit une si bonne idée de révéler à Carl ce que tu portes sous tes vêtements, mais bon. maintenant, c'est fait. en tous cas, tu ne le détestes pas et il a l'air très heureux de l'apprendre. il t'assure qu'il a honte de lui, ça te fait sourire. vous avez avancé sur tout ça, c'est bien. ça marque une avancée bienvenue. tu lui promets donc de ne rien révéler aux autres sur cet incident. je comprends. mais ça doit pas venir de moi ou de la production, ça doit venir de toi. si t'as envie de le dire aux autres un jour, tu peux. d'ailleurs, Presley devrait peut-être être au courant., c'est vrai, il a aussi porté atteinte à son intimité. alors il devrait être mis au courant, mais ce n'est pas ton rôle de le faire, c'est certain. en tous cas, Carl te fait confirmer que tu acceptes de recevoir des cadeaux de sa part. oui, bien sûr. ça me fait toujours plaisir d'avoir des cadeaux dans ma boîte aux lettres. qu'ils viennent de n'importe qui. en tous cas, les fleurs de Carl ont trouvé leur place dans une enveloppe que tu gardes dans ta valise. ces cadeaux sont simples, mais tellement efficaces. tu lui demandes malgré tout de prendre du recul vis-à-vis de tout ça et il te dit qu'il ne sait pas faire ça. tu sais pas trop quoi faire pour l'aider dans cette démarche. peut-être qu'il faut qu'on prenne un peu nos distances. ça t'aiderait, tu crois ?, tu demandes. t'es pas sûre de ce que tu fais là, mais t'essaies de trouver des solutions et surtout, t'essaie de faire en sorte qu'il soit d'accord pour trouver des solutions. même si elles ne sont pas forcément idéales, il faut vraiment que vous fassiez quelque chose pour que cette situation ne soit que temporaire. il s'excuse de t'avoir entrainé là-dedans. tu souris, un sourire qui se veut réconfortant mais qui ne l'est sûrement pas. c'est difficile pour toi de gérer tout ça, mais c'est pas gravissime non plus de ton côté. c'est pour Carl que tu t'inquiètes dans toute cette histoire. il t'annonce qu'il est impuissant face à ce qu'il ressent et tu hoches la tête. c'est normal, personne est réellement maître de ce genre de sentiment., comme si t'avais déjà été amoureuse dans ta vie... mais c'est ce qui se dit, apparemment, ce sont des sentiments réellement forts alors c'est difficile de faire une croix dessus. mais j'ai vraiment envie de t'aider à te sortir de ça., non parce que tu te doutes que si c'est pas facile à vivre pour toi, ça l'est pas non plus pour lui. surtout que c'est lui, qui se retrouve avec un coeur brisé. je suis vraiment triste de te briser le coeur, comme ça., tu soupires. j'imaginais pas tout ça, tu sais. enfin t'imagines que ça a bien été compris au début de votre discussion. mais c'est vrai, t'es surprise du retournement de situation. tu ne t'imaginais pas que Carl pouvait ressentir de telles choses pour toi à ce stade de l'aventure.

_________________
the past is gone
sing with me, sing for the year. Sing for the laughter, sing for the tear. Sing with me, just for today. Maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on!


Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
in my head (lun, 10:00) Empty
Message (#) Sujet: Re: in my head (lun, 10:00) — Mar 28 Avr - 20:17

Il peut pas tomber si bas et rendre son petit-déjeuner devant elle, c'est un coup à finir hors course direct ça alors il prend sur lui autant qu'il peut, et c'est fou de voir à quel point ça peut l'atteindre physiquement en plus de le flinguer moralement. Avec la pression qu'il s'inflige faudra pas qu'il s'étonne s'il passe la prochaine heure sur le trône à se liquéfier parce qu'il va finir par se donner sacrément mal au bide Carl à se torturer comme ça. Il se fait pas du bien en s'accrochant comme il le fait à ses illusions mais même quand Rosamie clarifie les choses avec lui le retour à la réalité n'a pas vraiment lieu, c'est à se demander ce dont il a besoin pour lâcher l'affaire l'irlandais. Maintenant qu'il a à peu près repris possession de ses moyens il est apparemment décidé à se compromettre jusqu'au bout aux yeux de sa belle, comme quoi quand il pourrait s'épargner l'image du stalker creepy il saisit pas l'occasion Carl, c'est assez désolant. Lui avouer qu'il a fouillé dans sa boite aux lettres c'est pas avec ça qu'il risque de rafler des points mais faut croire que ça démange beaucoup trop sa conscience de lui en parler. Carl aurait très bien pu garder pour lui ce moment gênant où un gars de la prod a déboulé du confessionnal pour lui ordonner d'arrêter son merdier mais il est d'une honnêteté franchement déconcertante parfois, comme s'il réalisait pas sur le moment que ça risquait juste de l'enfoncer davantage. Dans un sens c'est pas plus mal car Rosamie a bien le droit de savoir ce qu'il trafique dans son dos mais c'est pas trop dans son intérêt de lui dire tout ce qu'il entreprend pour pas perdre de vue l'avancée de son aventure et la progression de ses liens avec les autres. C'est un besoin chez Carl de garder le contrôle sur un truc qui lui appartient pas du tout, et encore il pourrait aller plus loin et lui parler de toutes les photos prises en catimini qui encombrent actuellement la galerie de sa tablette mais là-dessus il se taira par contre. Faudrait pas que son petit appareil finisse entre les mains d'un autre candidat un jour parce qu'il aurait beaucoup de mal à justifier tous les trucs qui s'y trouvent, à commencer par l'historique de ses recherches sur le réseau social. Il prend peut-être le risque d'entendre des trucs très fâcheux qui hanteront son esprit pendant des jours mais il a besoin de savoir de quoi Rosamie l'avait pensé capable avant qu'il passe aux aveux, et il accuse sévèrement le coup en apprenant qu'elle a envisagé qu'il ait pu fouiller dans sa valise. Au final ça s'inscrit dans le même registre que ce qu'il a fait avec sa boite aux lettres mais c'est une chose de s'en savoir capable, le fait d'entendre que Rosamie l'a cru assez timbré pour piller son intimité avant qu'il reconnaisse l'avoir fait prouve quand même bien qu'elle a pas tellement confiance en lui à la base. « Oh, d'accord. » Les mots lui manquent un peu en réaction à ça, mais assez vite il nourrit l'envie de se défendre d'un truc qu'il a pas fait afin de prouver à Rosamie qu'il est pas aussi atteint qu'elle semble le penser. Évidemment il dit bien ce qu'il veut Carl, mais personne sait ce qui lui passe par la tête au même moment. « Je vois pas comment j'aurais pu faire ça sans me faire prendre, et de toute façon ça m'a jamais traversé l'esprit.  » il déclare d'une voix innocente. Faudrait pas le passer au détecteur de mensonges là tout de suite parce qu'il pèterait la machine à coup sûr. C'est évident que Carl a songé à fouiller sa valise à un moment donné mais celle-ci n'était pas simple d'accès, et même si Rosamie l'avait autorisé à lui rendre visite dans sa chambre ça aurait nécessité que personne ne soit là pour qu'il ne se fasse pas pincer, ou qu'il agisse super vite quand elle aurait eu le dos tourné. Sa crainte c'était aussi de se faire surprendre par Gianni, bref il a vite abandonné l'idée au profit d'une petite inspection de sa boite aux lettres en se disant que c'était bien plus safe, mais au final ça l'était pas tant que ça. Il lui fait la promesse de ne plus farfouiller dans ses affaires à l'avenir et il est rassuré de voir dans ses yeux qu'elle semble le croire sur parole. De toute façon c'était trop risqué, il devra trouver autre chose. Carl a bien trop peur de se faire choper une seconde fois par la prod donc s'il doit s'illustrer dans d'autres pratiques pas très morales par la suite il devra considérer plus sérieusement la disposition des caméras autour de lui car c'est certainement ce qui a causé sa perte la première fois. Il est désireux de connaitre l'histoire avec Presley car il a eu une drôle d'impression en découvrant son mot, et bien sûr l'idée qu'il ait pu se passer un truc entre deux dans son dos a très vite germé dans sa petite tête. Rosamie lui donne une version des faits sûrement censée le rassurer et lui prouver qu'il ne s'est rien passé de si incroyable, mais ça récolte pas vraiment l'effet escompté sur lui. « Tu as offert un boxer à Presley. » il répète histoire de l'intégrer de son côté, et faut avouer que ça a un peu du mal à passer. Il sait pas ce qui l'embête le plus en fait, la nature du cadeau un peu trop intime à son goût ou le fait qu'il ait pas eu droit à un cadeau du même type, de son côté. « Il t'a donné rendez-vous en cachette dans notre chambre, quand même.. » Rosamie n'en parle pas mais il se rappelle de ce qu'il a lu, que Presley l'a conviée à passer le voir en supposant qu'il n'apprécierait pas et là-dessus son ancien coloc avait vu juste. Il a l'impression que des cachotteries ont eu lieu à son insu et il aime pas du tout ça. Et son point de vue c'est que si Presley considérait qu'il risquait de mal le prendre, ça veut dire qu'il avait de bonnes raisons de s'inquiéter au final. « T'es venue ou pas ? » il demande finalement avec une boule dans la gorge. Rosamie laisse entendre qu'il devrait aussi en informer son ancien coloc car ça le concerne tout autant qu'elle, et il secoue légèrement la tête sans trop qu'on sache s'il approuve l'idée ou pas. « Oui je devrais sûrement lui en parler.. mais j'ai peur. » Peur de la réaction de Presley, qu'il lui arrache les deux yeux ou bien qu'il se foute de lui, il sait pas trop. Ce serait la moindre des choses qu'il soit tenu au courant lui aussi mais quelque chose lui dit qu'il aura pas droit à la même indulgence qu'avec Rosamie, et c'est bon il estime avoir été assez secoué cette semaine. Ce souci d'honnêteté il était très fort vis-à-vis d'elle mais étrangement il parviendra à dormir en sachant que Presley ignore tout de ses petits agissements, et faut croire que ça dépend aussi beaucoup de la réaction qu'il pense obtenir en face. « Alors je continuerai de t'en déposer, ça me fait plaisir aussi. » il souligne dans un sourire. C'est devenu son petit rituel d'aller cueillir des fleurs et de les déposer dans la boite de Rosamie ensuite, et ça l'arrange de pas devoir se casser la tête à trouver un autre moyen de lui faire parvenir ses petits cadeaux. Carl quand il a la volonté il peut être surprenant d'inventivité mais ici les limites du jeu se posent devant lui, il a pas le même champ d'action que dehors. Elle lâche ensuite un truc qu'il était pas du tout préparé à se manger dans la figure et sa réaction le montre bien. « NON ! » il s'écrit dans un sursaut. Ce non il vient du cœur et des tripes. « J'ai pas envie qu'on prenne nos distances, pas du tout même. » Il se demande même pas si ce serait susceptible de l'aider ou pas, il refuse simplement l'idée que Rosamie s'éloigne de lui car il voit pas comment il supporterait ça. Ce serait trop soudain il pourrait pas le gérer, il est déjà perdu quand elle se trouve pas dans la même pièce que lui donc il peut pas imaginer une situation où Rosamie ferait son aventure d'un côté et lui la sienne de l'autre. « De toute façon ce sera pas possible ici. » il ajoute et ça l'arrange bien de penser ça. Ils vivent ensemble alors il part du principe qu'ils pourront jamais vraiment s'éviter, et ça tombe bien parce qu'il a pas du tout prévu d'en arriver là. Elle dit vouloir l'aider à se sortir de là et il soupire légèrement. « T'as surtout envie d'être tranquille et de plus m'avoir sur ton dos. » il souffle en défiant son regard car avec tout ce qui se raconte il a vite fait de se mettre en tête que Rosamie cherche à se débarrasser de lui, qui plus est après qu'elle ait sous-entendu que prendre leurs distances était peut-être une idée à envisager. Elle en a pas conscience mais c'est la seule qui détient la clé pour les libérer tous les deux, elle peut lui permettre de sortir de son état et retrouver de son côté son intimité et tout ce que Carl menace sérieusement depuis plusieurs jours mais ça pourra pas se faire sans pertes ni fracas. « Je veux pas que tu sois triste, je préfère te voir sourire moi. » il reprend dans un fin sourire en espérant voir le même sur ses lèvres à elle. Elle imaginait pas tout ça Rosamie et c'est bien normal, comment aurait-elle pu penser récolter un boulet pareil une semaine plus tôt alors que rien - ou presque - n'annonçait une telle tournure des choses le premier soir. Il est devenu très vite dépendant de leur lien et de sa présence mais au début il devait surtout passer pour un mec un peu déphasé et en manque de repères, déjà pas mal étouffant certes, mais c'était moindre comparé à ce que c'est devenu en l'espace de quelques jours. Son regard ne parvient pas à se détacher d'elle, et d'une voix chevrotante il reprend. « Tu regrettes qu'on soit rentrés dans cette aventure ensemble maintenant que tu sais comment je suis ? » C'est une réponse dont il a grandement besoin, là encore. Même si ça doit l'ébranler un peu plus, même si ça doit être douloureux à entendre, il veut savoir comment Rosamie se positionne à présent que les choses ont éclaté au grand jour. Son côté obsessionnel, ses agissements répréhensibles, elle pouvait pas se douter de tout ça quand elle l'a rencontré et à vrai dire Carl ne pensait pas non plus que ça se manifesterait aussi vite ici. Il est le premier surpris de la vitesse à laquelle les choses se sont développées vis-à-vis d'elle et pourtant il se connait bien, et il en est pas à sa première fixette du genre. « Moi non. Ça restera mon plus beau moment ici je crois. » Des beaux moments il en vivra certainement d'autres mais celui-là reste gravé comme le prélude de la belle histoire qu'il se raconte dans sa tête, sa rencontre avec Rosamie c'est juste le meilleur truc qui lui soit arrivé dans ce jeu depuis son entrée et même si on lui filait une place en finale demain y'a de grandes chances que ça lui fasse pas autant d'effet.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Rosamie
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12050-rosamie 
in my head (lun, 10:00) Empty
Message (#) Sujet: Re: in my head (lun, 10:00) — Mer 29 Avr - 23:24

la réponse de Carl face à ce que tu as imaginé en un quart de seconde semble dénuée de tout sentiment. c'est curieux, quand même. et c'est là qu'il commence à se défendre, prétendant que c'était pas aussi facile de fouiller dans ta valise et qu'il n'y a pas pensé. tant mieux., tu lâches. c'est évident que c'est tant mieux qu'il n'ai pas pensé à faire ce genre de choses. déjà, qu'il ai pensé à fouiller ta boîte aux lettres et qu'il ai joint le geste à la pensée, ça te plaît pas franchement. alors s'il avait fouillé dans ta valise, ça t'aurait d'autant plus choqué. Carl te demande de lui raconter l'histoire avec Presley, ce que tu fais. il répète ce que tu viens de lui dire, tu hausses les sourcils. oui, j'ai offert un boxer à Presley., tu confirmes. pour toi, y'a rien de grave ou de déplacé là-dedans. ça s'inscrit dans votre début de relation et c'est franchement pas la mer à boire de ton point de vue. sauf que Carl, il a pas l'air de prendre les choses de cette manière. il te rétorque qu'il t'a donné rendez-vous en cachette dans leur chambre. t'es un peu surprise. euh, il m'a juste proposé de passer, il m'a pas demandé de le faire en cachette., tu rectifies. pourquoi faire ça en cachette ? aucun intérêt, bien que Carl risquait de ne pas apprécier et finalement, Presley, il a eu raison sur toute la ligne. il te demande si tu es venue. non, Carl, je ne suis pas venue., tu lui réponds. t'es même pas sur la défensive, c'est juste que cette histoire prend des proportions dans la tête de Carl qui n'ont pas à être aussi importantes. et surtout, ça ne le concerne pas le moins du monde. si tu lui réponds, c'est parce que t'as décidé d'être parfaitement honnête avec lui pour que l'espionnage de Carl vis-à-vis de toi n'aille jamais plus loin. mais tu n'as aucune obligation morale de lui en parler, en réalité. en tous cas, tu penses qu'il serait opportun pour Carl d'en parler à Presley. parce que ce n'est pas seulement ton intimité qu'il a violé en ouvrant cette boîte aux lettres et en lisant cette lettre qui ne lui était pas adressée. il t'avoue avoir peur. tu hausses les épaules et tape dans tes mains. évidemment qu'il a peur, c'est pas franchement étonnant. malgré tout, il avait sûrement peur de t'en parler et il l'a fait quand même. et il va bien falloir lui en parler un jour, c'est important de ton point de vue. j'ai envie de te dire que t'avais qu'à y penser avant., tu lâches, telle une maman avec son enfant de cinq ans qu'elle essaie de raisonner. et finalement, t'as eu tellement envie de le dire que tu l'as dit. écoute, t'avais pas peur de me le dire ? si. pourtant, tu l'as fait. bah va falloir faire la même chose avec Presley maintenant. t'essaie d'être assez ferme pour qu'il sente qu'il a pas franchement le choix maintenant. il va sûrement regretter d'avoir été aussi honnête avec toi, mais c'est pas grave. il faut qu'il assume les conséquences de ses actes, et tu peux pas prévoir la réaction de Presley face à ce type de révélation. il t'annonce que ça lui fait plaisir de te déposer des cadeaux dans ta boîte aux lettres et tu le crois quand il te dit ça. mais faut pas qu'il imagine que ces cadeaux vont changer quoi que ce soit aux sentiments que t'as vis-à-vis de lui. du moins, c'est pas de cette manière que tu vas forcément tomber folle amoureuse de lui. après tout, tu ne sais quasiment rien de Carl. tu lui proposes quand même de prendre vos distances, pensant que ça pourrait l'aider à tourner la page. sa réaction est vive et elle fait te fait sursauter. il en a pas envie. tu fermes les yeux une demi-seconde, va falloir que tu lui fasses comprendre. c'est pas ce que je te demande Carl. est-ce que ça t'aiderait ? c'est ça que je te demande. l'envie n'a rien à voir là-dedans., tu te doutes bien qu'il n'a aucune envie de prendre ses distances vis-à-vis de toi. il ajoute que c'est pas possible ici. bien sûr que c'est possible., tout est possible, du moment où on s'en donne les moyens. sauf que tu sens bien que Carl, il veut pas se donner les moyens de prendre ses distances vis-à-vis de toi. il a pas envie que votre relation change et tu le comprends. en soi, t'as pas envie non plus de couper les ponts avec Carl, mais si c'est pour vous aider tous les deux, tu le feras. il te soupçonne de vouloir te débarasser de lui et tu secoues la tête en grimaçant, l'air de pas franchement comprendre où il veut en venir. pas du tout ! je veux t'aider. je veux nous aider tous les deux, d'ailleurs., tu lâches pour te défendre. je veux pas me débarrasser de toi., tu confirmes. tu comprends que ça puisse être interprété de la sorte du côté de Carl quand même. d'un côté, c'est l'image que tu renvoies aussi, mais tes intentions sont finalement assez pures. t'as envie de vous libérer tous les deux de cette relation qui commence déjà à être toxique. tu lui expliques que t'es triste de lui briser le coeur et sa réponse te fait sourire. il est tellement innocent, des fois. t'as l'impression d'être face à un gamin à cet instant. c'est totalement le genre de chose que pourrait dire un enfant à l'un de ses parents. je te rassure, moi aussi., tu lui réponds dans un nouveau sourire, ça t'amuserait presque. presque. de son côté, il te demande si tu regrettes d'être entrée avec lui, le premier soir. tu sais pas franchement quoi répondre à ça. t'as l'impression qu'il n'y a jamais aucune bonne réponse avec Carl. que peu importe de quel côté tu te places, ça va faire que t'enfoncer encore davantage. non, je regrette pas., tu dis en laissant tes bras tomber le long de ton corps, comme s'ils étaient devenus trop lourds pour toi. regretter, ça ne changera absolument pas ce qui se passe en ce moment, alors ça sert à rien. et ça changera pas non plus le cours des événements. alors si c'est regretter pour regretter, ça n'a aucun intérêt. lui te dit qu'il ne regrette pas du tout d'être entré avec toi et que c'est son plus beau souvenir. ça te fait sourire. c'est le tout début de la première semaine, des souvenirs, il a largement le temps d'en créer de nouveaux, plus beaux et plus forts à ses yeux. des souvenirs qui ne te concernent pas, peut-être. tu vas te faire d'autres souvenirs, c'est que le début de l'aventure. tu lui dis, t'essaies de le convaincre de ça autant que t'essaies de t'en convaincre. tu penses que ça aurait changé quelque chose ?, tu demandes en le regardant. est-ce qu'il se serait entiché de cette autre personne et pas de toi ? c'est ça, la vraie question. et c'est une bonne question, à ton sens. et t'espères qu'il va passer outre la panoplie de sentiments qu'il éprouve pour toi pour te donner une réponse sincère en prenant en compte le changement de contexte.

_________________
the past is gone
sing with me, sing for the year. Sing for the laughter, sing for the tear. Sing with me, just for today. Maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on!


Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
in my head (lun, 10:00) Empty
Message (#) Sujet: Re: in my head (lun, 10:00) — Sam 2 Mai - 8:33

Il est plein de contradictions Carl, ça va de paire avec son hypersensibilité. Rosamie l'a imaginé capable de fouiller dans sa valise et ça le vexe un peu, il le dit pas, mais ça tombe pas dans l'oreille d'un sourd ce matin. Quelques minutes plus tôt pourtant c'est lui-même qui avouait avoir mis son nez dans sa boite aux lettres, donc avoir fait la même chose mais simplement pas au même endroit. Profaner l'intimité de son binôme ou de quelqu'un d'autre ça fait aucun doute qu'il en est capable, mais ça le pique toujours qu'on puisse l'imaginer faire ça et en l'occurrence, là, il pensait pas que Rosamie avait cette image-là de lui. Ça veut dire qu'avant même de passer aux aveux elle le voyait déjà comme un stalker potentiel, et ça faut avouer que ça le peine un peu. Il estime avoir été relativement discret en plus jusque là donc il sait pas trop ce qui l'a trahi, parce que c'est une chose d'être à fond sur une fille et de le montrer mais tous les gars in love ne finissent pas par fouiller dans les affaires de la fille qu'ils convoitent. Donc Rosamie elle doit quand même pas mal se méfier de lui pour s'être imaginé qu'il avait pu abuser de l'accès à sa chambre qu'elle lui avait accordé dans le but de farfouiller dans sa valise. Il accueille clairement pas l'info avec le sourire, et ce qui suit risque pas de faire disparaitre son air affligé. Rosamie lui confirme qu'elle a bien offert un boxer à Presley comme si c'était pas du tout déconnant mais du point de vue de Carl nul doute que ça l'est, il est même un peu choqué par la nature de ce truc qui semble s'être créé entre eux. « C'est un peu.. étrange comme cadeau. » il lui fait remarquer en cherchant pas tellement à cacher que ça l'embête. Il aurait pas trouvé à redire s'il avait été question d'un t-shirt ou de chaussettes, mais le boxer là il trouve tout de suite une connotation intime et forcément dérangeante dans sa tête. Et puis Carl il met pas longtemps non plus à s'imaginer que Presley lui a donné rendez-vous en cachette dans leur chambre  parce que c'est comme ça qu'il a compris son message lui, d'ailleurs il capte pas trop le besoin qu'ils avaient de s'envoyer des petits mots pour se dire ça. « Il pouvait pas te le dire directement au lieu de te l'écrire ? » il demande en croisant son regard. Le fait de passer par les boites aux lettres pour se dire des trucs ça lui inspire tout de suite une relation cachée, et l'impression que ça lui laisse c'est qu'il était définitivement pas censé tomber sur ce mot. C'est un délire entre eux, un truc dans lequel il a pas sa place et c'est un peu frustrant s'agissant de son binôme et de son coloc de la première semaine. Naïvement il s'était dit que s'ils venaient à se fréquenter dans ce chalet ça passerait d'abord par lui, qu'il ferait en quelque sorte les présentations alors tout ça, là, il l'a vraiment pas vu venir. Rosamie lui assure ne pas être venue dans leur chambre alors que Presley l'y avait conviée, et il arrive pas vraiment à le voir comme quelque chose de rassurant sur le moment. « Vous faites bien ce que vous voulez de toute façon, je pensais juste pas que vous vous entendiez si bien tous les deux. » il réplique dans un bref haussement d'épaules comme si ça l'atteignait pas plus que ça mais il serre les dents Carl, faut pas croire. Ça fait beaucoup de choses de ce style qu'il découvre en peu de temps et ça lui prouve juste qu'il s'est pas concentré sur le bon gars au départ. Gianni lui est tout de suite apparu comme une menace mais à ce stade il estime que sa surveillance de l'italien peut cesser, car il va déjà avoir bien assez à faire avec les deux autres. Il a quand même un peu peur d'avouer à Presley ce qu'il traficoté autour des boites aux lettres car il pourrait récolter une toute autre réaction de sa part, il le sait. Rosamie estime qu'il avait qu'à y penser avant, et qu'il aura pas le choix que de passer par là mais c'est bien mal connaitre Carl et son manque de courage légendaire. Il risque d'attendre le dernier moment pour lui en parler ou même de ne jamais cracher le morceau à son ancien colloc parce qu'il est comme ça l'irlandais, il assume pas grand-chose de ce qu'il fait et au fond ça lui suffit que Rosamie soit au courant. « Ouais, va falloir que je trouve le bon moment pour ça. » il acquiesce dans un léger hochement de tête. L'idée c'est de lui faire croire qu'il va lui dire comme ça le sujet est clos, mais Presley verra sans doute jamais la couleur de ses aveux. Il est honnête quand ça l'arrange Carl, et il songe pas trop aux ennuis que ça pourrait lui causer si Presley l'apprenait autrement que par lui. Rosamie lui demande une nouvelle fois si le fait de prendre leurs distances pourrait l'aider, et ça le frustre de pas pouvoir contourner cette question. « On aurait été dehors j'aurais pu te répondre que oui, mais.. c'est pas le même contexte ici, tu seras jamais bien loin alors.. » ..alors elle peut toujours essayer si elle pense que c'est nécessaire, mais y'a 100% de chances que ça foire d'après lui. Elle semble croire que la proximité qui leur est naturellement imposée dans ce cadre sera pas un problème, mais il partage pas cet avis. « Moi j'te dis que ça l'est pas. » il insiste en espérant la faire renoncer à cette idée qui lui convient pas, mais alors pas du tout. Ça se voit que Rosamie veut bien faire mais elle aurait pas dû lui parler de ça, il aurait mieux valu qu'elle tente les choses progressivement sans l'avertir car forcément maintenant il s'attend à ce qu'elle s'éloigne de lui et il est pas franchement partant pour laisser les choses se faire. Elle veut l'aider et le répète vu qu'il a du mal à le croire. C'est dur de pas s'imaginer qu'elle veut juste le rayer de son aventure et en même temps il a pas envie de croire qu'elle pourrait raisonner comme ça Rosamie alors il regrette un peu ce qu'il a dit juste avant. « Je te crois, d'accord. » il souffle dans un timide sourire, même s'il semble pas trop disposé à se laisser aider. Lui continue de penser que mettre de la distance entre eux n'est pas la solution, à l'extérieur ça aurait certainement abouti à quelque chose mais c'est un tout autre cadre dans lequel ils évoluent là. C'est un peu naïf de penser qu'ils pourront rester à une distance raisonnable l'un de l'autre en vivant sous le même toit, et surtout de croire que Carl l'acceptera. Le seul truc qui parvient à peu près à le rassurer finalement c'est d'entendre que Rosamie ne regrette pas leur entrée à deux dans cette aventure. Même si elle lui semble déjà un peu distante il la sent sincère et c'est le plus important à ce moment-là. Bon il aurait bien aimé aussi entendre que son plus beau moment jusqu'ici est aussi celui de son binôme, mais fallait pas trop compter dessus. « Oui des souvenirs y'en aura d'autres mais celui-là il restera gravé. » Et Rosamie s'imagine pas à quel point ce qu'il dit est vrai, parce qu'il envisage sérieusement de se faire tatouer la date de leur rencontre quand il sortira d'ici. IV.IV.MMXX ou 04.04.2020 il sait pas trop encore sous quelle forme, mais ça pourrait bien se concrétiser au niveau de son poignet gauche puisqu'il a déjà quelque chose d'inscrit sur le droit. Elle lui demande si les choses auraient été différentes s'il était entré dans ce jeu avec quelqu'un d'autre, et il secoue la tête l'air de dire que c'est pas une question à laquelle il tient tellement à répondre. « J'en sais rien et j'ai pas trop envie d'y penser je t'avouerais. » Sauf que Rosamie a besoin de savoir, il le sait, alors il peut pas lui sortir ça en espérant qu'elle s'en contentera. « Mais si vraiment tu veux savoir.. ouais, je pense que ça aurait pu changer quelque chose sauf qu'on en sera jamais sûrs. » il ajoute en toute honnêteté, mais ça lui tient quand même à cœur de souligner qu'il y a vraiment rien de certain. Peut-être qu'il aurait craqué sur une autre, ou peut-être pas, il peut vraiment rien lui garantir. « Pour moi ce qui compte c'est ce qu'on vit aujourd'hui, pas ce qui aurait pu se passer si les binômes d'entrée avaient été formés différemment. Et tu sais j'ai même envie de croire qu'on nous a pas mis ensemble par hasard, j'suis convaincu qu'un paquet de trucs sont écrits à l'avance alors peut-être que notre rencontre l'était elle aussi. » il conclut dans un sourire sans tellement s’inquiéter de passer pour un gars vraiment perché car de toute façon Carl il tient souvent des discours du genre, à force ça n'étonnera plus personne de l'entendre parler du destin, du karma et de tous ces trucs qui s'accordent hyper bien avec son esprit fantasque.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: COIN PIANO-
Sauter vers: