Partagez
 

 if this was a movie (mardi - 14h50)

Aller en bas 
AuteurMessage
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
if this was a movie (mardi - 14h50) Empty
Message (#) Sujet: if this was a movie (mardi - 14h50) — Lun 20 Avr - 17:41

Y a beaucoup de chose à faire dans le chalet ou dans le village, mais y a des jours où ne rien faire me manque un peu. Ce n’est pas si facile que ça d’être dans une émission, parce qu’à force on a l’impression de tourner en rond. J’ai l’impression d’être dans The Truman Show. C’est pour ça que je décide aujourd’hui d’aller zieuter un film et de ne pas bouger pendant les deux prochaines heures en grignotant des popcorns. Je me dirige donc vers la salle de projection où je ne me suis encore jamais rendu depuis le début de l’aventure, attrapant un des popcorns qui trône à l’entrée en espérant que la production s’occupe de les remplacer tous les jours parce que je vais mâcher du chewing-gum si c’est pas le cas. J’avance jusqu’à la liste des films disponible. Je crois que c’est l’un des choix les plus difficiles à faire, surtout quand on a aucune idée de ce qu’on veut regarder. J’ai une culture cinématographique assez large, mais je préfère clairement les films où les héros sont interprétés par des afro-américains. Sauf que pour le coup, tous ceux disponible dans cette liste sont des incontournables et j’ai dû les voir une bonne dizaine de fois déjà. Je continue à faire défiler la liste quand le titre d’un film m’interpelle. « Kottan ermittelt ? Oh mon dieu ça doit être un navet total. » Bon j’abuse sûrement, mais je suis pas fan des films qui ne sont pas des productions américaines. Je ne pensais pas que la production aurait poussé le bouchon aussi loin en nous mettant des films autrichiens. Avant même que je décide de lancer ou non, des pas dans mon dos me font sortir de mes pensées. Je me tourne et je reconnais @Cami. J’ai mis du temps avant de la différencier complètement de Lejla, elles ont des traits assez communs et puis je ne me suis jamais trop attardée sur l’une ou sur l’autre. Finalement, c’est lorsque j’ai dû choisir pour les équipes en lisant leur casting que j’ai appris comment les différencier. L’une est une véritable paysanne du fin fond du Wyoming à vivre entouré de cheveux et de camps, tandis que l’autre vit dans la capitale française, où tout le monde a l’air si stressée et tendu. Deux mondes clairement différents qui m’a permis de savoir qui est qui. Elle semble vouloir également mater un film et je me demande si elle avait déjà une idée. Priorité à la personne qui est arrivé en première non ? « Qu’est-ce que tu dirais de regarder un film autrichien ? Je suis une pro-film us donc je ne sais pas trop ce que donne les films des autres pays. » J’espère qu’elle ne sera pas réticente à l’idée, parce qu’en vrai ce n’est pas vraiment son accord que je lui demande, c’est plus pour l’informer poliment du programme que je vais choisir. Et puis peut être qu’elle pourrait me surprendre et me conseiller un film autrichien qu’elle a déjà vu, peut être que les européens ont tous le même style niveau cinématographie.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
if this was a movie (mardi - 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: if this was a movie (mardi - 14h50) — Mer 22 Avr - 0:13

Elle s'aventure jusqu'à la salle de projection pour tenter de se mater un truc sympa, sans trop savoir quoi. Elle fait preuve de la même efficacité lorsqu'elle ouvre la porte du frigo en attendant l'inspiration ultime. Kara l'apostrophe pour lui proposer une séance ciné, la parisienne hoche la tête en acceptant l'invitation à l'arrache. « Je suis grave enjouée ! » elle ironise un peu tout en chillant, elle y connait rien à la culture autrichienne, qu'on se le dise qu'elle assimile inconsciemment à l'Allemagne et à son histoire. Un boycott involontaire peut être mais ça reste pas trop son délire. « Honneur aux dames, je te laisse choisir » elle effectue une petite courbette pour lui dire que son choix sera le sien, conciliante comme jamais lorsqu'il s'agit de vivre en communauté. Elle lui offre un regard néanmoins curieux histoire de mettre une petite pression psychologique quand même. Petite la pression quand on la connait, Cami. L'israélienne se pose sur un des sièges rouges qui sont une très imitation de ceux de son gaumont attitré. « Prends un film stylé, du genre qui te fout la chair de poules et te donne envie de changer le monde à la fin » elle précise ses préférences, on ne sait jamais. Le dernier film ayant rempli tous ses critères était hors normes. Ses darons s'inquiètent toujours parce qu'ils ont toujours l'impression qu'un rien peut la faire vaciller, genre carrément vriller en mode remise de question de sa vie et de ses choix qu'elle estime une fois sur deux pourris. En sortant du cinéma, elle avait eu envie de s'engager dans une association alors, qu'eux ils sont plus du genre culture et gros profits. Elle aime bien les films inspirants du genre qui te bouleversent soit par le jeu des acteurs ou alors l'histoire.  « C'est quoi ton film préféré de tous les temps ? » lui demande Cami en cherchant son regard pour une poignée de secondes. Dans sa tête l'hypothèse, elle l'imagine bien délirer devant des films comme Million Dollar Baby. Ou c'est peut être cliché ? Aucune idée. Elle va lui faire un petit portrait chinois à Kara, c'est décidé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
if this was a movie (mardi - 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: if this was a movie (mardi - 14h50) — Mer 22 Avr - 19:04

Quand Cami débarque, je lui propose gentiment une séance de cinéma purement autrichienne pour dire d’aller avec le décor. On pourrait être surprise toutes les deux et kiffer le film. Elle a l’air vraiment partante, je continue donc ma petite recherche parmi les films proposés puisqu’elle me laisser l’honneur de choisir. Par contre sa phrase me fait tilter et j’abandonne quelques secondes la liste des films pour la fixer. « Honneur aux dames ? Ne me dit pas que ton secret c’est d’être un ancien homme parce que je veux direct le nom de ton chirurgien ! T’es trop fraîche pour avoir eu un zgueg dans le passé. » Regardez-moi ses grands yeux de biches, c’est clairement impossible qu’un homme se cache derrière ce doux visage. Mais voilà que la douce brebis se veut autoritaire et me donne un genre précis de film qu’elle veut voir. Je ne peux pas m’empêcher de faire une grimace. « Alors moi je veux bien, mais je suis censée savoir comment que Licht ou Die Blumen von gestern sont des films qui vont te foutre la chair de poule ? » Ouais sur ce coup-là elle ferait mieux de m’aider si elle veut que je trouve la perle rare, je ne parle pas un seul mot de cette langue. Elle me demande pendant que je continue à chercher un film potable, le film que je préfère. Je ne prends pas longtemps à réfléchir ayant déjà la réponse en tête. « 12 Years a Slave, je te laisse deviner pourquoi ! » Même si elle n’a pas vu le film, le titre peut lui donner une petite indication. Ce film m’a marqué à vie, puisqu’elle concerne mon histoire, celle de mes ancêtres, je me suis sentie concernée à chaque minute de ce film. Et pour quelqu’un de pas très émotive comme moi, ça a été très difficile de retenir mes larmes en le voyant. « Et toi alors ? Le film que tu peux mater des dizaines de fois sans te lasser ? » Je ne sais pas pourquoi, mais j’imagine un film assez intellectuel la concernant. Peut être que je me trompe, ne la connaissant de toute façon pas, mais je la vois mal me répondre twilight. Et sans mentir si elle me fournit cette réponse, je vais me foutre clairement de sa gueule. Allez Cami, ne soit pas le cliché de la jolie fille teubée.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
if this was a movie (mardi - 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: if this was a movie (mardi - 14h50) — Ven 24 Avr - 13:28

Kara part en gros délire, ça évoque même une chirurgie super bien réussie. « J'prends le compliment » elle se marre avec son écouter sélective. Elle est super fraîche. L'israélienne accuse une petite protestation de Kara concernant le choix du film. « C’est toi qui veut nous faire écouter de l’allemand sous-titré pendant deux heures, tu te débrouilles, sis » elle ricane un peu, parce que Cami a tout du pacha, affalé dans son fauteuil de velours rouge, se contentant de l’observer de sous ses longs cils. Elle est feuj, ça lui demande déjà un effort psychologique intense d’écouter cette langue agressive avec sérénité. Elle enregistre sa réponse, effectivement elle a cru entendre que Kara tenait très à coeur, ça lui rappelle un peu ses cours de droit sur l'intersectionnalité. La parisienne hoche délicatement de la tête pour lui faire comprendre qu'elle a pigé. « T’es engagée ? » l’interroge Cami. « Dans une association ou autre ? » elle complète de son doux soprano pour satisfaire sa curiosité avant que la candidate ne lui renvoie la balle. « J’aime bien Gran Torino de Clint Eastwood, tu connais ? » elle répond en se laissant quelques secondes de réflexion. « Même si je n’aime pas son positionnement à lui » elle balise parce qu’il l’a sévèrement déçu Clint politiquement parlant, avec ses discours racistes et rétrogrades. Faut croire que la vieillesse ne fait pas du bien à la réflexion et au progrès. Surtout quand il se permet de balancer que les nouvelles générations sont des mauviettes trop politiquement correct en apportant partiellement son soutien à Trump. « Après j’ai regardé au moins dix fois les Harry Potter » glisse la parisienne, mais, c’est surement une passion un peu universelle ça. « Et ton livre préféré ? » elle demande. « J'ai décidé de faire ton portrait chinois » Cami l'informe sereinement en croisant son regard surement blasé de ses questions. Elle y peut rien si elle l'intéresse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
if this was a movie (mardi - 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: if this was a movie (mardi - 14h50) — Sam 25 Avr - 18:30

Je reste persuadée que Cami est une fille tout ce qu’il y a de plus vrai, mais l’idée qu’elle soit un trans m’a traversé l’esprit à cause de ses propos. Elle accepte mon compliment, ce qui est logique, même si j’avoue que certaines auraient pu le prendre mal. Une histoire de susceptibilité, tout ça. Je continue de chercher un film pour nous, mais la demoiselle est trop exigeante, je ne sais pas trop comment je dois trouver un film bien alors qu’ils sont tous écrit dans leur langue originale. Je lui dis qu’elle n’a qu’à m’aider si elle veut vraiment un bon film, mais elle m’accuse de vouloir lui faire écouter de l’Allemand pendant deux heures et que donc, c’est à moi de me débrouiller. Je bloque un long moment, hésitante. « Attends, les autrichiens parlent allemands ? » Ouais je viens de le découvrir. Faut dire qu’on est assez nombriliste aux states et je ne me suis jamais trop intéressé aux petits pays européens comme l’Autriche que je ne sais même pas placer sur une carte du monde. Je lui donne le nom de mon film préféré et elle me demande si je suis engagée dans une association. « J’ai pensé un moment à rejoindre la NAACP, mais y a tellement de magouille au niveau des dirigeants, j’ai préféré m’abstenir. Du coup, j’aide une petite association locale qui vient en aide aux afro américains new-yorkais. » C’est vrai que j’aurais aimé voir grand et aider à une plus grande échelle, mais dès qu’une organisation prend beaucoup trop d’importance, y a toujours un moment où tout part en cacahuète. Elle me donne également son film préféré et je ne peux pas m’empêcher de faire une petite grimace que j’essaye de cacher pour pas la vexer. « Oui je connais, mais je ne les pas vus. Comme à peu près tous les films de ce mec. » Cami me rassure quand même un peu en me disant qu’elle n’aime pas les positionnements de l’acteur. C’est qu’elle ne m’aurait jamais entendu chanter ses louanges. « Je me demande si son fils pense pareil que le père, faut dire qu’il est super bien foutu. » Je fais un clin d’œil à Cami pour conclure mes propos. Ça ne sert à rien de s’acharner sur un acteur célèbre qui n’entendra sûrement jamais ce que je pense de lui et qui est de toute façon près à passer l’arme à gauche à tout moment. Elle ajoute quand même qu’elle a aimé les Harry Potter. Je ne peux pas m’empêcher de commenter. « Même si j’adore Emma Watson, Hermione aurait dû être noire. » Oui, oui je sais que l’écrivaine a dit qu’elle pouvait être noire tout comme blanche, mais il suffit de lire les descriptions qu’elle fait souvent de Hermione dans les livres. C’est une sista noire, qu’on le veuille ou non. Cami est décidé à faire mon portrait chinois ce que je trouve vachement plus amusant que de chercher un film qui va sûrement m’endormir au bout de dix minutes. « Là logiquement, je devrais te répondre la bible en bonne catholique que je suis, mais je dirais le Vanity Fair d’octobre 2017. Il traîne dans le salon de coiffure où je bosse, j’ai dû le lire cent fois. » Je ris, faut dire que je ne suis pas une grande lectrice et que je n’ai pas trop le temps non plus. Heureusement l’église me permet de pouvoir lire plus souvent la bible. « Et toi, t’as l’air d’aimer lire, non ? »

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
if this was a movie (mardi - 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: if this was a movie (mardi - 14h50) — Lun 27 Avr - 12:17

La parisienne se fait super attentive, s'accrochant à chaque mot de la cheffe d'équipe. Ses opales curieuses se plongent dans les siennes, histoire d'analyser les lueurs qui y dansent. Kara lui parle de magouilles associatives, ça ne l'étonne pas vraiment pas cette histoire, une once de pouvoir suffit à faire vaciller la bienveillance pour de l'individualité. « Tu y fais quoi concrètement du coup ? » Cami, elle commence par avoir envie de miser sur Kara pour avoir de temps en temps des discussions un peu politisées, parce que jusqu'ici, ça ne semblait intéresser personne, ce genre de sujet. Le fait qu'elle soit capable de lui répondre tout naturellement concernant le positionnement de Clint, ça lui fait marquer des points. Elle hoche de la tête, parce que c’est vrai que c’est un pur beau gosse, Scott. « Je me sentirai mal à sa place » Cami glisse. Après l'inconstance et la rudesse de son père sont surement devenues une normalité à force d'avoir dû grandir avec. Sociologiquement, on suit souvent le choix de nos parents, c'est trop biaisé. « Si mes parents tenaient de tels propres, je serai obligée de me désolidariser » la parisienne continue en imaginant la chose. Fort heureusement, ses parents sont du genre à croire aux bouleversements de leur génération à elles, Kara et Cami, sans être nostalgiques de leur époque. « T'en penses quoi, toi ? » elle agirait comment Kara, dans cette situation. Nouvelle question. Cami esquisse un léger sourire sur ses pulpeuses à la réponse, enregistrant le fait que Kara est très croyante. Il parait qu'aux Etats Unis, on peut souvent trouver une bible dans les chambres d'hôtel, elle s'est toujours demandée si c'était juste un gros clichés ou si c'est vrai ? La candidate lui renvoie la balle. « Enormément » confirme Cami de sa voix fluette. « Sauf qu’à force de grandir la tête dans les bouquins, tu deviens un peu une inadaptée, dans la réalité » Elle avoue en haussant les épaules avec une certaine nonchalance. Parce que tout est facile, tout est plus beau sur le papier, la concrétisation ne ressemble généralement en rien à ce qu’elle imaginait. « Mon livre pref, c’est les exilés meurent aussi d’amour » elle souffle avant de lui offrir quelques détails bien évidemment. « C’est l'histoire d'une famille iranienne complètement déviante et repliée sur elle même après la révolution islamique qui débarque sur Paris pour un nouveau départ sans arriver à se débarrasser complètement du fantôme de leur vie d'avant »  elle tente de résumer en quelques phrases à Kara. Cami, elle est souvent demandée si elle aimait ce bouquin parce qu’elle arrivait à s’y identifier, parce qu'elle est surement aussi fucked up qu'eux au fond. « Si tu devais choisir une chanson » Cami continuant, en menant la danse sans se préoccuper du navet que la candidate va leur choisir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
if this was a movie (mardi - 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: if this was a movie (mardi - 14h50) — Mar 28 Avr - 18:47

Avec Cami, on se met à discuter de nos vies respectives, j’en oublie presque de trouver un film autrichien, même si j’avoue que je suis plus aussi motivé qu’avant son arrivé. Elle me demande ce que je fais dans l’association que j’ai rejointe. « Je m’occupe surtout de distribuer des repas chauds aux personnes à bas revenus qui se rendent à l’association et on fait du porte à porte pour récolter des dons afin de financer quelques frais médicaux. Après l’association compte quelques avocats bénévoles qui aident juridiquement ceux qui n’ont pas toujours l’occasion de se faire entendre. Malheureusement, on n’aide qu’un très petit nombre de personnes et on aimerait vraiment pouvoir faire plus. » Après on fait comme on peut et avec les moyens qu’on a. Heureusement, on peut toujours compter sur la générosité de beaucoup de donateurs. Harlem a beau être un quartier pas toujours recommandable, les gens ont un immense sens du partage. C’est bien ce qui me rend le plus fier d’eux. Je ne suis pas du genre à parler très souvent politique, même si le sujet m’attire de plus en plus au fil des années qui passent. C’est pour cette raison que le cas de Clint Eastwood, je le connais assez bien et que je ne porte pas dans mon cœur ce type comme beaucoup d’autres. Bien sûr, au sein de ce jeu, je prends le sujet avec humour en parlant de son fils qui est quand même pas mal sexy. Cami me dit qu’à sa place elle serait assez mal et se désolidariser des propres de ses parents. Je hausse les épaules en réfléchissant. « Je pense que le fils doit être moins bête que le père, puisqu’il est quand même né à une époque où les droits de chacun sont fondamentaux. Sinon, il a vraiment aucune circonstance atténuante. » Autant le père, on peut parler d’une ancienne génération qui a du mal avec le changement, même si j’ai assez du mal avec cet argument, ça en reste un quand même. Pour le fils, rien ne pourrait justifier ces mêmes pensées. « Et je ne peux pas m’imaginer dans une telle famille, mon père est bien trop mon exemple pour ça. » Clairement, l’imaginer des propos désobligeants à l’encontre de qui que ce soit, c’est inconcevable pour lui. Il m’a toujours tellement inspiré que je n’arrive pas à lui trouver le moindre défaut, outre celui d’être quelqu’un de bordélique et coureur de jupons. Contrairement à moi, Cami semble être une férue de lecture. Elle me parle de son livre préféré et j’écoute attentivement le résumé de ce dernier afin de ne pas perdre le fil, même si c’est loin d’être mon genre de lecture. « Et qu’est-ce qui t’as attiré dans ce bouquin en dehors de l’histoire ? » Je me dis que si elle l’a cité comme son livre préféré, c’est qu’il doit lui procurer une émotion qu’aucun autre n’a jamais pu atteindre. Elle me demande par la suite ma chanson préférée ; là encore mon choix est tout trouvé. « Black and White, de Michael Jackson. Pour le message qu’elle fait passer bien sûr, mais c’est parce que c’est aussi le seul souvenir que j’ai de ma mère. » J’ai perdu ma mère alors que je n’étais qu’un bébé et sans les photos, je n’arriverais certainement pas à me souvenir de son visage. Pourtant, cette musique est un souvenir bien ancré que j’ai la concernant. « Je te retourne la question, du coup. » Pour continuer dans son idée de portrait chinois.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
if this was a movie (mardi - 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: if this was a movie (mardi - 14h50) — Mer 29 Avr - 12:49

La parisienne offre toute sa concentration à Kara, encore plus lorsqu'elle lui partage des morceaux de vie, de son quotidien. « Ce n'est pas dur, mentalement ? » la questionne Cami qui a toujours préféré fuir cette réalité pour se cacher derrière des concepts plus faciles à manier et qui l'empêchent de sombrer. « Tu as des frères et soeurs ? » la môme en profite pour rebondir à l'évocation de son père qu'elle a érigé en véritable modèle semble t-il avant d'accuser de son côté une question de la cheftaine. Ce qui l'attire dans ce livre ? « Les souvenirs. Ça me rappelle surement un peu quand j'ai débarqué à Paris avec toute ma famille, une bonne dose de drama en moins, bien sûr » elle souffle l'évidence dans un sourire. Le caractère des protagonistes n'est pas le même, mais il est difficile de nier la similarité dans la structure des histoires. Elle a refait sa vie, à Paname, mais elle essaie toujours faire vivre les traces de Tel Aviv qui sont encore là. Question suivante. Cami connait bien évidemment la chanson que Kara lui sort, accompagnée d'un détail qui ne lui échappe pas. C'est le moment où elle bégaye généralement face à l'information, sauf que Kara, ça doit le genre à ne pas aimer constater une once de tristesse ou de compassion sur le visage de son interlocuteur parce qu'elle construit tout pour être vue comme une super nana forte avec un humour décapant. Alors Cami, elle affiche une neutralité surprenante, préférant mise sur une compréhension de l'histoire plutôt que s'enliser dans le terrain glissant des émotions. « Tu entends quoi par seul souvenir de ta mère ? » elle glisse d'une voix blanche en croisant le regard de la candidate. « C'était sa chanson préférée ? » elle tente, comme ça, avec un air interrogateur qui transforme ses traits. La balle lui est renvoyée mais elle s'octroie quelques secondes de latence pour se décider. Parce qu'elle a eu récemment un coup de coeur pour Lonepsi et ses textes mais finalement elle mise sur un classique à son sens. « 100 grammes de peur, d'Hocus Pocus » parce que ça lui parle. Cami, elle s'est toujours plus focalisée sur les mots et leurs sens plutôt que la mélodie générale qui l'empêche de se concentrer sur l'essentiel. « Je l'ai sur mon iPod, je te la ferai écouter, en te traduisant notre langue de Molière » lui propose la parisienne, dans un sourire, histoire de faire partager. Parce qu'elle veut absolument pas avoir l'image d'une meuf aux goûts élitistes qui ne parlent à personne mais qu'elle expose juste pour crâner. « Si tu devais choisir un sentiment pour te décrire » elle glisse dans un sourire, parce que c'est bien plus dur, celle-ci.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
if this was a movie (mardi - 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: if this was a movie (mardi - 14h50) — Jeu 30 Avr - 18:59

Elle me demande si les actions que je réalise avec l’association que j'ai rejoins ne sont pas trop dur mentalement. Je souris, car ce n’est pas la première fois qu’on me demande ça. Les gens pensent souvent qu’être confronté à la misère du monde, ça peut vous mettre un sacré coup au moral, mais ce n’est pas le cas chez moi. « Non, au contraire. Ça me donne envie d’en faire davantage, de me battre pour toutes ses gens qui ne reçoivent l’aide de personne à part ses associations. » C’est clair qu’avec le gouvernement de Trump, il n’y a pas grand-chose à espérer d’eux. Il faut donc qu’on se montre solidaire par nous-même sans rien attendre des élus locaux ou du gouvernement en place. « Trois frères. » que je lui réponds à sa nouvelle interrogative me concernant. J’imagine là aussi très facilement sa réaction et je la prends de vitesse. « Et ça en revanche, c’est très dur mentalement. » Bien sûr je plaisante, le sourire que j’ai continuellement aux lèvres lui permet de comprendre qu’il s’agit d’un trait d’humour et non la stricte vérité. Elle m’explique à son tour que le livre dont elle m’a cité le nom juste avant fait remonter des souvenirs chez elle. Son arrivé dans la capitale française avec sa famille. Cette partie de sa vie m’intrigue assez, car je sais qu’à sa place, je n’aurais jamais eu le courage de quitter ma ville natale. « Tu avais quel âge lorsque t’es arrivé en France ? L’adaptation n’a pas trop été difficile ? » J’ai encore pleins de questions en tête la concernant, mais je préfère me taire avant de me transformer en une version afro-américaine de Maci. Le sujet de ma mère est lancé et comme je m’y attendais, je dois moi aussi répondre à ses interrogations. Je la remercie intérieurement d’avoir continué cette conversation sans effusion de sentiment débordant, ce sujet n’étant pas forcément sensible pour moi. « Elle est décédé d’un cancer quand j’avais trois ans, donc j’ai beaucoup de mal à me rappeler de chose la concernant. Sauf cette musique, c’est le seul truc qui me vient à l’esprit quand je pense à elle. » C’est plutôt compliqué de conserver des souvenirs de cet âge si bas et pourtant, celui-là paraît très net dans mon esprit. La chanson que choisi Cami m’est totalement inconnu, elle doit bien s’en rendre compte en voyant mon expression, puisqu’elle me propose de me la faire écouter sur son iPod, tout en traduisant les paroles pour que je comprenne de quoi elle parle. « Elle a une signification particulière pour toi ? » Avec toutes ses questions l’une sur l’autre, j’en ai complètement oublié notre venue commune dans cet endroit. Cependant, cet échange se veut plus intéressant que je pensais. Une nouvelle question est posée par Cami, celle-là m’obligeant à réfléchir plus longuement qu’à mes précédentes réponses.  « Je dirais la joie, j’essaye de jamais sombrer et de tout prendre avec du recul. Si on n’est jamais heureux, à quoi bon vivre sa vie ? » Je ne sais pas si elle sera d’accord avec ma philosophie, mais pour part, je ne verrais jamais les choses autrement. « Quel est le sentiment qui te définit le mieux ? » Comme depuis le début de notre conversation, je lui retourne sa question.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Another Earth [DVDRiP]uptobox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: SALLE DE PROJECTION-
Sauter vers: