Partagez
 

 tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h)

Aller en bas 
AuteurMessage
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) Empty
Message (#) Sujet: tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) — Lun 20 Avr - 14:35

তবু মনে রেখো যদি দূরে যাই চলে।
যদি পুরাতন প্রেম ঢাকা পড়ে যায় নবপ্রেমজালে।
যদি থাকি কাছাকাছি,

- @ashley -

Les journées sont longues et il faut savoir s’occuper. Les soirées c’est pire encore. Roma a toujours eu beaucoup de choses à faire dans une journée, ça commence à être long en faite, de pas avoir les filles dans les pattes toute la journée, de pas devoir courir à droite et à gauche. En journée elle se débrouille, elle part en exploration, elle passe du temps avec ses camarades, elle fait à manger, elle imagine des secrets tous plus dingues les uns des autres. Mais le soir, quand vient l’heure de l’histoire et du bisous, elle sait plus vraiment quoi faire. Elle a l’avantage de pouvoir tenir compagnie à Rosamie, pour qu’elle ne se couche pas trop tôt, mais ce soir elle n’est pas en service. Alors elle se cache pour dessiner. En plein milieu du jardin se trouve une petite structure qui semble tout droit sortie d’un film ou bine d’une série de science fiction. C’est magnifique en journée, mais totalement époustouflant en soirée quand le ciel est totalement dégagé comme ce soir. Ça lui inspire des paysages de montagne sous les étoiles. L’éclairage est si faible, volontairement pour ne pas louper une miette du ciel qui s’offre à elle, qu’elle se fatigue les yeux à essayer de dessiner quelque chose qui finalement ne ressemble pas à grand chose. Elle ferme doucement ses paupières et balance sa tête en arrière, bien calée sur les coussins. Juste le temps de retrouver une vue descente, de reposer un peu tout ça. Ses doigts noircis par ses feutres elle commence à tuer la mesure d’une petite musique bien de chez elle. Ses lèvres s’animent pour y fredonner les quelques paroles en hindi qui lui reviennent au fur et à mesure que ses doigts s’animent sur la page ouverte de son carnet. Une chanson d’amour en Bengali que sa mère lui fredonnait si souvent, ça lui rappelle tellement de bons souvenirs. Elle souffle, parce que son esprit vient de lui jouer un tour. Elle a déjà jouer le coup des larmes la semaine dernière, elle ne va pas aller vers ce terrain miné encore une fois. Histoire de conjuré le sort elle ouvre les yeux pour se laisser bercer par les étoiles, c’est mieux. Oublie la voix de ta mère. C’est à peut près à ce moment là qu’elle entend quelqu’un entrée dans la bulle, ou peut-être un peu avant, elle ne s’est pas vraiment rendu compte de la nouvelle présence. Quelqu’un qui a certainement eu la même idée qu’elle, celle de s’installer bien confort dans un fauteuil, petit plaide sur les genoux pour admirer la voute céleste. Elle offre un sourire de circonstance à Ashley qui s’avance dans la petite structure en verre. Elle ajoute un petit signe de la main pour l’inviter à la rejoindre si jamais il hésitait à bouleversé sa quiétude. Il est plus que bienvenue dans cette petite bulle de solitude qu’elle s’était crée en cette soirée plus ou moins douce. « Tu tombes bien ! L’autre jour je me demandais si tu avais une pratique artistique en dehors de la restauration, s’il t’arrivait de peindre pour toi ? » La voilà qui attaque déjà avec les question, Ashley finira certainement pas s’en lasser. Mais c’est un dupe en réalité, une façon bien à elle de tromper la petite pointe de mélancolie qui venait dangereusement obscurcir ses pensées.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Ashley
Voir le profil de l'utilisateur   
tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) Empty
Message (#) Sujet: Re: tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) — Lun 20 Avr - 18:12

La bulle détente est un endroit qu’il trouve particulièrement romantique mais pas spécialement poétique. Il y a comme un clash des émotions, mais il aime y passer un peu de temps le soir quand les autres candidats s’amusent dans le salon ou mangent dans la cuisine pour souffler un peu, s’éloigner du bruit et profiter de l’immensité dans ce cadre paradisiaque où le ciel est mille fois plus beau qu’à Londres, l’absence de pollution lumineuse et de pollution tout court leur donnant un accès privilégié aux étoiles. Ce soir @Roma est déjà là, en train de de dessiner et il hésite à faire demi-tour, la laisser tranquille à son oeuvre. Il peut aller marcher ailleurs, c’est pas comme s’ils manquaient d’espace. Elle l’invite d’un geste à s’installer et il n’a pas envie d’être malpoli en refusant alors il se laisse tomber délicatement dans un des fauteuils alors qu’elle lui pose déjà une question sur son rapport à l’art. “Pas vraiment non. J’ai vraiment pas l’âme d’un artiste, ni le talent nécessaire pour créer quelque chose de significatif.” Ashley n’est pas un artiste, il n’a pas l’inspiration divine qui permet aux gens de créer des choses qui n’ont jamais été vues ou qui sortent tout droit de leur esprit. Son talent à lui c’est plutôt de trouver des solutions à des problèmes pratiques qui permettent aux artistes d’exprimer leur point de vue plus longtemps. Chacun son métier. Sans eux il n’est rien et sans lui ils tomberaient dans l’oubli. Un prêté pour un rendu. C’est aussi simple que ça. “Je fais de la poterie une fois par mois, mais peindre je pourrais pas. Ça me donnerait l’impression de bosser en dehors du boulot.” explique-t-il avec un peu plus de précision, parce qu’effectivement, il y a quelque chose qui lui déplaît dans l’idée même de prendre un pinceau et de le porter sur une toile vierge lorsqu’il est chez lui. C’est gâcher son talent de perfectionniste que de le consacrer à des oeuvres banales sans but alors qu’il pourrait rendre leur gloire d’antan à des tableaux qui méritent d’être vus. La poterie c’est marrant, ça demande un peu de pratique avant d’être capable de faire quelque chose de joli et de reconnaissable mais tous ses camarades de l’atelier ont pu créer des gobelets dès leur première séance, c’est vraiment pas sorcier, ça demande juste un certain doigté. Il ne prend même pas particulièrement plaisir à décorer ses créations, il les laque, souvent en blanc, en gris ou en noir, parce que ça va bien avec son intérieur dénué de couleurs vives sinon quelques splashes pour égayer l’ensemble. “Tu dessinais quoi ? Si c’est pas indiscret, je sais à quel point certains artistes n’aiment pas révéler leur création avant qu’elle soit achevée.” demande-t-il en s’excusant presque d’’avoir osé. C’est typiquement Ashley ça, il veut pas déranger même quand il veut s’intéresser aux gens, y’a toujours ce sentiment qu’on risque de le trouver trop envahissant alors qu’il estime être assez respectueux des limites. Une dichotomie avec laquelle il a parfois du mal à composer, mais on apprend avec le temps. Du moins il imagine.

_________________
 
the devil you know
when in doubt i ask myself "what would jesus do ?" ▬ then i do the exact opposite. it's much more fun that way.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) Empty
Message (#) Sujet: Re: tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) — Mer 22 Avr - 23:00

C’est toujours comme ça. Quand elle est seule ou plutôt quand elle se sent seule et toute petite dans cette univers gigantesque, elle a toujours des souvenirs qui pointent le bout de leur nez sans être annoncés. C’est comme la chanson que sa mère lui chantait quand elle était petite. Et les paroles qui n’ont jamais eu autant de sens qu’aujourd’hui. Elle chasse la mélancolie à coup de pied, même si le goût de la nostalgie lui reste quand même sur les papilles. L’arrivée d’Ashley dans la petite bulle du jardin lui donne le prétexte idéal pour passer à autre chose. Elle avait contenu ses questions lors de leur première rencontre au restaurant d’altitude. Bon, elle s’était quand même bien lâché dans le genre, étant tellement heureuse de tomber sur quelqu’un d’aussi intéressant que lui. C’est d’ailleurs à lui qu’elle avait pensé pour le face caméra en parlant de ce même adjectif. Elle n’a jamais eu l’occasion de rencontrer quelqu’un comme lui, qui a ce parcours, qui a autant de belles choses dans la tête et un talent au bout des doigts qui met au service de l’histoire et du patrimoine. Et elle est persuadée qu’elle a encore beaucoup de choses à apprendre sur lui, différentes, peut-être pas aussi extraordinaires aux yeux de Roma, mais qui comme un puzzle lui permettront de comprendre l’essence même de son camarade. Ou du moins d’en avoir un aperçu. La question qui lui vient directement à l’esprit c’est à propose de sa pratique artistique s’il existe. Parce que dans l’idée quand on est restaurateur on a tout a fait les techniques nécessaires pour essayer de développer un art qui nous est propre. Et pourtant elle a jamais entendu parlé d’un restaurateur connu, qui en même temps avait son nom dans l’histoire pour sa propre production artistique. Peut-être que lui fait exception. Bon c’est vrai qu’elle est un peu déçu, elle aurait aimé qu’il soit le prochain Van Gogh et c’est un peu égoïste de sa part. Y a un peu dans l’idée de se dire qu’elle a rencontré un grand de la peinture. Mais la déception est de courte durée, parce qu’au final ça le correspond bien. Lui qui a l’air si perfectionniste, si méticuleux. Il faut une bonne dose de folie et voir de mégalomanie pour se lancer dans un art, en s’appelant artiste. « Je comprend. » Et elle se dit qu’elle doit être trop excessive a pas savoir compartimenté sa vie. L’art déborde sur son travail, son travail déborde sur sa vie de famille. Elle n’arrive pas à se trouver un temps pour se dire qu’elle ne travaille pas. A part maintenant, ici, dans le jeu. Et encore, elle a déjà pris le temps de se plonger dans ses croquis pour sa boutique et plus souvent qu’elle n’oserait l’avouer. « C’est juste que je me disais qu’avec toutes les techniques tu dois connaitre, y aurais moyen de faire quelque chose d’extraordinaire. » Ou c’est juste son fantasme de l’artiste parfait qui la fait parler. Ce qu’il dit par la suite lui fait hocher la tête de gauche à droite. « C’est juste des gribouillages. » Bon c’est plus que ça, mais y a quelque chose qui la retient un peu. Elle se dit que lui passe son temps le nez dans des chef d’oeuvre, il doit pas tellement avoir envie de voir le dessin d’une artiste en herbe. Pourtant elle pas timide là dessus Roma, en général elle montre bien volontiers ce qu’elle fait. Même quand elle dessine dans le métro et que son voisin de banquette essaye d’en voir plus, elle aurait tendance à pivoter discrètement la page pour qu’il lui puisse se rincer l’oeil. « Tiens. » Elle finit par dire, en lui donnant son carnet, qu’il est libre de feuilleté. « Paysage de montagne sous les étoiles. » Qu’elle décrit brièvement. Pour le reste, s’il se sent dans l’idée de regarder, il y a de tout. Des scènes de la vie de tout les jours à peine esquisser, certaines colorées. Des débuts de portraits qui n’ont pas réussis à la satisfaire, puisqu’elle manque de patience pour la pratique. Quelques fleurs des montagnes, quelques phrases notés ici et là. Beaucoup de paysages. Il avait commenté son premier dessin qu’elle avait posté sur le réseau social, mais l’avoir en visu entrain de regarder ses dessins c’est quand même quelque chose. A tord elle a fait de lui un peu son pape de l’art et en même temps il est pour elle quelqu’un de familier, d’approchable, pas loin de l’amitié. Peut-être tout simplement quelqu’un qu’elle aimerait impressionner.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Ashley
Voir le profil de l'utilisateur   
tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) Empty
Message (#) Sujet: Re: tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) — Ven 24 Avr - 0:51

Roma le porte en haute estime quand il s’agit de ses techniques et de ses compétences. Et même si en théorie, Ashley pourrait sûrement faire de belles choses, à quoi rime une oeuvre si elle n’a pas un but ? Il n’y a rien qu’il ait envie d’exprimer par la peinture, ce n’est pas la raison pour laquelle il a été mis sur Terre. Son rôle c’est d’être le catalyseur des messages d’autres, plus talentueux que lui. “Je ne suis pas sûr que les techniques qu’on développe dans la restauration se prêtent si bien que ça à la peinture en elle-même. Notre travail c’est plus de combler des zones minuscules avec de la peinture de même couleur, que de reproduire une partie de l’image. En général on travaille des zones de la taille d’une pièce de monnaie, difficile de faire un chef-d’oeuvre à cette échelle !” explique-t-il. Leurs interventions se traduisent généralement par des pointillés déposés avec intelligence et parcimonie sur la toile pour combler des pertes microscopiques mais qui viennent perturber l’expérience du spectateur. Dans les zones plus grosses, ils font parfois des hachures ou des pointillés (là encore). C’est très rare, sinon jamais vu, qu’un bon conservateur se permette de donner de grands coups de pinceaux.“Les gens disaient pareil des oeuvres de Pablo Picasso…” pointe-t-il du doigt. Il ne veut pas dire de Roma qu’elle est comparable en talent ou en potentiel, mais la qualité de l’art produit par une personne ne dépend pas de son degré de photo-réalisme, sinon les mouvements de l’art abstrait, du surréalisme ou du pop art n’auraient jamais eu le succès qu’ils connaissent encore aujourd’hui. Ce n’est pas parce qu’elle n’a pas le trait aussi précis et délicat que Caillebotte ou Eakins qu’elle ne produit pas de l’art. Et c’est un peu triste de penser que de leur temps, une définition de l’art comme quelque chose de purement figuratif est encore prédominante, et ce même si c’est ce qu’Ashley préfère et connaît le mieux. “T’as vraiment un oeil pour la couleur.” commente-t-il en feuilletant le carnet d’un oeil inquisiteur, professionnel, presque clinique. Il ne cherche pas à évaluer la qualité de l’art à proprement parlé, ce n’est pas vraiment son métier d’estimer si une oeuvre est digne d’intérêt et de toute manière, il a toujours considéré que toute création méritait qu’on la regarde. Combien de temps doit-on l’étudier du regard pour lui rendre hommage est une toute autre question, et s’il ne pense pas que les dessins de Roma méritent qu’on s’arrête sur eux pendant des heures, il y a indéniablement un talent qui s’exprime sous les coups de crayons et de feutres. “Pas tant que tes couleurs soient proches du vivant, mais elles ont beaucoup de dynamisme.” précise-t-il, parce que certains choix sont trop criards pour être une représentation réaliste de la nature, du ciel et des gens, mais il présuppose -peut-être à tort- que ce n’est pas l’intention de Roma de choisir des couleurs qui sont plus franches en quelques sortes que celles présentent dans les scènes qu’elle reproduit et invente. Il revient en arrière, étant passé trop vite sur un visage ou l’ébauche d’un portrait. Il y a quelque chose qui l’intrigue et l’interpelle tout à la fois dans ce dessin. “J’aime beaucoup ça. Le côté inachevé, j’imagine que c’était pas un effet de style ?” Ça donne plus l’impression d’avoir été abandonné, l’insatisfaction de l’artiste avec sa création est une chose qu’il connaît bien, combien de fois a-t-il vu des tableaux qui, une fois passés aux rayons X et autres machines révèlent des esquisses d’un portrait modifié lors de la réalisation ou même d’une oeuvre totalement différente ? Ce portrait, un profil, est sommaire et complexe à la fois. Il lui manque des traits pour le rendre identifiable. Il y a là un mystère qui, s’il est intentionnel est un parti pris fascinant. Le message, la portée politique même, d’une oeuvre se résume parfois à un coup de pinceau et c’est ça, au fond, qui a toujours motivé l’amour d’Ashley pour l’art.

_________________
 
the devil you know
when in doubt i ask myself "what would jesus do ?" ▬ then i do the exact opposite. it's much more fun that way.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) Empty
Message (#) Sujet: Re: tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) — Sam 25 Avr - 19:15

Faut qu’elle arrête de se faire des histoires dans la tête. Parce qu’elle trouvera toujours à redire, elle pensera toujours que même si elle s’imagine certainement des techniques qui sont loin de la vérité, y a de quoi faire quelque chose d’artistique. Mais peut-être que quand on est passé de ce coté là de l’art, l’esprit de rigueur qui le nécessite nous éloigne totalement d’une pratique personnelle. Peut importe, dans l’esprit de l’indienne Ashely c’est un artiste, pas le genre qui va vendre ses toiles, les exposer, les montrer. Non, c’est plus le genre artiste héros, qui utilise son talent pour la bonne cause. On parle jamais des restaurateurs, c’est quand même assez rare d’entendre cité le nom de quelqu’un qui a travaillé sur telle ou telle peinture. Et pourtant ça n’enlève rien à leur travail. Surtout quand il y a des personnes comme Roma, qui pense à ce genre de chose en regardant une oeuvre. Est-ce qu’il y a eu restauration ? Et quand c’est le cas et qu’elle trouve aucun indice, elle est épaté. C’est le but d’une restauration, mais ça reste quand même quelque chose d’hyper intéressant aux yeux de l’indienne. Il veut voir ses dessins. Elle a la pression, même s’il n’est pas critique d’art et qu’elle n’attend pas de lui qu’il le soit, ça reste quand même un moment précieux dans les yeux de Roma. Surtout que là, c’est juste des gribouillis, des esquisses, beaucoup de choses non terminé mais qu’elle a réalisé avec le coeur. L’inspiration du moment. « Et pourtant il avait une technique artistique époustouflante. » Elle se souvient avoir feuilleté un magazine ou un ouvrage d’art qui parlait de l’oeuvre de Picasso, en passant par ses débuts figuratifs. Et bien qu’elle préfère cent fois ses gribouillis cubistes, c’est quand même à souligné. Il savait peindre. Roma elle a pas son génie, et pas la prétention de faire aussi bien qu’un artiste de renom. Peut-être qu’elle est persuadée de faire mieux que Koons, vu que pour elle ce mec est une supercherie. Mais dans l’ensemble elle se considère pas comme une grande artiste et n’a pas l’intention de le devenir, son truc c’est la création de bijoux. Elle a la chance de passer par le dessin pour créer et ça lui plait tellement qu’elle déborde en dehors du cadre de son travail. Ça n’empêche pas qu’elle aimerait pouvoir l’impressionner, ne serait-ce qu’un petit peu. Elle l’a en haute estime et si elle n’est pas pudique sur ses dessins habituellement, là ça lui fait quand même quelque chose de lui montrer. Elle se contenterais d’un « c’est sympa », pas besoin qu’il lui fasse une éloge. S’il aime bien et qu’il le dit avec le coeur, Roma elle sera plus que comblé, elle voudra lui faire un câlin et tout. Au lieu de ça, il lui fait un vrai compliment, construit. Et ça l’émeut réellement qu’il est capté à travers ses dessins qu’elle a un truc avec la couleur c’est instinctif. Elle sait pas trop quoi dire sur le moment, elle se contente de lui répondre d’un sourire presque timide. Là encore il met dans le mile, elle n’utilise pas une couleur parce que c’est la couleur qu’on attribue à tel ou tel chose. L’herbe verte, le ciel bleu, le soleil jaune c’est bon pour les dessins d’enfant. Elle utilise la couleur comme moyen d’expression. « Merci, ça me touche ce que tu dis. Parce que t’as compris quoi. » C’est peut-être évident à son oeil expert, mais elle a déjà montré ses dessins à certains dans la vraie vie qui on salué le coup de crayon mais pas capé l’essence même de ses petites oeuvres. Lui il a capté et sa empli son regard de fierté. Il s’arrête sur un portrait pas terminé. Bon là, elle risque pas de se retrouver avec des compliments. Ah, si. « Non c’est pas voulu. » Elle lui répond sur un petit rire. Mais elle voit bien ce qu’il veut dire pour avoir déjà admiré ce genre de dessin chez d’autres artistes, c’est pas son style à elle. « J’ai du mal avec les portraits, j’aime bien en faire, mais j’ai pas du tout la patience. » L’autre fois elle a fait un portrait d’Izïa, à s’en tirer les cheveux. Elle voulait lui faire plaisir alors elle est allé jusqu’au bout et le résultat était plutôt pas mal. Le truc c’est qu’elle en a eu des sueurs froides, moins de plaisir du coup. Sortant que là en l’occurence c’est un portrait qu’elle a tenté de mémoire, elle n’avait pas de modèle à disposition ou un compte instagram pour aller voler des photos. « Dis moi, comment ça se passe ici pour toi ? » Elle aurait tendance à penser que tout le monde doit bien l’apprécier, sans pour autant avoir eu des échos, c’est juste qu’elle l’aime bien alors pourquoi il en serait autrement pour les autres ?

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Ashley
Voir le profil de l'utilisateur   
tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) Empty
Message (#) Sujet: Re: tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) — Dim 26 Avr - 16:04

Roma souligne un point qui mérite d’être mentionné. Picasso, en dépit du fait que certaines oeuvres semblent n’avoir ni queue ni tête, témoignent d’une technique extrêmement maîtrisée du médium utilisé. “Je crois que c’est une des plus grosses confusions dans le monde de l’art. Les gens pensent que si une peinture n’est pas figurative et très réaliste, il n’y a pas de technique derrière, ce qui est évidemment faux, sinon tout le monde serait de Kooning, Kandinsky, Frankenthaler ou Soulages.” remarque-t-il. C’est terriblement dommage que certaines personnes ne puissent pas regarder une oeuvre et l’apprécier pour son aspect esthétique si elle n’a pas de valeur figurative. Comme si l’art abstrait n’était qu’un jeu d’enfant. Ashley a souvent pris la position de faire remarquer aux gens qui dénigrent l’art abstrait qu’ils n’ont pas eu l’idée, le talent et tout le reste de créer une oeuvre, même si celle-ci semble très simple. “Oh bah… de rien ! C’était même pas un compliment ! Juste une observation avisée !” dit-il avec un petit rire. Ashley n’est pas très doué pour les compliments, il a une espèce d’aversion pour eux parce qu’il n’est jamais sûr de comment les recevoir, il doute toujours un peu de l’honnêteté des gens quand ils sont trop généreux dans leurs mots gentils et, de fait, il a développé une façon de s’exprimer qui repose davantage sur l’expression d’une impression honnête que sur la flatterie. Mais parfois, ça revient un peu au même et si Roma interprète ses commentaires comme des compliments parce qu’ils lui font plaisir, Ashley n’en est que plus heureux. Il apprécie ce qu’elle dessine et elle apprécie qu’il apprécie ses dessins. Appréci-inception. Elle lui indique qu’il a vu juste sur le côté involontaire de l’aspect inachevé du portrait et se justifie en mentionnant qu’elle n’a pas la patience. Ce qu’il peut comprendre, parce que la patience est une denrée rare, qu’il utilise dans le cadre de son boulot au quotidien, mais à l’extérieur il n’a que peu de patience pour les choses et pour les gens. “Est-ce que c’est parce que tu veux absolument que ça soit ressemblant et qu’atteindre une ressemblance, frappante ça prend du temps ?” s’enquiert-il curieux de comprendre le processus créatif qui anime sa camarade. Il n’y a pas grand chose qu’il trouve plus intéressant que d’étudier la façon dont une personne pense et, quand cette personne produit de l’art, mettre le doigt sur comment elles créent est, pour lui, une gratification immense. Roma l’interroge sur comment son aventure se passe et l’espace d’un instant il se demande “pourquoi ?”, est-ce qu’elle a entendu quelque chose ? Quelqu’un qui lui aurait soufflé qu’il n’était pas à sa place ? Ou est-ce juste une façon de voir s’il tient le coup dans des circonstances particulières. Après une seconde de réflexion, il décide de ne pas mener l’enquête, la réponse n’est pas très importante après tout. “Ça se passe pas mal, le temps passe vite et je m’entends plutôt bien avec les gens.” dit-il avec un sourire avant d’ajouter, par souci du détails, : “Même si je me rends compte que j’ai une tendance à ne pas trop m’approcher de certaines personnes parce que j’ai pas l’impression qu’on s’entendrait pas. Je suis sûr qu’ils sont sympa, mais j’ai du mal à pas me sentir étouffé par les personnalités trop fortes ou qui prennent beaucoup de place.” explique-t-il avec un haussement d’épaule un peu maussade. C’est dans sa nature d’éviter le conflit et s’il a une forte propension à s’effacer à l’extérieur des murs du chalet, il a noté que celle-ci s’est juste transformée en une tendance à ne pas fréquenter les gens que d’autres trouveraient juste très extravagants ou qui passent pour des joyeux lurons. Il a cette désagréable sensation que, parce qu’il est plus du genre à se mettre en retrait, leur personnalité l’écrase et, plutôt que de se sentir mal à l’aise, il préfère simplement ne pas trop les fréquenter. Pas au point d’être malpoli, il est cordial avec tout le monde, mais s’il a le choix, il préfère passer du temps avec des gens plus calmes. Question d’affinités. “Et toi ?” demande-t-il en retour, même s’il n’a aucun doute quant au fait que Roma est bien intégrée et qu’elle s’entend avec tout le monde. Il ne voit pas comment il pourrait en être autrement.

_________________
 
the devil you know
when in doubt i ask myself "what would jesus do ?" ▬ then i do the exact opposite. it's much more fun that way.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) Empty
Message (#) Sujet: Re: tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) — Lun 27 Avr - 17:50

Elle l’écoute toujours avec beaucoup d’attention Ashley. En plus d’être souvent assez d’accord avec ce qu’il dit, c’est toujours passionnant aux oreilles de Roma. Elle a l’impression d’être une privilégiée en cet instant. Entre lui qui lui parle de chose qui la passionne et le fait qu’il regarde ses dessins, c’est vraiment un moment rare qu’elle va garder très précieusement dans sa mémoire. Y a pas de doutes. Elle approuve d’un hochement de la tête. « J’aime bien essayer de me mettre dans la tête d’un peintre. » Elle lui avoue du bout des lèvres. Même si certains sont quand même bien loufoque, dans le genre de Dali, mais c’est quelque chose qu’elle apprécie. S’imaginer ce qui a motiver tel ou tel coup de pinceau. Essayer de regarder le tableau à travers les yeux de celui ou celle qui l’a peint c’est quand même hyper cool. Ça donne toujours une autre dimension à ce qu’elle regarde. Bien qu’elle puisse ne pas toujours apprécier telle ou telle oeuvre, le fait d’imaginer l’artiste dans la réalisation de celle-ci ça ouvre ses perspective et ça lui permet d’apprécier à peu près d’importe quelle oeuvre. Apprécier la technique, les contours, les couleurs, mais forcément l’imaginer au dessus de sa cheminé quoi. Ce qu’il dit à propos de ses dessins ça touche Roma, ça n’avait peut-être pas le goût d’un compliment pour Ashley, mais ça va droit au coeur de l’indienne. Parce qu’il a justement comprit ce qu’elle aime dans le dessin, les couleurs, les mouvements, l’impact visuel qu’il soit doux ou violent. « Je le prend d’autant plus comme un compliment, sachant que le but n’était pas de me flatter. » L’honnêteté c’est un truc qui plait toujours à Roma. Même s’il avait émit des réserves sur ses courbes parfois trop fantasque, elle l’aurait bien prit si c’était dit en toute franchise. En ce qui concerne le petit portrait pas achevé qu’il apprécie, un petit sourire se dessine sur ses lèvres. Parce que oui c’était pas voulu, mais c’est vrai que ça donne quelque chose d’intéressant. Bien que ce ne soit pas le style de Roma. « Il y a de ça. Mais c’est surtout que je bouillonne trop dans ma tête. Pendant que je fais un portrait j’ai tendance à vouloir dessiner pleins d’autres choses. C’est un peu comme quand t’es gosse et qu’on t’impose de colorier une figure ou autre. Moi j’avais qu’une envie c’est de déborder et de faire mon truc quoi. Là c’est pareil, j’arrive pas à me concentrer sur ça alors que pourrais dessiner un truc aussi banal qu’une tasse de thé. » C’est peut-être un peu bête ? En tout cas ça lui correspond bien. Il doit se douter que ce n’est pas la meuf la plus « organiser » du monde. Il suffit de regarder son bureau chez elle, ou bien l’état de son ordinateur. Elle est pas bordélique, mais disons qu’elle se complet dans son petit chaos passablement maitrisé. Un peu comme maintenant où elle change de sujet et lui demande s’il se sent bien ici. Ce qu’elle fait sans arrière pensée, juste l’envie de s’enquérir de sa position au sein du jeu. Est-ce qu’il se sent en marge, est-ce qu’il se sent bien ? C’est important à ses yeux à partir du moment où elle le compte parmi les gens qu’elle apprécie ici. Peut-être que c’est aussi parce qu’il n’a pas le tempérament le plus explosif du lot, elle aimerait pas que certains puissent passer à la trappe. C’est un mec à découvrir. Il s’entend bien avec tout le monde, c’est le principal. Le temps passe à une vitesse affolante et en même temps Roma trouve que certains moment on tendance à s’allonger dans le temps. Souvent les moments où son esprit se faufile furtivement vers sa maison. Il apporte une précision important. Elle comprend, ça peut-être étouffant d’être à coté d’une Maci survolté ou de quelqu’un comme Kai par exemple qui prend beaucoup de place avec son caractère particulier. « Faudrait pas que tu passes à coté de quelqu’un d’intéressant. » Elle le met quand même en garde, parce qu’elle est ici pour ça aussi Roma. Découvrir de nouvelles personnes et se nourrir de leurs expériences, de leur vécu. Rencontrer, aimer, pleurer, danser, détester. Mais c’est facile pour elle, elle se force pas. Bien que toujours méfiance sur le sincérité des gens qui peuvent l’entourer, elle est toujours la première à laisser sa chance aux gens. Même les plus décevant dans le genre Presley. Et elle alors ? « Je m’entend bien avec tout le monde aussi. » Même les rares qui la saoule arrive à lui apporter quelque chose. « J’adore rencontrer de nouvelles personnes. Et puis ça me change aussi, on a vite fait de se retrouver dans une routine. » Elle aime pas quand c’est trop routinier, même si c’est quelque chose qu’elle sait apprécier. Les rituels en famille, les pancakes du samedi, le film du vendredi soir.. ce genre de choses. Il lui arrive souvent de vouloir casser tout ça pour faire place à de l’improvisation totale. Et jusqu’ici, c’est ce qu’elle fait ici. De l’impro total qui lui ramène de temps en temps quelques applaudissements. Elle récupère son carnet, puis le crayon qui a finit dans le coin du fauteuil. Là où on retrouve deux ans après des pièces de monnaies noircies par la poussière. Elle entame les contours d’un visage. « Ça te dérange pas ? » Qu’elle te dessine ?

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Ashley
Voir le profil de l'utilisateur   
tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) Empty
Message (#) Sujet: Re: tobu mone rekho, w/ashley (mercredi, 20h) — Mer 29 Avr - 7:51


“Moi aussi, on le fait chacun à notre façon. Même si certains restaurateurs sont de vrais scientifiques, qui regardent les choses sous un angle très neutre, presque mathématique, on bosse tous à partir de tonnes de références, histoire d’être au plus proche de la vision de l’artiste.” explique Ashley pensif. Il parle bien sûr des “bons” restaurateurs, ne faisant pas référence à ceux qui s’improvisent conservateurs et qui retouchent de manière insensée des tableaux, en sautant les étapes et en prenant le risque de ruiner des oeuvres. Avant toute restauration, Ashley et son équipe étudient le tableau mais aussi les autres oeuvres comparables en tons de l’artiste mais aussi les oeuvres qui présentent des thématiques similaires dans son oeuvre. Puis, s’ils manquent de matière à réflexion, ils font des recherches sur les oeuvres qui présentent des similitudes au sein de la période et du mouvement auxquels le peintre appartient. C’est, avant tout, un travail de chercheur et d’historien. “Tu devrais essayer de dessiner des portraits dans lesquels tu inclus ces “autres choses” à la manière d’Arcimboldo, ça retirerait peut-être une part de la frustration ?” suggère-t-il. Peut-être qu’elle pourrait trouver une catharsis dans le mariage de deux formes d’art, le portrait et sa rigueur et l’expressionnisme maniériste et son apparent lâcher-prise. Obtenir une ressemblance risque d’être plus compliqué, mais l’idée et la recherche de ressemblance est plus importante que la ressemblance elle-même. Comme diraient certains, c'est l’intention qui compte. Tant que Roma ne se met pas à dessiner des patates à la place de tous les nez, il n’y a pas de raison pour que ses créations ne soient pas appréciables par tous. “T’as raison… même si je pense quand même être un bon juge en terme de personnalité, faudrait que je fasse un effort pour me rapprocher des gens à qui je parle pas ou peu.” admet-il un peu contrit. Ashley n’aime pas l’idée de louper des choses, comme disent les jeunes il souffre de “fomo” ou fear of missing out, mais parce que c’est un être un peu paradoxal, il a aussi horreur d’avoir l’impression de se forcer à parler avec des gens qui ne l’intéressent pas ou qu’il n’intéresse pas. Il est de ceux qui pensent que rien de bon ne sort d’une interaction sociale dans laquelle les deux partis se forcent à communiquer, le problème étant que pour lui, la communication ne vient pas aussi aisément que pour d'autres et que, du coup, il passe souvent pour un asocial, de ceux qui ont leur petit train-train et qui n’en sortent pas. “T’aimes pas ça la routine ?” demande Ashley, qui suppose qu’en effet pour un esprit créatif, la routine peut-être une source ambivalente d'inspiration comme de cauchemar. Ils sont nombreux à avoir basé leur oeuvre sur les choses du quotidien, tirant profit de la routine et du normal pour s’exprimer. Ils sont plus nombreux encore à avoir passé leur carrière à fuir le statu quo et à chercher l’excitation à tous les coins de rue, artistes parfois maudits qui ont fini par se perdre dans la recherche de frissons à l’excès. Il suppose qu’en plus de ça, quand on est mère de famille, la routine doit avoir assez peu de place dans le quotidien, bien sûr il y a des incontournables, des repas partagés aux devoirs scolaires, mais les enfants sont des êtres qui rendent chaque situation imprévisible. Roma, la mère de famille, auto-entrepreneur, artiste, doit avoir une vie bien remplie. Quand elle lui demande si “ça” ne le dérange pas il la regarde un peu confus avant de comprendre de quoi elle parle. “Tant que tu ne mets pas trop l’accent sur mon nez ou que tu ne me transformes pas en oeuvre de Picasso, t’as carte blanche !” plaisante-t-il à moitié. C’est pas tant qu’il n’aime pas son nez, c’est juste qu’il fait confiance à un artiste de rue dans Paris et qu’il le regrette encore. Les caricaturistes de Montmartre sont doués mais aussi très bons pour créer des complexes là où il n’y en avait pas quelques minutes plus tôt. Heureusement pour lui, il s’en est remis, mais le triangle qui prenait la moitié de la place sur son visage l’a marqué. C’est pas vraiment le genre de Roma de faire de la caricature, même si ses dessins ne sont pas exactement photoréalistes, ils prennent leur source dans la réalité donc il devrait pas se sentir insulté, même si elle venait à se louper. Ce dont il doute. Inconsciemment il arrête de bouger, histoire de ne pas compliquer les choses davantage. “Tu crois qu’il y a des Aliens quelques part là haut ?” demande-t-il le regard perdu vers les étoiles. Et s’il y en a, est-ce qu’ils les regardent de la haut en se demandant ce qu’ils foutent dans une bulle ? Ashley a toujours été fasciné par l’espace et par l’idée d’ailleurs en général. L’idée que la technologie et la science humaines soient capables de prendre des photos de l’univers qui viennent du passé, l’a toujours intrigué parce qu’il a du mal à rationaliser le concept.


[désolé >< j'ai perdu la réponse après avoir écrit les 3/4 et j'ai dû recommencer à quasiment 0, du coup c'est moins bien que j'l'aurais voulu >.<]

_________________
 
the devil you know
when in doubt i ask myself "what would jesus do ?" ▬ then i do the exact opposite. it's much more fun that way.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: JARDINS :: BULLE DÉTENTE-
Sauter vers: