Partagez
 

 the joke's on you (mardi, 16h15)

Aller en bas 
AuteurMessage
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
the joke's on you (mardi, 16h15) Empty
Message (#) Sujet: the joke's on you (mardi, 16h15) — Lun 20 Avr - 19:01


@kara
the joke's on you


Avec le recul y'a des trucs qu'il a pas trop calculé pendant le prime qui lui reviennent, et ça le laisse pas aussi insensible qu'il aimerait. Pas uniquement des choses qui ont été dites au détour d'une rubrique, y'a aussi ce qu'il est parvenu à capter à droite à gauche dans les conversations qui se jouaient autour de lui et dont il a parfois pu choper un passage en laissant trainer ses oreilles au bon moment. Son attention a été sollicitée un peu partout dimanche alors il serait pas capable de dresser le compte rendu de tout ce qui s'est dit dans le salon non plus, il sait juste de quoi certains candidats parlaient à un moment bien défini dans sa tête et certaines répliques en particulier l'ont marqué. Le genre qui reste dans la tête pendant plusieurs jours, et qu'on a du mal à laisser de côté. Il se rappelle notamment avoir entendu Kara juger les tenues des uns et des autres, et quand elle a dit que c'était abusé de se ramener en jean sur un prime il s'est trop senti visé Carl. Mine de rien depuis il est en pleine remise en question, il savait déjà que sa dégaine était pas folle mais il pensait pas non plus que c'était carrément abusé. Y'a qu'à voir ce qu'il a amené avec lui dans cette aventure aussi, il a pas un choix de dingue niveau tenues et ses fringues quotidiennes font aussi office de fringues de prime à défaut d'avoir des trucs un peu plus classes à se mettre sur le dos. Mais quand même ça le travaille cette histoire, il y a tellement pensé hier soir qu'il s'est tapé un début d'insomnie à cause de ça. Il accorde sûrement trop d'importance à une chose qui n'en mérite pas autant mais bon c'est Carl, faire toute une montagne d'un truc insignifiant c'est un peu sa spécialité. Cet après-midi il ressent le besoin de se dégourdir les jambes alors il décide de se perdre dans le village et une fois qu'il en a fait le tour, il se dit qu'il pourrait terminer cette petite excursion par la plateforme d'observation nichée à plusieurs centaines de mètres de haut. Elle porte un nom d'ailleurs mais c'est juste imprononçable, donc dans sa tête il appelle simplement ça la plateforme ou le truc qui fout le vertige. C'est un endroit qu'il apprécie pour la vue même s'il a effectivement pas trop intérêt à regarder en bas s'il veut pas tourner de l’œil, et aujourd'hui c'est assez drôle parce que le destin choisit de placer Kara sur sa route. Elle doit être là-haut depuis un moment parce qu'il a pris le funiculaire tout seul, et là faut avouer qu'il hésite entre aller au bout de son idée quitte à devoir faire la conversation à quelqu'un qui le met pas très à l'aise ou rebrousser chemin. C'est pourtant l'occasion de revenir sur ses commentaires au prime, s'il sait pas quoi lui dire il peut peut-être commencer par ça histoire d’amorcer l'échange sur une note plutôt légère. Il a très peu parlé avec Karla jusqu'à présent alors ce serait pas mal qu'il prenne les devants, même si la candidate le calcule pas trop depuis qu'il est arrivé. Il reste silencieux pendant plusieurs minutes, menant un duel interne entre toutes les pensées qui l'assaillent, et finalement il se lance. « Chuter d’une telle hauteur c’est la mort assurée non ? » il laisse entendre en fixant l'horizon devant lui et parmi tous les trucs qu'il pourrait sortir pour briser la glace c'est donc ça qu'il choisit de dire. Il y avait des tas de sujets qu'il pouvait aborder mais non, Carl préfère manifestement y aller de sa petite réflexion déprimante. « J’ai pas ce genre d’idées hein.. mais s’il m’arrivait quelque chose ça bouleverserait la vie de personne. Et le monde encore moins, parce qu’on est qu’une poussière dans l’univers on a trop tendance à l’oublier je trouve. » Et c'est peut-être bien le truc le plus philosophique qu'il a sorti depuis le début de l'aventure, le plus profond aussi, c'est pas dur en même temps. Il tourne alors la tête vers Kara pour vérifier qu'elle est toujours là et qu'il parle pas tout seul, mais même si elle a pas encore pris la fuite il l'a sûrement déjà perdue avec ses remarques cafardeuses. « Pardon je dis un peu n’importe quoi, fais pas attention. J’ai pas très bien dormi. » il l'informe dans un sourire en balayant tout ce qu'il vient de dire d'un geste de la main. Faut qu'il se rattrape là il peut pas laisser cette conversation à peine entamée là-dessus, les gens à la maison vont se tirer une balle s'il change pas rapidement de ton. C'est donc ce qu'il fait, car même lui a besoin de penser à autre chose en fin de compte. « Tu sais pour dimanche, je me doutais que je récolterais l’une des dernières places dans ta liste. J’ai bien senti que tu m’aimais pas trop donc ça a pas été une surprise.. » Pour un mec qui a tout fait pour éviter les deux chefs d’équipe la semaine dernière il est culotté Carl, il sort aujourd’hui à Kara qu’elle ne l’aime pas alors qu’il a vraiment rien fait de son côté pour lui faire bonne impression jusqu’ici. «  Tu fais partie des gens qui me trouvent bizarre je suis sûr, mais c’est okay. Et au final 14ème sur 20 c’est toujours mieux que d’être tout dernier non ? » il demande histoire de se rassurer un peu. S'il prend le truc à l'envers ça donne quelque chose comme 6/20 par contre, c'est pas top mais c'est à l'image des notes qu'il avait à l'école en même temps. « T’es contente de ta team sinon ? À peu de choses près c’est celle que t’espérais je crois. » Il lui semble que Felicity était mieux classée chez Natéo et pourtant elle termine dans la team de Kara, à ses yeux c'est pas très logique mais la prod a certainement fait en sorte d'équilibrer les équipes. De toute façon c'est trop compliqué pour lui tout ça, alors il cherche pas vraiment à comprendre. « Et faut considérer que c’est la guerre maintenant du coup ? Je risque quelque chose en parlant à la chef de la team adverse à ton avis ? » il ajoute sérieusement. C'est sûr qu'il s’en voudrait de faire perdre des cliffords aux autres, même si c’est déjà plus ou moins acté que Carl sera l’élément faible de l’équipe et que si quelqu’un doit les faire sombrer y’a de grandes chances que ce soit lui.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
the joke's on you (mardi, 16h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: the joke's on you (mardi, 16h15) — Lun 20 Avr - 23:57

Un candidat m’a parlé d’une vue magnifique au-dessus du village où il faut grimper pour pouvoir l’atteindre. Je ne cherche pas particulièrement à voir le village dans son ensemble, n’étant pas une fan particulière du décor, mais plutôt l’idée de faire un peu de randonnée. J’adore faire du sport dans la salle moderne qu’ils nous ont mis en place, mais sa me manque de ne pas courir à l’extérieur. C’est pourquoi après avoir traîné toute la journée, j’enfile un short ainsi qu’un débardeur et mes baskets pour pouvoir me faire un petit footing. Je sors du chalet avant de me mettre à courir. Le parcours n’est pas non plus des plus longs, je traverse assez rapidement le village et j’emprunte un chemin qui sert plus à la randonnée. La montée me permet de travailler mon cardio. Je la grimpe à petite foulée sauf qu’une fois au sommet, je sens mon genou me lancer. Ma blessure me fait de nouveau mal, peut-être ai-je trop forcé pour le coup. Je sais pertinemment que je n’ai pas le droit de faire trop de sport à cause de ce genou qui me lâche sans arrêt et j’en fais qu’à ma tête. Je remarque la plateforme à seulement quelques mètres et je marche en boitant jusqu’à là-bas, essayant de ne pas trop forcer sur mon genou. Une fois sur la plateforme, je reste sans voix face à la vue. J’ai peut-être eu tort en sous-estimant l’effet de ce paysage sur ma personne. Je reste dans cette position une longue minute avant de m’asseoir à même le sol, collant mon dos à l’une des parois, pas effrayée un seul instant par le vide quelques mètres plus bas. Je me perds dans mes pensées, entre la douleur de mon genou et cette vision panoramique qui me fait me poser plusieurs questions existentielles en même temps. Je suis sortie de mes pensées pour une voix derrière moi qui me fait sursauter et tourner la tête aussitôt dans sa direction. Je croise alors le regard de Carl qui dans ce qui ressemble à une question rhétorique me demande si chuter de cette hauteur c’est la mort assurée. Il est vachement flippant ce mec, je me demande si la production lui a bien fait passer un test psychologique avant de le laisser rentrer parmi nous. Faudrait pas qu’ils nous aient fait vivre avec un tueur en série ou un sociopathe. Cependant, j’ai pas envie de me montrer malpolie avec lui et qu’il commence à pleurer, je serais pas trop comment gérer la situation sinon. « Euh … Bah ouais pour le coup vu la distance y a très peu de chance que la personne survit. Je dirais même aucune chance. » Je ne le quitte pas des yeux, pas trop rassurée par ce bonhomme qui n’a pas l’air très robuste malgré ses phases de détraqués. Sauf que là, il recommence son délire et même s’il se veut rassurant en début de phrase, le reste me fait penser qu’il est sur le point de faire un truc de fou. Je me relève, difficilement, à l’aide de la paroi, sautant sur une seule jambe pour éviter de trop appuyer de nouveau sur mon genou endolori. « Putain Carl si tu te suicides, je te jure que je te tue. » Je me rends compte de la débilité de mes propos, ce qui me fait sourire un court instant, avant de reprendre totalement mon sérieux. « Non sérieux, je sais pas gérer ce genre de crise existentielle donc s’il te plaît garde ça pour Rosamie ou Jill qui seront certainement bien plus t’aider que moi. » Du coup j’ai peur de me rassoir par terre, même s’il n’a pas l’air de vouloir sauter, je me méfie maintenant tout en trouvant la scène beaucoup trop creepy. Cependant mes traits se détendent lorsqu’il change de sujet, revenant à cette histoire d’équipe. Il pense que je ne l’aime pas, mais ce dit que finalement 14e c’est pas si mal comme classement. Je hausse les épaules. « Ce n’est pas que je ne t’aime pas, mais je te trouve plutôt flippant et tu me mets mal à l’aise par moment. » Je ne mâche pas mes mots, mais je préfère être franche avec lui, prendre des pincettes, ce n’est pas mon truc non plus. « Comme ce que tu viens de faire là, on n’aborde pas les gens en leur parlant de la mort, sauf si y a une blague qui suit après. » Je souris quand même à mes propos pour lui faire comprendre que ce n’est pas un reproche, mais plus un conseil que je lui donne pour l’avenir. « Après tu ne m’as pas l’air bien méchant, j’aurais peut-être dû faire l’effort d’aller vers toi aussi. » On a chacun sa part de responsabilité là-dedans, mais peut être qu’on peut remédier à tout ça maintenant qu’on est ensemble ici. Je croise les bras contre ma poitrine tout en l’écoutant. « Ouais, je n’ai pas à me plaindre concernant mon équipe, je sens qu’on va pouvoir faire un vrai truc. » Je finis par me rassoir sur le sol, n’étant pas à l’aise dans ma position. « Mais non tu ne risques rien à me parler, allez, viens te poser avec moi crétin. » que je lui réponds en tapant le sol à mes côtés.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
the joke's on you (mardi, 16h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: the joke's on you (mardi, 16h15) — Jeu 23 Avr - 1:02

On compte plus toutes les fois où Carl a raté une occasion de se taire, entre dire n'importe quoi et ne rien dire du tout la deuxième option s'avère souvent être la meilleure mais il n'a pas toujours le bon sens de recourir au silence lorsqu'il le faudrait. Kara est pas venue jusque là pour l'entendre se questionner sur les chances d'y rester en se jetant de cette plateforme, ou sur les conséquences que sa disparition aurait sur la vie des gens qui le connaissent. Il se demande à longueur de temps pourquoi ses camarades le trouvent flippant et ce qu'il peut bien faire pour remédier à ça, mais clairement dans des moments comme celui-ci Carl n'aide vraiment pas les autres à le percevoir comme un gars sain d'esprit. Il a pourtant pas l'intention d'effrayer qui que ce soit avec ses remarques, il prend juste pas assez de recul sur ce qu'il dit pour se rendre compte que ça n'a parfois rien à faire dans une conversation et pour décréter qu'il ferait mieux de se contenter de le penser dans sa tête. Depuis qu'il a ouvert la bouche Kara le lâche pas du regard, elle a l'air prête à bondir pour le tirer en arrière s'il effectue ne serait-ce qu'un pas de plus. Elle lâche un truc qui les fait sourire tous les deux, il se retient d'ailleurs de souligner la contradiction dans ce qu'elle vient de dire car elle s'en est très certainement déjà rendu compte. « Non mais Kara j'te jure que j'ai pas prévu de mourir aujourd'hui ! » il insiste vu que la première fois il a pas dû le dire assez clairement pour qu'elle ne s'inquiète pas. Il peut paraitre assez désespéré parfois dans sa façon d'agir ou de parler mais Carl a vraiment pas assez de courage pour prendre une décision pareille, et quand il dit qu'il a pas ce genre d'idées il faut le croire, c'est pas un gars suicidaire. « Et j'ai trop peur du vide pour sauter franchement. » il ajoute en jetant un bref regard par-dessus la barrière pour évaluer une nouvelle fois la hauteur à laquelle ils se trouvent. Et non, vraiment, il aura jamais l'idée de se jeter d'aussi haut surtout si c'est pour finir au fond d'un lac. Elle balance qu'il devrait garder ce genre de crise existentielle pour Rosamie ou Jill, et il fronce les sourcils un instant en comprenant pas trop ce que ce deuxième nom vient faire dans la discussion à ce moment-là. « Jill ? Je suis pas sûr qu'elle me dissuaderait de me tuer tu vois. » Elle semblait en avoir passablement marre de lui dimanche donc si l'occasion se présentait de s'en débarrasser il est pas du tout certain qu'elle lèverait le petit doigt pour éviter ça. Rosamie c'est pas la même chose, elle est super bienveillante et elle le laisserait sûrement pas se mettre en danger même si l'échange qu'ils ont eu hier le rend triste et le fait s'interroger sur l'estime qu'elle lui porte réellement. Kara elle est d’une honnêteté tranchante et forcément un peu déconcertante pour l’irlandais, il a pourtant l’habitude de se prendre des remarques un peu dures en pleine poire mais là sa susceptibilité est vraiment pas ménagée. « Toi aussi t’as peur de moi alors. » il souffle en intégrant le fait que la candidate est mal à l’aise en sa présence, ce qui l’embête profondément sur le moment. Il sait pas trop ce qu’il est censé faire à partir du moment où les autres le sentent pas et voient d’un mauvais œil le moindre de ses agissements, le rôle du mec flippant il est peut-être encore plus compliqué à tenir ici que dehors en fin de compte. D’après Kara ce serait pas convenable de parler de la mort comme il vient de le faire, à moins qu’il glisse une blague derrière mais elle l’inviterait probablement pas à le faire si elle connaissait le niveau de ses blagues. « Désolé je savais pas.. Et non moi tu sais j’oserai jamais blaguer au sujet de la mort, je trouve que ça s’y prête pas trop. » Il y a pourtant jamais été directement confronté, mais ça n’empêche qu’il trouve ça triste et que ça lui inspire tout bonnement aucune tentative d’humour. Il esquisse un semblant de sourire quand Kara souligne qu’il n’a quand même pas l’air bien méchant, il croyait plus trop au fait d’entendre un truc positif le concernant cette semaine. « C’est pas grave et puis, il est jamais trop tard pour faire connaissance t’es pas d’accord ? » il lance avec entrain. La discussion était pas très bien partie mais il se détend enfin un peu, Kara est un peu cassante mais elle n’est pas malveillante envers lui, et ça il le ressent bien Carl. Il doit être dans un bon jour car son côté parano lui fiche un peu la paix pour une fois, et c’est tant mieux pour elle car elle n’aura pas à se farcir ses réflexions de gars persuadé que le monde entier est contre lui. Il a rangé dans un coin de sa tête ce qu’il a entendu un peu plus tôt, et pour l’instant il semble bien vivre avec ça. « C’est pas trop de pression ce rôle de chef qui t’est tombé dessus dès le premier soir ? Tu t’en sors bien en tout cas, vous gérez ça grave bien avec Natéo je trouve. » Carl il est d’autant plus admiratif qu’il sait pertinemment qu’à leur place il aurait pas géré du tout, il a pas le moins du monde l’âme d’un leader alors il aurait sûrement perdu pied s’il s’était retrouvé avec de telles responsabilités en début d’aventure. Kara et Natéo il ont l’air faits pour ça, la production s’est vraiment pas trompée en misant sur eux d’après lui. Il remarque que sa camarade peine à trouver une position confortable, et il croit l’avoir vu boiter avant qu’elle entreprenne de se rassoir. « Ça va Kara ? On dirait que t’as mal à ta jambe. » il remarque subitement d’un air soucieux. Peut-être qu’il est pas aussi observateur qu’il aimerait le croire, mais il a souvent l’œil pour ce genre de choses Carl, c’est l’avantage quand tu passes le plus clair de ton temps à épier les autres. Il active le mode recherche avancée dans sa tête histoire de trouver un sujet qu'il pourrait aborder avec elle et qui la mettrait un peu plus à l'aise, parce qu'il bloque quand même un peu là-dessus Carl. Il sait qu'il ne tient qu'à lui de se rendre moins flippant, donc il va essayer. « T’as commencé à enquêter sur les secrets toi sinon ? Moi je t’avoue que j’arrive à rien pour le moment, et puis j’imagine qu’il faut un cerveau parfaitement fonctionnel pour en trouver un alors c’est pas trop la peine que je m’acharne je crois. » Il hausse les épaules. Carl il adorerait s’investir dans la chasse aux secrets comme certains de ses camarades et quelle fierté ce serait pour lui de percer un candidat à jour.. Mais il demeure réaliste, c’est pas demain la veille qu’il entreprendra quoi que ce soit de déterminant dans ce jeu car il est pas taillé ni équipé pour ça, il le sait.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
the joke's on you (mardi, 16h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: the joke's on you (mardi, 16h15) — Sam 25 Avr - 1:49

Bon, je suis un peu plus rassurée quand Carl m’affirme qu’il n’a pas prévue de mourir aujourd’hui. Je ne me voyais pas expliquer ça à la production ou aux autres candidats, je suis sûre que certains m’auraient même accusé de l’avoir poussé. Heureusement, les caméras planquées un peu partout m’aurait disculpé. Et il renchérit en disant qu’il a peur du vide. Je soupire de soulagement. « Ça va alors, je te crois. J’étais à deux doigts de l’AVC ! » Bon je surjoue un peu là la frayeur que j’ai eue, mais je suis sûre que si on prend mon pouls là tout de suite, mon cœur doit battre plus vite que la moyenne. Je ne peux cependant pas m’empêcher de lui dire qu’il ferait mieux d’avoir ce genre de conversation avec Rosamie ou Jill, qui sont sûrement les deux personnes qui comprennent le mieux ce garçon. Il est surpris que je lui parle de Jill, étant sûr qu’elle ne le dissuaderait pas de se tuer. Je fais mine de réfléchir. « Ta pas tort à y penser, cette meuf a dû pousser des gamines au suicide quand elle était au lycée. » Non mais surtout dans sa ville paumée, les meufs de là-bas doivent être pas mal fragile. Face à Jill, ça ne doit pas être très facile. J’ajoute malgré tout « Mais je crois que tu te trompes sur Jill, elle a l’air de t’apprécier. Elle m’avait même demandé de te prendre dans notre équipe. » Je me souviens de notre conversation et du fait qu’elle m’avait explicitement fait part de son envie d’être dans mon équipe et pas celle de Natéo. Puis, elle a ajouté qu’elle voudrait avoir Carl auprès d’elle. Je n’ai pas posé plus de question à ce moment-là, puisqu’au fond, je savais déjà à peu près qui je voulais dans mon équipe. J’explique clairement et sans prendre de pincette mon ressenti sur Carl. Ce n’est pas une question que je ne l’aime pas, mais simplement que je le trouve grave chelou. Il déclare que j’ai peur de lui et je ne peux pas m’empêcher de ricaner. « J’irais pas jusqu’à dire que tu me fait peur, je suis sûre certaine que je peux te botter les fesses même les yeux fermés. » Il est quand même pas mal gringalet, j’ai déjà brutalisé des gaillards bien plus costaud. « Disons juste que je ne comprends pas toujours chacune de tes réactions, on va dire. » J’essaye de bien choisir mes mots cette fois, pour éviter qu’il y ait de l’incompréhension entre nous et qu’il pense réellement que je le déteste. Ce n’est pas le cas, simplement parce que je ne le connais pas et je ne vois pas pourquoi je ne lui accorderais pas sa chance comme aux autres de le découvrir. Il est d’accord avec moi sur le fait que la mort n’est pas un sujet très marrant et qu’il ne se voit pas faire des blagues là-dessus. Les traits de mon visage deviennent plus doux, alors qu’un petit sourire se dessine. « Tu sais, chacun à sa façon de traiter la mort. Certains pleurent et d’autres font des blagues pour cacher leur tristesse. C’est comme ça. » Je fais clairement partie de la deuxième catégorie. Je déteste les enterrements et l’ambiance pesante qui y règne, alors je suis toujours celle qui essaye de dérider les gens, même si j’ai autant mal qu’eux. On en revient à parler de cette histoire d’équipe et me demande si ce rôle n’est pas trop dur à porter et qu’on s’en sort bien avec Natéo. « Merci, j’essaye de gérer comme je peux, j’ai pas vraiment une âme de leader. » Ouais, j’ai beau toujours dire ce que je pense et jamais savoir me taire, ce n’est pas pour autant que j’ai cet aspect de dirigeante. Je n’aime pas devoir gérer des gens, je préfère devoir m’occuper que de moi-même. Je n’arrive pas à rester debout et me rassoit par terre, Carl remarque alors mon mal être. Je souris pour ne pas l’inquiéter. « Oui, mais rien de grave. Une vieille blessure qui s’est réveillé en faisant mon footing jusqu’ici. Tu m’aideras à descendre si la douleur n’est pas passé d’ici là, si tu veux bien ? » Je suis sûr qu’il ne refusera pas, mais je ne préfère l’obliger à rien. Le sujet bascule sur la chasse des secrets et faut dire qu’à ce propos, je suis loin d’être douée. « Je suis toujours la première pour savoir qui couche avec en secret, mais alors ici pour trouver le secret des gens, je suis complètement à la ramasse. » Ouais, je suis plus forte pour les potins que les secrets, je n’y peux rien. « Et puis on ne connait pas réellement les gens, peut être que certains mentent et ça, on ne peut malheureusement pas le savoir. » C’est là toute la difficulté de ce jeu.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
the joke's on you (mardi, 16h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: the joke's on you (mardi, 16h15) — Lun 27 Avr - 0:49

Il doit vraiment passer pour un gars désespéré pour que Kara s'imagine tout de suite qu'il va se foutre en l'air, mais d'un autre côté avec une approche pareille on peut se demander à quoi il s'attendait, Carl. Qu'elle se rassure il est loin d'avoir ce genre d'idées, c'est pas demain la veille qu'il commettra un geste aussi malheureux que celui-là et il le fera sûrement pas de cette façon car se jeter dans le vide, très peu pour lui. Kara dit avoir été à deux doigts de faire un AVC et cette remarque le fait carrément sursauter. Non pas qu'il s'imagine réellement que sa camarade ait frôlé l'attaque cérébrale, c'est plutôt la légèreté avec laquelle elle lui sort ça qui le frappe sur le moment. « Oh non dis pas ça, c'est super grave un AVC ! Ma voisine en a fait un quand j'étais petit je me rappelle encore des pompiers qui bloquaient la rue et tout, bah dis-toi qu'elle a plus jamais reparlé depuis. » Il a pas trop envie de blaguer avec ça parce qu'il est traumatisé depuis ce jour-là Carl, quand t’assistes à ça en étant môme ça te marque. Chaque fois qu'il entend parler d'accident vasculaire cérébral il y repense car c'est un peu la seule référence qu'il a à ce sujet, mais au moins il peut dire qu'il "connait" quelqu'un qui en a fait un et sensibiliser les autres. C'est un truc qui lui fait au moins aussi peur que le cancer, surtout quand il sait que ça peut frapper à peu près n'importe qui, n'importe quand. Kara laisse entendre que Jill interviendrait pour le dissuader de mettre fin à ses jours mais il en doute assez, il pense pas qu'elle en ait quoi que ce soit à faire de le savoir vivant ou mort. En revanche il irait pas jusqu'à dire que Jill a pu pousser des filles au suicide du temps du lycée comme Kara le fait présentement remarquer. « T'y vas peut-être un peu fort là non ? » il la questionne alors que de son côté il refuse d'imaginer Jill en tant que terreur de son bahut qui aurait mis dans le mal d'autres élèves. Il veut pas la voir comme la fille cruelle qu'on lui décrit, quant au fait qu'elle ait confié à Kara qu'elle voulait faire équipe avec lui il a franchement du mal à le croire. On parle bien de Jill, la fille qui décroche à peine un sourire quand on se croise ? « Jill t'a vraiment dit ça ? » il demande d'un air abasourdi. Carl peine à gober ce qu'il entend, mais il mentirait s'il disait que ça lui fait pas un peu plaisir. « C'est plutôt gentil de sa part, enfin, je crois. » il formule d'une voix hésitante parce qu'il a un peu peur de s'emballer, là, quand même. Si ça se trouve Kara lui raconte des salades et elle a jamais rien dit de tel, même s'il capte pas trop quel intérêt elle aurait à lui mentir. « Je l'aime bien moi en tout cas Jill. » Ça a le mérite d'être dit, et il voit aucune raison de s'en cacher. Kara reformule quelque peu ses propos, elle le trouve flippant mais n'a pas pour autant peur de lui, et comme elle dit elle aurait aucun mal à lui botter les fesses. « J'en suis sûr aussi. » il approuve dans un petit sourire parce qu'il est conscient d'être doté de la force et de la corpulence d'un ado de treize ans. C'est pas bien difficile de le mettre au tapis et le fait que Kara soit une fille n'y change vraiment rien. Elle ajoute ne pas toujours comprendre ses réactions, et ça rejoint un peu ce qu'il a beaucoup l'occasion d'entendre depuis quelques jours. « D'accord, bah t'es pas la seule je crois. » On souligne souvent son côté imprévisible et ses réactions démesurées à partir d'un rien, en témoigne sa sortie en trombe du salon dimanche pour quelques mots formulés dans une rubrique. La mort c'est pas un sujet sur lequel il se sent à l'aise de s'aventurer, lui n'arriverait pas à en rire alors que Kara semble pas du tout l'appréhender comme quelque chose de lourd ou de tabou. Elle dit d'ailleurs que chacun le traite à sa façon, en pleurant ou en blaguant pour dissimuler sa tristesse, c'est au choix. « Oh, je vois. Je suis pas très bien placé pour en parler parce que j'ai jamais été confronté à la mort moi. Toi t'as déjà perdu quelqu'un ? » Il espère ne pas poser une question qui plombera d'un coup l'ambiance, c'est juste qu'il est curieux et qu'il a besoin de ça pour visualiser la vie de ses camarades et la mettre en perspective avec la sienne. Voir ce qu'ils ont vécu de semblable, ou de différent. Concernant son rôle de chef Kara dit gérer comme elle peut, et pour le coup il s'attendait pas trop à entendre qu'à l'origine elle a pas tellement l'âme d'une leadeuse. « J'te jure que ça se voit pas, on dirait que t'as fait ça toute ta vie. » Il exagère un peu mais y'a du vrai dans ce qu'il dit, il aurait vraiment cru qu'elle en était pas à ses débuts dans ce rôle-là donc ça l'impressionne d'autant plus. Et puis Carl a l’œil, il a bien remarqué qu'elle boitait alors il lui demande ce qu'elle a, réaction normale d'un type soucieux des autres et facilement inquiet. C'est une vieille blessure qui se serait réveillée durant son footing, et c'est vraiment pas de bol pour elle. Il grimace légèrement. « Mince, tu devrais te ménager un peu le temps de te rétablir. Et bien sûr que je t'aiderai à descendre, y'a vraiment aucun souci. » il lance dans un grand sourire car il attend que ça lui, se sentir un peu utile dans ce jeu et auprès des autres. Il hésite pas une seule seconde avant d'accepter car ça lui semble bien naturel de s'entraider entre camarades. Il ouvre de grands yeux en entendant que Kara est généralement très bien informée sur les coucheries, mais ne pense pas autant briller quand il s'agira de trouver des secrets. Sans surprise c'est la première partie qui retient surtout son attention. « Ah bon ? Et du coup tu penses que des candidats font des trucs en cachette déjà là ou c'est trop tôt encore ? » Il en fallait pas davantage pour éveiller sa curiosité, et s'il a raté quelque chose il espère bien que Kara lui permettra de se mettre à jour. Il acquiesce dans un hochement de tête lorsqu'elle dit qu'ils ne se connaissent pas réellement les uns les autres, et qu'il est pas impossible que certains cachent leur véritable nature derrière des faux-semblants. « Oui c'est bien vrai, et ça me rassure pas trop. » il laisse entendre en se grattant nerveusement le haut de crâne. Il sait que les apparences peuvent être trompeuses dans ce jeu alors il serait sans doute naïf de se fier direct à tout ce qu'il voit et entend, et en même temps c'est bien son genre ça d'accorder sa confiance au bout de trois secondes et de se manger une énorme claque à l'arrivée lorsque les masques vont tomber. « J'ai peur de m'attacher à des gens qui jouent un double jeu et de découvrir que tout ce qu'on aura vécu ne comptait pas.. et en même temps j'ai pas envie de douter de tout le monde et de m'attendre à être forcément déçu à la fin, tu vois. » En gros il a pas mal de craintes mais il va s'efforcer de les mettre de côté histoire de pas parasiter son aventure et passer à côté de bons moments, et puis si au final il s'avère que c'était rien que du fake il tombera en pls et il se maudira d'avoir été si aveugle et si sourd. Classique. « Tu penses que ton secret provoquera quel genre de réactions quand tu le révèleras ? » Les révélations de secrets c'est pas pour demain mais en ce qui le concerne il exclut pas du tout de perdre le sien assez vite car il estime que ce sera pas bien compliqué de le percer à jour, tandis que des candidats comme Kara doivent être moins évidents à cerner alors elle aura peut-être pas à se soucier de ces réactions avant plusieurs semaines.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
the joke's on you (mardi, 16h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: the joke's on you (mardi, 16h15) — Mer 29 Avr - 3:35


J’exagère ma réaction lorsque je dis à Carl que je suis à deux doigt de faire un AVC, même si j’ai quand même senti mon cœur battre à tout rompre en ayant cru qu’il allait sauter. Cependant, Carl me fait la remarque qu’il ne faut pas trop prendre au léger les attaques cérébrales et me raconte l’histoire de sa voisine qui en a fait un et qui n’a plus jamais reparlé depuis. Bon, c’était surtout pour lui faire comprendre mon émotion en grossissant le trait, mais je comprends que ça ait pu le traumatiser et que je ferais mieux de prendre des pincettes avec Carl, qui même s’il a des phases où il peut dire des choses excentriques, semble être politiquement correcte. Il y a donc des sujets que je ferais mieux de pas prendre à la rigolade avec lui. « Ta raison, je suis désolé. Ça n’a pas dû être facile de voir ça en étant petit. » Ça expliquerait aussi certaines choses le concernant, mais je m’abstiens de lui demander si son comportement est dû à cette vision angoissante étant môme. Le sujet bascule sur Jill et je ne peux pas m’empêcher de l’imaginer comme une vraie petite terreur lors de sa période au lycée. Carl pense lui que je pousse peut-être un peu le bouchon et je me contente de hausser les épaules. « J’espère bien que c’est faux, je n’imagine pas à quel point tu dois te sentir mal toute ta vie d’avoir poussé quelqu’un à mettre fin à ses jours. » C’est simplement inenvisageable, je ne pourrais plus fermer l’œil de la nuit et je pense que pour compenser face à ce geste horrible, j’entrerais au couvent. La seule solution possible, même si encore minime à côté de ça. Non, je ne pense pas Jill capable de faire ça en réalité, même si elle aime surjouée la teigne à longueur de temps. J’avoue même à Carl qu’elle voulait l’avoir auprès d’elle dans mon équipe. Il a vraiment du mal à le croire, ce qui est logique connaissant le personnage. Mon sourire s’étire en entendant ses doutes. « Je ne vois pas pourquoi je te mentirais. Elle te voulait vraiment à ses côtés. » Jill reste une fille qui vient de sortir de l’adolescence, elle a beau se la jouer en prenant ses grands airs, elle a aussi ses failles comme chacun. Carl finit par lui confesser qu’il l’aime bien Jill, je le fixe avant d’ajouter « Moi aussi, elle me fait rire. » Ouais, j’aime vraiment beaucoup son caractère, parce que je sens bien qu’au fond, elle est bien plus que ça. Le sujet bascule sur lui et j’essaye de lui faire comprendre qu’il n’est pas flippant dans le sens littéral du mot, puisque je pourrais lui botter les fesses sans trop de difficulté. Je ris lorsqu’il déclare lui-même que c’est certain et que je ne suis pas la seule à le penser. Ce qui est logique, puisque c’est clairement ce qu’il nous a tous laissé entrevoir de sa personnalité. De nouveau le sujet change de tournure et je lui donne mon point de vue sur les différentes façons dont les personnes traitent la mort. Carl comprend où je veux en venir et sans que je m’y attende me demande si j’ai déjà perdu quelqu’un. Mon sourire se fige, un peu surprise par la question. « Je … Oui, j’ai déjà perdu des proches. » je me contente de lui répondre, un peu gêné de devoir m’ouvrir de la sorte. « J’évite d’en parler pour pas m’obliger à y repenser sans arrêt, c’est plutôt comme ça que je traite le deuil. » Même si ce n’est pas vraiment la meilleure méthode, car au final, j’y pense bien plus que j’aimerais. J’essaye de ne pas trop montrer que je suis affectée par tout ça, retrouvant un semblant de sourire lorsqu’il me dit avoir l’impression que j’ai toujours été une leadeuse. « Merci, c’est gentil. » C’est toujours réconfortant de savoir que l’on fait du bon travail ou qu’on en donne au moins l’impression. Carl semble vraiment inquiet quant à ma légère blessure, s’affolant en me conseillant de me ménager. « Ne t’inquiètes pas, c’est une blessure que j’ai depuis un an maintenant et normalement j’ai l’interdiction de forcer sur mon genou, mais je n’en fais qu’à ma tête. » Comme d’habitude, je n’aime pas rester inactif. Je parle d’un sujet plus léger, étant souvent la première à être informé sur les coucheries de chacun. Carl s’interroge alors sur des éventuelles relations qui auraient déjà eu lieu. Je suis à deux doigt de le taquiner avec Rosamie et Costa, mais je m’abstiens me demandant s’il serait capable de pleurer si ce genre de chose était vrai. « Ouais, c’est encore trop tôt. Si tu veux savoir la chose la plus chaude qu’il y a eu jusqu’à présent, c’est le strip-tease de Santo. » C’est une exclusivité que je lui accorde, sans pour autant dire que la source principale, c’est moi-même, puisque j’étais la destinatrice de cet effeuillage. Ça, il ne le sera que si la production décide d’en parler pendant le prime ou si Jill déballe ce qu’elle a vu. Carl a peur de la sincérité des autres, puisqu’on ne connait pas la nature des autres dans ce jeu, ni leur secret. J’essaye de le rassurer. « Je ne pense pas que certains vont créer des liens avec toi si derrière ils savent que tu prendras mal la révélation de leur secret, se serait assez malsain quand même. » Il me demande quel genre de réaction pourra engendrer mon propre secret, je hausse les épaules. « J’espère qu’il amènera à la réflexion, rien de plus. » C’est même la principale raison de ma venue dans ce jeu. « Et toi ? Ton secret, qu’est-ce qu’il va provoquer chez les gens ? »

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
the joke's on you (mardi, 16h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: the joke's on you (mardi, 16h15) — Sam 2 Mai - 3:27

Kara est désolée et il sait pas trop comment réagir face à ça. Il cherchait pas à se faire plaindre en lui racontant l'histoire de sa voisine victime d'une attaque cérébrale, c'était plus pour lui demander de prendre le truc au sérieux sachant que c'est grave et qu'on s'en remet pas toujours. « Bah en vrai moi j'ai pas vu grand-chose. » il nuance quand même parce qu'il a juste été traumatisé par l'afflux de secours dans sa rue et le chaos que ça a généré, il a pas directement assisté à la scène et c'est heureux. Et puis ce qui l'a choqué aussi ce sont les séquelles que sa voisine en a gardé, quand il repense à son mari qui a dû arrêter de bosser pour s'occuper d'elle ça lui fait mal au cœur. Carl, sans même savoir quel genre d'adolescente était Jill, il entreprend de la défendre parce qu'il trouve qu'elle mérite pas de se récolter une image aussi calamiteuse. Elle a peut-être pas été un ange et fait des trucs pas très recommandables mais de là à pousser d'autres élèves au suicide il pense pas, non, pas elle. « Je crois que je pourrais vraiment pas vivre avec un truc pareil sur la conscience, alors je me dis qu'elle non plus. » il fait savoir à Kara qui espère également se tromper. Il ira pas poser la question à Jill parce qu'il voudrait pas qu'elle pense qu'il adhère à ce genre d'idées, lui de toute façon il y croit pas et à la limite si c'était vrai il préfèrerait pas le savoir. Carl est pas mal étonné d'apprendre qu'elle le voulait dans son équipe après ça, sur le moment il se demande même s'ils parlent bien de la même personne mais Kara lui assure qu'elle a personnellement émis cette requête auprès d'elle. « J'irai peut-être la remercier du coup. » il laisse entendre dans un petit sourire confus. Ça lui fait plaisir de savoir que quelqu'un le voulait comme coéquipier, c'est vraiment pas un truc qu'il s'attendait à entendre un jour et encore moins venant de l'américaine. Même s'il sait pas toujours sur quel pied danser avec elle il doit admettre qu'il l'aime bien Jill, et visiblement il est pas le seul. Kara lui semblait plutôt ouverte pour aborder un sujet comme la mort mais quand il lui demande si elle a déjà perdu quelqu'un sa camarade se referme un petit peu, et sans le savoir il vient sûrement de toucher un point sensible. Carl il est embarrassé là, parce qu'il veut pas la forcer à parler d'un truc qui lui fait mal ou qu'elle n'est tout simplement pas prête à évoquer encore. Alors quand elle lui fait savoir qu'elle évite généralement d'en parler et que c'est sa façon à elle de faire son deuil, il hoche doucement la tête. « D'accord, on en parle pas alors. » il souligne dans un petit sourire et sa dernière envie c'est vraiment de la rendre triste. Il sait pas si elle se sentirait plus à l'aise d'en parler avec quelqu'un d'autre mais de toute façon ça le regarde pas trop, alors il change de sujet dès qu'il peut. Sa blessure n'aura pas échappé à son attention bien longtemps, et lorsque Kara l'informe qu'elle a en principe l'interdiction de forcer avec son genou il peut pas retenir un soupir. « C'est pas très sérieux ça Kara.. » Il la trouve bien sereine pour quelqu'un qui se traine une blessure depuis un an, lui ça a quand même pas trop tendance à le rassurer et c'est même pas son genou dont ils parlent. « Faut pas prendre ces trucs-là à la légère, tu pourrais gravement empirer les choses et moi j'ai pas envie que tu finisses dans un fauteuil ou avec une canne à trente ans ! Et puis toi non plus t'as pas envie de ça je suis sûr. » Elle est libre de penser qu'il exagère mais il dit ça pour son bien, parce qu'il tient pas à devoir la mettre en contact avec son frère pour qu'il lui conseille de bonnes marques de fauteuils roulants dans quelques années. Carl si on l'écoute il est d'avis qu'il faut rien laisser trainer et que les recommandations des médecins sont faites pour être respectées, et en même temps c'est un gars qui peut rester des mois avec un abcès dentaire simplement par flemme d'aller chez le dentiste, tout en contradictions là encore. « Santo a fait un strip-tease ?? » il répète en ouvrant de grands yeux. C'est quoi cette histoire, et comment ça se fait qu'il était pas au courant d'un truc pareil ? « Mais attends raconte !  Pourquoi ? Comment ? Où ça ? » Il sait même pas si Kara en a été la témoin directe ou si c'est un truc qu'on lui a raconté mais en tout cas sa curiosité se réveille d'un coup en entendant parler de ça. Il crache pas sur un peu d'action dans le chalet Carl - enfin tant qu'on vient pas lui dire que Rosamie était la destinataire du strip-tease, car ça bizarrement il l'accueillera pas de la même façon. Il se contente de hausser les épaules quand Kara laisse entendre que ce serait malsain qu'un candidat se lie à lui en sachant qu'il pourrait pas bien encaisser la révélation de son secret, il a bien envie de lui répondre que des gens malsains y'en a partout et qu'il fait pas forcément confiance à tout le monde ici, mais au lieu de ça il se tait. Lui il aimerait avoir un radar à bonnes intentions pour pouvoir détecter les candidats avec lesquels ce serait safe de se lier, hélas il doit encourir le risque d'être déçu dans quelques semaines comme tout le monde car c'est aussi le jeu de ne pas vraiment savoir à qui on a à faire. Kara espère que son secret amènera les autres à la réflexion comme elle dit, et ça le fait sourire. « C'est déjà pas mal s'il peut faire réfléchir les gens. » À vrai dire il aimerait qu'il en soit de même pour le sien de secret, mais il est pas certain que ce soit possible. Son cas est un peu compliqué, d'ailleurs il doit réfléchir plusieurs secondes quand elle lui retourne la question parce que la réponse lui vient pas spontanément. « Hm, je sais pas trop en fait. J'espère qu'il vous permettra de me comprendre un peu mieux, pas de A à Z parce que ça c'est pas possible, mais au moins d'y voir plus clair et peut-être aussi d'apprendre quelques trucs.. ouais, ce serait bien si j'arrivais à tout ça. Et sinon je pense que les réactions dépendront vraiment des candidats, ce sera pas tout blanc ou tout noir. » On sent bien que Carl est pas totalement sûr de ce qu'il avance et qu'il peut pas tellement prédire les conséquences et réactions que provoquera sa révélation quand elle aura lieu. Il estime de toute façon que certaines choses resteront floues même après le grand déballage, pas parce qu'il voudra pas les clarifier mais simplement parce qu'il aura beau expliquer les choses en détails certains aspects du truc risquent d'en dépasser pas mal ici. « Et si un candidat devait trouver ton secret avant la fin t'aimerais que ce soit qui ? » il l'interroge alors que son regard navigue entre son visage et son genou pour s'assurer qu'elle n'a pas trop mal, auquel cas de toute façon il se tiendra prêt pour l'aider à redescendre comme il lui a clairement assuré un peu plus tôt.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
   
the joke's on you (mardi, 16h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: the joke's on you (mardi, 16h15) —

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: HALLSTATT SKYWALK WELTERBEBLICK-
Sauter vers: